Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
205319952 IP
231861026 pages
(depuis le 10/02/2002)
77 connectés

Fañch Ar Ruz

Placide
Señal en Vivo
VIDEO

RADIO

radio campusradio montreal
RADIO TETARD

The Run
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

MOI, JE NE MANGE PAS N’IMPORTE QUOI
de : Condorelli - Segurini
lundi 8 août 2005 - 04h09 - Signaler aux modérateurs
4 commentaires
GIF - 30.5 ko

Régimes comparés : lequel fait le moins mal à la nature ? Une recherche fait passer les végétariens bio et les végétaliens mais fait redoubler les autres italiens.

de Daniela Condorelli et Paola Segurini traduit de l’italien par karl&rosa

Il y a une empreinte sur la Terre, laissée par chacun de nous. Une zone de terrain autrefois fertile qui ne le sera plus jamais. Exploité pour nous permettre de maintenir notre niveau de vie. Notre empreinte est grande : 30 fois plus que celle d’un Indien. Et elle pèse plus que jamais sur l’écosystème. Mais il y a une bonne nouvelle : nous pouvons la réduire en faveur de cet Indien et de nos enfants. L’empreinte écologique, c’est notre impact sur la nature, et tout ce que nous consommons en excès ne revient plus en arrière. Selon le Living PLanet Report du Wwf, nous exploitons aujourd’hui 20% de ressources en trop par rapport à la capacité biologique de la Terre.

Que faire ? Regarder ce que nous mettons dans nos assiettes. C’est le thème d’une étude toute italienne, pas encore publiée, sur l’impact environnemental des différents régimes. Mais aussi de congrès internationaux sur le sort de la planète. Comme la Conférence Annuelle de l’International Grains Council qui vient à peine de se terminer à Londres ( www.igc.org.uk ). "Dans les 45 ans à venir, le monde aura besoin du triple de la quantité actuelle de viande, de lait et d’œufs et notre industrie sera dominée par la demande de ressources pour donner à manger aux animaux" a déclaré Roger Gilbert, secrétaire général de l’International Feed Industry. Plus de richesse signifie, en effet, plus de viande à table : pour chaque point de pourcentage gagné dans le revenu annuel d’une famille, la dépense en protéines animales augmente de 2%. Plus de viande, autrement dit plus de besoins en céréales pour nourrir les animaux. Lors de la réunion londonienne, il a été prévu que la production de fourrage australien allait augmenter de 50% d’ici 2020. Et plus de fourrage signifie moins de nourriture et moins d’eau pour l’homme.

C’est l’habituelle World Water Week qui se préoccupera de l’eau, à Stockholm, à partir du 21 août ( www.worldwaterweek.org ). On dira et redira, entre autres, que durant les 20 ans à venir la population mondiale dépassera les 7 milliards et que les réserves d’eau par personne diminueront d’un tiers. Mais aussi que 70% de l’eau est utilisée pour abreuver les vaches et arroser les pâturages (saviez-vous qu’un bovin boit 200 litres d’eau par jour ? Donc, pour produire cinq misérables kilos de viande, il faut autant d’eau qu’en consomme une famille moyenne en un an).

Le Programme en faveur de l’environnement et d’un développement soutenable accepté par l’Ue place au premier plan "la modification du comportement individuel". Manger moins de viande est utile, certes, mais ne suffit pas. Deux chercheurs, le chimiste environnemental Massimo Tettamanti et la biologiste Rafaella Ravasso, ont comparé différents types de régimes, en tenant compte du niveau de dommages qu’ils créent à la santé humaine, à la qualité des écosystèmes et aux ressources. Catégories en lice : l’Italien moyen, omnivore et insouciant de l’équilibre alimentaire ; celui qui mange de la viande, du lait et des œufs produits en élevage intensif ; celui qui mange la même chose mais choisit le bio ; les végétariens (bio ou non) ; les végétaliens qui ne se nourrissent que de végétaux (bio ou non).

LES BONS ET LES MECHANTS

"On a mis en parallèle les différents styles alimentaires en préparant trois régimes d’une semaine comparables en contenu calorique, en complémentation et en équilibre", explique Tettamanti. "Il s’agit d’un régime omnivore respectueux de la pyramide alimentaire, d’un régime végétarien et d’un régime végétalien, avec trois repas principaux et deux collations, un contenu calorique moyen de 2 000 à 2 200 calories par jour et un rapport protéines/ matières grasses/ hydrates de carbone de l’ordre de 15/30/55". De plus, on a évalué parallèlement un régime avec la liste et la quantité d’aliments réellement et normalement consommés par un Italien (voir encadré en fin d’article) : c’est celui qui a le plus fort impact dans l’absolu.

Mais que signifie analyser un régime d’un point de vue environnemental ? "Chaque processus, si on l’entend comme produit matériel particulier (100 grammes de blé ou un laitage) provient d’un ensemble de matériaux et d’énergie. Il est, en outre, le résultat d’approvisionnement en matières premières, de production, de distribution, de retraitement des déchets et de récupération". Chacun de ces passages peut donner lieu à tout un tas d’émissions qui provoquent différents effets sur l’environnement. C’est ainsi que pour évaluer l’impact sur l’environnement de la production de 100 grammes de blé, il est nécessaire de prendre en considération tous les processus de préparation des fertilisants, d’irrigation, de récolte, de traitement et de transport du produit ainsi que les processus de retraitement des déchets. Il faudra considérer les matières premières et les ressources énergétiques employées mais aussi l’énergie dépensée, les émissions dans l’air et dans l’eau et les déchets solides. A la fin, chaque impact est synthétisé en un nombre de points, d’autant plus élevé qu’il est plus dommageable pour l’environnement.

Et voici à présent ce qui ressort de l’analyse de Tettamanti et de Ravasso qui a duré deux ans.

Le menu omnivore, avec des produits qui dérivent d’élevages ou de cultures intensifs obtient 2,34 points. Le plus fort impact sur l’environnement est causé par la consommation d’eau suivie par celle des combustibles fossiles utilisés lors des processus d’élaboration, de production et de transport et, encore, par les dommages à la respiration des composés chimiques inorganiques liés à ces mêmes processus, par la consommation du territoire et enfin par les processus d’acidification dus aux déjections animales, aux pesticides et aux fertilisants. Et les ingrédients eux-mêmes ? Quel est l’aliment le plus dommageable ? Le bœuf, suivi par la sole, le fromage, le lait, les yoghourts, les légumes, le thon et le poulet.

Mais si notre omnivore acquiert des produits bio (également pour la viande et les laitages, pas seulement pour les végétaux), le compte des points descend à 1,36. L’ordre de "culpabilité" demeure inchangé mais on évite les dommages à l’environnement, même par rapport au végétarien qui consomme des produits non bio.

Ce dernier comportement correspond en effet à un score de 1,56 ; au premier rang des aliments les plus nocifs (toujours dans le sens où les produire consomme des ressources et pollue), se trouvent maintenant les fromages. On descend à 1,03 points pour le végétarien bio, à 0,854 si le choix est végétalien mais non attentif au biologique et à 0,599 pour le végétalien bio. Il ressort de l’analyse des deux régimes végétaliens que les légumes sont l’aliment au plus fort impact environnemental quand des pesticides et des fertilisants chimiques ont été utilisés ; et que c’est le riz dans le menu végétalien à agriculture biologique.

C’est à présent le tour de l’Italien moyen, avec un menu normal de produits non bio. Son compte total de points atteint la performance de 5,75 points ! Autrement dit, un impact presque dix fois supérieur à celui d’un régime végétalien bio et plus de deux fois supérieur à celui du régime de l’omnivore qui suit un régime équilibré.

S.O.S. EAU

De quoi dépend l’impact de l’alimentation sur l’environnement ? "La consommation d’eau est l’élément le plus important : de 41 à 46% du total", répond Tettamanti. "N’oublions pas que 70% de l’eau de la planète est consommée par la zootechnique et par l’agriculture, 22% par l’industrie et seulement 8% pour l’usage domestique". Il y a ensuite 15 à 18% d’impact dû aux dommages à la respiration causé par les composants chimiques inorganiques et de 20 à 26% à la consommation de combustibles fossiles. Dans ces deux derniers cas, cela est dû aux processus d’élaboration, de production et de transport des aliments. Le gaspillage énergétique est éclatant : pour chaque calorie de viande bovine, 78 calories de combustible sont utilisées ; pour une de lait, 36 de combustible. Par contre, pour chaque calorie dérivée du soja, on ne consomme que deux calories de combustible.

Environ 5 à 13% de l’impact de notre régime sur l’écosystème est dû à la consommation du territoire. Chaque année, 17 millions d’hectares disparaissent des forêts tropicales. Toute la faute ne revient pas aux élevages intensifs mais ils se taillent la part du lion. Comme en Amazonie, où 88% des terrains déboisés a été affecté aux pâturages. Ou au Brésil, où l’Institut de recherche spatiale fait état d’une croissance de la déforestation de l’ordre de 41% : en 10 ans seulement, le pays a perdu une zone verte deux fois grande comme le Portugal. Et l’ONU estime que 70% des terrains affectés à des pâturages sont aujourd’hui en voie de désertification. Enfin, 3à 4% de l’impact est dû aux processus d’acidification (de l’eau, du sol et des forêts) et d’eutrophisation (prolifération hors normes d’algues). La faute en revient surtout aux déjections animales. Rien qu’en Italie, les animaux d’élevage produisent 19 millions de tonnes d’excréments par an qui ne peuvent pas être utilisés comme fertilisant. Nous aurions la même quantité de déjections inutilisables et polluantes si l’Italie avait 137 millions d’habitants de plus.

"Il y a donc des régimes qui aident l’environnement, comme le végétalien et le végétarien bio et il y en a d’autres qui sont acceptables, comme l’omnivore bio et le végétarien non bio".

Et il y a par contre des régimes alimentaires inacceptables d’un point de vue environnemental (et social) : celui de l’Italien moyen et de l’omnivore "équilibré" qui mettent à table des produits d’agriculture et d’élevage intensifs. Ils exploitent les ressources des pays les plus pauvres, consomment, polluent et sont cause de déforestation et de désertification.

De quel groupe voulons-nous faire partie ?

JPEG - 19.4 ko

traduction de l’article "Io mangio delicato" paru dans le supplément "D" de la Repubblica en date du 9 juillet 2005.

de fede53



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
MOI, JE VOTE AVEC MA FOURCHETTE !
9 août 2005 - 10h26 - Posté par 157874d2eda45bc5...

LES BOEUFS ONT SOIF

http://www.vegetarisme.fr/Articles/...

Ca va chauffer ! - Journal Alliance Végétarienne - Mars 2004
"La Nouvelle-Zélande a décidé d’imposer une taxe afin de contribuer à réduire les émissions de gaz à effet de serre causées par les flatulences du bétail.....".

http://www.vegetarisme.fr/Articles/...

Vivre sur 2 terres, ou : le végétarisme, c’est bien, mais encore… - Journal Alliance Végétarienne - Eté 2003
"La production mondiale de viande (et donc la consommation) a augmenté de façon quasi-linéaire depuis le début des années 60, atteignant 230 millions de tonnes (MT) environ en ..."

http://www.vegetarisme.fr/Articles/...



> MOI, JE VOTE AVEC MA FOURCHETTE !
9 août 2005 - 15h45 - Posté par 29bd25a315c7c65d...

Espérons seulement maintenant que beaucoup de personnes (tout le monde, faut pas rêver...) auront l’intelligence de changer
ce qu’il y a dans leurs assiettes. Go veg ! Pour une terre vivante et la fin des abattoirs...


Brochure "végétalisme et écologie"
11 août 2005 - 01h06 - Posté par fed6dd5dba9ade8e...

Pour en savoir plus sur les problèmes écologiques liés à la production et la consommation de produits animaux, on peut lire la brochure "Végétalisme et écologie" sur infokiosques.net.



> MOI, JE NE MANGE PAS N’IMPORTE QUOI
13 septembre 2005 - 15h13 - Posté par 2a90df0213006111...

Merci pour la publication et traduction de cet article très intéressant. Je vais essayer de le faire suivre à un max de personnes. Go veg.

Liaambrosia






SNCF : Et maintenant, ils confisquent nos salaires !
samedi 30 - 00h16
de : Le Rail déchainé
Etats-Unis : les pays terroristes selon lui , CUBA est retiré de sa liste noire !
vendredi 29 - 20h25
de : JO
Contre le projet Oxylane-Décathlon (Montpellier Nord) : le 6 juin Terrathlon à vélo !
vendredi 29 - 19h09
de : Antoine (Montpellier)
Bruxelles : les fachos de Nation et Laurent Ozon agressent des sans-papiers
vendredi 29 - 12h08
de : La Horde
Non à la surveillance généralisée !
vendredi 29 - 11h53
de : Le SNJ-CGT
LA CGT AU FESTIVAL DE CANNES : CONTRE LES AMNÉSIES DE L’HISTOIRE
vendredi 29 - 11h39
de : La Cgt Spectacle
Portraits d’un peuple (video et photos)
vendredi 29 - 11h32
de : Thierry Deronne
Conférence-débat avec Bernard Friot mardi 2 juin à l’INSEE
jeudi 28 - 21h35
de : CGT INSEE Paris
1 commentaire
Le marxisme est-il périmé ?
jeudi 28 - 20h38
de : dzeff
1 commentaire
Ceux qui réistent aujourd’hui !
jeudi 28 - 15h22
de : Front Syndical de Classe
Deux policiers (ivres) étaient en garde à vue ce jeudi matin après avoir provoqué un accident mortel à Paris.
jeudi 28 - 12h58
3 commentaires
"MOURIR EN MAI" : le poème prémonitoire d’Alexeï Mozgovoï, assassiné par les fascistes ukrainiens.
jeudi 28 - 11h47
de : Pablo Leonidas
2 commentaires
Martinez tente de s’imposer dans une CGT toujours en crise
jeudi 28 - 11h06
de : Michel Noblecourt Le Monde du 28 05 2015
3 commentaires
Ce soir 28 mai : débat sur la situation en Palestine avec la présence d’une délégation palestinienne
jeudi 28 - 08h44
de : fsgt63
1 commentaire
Qui a peur d’Un français ?
jeudi 28 - 02h22
de : Norbert Gabriel
1 commentaire
projection du film Vague citoyenne et débat sur l’eau
mercredi 27 - 18h52
de : Fred
Le droit au séjour du retraité algérien
mercredi 27 - 18h33
de : Fayçal Megherbi
Grève à GOM (Lyon). Accord gagnant pour les salariés, soutenus par la CNT-SO
mercredi 27 - 18h22
de : CNT-Solidarité Ouvrière
Quel rapport entre les JT de TF1 et "Les dents de la mer" ?
mercredi 27 - 15h45
1 commentaire
Changement climatique : l’ascension des pays du Sud dans les négociations
mercredi 27 - 15h40
de : Eric S
REBSAMEN... JUSQU’AU BOUT DE L’ANI
mercredi 27 - 08h56
de : Richard Abauzit
1 commentaire
Quelques leçons à tirer de la situation économique mondiale
mercredi 27 - 00h32
de : Gaston Lefranc
Berger / Martinez, naissance d’une idylle ?
mercredi 27 - 00h14
de : Front syndical de classe
1 commentaire
1336 jours !
mardi 26 - 21h54
de : morvandiaux
4 commentaires
Un p’tit train s’en va dans la campagne, un p’tit train s’en va de bon matin etc...
mardi 26 - 19h25
de : tché66
4 commentaires
Pôle Emploi pourra fouiller vos comptes bancaires, entre autres
mardi 26 - 17h04
3 commentaires
Alain Bihr : « Étatistes et libertaires doivent créer un espace de coopération »
mardi 26 - 13h46
de : Winston
"PODEMOS":Les MASSES écriront la SUITE."
mardi 26 - 13h01
de : Catalan.communiste
11 commentaires
30 mai à Clermont Ferrand, après-midi discussion « le pouvoir est maudit »
mardi 26 - 10h55
2 commentaires
Wall Street et ses loups
mardi 26 - 08h04
de : Sader
sortir de l’euro-vision
lundi 25 - 21h59
de : hdm
EQUATEUR : RAFAËL CORREA , UN PRESIDENT COURAGEUX !
lundi 25 - 17h28
EXCLUSIF : RENCONTRE BERGER (CFDT) et MARTINEZ (CGT) dans MARIANNE
lundi 25 - 15h30
de : ETELLIN
14 commentaires
Le statut de commerçant du ressortissant étranger
lundi 25 - 13h33
de : Fayçal Megherbi
Vous connaissez forcément cette jeune femme
lundi 25 - 11h17
2 commentaires
LA FRANCE : championne des dépenses publiques ?
lundi 25 - 09h50
de : 2ccr
Verdict dans l’affaire Zyed et Bouna : impunité policière et racisme d’état !
dimanche 24 - 23h15
de : Relations Extérieures de la Coordination des Groupes Anarchistes
La préférence nationale appliquée par le département du Calvados
dimanche 24 - 15h47
de : Journal Racailles (Caen)
Réforme Collège et Progamme
dimanche 24 - 13h37
de : laurentgantner
1 commentaire
Azawad : accrochage dans la zône de Tessit
dimanche 24 - 10h32
de : CMA

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Suffit-il de n'être jamais injuste pour être toujours innocent ? Jean-Jacques Rousseau
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
Italie : 12 mai 1977, l’assassinat de Giorgiana Masi (audio et videos)
mardi 12 mai
de Roberto Ferrario
A Giogiana ...si la révolution d’octobre avait été en mai si tu vivais encore, si je n’étais pas impuissant face à ton assassinat, si ma plume était une arme gagnante, si ma peur explosait sur la place, courage né de la rage étranglée dans la gorge, si t’avoir connue devenait notre force, si les fleurs que nous avons offertes à ta vie courageuse, dans notre mort devenaient des guirlandes de la lutte de nous toutes, femmes, si... ce ne serait pas (...)
Lire la suite
L’HISTOIRE DU 1er MAI, JOURNEE INTERNATIONALE DE CELEBRATION DES LUTTES DES TRAVAILLEURS
vendredi 1er mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Manifestation du 1er mai 2015 à Paris : départ 15h de République > Bd. Voltaire > Place de la Nation Le XIXe siècle voit la naissance de la classe ouvrière. La prolétarisation du travail se développe au fur et à mesure que la mecanisation industriel vient remplacer les anciennes formes de production. Les employeurs sont les maîtres absolus des entreprises et (...)
Lire la suite
Italie : 25 avril 1945 La libération (videos - bellaciao)
samedi 25 avril
de Roberto Ferrario
Le 25 avril 1945, les partisans libèrent Milan de l’occupation des nazis et des fascistes. Même la population civile s’insurge et de vastes zones de l’Italie du Nord - et un grand nombre de villes - seront libérées avant l’arrivée des troupes anglo-américaines qui, une fois surmonté le dernier obstacle de la Ligne Gothique en Toscane, harcèlent les troupes allemandes qui battent en retraite dans la plaine du Pô. Pendant ce temps, en Europe, l’Armée Rouge (...)
Lire la suite
Ecole Diaz - La Cour européenne des droits de l’homme condamne l’Italie pour torture (video, arrêts et décisions)
mardi 7 avril
de Justice et Vérite pour Gênes G8 2001, via Bellaciao
3 commentaires
Faits du G8 de 2001 à Gênes- la CEDH condamne l’Italie pour actes de torture commis contre les occupants de l’Ecole Diaz. C’est une immense et émouvante nouvelle, 14 ans après les faits. En outre, l’Italie se fait épingler pour n’avoir toujours pas de législation conforme aux standards européens et appropriée sur la torture. "Dans son arrêt de chambre1, rendu ce jour dans l’affaire Cestaro c. Italie (requête no 6884/11), la Cour européenne des droits de (...)
Lire la suite
Une jeunesse parisienne en résistance : levée de fonds... (video)
vendredi 3 avril
de Images contemporaines
Le pitch Ce documentaire revient sur la MOI parisienne, son engagement dans la Résistance. Il aborde l’espoir et la volonté d’une jeunesse, souvent étrangère et issue du monde ouvrier, avide de faire vivre les valeurs humaines par-delà la xénophobie, l’antisémitisme et les risques qu’ils encouraient. Présentation du projet Ce documentaire est le premier à aborder la jeunesse d’Henri Krasucki et de ses camarades, depuis leur entrée dans la Résistance, leurs (...)
Lire la suite
"Une jeunesse parisienne en résistance", un documentaire nécessaire
dimanche 29 mars
de Lulu d’Aubrac
Ce documentaire propose de revenir sur l’histoire de la MOI parisienne et son engagement dans la Résistance. A travers, de nombreux témoignages et archives dont certaines inédites, ce film révèle ces parcours exceptionnels et met en lumière la culture, le courage, l’intégrité et la force de ces jeunes gens. Il aborde l’espoir et la volonté de toute cette jeunesse parisienne, souvent étrangère et issue du monde ouvrier, avide de faire vivre les valeurs humaines par-delà (...)
Lire la suite
8 mars à Ciudad Juarez, Mexique, État de Chihuahua, à la frontière avec les États-Unis
dimanche 8 mars
de Roberto Ferrario
2 commentaires
de Roberto Ferrarlo A Ciudad Juarez depuis 1993, plus de 500 cadavres ont été retrouvés dans des décharges et dans les zones désertes, la plupart des femmes jeunes voire adolescentes, étudiantes, ouvrières de nuit dans les usines, femmes de chambres, petites employées. Beaucoup vivent dans des conditions très précaires avec parfois des enfants à élever. Elles ont été enlevées, détenues en captivité, victimes de tortures et de graves violences sexuelles avant d’être assassinées à (...)
Lire la suite