Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
Pour l’égalité, la justice sociale et la solidarité Marée populaire le samedi 26 mai
jeudi 17 mai
1 commentaire
Un constat s’impose, Emmanuel Macron, son gouvernement et le Medef sont décidés à imposer coûte que coûte une restructuration en profondeur de la société française : politique d’austérité, destruction des droits des salarié.es, introduction de la sélection à l’entrée de l’université, casse des services publics, aggravation du sort des sans emplois, réorganisation aggravant les inégalités en matière d’accès à la justice, réforme fiscale favorable aux plus (...)
Lire la suite, commenter l'article...

LA PLURALITE ET L’INTERPENETRATION DES CULTURES
de : Christian DELARUE
mardi 10 juillet 2007 - 22h21 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire

Université d’été d’ ATTAC 2007 TOULOUSE Manifeste d’ ATTAC : Contre le septième et dernier pilier du néolibéralisme : "La diversité culturelle contre le formatage des esprits"

Sur LA PLURALITE ET L’INTERPENETRATION DES CULTURES Voici un texte de Pierre FOUGEYROLLAS.

L’ouvrage « Les métamorphoses de la crise - Racismes et révolutions au XXe siècle » -Hachette 1985 - comprend trois parties dont la première a pour titre : LES PROBLEMES CULTURELS » Dans l’ouvrage de l’auteur cette partie comprend trois grands chapitres :
 1 « CULTURE ET IDEOLOGIE » qui contient « Le vécu et la vie sociale » (ci-dessous) mais aussi « La représentation des rapports sociaux fondamentaux » et « La culture en proie à l’idéologie ».
 2« LES NIVEAUX DE L’IDENTITE CULTURELLE »
 3 « LE RACISME ».

Certains intertitres sont de moi. Par contre les notes marginales de l’auteur ne sont pas reproduites. Les signes .../... indiquent des passages non reproduits.

Quelques propos préalables sur les rapports entre idéologie et culture avant de centrer sur les problèmes strictement culturels.

Pour Pierre FOUGEYROLLAS, « la culture, comme vécu du social, subit inévitablement l’influence de l’idéologie, tant comme ensemble de systèmes affectivo-intellectuels exprimant les divers milieux de la société que comme représentation renversée, dans la conscience des individus, de leur vie collective. Cette influence, pour ne pas dire cette domination, l’idéologie l’exerce de l’intérieur, car elle est immanente à la culture. En réalité, il n’est pas facile de distinguer ce qui est culturel et ce qui est idéologique. Car le vécu qui est, par excellence, culturel enveloppe des représentations inhérentes à l’idéologie. Par ailleurs, l’idéologique, inséparablement affectif et conceptuel, fait partie du vécu, donc du culturel. » « Selon notre hypothèse, la culture consiste en pratiques, en sentiments et en idées qui sont structurés au niveau des divers milieux sociaux et, plus profondément, au niveau des rapports constitutifs de la société, par une puissance qui est celle de l’idéologie. Il n’y a donc pas lieu de chercher des zones ou des instances qui seraient celles de la culture et celles de l’idéologie. Tout ce qui est culturel est idéologique et tout ce qui est idéologique est culturel. Cependant, le culturel réside dans le vécu social par les individus ; son unité est celle de la société ou d’un milieu social tandis que sa pluralité est celle des individus qui, en l’éprouvant et en le jouant, le font être. L’idéologique est avant tout commun à ceux qui le subissent ; il vient, pour ainsi dire d’en haut, comme le prouve sa puissance structurante. Il ne faut pas réduire la culture à l’idéologie, ni méconnaître pour autant la présence et la puissance de la seconde à l’intérieur de la première. »

Précision : Sur l’idéologie Pierre FOUGEYROLLAS combine Mannheim et Marx pour lui donner la définition suivante : L’idéologie est un ensemble de représentations sociales englobant, à la fois, des idées et des sentiments et consistant, par là en phénomènes inséparablement intellectuels et affectifs. (p 29)

Christian DELARUE Secrétaire national du MRAP Membre du CA d’ATTAC

 - - - - - - - -

"Les problèmes culturels" Un extrait de Pierre FOUGEYROLLAS

Le terme de culture est aujourd’hui valorisant alors que celui d’idéologie est généralement dévalorisant. Ainsi, pour légitimer un trait de mœurs, on fait appel à la culture dont il est un aspect. En revanche, pour réduire ou détruire la portée d’une conception, on la rapporte à l’idéologie dont elle procède. Une tendance, devenue prédominante dans les sciences sociales au cours des trente dernières années, nous invite au respect de toutes les cultures, comme expressions de la vie sociale des peuples, et à la méfiance à l’égard de toutes les idéologies considérées comme manifestations de la conscience aliénée et mystifiée. Plus généralement, l’esprit du temps cherche à nous dicter, en cette manière comme en d’autres, ses jugements de valeur. Il reste qu’aucune société n’a jamais fonctionné sans cet ensemble de représentations que l’on qualifie aujourd’hui d’idéologie et dont, probablement, on ne saurait abolir les effets réputés asservissants par un simple exorcisme intellectuel. La question des fonctions de l’idéologie et, plus encore, celle de son étude critique restent donc ouvertes. Nous voudrions tenter ici une élucidation de la nature et des fonctions respectives de la culture et de l’idéologie, ainsi que leurs rapports mutuels, en nous inspirant, à notre manière, de la règle durkheimienne d’une stricte séparation des jugements de réalité et des jugements de valeur et en espérant qu’il sera ensuite possible d’examiner plus scientifiquement les problèmes cruciaux connotés par ces deux termes.

 LE VECU DE LA VIE SOCIALE

Il nous parait inutile de rappeler l’historique du concept de culture tant il est vrai que la culture est désormais reconnue, par les spécialistes en sciences sociales, comme l’ensemble des manières de vivre, c’est-à-dire de sentir, d’agir et de penser, caractéristiques d’une population déterminée. Nous condenserons cette conception en définissant la culture comme le vécu par les individus de la société à laquelle ils appartiennent. Il s’agit en somme, d’un concept psycho-sociologique ; ce qui explique que le marxisme s’en soit assez peu occupé, alors que les sciences sociales académiques, sous l’influence de l’ethnologie, lui ont donné une place importante au détriment, parfois, de l’étude de la base matérielle de la vie collective des êtres humains. Le concept de culture englobe, à la fois, les façons de se loger, de se vêtir, de se nourrir, de travailler et de se distraire - sans oublier les modalités de la vie sexuelle - et les façons de participer aux cérémonies publiques et privées, à l’acquisition et au développement des connaissances, enfin à la vie religieuse, philosophique, politique, littéraire et artistique. Dés lors que la culture n’est pas arbitrairement réduite aux activités supérieures de l’esprit, comme on le faisait au XVIIIe siècle, le rapport existant entre les phénomènes culturels et les autres phénomènes sociaux pose un problème qui ne nous parait pas avoir encore été résolu de manière satisfaisante. L’erreur dans ce cas, serait de penser en terme d’espace et de croire que la culture constitue une sphère à l’intérieur d’une sphère plus vaste qui serait la société, ou que les phénomènes culturels sont suffisamment définissables par un palier de la vie sociale sur lequel ils se situeraient. En réalité, on peut dire qu’il n’est rien dans la société, qui ne soit, à certains égard, culturel mais il faut aussitôt ajouter qu’il n’est rien non plus, à d’autres égards, qui ne soit économique ou politique.

 LA SPECIFICITE DES PHENOMENES CULTURELS

La spécificité des phénomènes culturels se définit non par la place qu’ils occuperaient dans la vie collective, considérée comme un espace, mais plutôt par le fait qu’ils sont les différentes formes du vécu de cette vie par les individus, à l’intérieur même des groupements auxquels ils appartiennent. Au fond, les phénomènes culturels ne sont rien d’autre que les phénomènes sociaux considérés du point de vue du rapport vécu des individus à la société, comme les phénomènes politiques sont ces mêmes phénomènes sociaux envisagés du point de vue du rapport entre la société et le pouvoir global s’exerçant sur elle. Pour leur part, les phénomènes économiques consistent dans les manifestations de la vie sociale résultant des processus de production et d’échange, eux-mêmes générateurs des rapports entre les groupements spécialement les classes. C’est pourquoi un progrès décisif pourrait être accompli dans les disciplines appelées sciences sociales si chacune d’elles recherchait l’établissement de sa spécificité, non dans un secteur topographique de la société, mais plutôt dans un type de rapports selon lequel il conviendrait qu’elle étudiât et analysât les phénomènes sociaux. Consistant dans le vécu du social, la culture se manifeste, du même coup, à travers toutes les expressions de la vie collective, qu’elles soient immédiates ou différées, spontanées ou élaborées, communautaires ou individualisées. Le moyen de ces expressions est évidemment le langage comprenant les postures, les gestes, les mimiques, les cris, le déploiement de toutes les formes humainement perceptibles, enfin la langue comme « système de signes socialisés » .../... La pluralité des cultures et la singularité de chacune d’entre elles ne doivent pas être portées à l’absolu, car l’histoire montre qu’aucune culture n’est restée immuable à travers les siècles non plus perméable aux influences étrangères. En effet, si les langues et les religions, en traversant les siècles, conservent les structures internes qui les caractérisent, elles se transforment et certaines d’entre elles disparaissent. Dans ces conditions, comment ne pas rapprocher la pluralité des cultures de la diversité des activités productives des peuples et du devenir de ces activités ? Durant la plus grande partie de la préhistoire, les sociétés humaines se sont essentiellement livrées à des activités de prédation : la cueillette, la chasse, la pêche. On peut penser, sans peine, imaginer qu’un peuple se livrant principalement à la chasse entretenait une relation à la nature et pratiquait des mœurs sensiblement différentes de celles qui étaient propres d’un peuple de pêcheur. Vers la fin de la préhistoire, apparaissent l’élevage et l’agriculture qui sont, non plus des activités de prédation, mais des activités de production proprement dites. On peut, de nos jours, vérifier par ce qui reste des plus anciennes traditions que les mœurs et les représentations ont été différentes chez les peuples d’éleveurs et chez les peuples de cultivateurs. La division du travail qui s’est développée, dès l’Antiquité, dans certaines sociétés, a bouleversé leurs cultures, notamment par l’apparition des classes sociales et la formation de l’Etat. Le mythe de l’âge d’or, c’est-à-dire la glorification nostalgique d’un passé révolu, a été observé par les historiens et les anthropologues dans un grand nombre de populations. Sa présence et sa prégnance révèlent qu’une mutation culturelle a eu lieu ; elles permettent aussi d’estimer que cette mutation a exprimé des changements radicaux intervenus dans la base matérielle de la société. La tendance prévalant en ethnologie a porté les chercheurs à majorer le rôle des « invariants » au détriment des effets engendrés par le devenir historique et à majorer l’influence des représentations et des mentalités par rapport à celle des activités productives et des structures économiques. Dans cette perspective, chaque peuple serait, pour ainsi dire, doté d’une essence culturelle, d’archétypes mentaux que l’on devrait retrouver, immuables, à travers les avatars de l’histoire. L’étude comparée des langues ne permet guère de résoudre les questions posées de la sorte, car si les invariants linguistiques sont décelables, leurs rapports aux mœurs des locuteurs restent tout à fais énigmatiques.

 RELIGIONS ETHNIQUES ET RELIGIONS UNIVERSALISTES

Il est singulièrement admis qu’il existe deux espèces de religions : les religions ethniques dont les cultes et les croyances demeurent contenus, pour chacune, à l’intérieur d’un peuple déterminé, et les religions à vocation ou à prétention universelle qui comportent un appel au salut s’adressant à tous les individus, au-delà des frontières ethniques. A partir des deux espèces en question, on essaie de caractériser des cultures et des personnalités culturelles réputées irréductibles dans leur multiplicité, même si l’on prône, par ailleurs, un dialogue entre elles. Il a existé autant de religions ethniques qu’il a existé de peuples, marqués par ailleurs par la langue qui appartient en propre à chacun, jusqu’à ce que la succession des modes de production et l’expansion des religions à prétention universelle aient entraîné le déclin ou la mort de nombre de ces ethnies et de leur religion originelles. Du reste, un examen plus attentif montre que toutes les religions ethniques, celles qui ont disparu comme celles qui subsistent partiellement de nos jours, ont en commun le culte des ancêtre et le culte de l’unité cosmo-vitale. (l’auteur développe ensuite ces deux cultes) La vision de l’homme et du monde immanente aux religions ethniques est une, sous des formes d’expression variées. Elle nous dit que la mort n’est pas une fin, et qu’elle consiste dans une métamorphose à travers laquelle les défunts se sacralisent, puis se divinisent. Plus proches des ancêtres que ne le sont les jeunes, les vieux, les aînés sont ainsi légitimés à exercer leur pouvoir sur les cadets. Ces religions ethniques nous disent aussi qu’il n’existe pas de solutions de continuité entre les vivants, qu’ils soient végétaux, animaux ou humains. Elles assurent par là la régulation des activités de l’agriculture, de l’élevage et de la procréation humaine elle-même. Elles indiquent que la vie individuelle est un cycle inévitablement fini qui ne revêt sa signification fondamentale que par sa participation au cycle infini de l’existence cosmo-vitale. Considérée du point de vue des religions ethniques, la pluralité des cultures est plus réelle au niveau de leurs manifestations rituelles et de leurs expressions linguistiques qu’au niveau de leur contenu conceptuel et affectif. Leur diversité tient, sans doute, à la différence des environnements naturels et des activités productives assurant la subsistance des populations, leur unité résulte probablement du devenir commun aux sociétés agro-pastorales qui a déterminé, depuis très longtemps, la domination des hommes sur les femmes et celle des vieux sur les jeunes.

Quant aux religions à vocation ou à prétention universelle, il faut rappeler que chacune d’elles est née d’une réforme spirituelle affectant une religion ethnique antérieure. Au VI siècle avant l’ère chrétienne, le bouddhisme s’est élaboré à la faveur d’une simplification et d’une épuration des préceptes et des pratiques de la religion ethnique des Indiens ou, du moins, de certains d’entre eux, que nous appelons schématiquement l’indouisme. Ensuite, le christianisme s’est constitué dans un mouvement de réforme de la religion ethnique des Hébreux dont des théologiens comme Hillel et Gamaliel, avaient été les annonciateurs au sein du judaïsme et le christianisme. La nouveauté historique des trois religions précitées réside dans le fait qu’elles ont voulu rompre avec la clôture ethnique et qu’elles ont voulu rompre avec la clôture ethnique et qu’elles y ont réussi, même si le bouddhisme est resté marqué par son aire d’expansion asiatique, le christianisme par le destin de l’Europe et l’islam par son enracinement afro-asiatique. Leurs effets culturels ont été considérables sans pour autant avoir donné lieu à des invariants que l’on retrouverait aujourd’hui dans les populations réputées bouddhistes,chrétiennes ou islamiques. D’une part, ces populations ont conservé quelque chose de la culture ethnique qui était la leur, avant leur conversion à l’une des grandes religions ; d’autre part, elles ont connu, par la suite,des devenirs historiques différenciés. Les textes de la révélation sont immuables dans leur littéralité, qui a d’ailleurs été longue et difficile à établir, notamment dans le cas du christianisme ; mais les interprétations et les commentaires changent avec les époques de telle sorte qu’il est arbitraire de privilégier les rapports les premiers par rapport aux seconds, même si périodiquement des esprits religieux préconisent un retour aux sources pour émanciper le message sacré de ce qui lui est advenu à travers les vicissitudes de l’histoire. Le remplacement progressif des religions ethniques par des cultes d’ Etat, comme celui de la cité ou celui de l’empire, selon les exemples fournis par l’Egypte, la Perse, la Chine, les villes grecques et la Rome antique, ou leur extinction sous l’influence des religions à prétention universelle renvoie aux situations de brassage des ethnies et de la rupture des anciennes solitudes sociétales qui ont constitué les creusets de nouvelles spiritualités.

 PAS DE SUPERIORITE DU MONOTHEISME.

Par ailleurs le monothéisme et l’élection divine ne sont pas aussi exceptionnels qu’on l’a longtemps cru dans les religions abrahamiques. Certes leurs théologiens opposent encore les « religions du Livre » qui détiendraient le monopole du monothéisme, aux autres religions qualifiées par eux de polythéistes, d’animistes ou même de fétichistes. En son temps Frobenius a montré que l’Africain « fétichiste » était une invention de l’Européen colonisateur et que les religions fétichistes n’avaient jamais existé que dans l’imagination des missionnaires portugais e de leur divers successeurs qui croyaient que les peuples d’ Afrique adoraient des objets matériels, alors qu’il s’agissait d’instruments d’un culte visant des réalités transcendantes. Plus généralement, le fétichisme n’a nulle part existé comme système spécifique de croyances et de rites . En revanche, ce terme peut servir à désigner toute dégénérescence d’une pensée religieuse quelconque conférant à des objets matériel (médailles ou amulettes, images ou supports de formules écrites) un pouvoir que les religions, à leur plus haut niveau, ne reconnaissent qu’aux formes immatérielles du sacré. Il se peut, en outre, caractériser une fantasmagorie idéologique érigeant la marchandise en une réalité soi-disant naturelle qui commanderait des rapports immuables entre les groupes sociaux (Marx) ou, à l’échelle de l’individu, une façon pour la libido de prendre la partie pour le tout, voire de substituer à la personne désirée des objets proches d’elle (Freud). Quant au terme d’animisme, il est impropre à qualifier les religions ethniques, comme si elles avaient été ou étaient les seules à invoquer des forces invisibles ou, en quelque manière, spirituelles à l’intérieur de l’homme ou dans son environnement cosmique. A cet égard, la Bible et le Coran seraient aussi « animistes » que la tradition orale religieuse des Dogons et des Bamilékés. En fait, les religions ethniques ont comporté ou comportent une hiérarchie du sacré, s’élevant des vivants dans leur pluralité jusqu’à un Etre suprême, qui n’est rien d’autre que la divinité unique. Par là, elles participent du monothéisme. La différence observable entre les religions dites polythéistes et les religions dites monothéistes, c’est que , dans ces dernières, l’Etre suprême est personnalisé tandis que dans les premières, il demeure sinon anonyme, du moins quasiment inaccessible à la communication directe des fidèles et des prêtres. L’interdiction hébraïque de produire une représentation figurative de Dieu ou même de proférer son nom témoigne d’une an accessibilité du divin qui fait du judaïsme ancien une religion ethnique parmi les autres, même si par ailleurs, à travers les dits des prophètes d’Israël, ce Dieu innommable parle. Le polythéisme et le monothéisme ne constituent pas des espèces radicalement distinctes de genre religieux ; ce sont plutôt des niveaux de conscience religieuse qui investit le sacré, tantôt dans la pluralité de ses manifestations hiérarchisées, tantôt dans son unicité divine originaire, sans qu’il soit légitimement possible de conférer une supériorité cognitive ou éthique à l’une de ses attitudes plutôt qu’à l’autre. Par ailleurs, l’élection divine n’a été historiquement le monopole d’aucun peuple parce qu’elle a été le fait de tous. Doté d’une langue et ne comprenant généralement pas celles des autres, pourvu de rites et de croyances n’appartenant qu’à lui, chaque peuple a estimé, du moins durant un temps de son histoire, qu’il entretenait avec le sacré et avec sa forme supérieure, le divin, des relations privilégiées, qu’il en détenait une mission à nulle autre pareille et que, en conséquence, il ne se trouvait incomparablement élu.

En somme, il faut mettre au compte de notre siècle la prise de conscience des la pluralité des cultures et plus encore du fait que cette pluralité ne comporte aucune hiérarchie. Les cultures sont différentes ; elles le sont, les unes par rapport aux autres, ni supérieures ni inférieures, contrairement aux assertions agressives et fausses du racisme. Aucune culture n’a jamais été une totalité complètement isolée, fermée et sans contacts avec les autres.

De plus, les phénomènes culturels, en tant qu’expression de la réalité sociale, ne sont pas suffisamment intelligibles en eux-mêmes. Pour être élucidés, ils demandent à être analysés en connexion avec les autres phénomènes sociaux. Dans cette voie de recherche, la pluralité ne saurait occulter les traits communs, et les apparences d’immuabilité ne sauraient dissimuler le devenir historique qui nous a faits, les uns et les autres, ce que nous sommes.



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
LA PLURALITE ET L’INTERPENETRATION DES CULTURES
14 juillet 2007 - 21h54

Après les primates, il y a eu des hommes dont certains souffrent d’une maladie nommée « schizophrénie » ; lesquels dans leurs perceptions hallucinatoires croient entendre le Divin - et voient ses envoyés - leur donnant des ordres. Ils sont alors en certitude d’être désignés pour une mission divine.

Psychose hallucinatoire, délires mystiques, croyances, religions.
Ni Dieu, ni Diable, seulement et totalement une maladie psychiatrique.
D’un autre âge, ceux qui se disaient en communication avec Dieu étaient et sont encore appelés « prophètes » avec leurs écrits indiscutables.
De nos jours, ceux qui entendent des voix ont pour certitude que Dieu leur parle ; ce sont nos jeunes en psychose hallucinatoire paranoïde (schizophrénie) dont le traitement relève de la psychiatrie.

Ce qui est inscrit sur la notice pharmaceutique d’un antipsychotique de dernière génération : « ... est utilisé pour traiter une maladie qui s’accompagne de symptômes tels que entendre, voir et sentir des choses qui n’existent pas, avoir des croyances erronées... ».
Cette relation vous semble inadmissible, alors je vous mets au défi de citer une seule autre manifestation qui soit à la fois l’œuvre présumée de l’Au-delà et également les symptômes d’une maladie.

Bien et Mal, Bons et Méchants, Dieu et Diable, Enfer et Paradis, tout ce monde binaire, sans positions intermédiaires ainsi que les angoisses sur le futur, avec son extrémité qu’est la fin du monde, sont toutes les perceptions qui envahissent le psychotique schizophrène. Il est normal que les religions les aient intégrées, les croyances sont les relais des perceptions psychotiques.

Il est temps de ne plus vénérer cette maladie extrémiste. Que diriez-vous si l’on vénérait le cancer, le sida... toutes ces maladies qui rongent le malade, sa famille et la société.
En terminer avec la schizo : même si l’on n’a pas encore le vaccin, lorsque l’on a la clé, va-t-on rester dans cette irréalité encore des milliers d’années ?

En France, chaque année, 8000 jeunes entrent dans cette maladie ; il est temps de faire comprendre ce mal et sa relation avec le mystique et donc de faire de la prévention par l’explicatif.
Un père en prise avec cette « maladie de la croyance totalement mystique ».
Maurice Champion - http://monsite.orange.fr/champion20.






FÊTE DE SOUTIEN AUX GRÉVISTES POSTIERS ET DES CATACOMBES
mercredi 23 - 09h41
1 commentaire
MACRON AU PIED DU MUR...
mercredi 23 - 03h52
Intervention militaire sur la ZAD NDDL : suivi du 22 mai 2018
mardi 22 - 12h50
de : nazairien
2 commentaires
Aude Lancelin répond à RSF (video)
mardi 22 - 10h42
de : La Luciole Mélenchantée
La Lega italienne, laboratoire politique de la droite d’après ?
mardi 22 - 09h46
de : Jan Bediat
SYRIE : L’armée aurait fait 300 prisonniers Français+des Officiers de l’OTAN !
lundi 21 - 22h11
de : JO
Il est urgent de faire basculer le rapport de force – n° 20 – mai 2018
lundi 21 - 17h32
de : jodez
Venezuela : La couverture des élections présidentielles par les médias
lundi 21 - 17h20
de : jodez
VENEZUELA : Seuls Washington et ses alliés s’opposent au Peuple Venezuelien !
lundi 21 - 16h50
de : JO
Le Sacré Choeur raisonne au rythme de la Fanfare Invisible, afin que refleurisse la Commune
lundi 21 - 14h55
de : nazairien
5 commentaires
Services publics : les agents malmenés par la perte de sens et la souffrance au travail
lundi 21 - 10h25
Nicolas Maduro est réélu Président de la République avec 68 % des voix (photos)
lundi 21 - 08h46
de : Thierry Deronne
2 commentaires
Nous demandons l’annulation de la saison France-Israël
lundi 21 - 05h00
Selom, Matisse, Fives : Un maximum de bruit - Témoignages
dimanche 20 - 22h08
de : André
MANIFESTATION NATIONALE UNITAIRE POUR LA LIBERATION DE GEORGES IBRAHIM ABDALLAH - PARIS, SAMEDI 23 JUIN, 15h00,
dimanche 20 - 20h05
Espagne. Vers une gauche "d’adaptation" soluble dans le régime...
dimanche 20 - 14h31
de : Antoine (Montpellier)
Caméra, pourquoi sans répit m’épies-tu ?
dimanche 20 - 14h14
de : jean 1
Le syndicat contre l’affichage religieux identitaire ostensible
dimanche 20 - 11h52
de : Christian DELARUE
2 commentaires
L’ONU vote l’envoi d’une mission Internationale à GAZA ! Enfin !
dimanche 20 - 11h36
de : JO
1 commentaire
Après les destructions, les matraques et les lacrymos, sur la ZAD de NDDLon ne manque pas d’humour
dimanche 20 - 01h12
de : nazairien
4 commentaires
Entretien avec Laurent BRUN, secrétaire général de la CGT Cheminots #greveSNCF #jesoutienslagrevedescheminots
samedi 19 - 18h59
de : Jodez
Migrants : une fillette kurde de deux ans tuée par balle par la police belge
samedi 19 - 08h21
2 commentaires
Internationalisation du voile crypto-fasciste, drapeau de l’islamisme et plus largement de l’intégrisme musulman.
vendredi 18 - 21h22
de : Christian DELARUE
2 commentaires
SUR LE FRONT DES GREVES : Les agents de l’ONF face aux mauvais coups Macron !
vendredi 18 - 18h11
de : JO
Assemblée Générale anti-autoritaire, illégitime et sauvage
vendredi 18 - 16h30
de : jean 1
Ils sont fiers,sur la manche du Gal Lizurey, commandat l’opération de destruction sur la Zad
vendredi 18 - 12h10
de : nazairien
6 commentaires
Le MRAP condamne l’ignominieux message publié sur les réseaux sociaux du CRIF le 15 mai 2018
vendredi 18 - 11h28
de : MRAP
L’ÉQUIPE : La répression patronale en marche ! Rassemblement vendredi 18 mai 14 heures
vendredi 18 - 07h47
de : Info’Com-CGT
1 commentaire
VENEZUELA : Enfin , une vrai décision Révolutionnaire !
jeudi 17 - 16h01
de : JO
SYRIE : 60 militaires Français capturés !
jeudi 17 - 15h07
de : JO
1 commentaire
Pour l’égalité, la justice sociale et la solidarité Marée populaire le samedi 26 mai
jeudi 17 - 13h49
1 commentaire
La ZAD est de nouveau attaquée
jeudi 17 - 11h59
de : jean 1
3 commentaires
15 000 suppressions de postes dans les hôpitaux attendues cette année
jeudi 17 - 07h58
de : jean 1
Briançon • Chronique d’une mort annoncée
jeudi 17 - 00h33
de : chez jesus
Israël, 200 armes nucléaires pointées sur l’Iran
mercredi 16 - 22h14
de : Manlio Dinucci
2 commentaires
CHEZ NOUS, À GAZA / C’est l’heure de l’mettre
mercredi 16 - 21h50
de : Hdm
POUR SAUVER LE PLANÈTE, SORTEZ DU CAPITALISME
mercredi 16 - 18h43
de : Ernest London
EPR : plus fort que le survol des drones, le super-vol de cadenas !
mercredi 16 - 17h11
de : Patrick Samba
Enquête : la complaisance de Gérard Collomb envers les identitaires remonte à Lyon
mercredi 16 - 12h43
Ce que tout révolutionnaire doit savoir de la répression
mercredi 16 - 11h43
de : Roberto Ferrario
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Le théâtre doit être ce que le théâtre n'est pas. Pier Paolo Pasolini
LE JOURNAL DU MEDIA de 20H
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris dans la salle de la Coupole. C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris dans la salle de la Coupole. Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris dans la salle de la Coupole. C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite
SOIXANTE DIX SEPT - LA REVOLUTION QUI VIENT
mardi 13 mars
de Roberto Ferrario
NOUS NOUS RETROUVONS COMME CHAQUE ANNEE POUR NOUS RAPPELER CE JOUR OU FRANCESCO LORUSSO MOURUT... LE JOUR OU LE POUVOIR FICHA UN PIQUET DE FRÊNE DANS LE CŒUR ROUGE D’UN RÊVE... LE RÊVE D’UNE SOCIETE EN COULEURS... FAIBLE FLAMME QUI COUVE SOUS LA CENDRE !!! SOIXANTE DIXSEPT - LA REVOLUTION QUI VIENT sous la direction de Sergio Bianchi et Lanfranco Caminiti 432 pp -20,00 euros 88-88738-57-6 En Italie, le mouvement politique, social, culturel, existentiel de 1977 n’a (...)
Lire la suite