Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

LA RÉPONSE SOCIALE N’EST PAS À LA HAUTEUR DE LA CRISE
de : Armando García
lundi 22 mars 2010 - 20h52 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 20.1 ko

Entretien avec Éric Toussaint, président du CADTM, par Manuel Torres [1]

Comment évaluez-vous la situation des mouvements sociaux ?

Problématique. Il est fondamental d’avoir un diagnostic correct de la situation qui, à mon avis, est la suivante. Nous avons la plus grande crise du système capitaliste depuis 80 ans et les réponses sociales ne sont pas à la hauteur. Lorsque la crise a éclaté, en 2007-2008, les intellectuels pro-capitalistes ont tremblé car il se sont rendu compte qu’il s’agissait d’un crise systémique. On a parlé de crise capitaliste, de refonder le capitalisme parce qu’ils craignaient réellement une réponse de grande ampleur -et cela ne s’est pas encore produit. 

C’est vrai qu’il y a des signes positifs comme ceux donnés à Belén au Forum Social Mondial (FSM) en janvier 2009 : 14.000 participants, la grande majorité des jeunes qui cherchaient à participer dans les ateliers les plus radicaux. Les déclarations finales des mouvements indigènes, des femmes, de justice globale, etc... sont très radicales. Mais ce ne sera pas un forum social mondial qui pourra changer la corrélation de forces, mais plutôt les luttes réelles dans les pays où la crise est plus forte, dans ceux qui ont un poids dans l’économie mondiale. A ce niveau, les réponses sociales aux Etats-Unis et en Europe sont jusqu’à présent limitées, comme si les gens étaient paralysés par les coups qu’ils reçoivent, par le chômage, etc.

C’est un diagnostic préoccupant !

Oui, et cela pousse à l’action les mouvements sociaux qui constituent une force réelle (Via Campesina, des réseaux comme la marche mondiale des femmes, le Comité pour l’Annulation de la Dette dans le Tiers Monde (CADTM), les organisations indigènes, etc.). Ils ont le très grand défi d’organiser des stratégies d’actions. On n’y est pas encore arrivé, mais il y a eu, à la fin janvier, la réunion mondiale des mouvements sociaux à San Paulo, hors du contexte des forums sociaux, où a été organisé un séminaire [1] pour faire une balance de nos stratégies et pour impulser un mouvement.

Les gouvernements de gauche les plus avancés, comme ceux de Bolivie, Équateur ou Venezuela, n’ont pas pris non plus de fortes initiatives. Ils ont émis des déclarations intéressantes comme celle du Sommet de Copenhague, mais on est en train de perdre un temps précieux pour, par exemple, lancer la Banque du Sud sur des critères cohérents, ou avancer avec le SUCRE (système unique de compensation régionale qui éliminerait l’influence du dollar sur les pays de l’ALBA), ou donner plus de cohérence à l’ALBA. Il y a beau de discours et de rhétorique, mais les faits et les décisions ne suivent pas cette ligne.

Que manque-t-il pour qu’il y ait une mobilisation convaincante en cette époque de crise du système ?

Si nous parlons de l’Europe ou des Etats-Unis, le mouvement syndical joue un rôle important pour mobiliser ou ne pas le faire. En Europe la Confédération des syndicats, en Espagne les CCOO et UGT, en France la CGT et la CFTD, les syndicats anglais : aucun ne veut de grandes mobilisations. Ils pensent que s’ils mettent en marche le train des luttes, celles-ci prendront un caractère plus radical qu’à d’autres époques. Les directions syndicales ne sont pas prêtes à assumer les risques d’une confrontation avec les gouvernements. Ils s’accrochent à l’espoir que les plans de sauvetage des banques vont réussir à sortir de la crise en une ou deux années, et cela c’est une erreur.

Nous avons vu un exemple au début 2009 dans les mobilisations en France qui ont eu une participation similaire à celles obtenues en mai 68. Les gens voulaient continuer avec les mobilisations et les directions syndicales ont décidé que non. Il y eut beaucoup de frustration, pourtant les gens n’ont pas été capables de se convoquer eux-mêmes au niveau de tout un pays en coordonnant les secteurs publics et privés.

Il existe une disposition à la mobilisation s’il y a un plan d’action de la part des directions syndicales. Sans une participation syndicale forte et sans grands mouvements spontanés comme il y a eu à la fin des années 60, début des années 70, qui étaient la fin de la grande ère de prospérité économique, les gens pouvaient aller en grève avec l’idée de vaincre. A présent, pour vaincre, il manque un plan d’action fort.

Il n’y a nulle part de capacité d’action ?

Les endroits où il y a une grande mobilisation sont les pays périphériques comme en Amérique Latine qui, pour moi, constituent l’épicentre de la résistance, comme les organisations indigènes en Équateur ou au Pérou. La stratégie nous oblige à faire un travail de sensibilisaion, à ouvrir le débat sur la stratégie dans le contexte du FSM, même avec les confédérations syndicales qui en font partie. Les organisations paysannes doivent aussi proposer une solution à la crise alimentaire au niveau international en implémentant des politiques de souveraineté alimentaire.

Croyez-vous que la passivité des syndicats européens est due à la crainte de sortir d’un modèle de production lié à la consommation, ce qui impliquerait un changement radical dans la forme de travailler et de s’organiser ?

Je ne crois pas que ce soit cela la raison principale. Je pense que celle-ci se trouve dans les directions bureaucratiques qui ne veulent prendre aucun risque et préfèrent chercher la voie de la négociation et, comme ils craignent la dynamique que preuvent prendre de grandes mobilisations, ils préfèrent essayer de négocier avec le patronat et les gouvernements. Ce n’est pas tellement leur vision du mode de production, parce qu’à présent tout le monde se rend compte que ce modèle de consommation, ce modèle extractiviste -qui produit même un changement climatique- n’est pas bon. Ce qui se passe, c’est que les gens ne sont pas très révolutionnaires au niveau des idées. Le problème principal est de se rendre compte que maintenant, pour arriver à quelque chose, cela implique un niveau d’affrontement. Je ne parle de prendre le pouvoir mais bien de mener de longues grèves d’opposition frontale au patronat ou, même, de renverser un gouvernement -ce qui ne se fait pas depuis 30 ou 40 ans.

Il y a aussi eu des déroutes importantes...

Dans le contexte du FSM, nous avons eu des problèmes depuis 2003 jusqu’à l’année passée (et nous n’en sommes pas encore sortis). Deux pays clés dans la construction du mouvement altermondialiste sont l’Italie et le Brésil. En Italie, le parti de la Refondation Communiste est entré dans le gouvernement de Romani Prodi, de caractère social-libéral. Cela a provoqué une démoralisation et une déroute politique de la Refondation Communiste qui a perdu la représentation parlementaire. Les mouvements sociaux italiens n’ont pas la même capacité que lorqu’on a lancé le premier forum social européen en novembre 2002 à Florence, avec une marche d’un demi-million [de participants] contre la guerre. Ou à Genève en 2001. Ou au Brésil où la ligne de Lula, appuyée par le principal syndicat, est de caractère social-libéral. Cela a eu des conséquences au FSM mais aussi au niveau de la fédération des mouvements sociaux, qui est plus radicale mais qui a été affectée par l’orientation politique des gouvernements et les déroutes politiques de ces mouvements sociaux.

L’introduction dans des gouvernements de gauche en Amérique Latine de personnes liées aux mouvements sociaux n’entraîne pas un abandon du modèle extractiviste. Cela vaut la peine, au vu de ces résultats, qu’ils entrent pour faire partie d’un gouvernement ?

Il est fondamental, pour les mouvements sociaux dans des pays comme la Bolivie, le Venezuela ou l ’Équateur, de maintenir une capacité de mobilisation indépendante vis-à-vis du gouvernement pour être capable d’exercer une pression sur lui. Ce doit être possible sans s’affronter, mais plutôt en exerçant une pression sur lui, le stimuler en l’incitant à adopter des initiatives plus avancées. Mais si cela ne fonctionne pas, il faut alors affronter la politique du gouvernement. Les personnes des mouvements sociaux ne devraient pas accepter de charges ministérielles pour maintenir ainsi la capacité de mobilisation.

Il faudrait chercher une relation dialectique constructive d’appui et de pression pour aller dans la bonne direction. Si cela ne fonctionne pas, ils doivent se mobiliser comme l’a fait la CONAIE en Équateur lorsque le gouvernement n’a pas pris en compte la position des indigènes. Les mouvements sont obligés de consulter leurs bases et, si celles-ci le décident, de se mobiliser. Même si on tente d’impliquer les mouvements sociaux dans des tentatives de renversements -ce qui est une stratégie de Correa. Si le gouvernement n’écoute pas lorsque les putschistes décident d’agir, les mouvements sociaux ne l’appuyeront pas. Il y a un secteur du gouvernement qui le comprend mais, pour l’instant, il est influencé par la secteur plus conservateur. On peut signer des accords et appuyer les bonnes résolutions d’un gouvernement, mais on doit exercer une pression et, si c’est nécessaire, l’affronter pour obtenir un changement d’orientation politique.

Quelles alternatives existe-t-il au-delà des mobilisations et de l’affrontement ? Est-il nécessaire d’arrêter de reconnaître la structure de l’Etat et d’appliquer le modèle approprié de développement des peuples ?

Non. Je crois qu’une stratégie comme par exemple celle des Zapatistes correspond à une organisation qui de fait -bien que ce ne fût pas leur souhait- est marginale dans la vie politique de Mexico et est dans une situation d’autodéfense plus que de défense. Une stratégie de mobilisation non seulement me paraît fondamentale, mais il faut aussi construire des instruments de pouvoir populaire venant de la base -dans le style, là oui, des Zapatistes, ou des indigènes organisés au sein de la CONAIE. Mais aussi d’autres secteurs comme par exemple les travailleurs de manufactures, qui doivent avoir une politique de contrôle ouvrier. Cela implique de tenter de créer une dualité de pouvoir dans l’entreprise capitaliste. Questionner de manière structurelle et permanente le pouvoir de décision des chefs d’entreprises -qu’elle soient privées ou de l’Etat. Dans le cas de gouvernements qui nationalisent les entreprises, la production doit être organisée par les travailleurs -et non une bureaucratie ou les technocrates.

Eric Toussaint

[1]. Dans Els Quaderns d’Illacrua a la Directa n° 171
[2]. Séminaire sur l’Assemblée des Mouvements Sociaux, São Paulo, Brésil, 21-23 Jan 10

Traduction : Armando García
Source : Amérique Latine des peuples

Quelques-unes des oeuvres d’Eric Toussaint :
La Bourse ou la vie. La finance contre les peuples
Banque mondiale : le coup d’Etat permanent
Banque du Sud et nouvelle crise internationale
L’Équateur à la croisée des chemins. Abolir la dette pour libérer le développement humain (en espagnol)
60 questions, 60 réponses sur la dette, le FMI et la Banque Mondiale
[NdT. Pour plus de renseignements, consulter le site du CADTM > Publications > Livres et brochures]




Imprimer cet article





Suppression des régimes de retraites des parlementaires ?
samedi 7 - 09h08
de : Jean-Marie Défossé
Reportage photo : Manifestation à Paris pour les retraites- jeudi 5 décembre 2019
vendredi 6 - 21h39
de : jean1
Grève de la destruction du monde à Saint-Victor
vendredi 6 - 18h36
de : AMASSADA
Comment Maduro, a t il pu laisser faire cela, livrer « Stan Maillaud » au psychopathe macron (vidéo)
vendredi 6 - 17h07
de : nazairien
Verdi, ancien « vrai journaliste », nous fait, une analyse extremement détaillée de cette puissante mobilisation du 5-12
vendredi 6 - 15h44
de : nazairien
1 commentaire
Quand les riches détruisent des bâtiments publics, avec le soutien de la justice
vendredi 6 - 13h00
de : Louisette
1 commentaire
Les Etats-Unis se hasardent-ils à considérer la CHINE comme une République bananière ?
jeudi 5 - 22h46
de : JO
Le principe de continuité du mouvement de grève
jeudi 5 - 20h03
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Grève du 5 décembre : manif monstre à Saint-Nazaire
jeudi 5 - 13h12
de : naairien
6 commentaires
LREM, Macron, farandole de casseroles : A mettre dans le livre des records (document Médiapart)
mercredi 4 - 23h53
de : nazairien
1 commentaire
Un mouvement de grève ne nous empêche pas de vous proposer nos programmes, bien au contraire ! C’est l’heure de l’mettre
mercredi 4 - 22h07
de : Hdm
VIOLENCE D’ETAT, VIOLENCE REVOLUTIONNAIRE
mercredi 4 - 19h55
de : Nemo3637
Pas d’argent pour les Retraites ?
mercredi 4 - 17h49
1 commentaire
Spectacle ’Du Gabon à la Russie’ le 7 décembre à Nantes : exil, amour, justice
mercredi 4 - 00h41
Retraites des fonctionnaires : ça va saigner pour les enseignants, les paramédicaux et les agents territoriaux
mardi 3 - 14h01
« Rassemblement non stop » : les pompiers veulent occuper la place de la République une semaine entière (vidéo)
lundi 2 - 20h25
de : nazairien
4 commentaires
En grève jusqu’à la retraite !
lundi 2 - 12h47
de : jean1
2 commentaires
Acte 55 Gilets Jaunes à Toulouse ! Témoignage d’un vrai REPORTER !
dimanche 1er - 20h40
de : JO
CRITIQUE du TRAVAIL salarié et de la RELIGION
dimanche 1er - 15h49
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Vous avez dit : Un monde multipolaire ? Autre démonstration !
samedi 30 - 10h58
de : JO
1 commentaire
EPO et Hamster chinois.
vendredi 29 - 18h03
de : L’iena rabbioso
L’éruption de la faim - C’est l’heure de l’mettre !
vendredi 29 - 12h44
de : Hdm
1 commentaire
CONVERGENCE DES LUTTES : Contribution !
vendredi 29 - 12h14
de : JO
BOLIVIE : La succession d’EVO Morales assurée et organise la Résistance !
vendredi 29 - 11h25
de : JO
Un 5 décembre fort ou exceptionnel ! L’état de la mobilisation secteur par secteur
vendredi 29 - 07h36
1 commentaire
Xavier Kemlin, star déchue de la complosphère d’extrême-droite
jeudi 28 - 17h21
de : Blanqui75
1 commentaire
BOLIVIE : suite du complot contre EVO MORALES + corruption à la clé !
jeudi 28 - 11h57
de : JO
1 commentaire
Rafael Correa (ancien président de l’équateur) reçoit Evo Morales, (coup d’état et lutte de classes) (vidéo)
jeudi 28 - 11h32
de : nazairien
1 commentaire
La mort de Sami Abu Diak, prisonnier politique palestinien
jeudi 28 - 10h34
de : librinfo74 via jyp
Greve du 5 décembre
jeudi 28 - 10h04
de : jean 1
ARGENTINE : Alberto Fernandez Président élu, refusera le crédit du FMI !
jeudi 28 - 10h03
de : JO
Gilets jaunes : les interdictions de manifestation, l’autre face de la répression
mercredi 27 - 13h11
1 commentaire
Le monarque se prépare-t-il à lancer ses brutes contre notre Jeunesse ?
mardi 26 - 23h50
de : JO
BOLIVIE : A lire absolument ce que nos médias aux ordres ne vous diront pas !
mardi 26 - 16h15
de : JO
1 commentaire
C’est quoi : un pognon de dingue ?
mardi 26 - 15h22
de : JO
On se crève au travail, que crève le travail !
mardi 26 - 12h26
de : jean1
1 commentaire
Culture dominante et perception du déshonneur
lundi 25 - 21h09
de : Christian DELARUE
1 commentaire
CHILI : Un féminicide dont les médias ne parlent pas !
lundi 25 - 17h25
de : JO
Rapports de force a besoin de vous !
lundi 25 - 14h50
Le nouveau CRUSH 44 : ces petits jouets du capitalisme colonial.
lundi 25 - 13h34
de : jean1

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Quand un imbécile fait une action dont il a honte, il prétend toujours que c'est par devoir. Bernard Shaw
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
2 commentaires
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite