Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Porte ouverte à la psychanalyse dans le champ de la misère, là ou elle se trouve, dans nos rues, dans nos prisons

de : Jacques Essekeri
mercredi 7 avril 2010 - 12h24 - Signaler aux modérateurs
7 commentaires

Ma préoccupation : la souffrance psychique des gens de la rue rejoint celle exprimée par Martin Hirsch dans Le Monde du 3 décembre 2008. Martin Hirsch était alors haut commissaire aux solidarités actives contre la pauvreté. Je le cite : "La première orientation est de mieux prendre en compte la diversité des situations et de mieux les qualifier. Combien parmi les sans-abri seraient tirés d’affaire s’ils avaient un accès direct au logement ? Quelle est la proportion d’entre eux pour laquelle la souffrance psychique est le problème principal qui l’emporte sur tout le reste ?"

Certes, je rejoins Martin Hirsch. Si pour certains le problème principal est la souffrance psychique, sa prise en charge devient une nécessité. Elle est indispensable pour les grands blessés, ces rescapés de la misère, parce qu’ils marchent, même si parfois ils vacillent. Ces rescapés de la misère, ils errent dans nos rues ou ils sont les hôtes de nos prisons. Pour certains d’entre eux leur premier hôtel, le ventre de leur mère, était déjà un taudis. Leur mère était elle-même une héritière de la misère.

Comme la fortune, l’infortune se transmet. Certes, elle n’est pas imposable… Ainsi certains héritent du divan. Parfois même ils s’y éternisent. Peut-être cultivent-ils leur égocentrisme ? Ils en ont les moyens. D’autres héritent d’un carton. Parfois ils y restent faute de moyens. Sur le divan, l’on peut revivre et se relever. Sur le carton, l’on peut ne jamais se relever. L’on peut même y mourir.

Ainsi, pendant une trentaine d’années, de 1956 à 1985, dans un institut médico-pédagogique, dans la rue et enfin dans les services de l’aide à l’enfance à la direction de l’action sanitaire et sociale (Ddass), j’ai côtoyé les héritiers de l’infortune. Ces trente années de travail m’ont confronté aux limites de l’action éducative. Curieusement, les acteurs des Ddass ne se préoccupent guère de la souffrance psychique. Peut-être que cette préoccupation de la souffrance psychique ne serait pas sanitaire. Dans ces conditions, l’éducation dite "spécialisée" a, en priorité, pour projet l’insertion sociale.

Imaginez un éducateur sur un terrain de football. Un des participants au jeu ne passe jamais le ballon. Il le garde pour lui. L’éducateur va tenter de transmettre à ce joueur – qui en fait ne joue pas – les règles du jeu pour l’amener à s’intégrer au groupe. Le projet étant de le socialiser. Si le message de l’éducateur est reçu, il n’y a plus de problème, le jeu suit son cours. S’il n’est pas reçu, que peut faire l’éducateur ? Exclure le joueur, c’est un échec. Le forcer à jouer, l’éducateur devient alors dictateur, c’est encore un échec. L’éducateur peut tenter d’entendre le message de ce joueur et de le décrypter. Difficile pour l’éducateur.

Néanmoins, il peut repérer la souffrance de ce joueur et demander la collaboration du psychothérapeute, dont la mission est justement d’aborder la souffrance psychique. Il est possible que ce joueur revienne de lui-même sur le terrain. C’est alors une réussite.

Un autre exemple. Huit années de bénévolat dans un accueil Emmaüs furent révélatrices. Une jeune femme de la rue accompagnée de son ami dormait dehors avec celui-ci alors qu’il avait une chambre. Cette femme ne pouvait franchir la porte du lieu d’accueil. Aussi, elle ne pouvait bénéficier du petit déjeuner et de l’accueil des travailleurs sociaux et des éducateurs. Alors que faire ? La forcer, pas question ; l’encourager, pas efficace.

Reste donc la solution d’aller vers elle. C’est inhabituel pour un psychothérapeute. Peu importe. Chemin faisant, la découverte fut : "A ma naissance, j’étais dans une couveuse", me confia la jeune femme. Une couveuse, c’est relativement dangereux, on peut y mourir. Après un temps assez long, cette femme a passé la porte d’entrée du centre d’accueil tout en restant proche de la sortie. Puis, un jour, elle est enfin entrée dans le lieu d’accueil. Elle n’avait plus peur de l’intérieur. Pour cela, il a fallu aborder en priorité la peur, la souffrance. Ces huit années dans le cadre de cet accueil Emmaüs ont été révélatrices.

Premièrement : la psychothérapie avec les exclus, les gens de la rue, c’est possible. Il suffit de se défaire d’une orthodoxie parfois trop rigoureuse et limitative.

Deuxièmement : la résistance à la psychanalyse du secteur social est patente. En effet, mon activité a été brutalement arrêtée à la suite d’un conflit aigu avec l’un des acteurs sociaux. Cette exclusion met bien en évidence la problématique relationnelle entre psychanalystes et travailleurs sociaux. Peut-être que le psychanalyste bouscule l’ordre établi. Peut-être que le psychanalyste est censé percevoir la partie cachée de l’institution, ou encore supposé entendre quelque chose de l’inconscient des travailleurs sociaux.

A ce niveau, je fais part d’une analyse d’une stagiaire de l’université préparant son DESS. Elle nous entretient d’une possible régression : "Les travailleurs sociaux participent inconsciemment à une régression des exclus qui fréquentent les lieux d’accueil gérés par les associations caritatives. Ils trouvent dans ce comportement un bénéfice secondaire : ils sont les bons parents indispensables que l’on ne pourra pas quitter, alors qu’ils devraient avoir pour projet de conduire à l’indépendance tous ceux qui sont accueillis dans les centres. Les bons parents savent que leurs enfants les quittent un jour."

Certes, le chômage participe à l’exclusion, mais il n’en est pas le seul responsable. Heureusement, tous les chômeurs ne sont pas dans la rue. J’ai connu l’époque du plein emploi. Nombreux sont les jeunes qui n’en ont jamais profité. J’ai quelques doutes sur la socialisation par le travail. Ce serait vouloir apprendre à faire du vélo à un cul-de-jatte.

Concernant l’époque du plein emploi, je citerai un exemple parmi tant d’autres : un garçon délinquant trouve un emploi dans une compagnie d’assurances. La direction de celle-ci lui propose une formation et lui procure un logement. Voilà un cadre "en béton". Tous les éléments semblent réunis pour que ce garçon s’intègre à la société. Les dernières fois que je l’ai rencontré, c’est aux assises et en tant que témoin à son mariage à la maison d’arrêt. Assez récemment, sa femme m’a téléphoné. Elle cherchait son mari pour demander le divorce. Ce garçon avait été admis à l’aide à l’enfance dès sa naissance alors que sa mère était incarcérée pour proxénétisme et avait été préalablement prostituée. C’était une héritière de la misère. Il y a de quoi se poser des questions. Quoi qu’il en soit, la souffrance psychique des gens de la rue n’est toujours pas prise en charge.

Mon projet est de rompre le silence, de réveiller les consciences des psychanalystes, qui ont pour compétence d’aborder la souffrance psychique. Ces exclus n’auraient-ils pas de souffrance psychique ? Seraient-ils vides d’inconscient ? Seraient-ils écervelés ? Ils sont si souvent dévisagés. Pourquoi pas bientôt décapités... Pour toutes ces raisons, je suis déterminé à rompre le silence et à tout tenter pour la réalisation de mon projet "Porte ouverte à la psychanalyse dans le champ de la misère, là où elle se trouve, dans nos rues, dans nos prisons".

Le silence tue.

Il est temps que les psychanalystes soient enfin invités dans les arcanes de la misère

Jacques Essekheri est psychologue, clinicien et psychanalyste

http://www.lemonde.fr/opinions/arti...


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
Porte ouverte à la psychanalyse dans le champ de la misère, là ou elle se trouve, dans nos rues, dans nos prisons
7 avril 2010 - 16h05

Imaginez un éducateur sur un terrain de football. Un des participants au jeu ne passe jamais le ballon. Il le garde pour lui. L’éducateur va tenter de transmettre à ce joueur – qui en fait ne joue pas – les règles du jeu pour l’amener à s’intégrer au groupe. Le projet étant de le socialiser. Si le message de l’éducateur est reçu, il n’y a plus de problème, le jeu suit son cours. S’il n’est pas reçu, que peut faire l’éducateur ? Exclure le joueur, c’est un échec. Le forcer à jouer, l’éducateur devient alors dictateur, c’est encore un échec. L’éducateur peut tenter d’entendre le message de ce joueur et de le décrypter. Difficile pour l’éducateur.

Néanmoins, il peut repérer la souffrance de ce joueur et demander la collaboration du psychothérapeute, dont la mission est justement d’aborder la souffrance psychique. Il est possible que ce joueur revienne de lui-même sur le terrain. C’est alors une réussite.

Si on suit bien le raisonnement, le fait de refuser de jouer a un jeu de cons est OBLIGATOIREMENT le signe d’une souffrance psychique ?

Psychanalyste ou idiot ?

Carland



Porte ouverte à la psychanalyse dans le champ de la misère, là ou elle se trouve, dans nos rues, dans nos prisons
7 avril 2010 - 16h19 - Posté par

c’est une image et on peut refuser de jouer ! c’est d’ailleurs expliqué (éduc dictateur)...

le tout étant de comprendre si la personne qui refuse le fait par un refus "volontaire" (comme le tien), ou si ce sont des problèmes psy qui empêchent la socialisation... beaucoup de personnes "fragiles" psychologiquement aimeraient bien vivre "normalement"...


Porte ouverte à la psychanalyse dans le champ de la misère, là ou elle se trouve, dans nos rues, dans nos prisons
7 avril 2010 - 16h45 - Posté par

Tu n’as pas du bien lire le texte de ce "psy". Ou est il question de choix et de libre arbitre ?

Carland


Porte ouverte à la psychanalyse dans le champ de la misère, là ou elle se trouve, dans nos rues, dans nos prisons
8 avril 2010 - 12h05 - Posté par

et où est-il question de l’inverse ???


Petite Histoire de la Psychanalyse à l’usage des militants
7 avril 2010 - 20h03

On s’imagine trop souvent que la psychanalyse freudienne est une affaire de bourgeois –surtout de femmes bourgeoises desoeuvrées. En fait, dès la fin de la Première Guerre mondiale la psychanalyse est transformée dans sa politique, grace à Freud (addresse du Congrès de Budapest, 1918) ; grâce aussi à une nouvelle génération de psychanalystes qui avaient fait l’épreuve de la psychanalyse dans le service médical. Contre la psychiatrie officielle, qui ne s’intéréssait qu’à “réajuster” les troupes pour les renvoyer au front le plus tôt possible, les jeunes médecins cherchaient à travailler avec leurs charges pour les aider à comprendre et agir dans leurs propres intérêts. C’est pourquoi dans les années vingt à Vienne, à Berlin, à Budapest et ailleurs on vit s’ouvrir des cliniques gratuites pour les classes ouvrières et autres. À Vienne, en collaboration avec le gouvernment Austro-Marxiste, une clinique freudienne fut gérée par Wilhelm Reich qui, non content d’organiser des consultations, fonda le Sex-Pol, organisme qui se chargeait d’aller parmis les ouvriers d’après la théorie reichienne selon laquelle il fallait enseigner à la classe ouvrière à se libérer tout à la fois sur le plan physique, psychologique, et donc politique. Cette ambition, qui pour Reich allait de pair avec l’organisation du Parti Communiste (dont Reich faisait partie, ainsi que d’autres parmi les associés de Freud), était vue par les Communistes eux-mêmes comme une compétition pour “embourgeoiser” la conscience ouvrière. Reich fut chassé du Parti. Ses écrits sur la face militante de la psychanalyse eurent une influence énorme sur la génération de ’68. Aujourd’hui, ça et là, aux USA, en France, en Autriche, en Allemagne, les psys. Commencent à redécouvrir cette tradition, et à l’appliquer.



Porte ouverte à la psychanalyse dans le champ de la misère, là ou elle se trouve, dans nos rues, dans nos prisons
8 avril 2010 - 13h10 - Posté par bipède

<< la psychanalyse n’est pas une science,c’est une mythologie,un discours sans aucun fondement scientifique(Non le complexe d’oedipe n’est pas universel ) alors que Reich communiste s’en inspire ....qu’est ce que ça prouve ? >>

La psychanalyse freudienne n’est pas une science, c’est un dogme. Que Freud a tenté de faire passer pour une science. Avec succès puisque son dogme servait les intérêts de toujours la même minorité dite dominante. Comme le font si bien aussi les pseudo-thérapies new-age aujourd’hui.

Il existe aussi une abondante littérature anglophone encore plus pertinente que celle citée plus haut, qui prouve l’escroquerie freudienne depuis de nombreuses décennies (et sans chercher à la remplacer par une autre), et là encore ceux qui veulent savoir savent.
L’isolement linguistique dans lequel les Français ont été délibérément placés est là encore criant.

Justement, Reich s’est dégagé du "complexe d’Oedipe" ainsi que d’autres projections freudiennes.

Reich, par ailleurs, médecin, a consacré sa vie à chercher comment sauver la vie (physique) et l’âme des humains. C’est pour cette raison qu’il est mort dans une prison étatsunienne. Freud n’ayant pas le même projet de vie, il n’a pas connu cette fin prématurée. De plus, ni ses livres, ni ses instruments n’ont été détruits par l’administration américaine.

Ainsi, une des malhonnêtetés relevées plus haut -et c’est la seule sur laquelle j’interviens ici- consiste à fusionner Reich avec Freud. Il y aurait beaucoup à dire sur l’article lui-même, mais pas le temps



Porte ouverte à la psychanalyse dans le champ de la misère, là ou elle se trouve, dans nos rues, dans nos prisons
8 avril 2010 - 17h08 - Posté par

Quoique Reich ait été expulsé de l’IPA (Association Psychoanalytique Internationale), il n’a jamais démenti son respect pour Freud. Mais tu dois le savoir puisque tu connais si bien cette abondante littérature anglophone – par exemple le livre où Reich parle de Freud ; ou encore la correspondance inédite entre Freud et Reich qui se trouve à la Bibliothèque du Congrès à Washington ; sans compter les ouvrages de Freud qu’on trouve annotés de la main de Reich dans sa bibliothèque, à Organon, aux USA. Tu les as sûrement feuilletés, non ?






accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite