Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Non au "blanchiment" d’Alain Juppé


de : Stéphane Lhomme
mercredi 13 octobre 2004 - 20h21 - Signaler aux modérateurs
6 commentaires

Une puissante opération de réhabilitation du maire de Bordeaux est en cours, lancée plusieurs semaines avant son procès en appel. Elle est basée sur la magnification de son bilan, pourtant accablant, et simultanément l’enterrement de quelques affaires gênantes. Décryptage.

de Stéphane Lhomme

A l’approche du procès en appel d’Alain Juppé, dans l’affaire du financement illégal du RPR, une véritable opération de réhabilitation est lancée par les amis bordelais de celui que Jacques Chirac a surnommé "le meilleur d’entre nous". Il s’agit de toute évidence de sauver l’essentiel : le mandat maire de Bordeaux, a partir duquel Alain Juppé pourra tenter de se reconstruire peu à peu un destin national qui semble aujourd’hui enterré.

D’ailleurs, le 6 septembre 2004, le "pot au roses" a été révélé par Hugues Martin, premier adjoint au maire de Bordeaux : dans un communiqué, tout en annonçant sa candidature à la députation pour succéder à son mentor démissionnaire, il a précisé : "La succession du maire de Bordeaux n’est pas ouverte, sa majorité municipale souhaite qu’il reste, tout comme l’immense majorité des Bordelais et des Bordelaises". (Ha bon ?) Opportunément, la municipalité a publié le même jour un sondage très selon lequel "84 % des Bordelais jugent que la municipalité a accompli un excellent ou un bon travail". Il est vrai qu’en déboursant pas moins de 83 000 euros, au frais de ses administrés, le maire de Bordeaux s’était assuré un sondage flatteur. De toute évidence, Alain Juppé n’entend plus quitter la politique. D’ailleurs, même sans obtenir une relaxe en appel, il peut espérer rester maire si sa condamnation n’est pas assortie d’une peine d’inéligibilité : confirmant l’abandon de la présidence de l’UMP et la députation, il pourrait par contre "céder à la pression de ses amis", selon une formule usée mais toujours efficace.

La stratégie mise en œuvre par M. Juppé et ses amis repose sur deux piliers :
 faire profil bas et démissionner, avant le procès en appel, de tous les mandats... sauf celui de maire.
 marteler l’idée que le maire actuel est indispensable à la ville de Bordeaux et à ses habitants.

Après tout, Jacques Chaban-Delmas ayant légué à Alain Juppé, en 1995, une ville de Bordeaux dans un quasi état d’abandon, l’affaire ne semble pas insurmontable : quelques initiatives bien menées peuvent suffire à faire de M. Juppé le "sauveur" de la capitale d’Aquitaine. Le maire de Bordeaux, par ailleurs président de la Communauté urbaine de Bordeaux (CUB), a ainsi choisi de s’offrir une première mondiale, l’alimentation du tramway par le sol. Inauguré en présence du Président de la République, à grand renfort de feux d’artifice, le système ne semble hélas pas au point : les pannes se multiplient, usant la patience des usagers. Heureusement pour les juppéistes, la "Fête du vin" et la "Fête du fleuve" alternent d’une année sur l’autre et se concluent elles aussi par d’imposants feux d’artifice ! Si on y ajoute l’éclairage nocturne de divers bâtiments bordelais, on peut raisonnablement conclure que l’action du maire de Bordeaux se résume à tenter d’éblouir ses administrés...en dépensant leur argent. Mais ce ne sera pas suffisant pour effacer plusieurs affaires troubles qui marquent l’action municipale d’Alain Juppé. Des affaires qui démontrent son véritable mépris des personnes, en particulier des plus faibles et démunies, et ses relations suspectes avec les milieux réactionnaires.

Arrêté anti-bivouac : la "chasse aux pauvres". Alain Juppé a pris, en janvier 2002, un arrêté municipal dit "anti-bivouac" : une nouvelle forme d’arrêté anti-mendicité, visant spécialement les SDF et les jeunes qui restent parfois assis dans les zones piétonnières en période estivale. Ayant pris cet arrêté sans même en informer son conseil municipal, le maire de Bordeaux n’a eu de cesse par la suite de le justifier et d’exiger son application brutale par la police nationale - qui n’a pourtant pas d’ordre à recevoir de lui. Les manifestations incessantes, pétitions, perturbations du Conseil municipal n’y ont rien changé. Le maire de Bordeaux a finalement baissé pavillon devant l’obstination de citoyens bordelais : l’arrêté "anti-bivouac" a été définitivement cassé par le Tribunal administratif, le 27 avril dernier. La mairie de Bordeaux a été condamnée à verser une somme de 1300 euros aux militants qui l’ont utilisée pour organiser le 12 septembre 2004 un grand pique-nique - un "bivouac" ! - devant l’entrée de la mairie de Bordeaux.

Village andalou. Aujourd’hui rasé, ce "ghetto bidonville" gitan était situé à Bordeaux, mais hors de l’agglomération, sur une zone déserte au nord de la ville. Construit du temps de Chaban-Delmas, ce village misérable était habité par une cinquantaine de familles gitanes, sédentaires depuis au moins quarante ans. Il ne s’agissait donc pas de "gens du voyage", mais bel et bien de citoyens bordelais qui payaient d’ailleurs de lourds loyers mensuels... à la mairie de Bordeaux. En juillet 2000, des tests sanguins pratiqués par l’association Médecins du monde démontrent que les enfants Gitans sont touchés par un mal gravissime, le saturnisme, c’est-à-dire du plomb dans le sang. Le Village andalou ayant été construit sur l’ancienne décharge de l’agglomération bordelaise, il n’est pas possible de réhabiliter le site. Une seule solution s’impose : l’évacuation immédiate et le relogement des familles gitanes. Et c’est le maire de Bordeaux, propriétaire du bidonville, qui doit prendre ses responsabilités. Or, il faudra deux ans de manifestations, pétitions, et même le dépôt à son encontre d’une plainte pénale pour empoisonnement, pour qu’Alain Juppé agisse enfin, après avoir manifesté le plus grand mépris pour la santé et de l’avenir des enfants gitans... et avoir encaissé jusqu’au dernier moment les loyers de la honte.

Eglise St-Eloi. Cette affaire, a mis à jour une face peu connue d’Alain Juppé : une faiblesse, voire un véritable penchant, pour les milieux catholiques intégristes. Ce n’est pourtant pas un scoop... pour qui veut bien étudier la composition du gouvernement Juppé de 1995 : on y trouvait la très réactionnaire Colette Codaccioni, ministre de la "solidarité entre les générations", et dans les cabinets de deux personnes proches sinon membres de l’Opus Dei : M. Hervé Gaymard, secrétaire d’État aux finances, et son épouse, Mme Clara Lejeune-Gaymard, fille du professeur Jérôme Lejeune, animateur de mouvements anti-IVG. En janvier 2002, peu après avoir signé l’arrêté "anti-bivouac", le maire de Bordeaux flatte à nouveau l’électorat réactionnaire en attribuant à une secte intégriste catholique une église de Bordeaux, l’église Saint-Eloi. Aux opiniâtres manifestations et pétitions, s’ajoutent cette fois-ci des actions en justice de la part de l’Eglise catholique officielle qui n’apprécie pas de se voir ainsi dépossédée. A l’occasion des différentes fêtes religieuses célébrées par les intégristes, des regroupements de nazillons ont lieu. C’est ainsi que seront reconnus des membres d’Unité radicale, l’organisation de Maxime Brunerie, l’individu qui a tiré le 14 juillet 2003 sur... Jacques Chirac. Alain Juppé a décidément de drôles de fréquentations. Hélas, l’affaire n’a rien d’amusant : diverses agressions fascistes ont depuis eu lieu à Bordeaux, par exemple le passage à tabac du propriétaire d’un bar associatif et antiraciste, le P’tit Rouge, en juillet 2004.

Le flop du tramway "sans fil". Certainement hypnotisé par son "destin", le maire de Bordeaux, par ailleurs président de la Communauté urbaine de Bordeaux (CUB), a choisi de s’offrir une première mondiale : l’alimentation du tramway par le sol. Or, le système ne semble pas au point : les pannes se multiplient, usant la patience des usagers. De plus, le gouvernement - composé des "amis" du maire de Bordeaux, a annoncé fin 2003 qu’il ne financerait plus les projets de transports en site propre, privant la CUB de 106 millions d’euros.

Les sans papiers exploités sur le chantier du tramway. Le scandale du tramway bordelais est loin d’être seulement technique. C’est ainsi que Bordeaux a connu fin 2002 une invraisemblable affaire : des dizaines de "sans-papiers" roms bulgares squattant les anciens hangars du port, au coeur de Bordeaux, dans des conditions inouïes de précarité. De notoriété publique, beaucoup de ces malheureux étaient exploités "au noir" sur les chantiers du tram, condition sine qua non pour tenir les délais : en effet, le maire de Bordeaux exigeait que l’inauguration de la première ligne se fasse impérativement avant la fin de l’année 2003. Dans Candide, Voltaire fait dire à un personnage : "Quand Sa Hautesse envoie un vaisseau en Égypte, s’embarrasse-t-elle si les souris qui sont dans le vaisseau sont à leur aise ou non ?". De même, quand Alain Juppé fait un caprice, il se moque bien d’aggraver les souffrances humaines. Ainsi, le 21 décembre 2003, le maire de Bordeaux s’offrait une belle inauguration en présence du Président de la République. Les malheureux "squatteurs des hangars" avaient été expulsés par avion depuis longtemps.

Inauguration du tramway : raffle anti-militants. Pour une centaine de militants, mais aussi de simples citoyens présents au mauvais moment et au mauvais endroit, l’après midi inaugural du tramway n’a pas été rose : ils ont été séquestrés par les forces de police dans une véritable souricière rapidement complétée de barrières métalliques installées par... les agents municipaux de la Ville de Bordeaux. Le maire peut toujours prétendre qu’il n’était pas au courant de la collaboration de ses employés à ce scandaleux traquenard. A Bordeaux aujourd’hui comme auparavant à la mairie de Paris, tout semble se décider dans son dos...

La mascarade des "Conseils de quartier". Afin d’étouffer dans l’oeuf toute vélléité de démocratie participative, Alain Juppé en a organisé une triste parodie à travers de pseudo "conseils de quartier" : des "grand-messes" au cours desquelles les représentants de la municipalité, Alain Juppé en tête, paradent, vantent leur politique, et "fusillent" tout questionneur critique. Ce dernier ne dispose que de quelques secondes ("Posez votre question !") alors que les élus disposent de tout leur temps, micro en main, pour humilier l’’effronté citoyen. Aucun rapport avec la démocratie participative née à Porto Alegre (Brésil) où les citoyens votent et décident de l’affectation de l’argent municipal.

Accueil (qui plus est fastueux) des criminels Hu Jintao et Vladimir Poutine. C’est toujours avec l’argent de ses administrés qu’Alain Juppé, pour construire son "destin national", invite à Bordeaux les grands de ce monde... tortionnaires de préférence : c’est ainsi qu’il a reçu, respectivement en 2001 et 2003, Hu Jintao et Vladimir Poutine. Le premier, à l’époque vice-Président de la Chine, est depuis devenu numéro un dans son pays et bafoue allègrement les Droits de l’homme. Le second, impitoyable bourreau du peuple tchétchène, a pourtant été reçu avec le plus grand faste les 12 et 13 février 2003.

Autres affaires peu glorieuses pour le maire de Bordeaux : l’importante subvention attribuée à Johnny Halliday - sûrement confondu avec un modeste intermittent du spectacle - pour faire un concert au stade municipal de Bordeaux le 13 juillet 2003 ; le financement massif du très artificiel "Festival du cinéma au féminin", véritable flop maintenu à flots d’année en année avec l’argent des bordelais ; l’ouverture à Bordeaux d’un casino, attribué "courageusement" au puissant groupe Accor, afin de récupérer les dernières pièces de monnaie des ménages bordelais modestes ; de troubles appels d’offre concernant les parkings souterrains bordelais ; l’augmentation substantielle des dépenses municipales pour un "plan lumière" visant à éblouïr les bordelais et, surtout, illuminer le destin d’Alain Juppé ; etc., etc., etc...

L’opération actuelle de réhabilitation d’Alain Juppé, lancée par ses amis politiques, est basée sur la magnification mensongère de son action bordelaise, couplée à une véritable entreprise de révisionnisme pour faire oublier les dossiers noirs du maire de Bordeaux. Nous ne les oublions pas.

Stéphane Lhomme, militant associatif, instituteur des enfants gitans bordelais de 1991 à 2000, a obtenu du Tribunal administratif l’invalidation de l’arrêté "anti-bivouac" d’Alain Juppé.

http://bordeaux.juppe.free.fr/edito.htm



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> Non au "blanchiment" d’Alain Juppé
13 octobre 2004 - 20h32

Ca vous étonne ? Vous devez certainement croire à la fable de l’indépendance de la "Justice".



> Non au "blanchiment" d’Alain Juppé
13 octobre 2004 - 21h16

Vous êtes d’extréme gauche, lui d’extrême droite, moi je suis libre penseur : vous me laisser vomir les clones ??



> Non au "blanchiment" d’Alain Juppé
13 octobre 2004 - 21h21 - Posté par

Mais qu’est ce que c’est que cette habitude de vouloir mettre systématquement des étiquettes sur les gens ? Et vous vous dites libre ? alors que vous êtes parfaitement conditionné par et dans la manière de voir l’autre... Vomissez tout votre saoul, c’est probablement votre meilleure manière de vous exprimer.


> Non au "blanchiment" d’Alain Juppé
14 octobre 2004 - 10h33

Votre haine est à vomir. Quand parlerez-vous avec la raison ?



> Non au "blanchiment" d’Alain Juppé
14 octobre 2004 - 10h47 - Posté par

Votre insistance sur le "vomissement" devrait s’analyser... vous devriez aller consulter un psy... c’est un truc qui peut tourner en névrose.

Le Sage


> Non au "blanchiment" d’Alain Juppé
18 octobre 2004 - 21h02

bravo pour votre action auprès des gitans..
bravo pour le réalisme de votre article..
et excusez les faibles d’esprit qui ce sont exprimés plus haut,ce n’est pas leur faute,
ils doivent habiter entre caudéran et neuilly sur seine...

yo,
Nico.






L’heure du réveil - C’est l’heure de l’mettre
mercredi 27 - 20h58
de : Hdm
Les trans-croissances émancipatrices du peuple
mercredi 27 - 09h21
de : Christian Delarue
Le prolongement de la CRDS, premier « impôt coronavirus »
mercredi 27 - 01h12
de : Bce_106,6
1 commentaire
41 JOURS FACE A COVID-19 : ce n’est pas une petite grippette, ça ne touche pas que les vieux (témoignages)
mardi 26 - 12h26
de : nazairien
2 commentaires
Hôpital : les embauches absentes des pistes du Ségur de la santé
mardi 26 - 11h58
Dimanche 31 mai Pas de retour à l’anormal
lundi 25 - 22h37
de : Le Cercle 49
De 1789 au 29 mai 2005, mobilisation du peuple-classe.
lundi 25 - 22h31
de : Christian DELARUE
LE COVID-19 RÉVÈLE LA FOLIE DU CAPITALISME.
lundi 25 - 17h24
de : joclaude
Gifle énorme dans l’escarcelle de l’impérialisme : Les Tankers Iraniens sont arrivés au Venezuela !
lundi 25 - 17h16
de : joclaude
Pour comprendre le nouveau pouvoir des Banques Centrales
lundi 25 - 14h20
de : Lepotier
1 commentaire
Bagnols sur cèze (30 Gard) : les raisons d’un incendie.
lundi 25 - 04h24
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Fier d’être un minimaliste vaincu !
dimanche 24 - 18h05
de : Claude Janvier
1 commentaire
Violences policières : nier, nier, il en restera toujours quelque chose
dimanche 24 - 18h04
ACHÈVEMENT D’UN MONDE INVIVABLE
dimanche 24 - 17h24
1 commentaire
La liberté d’expression en net progrès aujourd’hui à Angers
samedi 23 - 21h36
de : Le CERCLE 49
Que sait-on des navires iraniens qui arriveront au Venezuela ?
samedi 23 - 17h50
de : joclaude
1 commentaire
Un monarque s’en inspire d’un autre ! Des accusations fusent !
samedi 23 - 16h17
de : joclaude
La chenille qui redémarre.
vendredi 22 - 16h14
de : L’iena rabbioso
Le concept de peuple-classe dans ATTAC Démocratie
vendredi 22 - 11h59
de : Christian DELARUE (ATTAC Démo)
1 commentaire
TRUMP, président ou gangster : La paix du monde en danger ?
vendredi 22 - 11h30
de : joclaude
Licenciements, où en est-on ?
vendredi 22 - 10h41
Urgence sociale
vendredi 22 - 02h09
de : Martine lozano
Le 21 mai 1871 débutait la Semaine sanglante
jeudi 21 - 22h00
de : Le pouvoir est maudit
2 commentaires
Appel à agir contre la réintoxication du monde !
jeudi 21 - 16h41
de : jean1
1 commentaire
Pas la haine du voleur de vélo.
mercredi 20 - 23h17
de : Christian DELARUE
Opération mangouste - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 20 - 18h38
de : Hdm
Astuces patronales pour un monde d’après, pire qu’avant !
mardi 19 - 07h48
2 commentaires
La contestation mise au ban
lundi 18 - 23h02
de : Le CERCLE 49
la macronie en dessin
lundi 18 - 12h19
de : jean1
CONVERGENCE DES LUTTES : Vers une fusion des syndicats patronaux CFDT MEDEF ?
dimanche 17 - 23h03
de : Viktor Yugov
4 commentaires
Même pas mort.
dimanche 17 - 11h06
de : L’iena rabbioso
2 commentaires
Dans l’ESS, RTT et autres progrès
dimanche 17 - 00h08
de : Christian DELARUE
Et si on essayait la démocratie... pour voir ?
samedi 16 - 19h43
de : Le Cercle 49
15 mai 1948 / 15 mai 2020 : 72 ans de résistance jusqu’à la libération !
samedi 16 - 18h21
de : Jean Clément
Arrestations à Bologne
samedi 16 - 17h24
de : jean1
1 commentaire
Déconfiture - C’est l’heure de l’mettre !
samedi 16 - 10h02
de : Hdm
Entre deux flics, la lutte s’est déconfinée dès le 11 mai un peu partout en France
vendredi 15 - 23h56
de : La Gazette des confiné·es
1 commentaire
Coronavirus dans les abatoirs
vendredi 15 - 23h13
de : azard
1 commentaire
Lettre ouverte de Léon Landini à François Ruffin.
vendredi 15 - 17h11
de : jodez
Philippe Martinez : « Gouvernement et patronat confondent la solidarité avec la charité.
vendredi 15 - 16h19
de : JO

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
Christophe nous a quittés (video)
vendredi 17 avril
de Roberto Ferrario
Je me rappelle de cet soirée moi et Thom juste derrière a gauche entrain de manger du couscous vapeur... Le musicien et chanteur Christophe nous a quittés hier soir. Il collaborait encore récemment avec les musiciens de Ménilmontant Hakim Hamadouche, Mirabelle Gilis etc. et l’association Ménil Mon Temps souhaitait lui proposer d’être le parrain de la prochaine édition du Gala des Artistes de Ménilmontant. Nous le croisions au restaurant La Cantine de Ménilmontant. Il y (...)
Lire la suite
« Vous paierez tout et vous paierez cher, vous les capitalistes ! » Milan, 16 avril 1975, très sombre souvenir... (vidéo)
jeudi 16 avril
de Roberto Ferrario
Une soirée mémorable dans une trattoria a coté d’un canaux de Milan (Naviglio) Claudio, moi et d’autres camarades on mange ensemble pour fêter nôtres élections comme représentants des étudiants dans nôtres respectif instituts technique, lui dans ITIS du Tourisme, moi dans l’ITIS Molinari (XI ITIS). Une semaine après le 16 avril 1975 tard dans la soirée un coup de téléphone d’un camarade de mon organisation politique (A.O.)... J’arrête de manger avec mes parents (...)
Lire la suite
Scoop Bellaciao : scandale, un rapport de Santé Publique France de mai 2019 réclamait 1 milliard de masques !
jeudi 26 mars
de Roberto Ferrario
6 commentaires
La date est importante (mai 2019), le gouvernement de Macron ne peut donc pas continuer à dire que les responsables sont les anciens gouvernements... Deuxièmement, c’est cette phrase dans le rapport qui est très importante et qui détermine le milliard de masque demandé : "En cas de pandémie, le besoin en masques est d’une boîte de 50 masques par foyer, à raison de 20 millions de boîtes en cas d’atteinte de 30% de la population..." Il est extrêmement "bizarre" (...)
Lire la suite
Projection-soutien aux grévistes "Soigne et tais-toi" Mardi 4 février à 19h30
jeudi 30 janvier
de Info’Com-CGT
2 commentaires
Pour soutenir les grévistes qui luttent actuellement contre la réforme des retraites, "Les rencontres Info’Com" organisent une soirée projection-soutien du film ’’Soigne et tais-toi". • Date : 4 février à 19h30 • Lieu : Salle Colonne au 94 bd Auguste-Blanqui 75013 Paris • Participation libre reversée à la Caisse de grève. "Les rencontres Info’Com" est un rendez-vous culturel organisé par le syndicat Info’Com-CGT. Son objectif est de vous (...)
Lire la suite
REMISE DE LA SOLIDARITÉ FINANCIÈRE À L’OPERA DE PARIS MARDI 31 DÉCEMBRE 14H
mardi 31 décembre
de Info’Com-CGT
6 commentaires
Donnez, partagez, investissez dans la lutte… c’est déterminant ! Faire un don en ligne https://www.lepotcommun.fr/pot/soli... #CaisseDeGreve : remise solidarité financière pour salariés de l’Opéra de Paris mardi 31 décembre 2019 à 14h, dernier jour de l’année en symbole de lutte artistique vs #reformesdesretraites de #macron. Participation 13h à l’AG et remise publique du chèque sur les marches de l’Opéra Bastille à (...)
Lire la suite
POUR DÉFENDRE MA RETRAITE ET CELLE DE MES ENFANTS, JE VERSE À LA CAISSE DE GRÈVE (VIDEOS)
vendredi 27 décembre
de Info’Com-CGT
https://www.lepotcommun.fr/pot/soli... Nous sommes des millions à être opposés à la réforme des retraites que veut imposer le gouvernement. Cette "réforme" a pour objectif de nous faire travailler encore plus longtemps et mettre en place une retraite à points qui baissera inéluctablement le montant nos futures pensions ! Ne laissons pas faire. Agissons ensemble en participant aux mobilisations ou en alimentant la caisse de grève afin d’aider celles et ceux qui sont en grève et se (...)
Lire la suite
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite