Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

MORT PROGRAMMEE DU DOCUMENTAIRE


de : Albert Jenai
mercredi 21 avril 2010 - 14h08 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire

Toujours d’actualité ! Pour les réalisateurs, producteurs et autres professionels du cinéma ou de la télévision Pour tout qui se fait une idée "haute" et démocratique de la culture et de la citoyenneté...

Article paru dans le journal Libération - mardi 22 août 2006 -

En dépit d’un engouement inédit, le film documentaire se porte de plus en plus mal, victime des formatages imposés par les bureaux d’études des chaînes de télévision.

La mort programmée du documentaire

Par Frank Eskenazi, producteur de documentaires.

Depuis quelques années, le documentaire connaît un succès inédit en France. La réussite de certains films en salles, ou sous forme de DVD, atteint des niveaux méconnus. Une bonne dizaine de chaînes câblées sont consacrées au documentaire, tandis que sa production se maintient à des niveaux raisonnables sur les chaînes du service public. Quelques films, jugés performants, accèdent même, depuis quelques années, au soleil du prime time.

Le grand public n’a jamais connu une telle possibilité de rencontrer le documentaire et il n’est pas une conférence de presse des responsables de l’audiovisuel public sans que ne soient vantés ses mérites et son apport en terme de diversité pour les grilles de programmes.

Que de monde autour du tombeau !

Car en réalité, le documentaire est en train de mourir. Il meurt sous les coups portés par ceux-là même qui prétendent lui donner enfin vie. Pour le comprendre, il faut tout d’abord définir de quoi nous parlons. En commençant par réfuter une idée absurde : le documentaire ne se définit pas par rapport à la fiction. Il n’est pas un cinéma de non-fiction dans le sens où la fiction serait le domaine de la re-création et le documentaire celui du réel. Pour s’en convaincre, il suffit de regarder un documentaire animalier. De quoi s’agit-il d’autre sinon de pure fiction montée à base d’animaux dont les comportements appartiennent à l’image mentale des hommes ? Faire un film, quel qu’il soit, c’est nécessairement recréer le monde. Produire un documentaire, ce n’est rien d’autre que d’essayer de voir le monde à travers un regard singulier, en considérant que la fiction du monde est un matériau suffisant en soi, sans qu’il faille la rejouer avec des comédiens. La grandeur du documentaire réside dans cette fragilité même : il est un objet hybride, impur.

Or, cet objet complexe, qui ne tient qu’au regard d’un réalisateur, n’entre plus dans le champ de ce que la télévision publique considère comme possible - aucune attention ici ne sera prêtée à la télévision privée, dont la seule mission est la rentabilité ; le documentaire n’est que trop marginalement un genre rentable.

Il est intéressant sans doute de comprendre comment les documentaires se sont appauvris au fil du temps. Lorsque nous, producteurs, proposons un film à une chaîne, nous rencontrons un « chargé de programme ». Notre problème, comme le sien, est d’abord de faire entrer le film dans une « case ». Elles sont regroupées soit par thème (histoire, sciences-médecine, société française, découvertes-voyages, immigration-insertion, économie, etc.) soit par durée (26 minutes, 52 minutes, 90 minutes), soit par horaire de diffusion (prime time, 22h30, 23h30, 0h30 ou plus tard). Ces « cases » n’ont rien de honteux par elles-mêmes, si ce n’est leur existence qui rend malvenu tout projet atypique, inattendu.

Un grand absent dans ces cases : le monde. Par manque d’audience, nous explique-t-on avec un geste d’accablement, la plupart des continents ont disparu, si ce n’est dans la case découvertes-voyages. Et l’histoire, ce n’est pas toute l’histoire, c’est l’histoire en tant qu’elle est déjà historique, balisée, et susceptible de mobiliser nos passions nationales. Fêter les anniversaires de la libération des camps, de la guerre d’Algérie, aide en outre à faire passer la pilule en inscrivant un film dans la préoccupation du moment. Le documentaire a besoin d’alibi. Un même enrobage, bien que différent, s’impose pour la Société ou pour la Science, où apparaît l’obligation de ne s’intéresser qu’à des problèmes déjà rebattus, déjà médiatisés par des personnalités célèbres.

Les difficultés ensuite s’enchaînent. Après avoir découpé le monde en sujets, il convient que ceux-ci fassent le tour intégralement des films. Que les sujets remplissent les creux et les déliés. Qu’on ne s’en écarte pas. À la télévision, le sujet est roi. Or, un sujet, ça n’existe pas. A partir d’un même sujet (exemple : il y a cent ans, le capitaine Dreyfus était gracié), bien des films sont possibles. Lequel aura un regard, une façon qui lui est propre de mettre en forme un « sujet » ?

Car ce regard est à présent vécu comme une contrainte : malheureusement, semble-t-il, il faut un réalisateur. Cette contrainte, le journalisme audiovisuel l’a évacuée depuis longtemps. Il sait travailler avec efficacité, sans se préoccuper trop du sens de ses images et il ne se fait aucune illusion sur le fait qu’un chat noir soit un chat noir. Ce savoir-faire, propre au journalisme, intègre de plus en plus la grammaire des « documentaires », notamment dans la surabondance des commentaires. Que vienne à passer un chat noir et nous entendons « ce chat est noir » . Or, qu’est-ce qu’un commentaire sinon l’affirmation qu’il n’y a qu’une seule vérité, celle du film ? L’éventuel tremblement que doit inspirer un documentaire entre ce qui est vrai ou pas, bon ou pas, moral ou non, réel ou fantasmé, équivoque, humoristique, avéré ou seulement possible, n’est plus.

Dans ces petits bureaux où nous nous retrouvons pour présenter nos projets, un film n’est plus anticipé pour ce qu’il recèle en lui de magie, de force, d’émotion, mais en vertu de ce que le public est censé ressentir. Penser et ressentir à la place du public est le vrai métier des chargés de programmes. Ils ne manquent pas d’arguments. Le département à présent le plus puissant des chaînes commerciales et publiques est celui des études. Ces études, par l’intermédiaire d’échantillonnages, de calculs, de données, d’indices de correction, mesurent à la minute qui regarde quoi, avec quel degré de satisfaction, hommes, femmes, enfants. Lorsque vous zappez d’une chaîne à une autre, ils le savent, ils savent même pourquoi. Mais de quelles études s’agit-il ? élaborées comment ? selon quels échantillons ? avec quelles garanties scientifiques ? personne ne le sait ni ne le saura jamais. Le département des études est le coeur névralgique de la télévision car sa mission non dite, sous couvert de satisfaction du public, est de répondre aux attentes des annonceurs. Le département des études ne souhaite pas une télévision qui questionne le monde, mais l’intègre, le restitue. De sorte qu’en regardant la télévision, il ne soit plus jamais possible de quitter le monde qui fabrique la télévision. Il n’y aura plus jamais de temps morts, l’enjeu n’est plus qu’économique. Tout simplement, la télévision est devenue ce qu’elle est, un média mesurable à chaque seconde du jour et de la nuit, qui ne sait vivre qu’en compétition et ignore la tranquillité.

L’une des conséquences les plus tristes de ce découpage du monde en sujets est l’appauvrissement sans fin des propositions. Comme M6 et TF1, les chaînes publiques brassent inlassablement les principales structures sociales, connues et rassurantes, grandes pourvoyeuses d’émotions. La police, l’armée, les pompiers, l’hôpital, l’école, la justice, la beauté, le mal du dos... Ces sphères sociales ont l’immense avantage de bénéficier de cadres aisément repérables. Une caserne, un tableau noir, une blouse d’infirmière... Se dessine ainsi une vision de la France (et de notre métier) tellement normée qu’elle en devient absurde. S’il fallait s’en tenir à de si nombreux « documentaires » diffusés par le service public, notre vie serait d’une telle banalité qu’il y a fort peu de chance qu’un vrai réalisateur s’intéresse jamais à elle : après l’école, nous apprenons un métier, nous rencontrons l’amour et nous partons en vacances... Dans ce désert des émotions et ce trop plein de péripéties, notons au passage qu’une catégorie sociale échappe à tous coups à cette surreprésentation : la vieillesse, qui manque pas mal de « glam ». L’essence de la télévision, sa condamnation éternelle, est d’être un média jeune.

Le plus amer, c’est que l’audiovisuel public possède un allié de taille dans cette disparition annoncée : nous-mêmes, producteurs et réalisateurs, qui en venons à nous autocensurer. Pour sauver nos boutiques, nous devançons les désirs du château. Nous en venons à comprendre les préoccupations d’une télévision lancée à tombeau ouvert, en renonçant par avance à nombre de projets dont nous supposons les chances si maigres. Nous ne proposons plus que des films a priori acceptables selon des critères qui ont fini par nous coloniser, rendant les réalisateurs à leur tour plus timorés encore. De sorte qu’une partie du travail de désintégration, c’est nous-mêmes qui l’effectuons. Ainsi qu’il nous l’est fréquemment rappelé, il est bien vrai que le public ne fait pas la différence entre un reportage d’ Envoyé spécial et un documentaire. Les coulisses du dernier spectacle de Patrick Bruel, c’est du « documentaire ». Loin de s’offusquer de cette vérité que formule la rue, la télévision y voit au contraire la possibilité de satisfaire une audience que n’apporteraient jamais des films plus sensibles, et parfois peut-être plus difficiles, tout en s’appropriant la gloire attachée au mot documentaire. Bien sûr, en toute honnêteté, la gravité de cette situation n’empêche pas qu’il soit encore possible de produire et réaliser de beaux films. Mais nous avons de plus en plus le sentiment d’être des contrebandiers, de satisfaire des plaisirs clandestins. Ce qui est un comble, s’agissant du service public, dont la mission proclamée est d’innover et de donner davantage de présence aux créateurs.

Mais à l’inverse des émissions religieuses, protégées par les églises, des émissions politiques, nécessaires à l’exercice de la démocratie, qui prendra la parole pour le documentaire ? Cet objet dérangeant ne peut trouver sa place sans une volonté, un peu surnaturelle, qui aurait discerné le prix de cet inconfort. Le documentaire va mourir et personne ne s’en inquiétera. Car le combat pour sa défense n’apportera ni un téléspectateur ni un électeur de plus. Il y aura peu de monde à son enterrement, mais ce seront des gens bien...

Article communiqué par Wallonie Image Production (Belgique)



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
MORT PROGRAMMEE DU DOCUMENTAIRE
21 avril 2010 - 19h04

Texte et reflexion théorique remarquable sur un sujet aussi essentiel et aussi nécessaire en ces temps.


Il faut tout faire pour que ça sorte du cadre. C’est clair.

Dans les années 70, 80, c’était déjà en point de mire.
Continuons donc à rendre le réel toujours plus palpable. Et tel qu’il bouge.

Et ça bouge vite en ces temps déchainés.


Courage !






Client-mystère : un monde sans foi ni loi ( du travail )
dimanche 27 - 18h32
de : client mystere
1 commentaire
RASSEMBLEMENT POUR EXIGER LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH ! VENDREDI 02/10/2020 à 18h00, place de Ménilmontant - Paris
dimanche 27 - 12h32
de : Jean Clément
Pedo - Stan Maillaud lanceur d’alerte condamné
dimanche 27 - 11h15
de : marcel
Dictature sanitaire : qui manipule qui ?
samedi 26 - 17h53
de : Claude Janvier
1 commentaire
lancement initiative citoyenne européenne pour des revenus de base - collecte de signatures
samedi 26 - 09h01
de : angela anaconda
1 commentaire
Badges, signes : brève position syndicale
vendredi 25 - 15h46
de : Christian Delarue
7 commentaires
Action-fête de soutien aux grévistes de l’Hôtel Ibis Batignolles
vendredi 25 - 14h41
de : Alain Collet
1 commentaire
COVID 19 : Des Municipalités sous l’oeil haineux de la macronnie !
jeudi 24 - 16h24
de : joclaude
1 commentaire
L’appel du vide - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 23 - 23h39
de : Hdm
Des grèves reconductibles inédites chez Labosud
mercredi 23 - 09h18
Femmes prises entre capitalo-patriarcat et hyperpatriarcat : alliances à former.
mercredi 23 - 08h37
de : Christian Delarue
7 commentaires
France : Tenue républicaine exigée par les Amish
mardi 22 - 10h37
de : Sanaga
1 commentaire
Grande fête du livre des éditions Noir et Rouge
lundi 21 - 23h28
de : Frank
BOLIVIE Perspectives avant les élections du 18 octobre
lundi 21 - 19h16
de : allain graux
APPEL AU MOIS INTERNATIONAL D’ACTIONS POUR LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH
lundi 21 - 17h44
de : Jean Clément
COVID 19 : Cuba vient de mettre au point un vaccin !
lundi 21 - 16h40
de : joclaude
Représentation syndicale avec son badge (ou pas) et rien d’autre !
lundi 21 - 12h11
de : Christian Delarue
2 commentaires
SEXYPHOBIE AU MUSEE d’ORSAY
lundi 21 - 01h28
de : Christian Delarue
4 commentaires
Premiers de corvée, premiers oubliés ! Des sans-papiers marchent vers l’Élysée
dimanche 20 - 17h03
CHILI/VENEZUELA : une superbe historique, afin que nul n’en ignore !
dimanche 20 - 16h31
de : joclaude
CUBA : courrier au Canard Enchaîné
dimanche 20 - 16h12
de : joclaude
Amérique Latine : Démocratie contre blocus !
dimanche 20 - 15h19
de : joclaude
1 commentaire
Racket sur les retraités et les personnes en perte d’autonomie : le rapport Vachey
dimanche 20 - 15h04
de : joclaude
1 commentaire
Entre droit de critique du voile et nécessaire respect des personnes
samedi 19 - 23h25
de : Christian Delarue
2 commentaires
Le néocolonialisme d’ENGIE au Brésil
samedi 19 - 21h53
de : Mr Mondialisation
SEXYPHILIE anodine d’Instagram et SEXYPHOBIES agressives ailleurs
samedi 19 - 17h02
1 commentaire
journée internationale pour la paix : visio-conf. ce 18 septembre 2020
jeudi 17 - 23h32
Le désempuissantement populaire participe de la perte de démocratie.
jeudi 17 - 20h50
de : Christian Delarue
4 commentaires
Pourquoi beaucoup de salariés ont la tête ailleurs
jeudi 17 - 12h16
1 commentaire
Des papiers pour tous ! C’est l’heure de l’mettre
jeudi 17 - 08h17
de : Hdm
De la lutte des masques à la lutte des classes
jeudi 17 - 07h58
de : Bruno Guigue
2 commentaires
Si à 5 ans un gosse n’as pas eu au moins deux leucémies, c’est qu’il a raté sa vie
mercredi 16 - 23h29
de : Dr Seguelasse de Santé publique rance
SEPARATISME
mercredi 16 - 19h48
de : Nemo3637
5 commentaires
l’Etat providence... ! Pour qui ?
mercredi 16 - 16h41
de : joclaude
VENEZUELA : On ne nous dit pas tout !
mercredi 16 - 10h37
de : joclaude
1 commentaire
La nouvelle grenade de désencerclement reste une arme de guerre
lundi 14 - 07h23
1 commentaire
Les trois secteurs de résistance du peuple-classe
dimanche 13 - 14h47
de : Christian Delarue
1 commentaire
Le séisme idéologique est plus important que le virus lui-même
dimanche 13 - 05h35
de : Michaël Verbauwhede et Seppe De Meulder - Solidaire
4 commentaires
MRAP : Droit et "séparatisme islamique" (lettre ouverte)
samedi 12 - 16h29
de : Christian Delarue (mrap)
Le MRAP assure le Maire de Stains de sa solidarité
samedi 12 - 10h48
de : Christian Delarue (mrap)

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite