Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Accident de chasse à Karachi : 11 ouvriers "motoristes" de la DCN, victimes d’un tir ami
de : Himalove
mercredi 12 mai 2010 - 16h52 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires

A l’heure où des députés, conduits par le maire de Cherbourg, remettent leur rapport à l’Assemblée nationale sur l’assassinat des 11 ouvriers français et de leurs aides pakistanais, à Karachi, le 8 mai 2002, je republie les résultats de mon enquête.

Car à la lecture des articles du "Canard Enchaîné" d’aujourd’hui et des pseudo-révélations de "Mediapart", aucun des obstervateurs et enquêteurs se sont attachés à décrire le type d’armement vendu, le contexte géo-politique et les enjeux de la guerre en Af-Pak depuis le 11 septembre 2001...

« Le quadruplement du budget militaire et la bombe atomique ne servent plus à rien ; on pourrait utiliser la course aux armements et la corruption des édiles pour ruiner les nations ». Extrait d’un bréviaire de subversion de la CIA.

Sous l’égide de Michèle ALIOT-MARIE, l’instruction judiciaire ne risque pas de prendre de la hauteur…

L’enquête autour des meurtres des 11 ouvriers "motoristes" de la Direction de la construction navale, le 8 mai 2002, à Karachi, sombre dans le règlement de compte.

Selon la version devenue crédible, par la magie des médias (1), Nicolas SARKOZY aurait perçu, en 1994, des « rétro commissions » (en clair, des valises pleines de dollars) sur la vente de trois sous-marins au Pakistan.

Cette manne aurait servi à alimenter la campagne électorale de son ami BALLADUR.

En 1995, CHIRAC, élu président, aurait cessé le versement des pots-de-vin.

Le mari de Benazir BHUTTO, Ali Azif ZARDARI, connu pour sa corruption légendaire, en aurait conçu du ressentiment.

Sept ans plus tard, il demandait à ses porte-flingues de butter les ingénieurs…

Bref ! Un scénario qui ferait sourire John LE CARRÉ lequel dirait vraisemblablement qu’il s’agit là d’une opération de diversion, destinée à dénigrer quelques personnes, mais à éviter de parler de l’essentiel.

UN TRAFIC D’ARMES À L’ORIGINE DE TOUT

Peu de citoyens, en France, savent que la république islamique du Pakistan possède le plus grand parc d’avions militaires français au monde ; et que, récemment, encore, « malgré les événements », la société Thalès proposait le radar RC 400 et le Mica Medium Range Air-Air Missile (MRAAM), pour le jet « Thunder » F-17 pakistanais co-produit avec la Chine…

Le Pakistan est, pour la France, le quatrième acheteur d’armes, avec un volume d’affaires voisinant les milliards de dollars ; l’Inde, le dixième…

Le trafic aurait été « business as usual », si les 11 et 13 mai 1998, l’Union indienne ne procédait à cinq essais nucléaires (2), à Pohkram, dans le désert du Rajasthan, suivies le 28 mai de six répliques pakistanaises, près de la frontière iranienne, au Baloutchistan.

Certains analystes pensent que les 5 explosions indiennes étaient un message lancé à la communauté internationale afin qu’elle cesse de livrer des armes stratégiques au Pakistan.

« Les onze coups de tonnerre, dans un ciel serein, » entraînèrent un embargo immédiat sur l’ensemble des volumes d’armes en direction du sous-continent.

Quelle a été la réaction de Jacques CHIRAC, à part de saluer bêtement les essais (3) ?

Quelles ont été les directives données, à ce moment critique, à la société Thalès, impliquée dans des livraisons, « devenues illicites », de submersibles ?

Deux choses sont certaines :

1. La construction du sous-marin « Khalid », débuté en 1995, à Cherbourg, n’est pas différée.

2. L’embargo et les conventions européennes, interdisant les exportations d’armes à des puissances nucléaires qui n’ont pas signé le traité de non-prolifération, sont allègrement transgressés.

Les trafiquants d’armes profitent même de l’embargo (1998-2005) pour faire taire la concurrence, en particulier celle des Allemands, plus soucieux du Droit, lesquels proposaient des Unterseeboot U-214 SSK moins chers et « performants ».

Tandis que les VRP de chez Thalès enregistrent les commandes indiennes (6 sous-marins à 300 millions de dollars pièce), les trois submersibles, « capables de modifier le rapport de force », sont livrés, en toute tranquillité, au Pakistan.

La France joue du laisser-faire américain, des antagonismes régionaux, de la corruption et de l’embargo ; les diplomates suisses disent des Français qu’ils pratiquent « une politique de pompier pyromane ».

- « Les infractions au droit international seraient même inscrites dans leurs contrats ».

Le premier sous-marin « Khalid » S137, fabriqué à Cherbourg, équipé de SM-39 Exocet, est livré en août 1998, en plein embargo.

Le deuxième baptisé « Saad » S138, commencé dans un chantier naval français, est fini sur les docks de la marine pakistanaise en l’an 2000.

Le troisième « Hamza » S139 est assemblé entièrement, dans un arsenal pakistanais, à Karachi, lequel dispose du matériel, des ingénieurs et d’un environnement propice au transfert technologique.

Le tueur de Destroyer est opérationnel, avec quelque retard, en 2005.

(Si je me trompe dans les dates, je prie les ingénieurs de la DCNS, ayant travaillé sur les trois projets de briser le « secret défense » et de me corriger.)

La lecture des journaux pakistanais signale qu’il y eut jusqu’à 100 techniciens français travaillant sur les quais à Karachi.

La soif de profit des dirigeants et les bons salaires, doublés à l’étranger, étouffent tous scrupules et réflexions quant à la destination finale des armes stratégiques.

LES RISQUES S’AMONCELLENT COMME DES NUAGES DE MOUSSON

Le bond en avant du Pakistan, en matière de submersible, fait crever de jalousie la Royal Indian Navy dont le premier Scorpène ne sera livré qu’à l’horizon 2012 !

La dépendance, presque totale, de la marine indienne envers l’Union soviétique a retardé longtemps, après la Guerre froide, sa course aux armements de dernière génération.

Les arsenaux de Mazagon à Mumbay sont, à l’aube du nouveau millénaire, dans un état pitoyable comparativement à ceux de Karachi.

Il est probable que les Russes anticipant un possible changement d’alliance, dans l’Océan indien, et craignant un expansionnisme « indigène », ne leur ont jamais fourni le nec plus ultra de la technologie.

Voir la livraison toujours retardée du porte-avion d’occasion « Gorchkov », équipé de Mig 29 K, incapable d’être catapulté ainsi que le sous-marin de type Akulla-II, à quai, en 2002, quelque part dans l’Est sibérien.

L’Indian Navy finira par louer un sous-marin nucléaire à la Russie, le « Nerpa », qui leur causera bien du souci.

 http://michel.mahlerfree/fr/Annexe-...

LES SOUS-MARINS FURTIFS FRANÇAIS POUSSENT LE PAKISTAN À L‘AUDACE

L’avantage dans l’Océan indien et le régime des talibans, en Afghanistan, encouragent les pakistanais à s’enhardir sur un front qui leur a toujours tenu à cœur : le Cachemire.

Au printemps 1999, profitant d’un hiver favorable, des commandos occupent les casemates désertées sur les hauteurs de Drass et coupent la route stratégique entre Srinagar-Leh, à hauteur de Kargil.

Le renseignement militaire indien est pris par surprise.

Ce sont des bergers ladakhis qui préviennent l’armée, forte de 400 000 hommes au Jammu-et-Cachemire.

Les combats, du fait du relief et de l’altitude himalayenne, sont difficiles et coûteux en vie humaine.

 « On s’y bat comme en 1914 ; et l’on y meurt en masse comme des chèvres après une avalanche de pierres » écrit un aventurier français, présent sur place (4).

Il faut finalement l’intervention des Américains, auprès du Premier ministre, Nawas SHARRIF, l’aide des Israéliens qui interceptent les communications (5) et de quelques discrets conseillers Européens, qui règlent les canons Bofor, pour que les jawans l’emportent sur les troupes de montagnes du général Perwez MUSHARRAF.

Le fait que le Pakistan dispose de « Khalid », lanceurs de missiles Shaheen, interdit les bombardements massifs et l’usage de blindés, dans les plaines du Pendjab et les déserts du Sindh.

L’Union indienne paye le prix fort d’une politique américaine qui a visé, pendant soixante ans, à accorder la parité à son pire ennemi.

L’opération VIJAY est certes vécue, en juillet 1999, comme une victoire, mais elle laisse de nombreuses blessures.

Notamment chez les services secrets qui ont soif de vengeance.

Le premier sous-marin nucléaire « Arihant » (le destructeur d’ennemi) sera lancé, à l’occasion du 10e anniversaire de la fin de la guerre de Kargil, le 26 juillet 2009.

 http://www.france24.com/fr/20090-pr...

LE RENVERSEMENT D’ALLIANCE

« La guerre des glaciers », en 1999, a surpris le commandement du CENTCOM qui dispose de bases militaires nombreuses et importantes au Pakistan.

Elle est la première guerre qui n’ait pas reçu l’aval du Pentagone.

Or la vie politique du pays est contrôlée, depuis 1947, par l’ambassade américaine, à Islamabad.

Ce conflit entre le Pakistan et l’Inde, pourtant bref, marque un virage, dans l’attitude US à l’égard de l’ex-membre de l’OTASE ; et attise la colère du département d’état contre les marchands d’armes français.

La livraison et l’assemblage des sous-marins de classe Khalid sont perçus comme dangereux pour la sécurité des Ve et VIIe US, dans la zone Asie-Pacifique.

Car ces sous-marins furtifs, Agosta ou Scorpène, sont susceptibles de modifier le fragile équilibre des forces.

L’US Navy craint, en effet, un traité de coopération militaire entre l’Iran et le Pakistan, impliquant un transfert de technologie.

Le 12 octobre 1999, la CIA tente, avec l’aide du Premier ministre Nawas SHARRIF, de faire arrêter le chef d’état-major de l’armée pakistanaise.

MUSHARRAF, de retour de Colombo, est averti dans l’avion par ses officiers de l’imminence de son arrestation ; il organise, par téléphone, un coup d’état et fait arrêter les comploteurs.

Ce fut le premier coup d’état, organisé avec un téléphone portable de l’Histoire…

Lors d’un jeu de rôle, en 2000, le Pentagone conclut, qu’en cas de conflit, dans l’Océan indien, avec un Iran disposant de missiles balistiques et de sous-marins, la partie est perdue.

La situation nécessite une révision complète des alliances régionales ; à terme un désarmement et, dans l’instant, un affaiblissement de la puissance montante : le Pakistan.

C’est sans doute le véritable motif de « la libération » puis de l’occupation de l’Afghanistan…

L’OPÉRATION ENDURING FREEDOM

Sans convier les Indiens à intégrer le CENTCOM, pour ne pas froisser le général MUSHARRAF, le gouvernement BUSH invite l’Indian Navy a convoyé les pétroliers alliés du détroit d’Ormuz jusqu’aux eaux bleues du littoral (Opération SAGITTARIUS).

Le 13 novembre 2001, couverts par l’US Air Force, les tanks russes de l’Alliance du nord, sans le commandant MASSOOD tué en septembre, libèrent Kaboul.

Le processus d’adhésion de l’Indian Navy aux forces de la coalition entraîne la levée discrète de l’embargo et autorise l’armée indienne à déployer son propre plan de bataille.

En 2005, l’administration BUSH signera un partenariat stratégique avec l’Union indienne, la reconnaissant, comme l’unique puissance nucléaire légitime de la région.

LE KARMA PRÉVISIBLE DES INGÉNIEURS DE LA CONSTRUCTION NAVALE

L’Union indienne, après l’attaque de la Lok Sabha, le 13 décembre 2001, mobilise un million de jawans sur les frontières ouest et fixe l’armée pakistanaise le temps de « la libération » de l’Afghanistan.

L’opération PARKARAM dure dix mois.

Les installations portuaires, les arsenaux, la flotte en construction, deviennent des cibles prioritaires.

Les docks de Karachi ne bénéficiant plus de la bienveillance américaine sont laissés à la seule garde de la police militaire.

Les travailleurs français de la DCN sont exposés, le 8 mai 2002, à un risque terroriste majeur.

L’attentat sous faux drapeau, le sabotage et le meurtre d’ingénieurs, à la manière israélienne, appartiennent, de plus en plus ouvertement, à la panoplie des forces spéciales.

La chute des talibans offre la couverture idéale aux commandos du Resarch and analyses wing (RAW), infiltrés au Pakistan, pour intervenir.

Quel est le niveau d’alerte déclenché par l’attaché militaire au consulat de Karachi ?

Quelle est son étude du risque ?

Quelles sont les mesures prises par la DGSE pour protéger les ouvriers du chantier naval ?

Pourquoi les travaux n’ont-ils pas cessés après le 11-Septembre alors que la France participe activement à l’opération Enduring Freedom ?

Un touriste, présent sur place, près de l’Hôtel Sheraton, avant et après l’attentat, aurait pu recueillir plus d’indices que ne contient le dossier, après 8 ans d’enquête.

Les journalistes Tariq SAEEDI, à Ashgabat, au Turkménistan et Sergi PYATAKOF, de Moscou, écrivent à chaud, le 13 mai 2002 :

« Did the Indians kill the engeeners ? »

(L’article est publié, dans son intégralité sur la page anglaise de Bellaciao.)

Les journalistes et observateurs, au lendemain du 8 mai 2002, au Pakistan, en sont persuadés : l’Union indienne profite de la mort des techniciens ; cette dernière satisfaisant également l’ambassade américaine.

Le meurtre des Français tombe à point pour ralentir, d’une ou plusieurs années, un programme d’armement jugé dangereux.

En fait, l’attentat du 8 mai 2002 ralentit guère le planning (deux sous-marins sont déjà opérationnels) ; mais accélère la coalition d’intérêts étrangers qui forceront, plus tard, les Français à accepter leur version des faits.

Cet attentat, à la voiture piégée, revendiqué par un groupe islamique imaginaire, constitue le premier d’une longue série qui vise à « briser les jambes du Pakistan ».

Le 3 mai 2004, trois ingénieurs chinois et leurs collègues locaux sont tués, dans les mêmes circonstances, au Baloutchistan, où la république populaire de Chine construit un terminal pétrolier, à Gwaddar.

Selon des officiers émancipés de la tutelle US comme le général Hamid GUL, les Israéliens et les Indiens travaillent, depuis quinze ans, à la neutralisation des armes stratégiques et au démantèlement du pays.

Son témoignage est crédible car il a travaillé, pendant vingt ans, avec Langley, et en connaît tous les recoins.

Le projet porte le nom d’opération Blue Tulsi.

http://bluetulsi.blogspot.com/

Il y a en filigrane dans les analyses de l’Inter Service Intelligence l’ombre du 11-Septembre et la silhouette « connue » des auteurs.

Les Israéliens auraient fourni les techniques de l’attentat du 8 mai 2002 ainsi que la manière de gérer, par la désinformation, les conséquences du crime ; les Indiens : les hommes et les réseaux ; la CIA, la couverture globale.

La légende « Nautilus » émane, peut-être, de leur bureau à Paris.

L’usage d’agent double y est préféré à celui de soldats réguliers qui portent en eux la notion poussiéreuse de « patrie ».

Cette nouvelle façon de faire la guerre se combine avec les thèses du Pentagone comme celles du colonel Ralph PETERS (lire Bloody Borders).

Les militaires comme lui et le diplomate Richard HOLBROOKE, surnommé « le Buldozer », envisagent froidement une balkanisation du Pakistan, la corruption des édiles (Plan KERRY-LUGAR) et une destitution de l’état.

Et ce en s’appuyant sur des fractures tribales, religieuses comme l’ont fait les Britanniques jadis lors du « Grand Jeu ». La chose leur est facile car le pays est gouverné par de grands féodaux, les Sharrif, Bhutto, Jilani, dont l’intérêt pour la nation commune est minime.

Il est notoire que les « Mehsud » au Waziristan et les « Bugi » du Baloutchistan sont payés et armés par l’étranger ; et les régions pachtounes, frappées par les bombardements de drones, artificiellement remontées contre le pouvoir central.

Il s’agit de terroriser les populations pour les forcer à ne plus réfléchir « politiquement » mais « émotionnellement » pour les parquer, ensuite, dans des hameaux stratégiques où ils doivent mendier leur nourriture.

L’Af-Pak est le laboratoire d’un désordre colonial appliquant, à la lettre, les méthodes de la guerre d’Algérie.

Ce n’est pas pour rien que le général MacCHRYSTAL se réfère au général GALULA ; et certains officiers de son staff, au colonel Charles LACHEROY (fondateur de l’OAS).

L’impérialisme veut ici la peau du Pakistan et des hommes intègres qui y vivent, pour servir au plus prêt les intérêts de grandes compagnies, avides d’esclaves et de matières premières.

Sous couvert de lutte contre les talibans, leur but est d’exproprier les paysans et leur voler leurs terres.

Le concept, en Afghanistan, de « Nation Building » est un leurre pour les imbéciles.

Cette déstabilisation du Pakistan, par la Terreur, depuis 2001, a fait plus de morts que les quatre conflits avec l’Union indienne.

« US GO HOME ! » Le vieux slogan des luttes de libération nationale est on ne peut plus d’actualité en Asie du Sud Ouest.

CONCLUSION PROVISOIRE

Les assassins des ingénieurs français peuvent compter sur le concours de l’OTAN, bras armé des multinationales, pour maquiller le crime de guerre du 8 mai 2002, à Karachi.

Ils peuvent compter sur le président Ali Azif ZARDARI, le Premier ministre GILANI, le ministre de l’Intérieur Malik REHMAN et le général KAYANI, complètement inféodés à Washington.

La levée du « secret défense » confirmera, en divulguant les comptes détaillés de la société Thalès, « la piste des généraux pourris » ; mais ne dévoilera jamais les courriers échangés, jour après jour, entre les fonctionnaires à Paris, inquiets, et l’attaché militaire à Islamabad.

Et pour cause : le 8 mai 2002, l’actuel garde des sceaux, était ministre de la Défense, responsable de la DGSE et patronne des 11 ingénieurs.

Il est probable que ce lourd secret ait joué un rôle dans la carrière fulgurante de Michèle ALLIOT-MARIE, tour à tour ministres de la Défense, de l’Intérieur et de la Justice, sous deux présidences.

Il appartient aux proches des ingénieurs, à l’instar des familles des soldats qui ont péri, en Afghanistan, de faire éclater la vérité ; et de porter plainte contre leur ministre de la Guerre à la solde de l’impérialisme.

Michèle ALLIOT-MARIE a envoyé sciemment des personnels civils à l’abattoir.

HIMALOVE

Si un éditeur souhaite une enquête plus fouillée, qu’il me contacte.

1. La version, suivie par les magistrats, est fondée sur la rumeur « Nautilus », écrite par un ex-fonctionnaire de la DST, Claude THEVENET, qui de son propre aveu n’a jamais mis les pieds au Pakistan ; il est vraisemblablement un agent de circonstance de la CIA.

2. La journaliste Dominique LORENTZ prétend, dans son livre « Affaires atomiques » que deux essais indiens ont été commandités par Israël ; et 3 essais pakistanais auraient été réalisés pour le compte des iraniens.

3. Jacques CHIRAC plaida ouvertement à la suite des essais nucléaires la levée des sanctions.

4. Extrait de mon journal intime ; j’étais présent, dans la vallée du Zanskar, à Padum, en juin 1999.

5. Les Israéliens, lors de « la guerre des glaciers », ont intercepté les communications, prouvant l’implication du général MUSHARRAF ; cette information utilisée diplomatiquement a conduit les Américains à épouser la cause de l’armée indienne.



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Accident de chasse à Karachi : 11 ouvriers "motoristes" de la DCN, victimes d’un tir ami
13 mai 2010 - 03h41

En gros, tu prends la défense de Sarkozy ?



Accident de chasse à Karachi : 11 ouvriers "motoristes" de la DCN, victimes d’un tir ami
15 mai 2010 - 10h37 - Posté par himalove

Si l’enqueteur n’a en tete que de flinguer Sarkozy, il n’approchera jamais la vérité...





À propos d’Extinction Rebellion – Partie III : La 4e Révolution industrielle
mardi 22 - 20h35
de : Kim Hill
SNCF : l’accident qui montre que le « train sans contrôleur » est dangereux pour tout le monde
mardi 22 - 20h24
de : Rachel Knaebel, avec Sophie Chapelle pour bastamag
Seconde Guerre mondiale : la Russie déclassifie des documents sur la libération de l’Europe par l’Armée rouge
mardi 22 - 14h22
de : nazairien
Projection "Au nom de tous mes frères. Journal de Nadine Loubet au Chili." jeudi 24 octobre 2019 à 20h
mardi 22 - 13h21
de : Nicole ff
L’État français cherche à nous faire oublier les essais nucléaires en Polynésie
lundi 21 - 22h11
de : Delaunay Matthieu
Sécurité.
lundi 21 - 19h38
de : L’iena rabbioso
Erreur de Pôle emploi en votre défaveur : garder des nerfs d’acier
lundi 21 - 09h48
Appel du non lieu dans la mort de Rémi Fraisse
dimanche 20 - 23h30
de : desarmons-les
Voilophobie : tentative de compréhension et d’explication.
dimanche 20 - 00h18
de : Christian DELARUE
11 commentaires
Canal Seine-Nord : la catastrophe écologique et économique en route !
samedi 19 - 19h08
de : Eve
6 commentaires
Reconnaissance faciale dans les lycées
samedi 19 - 11h02
de : quadrature du net
LA RAGE CONTRE LE RÈGNE DE L’ARGENT
samedi 19 - 08h44
de : Ernest London
Points de vue sur les Gilets jaunes
vendredi 18 - 16h35
de : jean 1
Yankees et son larbin français, effacent les preuves, de leur "implication terroriste" en syrie
vendredi 18 - 11h59
de : nazairien
"Gôôôche" démocratique et républicaine ou TRAHISON ?
vendredi 18 - 10h45
de : jean-marie Défossé
2 commentaires
Badgeophobie ou syndicalistophobie
jeudi 17 - 23h45
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Est-ce que oui ou non castaner va dégager ?
jeudi 17 - 20h22
de : jean 1
VERS LA BANLIEUE TOTALE
jeudi 17 - 14h12
de : Ernest London
Est ce la panique, en macronie ? Le gouvernement envisage de retarder la réforme des retraites (vidéo)
jeudi 17 - 12h49
de : nazairien
3 commentaires
Le Crédit Mutuel prépare une vague de licenciements massifs
jeudi 17 - 11h23
de : PDUROC
Suspicion délation répression ... et agressions impérialistes
jeudi 17 - 10h56
de : Chantal Mirail
Sous le voile, une femme !
jeudi 17 - 10h36
de : Chantal Mirail
2 commentaires
Sociale vigilance / C’est l’heure de l’mettre
jeudi 17 - 10h28
de : Hdm
Droit d’informer : Nous ne devons pas nous habituer aux intimidations, aux gardes à vue et aux poursuites judiciaires
jeudi 17 - 09h58
Barcelone : des manifestants indépendantistes affrontent les forces de l’ordre pour la troisième nuit consécutive (vidéo
jeudi 17 - 00h53
de : nazairien
1 commentaire
Une personne porte ici un signe religieux ostensible !
mercredi 16 - 22h29
de : Christian DELARUE
9 commentaires
La manifestation des pompiers dégénère : incidents et tensions (15 octobre 2019, Paris) (vidéo)
mercredi 16 - 16h24
de : nazairien
2 commentaires
Des scènes de guérilla urbaine dans le centre de Barcelone, après la condamnation des dirigeants séparatistes (vidéo)
mercredi 16 - 16h09
de : nazairien
1 commentaire
Retraites : la CGT, FO, Solidaires et la FSU appellent à la grève le 5 décembre
mercredi 16 - 07h54
1 commentaire
15 Octobre 1987 THOMAS SANKARA
mardi 15 - 17h29
de : CADTM
De qui se moque t on ? Les frais d’hébergement des députés à Paris vont être davantage remboursés
mardi 15 - 17h11
de : nazairien
2 commentaires
ZOMIA ou l’art de ne pas être gouverné
mardi 15 - 14h20
de : Ernest London
Grande Fête du livre de Noir et Rouge
lundi 14 - 23h10
de : Frank
Nucléaire : le danger qui nous menace s’accroît
lundi 14 - 23h03
de : pierre peguin
Emission - Sabotage de l’école – Un peuple éclairé serait-il incontrôlable ?
lundi 14 - 20h03
de : Emission - Polémix et La Voix Off
Rojava : « La révolution ne doit pas disparaître »
lundi 14 - 17h10
de : jean 1
1 commentaire
Pascale Locquin
lundi 14 - 15h45
de : locquin
Les "gilets jaunes, bleus, verts, oranges" dans le VIéme ar, pour la "défense des victimes de l’amiante
dimanche 13 - 14h17
de : nazairien
Le voile ... dévoile une fois de plus sa stratégie de dislocation des valeurs républicaines
dimanche 13 - 11h56
de : Jean-Marie Défossé
18 commentaires
Toulouse, les baqueux toujours aussi dérangés, les CRS sous "captagon" ? et les gedarmes veulent faire aussi bien (vidéo
dimanche 13 - 02h25
de : nazairien

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Aucune carte du monde n'est digne d'un regard si le pays de l'utopie n'y figure pas. Oscar Wilde
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite