Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Le communisme à l’ordre du jour, loin des affaires de boutique
de : J.P. LEGRAND et H. ABBA-SIDICK
dimanche 23 mai 2010 - 14h28 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire

Le communisme est à l’ordre du jour, loin des affaires de boutique !

par Jean-Paul Legrand et Habib Abba-Sidick

Un texte signé par Blanchard Alain, Boulanger Norbert, Boutroue Alain, Cesbron Paul, Dupuis Denis, Lamirand Bernard, Lamirand Marie, Macudzinski Serge, Pleuchot Martine, Salomon Aline, Salomon Serge, Tuil Fernand et intitulé "Contribution collective au débat" a été publié sur le site du PCF de l’Oise dans le cadre de la préparation de son Congrès

Malgré la volonté d’ouverture et de respect affichée, les signataires de ce texte ont un point de vue centré sur des préoccupations essentiellement internes. Ils raisonnent sur le PCF tel que le PCF agit désormais, très refermé sur lui-même, force politique extrêmement affaiblie regroupée dans une organisation ne pesant pratiquement que très peu dans la vie politique de notre département et de notre Nation. Cependant, c’est parce que pour nous, le communisme n’est pas mort, qu’il est au contraire plus que jamais à l’ordre du jour, que nous participons au débat de tous ceux qui s’en réclament. En effet pour nous, les combats dont font référence les signataires de ce texte qu’ils soient internes ou externes au PCF, sont contrairement à ce qu’ils pensent, des combats naturels, où se confrontent des idées qui ont dans la dernière période montré les différences fondamentales d’analyse et de pratique des uns et des autres. Si de tels combats existent, c’est tout simplement et naturellement parce que la situation politique conduit à des contradictions entre les hommes, au sein même des rapports sociaux, et donc aussi entre des militants d’un même parti. S’en étonner, voire le regretter, montre à quel point la conception des signataires relève davantage d’une incantation que d’une analyse de la réalité comme nous l’a prouvé l’attitude de certains "camarades" qui nous ont parlé de fraternité pendant des années mais qui le jour où des militants ont été mis à l’index par les dirigeants, ont rejoint sans sourciller la direction et l’ont soutenue dans ces basses œuvres.

C’est cette conception qui a conduit les principaux dirigeants de la fédération de l’Oise à mettre à l’écart de l’organisation les militants qui se sont engagés avec Colère et espoir, jusqu’à leur refuser leur carte du PCF ou encore à les "suspendre" bien que ce terme n’a guère de signification, sauf, mais on n’ose le penser, si il s’agissait de les suspendre à quelque chose ? Ce genre de conception montre à quel point ces dirigeants se sont enfermés dans un système de pensée tellement dépassé, qu’ils croient que ce sont des mesures administratives qui règleront des problèmes politiques. Heureusement qu’ils ne détiennent pas les rênes du pouvoir car on n’ose en imaginer les conséquences sur leurs adversaires.

Pour ces signataires "Ainsi de trop nombreux combats d’hommes et de dirigeants, se sont souvent substitués au combat politique. Chercher en la matière des responsabilités personnalisées n’offre aucun intérêt. Par contre comprendre en quoi nos modes de vie et de fonctionnement, comme la crise de la politique les ont permis et parfois amplifié, pourrait permettre de s’en prémunir à l’avenir, ou du moins de les réduire. "

Point de vue totalement irréaliste. D’ailleurs le fait d’écrire que ces combats pourraient être au moins réduits, montre bien que ces signataires sont obligés de reconnaître qu’on ne vit pas dans une société sans conflit, sans combat entre les hommes et sans confrontation des idées. Car en vérité, il faut admettre que les hommes agissant en fonction de leurs intérêts représentent les opinions, les idées qui correspondent en définitive à ces intérêts. Au sein du PCF, si de tels combats ont eu lieu c’est que l’insuffisance de vie démocratique et de lien avec les masses a conduit à ce qui se passe dans toute formation politique dans une société de classe : la lutte pour le pouvoir au sein de l’organisation, ce qui en soit est historiquement la réalité indépendamment de la conscience que les uns et les autres en ont. Quand on a entendu le Premier secrétaire de la fédération de l’Oise du PCF, 1er candidat du "Front de gauche" en Picardie expliquer qu’il avait combattu "Colère et Espoir" pour avoir sa place au sein du Conseil régional, on a entendu la vérité, la parfaite vérité qui a été révélée devant son dépit de ne pas avoir été récompensé de son boulot en étant recalé par le Président de la Région qui ne lui a même pas offert un poste. Cet exemple illustre bien que les souhaits des signataires ne sont que des rêves pieux, que dans une situation contradictoire où s’aiguise la lutte de classes, où la perspective d’une révolution communiste commence à prendre corps, dans des événements révélant chaque jour qui est vraiment qui, qui est responsable de quoi, ils est illusoire d’imaginer que les hommes se conduiront en toute fraternité alors que des intérêts liés à leur pouvoir politique les opposent. Il faut en finir avec l’angélisme de façade qui se pare des mots "fraternité, démocratie, respect etc..." quand on a vu comment ont été traités des camarades dans la dernière période, exclus, mis à l’index, en raison de leurs idées. Nous savions qu’en faisant le choix de soutenir "Colère et Espoir" la direction du PCF se conduirait comme elle l’a fait, nous n’avions aucune illusion sur son attitude et nous avons poussé la contradiction jusqu’au bout pour que la clarification se fasse. Ainsi elle révèle son incapacité à gérer les différences d’opinion, à accepter le pluralisme, au sein du parti et donc réellement au sein de notre peuple. Mais cette incapacité n’est pas seulement liée à une incompétence, elle est surtout en relation au projet politique de cette direction.

En effet, qui veut dissocier la forme du fond fait fausse route. Il en est de même entre forme d’organisation et projet politique. Un parti se donne le type d’organisation qui correspond en général à son projet politique. Or le projet du PCF étant un énième "remake" de l’union d’organisations politiques de gauche dans lequel le peuple devrait s’inscrire (Front de gauche), il conduit inéluctablement à une conception politicienne de l’organisation "communiste". Les signataires souhaitent que les responsabilités des dirigeants dans la situation que l’on connait ne soit pas posée et font mine de chercher dans des aspects organisationnels les difficultés que le PCF rencontre. Mais c’est un point de vue purement idéaliste. On sait bien que ce sont les hommes qui font l’histoire, et ce sont eux qui en dernière instance prennent des décisions qui conduisent dans certaines circonstances aux succès ou aux échecs d’une organisation. On sait par exemple que malgré nos nombreux appels depuis mai 2009 à confronter fraternellement les points de vue et à tendre la main aux camarades de "Colère et Espoir", le secrétaire de la fédération de l’Oise du PCF et une partie de la direction fédérale ont toujours refusé une rencontre et ont laissé pourrir la situation jusqu’à la conférence régionale qui a été un moment absolument significatif de sectarisme et d’indigence intellectuelle digne des pires procès staliniens.

Ces signataires souhaitent apporter leur contribution au débat pour le Congrès du PCF tout en regrettant les délais de préparation de celui-ci et l’ordre du jour limité. C’est le moins que l’on puisse dire. Il s’agit en fait d’une véritable farce organisée par la direction du PCF qui ne permettra ni aux militants du PCF, ni à notre peuple de participer à l’indispensable réflexion sur la situation et les solutions politiques à mettre en oeuvre face à la crise du capitalisme. Mais qu’ils le regrettent ou pas, cela ne changera rien sur le fond car le simulacre de débat ne concernera qu’une petite minorité de dirigeants pris à leur propre piège, paniqués par l’effondrement qu’ils ont eux-mêmes provoqué. Si nous écrivons ce texte ce n’est pas pour eux mais pour ces hommes et ces femmes, ces militants, qui ne renoncent pas au communisme et font l’expérience que le PCF n’est plus l’organisation révolutionnaire nécessaire face aux défis qui nous attendent. Des hommes et des femmes qui ne se font aucune illusion sur l’âpreté du combat de classe naturellement traversé par des combats politiques inédits qui vont bouleverser la politique traditionnelle. Des hommes et des femmes qui ont gardé la fraternité vivante et ont tendu la main aux militants de Colère et Espoir même quand ils ne partageaient pas leurs idées.

Donc, il faut l’admettre, ce sont bien sur des désaccords politiques fondamentaux que ces combats se mènent au delà des personnalités des uns et des autres. Le PCF n’est pas une organisation en dehors de la société et ses membres en dehors des situations et circonstances contemporaines de ce qui semble bien être une phase inédite du capitalisme pouvant déboucher sur une barbarie planétaire ou tout au contraire sur une révolution mondiale émancipatrice. Il faut reconnaître que ce grand parti populaire que fut le PCF à la Libération sur des positions de classe et qui avait activement participé au combat pour la Nation est devenu un parti réformiste dans des pratiques électoralistes qui se sont illustrées avec évidence durant l’accomplissement du mandat des conseillers régionaux et lors de ces dernières régionales en Picardie, un parti privilégiant les accords entre organisations au détriment du mouvement populaire dans cette stratégie qui est nommée "Front de Gauche" et qui n’est qu’une nouvelle édition de toutes ces tentatives depuis plus de 40 ans conduisant notre peuple à l’échec, aboutissant à laisser le champ libre à la domination politique et économique du grand capital sur la Nation. Il faut mettre en évidence le terrible fait que la conscience de classe a reculé significativement en raison des abandons théoriques successifs du PCF et de la liquidation de ses organisations populaires de base qu’étaient les cellules de quartier et d’entreprise.

En ce sens les signataires du texte ne parlent pas du tout de ces circonstances et causes contemporaines qui ont mené inéluctablement le PCF à abandonner le combat de classe. Et pourtant la clef pour comprendre les combats qui se sont déroulés au sein du PCF ces derniers mois réside dans cette histoire de la transformation de ce parti de lutte enraciné dans les quartiers et les entreprises en un parti qui fonctionne de plus en plus pour lui-même, pour ses cadres et ses élus. C’est parce que la direction du PCF est le fruit même d’un tel processus qu’elle est incapable de jouer son rôle de direction, et c’est d’ailleurs le but qui a été recherché par les adversaires du combat communiste. Car comment peut-on penser que lorsque François Mitterrand annonce sa stratégie de réduction de l’influence communiste dans les années 70, il ne le fait sans avoir l’objectif de combattre à la fois de l’extérieur et de l’intérieur ce qui constituait à l’époque la force révolutionnaire de notre pays ? Comment être naïf à ce point pour ne pas voir la liquidation progressive de la pensée et de la pratique révolutionnaire au sein du PCF que les forces du capital ont entreprise depuis des décennies. Certes cette liquidation ne s’est pas faite sans contradiction, sans luttes et nombreux sont les communistes qui dans le PCF pensent que c’est encore en son sein que le combat peut se mener pour lui donner une orientation révolutionnaire. Nous respectons ces camarades et nous appuyons leur démarche car rien ne doit être négligé pour rassembler tous les révolutionnaires. Dans le même temps nous entendons consacrer notre temps à la construction dans notre département comme dans le pays d’un rassemblement populaire inédit qui ne soit pas corseté dans des accords d’appareils politiques qui ont failli, mais qui soit l’émanation des gens eux mêmes, à la fois dans le projet politique et dans la forme de lutte politique que les citoyens décideront dans les circonstances déterminées et les événements que la crise du capitalisme va faire naître.

Pour nous, le peuple est le créateur des transformations sociales, et il n’appartient à aucun parti de prédéfinir son action. Au contraire le rôle d’une organisation qui prétend être révolutionnaire est de notre point de vue, de libérer toutes les énergies créatrices qui émanent de la société et qui inéluctablement vont s’affronter durement au carcan insupportable que le capitalisme impose à l’Humanité dans la phase développée qui est la sienne aujourd’hui. Ces énergies créatrices ne sont pas le monopole d’un parti, elles sont le fruit de la lutte de classes. En ce sens, au fur et à mesure de l’intensification du combat de classe, les gens reconnaitront "les leurs" comme on dit, c’est à dire ceux qui ont placé le combat pour l’émancipation humaine au dessus des petits intérêts boutiquiers de parti, de postes d’élus, de pouvoir. Or le peuple vient de faire l’expérience en Picardie, que le PCF s’est avéré un digne représentant de ces petits intérêts.

A l’opposé, notre peuple fourmille de gens qui vont se révéler dans les circonstances de la lutte comme des "communistes" utiles au mouvement populaire. Notre peuple aura besoin de ces militants dans ces grandes luttes de masse qui ne verront pas quelques dizaines de milliers de personnes se rassembler mais des millions pour contester l’ordre capitaliste qui va très durement les agresser dans la prochaine période. Car l’agression qui consiste à broyer deux siècles de conquêtes sociales, ne concerne désormais plus seulement une partie du prolétariat mais l’ensemble des salariés et couches non-capitalistes de la société et dans le même mouvement l’indépendance nationale qui a été bradée aux établissements financiers. Cette immense force se reconnait de moins en moins dans le système politique et cherche des solutions qui vont s’en éloigner de plus en plus. C’est de la société elle-même que vont émerger des forces transformatrices qui se donneront elles-mêmes les moyens de changer la société. Le rôle des communistes est de contribuer à rassembler ces forces et leur apporter leur expérience démocratique : non celle des luttes intestines de l’appareil du PCF mais celle de ce qui a été de meilleur et de plus généreux dans l’histoire du communisme français et international. On est loin des lamentations sur ce qu’adviendra le PCF qui continue de s’inscrire dans l’ancienne époque et qui de ce fait n’est pas perçu, à l’instar des autres partis, comme vraiment utile par notre peuple.

Pour notre part nous entendons consacrer notre énergie à la rencontre quotidienne avec les gens, à leur écoute, mais aussi à soutenir leurs projets dans tous les domaines de la vie en leur apportant l’éclairage d’une analyse qui les place comme les acteurs de la révolution à venir indépendamment d’organisations qui ont fait leur temps, en réfléchissant avec eux aux conditions et aux formes de rassemblements politiques de masse afin de développer la démocratie contre la domination capitaliste.

* Jean-Paul Legrand et Habib Abba-Sidick sont tous deux militants communistes et maires-adjoints de Creil. Ils ont été candidats de Colère et Espoir, la liste conduite par Maxime Gremetz en Picardie aux élections régionales de 2010.

Cet article est publié sur les sites suivants http://creil-avenir.com http://colereetespoir.over-blog.com/ http://bellaciao.org/fr/



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Le communisme à l’ordre du jour, loin des affaires de boutique
24 mai 2010 - 09h57

Nous sommes aujourd’hui en Europe en 1788, et l’urgence est le debat le plus large et transparent sur le projet programme dans toute l’Europe :

Propositions mises en circulation depuis debut 2009, merci a toutes et tous de s’ecouter et de se lire sans appriori :

TOUT LE POUVOIR AUX TRAVAILLEURS (SES) d’EUROPE,NON AU DIKTAT BCE /FMI :

Pistes pour un programme commun minimum de la gauche de classe europeenne :

salaire minimum garanti europeen 1500 € pour 30 H/semaine (GARANTI= MAINTIEN DU SALAIRE MEME EN CAS DE CHOMAGE TECHNIQUE DE DUREE INDETERMINEE )

Interdiction des licenciements partout = maintien du salaire integral
acquis jusqu’a la retraite ou un nouvel emploi au salaire identique

revenu garanti europeen inconditionnel de 1000 € pour toutes et tous
(jeunes ,chomeurs, etudiants, retraités, malades, precaires, paysans, independants etc)

droits sociaux garantis : santé education et transports collectifs gratuits

echelle mobile des salaires et des revenus

retraite a taux plein a 55 ans,garantie independamment des durées de cotisation

logement garanti avec loyer 10% du revenu

moratoire sur tous les interets des dettes privées et publiques ;
50 Milliards d’interet de la dette publique a payer aux banques dans le budget de l’etat français pour 2009,inscrit dans la declaration d’impot !!!

municipalisation des banques : cooperatives locales sous controle citoyen ; promotion des monnaies locales d’echanges non speculatives

souveraineté populaire a tous les niveaux de pouvoir y compris BCE, a commencer par la monnaie et le credit ;

controle populaire permanent partout par la nationalisation expropriation des multinationales (banques,assurance,industrie,etc) et leur dementelement

Fermeture des bourses et interdiction des paris sur les fluctuations de prix

medias publics gratuits sous controle citoyen

loi d’urgence europeenne de municipalisation des terres agricoles peri urbaines,a l’instart de ce qui existe en Suisse et au Japon afin d’assurer l’autonomie alimentaire le plus possible.

toutes les terres agricoles a proximité des villes (perimetre a definir) sont inventoriées et declarées d’utilité publique donc non constructibles,mises immediatement en production biologique par des agriculteurs candidats ou a defaut par des cooperatives municipales ou collectifs d’habitants s’engageant a produire une agriculture vivriere biologique.

Elles sont declarées inalienables,a statut definitif de terres nourricieres non negociables.

Leurs proprietaires si agriculteurs partant a la retraite seront indemnisés au prix du terrain a batir sous forme d’obligations d’etat avec rente a vie.

Assez de cadeaux aux patrons ! Un salaire social pour la jeunesse !

PAR Webmaster

PUBLICATION LE 3 mai 2009

http://www.sud-etudiant.org/article...

Le Télégramme, le 24 mai 2010

Auteur : Paul Jorion | Classé dans :

http://www.pauljorion.com/blog/?p=12120






Seconde Guerre mondiale : la Russie déclassifie des documents sur la libération de l’Europe par l’Armée rouge
mardi 22 - 14h22
de : nazairien
Projection "Au nom de tous mes frères. Journal de Nadine Loubet au Chili." jeudi 24 octobre 2019 à 20h
mardi 22 - 13h21
de : Nicole ff
L’État français cherche à nous faire oublier les essais nucléaires en Polynésie
lundi 21 - 22h11
de : Delaunay Matthieu
Sécurité.
lundi 21 - 19h38
de : L’iena rabbioso
Erreur de Pôle emploi en votre défaveur : garder des nerfs d’acier
lundi 21 - 09h48
Appel du non lieu dans la mort de Rémi Fraisse
dimanche 20 - 23h30
de : desarmons-les
Voilophobie : tentative de compréhension et d’explication.
dimanche 20 - 00h18
de : Christian DELARUE
10 commentaires
Canal Seine-Nord : la catastrophe écologique et économique en route !
samedi 19 - 19h08
de : Eve
6 commentaires
Reconnaissance faciale dans les lycées
samedi 19 - 11h02
de : quadrature du net
LA RAGE CONTRE LE RÈGNE DE L’ARGENT
samedi 19 - 08h44
de : Ernest London
Points de vue sur les Gilets jaunes
vendredi 18 - 16h35
de : jean 1
Yankees et son larbin français, effacent les preuves, de leur "implication terroriste" en syrie
vendredi 18 - 11h59
de : nazairien
"Gôôôche" démocratique et républicaine ou TRAHISON ?
vendredi 18 - 10h45
de : jean-marie Défossé
2 commentaires
Badgeophobie ou syndicalistophobie
jeudi 17 - 23h45
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Est-ce que oui ou non castaner va dégager ?
jeudi 17 - 20h22
de : jean 1
VERS LA BANLIEUE TOTALE
jeudi 17 - 14h12
de : Ernest London
Est ce la panique, en macronie ? Le gouvernement envisage de retarder la réforme des retraites (vidéo)
jeudi 17 - 12h49
de : nazairien
3 commentaires
Le Crédit Mutuel prépare une vague de licenciements massifs
jeudi 17 - 11h23
de : PDUROC
Suspicion délation répression ... et agressions impérialistes
jeudi 17 - 10h56
de : Chantal Mirail
Sous le voile, une femme !
jeudi 17 - 10h36
de : Chantal Mirail
2 commentaires
Sociale vigilance / C’est l’heure de l’mettre
jeudi 17 - 10h28
de : Hdm
Droit d’informer : Nous ne devons pas nous habituer aux intimidations, aux gardes à vue et aux poursuites judiciaires
jeudi 17 - 09h58
Barcelone : des manifestants indépendantistes affrontent les forces de l’ordre pour la troisième nuit consécutive (vidéo
jeudi 17 - 00h53
de : nazairien
1 commentaire
Une personne porte ici un signe religieux ostensible !
mercredi 16 - 22h29
de : Christian DELARUE
9 commentaires
La manifestation des pompiers dégénère : incidents et tensions (15 octobre 2019, Paris) (vidéo)
mercredi 16 - 16h24
de : nazairien
2 commentaires
Des scènes de guérilla urbaine dans le centre de Barcelone, après la condamnation des dirigeants séparatistes (vidéo)
mercredi 16 - 16h09
de : nazairien
1 commentaire
Retraites : la CGT, FO, Solidaires et la FSU appellent à la grève le 5 décembre
mercredi 16 - 07h54
1 commentaire
15 Octobre 1987 THOMAS SANKARA
mardi 15 - 17h29
de : CADTM
De qui se moque t on ? Les frais d’hébergement des députés à Paris vont être davantage remboursés
mardi 15 - 17h11
de : nazairien
2 commentaires
ZOMIA ou l’art de ne pas être gouverné
mardi 15 - 14h20
de : Ernest London
Grande Fête du livre de Noir et Rouge
lundi 14 - 23h10
de : Frank
Nucléaire : le danger qui nous menace s’accroît
lundi 14 - 23h03
de : pierre peguin
Emission - Sabotage de l’école – Un peuple éclairé serait-il incontrôlable ?
lundi 14 - 20h03
de : Emission - Polémix et La Voix Off
Rojava : « La révolution ne doit pas disparaître »
lundi 14 - 17h10
de : jean 1
1 commentaire
Pascale Locquin
lundi 14 - 15h45
de : locquin
Les "gilets jaunes, bleus, verts, oranges" dans le VIéme ar, pour la "défense des victimes de l’amiante
dimanche 13 - 14h17
de : nazairien
Le voile ... dévoile une fois de plus sa stratégie de dislocation des valeurs républicaines
dimanche 13 - 11h56
de : Jean-Marie Défossé
18 commentaires
Toulouse, les baqueux toujours aussi dérangés, les CRS sous "captagon" ? et les gedarmes veulent faire aussi bien (vidéo
dimanche 13 - 02h25
de : nazairien
Rencontre débat « L’anarchisme pour les nuls »
samedi 12 - 21h15
de : jean 1
Le crépuscule de l’OTAN.
samedi 12 - 20h56
de : L’iena rabbioso

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Ceux qui aiment marcher en rangs sur une musique : ce ne peut être que par erreur qu'ils ont reçu un cerveau, une moelle épinière leur suffirait amplement. Albert Einstein
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite