Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Qui a gagné à Jabaliya ?
de : MICHELE GIORGIO
mardi 26 octobre 2004 - 02h31 - Signaler aux modérateurs

Cent seize morts, 430 blessés, des maisons et des plantations d’agrumes détruites. Dans le camp de réfugiés de Gaza, on fait un bilan des "Jours de Pénitence" infligés aux Palestiniens par Sharon. Le Premier Ministre voulait arrêter le Hamas mais les Islamistes aujourd’hui sont les plus forts

de MICHELE GIORGIO DE RETOUR DE JABALIYA (GAZA)

Fatima Hussein, 78 ans, vivait pour ses 32 petits-enfants. Elle n’avait eu que trois enfants - c’est peu pour une femme palestinienne de sa génération - et, surtout après la mort de son mari, elle avait trouvé le bonheur en prenant soin de cette troupe d’enfants qui, par vagues, mettait les logements de la famille sens dessus dessous, tous dans le même immeuble, déchaînant les protestations des parents.

"Sitti (grand-mère)mettait de côté pour moi quelques bonbons, elle disait que j’étais son petit préféré mais en réalité, elle nous aimait tous de la même manière", raconte Adly, le plus "vieux" des petits-enfants. Tout autour, il y a une maison qui raconte la vie de Fatima et de ses enfants : le four pour faire le pain traditionnel, les bocaux d’épices, les tapis de prière, un luth sans cordes, la télévision seul dérivatif dans une agglomération où l’on ne vit pas mais où l’on survit. Sur une étagère, une boîte de contraceptifs oraux indique un programme tardif de planification familiale. Une vie dont Fatima ne fait plus partie. Depuis une semaine, la vieille femme n’est plus avec ses enfants et l’affection de ses petits-enfants ne l’entoure plus, la faisant sourire, heureuse. Le premier jour du Ramadan, un projectile de gros calibre tiré par un char israélien, posté dans les environs de Hazmet Abdel Rabo, à la périphérie du camp de réfugiés de Jabaliya lui a coupé la tête en deux, la tuant sur le coup. La vieille femme était chez un de ses fils et était en train de servir l’eftar, le repas qui, au coucher du soleil, rompt le jeûne que les Musulmans commencent tous les jours à l’aube, durant le mois du Ramadan. "Tout était calme - se souvient Adly -, depuis quelques jours, les soldats israéliens avaient réduit leurs incursions (à Jabaliya) et nous avions compris qu’ils allaient se retirer. Tout d’un coup, nous avons entendu les rafales d’une mitrailleuse puissante. Nous n’avons pas eu le temps de chercher refuge dans une pièce non exposée au feu des chars".

Les soldats font barrage aux secours

Fatima a été touchée tout de suite. Le projectile a pénétré dans les châssis métalliques, a atteint la femme à la tête, a poursuivi sa course et, après avoir percé en son centre la porte qui mène à la véranda, s’est fiché dans un mur. « Ma grand-mère est morte sur le coup, le projectile lui a fait éclater la tête. De toute façon, aucun médecin n’aurait pu la sauver. Non seulement à cause des blessures mortelles mais aussi parce que les troupes israéliennes n’ont permis à l’ambulance d’arriver jusqu’à notre maison qu’au bout d’une heure ». Le porte-parole militaire israélien n’a jamais fourni de version détaillée de ce qui s’est passé. Il s’est limité à dire que certains « terroristes » armés se trouvaient dans la zone où a été tuée la vieille femme. Les membres de la famille démentissent et soutiennent que les chars ont ouvert le feu, sans discrimination, comme le semblent le démontrer les dizaines de trous sur les bâtiments.

Fatima Hussein fait partie des 133 Palestiniens qui, selon les données recueillies par le centre israélien pour les droits humains Betselem, ont été tués par l’armée durant les deux semaines de l’opération « Jours de pénitence », déclenchée dans le Nord de la Bande de Gaza fin septembre, officiellement en réponse aux lancers de roquettes palestiniennes contre la petite ville de Sderot (où la veille deux enfants avaient été tués).

La solution militaire a raté

Betselem ajoute que 116 personnes sont mortes à Jabaliya, Beit Hanun et Beit Lahya, les autres durant des raids dans différentes localités au Sud de Gaza. Parmi les victimes, il y a au moins 50 civils innocents (comme Fatima), dont 29 enfants (comme Iman Hams, 13 ans, tuée à Rafah). Il y a eu 430 blessés dont certains sont encore hospitalisés dans de graves conditions. 85 maisons ont été rasées, 150 autres ont subi des dommages irréparables. D’ailleurs, quand on arrive à Jabaliya par le col d’Erez, les destructions immenses qui se trouvent devant nos yeux ne laissent aucun doute sur la force dévastatrice de « Jours de pénitence ». Les infrastructures civiles - en particulier le réseau hydraulique - ont subi de graves dommages. La zone entre Beit Hanun et Beit Lahya qui était une zone agricole est devenue aujourd’hui un amas de détritus. La végétation a disparu. De nombreuses orangeraies, où selon Israël les cellules chargées de lancer les roquettes Qassam trouvaient refuge, ont été "nettoyées" par les soldats.

Les routes goudronnées ont été en de nombreux endroits effacées par le poids des chars et pour atteindre les agglomérations, il faut à présent faire de longs détours sur de petites routes en terre. Ce désastre, semblable à un tremblement de terre, a-t-il servi à atteindre les objectifs que s’était fixés Israël ? Les faits disent le contraire. Malgré l’emploi d’environ 200 chars et de nombreux hélicoptères, l’armée de l’Etat juif n’a pas réussi à priver le mouvement islamique du Hamas de la capacité de tirer les Qassam bien que le porte-parole militaire continue à répéter que de nombreuses cellules armées ont été touchées et anéanties. Mais tout le monde a la vérité sous les yeux. Les lancers de roquettes n’ont pas cessé et reprendront après une période de tassement. C’est bien le Hamas qui crie victoire. La solution militaire qu’Israël continue à prôner ne fait qu’accroître la colère des Palestiniens et renforcer la structure militaire du mouvement islamique. Tout cela même au détriment de l’Autorité nationale palestinienne. "Quand sont apparus les chars dans les rues de Jabaliya, ce sont les militants du Hamas qui ont été les premiers à leur barrer le chemin. Les services de sécurité de l’Anp sont restés à la tribune. Et quand certains ministres palestiniens se sont rendus à Gaza pour vérifier les nécessités immédiates, ils ont dû affronter les protestations du peuple. Sans oublier que tandis que tant de gens était tués par les soldats israéliens, les agents des forces de sécurité de l’Anp ne trouvaient rien de mieux à faire que de se tirer dessus les uns les autres pour de stupides rivalités personnelles", explique le journaliste Safwat Kahlut, originaire précisément de Jabaliya.

Pour les gens de Gaza, le Hamas est sorti la tête haute d’une dure confrontation militaire avec une armée aussi bien organisée que l’armée israélienne. Du point de vue tactique, les moujahidin ont fait preuve de leur capacité à gérer en même temps des situations différentes : tendre des embuscades aux forces d’occupation, lancer des roquettes et des coups de mortier contre les installations juives et les postes militaires mais aussi tenter des infiltrations dans les colonies de Gaza. Tout ceci malgré le meurtre à Jabaliya du commandant local des Brigades "Ezzedin al-Qassam" (le bras armé islamique). Mushir Al-Masri, porte-parole du Hamas, n’a aucun doute : les souffrances de la population palestinienne ne sont pas le fruit des lancers de Qassam ayant déchaîné les réactions dévastatrices d’Israël.

"Sharon n’a pas besoin d’excuses pour attaquer les Palestiniens - affirme-t-il - il aurait de toute façon envoyé ses chars à Jabaliya et dans les autres agglomérations puisqu’il doit porter à terme son plan de destruction des Palestiniens". Ceux qui démentissent ce compte-rendu du Hamas et qui critiquent les lancers de Qassam ne sont pas rares. "Israël ne peut vaincre ce conflit grâce à la force de son armée mais nous non plus, les Palestiniens, nous ne pouvons pas rêver de vaincre un Etat aussi puissant avec quelques roquettes artisanales", soutient l’ex-ministre de la Culture Ziad Abu Amer. L’Anp pendant ce temps semble paralysée, elle n’existe presque plus à Gaza et l’anarchie règne de partout. "On vit au jour le jour - dit Raed Yazji, un commercant - entre l’attente de la prochaine incursion israélienne et une fusillade entre les différentes forces de sécurité de l’Anp".

http://www.ilmanifesto.it/Quotidian...

Traduit de l’italien par Karl et Rosa - Bellaciao



Imprimer cet article





GILETS JAUNES :L’enquête sur la mort de Mme. Zineb Redouane à Marseille !
mercredi 21 - 19h37
de : joclaude
MANIFESTATION POUR EXIGER LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH
mercredi 21 - 17h51
de : Jean Clément
La "guerre en syrie, qui n’en finit pas de finir" : Les raids pro-Résistance de l’aviation russe
mercredi 21 - 17h25
de : nazairien
1 commentaire
Biarritz : Ville fermée.
mardi 20 - 21h39
de : L’iena rabbioso
Contre-G7 : la Confédération paysanne appelle à une forte mobilisation
mardi 20 - 16h16
de : jean 1
1 commentaire
À MES FRÈRES - Anthologies de textes poétiques et politiques
mardi 20 - 10h44
de : Ernest London
Féminisme : choisir un courant.
mardi 20 - 10h15
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Depuis le 8 Aout 2019 énième accident nucléaire Nionoska Russie
lundi 19 - 22h32
de : savoie antinucléaire ACDN Next-up
L’île aux enfants.
lundi 19 - 18h24
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Trump décrète un blocus total du VENEZUELA !
lundi 19 - 18h02
de : JOclaude
1 commentaire
Comité Chômeurs et Précaires CGT Strasbourg : Les nouveaux Esclaves !
lundi 19 - 16h23
de : JOclaude
Montpellier : 150 gilets jaunes font fermer le Polygone et un « village jaune » au rond point de Près d’Arènes.
lundi 19 - 16h06
de : jean 1
1 commentaire
ARGENTINE : le spectre d’un retour du péronisme fait plonger la Bourse !
lundi 19 - 15h53
de : joclaude
1 commentaire
Contre-sommet : « Ce G7 n’est pas un point d’arrivée, c’est un point de départ »
lundi 19 - 10h26
3 commentaires
Féminisme hypertextile et féminisme hypotextile
lundi 19 - 01h00
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Voiler sans tarder les jeunes filles de 2 à 12 ans ?
dimanche 18 - 22h09
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Suite des oeuvres des brutes de Macron ! Mes observations !
dimanche 18 - 21h25
de : JO
2 commentaires
Pudeur pour soi ou pudeur pour autrui.
dimanche 18 - 21h13
de : Christian DELARUE
5 commentaires
ADIEUX AU CAPITALISME Autonomie, société du bien être et multiplicité des mondes
dimanche 18 - 07h31
de : Ernest London
1 commentaire
G7EZ BLOKATU Deuxième communiqué/Bigarren agiria
samedi 17 - 12h06
de : g7blokatu
Théorie de la consience du monde ; aujourd’hui la Palestine
vendredi 16 - 22h54
de : Agence media palestine
ÇA GRÉSILLE DANS LE POTEAU - Histoires de la lutte contre la T.H.T Cotentin-Maine – 2005-2013
vendredi 16 - 11h04
de : Ernest London
Santé de la population : les connivences de l’aristocratie médicale avec le nucléaire, le pétrole, la téléphonie,...
jeudi 15 - 22h49
de : coordi sud-est
2 commentaires
Grèce. La chasse aux jeunes rebelles est ouverte.
mercredi 14 - 23h02
de : Ne vivons plus comme des esclaves - Yannis Youlountas
Tournesol OGM fauché dans l’Hérault
mercredi 14 - 22h44
de : faucheur de chimères
Chez Castagner le nucléaire
mardi 13 - 22h51
de : Intercollectif contre les projets nucléaires et imposés
G7 BLOKATU : Bloquons le G7 et son monde !
mardi 13 - 21h04
de : jean 1
Rassemblement de soutien aux mobilisations du 13 août au Brésil contre l’extrême droite de Bolsonaro
mardi 13 - 08h43
de : jean 1
1 commentaire
Quand Castaner diffusait une BD porno contre ses adversaires politiques
lundi 12 - 22h25
de : Les Crises
Selon l’IGPN
lundi 12 - 22h21
de : Chantal Mirail
1 commentaire
Bulletin du 8 aout 2019
lundi 12 - 22h17
de : CADTM
NathalieLoiseau dans ses oeuvres.
lundi 12 - 09h18
de : jean 1
La SCOPTI 1336 a besoin de vous !
vendredi 9 - 08h10
de : Frérot
Festival « Les Bure’lesques 2019 »
jeudi 8 - 22h43
de : jean 1
Acte 42 : Appel à passage de la frontière Suisse le 31 aout 2019
mercredi 7 - 22h09
de : JOJO
Mort de Toni Morrison
mercredi 7 - 11h51
de : Cyclo 33
3 commentaires
Il y a dix jours, trois jeunes hommes étrangers à la rue sont morts à Paris »
mardi 6 - 07h41
de : jean 1
1 commentaire
"Sans haine et sans violence" , Geneviève Legay, s’adresse, aux forces de l’ordre encore dignes de leurs fonctions
mardi 6 - 00h35
de : nazairien
6 commentaires
final atomik tour à Dijon puis Burelesque en meuse
lundi 5 - 21h56
de : burelesque
LA REPUBLIQUE DES RABUTCHIKS
lundi 5 - 20h21
de : Nemo3637

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Si je diffère de toi, loin de te léser, je t'augmente. Antoine de Saint-Exupéry
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite