Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

2 mois de défense syndicale : les salariés de ce pays sont en lutte. Aidons-les !


de : La Louve
mardi 20 juillet 2010 - 23h33 - Signaler aux modérateurs
7 commentaires
JPEG - 28.7 ko

de La Louve

"L’État comprime et la loi triche ;
L’impôt saigne le malheureux ;
Nul devoir ne s’impose au riche ;
Le droit du pauvre est un mot creux.
C’est assez languir en tutelle,
L’égalité veut d’autres lois ;
« Pas de droits sans devoirs, dit-elle,
Égaux, pas de devoirs sans droits ! »"

- Extrait de L’Internationale


Voici deux mois maintenant que je fais de la défense syndicale au sein de la CGT.

Je rencontre des salarié-e-s d’Ile de France dans toutes les branches professionnelles, de toutes les origines, de toutes les couleurs, de tous âges, en CDI, en CDD...

Une dominante : la plupart d’entre eux viennent de PME de moins de 100 salariés.

Que ce soient des "franchises" de grandes enseignes (bien pratique, d’ailleurs, la "franchise", à interdire d’urgence, à mon humble avis, avec tout le reste, à la prochaine révolution...), ou des entreprises "indépendantes".

Peu de "grandes entreprises", voire, pas du tout.

Cela a une explication : en général, dans ces entreprises-là, les salariés s’adressent directement aux syndicats sur place. Ils ne viennent pas dans les UL ni dans les US.

La plupart du temps (90 % des cas), il n’y a pas de CGT dans ces entreprises, voire, pas de représentation syndicale du tout.

C’est peu dire que pour l’instant, cette courte expérience n’a pas "douché" mon engagement militant et mes convictions politiques ! Au contraire !

Je ne pensais pas que ce fut possible, mais chaque fois, au contact de ces salarié-e-s, ma conviction que le système capitaliste est un système inhumain, dégueulasse, injuste, avilissant, révoltant...et qu’il faut le mettre à bas, se renforce.

Qu’ai-je vu, donc, de ces 2 mois passés ?

Je constate que les patrons, presque tous, "petits" ou "grands", se sentent de plus en plus en sécurité, en impunité, d’abord, pour faire leurs saloperies.

Comme m’a dit une camarade "Ils se sentent pousser des couilles, là, les patrons".

Mais comment ne pas les comprendre,les patrons, hein ?

Quand on a un gouvernement comme celui-ci, et une "opposition" comme celle-là, des médias, la plupart du temps, autistes, que les syndicats ont (ou mettent ?) de moins en moins les moyens (humains d’abord, matériels ensuite) de faire correctement leur travail, au quotidien, pour syndiquer, former... voire, pour certains trahissent ouvertement les intérêts dont ils ont la charge, que les conseils de prudhommes sont réduits à peau de chagrin (et les moyens n’en parlons pas, les conseillers doivent apporter leur papier pour écrire !), que l’inspection du travail est débordée, la médecine du travail, pareil, que la propagande pour la "rupture conventionnelle" bat son plein, que la loi sur la représentativité de 2008 a scié les pattes à l’implantation syndicale dans les TPE et PME, pourquoi se gêner, hein ?

Non, au contraire, pour eux, en ce moment, c’est la fête, et comme dit l’adage "Où y’a de la gêne, y’a pas de plaisir", n’est-ce-pas !

Sur le fond, je constate ensuite, en tout cas, pour ce que je vois de Paris, une curieuse épidémie d’allégations de vols, d’abord, pour justifier mise à pied et licenciements pour faute grave, un truc à se demander si ça ne serait pas "un peu" coordonné, cette affaire...

Je constate que la répression syndicale bat son plein, également, et cela amène chez moi des réflexions en demi-teinte sur la possibilité et la stratégie de syndicalisation dans les entreprises de 11 à 50 salariés. Il faudra bien qu’on en parle, à la CGT.

On a un vrai problème de protection de nos militant-e-s dans les TPE et PME.

Cela doit changer.

Je remets donc ici "sur le tapis" la nécessité absolue que la CGT (et les partis politiques qui revendiquent encore de près ou de loin, une filiation avec le communisme), engage d’urgence, dès la rentrée, une grande campagne nationale sur le thème de la liberté syndicale et de la protection des syndicalistes, élu-e-s ou pas.

Pour dire publiquement aux patrons : "Bas les pattes devant nos camarades. Pour chaque cheveu de syndicaliste que vous toucherez, nous vous ferons la guerre".

Dire et faire.

Notre riposte face à ces agressions a priori "individuelles" de salariés "isolés" doit être collective, et toutes les forces organisées de la CGT doivent se dresser pour que le syndicalisme devienne une possibilité réelle dans les TPE et les petites PME, pas un aller simple pour Pôle Emploi.

Oui, vraiment, il y a urgence. Et même la lutte pour les retraites y est liée. Comment avoir une action syndicale nationale forte quand celle-ci revient parfois à permettre aux patrons d’exercer un véritable "tir aux pigeons" ?

"Liberté, liberté chérie, combats avec tes défenseurs", dit la Marseillaise.

Je rajouterais bien, "CGT, combats pour la liberté !"

Je suis effarée par les conditions de travail et les salaires de la plupart des employés, techniciens et agents de maîtrise que je rencontre ( ne nous mentons pas, les cadres, de "vrais" cadres, je ne les vois pas, ou très peu et presque "par hasard").

Croiser des jeunes diplômés BAC+5 payés 1500 euros net sur 12 mois alors qu’ils bossent comme des chiens depuis trois, quatre, cinq ans, dans des boîtes qui font des millions d’euros de CA, et qu’on vire à la première ombre de "revendication", pour "faute" (les "mômes" ont des objectifs de cadres mais n’en ont pas la formation ni l’expérience, ni bien sûr, le statut, alors trop facile de les choper, eux vont "au charbon" de bonne foi, en pensant assurer leur avenir...), ça rend furieux.

Rencontrer des vendeuses maltraitées, obligées de bosser en pleine canicule sans climatisation ni aération dans un bouclard surchauffé, où les clients (dont dépendent leurs modestes primes) ne viennent même plus (tu penses ! Même pendant les soldes, va essayer une fringue par 40°, qui a envie ?), dont les salaires stagnent depuis des années, à qui, à l’occasion on fait faire du ménage, de la manutention, du transport de fonds, tout ça en même temps...ça rend dingue.

Des employés étrangers qui se font frapper par leur patron, qui font régner sur eux la loi de la violence, à qui ont fait signer des papiers qu’ils ne comprennent pas, ça rend méchant.

Être face à un groupe de salariées qui vous expliquent que leur chef d’atelier pratique de façon manifeste le harcèlement sexuel envers elles, vous raconter que, pourtant, elles sont allées voir le DRH il y a trois mois, en groupe, pour lui dire, mais bon, que, finalement, rien.

Le gros dégueulasse est toujours là, essayant de se coller à telle ou telle sous prétexte de lui montrer un geste, un "coup de patte". "Un jour, si ça change pas, je vais lui planter ma paire de ciseaux dans la gorge" dit l’une d’elle, visiblement à bout. Ça rend nerveux.

Écouter Mohamadou vous expliquer qu’il ne comprend pas, il a 7 ans de "maison", tous ses entretiens annuels sont très bons (je constate que oui, c’est vrai), mais que voilà, ça fait 6 ans qu’il demande une formation interne, ce n’est jamais pour lui, toujours pour d’autres, "Est-ce que c’est normal, Madame ?"

Je demande : "Ils ne seraient pas manifestement plus "blancs" que vous, ces "autres" ?" Mohamadou baisse les yeux, crispe ses mains sur ses copies d’entretiens d’évaluation : "Oui, c’est vrai, ils sont tous blancs"...

Ça rend enragé.

Fait remarquable cependant : tous ces salariés, je ne les vois pas arriver seulement "quand c’est trop tard".

J’en vois de plus en plus arriver AVANT qu’il soit "trop tard".

Notez bien, ce qui me permet de garder espoir, et non seulement, de le garder, mais encore davantage, c’est qu’en plus, ceux que je vois arriver "avant qu’il soit trop tard", ce sont en général les plus exploités, parce que jeune, parce que femme, parce que d’origine étrangère, parce que employés aux petits salaires et parfois, tout ça en même temps.

Ils arrivent avec des questions qu’ils pensent "juridiques" ("Mon patron il m’a dit que..., il a fait telle chose...dites, est-ce qu’il a le droit ?"), et qui sont souvent, en effet, des questions " de droit", mais pas comme ils pensent, et repartent avec des perspectives syndicales, voire carrément, avec leurs cartes.

Parce qu’il ne faut pas mentir, le "droit bourgeois", on peut, on doit absolument savoir s’en servir, mais ce qui fera la différence, c’est l’action syndicale. D’arriver à leur expliquer qu’il y a "la loi et vos droits".

Qu’il y a ce qui existe, et puis qu’il y a l’avenir, leur avenir, non écrit dans le Code du travail, en somme, entre leurs mains.

Et ces salariés reviennent quelques jours, quelques semaines plus tard, avec des collègues. Qui eux aussi, en ont ras les couettes.

Et qui eux aussi, comme ils l’avouent parfois presque honteusement "ne pensaient pas se retrouver un jour à la CGT".

Mais repartent en vous lançant timidement un "bon, ben à plus...camarade !"

Toutes et tous pourtant pour qui "le syndicat", c’est la CGT.

Ils ne vont pas ailleurs. Ils viennent frapper à la porte de la CGT.

Ce sont les sans-voix, les sans-grades des entreprises "françaises". Ce sont les plus nombreux.

Ce n’est pas tant qu’ils n’ont rien à perdre que le fait qu’ils se disent qu’ils ont peut être beaucoup à gagner.

Pensez-vous, un pays où les impôts font un chèque de 100 millions d’euros à une milliardaire, ça ne peut pas être une terre d’esclavage !

D’où également la nécessité également impérieuse, pour la CGT, de rendre possible dans chaque UL, dans chaque US, au moins un jour par semaine, un "accueil juridique" par le biais duquel on peut faire de l’accueil finalement "syndical" à destination des salariés des TPE et PME.

D’où la nécessité d’avoir un minimum de moyens matériels, humains, pour permettre le développement CGT dans les PME et TPE, développement qui ne peut, de mon point de vue, passer que par les UL et les US (quand elles existent encore).

Ce n’est vraiment pas le moment de penser à "casser" ces outils-là, au contraire, il faut y investir ! Non pas "les fermer", mais au contraire, les développer ! Maintenir absolument la représentation territoriale de proximité, et NOUS donner les moyens qu’elle fonctionne correctement, cette représentation territoriale.

Le tissu social et salarial de ce pays aujourd’hui, ce sont principalement les TPE et les "petites" PME. Dans ces boîtes-là, il faut, nous devons aider à faire naitre la CGT AUSSI. C’est dans le tertiaire qu’il faut prolonger les actions du mouvement ouvrier, leur donner un écho, une répercussion.

Le "frère de lutte" de l’ouvrier qui se bat depuis trois ans chez Goodyear, avec la CGT, ce n’est peut être pas tant l’ouvrier de chez Renault finalement, que la vendeuse de chez Dugenoux, qui en a marre de se faire traiter comme une serpillère ou qui refuse d’être licenciée pour un vol bidon après 25 ans de bons et loyaux services.

Là où il y a de la lutte, il y a de l’espoir. Ne laissons pas mourir l’espoir.

Oui, "Mai 68", "Mai 36" peuvent "revenir", peuvent arriver, encore plus forts, encore plus libérateurs, dès maintenant, oui, en Septembre, en Octobre, cela peut être le début d’une lutte prolongée.

Mais chacun d’entre nous, à tous les échelons, va devoir prendre ses responsabilités militantes, et savoir, aussi, sortir de ses certitudes ou de ses pratiques habituelles.

Sans aucune volonté de faire la morale, mais à bon entendeur à tout le monde,

Salut militant et fraternel !



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
2 mois de défense syndicale : les salariés de ce pays sont en lutte. Aidons-les !
21 juillet 2010 - 08h32

bienvenue dans la vie rêvée des anges...

Gidéhem



2 mois de défense syndicale : les salariés de ce pays sont en lutte. Aidons-les !
21 juillet 2010 - 15h36

Slt Frangine,

ça fait plaisir ton article (à des lustres de la vie des anges)qui est un CR d’activité militante,pas dans les cieux,mais sur le terrain de l’exploitation des salariés.

Tu as raison d’évoquer les PME,le tertiaire,et l’indispensable présence de la CGT,via les UL et US.

Et puis,quel plaisir d’être mal reçu......par les patrons,leurs larbins,et de repartir avec des adhésions à la CGT.

Quel plaisir de voir,dans mon Midi et ailleurs,en grève et dans la rue les jeunes de CALL-EXPERT,FABIO....ect...alors qu’il y a peu de temps l’organisation syndicale n’existait pas

" j’en vois de plus en plus arriver AVANT qu’il soit "trop tard" "

C’est vrai,mais encore faut-il que nous militants arrivions à l’heure.

Merci pour cet article,et grosse bise,

LR



2 mois de défense syndicale : les salariés de ce pays sont en lutte. Aidons-les !
23 juillet 2010 - 17h19

Tu as bien fait d’écrire cet article.Le peu de réponses,de contributions illustrent,à mon avis,que de la parole aux actes(militants)il y a un pas que les donneurs de leçons virtuels ne sont pas prêt à franchir.

LE REBOURSIER



2 mois de défense syndicale : les salariés de ce pays sont en lutte. Aidons-les !
25 juillet 2010 - 20h54 - Posté par Théo

Salut tous,

J’apprécie cet article militant qui dans son prolongement, pose des questions et des interrogations (d’ailleurs on en trouve régulièrement ici), sur les orientations et les repères de la CGT (pour en faire partie).

Je sais que d’ici nous ne pouvons pas nous soustraire à un congrès mais déjà faire émerger quelques idées pour les futurs congrès con - fédéraux, d’ul ou d’ud... serait intéressant. Car les documents d’orientations de ceux-ci sont difficilement abordables ou travaillés par la majorité des syndiqués par un manque de temps certain mais aussi de part le travail que cela induit à un moment donné de l’année car nous sommes souvent sur plusieurs choses à la fois...

Nous devons nous aider à nous organiser.


2 mois de défense syndicale : les salariés de ce pays sont en lutte. Aidons-les !
26 juillet 2010 - 18h54 - Posté par cgt tourcoing

je fais circuler largement cet article dans mon UL, camarade

c’est bon de mettre des mots sur ce quotidien - partagé

je remarque depuis quelque temps une volonté (concertée ?) de dézinguer la CGT naissante dans les PME ; et ce, par tous les moyens...


2 mois de défense syndicale : les salariés de ce pays sont en lutte. Aidons-les !
26 juillet 2010 - 23h39 - Posté par Sébastien

Ceux qui sont prédisposés à se poser en avant-garde et porte-parole du "mouvement social", n’ont pas forcément intérêt à l’objectivation de leur position. Ceux qui s’y refusent ne sont, c’est triste à dire, que des personnages de théâtre qui disent marchons, marchons, marchons, et qui restent sur place.
Il est vain de penser que la prédiction rationnelle peut à elle seule, impulser une prise de conscience salutaire et renverser une domination qui se perpétue dans les structures objectives du monde social. Il y a des conditions de possibilité à la "révolte" et à la "prise de conscience", de sorte que le "porte-parole" ne peut pas faire grand chose, sauf à la marge, sur la défection des plus démunis de capital culturel et de ressources sociales.



2 mois de défense syndicale : les salariés de ce pays sont en lutte. Aidons-les !
30 juillet 2010 - 23h26 - Posté par chris44

Bonsoir,

Bravo pour cette franchise, cette mise à plat de la Réalité, des Réalités interprofessionnelles, celles de la vraie VIE.

La marmite, le chaudron de l’UL, de l’US, de tout ce qui rassemble sur un territoire, autour d’un métier, sont autant de lieux de découvertes, d’apprentissages, de prise de conscience.

Sans eux, nous ne sommes que des livres.

Pourtant, tout le monde ne sera pas miltant. Aller devant, au-devant, donner, dépasser sa personne, pour convaincre, pour faire, pour s’exposer, pour assumer, n’est pas le fait de toutes et tous.

Ce stade, le militantisme, la colère que vous exprimez, n’est pas du ressort du plus grand nombre.

D’autres, n’osent pas, ne veulent tout en partageant faire ce que vous faites. C’est ainsi, c’est une société Humaine et ses différences.

Seule, et je dis bien SEULE l’acceptation de cette diversité dans tous les sens, est grande et permet des choses immenses.

Que le politique, si lointain du monde syndical et de ses dures réalités, ne comprenne pas, j’en suis sûr.

Passer du syndical au politique fut la voie préconisée, voire encore maintenant, pendant des décennies, c’est une erreur.

De mon point, ce que vous exprimez ne se retrouve pas au politique par méconnaissance et surtout par le fait que les projets politiques sont construits en dehors de celles et ceux qui font la Vie, celle que vous décrivez dans votre article.

Votre article met en exergue ce besoin fondamental du renouvellement des pratiques, et des représentations politiques, tout en ouvrant un débat sur le lien syndical et la présence syndicale partout.

Ce n’est pas pour rien que la droite nous a joué un joli tour en faisant proposé par le ministre une représentation syndicale dans les petites et toutes petites entreprises et que les députés qui n’ont jamais eu voix au chapitre ont pu débouté cette proposition de loi de la droite.

C’est un beau théâtre bien orchestré. Seuls les riches s’y retrouvent, pas le Peuple.

Bon courage dans votre engagement et bravo

Amicalement






La Cour des comptes pointe les errements et la gabegie de la filière nucléaire et de ses premiers de cordée
vendredi 10 - 05h47
de : coordi sud est via JYP
Air France : milliards de prêt, milliers de postes en moins, bonus époustouflant pour le PDG
jeudi 9 - 09h00
Venezuela : Publication de la liste des organisations candidates aux élections législatives
mercredi 8 - 16h32
de : joclaude
Du 8 au 12 juillet 2020 Festival des Canotiers 2020 : le programme
mercredi 8 - 07h26
Conférence de presse de Jean-Luc Mélenchon
mardi 7 - 18h03
2 commentaires
IRAN : Israël joue-t-il avec le feu ?
mardi 7 - 17h47
de : joclaude
AVEC CASTEX çA CARBURE SEC
mardi 7 - 05h25
de : Nemo3637
1 commentaire
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 - 21h35
de : Roberto Ferrario
1 commentaire
Services publics pour appliquer les droits sociaux « opposables »
dimanche 5 - 11h14
de : Christian Delarue (Converg SP)
Remaniement Ministériel:le 1er Ministre n’arrive pas en novice !
samedi 4 - 21h28
de : joclaude
Coronavirus : Superbe analyse d’Ignacio Ramonet
samedi 4 - 16h31
de : joclaude
Stopper le rouleau compresseur mondialiste
samedi 4 - 15h37
de : Claude Janvier
1 commentaire
LA PRÉFECTURE DE PARIS MET DES FAMILLES À LA RUE POUR UN HÔTEL DE LUXE
samedi 4 - 11h54
de : joclaude
Nomination de Castex à Matignon
samedi 4 - 08h15
de : jo.dez
L’indépendantisme catalan à la veille d’une recomposition d’envergure
vendredi 3 - 18h20
de : Antoine (Montpellier)
Remaniement : Emmanuel Macron réinvente la macronie d’avant le Covid-19
vendredi 3 - 15h29
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 - 15h00
de : Roberto Ferrario
4 commentaires
MUNICIPALES : GAUCHE BOBO CONTRE GAUCHE PROLO
vendredi 3 - 11h21
de : joclaude
2 commentaires
SYNDICALISTE - ANTIRACISTE - ANTISEXISTE
vendredi 3 - 07h21
de : DELARUE C. & LE QUEAU S.
La Via Campesina condamne le plan d’annexion colonialiste en Palestine
vendredi 3 - 06h25
de : VIA CAMPESINA
Crise et robotisation : De l’actualité des Grundrisse de Marx !
vendredi 3 - 02h32
de : Lepotier
MON COMMUNISME
jeudi 2 - 21h55
de : Nemo3637
1 commentaire
Soignants : une « grande famille ». Vraiment ?
jeudi 2 - 15h30
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 - 11h38
de : Mickael Wamen
Le creux de la vague - C’est l’heure de l’mettre
mercredi 1er - 20h54
de : Hdm
QG présente : "« Le capital se radicalise » Mickaël Wamen, Monique Pinçon-Charlot" (video)
mercredi 1er - 17h28
de : Aude Lancelin
4 commentaires
CARNAGE ORGANISÉ CONTRE RÉACTION DÉSORGANISÉE ...
mercredi 1er - 17h06
de : Mickael Wamen
Convention Citoyenne pour le climat soumis au bon vouloir de notre monarque !
mercredi 1er - 12h27
de : joclaude
Courrier à l’adresse de Philippe Martinez SG CGT.
mardi 30 - 22h38
de : Mickael Wamen
IRAK : M.Macron ne nous l’expliquera pas : NOUS SOMMES EN GUERRE !
mardi 30 - 17h51
de : joclaude
« Ségur de la santé » : les soignants maintiennent la pression
mardi 30 - 17h43
André Bouny : « Agent orange, le déni reste total »
mardi 30 - 14h23
de : jean1
Municipales 2020:ABSTENTION – Une « insurrection froide contre toutes les institutions du pays »
lundi 29 - 17h57
de : joclaude
2 commentaires
Elections municipales 2020 : un vote nul ...
lundi 29 - 16h40
de : Mickael Wamen
1 commentaire
Election Municipale à LYON : l’Humanitaire forcément HUMANISTE ?
lundi 29 - 11h02
de : joclaude
[Vidéo] Covid-19 : la Guyane souffre de sous-équipement et d’un manque de préparation de l’État
dimanche 28 - 18h50
Libérez Roland Veuillet !
dimanche 28 - 17h21
de : CNT 30
Pour un grand bol d’air pur, le point avec Manon Aubry , LFI au Parlement Européen.
samedi 27 - 17h14
de : joclaude
BFM-TV EN GRÈVE POUR LA PREMIÈRE FOIS (video)
samedi 27 - 16h41
Coronavirus : 15 médecins Cubains à La Martinique !
samedi 27 - 16h02
de : joclaude

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite