Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Oublier Cesare Battisti
de : Olivier Favier
samedi 30 octobre 2004 - 04h53 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires

"L’histoire se fait dans la tourmente et s’écrit une fois le calme revenu."
Didier Daeninckx.

de Olivier Favier

Les événements eux-mêmes sont relativement simples. Cesare Battisti, ancien membre du Groupe des Prolétaires armés pour le Communisme, est condamné en 1988 par contumace à la prison à vie par la Cour d’Assises de Milan. D’après le témoignage de " repentis ", il est reconnu coupable de deux meurtres perpétrés en février 1978 et en avril 1979, ainsi que de complicité pour deux autres homicides, en 1979 toujours. Évadé en 1981, il trouve d’abord refuge au Mexique, avant de s’établir en France en 1990, où il bénéficie de la " doctrine Mitterrand ". Sans l’accorder officiellement, celle-ci confère un asile politique de fait, depuis 1985, à tous les anciens activistes italiens ayant " rompu avec la machine infernale ".

Il en va alors d’un désaccord profond avec certaines mesures prises en Italie vers la fin des années soixante-dix, jugées peu démocratiques par l’Etat français, et qui installent dans la durée une législation d’exception, du reste toujours en vigueur. Gardien d’immeuble et auteur de romans noirs, Cesare Battisti fait l’objet d’une première demande d’extradition par le gouvernement italien en 1991, rejetée pour vice de forme. Le Premier ministre Lionel Jospin réaffirme alors la fidélité à la parole donnée par le président de la république, ce qu’aucun gouvernement du reste ne remettra en cause pendant dix-sept ans. Dans la pratique, Cesare Battisti vit longtemps sans papiers officiels, jusqu’en 1998 où il obtient pour dix ans une carte de séjour. Le 11 septembre 2002, le garde des sceaux Dominique Perben rencontre son homologue italien Roberto Castelli, membre de la ligue du Nord, décidant au nom de la lutte anti-terroriste, de statuer " au cas par cas " sur le sort des réfugiés politiques italiens.

Le professeur Paolo Persichetti est extradé en 2003, créant une première vague de mécontentement en France, sans prendre toutefois une réelle dimension médiatique. Puis le 10 février 2004, malgré le rejet par la cour d’appel de Paris d’une nouvelle demande d’extradition, Cesare Battisti est arrêté à son domicile parisien, sous couvert d’une prétendue querelle de voisinage, ce qui déclenche cette fois une mobilisation importante de la gauche française, et par réaction une contre-mobilisation d’une majeure partie de la presse italienne. Remis en liberté surveillée, il attend une décision définitive annoncée pour le 27 avril prochain.

Pourquoi une telle ampleur, tant en France qu’en Italie ? À première vue, et il semble qu’on ne soit guère allé au-delà pour l’instant, le débat peut être posé ainsi. Les Italiens dans leur écrasante majorité ont vu en Cesare Battisti un criminel politique, ce qu’il fut sans doute, du moins d’après un procès qui n’aura pas brillé par sa rigueur. Dans sa longue Lettre aux Amis français publiée dans la Stampa de Turin, Barbara Spinelli évoque le " spectacle " d’un homme qui, blessé par balle par l’ancien activiste, est demeuré depuis dans un fauteuil roulant. Il y a dans ce dernier argument, qu’elle n’est du reste pas la seule à utiliser, des éléments essentiels d’un discours moral propre à la nation italienne : une condamnation absolue de la violence, une volonté aussi de ne pas séparer le sentiment de l’idée, ce qui peut être jugé de manières différentes, mais qui demeure étranger en tout cas à la pensée française. Nous dirons en sa faveur comme en sa défaveur que c’est cette vision-là qui a fait assez longtemps, en métropole tout au moins, du fascisme italien une forme de totalitarisme relativement vivable : les Italiens ont moins souffert que d’autres peuples de leur dictature, mais ils ont du même coup peu lutté et pour elle et contre elle, ils l’ont aussi moins condamnée, ils l’ont longtemps laissée jouer à plein son rôle dans la banalisation de l’extrême droite en Europe. Nous y reviendrons.

En France, les avocats de Cesare Battisti ont habilement joué de l’asile politique, en fait, répétons-le, de la parole donnée par le chef de l’état, pour dire que " politiquement, légalement, humainement ", on ne pouvait revenir sur une telle décision. Politiquement sans aucun doute, même si cela confirme, une fois de plus, cette vision régalienne qui, à l’étranger, n’a jamais manqué de provoquer la stupeur et l’incompréhension. Légalement, rien ne paraît l’interdire. Humainement, l’on est en droit de trouver ce retour un peu sale, tout en sachant très bien que nul ne se préoccuperait qu’un sort semblable soit réservé à un activiste d’extrême droite. La gauche française a voulu faire, comme souvent, de cette figure un symbole, ce qu’on pourrait nommer le " complexe de Dreyfus ". Un écrivain, un " révolutionnaire ", il n’en fallait pas plus sans doute pour que Cesare Battisti réveille en beaucoup les envolées d’un certain romantisme d’extrême gauche. En 1973, Sartre écrivait encore comme il rendait visite à Baader, dont il condamnait par ailleurs les méthodes : " Je suis venu par sympathie d’un homme de gauche pour n’importe quelle formation de gauche en danger, ce qui est une attitude qui, je crois, devrait être générale. " Or ce qui nie l’humanisme n’a plus de légitimité, à gauche bien plus encore, et on ne peut se satisfaire d’une telle confusion, quand on exige de la droite parlementaire la plus absolue des clartés. Force est de dire que les Italiens le savent peut-être un peu mieux, chez qui le fascisme a initialement puisé dans nombre de formations prétendument anarchistes et même socialisantes.

À première vue donc, voici deux perspectives renvoyées dos à dos, et la douloureuse impression d’un choix à contre-cœur. La vision française sans doute a bien plus de prestige, et la presse italienne dit assez ce qu’elle a ressenti comme une humiliation. Mais le débat n’est pas encore posé : est-il seulement question de choisir entre un poème romantique et une chanson sentimentale ?

Disons-le clairement. Depuis la première élection de Silvio Berlusconi en 1994, le fascisme a fait son retour officiel dans l’Europe démocratique. Soucieux de rebâtir une droite jusque-là étouffée dans la démocratie chrétienne, il a trouvé alliance avec un parti ouvertement xénophobe et fédéraliste, la Ligue Nord, et une formation post-fasciste, l’Alliance Nationale, qui a repris le gros des troupes du MSI de Giorgio Almirante, ex nazi-fasciste très actif pendant l’éphémère République de Salò. Mais la page mussolinienne est loin d’être tournée. Ces dernières années, la nostalgie bat son plein et elle n’est pas du reste le seul fait de l’actuel gouvernement. Si le maire Alliance Nationale de Crotone a récemment inauguré un " glaive de marbre " en souvenir " commun " des partisans et des républicains, c’est à Luigi Scalfaro lui-même que l’on doit, pour le cinquantième anniversaire de la libération, d’avoir prôné la réconciliation entre les partisans des deux camps. Les exemples sont nombreux et ce n’est pas le lieu ici de se perdre dans des listes édifiantes : il suffit de dire que l’Italie est un pays où, aujourd’hui, il est possible de trouver dans de nombreux bureaux de tabac des cartes postales commémoratives (comme celle-ci, en plein centre de Milan, " engagez-vous dans la SS italienne "), des modèles réduits de Mercedes avec Hitler procédant au salut nazi, et chez tous les disquaires des séries consacrées aux chants fascistes dans leur version originale.

Parallèlement, chacun sait que Silvio Berlusconi, par ailleurs première fortune du pays, travaille efficacement au contrôle financier des médias du pays. C’est chose faite pour la télévision, autrement dit, reconnaissons-le avec tristesse et réalisme, pour ce qui fait l’opinion. L’édition et la presse sont de plus en plus largement menacées. De récentes dispositions légales repoussant les limites de la concentration des moyens d’information suffisent à prouver, pour qui en douterait encore, qu’il n’a pas l’intention de s’arrêter là. Rappelons qu’on peut y voir un démarquage exact du programme de la loge P2 (propagande 2), dont Silvio Berlusconi fut membre, et sur laquelle Tina Anselmi, chargée de la commission parlementaire la concernant, put apporter la conclusion suivante : " Ce qui a caractérisé la loge P2 c’est qu’elle ne visait pas le coup d’état, mais qu’elle se glissait avec ses hommes dans les parties vitales de l’état. "

Les attentats du 11 septembre ont resserré les rangs des forces conservatrices en Europe et en Amérique du Nord et installé un peu partout une obsession sécuritaire. Avec prémonition, Jacques Chirac affirmait voir quelques semaines auparavant dans l’Italie " un modèle de démocratie pour l’Europe ". En Italie, il est vrai, le terrorisme qui, comme partout, manque fort opportunément d’une véritable définition juridique, a servi à requalifier plus durement de simples actes de " désobéissance civile ", comme de récentes manifestations anti-mondialisation. Il a donné une vigueur nouvelle à l’anti-communisme de Silvio Berlusconi, dont il semble se faire le champion à l’échelle internationale, au moment même où ses dérapages verbaux rejoignent bien plus clairement les plus extrémistes de ses alliés.

Deux tiers des meurtres des années de plomb ont été le fait du terrorisme d’extrême droite, qui pratiquait les attentats aveugles dans une quasi-exclusivité. C’est un fait avéré : alors que l’extrême gauche a fait l’objet d’une répression intensive, l’extrême droite, par ailleurs pilotée par la loge P2 et la CIA, n’a presque pas été inquiétée. Il suffit de savoir par exemple que l’ex-président de la loge P2, condamné pour " calomnie " suite à l’attentat de Bologne en août 1980, et dont tout porte à croire qu’il y fut bien plus directement lié, est aujourd’hui en liberté sur le sol italien et que le même ministre de la justice qui a demandé l’extradition de Paolo Persichetti et de Cesare Battisti, a mis fin récemment à l’exil d’un autre membre éminent de cette société secrète, l’héritier du trône Victor-Emmanuel de Savoie. Il n’y a donc pas devant cette période confuse de mesures aussi claires que certaines réactions pourraient le laisser croire : il ne s’agit pas d’une justice implacable et tardive comme alternative à une amnistie générale, mais d’un usage sélectif de l’une et de l’autre à des fins politiques habilement mesurées.

Il y a deux ans, au théâtre de l’Odéon, un groupe de personnalités artistiques et intellectuelles était venu témoigner d’une inquiétude grandissante face à l’évolution de l’Italie : on y trouvait, entre autres, l’écrivain Antonio Tabucchi, les cinéastes Bernardo Bertolucci et Ettore Scola. Aucun d’entre eux aujourd’hui n’a pris position sur l’affaire Battisti, et l’on peut d’une certaine façon les comprendre, voire même les en remercier. D’autres se sont rangés, nous l’avons dit, derrière un gouvernement que par ailleurs ils condamnent, prompts à faire à gauche un ménage qui, dans les faits, n’a plus aucune urgence. Il n’est plus rare d’entendre aujourd’hui les Italiens dire, en défense sans doute à ces accusations portées quant à l’évolution actuelle de leur gouvernement : ce qui me paraît plus grave que la banalisation du fascisme, c’est la banalisation du communisme.

Les dirigeants, et c’était là l’intention véritable, ont reçu dans cette affaire un surcroît de légitimité. La politique du " cas par cas " qui préside à ces extraditions (dans un crescendo médiatique savamment mesuré), en renouant symboliquement avec la " stratégie de la tension ", permet de couper l’opposition italienne de ses alliés extérieurs, à l’exception bien sûr d’une extrême gauche par là même discréditée. Du reste, il est plus que manifeste que ces professeurs, ces écrivains pèsent de façon gênante sur l’opinion internationale. Comment ne pas souligner que parmi tous ces anciens activistes, ce sont les intellectuels que l’on cherche à atteindre ? Dans les circonstances actuelles, l’extradition de Cesare Battisti ne serait qu’un aval donné au gouvernement italien pour signifier la victoire d’un extrémisme sur un autre. Ce serait une caution supplémentaire donnée à un Etat qui loin de tourner les pages s’emploie aujourd’hui à réécrire l’histoire à son profit.

http://www.larevuedesressources.org...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> Oublier Cesare Battisti
31 octobre 2004 - 00h30

Je veux rappeler aussi que ce meme Ministre de la justice M.Castelli qui poursuit Cesare Battisti,est le meme qui poursuit la magistrature italienne,en envisageant une réforme qui la soumette à l’exécutifs et contre laquelle sont mobilisés tous les juges et les avocats italiens.C’est une justice au service du pouvoir.M.me Boccassini,le ministère public qui a demandé et obtenu 11 ans de prison de l’alliée de Berlusconi,Cesare Previti et qui est aussi le ministère public dans l’actuel procès contre Berlusconi pour corruption de juge a été publiquement diffamée et mise sous procès par le Ministre de la justice.La justice italienne est actuellement manipulée par un exécutif qui exige et obtient de son Parlement des lois ad personam pour ses membres :cet exécutif a imposé à la France aussi ce dérapage de l’Etat de droit. Persichetti,Cesare Battisti et bientot les autres réfugiés sont les victimes de la vengeance d’un éxécutif qui ne peut plus etre défini démocratique,mais élitaire



> Oublier Cesare Battisti
31 décembre 2009 - 02h22 - Posté par Olivier Favier

Bonjour ;

Je me permets de vous transmettre en complément cet entretien avec Fred Vargas sur "l’affaire Cesare Battisti" avec un lien vers la pétition destinée au Président Lula.

http://www.larevuedesressources.org...

En espérant que ces propos auront trouvé en chacun de vous un relais, je vous souhaite une bonne année 2010.

Olivier Favier





Les réformes de Macron sont les vraies armes par destination
samedi 16 - 20h54
de : Xavier Marchand
Une Transition Anticapitaliste est-elle encore possible ?
samedi 16 - 14h02
de : Lepotier
1 commentaire
Damien Saez, un artiste, qui n’a jamais renié ses engagements, chante l’anniversaire du combat des "gilets jaunes"
vendredi 15 - 23h13
de : nazairien
Pour revenir sur la 4e Assemblée des Assemblées des Gilets Jaunes à Montpellier avec Demos Kratos (vidéo)
vendredi 15 - 19h35
de : nazairien
Reviens vite Evo, ton peuple a besoin de toi : Roger Waters (vidéo str fr)
vendredi 15 - 11h50
de : nazairien
2 commentaires
LES « PÉTROLEUSES »
vendredi 15 - 10h48
de : Ernest London
LA LUTTE FINALE
jeudi 14 - 20h36
de : Nemo3637
2 commentaires
Hôpital : tout le monde déteste l’austérité
jeudi 14 - 18h11
Bloc bourgeois - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 13 - 21h31
de : Hdm
Sans âme.
mercredi 13 - 21h27
de : L’iena rabbioso
Précarité étudiante : le cinq décembre dans toutes les têtes
mercredi 13 - 18h37
1 commentaire
GILETS JAUNES Acte 52 à Montpellier : La terreur bleue !
mardi 12 - 16h26
de : JO
CES 600 MILLIARDS QUI MANQUENT À LA FRANCE
mardi 12 - 12h16
de : Ernest London
BOLIVIE ! Processus électoral électronique mis en cause !
mardi 12 - 11h32
de : JO
2 commentaires
Pour poser de nouveaux jalons de laïcité
mardi 12 - 01h01
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Intervention de Michèle Sibony, au nom de l’UJFP, à la manifestation du 10 novembre contre l’islamophobie
lundi 11 - 23h23
de : Chantal Mirail
6 commentaires
L’appel à manifester des sous-marins jaunes
lundi 11 - 21h09
de : jean1
Rassemblement contre la précarité étudiante dans toute la France le mardi 12 novembre
lundi 11 - 20h50
de : jean1
La terre a tremblé de Cruas à Tricastin ; Allo vous m’entendez ?
lundi 11 - 15h40
de : le fou du roi nucléaire pour coordi SudEst
1 commentaire
Gauche SERVILE ou gauche INDOCILE face aux intégrismes religieux
lundi 11 - 11h53
de : Christian DELARUE
5 commentaires
Coup d’Etat en Bolivie :Les syndicats annoncent un siège et donnent 48 heures à Camacho pour quitter La Paz
lundi 11 - 11h13
de : JO
2 commentaires
L’Europe doit cesser d’investir dans l’industrie du génocide
dimanche 10 - 22h29
de : DAIARA TUKANO via Christine Prat
ISLAMOPHOBIE : du SENS STRICT au SENS LARGE
dimanche 10 - 17h42
de : Christian DELARUE
8 commentaires
Le voile est-il une obligation religieuse ?
dimanche 10 - 17h22
de : Mohammed Chirani
5 commentaires
Comprendre l’instrumentalisation du féminisme à des fins racistes pour résister
dimanche 10 - 17h07
de : Lisbeth Sal et Capucine Larzillière 15 septembre 2011
3 commentaires
MRAP : La lutte contre la haine doit être unitaire
dimanche 10 - 00h01
de : Christian D (CN - MRAP)
4 commentaires
Riposte populaire face à l’islamophobie
samedi 9 - 19h00
de : jean1
8 commentaires
Montpellier : Un Acte 52 des Gilets Jaunes marqué par plusieurs blessés et de nombreuses interpellations
samedi 9 - 17h42
de : jean1
PECO : Hypocrisie du bloc pro-capitaliste
samedi 9 - 16h06
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Combattre le fémonationalisme
samedi 9 - 13h08
de : Chantal Mirail
8 commentaires
Retraites à points : les salariés du privé ont tout à y perdre
samedi 9 - 08h53
Les "zélites" , qui détruisent la France sont responsables : à Lyon : un étudiant stéphanois s’immole par le feu
samedi 9 - 01h51
de : nazairien
4 commentaires
Épuration, recyclages et (grandes) compagnies... - C’est l’heure de l’mettre
vendredi 8 - 22h49
de : Hdm
GILETS JAUNES TOULOUSE : ACTE 51 (video)
vendredi 8 - 15h36
de : JO
LA PETITE MAISON DANS LA ZERMI - Chroniques d’un saisonnier de la misère
vendredi 8 - 12h13
de : Ernest London
Les PECO : déception d’un capitalisme pur et dur et souci de penser encore une alternative
jeudi 7 - 22h10
de : Christian DELARUE
4 commentaires
Sarkozy, mais en mieux.
jeudi 7 - 16h59
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Vol, pillage des ressources naturelles de la planète : Partout là où sont encore présentent les multinationales !
jeudi 7 - 16h04
de : JO
Casser les deux communautarismes, le dominant et le dominé.
mercredi 6 - 23h59
de : Christian DELARUE
2 commentaires
LE VOILE, CHIFFON ROUGE OU TORCHE-CUL ?
mercredi 6 - 19h28
de : Nemo3637
9 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Nul n'est plus esclave que celui qui croit à tort être libre. Goethe
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite