Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Oublier Cesare Battisti


de : Olivier Favier
samedi 30 octobre 2004 - 04h53 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires

"L’histoire se fait dans la tourmente et s’écrit une fois le calme revenu."
Didier Daeninckx.

de Olivier Favier

Les événements eux-mêmes sont relativement simples. Cesare Battisti, ancien membre du Groupe des Prolétaires armés pour le Communisme, est condamné en 1988 par contumace à la prison à vie par la Cour d’Assises de Milan. D’après le témoignage de " repentis ", il est reconnu coupable de deux meurtres perpétrés en février 1978 et en avril 1979, ainsi que de complicité pour deux autres homicides, en 1979 toujours. Évadé en 1981, il trouve d’abord refuge au Mexique, avant de s’établir en France en 1990, où il bénéficie de la " doctrine Mitterrand ". Sans l’accorder officiellement, celle-ci confère un asile politique de fait, depuis 1985, à tous les anciens activistes italiens ayant " rompu avec la machine infernale ".

Il en va alors d’un désaccord profond avec certaines mesures prises en Italie vers la fin des années soixante-dix, jugées peu démocratiques par l’Etat français, et qui installent dans la durée une législation d’exception, du reste toujours en vigueur. Gardien d’immeuble et auteur de romans noirs, Cesare Battisti fait l’objet d’une première demande d’extradition par le gouvernement italien en 1991, rejetée pour vice de forme. Le Premier ministre Lionel Jospin réaffirme alors la fidélité à la parole donnée par le président de la république, ce qu’aucun gouvernement du reste ne remettra en cause pendant dix-sept ans. Dans la pratique, Cesare Battisti vit longtemps sans papiers officiels, jusqu’en 1998 où il obtient pour dix ans une carte de séjour. Le 11 septembre 2002, le garde des sceaux Dominique Perben rencontre son homologue italien Roberto Castelli, membre de la ligue du Nord, décidant au nom de la lutte anti-terroriste, de statuer " au cas par cas " sur le sort des réfugiés politiques italiens.

Le professeur Paolo Persichetti est extradé en 2003, créant une première vague de mécontentement en France, sans prendre toutefois une réelle dimension médiatique. Puis le 10 février 2004, malgré le rejet par la cour d’appel de Paris d’une nouvelle demande d’extradition, Cesare Battisti est arrêté à son domicile parisien, sous couvert d’une prétendue querelle de voisinage, ce qui déclenche cette fois une mobilisation importante de la gauche française, et par réaction une contre-mobilisation d’une majeure partie de la presse italienne. Remis en liberté surveillée, il attend une décision définitive annoncée pour le 27 avril prochain.

Pourquoi une telle ampleur, tant en France qu’en Italie ? À première vue, et il semble qu’on ne soit guère allé au-delà pour l’instant, le débat peut être posé ainsi. Les Italiens dans leur écrasante majorité ont vu en Cesare Battisti un criminel politique, ce qu’il fut sans doute, du moins d’après un procès qui n’aura pas brillé par sa rigueur. Dans sa longue Lettre aux Amis français publiée dans la Stampa de Turin, Barbara Spinelli évoque le " spectacle " d’un homme qui, blessé par balle par l’ancien activiste, est demeuré depuis dans un fauteuil roulant. Il y a dans ce dernier argument, qu’elle n’est du reste pas la seule à utiliser, des éléments essentiels d’un discours moral propre à la nation italienne : une condamnation absolue de la violence, une volonté aussi de ne pas séparer le sentiment de l’idée, ce qui peut être jugé de manières différentes, mais qui demeure étranger en tout cas à la pensée française. Nous dirons en sa faveur comme en sa défaveur que c’est cette vision-là qui a fait assez longtemps, en métropole tout au moins, du fascisme italien une forme de totalitarisme relativement vivable : les Italiens ont moins souffert que d’autres peuples de leur dictature, mais ils ont du même coup peu lutté et pour elle et contre elle, ils l’ont aussi moins condamnée, ils l’ont longtemps laissée jouer à plein son rôle dans la banalisation de l’extrême droite en Europe. Nous y reviendrons.

En France, les avocats de Cesare Battisti ont habilement joué de l’asile politique, en fait, répétons-le, de la parole donnée par le chef de l’état, pour dire que " politiquement, légalement, humainement ", on ne pouvait revenir sur une telle décision. Politiquement sans aucun doute, même si cela confirme, une fois de plus, cette vision régalienne qui, à l’étranger, n’a jamais manqué de provoquer la stupeur et l’incompréhension. Légalement, rien ne paraît l’interdire. Humainement, l’on est en droit de trouver ce retour un peu sale, tout en sachant très bien que nul ne se préoccuperait qu’un sort semblable soit réservé à un activiste d’extrême droite. La gauche française a voulu faire, comme souvent, de cette figure un symbole, ce qu’on pourrait nommer le " complexe de Dreyfus ". Un écrivain, un " révolutionnaire ", il n’en fallait pas plus sans doute pour que Cesare Battisti réveille en beaucoup les envolées d’un certain romantisme d’extrême gauche. En 1973, Sartre écrivait encore comme il rendait visite à Baader, dont il condamnait par ailleurs les méthodes : " Je suis venu par sympathie d’un homme de gauche pour n’importe quelle formation de gauche en danger, ce qui est une attitude qui, je crois, devrait être générale. " Or ce qui nie l’humanisme n’a plus de légitimité, à gauche bien plus encore, et on ne peut se satisfaire d’une telle confusion, quand on exige de la droite parlementaire la plus absolue des clartés. Force est de dire que les Italiens le savent peut-être un peu mieux, chez qui le fascisme a initialement puisé dans nombre de formations prétendument anarchistes et même socialisantes.

À première vue donc, voici deux perspectives renvoyées dos à dos, et la douloureuse impression d’un choix à contre-cœur. La vision française sans doute a bien plus de prestige, et la presse italienne dit assez ce qu’elle a ressenti comme une humiliation. Mais le débat n’est pas encore posé : est-il seulement question de choisir entre un poème romantique et une chanson sentimentale ?

Disons-le clairement. Depuis la première élection de Silvio Berlusconi en 1994, le fascisme a fait son retour officiel dans l’Europe démocratique. Soucieux de rebâtir une droite jusque-là étouffée dans la démocratie chrétienne, il a trouvé alliance avec un parti ouvertement xénophobe et fédéraliste, la Ligue Nord, et une formation post-fasciste, l’Alliance Nationale, qui a repris le gros des troupes du MSI de Giorgio Almirante, ex nazi-fasciste très actif pendant l’éphémère République de Salò. Mais la page mussolinienne est loin d’être tournée. Ces dernières années, la nostalgie bat son plein et elle n’est pas du reste le seul fait de l’actuel gouvernement. Si le maire Alliance Nationale de Crotone a récemment inauguré un " glaive de marbre " en souvenir " commun " des partisans et des républicains, c’est à Luigi Scalfaro lui-même que l’on doit, pour le cinquantième anniversaire de la libération, d’avoir prôné la réconciliation entre les partisans des deux camps. Les exemples sont nombreux et ce n’est pas le lieu ici de se perdre dans des listes édifiantes : il suffit de dire que l’Italie est un pays où, aujourd’hui, il est possible de trouver dans de nombreux bureaux de tabac des cartes postales commémoratives (comme celle-ci, en plein centre de Milan, " engagez-vous dans la SS italienne "), des modèles réduits de Mercedes avec Hitler procédant au salut nazi, et chez tous les disquaires des séries consacrées aux chants fascistes dans leur version originale.

Parallèlement, chacun sait que Silvio Berlusconi, par ailleurs première fortune du pays, travaille efficacement au contrôle financier des médias du pays. C’est chose faite pour la télévision, autrement dit, reconnaissons-le avec tristesse et réalisme, pour ce qui fait l’opinion. L’édition et la presse sont de plus en plus largement menacées. De récentes dispositions légales repoussant les limites de la concentration des moyens d’information suffisent à prouver, pour qui en douterait encore, qu’il n’a pas l’intention de s’arrêter là. Rappelons qu’on peut y voir un démarquage exact du programme de la loge P2 (propagande 2), dont Silvio Berlusconi fut membre, et sur laquelle Tina Anselmi, chargée de la commission parlementaire la concernant, put apporter la conclusion suivante : " Ce qui a caractérisé la loge P2 c’est qu’elle ne visait pas le coup d’état, mais qu’elle se glissait avec ses hommes dans les parties vitales de l’état. "

Les attentats du 11 septembre ont resserré les rangs des forces conservatrices en Europe et en Amérique du Nord et installé un peu partout une obsession sécuritaire. Avec prémonition, Jacques Chirac affirmait voir quelques semaines auparavant dans l’Italie " un modèle de démocratie pour l’Europe ". En Italie, il est vrai, le terrorisme qui, comme partout, manque fort opportunément d’une véritable définition juridique, a servi à requalifier plus durement de simples actes de " désobéissance civile ", comme de récentes manifestations anti-mondialisation. Il a donné une vigueur nouvelle à l’anti-communisme de Silvio Berlusconi, dont il semble se faire le champion à l’échelle internationale, au moment même où ses dérapages verbaux rejoignent bien plus clairement les plus extrémistes de ses alliés.

Deux tiers des meurtres des années de plomb ont été le fait du terrorisme d’extrême droite, qui pratiquait les attentats aveugles dans une quasi-exclusivité. C’est un fait avéré : alors que l’extrême gauche a fait l’objet d’une répression intensive, l’extrême droite, par ailleurs pilotée par la loge P2 et la CIA, n’a presque pas été inquiétée. Il suffit de savoir par exemple que l’ex-président de la loge P2, condamné pour " calomnie " suite à l’attentat de Bologne en août 1980, et dont tout porte à croire qu’il y fut bien plus directement lié, est aujourd’hui en liberté sur le sol italien et que le même ministre de la justice qui a demandé l’extradition de Paolo Persichetti et de Cesare Battisti, a mis fin récemment à l’exil d’un autre membre éminent de cette société secrète, l’héritier du trône Victor-Emmanuel de Savoie. Il n’y a donc pas devant cette période confuse de mesures aussi claires que certaines réactions pourraient le laisser croire : il ne s’agit pas d’une justice implacable et tardive comme alternative à une amnistie générale, mais d’un usage sélectif de l’une et de l’autre à des fins politiques habilement mesurées.

Il y a deux ans, au théâtre de l’Odéon, un groupe de personnalités artistiques et intellectuelles était venu témoigner d’une inquiétude grandissante face à l’évolution de l’Italie : on y trouvait, entre autres, l’écrivain Antonio Tabucchi, les cinéastes Bernardo Bertolucci et Ettore Scola. Aucun d’entre eux aujourd’hui n’a pris position sur l’affaire Battisti, et l’on peut d’une certaine façon les comprendre, voire même les en remercier. D’autres se sont rangés, nous l’avons dit, derrière un gouvernement que par ailleurs ils condamnent, prompts à faire à gauche un ménage qui, dans les faits, n’a plus aucune urgence. Il n’est plus rare d’entendre aujourd’hui les Italiens dire, en défense sans doute à ces accusations portées quant à l’évolution actuelle de leur gouvernement : ce qui me paraît plus grave que la banalisation du fascisme, c’est la banalisation du communisme.

Les dirigeants, et c’était là l’intention véritable, ont reçu dans cette affaire un surcroît de légitimité. La politique du " cas par cas " qui préside à ces extraditions (dans un crescendo médiatique savamment mesuré), en renouant symboliquement avec la " stratégie de la tension ", permet de couper l’opposition italienne de ses alliés extérieurs, à l’exception bien sûr d’une extrême gauche par là même discréditée. Du reste, il est plus que manifeste que ces professeurs, ces écrivains pèsent de façon gênante sur l’opinion internationale. Comment ne pas souligner que parmi tous ces anciens activistes, ce sont les intellectuels que l’on cherche à atteindre ? Dans les circonstances actuelles, l’extradition de Cesare Battisti ne serait qu’un aval donné au gouvernement italien pour signifier la victoire d’un extrémisme sur un autre. Ce serait une caution supplémentaire donnée à un Etat qui loin de tourner les pages s’emploie aujourd’hui à réécrire l’histoire à son profit.

http://www.larevuedesressources.org...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> Oublier Cesare Battisti
31 octobre 2004 - 00h30

Je veux rappeler aussi que ce meme Ministre de la justice M.Castelli qui poursuit Cesare Battisti,est le meme qui poursuit la magistrature italienne,en envisageant une réforme qui la soumette à l’exécutifs et contre laquelle sont mobilisés tous les juges et les avocats italiens.C’est une justice au service du pouvoir.M.me Boccassini,le ministère public qui a demandé et obtenu 11 ans de prison de l’alliée de Berlusconi,Cesare Previti et qui est aussi le ministère public dans l’actuel procès contre Berlusconi pour corruption de juge a été publiquement diffamée et mise sous procès par le Ministre de la justice.La justice italienne est actuellement manipulée par un exécutif qui exige et obtient de son Parlement des lois ad personam pour ses membres :cet exécutif a imposé à la France aussi ce dérapage de l’Etat de droit. Persichetti,Cesare Battisti et bientot les autres réfugiés sont les victimes de la vengeance d’un éxécutif qui ne peut plus etre défini démocratique,mais élitaire



> Oublier Cesare Battisti
31 décembre 2009 - 02h22 - Posté par Olivier Favier

Bonjour ;

Je me permets de vous transmettre en complément cet entretien avec Fred Vargas sur "l’affaire Cesare Battisti" avec un lien vers la pétition destinée au Président Lula.

http://www.larevuedesressources.org...

En espérant que ces propos auront trouvé en chacun de vous un relais, je vous souhaite une bonne année 2010.

Olivier Favier





Dimanche 31 mai Pas de retour à l’anormal
lundi 25 - 22h37
de : Le Cercle 49
De 1789 au 29 mai 2005, mobilisation du peuple-classe.
lundi 25 - 22h31
de : Christian DELARUE
LE COVID-19 RÉVÈLE LA FOLIE DU CAPITALISME.
lundi 25 - 17h24
de : joclaude
Gifle énorme dans l’escarcelle de l’impérialisme : Les Tankers Iraniens sont arrivés au Venezuela !
lundi 25 - 17h16
de : joclaude
Pour comprendre le nouveau pouvoir des Banques Centrales
lundi 25 - 14h20
de : Lepotier
1 commentaire
Bagnols sur cèze (30 Gard) : les raisons d’un incendie.
lundi 25 - 04h24
de : L’iena rabbioso
Fier d’être un minimaliste vaincu !
dimanche 24 - 18h05
de : Claude Janvier
1 commentaire
Violences policières : nier, nier, il en restera toujours quelque chose
dimanche 24 - 18h04
ACHÈVEMENT D’UN MONDE INVIVABLE
dimanche 24 - 17h24
1 commentaire
La liberté d’expression en net progrès aujourd’hui à Angers
samedi 23 - 21h36
de : Le CERCLE 49
Que sait-on des navires iraniens qui arriveront au Venezuela ?
samedi 23 - 17h50
de : joclaude
1 commentaire
Un monarque s’en inspire d’un autre ! Des accusations fusent !
samedi 23 - 16h17
de : joclaude
La chenille qui redémarre.
vendredi 22 - 16h14
de : L’iena rabbioso
Le concept de peuple-classe dans ATTAC Démocratie
vendredi 22 - 11h59
de : Christian DELARUE (ATTAC Démo)
1 commentaire
TRUMP, président ou gangster : La paix du monde en danger ?
vendredi 22 - 11h30
de : joclaude
Licenciements, où en est-on ?
vendredi 22 - 10h41
Urgence sociale
vendredi 22 - 02h09
de : Martine lozano
Le 21 mai 1871 débutait la Semaine sanglante
jeudi 21 - 22h00
de : Le pouvoir est maudit
2 commentaires
Appel à agir contre la réintoxication du monde !
jeudi 21 - 16h41
de : jean1
1 commentaire
Pas la haine du voleur de vélo.
mercredi 20 - 23h17
de : Christian DELARUE
Opération mangouste - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 20 - 18h38
de : Hdm
Astuces patronales pour un monde d’après, pire qu’avant !
mardi 19 - 07h48
2 commentaires
La contestation mise au ban
lundi 18 - 23h02
de : Le CERCLE 49
la macronie en dessin
lundi 18 - 12h19
de : jean1
CONVERGENCE DES LUTTES : Vers une fusion des syndicats patronaux CFDT MEDEF ?
dimanche 17 - 23h03
de : Viktor Yugov
4 commentaires
Même pas mort.
dimanche 17 - 11h06
de : L’iena rabbioso
2 commentaires
Dans l’ESS, RTT et autres progrès
dimanche 17 - 00h08
de : Christian DELARUE
Et si on essayait la démocratie... pour voir ?
samedi 16 - 19h43
de : Le Cercle 49
15 mai 1948 / 15 mai 2020 : 72 ans de résistance jusqu’à la libération !
samedi 16 - 18h21
de : Jean Clément
Arrestations à Bologne
samedi 16 - 17h24
de : jean1
1 commentaire
Déconfiture - C’est l’heure de l’mettre !
samedi 16 - 10h02
de : Hdm
Entre deux flics, la lutte s’est déconfinée dès le 11 mai un peu partout en France
vendredi 15 - 23h56
de : La Gazette des confiné·es
1 commentaire
Coronavirus dans les abatoirs
vendredi 15 - 23h13
de : azard
1 commentaire
Lettre ouverte de Léon Landini à François Ruffin.
vendredi 15 - 17h11
de : jodez
Philippe Martinez : « Gouvernement et patronat confondent la solidarité avec la charité.
vendredi 15 - 16h19
de : JO
Ce n’est pas avec des médailles qu’on résoudra les problèmes de l’hôpital
vendredi 15 - 11h23
de : JO
Création du CNNR : Conseil National de la Nouvelle Résistance
jeudi 14 - 22h12
Le capitalisme ne va pas s’effondrer tout seul, il faut s’en préoccuper !
jeudi 14 - 15h22
de : Eve76
2 commentaires
32 HEURES : ET SI C’ÉTAIT LE MOMENT ?
mercredi 13 - 20h56
de : Ch Delarue
Crise sanitaire sous contrôle ouvrier à la coopérative Scop-Ti
mercredi 13 - 10h11
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
Christophe nous a quittés (video)
vendredi 17 avril
de Roberto Ferrario
Je me rappelle de cet soirée moi et Thom juste derrière a gauche entrain de manger du couscous vapeur... Le musicien et chanteur Christophe nous a quittés hier soir. Il collaborait encore récemment avec les musiciens de Ménilmontant Hakim Hamadouche, Mirabelle Gilis etc. et l’association Ménil Mon Temps souhaitait lui proposer d’être le parrain de la prochaine édition du Gala des Artistes de Ménilmontant. Nous le croisions au restaurant La Cantine de Ménilmontant. Il y (...)
Lire la suite
« Vous paierez tout et vous paierez cher, vous les capitalistes ! » Milan, 16 avril 1975, très sombre souvenir... (vidéo)
jeudi 16 avril
de Roberto Ferrario
Une soirée mémorable dans une trattoria a coté d’un canaux de Milan (Naviglio) Claudio, moi et d’autres camarades on mange ensemble pour fêter nôtres élections comme représentants des étudiants dans nôtres respectif instituts technique, lui dans ITIS du Tourisme, moi dans l’ITIS Molinari (XI ITIS). Une semaine après le 16 avril 1975 tard dans la soirée un coup de téléphone d’un camarade de mon organisation politique (A.O.)... J’arrête de manger avec mes parents (...)
Lire la suite
Scoop Bellaciao : scandale, un rapport de Santé Publique France de mai 2019 réclamait 1 milliard de masques !
jeudi 26 mars
de Roberto Ferrario
6 commentaires
La date est importante (mai 2019), le gouvernement de Macron ne peut donc pas continuer à dire que les responsables sont les anciens gouvernements... Deuxièmement, c’est cette phrase dans le rapport qui est très importante et qui détermine le milliard de masque demandé : "En cas de pandémie, le besoin en masques est d’une boîte de 50 masques par foyer, à raison de 20 millions de boîtes en cas d’atteinte de 30% de la population..." Il est extrêmement "bizarre" (...)
Lire la suite
Projection-soutien aux grévistes "Soigne et tais-toi" Mardi 4 février à 19h30
jeudi 30 janvier
de Info’Com-CGT
2 commentaires
Pour soutenir les grévistes qui luttent actuellement contre la réforme des retraites, "Les rencontres Info’Com" organisent une soirée projection-soutien du film ’’Soigne et tais-toi". • Date : 4 février à 19h30 • Lieu : Salle Colonne au 94 bd Auguste-Blanqui 75013 Paris • Participation libre reversée à la Caisse de grève. "Les rencontres Info’Com" est un rendez-vous culturel organisé par le syndicat Info’Com-CGT. Son objectif est de vous (...)
Lire la suite
REMISE DE LA SOLIDARITÉ FINANCIÈRE À L’OPERA DE PARIS MARDI 31 DÉCEMBRE 14H
mardi 31 décembre
de Info’Com-CGT
6 commentaires
Donnez, partagez, investissez dans la lutte… c’est déterminant ! Faire un don en ligne https://www.lepotcommun.fr/pot/soli... #CaisseDeGreve : remise solidarité financière pour salariés de l’Opéra de Paris mardi 31 décembre 2019 à 14h, dernier jour de l’année en symbole de lutte artistique vs #reformesdesretraites de #macron. Participation 13h à l’AG et remise publique du chèque sur les marches de l’Opéra Bastille à (...)
Lire la suite
POUR DÉFENDRE MA RETRAITE ET CELLE DE MES ENFANTS, JE VERSE À LA CAISSE DE GRÈVE (VIDEOS)
vendredi 27 décembre
de Info’Com-CGT
https://www.lepotcommun.fr/pot/soli... Nous sommes des millions à être opposés à la réforme des retraites que veut imposer le gouvernement. Cette "réforme" a pour objectif de nous faire travailler encore plus longtemps et mettre en place une retraite à points qui baissera inéluctablement le montant nos futures pensions ! Ne laissons pas faire. Agissons ensemble en participant aux mobilisations ou en alimentant la caisse de grève afin d’aider celles et ceux qui sont en grève et se (...)
Lire la suite
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite