Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

CE QU’ON PEUT ENVISAGER DE FAIRE POUR TRANSFORMER L’ESSAI LE 2 OCTOBRE
de : La Louve
vendredi 24 septembre 2010 - 19h04 - Signaler aux modérateurs
43 commentaires
JPEG - 125.7 ko

de La Louve

"Tenir tous les bouts ensemble et réarmer le syndicalisme de classe".

--------------------------------------------------------------------------

Cher-e-s camarades,

Pour contribuer indirectement au débat sur la mobilisation contre la réforme des retraites, je me permets de vous adresser cette petite réflexion avant le ouiquende, sans aucune prétention, sans juger les uns ou les autres, juste pour apporter le point de vue d’une salariée syndiquée d’une petite PME du privé.

Bon, dans un bel élan concerté et spontané de démocratie syndicale, l’intersyndicale du "haut" a décidé ce matin, avant même d’avoir consulté les structures du "bas", que la prochaine date de manifestation serait un Samedi 2 octobre.

Je sais que certain-e-s vont hurler à cette idée. Moi-même, ça m’a légèrement irritée, je ne le cache pas (mais cependant, beaucoup moins que la négation totale de démocratie syndicale, hélas devenue assez habituelle).

Samedi 2 donc.

Oui, bon ET ALORS ?

De un ce n’est pas une surprise, la nouvelle est connue en réalité depuis 3 jours.

De deux, allons-y, ça va éclaircir le grand argument qui court depuis quelques semaines que "le mouvement ne prend pas car la plupart des salariés ne peuvent pas se permettre de perdre deux ou trois jours de salaires dans une grève". Ok, là , y’aura pas de grève à faire pour la plupart (encore que dans les commerces ou les usines, beaucoup travaillent le Samedi, donc, essayons quand même de filer un coup de patte dans l’organisation des éventuelles grèves qui devraient avoir lieu ce jour là).

De trois, on va bien manifester un jeudi, alors pourquoi pas un samedi ?

Il faut être clair, non, les manifestations, ce n’est pas inutile. On entend beaucoup ça dernièrement.

Certes, c’est à un moment insuffisant s’il n’y a que cela, mais ce n’est pas inutile. Cela peut devenir contreproductif s’il n’y a que cela (tout étant dans le fait de savoir ce qu’on entend par "que cela"...)

Ne tombons donc pas dans les pièges grossiers que l’on nous tend.

"LA" question, "LE" vrai problème auquel on est confrontés aujourd’hui, il me semble ( mais je peux me tromper) ce n’est pas vraiment le jour et la date de la prochaine manifestation, (n’en déplaise à certains).

C’est d’ailleurs un peu incohérent cette réaction. Les mêmes qui disent "on en a marre des manifs saute-moutons" semblent être les premiers à râler aussi quand il n’y a pas de manif un jour de semaine ! Faudrait se décider  !

J’entends ou je lis certain-e-s dire que, avec cette annonce de manifestation Samedi 2, Chérèque et sa politique collabo auraient "gagné".

Ah bon ?

Les collabos ont gagné parce qu’on va manifester un samedi ?

Non.

Je me permets de rappeler qu’on est au grand max 7% de la population dite "active" à être syndiqués.

Et dans ces 7% y a t il seulement la moitié d’entre nous qui est militante, et pas seulement adhérente ?

Au final, ça ne fait pas lourd.

Alors, qui peut imaginer qu’on va gagner sur les retraites sans mobiliser coûte que coûte, de toutes les façons possibles, l’immense majorité des travailleurs ? Avec en face un patronat et un gouvernement pareils ? Aucun d’entre nous, je le sais.

Soyons sérieux, et là encore, reprenons les fondamentaux que nous développons dans nos boîtes dans notre combat syndical quotidien.

En revanche, Chérèque & ses avatars vont gagner si on ne radicalise pas le mouvement et qu’on continue à enculer les mouches sur des histoires de jours et de dates de manifs.

Je ne dis pas que les directions nationales de certaines OS n’ont pas (toutes) une (grosse) idée (chaque OS a d’ailleurs certainement une "idée" différente de l’autre...) derrière la tête en fixant une manif un samedi - on a le précédent récent du samedi 13 juin 2009, pour être clairs. Bonjour l’éteignoir, tout le monde s’en souvient. Mais c’était en pleine campagne électorale et soyons francs, certains "camarades" ne voulaient pas trop déranger leurs petits copains soces et assimilés sur leurs listes.

Là, ce n’est pas le cas.

Je ne dis pas non plus "Faisons confiance", comme le serpent Kaâ du Livre de la Jungle !

La question n’est pas là .

La question c’est de s’accrocher au mouvement naissant, (que nous avons toutes et tous constaté jeudi 23 septembre), comme des pitbulls à un os, et de le faire grandir, de le radicaliser.

Donc....

OUI, la manifestation samedi 2 octobre peut être un point d’appui pour pousser le léger avantage acquis hier.

Il est évident que ce qu’attendent certains, c’est que nous soyons moins nombreux Samedi 2 qu’hier Jeudi 23 septembre.

Il est donc absolument de notre devoir d’aller encore PLUS NOMBREUX à la manifestation du 2 octobre.

Il est interdit de nous démobiliser !

On a bien dit "on se battra jusqu’au bout", pas vrai ? !

On a bien conscience que nous menons là une lutte extrêmement difficile (on ne va pas se le cacher, "un syndicaliste averti en vaut deux") mais aussi, que c’est une lutte historique, un enjeu non seulement social, mais aussi politique important, qui peut, si nous emportons le morceau, revitaliser toute une partie du prolétariat EUROPÉEN ?

Il faut qu’on y soit en nombre, pour que, justement, certains malins ne puissent pas dire qu’on n’a plus de ressources, que ça ne prend plus etc.

Mais il est également de notre devoir, en tout cas à la CGT, de ne pas lâcher sur l’essentiel, pour la suite.

La "suite", c’est, en gros, la généralisation des grèves (donc aussi, l’implantation syndicale "ad hoc" dans les déserts syndicaux et, là, où il y a présence syndicale, la création d’éventuelles intersyndicales et AG), et, à terme, le blocage de l’économie et un emmerdement maximal créé au patronat qui, nous le savons, pilote cette abominable régression sociale via le MEDEF.

Il faut donc que nous poussions nos structures de proximité INTERPROFESSIONNELLES (UL ET UD), mais aussi, nos FÉDÉRATIONS, à AGIR et à mettre toutes leurs forces à créer les conditions favorables de la poursuite du mouvement, dans un durcissement.

Oui, contrairement à ce que dit Chérèque, il faut aller vers une radicalisation et surtout, une politisation (au sens noble du terme, je fais référence à l’article de Charles HOAREAU, publié ici et sur Rouge Midi, "Dans quelle société voulons-nous vivre ?")

En revanche, ce qui va compter, ce qui va être déterminant, ce sont les MODALITÉS des manifestations de samedi 2.

Le contexte que nous allons réussir à créer au niveau syndical, le lien que nous avons une opportunité de retisser entre "syndicats" et "peuple du travail".

Je dirais que certaines OS, essayant "peut être" de nous la faire à l’envers, nous offrent peut être aussi une OPPORTUNITÉ HISTORIQUE de réarmer le "bidule".

Donc il faut aussi se battre dans ces mêmes structures pour EXIGER que la manifestation du samedi 2 soit à la hauteur des enjeux.

Il est fondamental, que nous arrachions une véritable tribune PUBLIQUE avec prises de paroles de responsables syndicaux locaux. (Et pourquoi pas aussi, politiques.)

PAS SEULEMENT, excusez moi d’avance chers camarades, (ce n’est pas de l’ostracisme, ce n’est pas personnel et ce n’est pas une critique de la valeur des uns ou des autres !), des camarades représentants des cheminots ou d’EDF ou, en résumé, du service public ou assimilé, mais AUSSI des représentants syndicaux des PME, du commerce, des services, du BTP, du nettoyage, de la filière auto, des chômeurs.... qui sachent de quoi ils parlent quand ils vont s’adresser aux salariés et à leurs familles qui seront présents et qui seront majoritairement issus de ces branches, de ces situations là .

Et nous devons, à cette occasion remettre sur le devant de la scène NOS propositions CGT originales, c’est-à-dire, refaire le lien entre RETRAITES/ EMPLOIS/SALAIRES. Mais aussi, avec la syndicalisation et la défense absolue du droit syndical DANS les entreprises.

Sauf à oublier un élément fondamental qui est que "l’idéologie dominante est l’idéologie de la classe dominante", oui, nous devons dire, écrire, à celles et ceux qui ne sont pas nos adhérents ( mais dont dépend désormais notre représentativité et donc, notre présence dans l’entreprise...) "Le problème des retraites, c’est d’abord celui de l’emploi et des salaires. La solution, elle est là et pas ailleurs ! Nous ne sommes pas condamnés à mourir, vieux et malades, au travail, et si vous voulez vous battre avec nous, vous n’êtes pas seuls,et nous avons les moyens de vous fournir quelques armes, avant 2012 !"

Voilà ma vision d’une manifestation efficace et porteuse d’avenir un Samedi. Il faut l’organiser de façon efficace et "originale". Pour maintenant et pour l’avenir proche.

En revanche, il est certain que si c’est pour proposer au peuple du travail une "simple manifestation" Bastille / Répu, ce sera probablement un coup d’épée dans l’eau, et il y a des chances qu’on ne le fera pas faire deux fois.

Le reste, je pense que c’est un peu de la littérature, on n’a pas de temps à perdre en AG la semaine prochaine à couper les cheveux en quatre, même s’il faut être conscient que nous dansons sur un fil de rasoir, on n’a pas le choix, il faut danser. (Et ne pas se casser la gueule ni se faire trancher une jambe ;))

Nous sommes des syndicalistes. Nous sommes des lutteurs, au sens strict et sportif du terme.

On agit avec le réel qui nous est donné par "l’Autre" (que cet autre soit le prolétariat non syndiqué et "intoxiqué idéologiquement", ou le patronat, ou les partis politiques...) réel que nous contribuons, en actions et réactions, à modifier, pour essayer de tendre vers le but qui est le nôtre.

On n’agit pas avec ce que nous aimerions que le réel soit. Dans l’action syndicale, vous le savez mieux que moi, il n’ y a pas pire écueil que de prendre ses désirs pour la réalité. MAIS il ne faut pas non plus laisser la réalité étouffer nos désirs !

Alors, ok, PAS DE QUARTIERS, le 2 octobre, on y va toutes et tous, organisés, politisés, même, et "on déchire tout" (comme disent les djeunes) :)

Il faut y voir les quartiers popu, les salariés des PME, les jeunes, les faux indépendants vrais prolétaires, les chômeurs, avec ou sans foulard, avec ou sans papiers, les noirs, les rouges et tout le toutim, bref il faut y voir une image à peu près fidèle du prolétariat de France aujourd’hui ; ce jour là, il faudra que nous SOYONS PRETS A LEUR PARLER DE LA SUITE.

C’est ça, là, enfin je crois, notre boulot URGENT d’ici le 2.

Salut militant et fraternel à tout le monde,



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
CE QU’ON PEUT ENVISAGER DE FAIRE POUR TRANSFORMER L’ESSAI LE 2 OCTOBRE
24 septembre 2010 - 20h34

Je suis d’accord, les questions de date c’est du bidon ! Il est fondamental de les virer !!!!!



CE QU’ON PEUT ENVISAGER DE FAIRE POUR TRANSFORMER L’ESSAI LE 2 OCTOBRE
24 septembre 2010 - 20h50 - Posté par

Sans problèmes. Y compris pour manifester à Noël s’il le faut. (((- :

Mais ceux qui ont décidé ça tout seuls, si y a problème faudra leur demander des comptes.

D’autant qu’à ce qu’il paraît ça s’est décidé du sommet et sans consulter les travailleurs.

Le 23 y avait beaucoup de jeunes. Très jeunes.

Avec des mots d’ordre très politisés, des analyses très pertinentes, allant bien au delà du simple suivi des Centrales.

C’est là qu’il faut mettre le paquet. Et être présent pour les aider.

Et on y sera. Promis juré.

Et on va aussi compter les élus... Et les élus de qui ou quoi !

Et s’ils sont les premiers à arriver et les derniers à partir de la manif comme ils en ont le devoir.

Et après on publiera. Ici et Ailleurs.

G.L.


CE QU’ON PEUT ENVISAGER DE FAIRE POUR TRANSFORMER L’ESSAI LE 2 OCTOBRE
24 septembre 2010 - 21h09 - Posté par

Un grand oui !


CE QU’ON PEUT ENVISAGER DE FAIRE POUR TRANSFORMER L’ESSAI LE 2 OCTOBRE
24 septembre 2010 - 20h41 - Posté par patrice bardet

je suis assez admiratif devant ta détermination, mais ne jouons pas sur les mots.

Les directions confédérales enterrent le mouvement de révolte, cela, nous le savons tous, tous les militants s’en rendent compte, qu’ils soient d’accord ou non n’est pas le problème : c’est un fait.

la CGT s’est mise à la remorque de la CFDT : c’est cette dernière qui "mène le bal", sans conteste, et nous servons de "soldats" qu’on mène à la boucherie

Tu sais aussi bien que moi que la CFDT s’est rabibochée avec le P S ( si tant est qu’elle ait jamais été brouillée) : la CFDT se vante d’avoir gagné l’adhésion du PS à son projet.

Je rappellerai pour mémoire que ce projet va encore plus loin que ce qu’espérait le MEDEF

A propos de la bataille des Retraites, et de l’Intersyndicale

L’objectif est 2012 et en attendant, de grappiller quelques miettes au Sénat : c’est déjà prêt, "plié", et parions sur la "communication" de la CFDT

Que nous servions de "bétail" à cette mascarade pourrait être comique s’il ne s’agissait pas de nos vies, de celles de nos enfants

Ce n’est pas le samedi 2 octobre qui est critiquable sur le principe : en 2003, on avait manifesté à Paris un dimanche, le jour de la "fête des mères" ; contre tous les cassandres qui prédisaient un "casse gueule", ce fut la marée humaine

Mais une grève le 12 octobre , c’est vraiment se foutre du monde

Comme tu l’as suggéré dans un autre article (excellent !) , il y a moyen de ne pas s’épuiser financièrement dans la grève, en bloquant l’économie.

http://bellaciao.org/fr/spip.php?ar...

C’est le genre de préavis que nous avions déposé pour le 7 septembre

Le 7 septembre et les jours suivants : c’est vous qui décidez

( Cela a été combattu par le "cacique" du syndicat employés de ma boite : il a un tel "succès" depuis trente ans que la CGT-employés est passée de 400 syndiqués à moins de 10 ; mais c’est un bon "bureaucrate", "exécuteur" des basses oeuvres contre les camarades "pas dans la ligne")

Nos "stratèges" des directions de la CGT le savent parfaitement : i l y a des moyens de lutte efficaces, depuis la grève jusqu’au sabotage

Notre "générallissime" ayant assuré Sarkozy que nous n’allions pas bloquer le pays, le capitalisme a un boulevard devant lui, Sarkozy est rassuré

Le rouleau compresseur est en marche


remarques :
 ce matin, il y avait un article provocateur envers la CGT. Roberto faisait remarquer qu’il y a un "problème" de démocratie dans la CGT, que bien des militants sont révoltés. J’en fais partie, mais de là à manifester contre mon syndicat, où à tagguer les murs, ou appeler à incendier le siège de Montreuil, je ne pense pas qu’un militant de la CGT en soit capable. Interpellons nos UL, nos UD, nos FD, sans servir de "supplétifs" pour quelques manipulateurs au service des patrons
 hier à Lille, il y avait un type de la BAC avec un drapeau CGT....SUD en a aussi fait les frais à un autre moment, la LCR aussi http://www.bladi.net/forum/63873-lc...



CE QU’ON PEUT ENVISAGER DE FAIRE POUR TRANSFORMER L’ESSAI LE 2 OCTOBRE
24 septembre 2010 - 21h02 - Posté par

il y avait un type de la BAC avec un drapeau CGT....SUD

Ca c’est le problème d’avoir de plus en plus d’inorganisés et de laisser les militants dans la nature. Et des SO inexistants ou qui passent plus de temps à chasser le "gaucho" ou le contestataire, ou à discuter avec les flics mandatés, qu’à contrôler les provocateurs officiels.

Sans compter les orgas qui distribuent les autocollants sur place ! Ca m’a toujours fait flipper quand je vois ça. Si tu fait pas attention tu te retrouves avec n’importe quoi sur le tee-shirt. Même un stick de la CFDT ou du PS si tu fais pas gaffe. (((- :

Tu finis par ne plus savoir qui est qui.

Heureusement ceux qui ont un minimum d’expérience et connaissent le milieu des manifs arrivent à repèrer les taupes, du moins dans le cadre des générations un peu anciennes.

Pour les plus jeunes c’est plus dur.

G.L.


CE QU’ON PEUT ENVISAGER DE FAIRE POUR TRANSFORMER L’ESSAI LE 2 OCTOBRE
24 septembre 2010 - 21h11 - Posté par patrice bardet

je me permets de corriger ton propos, ou plutôt de le préciser pour éviter les malentendus

Les vrais "gauchos" ne sont pas nos ennemis de classe, ni les vrais anars

Ils ont raison de nous bousculer

J’y ai assez de camarades de lutte depuis très longtemps pour les respecter


CE QU’ON PEUT ENVISAGER DE FAIRE POUR TRANSFORMER L’ESSAI LE 2 OCTOBRE
25 septembre 2010 - 13h24 - Posté par

Pour Patrice sur les "gauchos" :

J’espère que tu avais compris que c’était du second degré et mis entre parenthèse pour ça ???

Simplement un rappel d’"un temps que les moins de vingt ans"... (Air connu).

"Temps" ou c’était le sport favori de quelques uns.

((- :


CE QU’ON PEUT ENVISAGER DE FAIRE POUR TRANSFORMER L’ESSAI LE 2 OCTOBRE
24 septembre 2010 - 21h15 - Posté par jaja

bien sur que nous savons tous que ça va sans doute pas se passer comme on le souhaite

je serai encore plus pessimiste en disant que les orgas peuvent très bien annoncer de faux nombre le 2 au soir

mais je pense que La Louve a raison de dire que nous devons tout faire pour qu’il y ait un max de monde le 2 octobre


CE QU’ON PEUT ENVISAGER DE FAIRE POUR TRANSFORMER L’ESSAI LE 2 OCTOBRE
24 septembre 2010 - 22h56 - Posté par

Salut Patrice,

"Rien n’est jamais acquis à l’homme Ni sa force

Ni sa faiblesse ni son coeur Et quand il croit

Ouvrir ses bras son ombre est celle d’une croix

Et quand il croit serrer son bonheur il le broie

Sa vie est un étrange et douloureux divorce" (L. Aragon)

Ce n’est pas parce que tes projections reposent sur des éléments incontestables, voire, qu’elles sont raisonnables à ce moment précis du combat qui s’engage, qu’elles vont se réaliser. SAUF si on continue à porter ce message de désespérance et d’amertume qui est un peu le tien actuellement (et je comprends...) au lieu de travailler à unir nos (maigres) forces pour "pousser" du bas vers le "haut".

Tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir. Comme des tas d’entre nous ici, la très grande majorité je pense, je viens d’une longue lignée de gens à qui on n’a jamais rien donné et qui ont toujours du arracher bec et ongles le peu qu’ils ont eu. On est toutes et tous comme ça ici. Et dans ces moments là, mon "sang" parle peut être plus fort que ma "tête".

Bêtement, sans doute,ce qui me pousse aussi, c’est l’amour de la vie, malgré tout, et la hantise de devoir vivre un jour ou de devoir faire vivre mes enfants comme dans certains pays que j’ai eu la chance de visiter.

Alors on peut m’appeler en somme "Lou Ravi", (bah oui , ça m’est déjà arrivé ;), "Don Quichotte", et peut être c’est vrai, j’ai un côté "illuminé".

Pour l’instant, ça m’a plutôt sauvée, car mes espoirs et la volonté qu’ils suscitent en moi m’ont donné la force de ne pas mourir étouffée sous les blessures que la réalité inflige quotidiennement à mon "hyper-sensibilité". J’avoue que souvent, heureusement aussi que j’ai croisé et que je croise encore des personnes, hommes et femmes, des camarades qui arrivent à développer et à étayer de façon pragmatique ce que je "projette" de façon "intuitive".

Rien n’est JAMAIS écrit d’avance pour l’Homme.

RIEN.

"Tomber sept fois, se relever huit" (ce n’est pas de moi mais de Labro), nous n’avons pas le choix, tel est le destin du prolétaire tant qu’on n’aura pas tout foutu par terre de ce système hideux et inhumain, le capitalisme.

Tout ça finalement Patrice je suis sûre et certaine que tu le sais. Peut être que tu as trop peur de souffrir si nos espoirs venaient, encore une fois, à être déçus ? Et bien je vais te dire, il y a plus de probabilités que tu aies raison que moi j’aie raison, il est possible que nous soyons ENCORE déçus et floués et trompés. Mais nous n’avons PAS le choix.

Faut-il boycotter le 2 octobre ? Non surtout pas. Mais il faut y aller en ayant tout tenté pour l’organiser à NOTRE façon, et avec "un œil devant et un œil derrière".

Beaucoup raillent la nature profondément pacifiste et paisible du peuple du travail, certains nous reprochent d’être des moutons, de nous laisser guider, de ne pas aller assassiner tel ou tel. D’être des "lâches" donc ,selon eux.

Mais OUI, c’est VRAI, nous sommes fondamentalement comme ça. Méprisant la violence (ah si nous pouvions nous passer de l’être !), rechignant à ôter une vie, nous SAVONS dans nos "gènes de prolétaires", instinctivement, le prix que coûte une révolte, une révolution, ce que cela demande. Et nous avons raison d’être ainsi.

Il y a donc plus de probabilité que nous nous fassions rouler que l’inverse, dans cette nature qu’est la nôtre, parce que pour ne pas se faire rouler, il faut à un moment devenir un "rouleur".

Or, contrairement à tout ce que la bourgeoisie répand sur notre compte depuis des siècles, et comme disent les copains des GOODYEAR "Les voyous, c’est pas nous".

Jusqu’au jour où les "moutons" se transforment en loups, parce que l’on ne nous laisse plus le choix. Pacifiques mais pas complètement cons non plus.

Tout ceci fait que nous espérons, oui, et nous construisons, ou essayons, oui, mais les yeux GRANDS OUVERTS.

Ce qui se passera si Samedi 2 les directions syndicales (et là elles ne seront plus seulement "nationales" mais aussi locales) finissent par enterrer le mouvement ? Je ne sais pas.
Nous y penserons à ce moment là.

En attendant (que ça n’arrive pas !!), je t’annonce une nouvelle : mon petit doigt me dit que dans les bouches du rhône et dans l’hérault, les camarades auraient décidé de partir sur des actions et grèves reconductibles, mais aussi, je te dédie, à toi, et à tous/tes les camarades qui en chient et qui en bavent et qui parfois sont obligés de se noyer pour ne pas se pendre, cette chanson sublime que je ne peux pas écouter sans pleurer, "la Quête" de Jacques Brel extraite de "l’homme de la Mancha" (Don Quichotte, donc ;)).

La Quete, Jacques BREL

"Rêver un impossible rêve

Porter le chagrin des départs

Brûler d’une possible fièvre

Partir où personne ne part

Aimer jusqu’à la déchirure

Aimer, même trop, même mal,

Tenter, sans force et sans armure,

D’atteindre l’inaccessible étoile

Telle est ma quête,

Suivre l’étoile

Peu m’importent mes chances

Peu m’importe le temps

Ou ma désespérance

Et puis lutter toujours

Sans questions ni repos..."

Et notre étoile à nous bien sûr elle est ROUGE !

LL


CE QU’ON PEUT ENVISAGER DE FAIRE POUR TRANSFORMER L’ESSAI LE 2 OCTOBRE
25 septembre 2010 - 13h07 - Posté par

merci pour cette chanson qui est une de mes préférées..(tiens donc ... : )

peu importe la date , en effet ,nous sommes dans une dynamique de combat ,il faut y aller .Dans la manif , en tous cas chez nous , ...il a fait chaud face a la prefecture parce que la colère grandie,cette fois ci les jeunes etaient la en nombre , les slogans des UD et UL étaient clairs : Bernard Thibault n est pas la CGT , c ’est nous qui sommes la CGT ! nous voulons le RETRAIT pur et simple de cette réforme,nous nous mobiliserons pour ça ..mais ce que nous commençons à nous dire...calmement , en pesant le pour et le contre , les problèmes d organisation... ce que nous commençons à nous dire ,puisque la question du (des ) parcours vient sur la table, c’est que pour etre sur d’etre mieux entendus par ce gouvernement de sourds..il est peut etre temps de monter tous à Paris..

Gidéhem


CE QU’ON PEUT ENVISAGER DE FAIRE POUR TRANSFORMER L’ESSAI LE 2 OCTOBRE
24 septembre 2010 - 20h53 - Posté par arnold

Comment, l’amie Louve, fais-tu, en si peu de mots, pour nous bousculer ?
Si précis et non superflus ils me percutent. Moi qui manie quotidiennement cette sacrée langue française, je ne saurais t’égaler aussi permets-moi de te jalouser.
Amitiés révolutionnaires, ton txt sera diffusé dès ce soir.



CE QU’ON PEUT ENVISAGER DE FAIRE POUR TRANSFORMER L’ESSAI LE 2 OCTOBRE
24 septembre 2010 - 23h32 - Posté par km1883

Ce midi 24 sept dans l’entreprise j’étais à faire signer la pétition de la CGT et discuter des suites, des blocages psychologiques ou logiques à la mobilisation. Ce travail de conviction au corps à corps, neurones contre neurones est celui qui paye pour gagner l’élargissement.

Un camarade de FO est passé et m’a dit "RETRAIT" et a poursuivi ses affaires personnelles juste avant le week-end. J’ai discuté avec 15 personnes. C’est riche, complexe. Nous ne sommes pas tiré d’affaire pour faire mouvement de masse pour une réforme garantissant le droit à la retraite à 60 ans. J’ai la conviction que cela peut basculer. Mettons le paquet avant le 2 octobre. La grève n’est pas interdite même dans l’entreprise avant et après cette date.

Je sais que certains attendent et pestent contre Bernard qui n’appuie pas sur le buzzer "GREVE GENERALE". C’est plus simple que comprendre que chacun a un bout du buzzer et Bernard aussi, il a peut-être une plus grosse part mais s’il appuie au mauvais moment c’est une erreur stratégique. Il faut qu’il appuie quand la grève générale est quasiment là mais pas avant sinon c’est le secrétaire général (le permanent) qui envoie la troupe au casse-pipe.



CE QU’ON PEUT ENVISAGER DE FAIRE POUR TRANSFORMER L’ESSAI LE 2 OCTOBRE
25 septembre 2010 - 07h16 - Posté par A

En gros, en long, en large ou en travers, ça sert à quoi et à qui un dirigeant presse ou presse pas bouton ?

Préhistoire ! L’histoire commene le jour où tu réalises que toi et tes collègues, camarades, voisins, amis, connaissances, vous savez mieux, collectivement, ce qu’il faut faire que tous les Bernard, François, Buffet ou DSK et autres Mélenchon du monde des leaders à la gamelle du libéralisme ou du capitalisme.


CE QU’ON PEUT ENVISAGER DE FAIRE POUR TRANSFORMER L’ESSAI LE 2 OCTOBRE
25 septembre 2010 - 02h18 - Posté par Pipo

Je ne redirais pas l’essentiel de ce qu’ a dit la louve sur la nécessité de mobiliser de plus en plus de mode et que du coup la question des dates n’est pas celle du 2 octobre mais bien celle du 12 ! Pourquoi attendre ? Qui peut croire un seul instant que les sénateurs vont reculer parce qu’il y aura des grèves et une manif ce jour là ?
Maintenant comment arriver à une grève générale et reconductible.
On reproche aux directions syndicales de lancer des appels non liés à la base.
Est-ce que parce que les directions syndicales dans une élan de je ne sais trop quelle volonté de lutte de classe appelleraient à une grève générale et reconductible que les travailleurs (syndiqués et non syndiqués) suivront les directions syndicales, je ne le pense pas.Les travailleurs ont été trop trompés par les directions syndicales pour croire à quoi que ce soit venant de leur part. Je ne voudrais pas résumer pour autant résumer la désyndicalisation à cette seule explication mais c’est une réalité. Quand je discute autour de moi c’est ce qui est dit.
Maintenant la question se pose de savoir ce qu’il est possible de faire pour engager le processus qui peut permettre d’aboutir à la grève générale.
Personnellement je pense que le développement de grèves dans des petites entreprises et des entreprises nationales, si elles sont popularisées peuvent permettre de développer le mouvement.
Rhodiaceta ou Lip sont des exemples.
Ma liste ne sera pas exhaustive mais on peut citer les salariés de Goodyear, le personnel de santé, les salariés d’une entreprise de Bretagne dont une cinquantaine de salariés ont été licenciés pour faute grave,etc etc etc.
Cela évitera d’entendre les conneries médiatiques du style le mouvement s’ essouffle, les français comprennent de mieux en mieux la réforme.
Sur ce qu’a dit la Louve sur la façon de faire grève avec un coût minimum pour les salariés elle a raison.
Dans une entreprise internationale de presse et d’éditions spécialisée dans faites ce que je dis mais ne faites pas ce que je fais, les salariés en juin 2009 ont fait grève par service en fonction des impératifs de production( sortie de la revue) et ont organisé un soutien financier auxquels certains professionnels (avocats, par exemple) ont participé.



CE QU’ON PEUT ENVISAGER DE FAIRE POUR TRANSFORMER L’ESSAI LE 2 OCTOBRE
25 septembre 2010 - 08h43

J’ajouterai que l’autre chose importante, c’est le choix du parcours.

Je vois bien un Bastille/Concorde pour Paris, avec passage par la rue de Rivoli (comme on faisait il y a 30 ans !) où nous aurons l’occasion de passer devant les lieux d’exploitation du prolétariat moderne ( CA, Brioche Dorée, Paul, MacDO, HM etc) et de saluer tous ces jeunes qu’on voit arriver dans les UL ou les US en ce moment pour des questions qui ne sont pas liées aux UL mais qui n’auront peut être pas pu faire grève (ils bossent le samedi en général).

Arrivée place de la Concorde, en face de l’Assemblée Nationale tribune publique avec sono digne de ce nom (pas comme le 15 hein....) et prises de paroles (voire à la fin petit concert rapide ?), tables de syndicalisation et distribution de tracts.

La Préf ne voudra pas ? Et bien c’est pas grave. C’est pas à elle de décider. Le 15 non plus elle n’a pas autorisé la manif.

Vouala.

LL



CE QU’ON PEUT ENVISAGER DE FAIRE POUR TRANSFORMER L’ESSAI LE 2 OCTOBRE
25 septembre 2010 - 13h39 - Posté par patrice bardet

ah ! bonne réflexion

A propos des promenades syndicales : parcours convenu depuis une éternité à Lille

on évite soigneusement les quartiers populaires de Wazemmes (on le frôle), Moulins ( à deux pas, où se situe la bourse du travail : UD CGT, CFDT, FO) , pour défiler dans le centre ville bourgeois : de grandes artères bien propres, bien larges, où les ouvriers que l’on croise sont ceux qui bossent au service des patrons ; les riches peuvent nous contempler de leur balcon... on n’y croise comme miséreux que quelques clochards, mais on peut baver devant les grand bijoutiers et grand restaurants

 porte de paris (mairie de Martine)
 rue gustave delory ( ancien quartier très populaire St Sauveur, rasé pour le transformer en quartier très bourgeois ) : à deux pas, le siège du PS, qui fait au moins deux cent mêtres ( de la porte de paris à la rue Lydéric) , le temps des télés
 rue de tournai
 place de la gare
 rue faidherbe ( un grand fossoyeur de prolo)

 grand place ( place du "général" de gaulle) - la bourse est à 200 m

 rue nationale (on ne pisse plus sur la porte du Medef depuis bien longtemps)

 rue solférino

 place Sébastopol ( là, c’est grave : l’ump est à 100 m)

 rue inkerman

 place de la répubique : la préfecture, et de "l’autre coté" des barricades, le "parvis de droits de l’homme"

Allez, un petit effort pour comprendre : voici le plan de la ville

http://fr.mappy.com/plan/59/lille#d...

Chez nous, la préfecture organise des réunions avec l’intersyndicale pour préparer la "sécurisation" des manifestations :

A ces réunions, participe aussi la CGT

Après, en AG de l’UL, on nous met en garde contre les "gauchistes" qui pourraient détourner la manifestation ( par exemple sur le siège de l’UMP - on passe à 100m- , du MEDEF - on passe devant- , vers la Bourse de Lille - on passe à 200m)

La gentille BAC nous attend à république

Un peu en inactivité ces derniers temps : il y a bien longtemps que les manifestations ne sont plus que promenade

même les anars ne répondent pas à leurs provocations...

C’est-y pas beau ?


CE QU’ON PEUT ENVISAGER DE FAIRE POUR TRANSFORMER L’ESSAI LE 2 OCTOBRE
25 septembre 2010 - 09h58 - Posté par andres

LA SUITE PROPOSÉE par l’intersyndicale n’est pas aussi catastrophique que le 7, mais reste quand même consternante.
POURQUOI la mobilisation européenne du 29 septembre contre les politiques pro-capitalistes n’est-elle pas utilisée pour poursuivre l’action sur les retraites ?
LE COMMUNIQUÉ DE L’INTERSYNDICALE mentionne le 29 en dernière position, après le 2 octobre , après le 12 octobre ... , mention très vague sans proposition concrète de mobilisation :
" Plusieurs organisations participeront à la journée de manifestation européenne du 29 septembre pour s’opposer aux plans de rigueur en Europe. Elle donnera l’occasion à des milliers de salariés français de porter leurs revendications, notamment sur la retraite, à Bruxelles et partout en France." Ca veut dire quoi au juste "et partout en France" ?
QU’est-ce qu’ils ont à la place du cerveau ? L’immobilisme du pouvoir (illustré par la déclaration de Fillion juste après le communiqué intersyndical) exige davantage de mobilisation ! Mercredi 29 était une occasion rêvée ; ce jour-là il y a des mobilisations dans un grand nombre de pays , notamment le Grève générale en Espagne ...



CE QU’ON PEUT ENVISAGER DE FAIRE POUR TRANSFORMER L’ESSAI LE 2 OCTOBRE
25 septembre 2010 - 11h16 - Posté par lucjry

Rêver.... camarades et compagnons......
mais prendre... c’est mieux.....
arrêter la machine ... nous le pouvons.... d’autres l’ont fait.....
et surtout penser à ceux qui ne se posent pas de question qui sont et seront encore en grève... lundi, mardi......
les droits qui se périssent sont ceux que nous n’utilisons pas.......


CE QU’ON PEUT ENVISAGER DE FAIRE POUR TRANSFORMER L’ESSAI LE 2 OCTOBRE
25 septembre 2010 - 11h55 - Posté par patrice bardet

sur le 29 : personnellement, je n’ira jamais à une manifestation organisée par la CES

Il faudrait être sérieux :
 celle organisation est ultra-réformiste, socio-démocrate, créée à l’origine pour contrer la FSM
 son secrétaire général appelait encore il y a peu à "sauver le capitalisme"
 cette organisation appelait au "oui" au TCE http://www.cfdt-retraites.fr/Le-syn...

Alors, la CES peut appeler à manifester, après que les syndicats grecs qui y sont affiliés aient cassé les mouvements de grève générale

La CES est un organe important du capitalisme européen

allons, quand on est capable de faire une telle déclaration (23 septembre 2010)

« Les décideurs européens doivent changer de cap et écouter la voix des travailleurs qui seront dans les rues de Bruxelles, d’Espagne et de bien d’autres villes le 29 septembre prochain. Ils doivent opter pour la croissance et l’emploi. Ceux qui nous gouvernent devraient suivre la voie du Président Roosevelt et de son New Deal, et non pas imiter le Président Hoover et la Grande Dépression. »

UN si bel hommage au capitalisme.....


CE QU’ON PEUT ENVISAGER DE FAIRE POUR TRANSFORMER L’ESSAI LE 2 OCTOBRE
25 septembre 2010 - 11h09 - Posté par Alain Chancogne

J’ai déjà tellement" balancé " -en sachant que j’en fatigue certains- que je m’étais promis de la boucler ce week end..

Là..je crois nécessaire de rebondir

Mais après je vais tenter de la mettre en veilleuse. ;

Le copain s’inquiète

LA SUITE PROPOSÉE par l’intersyndicale n’est pas aussi catastrophique que le 7, mais reste quand même consternante. POURQUOI la mobilisation européenne du 29 septembre contre les politiques pro-capitalistes n’est-elle pas utilisée pour poursuivre l’action sur les retraites

T’as bien vu que cette journée du 29 ce sont les" durs de chez durs" de la chère CES qui l’organisent ?

Ils avaient organisé aussi le OUI au TCE, et une manif européenne pour "améliorer le traité de Lisbonne de Sarko ;; ; qu’ils trouvait quand même en PROGRES parce qu’il y avait trois lignes de vaseline sociale dans le texte

Quand de tels caniches du Capital organisent la LUTTE de classes, le Capital n’a besoin d’aucun pitt- bulls pour se protéger. !

.
L"EUROPE a précisé son projet, je cite :

Selon un avant projet du texte consulté par EurActiv.com, la Commission part du constat que les Européens passent actuellement à peu près un tiers de leur vie adulte à la retraite. Seul 50 % des Européens sont toujours employés passé l’âge de 60 ans. La situation actuelle n’est « plus tenable », estime la Commission. Selon le Livre vert, il faut « s’assurer que le temps passé à la retraite ne continue pas à s’accroître par rapport au temps passé à travailler ». La mise en place de « mécanismes d’ajustement automatique » serait l’une des pistes envisagées pour adapter l’âge de départ à la retraite à l’augmentation de l’espérance de vie.

La CES..(mais ces infos sont cachés aux copains ) a réagi :

Interrogé par EurActiv.fr, le conseiller sur les pensions à la Confédération européenne des syndicats (CES), Henri Lourdelle, estime que le diagnostic est bien posé mais que les réponses apportées ne sont pas satisfaisantes »

. Il soutient que « le sujet n’est pas technique mais politique » car la question des retraites a trait avant tout à la politique de l’emploi. Relever l’âge de la retraite implique que les personnes de plus de 60 ans puissent travailler, ce qui n’est pas le cas pour le moment dans la plupart des pays européens, explique- t il

La méchante Europe du Capital empêche les travailleurs de travailler après 60 ans !!!

Ceux qui penseraient que je suis un anti européen et un méchant sectaire que d’aucuns , même parmi des intellectuels amis que j’apprécie , nomment "nationaux-communistes", anti CES iront lire le texte qui depuis 2001 fonde le positionnement des kollabos de Bruxelles.

http://www.etuc.org/a/1314

Juste deux trois mots en extrait :

Ainsi qu’elle l’a rappelé lors de son dernier Congrès, la CES est fermement attachée aux systèmes publics de pension qui devraient constituer l’élément fondamental, c’est-à-dire la part la plus importante, de la pension des retraités. Il est important, dans ces conditions que tout soit mis en oeuvre pour en assurer la pérennité et la viabilité financière. C’est pourquoi la CES se félicite des initiatives prises dans ce sens par plusieurs Etats-membres. Ainsi certains Etats-membres ont adapté leurs systèmes de pensions, d’autres ont mis en place des « fonds de réserves démographiques »...

x.

1.3. La CES est également convaincue que, en ce qui concerne le devenir des systèmes de pensions, quel que soit leur mode de financement (par « répartition » ou par « capitalisation »), si la démographie est un facteur à prendre en compte, il n’est pas le seul : le développement de l’emploi et de la croissance (et de la productivité) sont essentiels. Quel que soit, en effet, le mode de financement , il n’y a de distribution à un moment donné que de la richesse existante à cet instant.

2.4.1. Ainsi, le cadre régulateur européen définira-t-il les conditions de leur mise en œuvre. Autrement dit, des fonds de pensions seront mis en place, après accord entre partenaires sociaux au niveau approprié(national, secteur, entreprise) .


Si t’ajoute à cette plateforme avec "fonds de pension".. le monstre né de l’accouchement à BARCELONEen 2002 des directives de l’Europe avalisées par la CES, les droites, les socialistes-dont JOSPIN.... t’as le menu de la" lutte européenne !!"

IN memoriam !

Voici le paragraphe consacré aux retraites ratifié par Jacques Chirac et Lionel Jospin à l’issue du sommet européen de Barcelone en 2002.

« Il convient de réduire les incitations individuelles à la retraite anticipée et la mise en place par les entreprises de système de préretraites, d’intensifier les efforts destinés à offrir aux travailleurs âgés davantage de possibilités de rester sur le marché du travail, par exemple par des formules souples de retraite progressive et en garantissant un véritable accès à l’éducation et à la formation tout au long de sa vie. IL FAUDRAIT RECHERCHER D’ICI A 2010 A AUGMENTER PROGRESSIVEMENT D’ENVIRON CINQ ANS L’AGE MOYEN EFFECTIF AUQUEL CESSE, DANS L’UNION EUROPEENNE, L’ACTIVITE PROFESSIONNELLE. LES PROGRES A CET EGARD SERONT EXAMINES CHAQUE ANNEE AVANT LE CONSEIL EUROPEEN DE PRINTEMPS. »

Outre cet allongement du temps de cotisation, le sommet européen de Barcelone préconisait la montée en puissance des fonds de pension pour financer les retraites via la Bourse. Pour Jacques Chirac à l’époque cela s’appelait « les fonds de pension à la française », pour Lionel Jospin « des modalités d’épargne salariale. »

ref :

http://www.legrandsoir.info/+Retrai...

ET tu voudrais, Cher Camarade, que nous nous mobilisions pour le 29
SEPTEMBRE.afin de .poignarder la journée de Samedi et la GREVE qui suivra, ?

Tant pis si je mords le trait

A CAUSE DE LA RUE française, MONKS n’a pu obtenir que les Orgas françaises membres de la CES(dont la CGT) puissent mettre à genoux la classe ouvrière et notre peuple devant la "fatalité du RECUL social" !

Or il faut au CAPITAL ce total alignement sur cette dérive, comme d’ailleurs il lui fallait le OUI des travailleurs à ce putain de TCE

Ce qui a conduit à ce qu’il faut bien rappeler : la mise en déroute de dirigeants en France...(Le Duigou , B.T, la bordelaise Maryse Dumas n’ont toujours pas digéré cette séance du CCN.)

 :)

.
Le même combat continue
..

Je ne suis pas assez souple pour l’auto sodomisation !

Le 29, si dans la manif européenne...des tracts et des banderoles ne font pas le lien entre NOTRE COMBAT et ce que sont LES ADVERSAIRES du mouvement populaire français, on se fait engluer dans une stratégie d’étouffement du mouvement révolutionnaire par les tentacules des la pieuvre européiste qui existe POUR détruire cette spécificité français qu’il nous faut BICHONNER !!

Selon moi.

AC

..



CE QU’ON PEUT ENVISAGER DE FAIRE POUR TRANSFORMER L’ESSAI LE 2 OCTOBRE
25 septembre 2010 - 13h32 - Posté par andres

Avec des raisonnements pareils on est mal barrés !

Dénoncer la CES social-démocrate collaborationniste de classe tout à fait d’accord. Tel a été ma conduite dès l’annonce de cette journée. Pas question de compter sur la CES, c’est clair. Et ce qu’il fallait faire a été fait, c’est à dire commencer par agir chez nous, en donnant un contenu de classe à l’action. Est-ce parce que nous trouvons que la stratégie de l’inter-syndicale ne colle pas à la volonté de 70%, 80% de la population, que nous avons boudé le 23 septembre ? Non, on ne pouvait pas se le permettre. Et pourtant on aurait préféré qu’il ait lieu 10 jours avant ! Est-ce que nous allons bouder le 2 ? Non, on souhaite qu’il soit plus réussi encore. Mais il est clair que la mobilisation "décidée" ne correspond pas à la situation, à l’arrogance réafirmée des nazillons du gouvernement. Mécontent du délai imposé entre le 23 septembre et le 2 octobre, faute de pouvoir encore déborder les directions en développant partout des initiatives à la base, la date du 29 me semble pouvoir être mise à profit dans ce sens. Non, pas question d’aller à Bruxelles, mais d’être dans l’action ici chez nous, comme les espagnols qui seront en grève générale chez eux... et le contenu de notre mobilisation c’est nous qui le donnons. Parce que, enfin ! raisonner de cette façon puriste concernant le 29 et la CES devrait conduire logiquement à refuser aussi de participer aux actions de l’intersyndicale, dont la CGT, puisqu’ils sont membres de cette minable CES ! Et ça signifierait ne rien faire. Et ton commentaire "Le 29, si dans la manif européenne...des tracts et des banderoles ne font pas le lien entre NOTRE COMBAT et ce que sont LES ADVERSAIRES du mouvement populaire français..." abonde dans mon sens : Qui apportera ces tracts et banderoles ? Qui les apporte ici ? Le contenu de la mobilisation c’est nous et pas eux, qui le donnerons.
Mon mécontentement ne se situe pas au niveau du contenu des propositions notamment de la CGT, pour combattre la réforme , mais au niveau de la stratégie conduite : Absence de la demande de RETRAIT de LEUR réforme, et absence d’agilité dans la gestion des évènements


CE QU’ON PEUT ENVISAGER DE FAIRE POUR TRANSFORMER L’ESSAI LE 2 OCTOBRE
25 septembre 2010 - 13h33 - Posté par

Rien à ajouter au post d’Alain.

Sinon ce message personnel, (Mais pas si individuel que ça), à la Direction nationale de la CGT :

"SORTEZ DE CE PUTAING DE BORDEL DE LA C.E.S.".

Et surtout dites, publiez, et analysez POURQUOI vous le faites. Et agissez en conséquence.

C’est le moment ou jamais...

La crédibilité de la CGT est à ce prix.

G.L.


CE QU’ON PEUT ENVISAGER DE FAIRE POUR TRANSFORMER L’ESSAI LE 2 OCTOBRE
25 septembre 2010 - 13h42 - Posté par

On nous a mis le 12 contre notre volonté d’en découdre , avant ( battre le fer tant qu’il est chaud ) c’est dans l’internationale !
puisque nous n’avons pas le choix de la date , faisons du temps qu’il nous reste à préparer la grève génerale , et demander le retrait du projet il faut arreter de vouloir négocier des miéttes .
Le 12 c’est tous ensembles et grève génerale jusqu’au retrait du projet !


CE QU’ON PEUT ENVISAGER DE FAIRE POUR TRANSFORMER L’ESSAI LE 2 OCTOBRE
25 septembre 2010 - 14h23 - Posté par

c’est pas le 12, c’est le 2

la semaine prochaine...


CE QU’ON PEUT ENVISAGER DE FAIRE POUR TRANSFORMER L’ESSAI LE 2 OCTOBRE
25 septembre 2010 - 19h44 - Posté par

""Sinon ce message personnel, (Mais pas si individuel que ça), à la Direction nationale de la CGT :

"SORTEZ DE CE PUTAING DE BORDEL DE LA C.E.S.".

""

et pourquoi tu y restes à la cgt apres cette trahison compléte . ?

Car adherer à la ces s’est bien dire : on est passé du coté de la sociale démocratie avec armes et bagages !

alors levote du CCN pour le non au tce c’est la derniere convulsions des camardes luttes de classes,mais la ligne de la direction cgt c’est bien Thibault et les appartchiks qui la signent ,le reste c’est insignifiant (m^me si c’est encore beaucoup) .

Alors je reviens sur une petite question qui est totalemnt évacué par le marxisme,ou presque c’est la morale individuelle,ce qui nous fait battre autant que nos interets de classe.

Quand des principes,des regles socialiste de base sont rejetés,trahies il est un devoir de SORTIR du champ organisationel qui trahit ec qui vous fait lutter .

Si des que la cgt était entre dans la CES des dizaines,de milliers de camardes étaient parti ,l’horizon syndical en ce moment serait different

quitter les principes au nom du "réalisme" c’est ledébut de lafin

Exemple perso :
Sud ptt voulait faire passer la durée du permanentariat de 10 à 12 ans...lecongrés a refusé,fort justement MAIS si il avait accepté ,je serais sorti.

De même si sud gérent comme la cfdt,la cgt le fond des retraites ,je sors !!

Si Sud comme la cgt et la cfdt rentre dans la ces je sors !!

on est responsable et coupable quand on tolére ce genre de dérive antiouivriere .

alors ya autre chôse à faire en ce moment que renrter dans le lard de lacgt ?

oui et ya pas photo avec la cfdt ...mais bon dieu de bon dieu ,jusqu’à quand on va supporter ces apparatchiks qui ne sauront jamais ce qu’est une coupure d’electricité,une saisie,un vie à la limite de la misére.

vous avez pas envie de cracher sur Cheréque quand vous voyez un retraité faire les poubelles ?

ha on medit c’est contre productif ben pas certain ,petite anecdocte :
jeudi dans la manif à rouen,un homme sur letrottoir avec une pancarte :

la réformre de 2010 est la fille de celle de 2003,Cheréque démission ! : !

comme ça devant des dizaines de milliers de manifestant et des de la cfdt et bien personne ne l’a sifflé,ni hué ;
la base est plus lucide et sincére que les directions.


CE QU’ON PEUT ENVISAGER DE FAIRE POUR TRANSFORMER L’ESSAI LE 2 OCTOBRE
25 septembre 2010 - 21h40 - Posté par

et pourquoi tu y restes à la cgt apres cette trahison compléte . ?

Ca fait 10 ans que j’y suis plus mon coco !!! Du moins au niveeau des cotisations. Parce qu’il semble que durant plusieurs années ils ont continué à mpe compter dans leurs effectifs. L’as même fallu que je gueule pour être enfin rayé des cadres.

A croire qu’ils m’avaient jamais autant aimé qu’après que je sois parti en claquant la porte.

Après 30 ans de militantisme. Et pour des raisons bien précises, bien documentées, que certains connaissent ici. Suffit de lire mes posts dès le début sur BC.

Et idem pour le PCF.

Mais ça m’empêche pas de continuer à considérer que la CGT et le PCF ce sont MES choses, MES armes et MES outils.

Outils, qu’on a mis trois générations à affiner et aiguiser dans ma famille et mon entourage au péril de notre vie, de notre liberté, de nos situations sociales, et de notre tranquilité familiale...

Armes et outils que des tordus plus ou moins félons nous ont confisqué.

Et que ces outils sont la propriété de TOUS les exploités de France et de Navarre...

Et surtout je sais que l’avenir passe par la réappropriation de vraies orgas syndicales et politiques, indépendantes du Pouvoir bourgeois. Et que ça ne pourra se faire qu’après avoir viré tous ceux qui freinent au sommet après avoir démonté les mécanismes de la trahison.

Parce que la base elle est suffisamment motivée, sinon qu’elle est volontairement mal informée et déstructurée politiquement.

Et ça aussi ça passe par le dégagement plus ou moins "soft" des éteignoirs professionnels des Directions.

Et c’est pour ça que malgré tout je continue à m’investir sur le terrain avec mes camarades des bases locales du Parti et de la CGT.

OK ? T’as saisi le topo ?

Parce que figures toi que je suis pas seul dans ce cas. Et qu’on n’a aucun état d’âme envers ceux qui nous ont enterrés un peu trop vite. Pas plus qu’envers leurs commanditaires du Pouvoir ni envers leurs mignons qui font semblant de les approuver.

G.L.


CE QU’ON PEUT ENVISAGER DE FAIRE POUR TRANSFORMER L’ESSAI LE 2 OCTOBRE
26 septembre 2010 - 09h15 - Posté par

""et pourquoi tu y restes à la cgt apres cette trahison compléte . ?

Ca fait 10 ans que j’y suis plus mon coco !!! Du moins au niveeau des cotisations. Parce qu’il semble que durant plusieurs années ils ont continué à mpe compter dans leurs effectifs. L’as même fallu que je gueule pour être enfin rayé des cadres
""""

et bien comme pas mal d’entre nous puisque la cgt est passé de pres de 3 millions à moins de 800 000 .

mais si comme toi je sais que le syndicat appartient en theorie dabord et avant tout aux syndiqués,je sais bien aussi que en pratique c’est LA direction qui dirige .
pour des tas de raison dont le sentiment de groupe qui fait faire bloc autour de sa direction contre toute critique .

le discours de le réapropriation de l’outil syndical c’est du vent,
On ne change JAMAIS une orga !

JAMAIS

le cas le plus récent c’est la ligne lutte de classe dans la CFDT qui tenaît ce discours et qui a été complétement eliminé !

et c’est biejn parceque les dirigeants de la cfdt le savnt le tres tres bien qu’on ne change jamais une orga et sa direction qu’ils ont bien quitté la CFTC pour créer la CFDT .

alors on en reparle dans 10 ans,dans 20ans ho ho on va où à ?
les echecs répétés sur un siecle ne vous apprennent rien ?

rester à la cfdt au nom de la reconquéte ,vaste rigolade ...tout comme à la cgt.


CE QU’ON PEUT ENVISAGER DE FAIRE POUR TRANSFORMER L’ESSAI LE 2 OCTOBRE
25 septembre 2010 - 14h34 - Posté par patrice bardet

salut Alain,

je n’avais pas vu ton commentaire, bien plus complet et circonstancié que mes quelques lignes rageuses

Merci

On ne participera pas à cette duperie...

Il n’est même pas besoin de flageller la direction de la CGT, ni la bureaucratie syndicale qui relaie à tout niveau, sans grand succès

On "espère" 10.000 participants de la CGT, moins que les syndiqués de l’UD du Nord, moins que les militants du Nord Pas de Calais , Somme , Aine ( les plus proches)

Il suffit de remarquer qu’il n’est pas question de grève

Ceci dit, Bruxelles est une ville attachante, avec des quartiers populaires : avec d’autres objectifs, plus radicaux, on pourrait en être, avec des camarades de la F GTB

La promenade évitera soigneusement les quartiers populaires de Bruxelles... Cela pourrait donner des idées....Surtout pas donc

Patrice


CE QU’ON PEUT ENVISAGER DE FAIRE POUR TRANSFORMER L’ESSAI LE 2 OCTOBRE
25 septembre 2010 - 15h16 - Posté par Ferenc

« CE QU’ON PEUT ENVISAGER DE FAIRE POUR TRANSFORMER L’ESSAI LE 2 OCTOBRE »

Une seule solution : la grève générale illimitée, tant que la loi n’est pas entièrement retirée.



CE QU’ON PEUT ENVISAGER DE FAIRE POUR TRANSFORMER L’ESSAI LE 2 OCTOBRE
25 septembre 2010 - 18h41 - Posté par Copas

On ne peut pas on ne peut plus contourner kes questions d’organisation .

Ce que chacun popose, en quelque sorte, c’est d’organiser sans organisation, contiourner l’énorme obstacle de confédérations qui ne confédèèrent pas et se comportenbt à ce moment précis, en de redoutables obstacles à la mobilisation et de fait en groupes d’hommes et de femmes qui nous mettent dans l’échec.

La logique du samedi demeure dans la logiuqe de protestation , la lutte de pressionn our se faire défaire et perdre
C’est un remaque pile poile des derniers coups où le mouvement social a essuyé des défaites.

En face il y a une classe bourgeoise déterminée, organisée, déterlminée.

Sans orgaanisation apte et ayant volonté de faire "mal" à la bourgeoisie, nous n’y arriverons pas. La question des directions syndiacles qui son totalement incapables de se porter à hauteur des enjeux demeure posée ;

il faut arrêter de contoiurner cela .

Construire une (et non 10 comme maintenant) coordibation (coordonant la volonté et cherchant à gagner) exprimant la volonté de révolte actuelle est urgent.

J’en(ends bien tout le spectre des oppositions (comment s’opposer saqns s’opposer, voir les choses de telle ou telle boutique, être opposition à sa "majesté" la bureaucratie en restant pieds et mains liées par elle, etc).

Mais aller plus loin nécessite autre chose



CE QU’ON PEUT ENVISAGER DE FAIRE POUR TRANSFORMER L’ESSAI LE 2 OCTOBRE
25 septembre 2010 - 20h52 - Posté par AC

On ne peut pas on ne peut plus contourner les questions d’organisation

Certes Ami Copas..

Seulement il ya le FEU..

Cette caserne de 8 pompiers "unis" , la lance à eau trouée qu’ils nous tendent, c’’est pas de cela que le mouvement populaire a objectivement besoin..

Il manque surtout le Parti révolutionnaire sans lequel toute forme d’Orga dite de "mobilisation sociale" ne peut que donner à moudre de la riposte qui n’est pas à la mesure de l’offensive nécessaire au Capital.

OUI..OUI..

mais une fois qu’on est d’accord -nous le sommes , en gros, je pense- "QUE FAIRE"..comme disait V.I.L ??

Je ne vois rien d’autre que "faire avec" en essayant de convaincre qu’il faudrait faire autrement.."

Parce que si je vais au bout de ta logique, il faut faire "sans" voire "CONTRE."

Nous serons battus à coup sur.

Alors que pour l’instant, RIEN n’est joué..

Niko le sait, Thibault le sait (pardon de faire en simplifiant mais on se comprend)
Ce qui fait "mal" à de nombreux copains c’est de découvrir que le fil rouge de la LDC traverse ..AUSSI ..la CGT...
.
Pour ce qui est des autres et de façon assez simpliste, beaucoup avaient fait une croix en triant la bonne vieille Cégèt d’un côté, et de l’autre les collabos CFDT et tutti quanti, soit traités de traitres soit d’avetnuristes irresponsables de l’autre ...

Un peu comme dit l’autre : "Toutes des salopes, sauf ma Femme" .. ;jusqu’au soir ou il rentre plus tôt et voit son voisin sauter par la fenêtre

Quoique..il sera prêt à croire que le type était venu réparer l’ordi et partait rapidement parce que le boulanger serait fermé dans 5mn..


On est mal barrés, voilà. !!

.mais on peut que se farcir le REEL ..tout en travaillant à le changer. !

C’est pour cela que nous sommes marxistes, non ?


Juste un p’tit truc : J’arrive pas trop bien à comprendre comment les copains pensent que le 29 de la CES..c’est dans de la construction d’un 2 de masse et d’un 12 porteur de suites..

Voilà ceux qui seront bras dessus bras dessous à BRUXELLES :

Leaders syndicaux présents à l’Euro-manifestation de Bruxelles
 Confédération européenne des syndicats (CES)
John Monks, secrétaire générale de la CES
Wanja Lundby-Wedin, présidente de la CES
 Autriche
Erich Foglar (OBG)
 Belgique
Rudy De Leeuw / Anne Demelenne (FGTB) - Luc Cortebeeck / Claude Rolin (CSC) - Jan Vercamst / Bernard Noël (CGSLB)
 France
Bernard Thibaut (CGT) – François Chérèque (CFDT) - Jean-Claude Mailly (FO) - Alain Olive (UNSA)
 Espagne
Adolfo Muñoz (ELA) – Javier de Vicente (USO)
 Hongrie
Istvan Gaskó (LIGA)
 Luxembourg
Robert Weber (LCGB) – Jean-Claude Reding (OGLB)
 Pologne
Jan Guz (OPZZ)
 Portugal
Joaõ Proença (UGT-P)
 Roumanie
Bogdan-Iuliu Hossu (CARTEL ALFA)
 Slovaquie
Miroslav Gazdík
 Slovénie

Et les copains de la CGTP, principale centrale de masse au Portugal, elle est passée ou ?

Et les camarades GRECS ?

On a eu peur qu’ils conspuent DSK ?

Quant à ceux qui ont le regard rivé sur cette ESPAGNE de la greve générale..qu’ils se renseignent

http://www.lemonde.fr/europe/articl....


L’Espagne fera la grève générale... ou presque

Le 29 septembre, l’Espagne devait connaître sa première grève générale depuis six ans. Elle ne sera finalement pas si générale que ça puisque gouvernement et syndicats ont signé dans la nuit du 22 septembre un accord sur les services minimums. Un accord qui "garantit la tranquillité pendant la journée de grève", selon le secrétaire général des transports, José Luis Cachafeiro.

Après deux jours de négociations entre le gouvernement et les deux principaux syndicats du pays, CCOO et UGT, le ministre des transports, José Blanco s’est déclaré "satisfait" par cet accord "historique" qui établit pour la "première fois" en Espagne des services minimums pour une grève générale. M. Blanco a remercié CCOO et UGT – les deux syndicats à l’origine de l’appel à cette grève générale – pour avoir permis l’accord et fait preuve de "responsabilité".

Quant au lien avec la LUTTE qui concerne les RETRAITES ..vous le voyez porté de façon OFFENSIVE, vous ?

La Confédération européenne des syndicats organise une Journée d’action européenne le 29 septembre prochain. Cette journée d’action fait suite à une décision du comité exécutif de la CES des 1er et 2 juin. Elle sera composée d’une Euro-manifestation à Bruxelles et d’actions syndicales dans les différents pays européens. L’Euro-manifestation de Bruxelles sera composée d’une cinquantaine d’organisations syndicales représentant 30 pays. Les syndicats européens manifesteront contre les mesures d’austérité récemment adoptées par de nombreux pays européens et pour demander des plans de relance en faveur des emplois de qualité et de la croissance.

Remarquez quand une soi disant ORGA des travailleurs écrit,..

je cite le tract de masse :

Parce que les mesures d’austérité risquent de conduire l’Europe vers la récession et d’augmenter le chômage

..................on comprend mieux la trouille des Capitalos d’EUROPE !!

Y a un risque, putain... !!

On nous en cachait , des choses !!

Roselyne..un Vaccin, bordel !

 :))

A.C


CE QU’ON PEUT ENVISAGER DE FAIRE POUR TRANSFORMER L’ESSAI LE 2 OCTOBRE
26 septembre 2010 - 02h15 - Posté par Copas

On ne peut pas on ne peut plus contourner les questions d’organisation
Certes Ami Copas..
Seulement il ya le FEU..
Cette caserne de 8 pompiers "unis" , la lance à eau trouée qu’ils nous tendent, c’’est pas de cela que le mouvement populaire a objectivement besoin..

Il manque certe d’un parti politique, mais surtout d’outils de resietance de masse unitaires, indiscutables, controlés par la base,centralisés pour ne pas laisser la centralisation à des directions de factions syndicales peu fiables qui ne sont pas taillées pour faire face à l’offensive patronale.

Le feu à la maison est là.

Il est toujours juste et bon de mettre la courone de plumes et des peintures de guerre, pour doper le moral des troupes et désigner l’adversaire et l’offensive à faire.

Mais cette offensive necessite des outils qui ne sont que trop embryonnaires actuellement.

La partie organisationnelle est importante pour faire contre-offensive. Sinon on demeure dans les luttes de factions qui vont rapidement inidquer que le traitre c’est l’autre (syndicat).

Le feu est toujours au même endroit depuis des années dans les moments de grande bataille, faute de centralisation sous controle des travailleurs et à l’autorité incontestable.

La centralisation a horreur du vide, en matière d’organisation aussi.


CE QU’ON PEUT ENVISAGER DE FAIRE POUR TRANSFORMER L’ESSAI LE 2 OCTOBRE
25 septembre 2010 - 21h11 - Posté par melqui

pour mon retour sur Bellaciao, parce que dans cette période c’est là que ça se passe (aussi) sur le web..parce que la La Louve est persuasive..il faut y aller même si des fois on a joué comme Agnès (en tout cas moi l’an dernier, enfin, l’année scolaire dernière..)



CE QU’ON PEUT ENVISAGER DE FAIRE POUR TRANSFORMER L’ESSAI LE 2 OCTOBRE
25 septembre 2010 - 23h40 - Posté par chris44

Bonsoir

Propos encourageant et lucide, teinté de ce doute et de cette lucidité que seules donnent militantisme et son humilité.

Y aurait-il donc un écart entre la base et le sommet ? Bien sûr que oui, c’est tellement évident, l’un n’est pas l’autre, réciproquement.

toutefois, cela s’oppose-t-il ? Bien sûr que oui, pour permettre le débat, la confrontation des idées, dans l’espace de l’organisation, et bien sûr que non, ce qui lie est sans doute beaucoup plus fort que se qui divise.

J’ai toujours eu horreur des gens qui avancent à partir de leur différences, ils ne font que diviser, en cherchant à faire primer leur identité au-delà de celles des autres.

Le syndicat, et plus généralement le syndicalisme, j’ajouterai, au-delà de la seule CGT, il faut bien reconnaître que ces drôles de zouaves des autres OS sont aussi dans la rue à nos côtés, avec nous, vers le même but, le syndicalisme, me semble-t-il est dans un phase de reconstruction, où les écarts base-sommet s’aiguisent, où les écarts entre buts affichés et atteints se creusent et où les méthodes pour atteindre-reconstruire divergent.

Et alors quoi d’anormal à tout cela.

Tout est en crise, et certains voudraient traverser ce bordel sans rien changer dans leur manière de réfléchir, de faire et de s’unir.

L’article de La Louve éclaire avec pragmatisme et enthousiasme son point de vue qui est largement partagé par ailleurs.

Cette démarche mérite le respect, je la partage, même si je suis plus nuancé quant aux rôles des directions syndicales confédérales ou autres.

Les dirigeants peuvent faillir, surtout syndicaux, mais l’organisation peut-elle faillir, pourra-t-elle faillir ? Certes non !

Cette organisation , la CGT, comment était-elle dans toute les grandes crises depuis qu’elle existe ? Différente, avec des pratiques différentes, des dirigeants différents, mais l’organisation est toujours là.

pourquoi est-elle là ?

parce que les adhérents sont là, les militants se dépensent sans compter et s’exposent souvent .

alors qu’est ce qui lie et qu’est qui désunit ?

J’ai ma réponse, j’ai fait mon choix, je suis adhérent et pas marié avec son, ses dirigeants.

Amicalement



CE QU’ON PEUT ENVISAGER DE FAIRE POUR TRANSFORMER L’ESSAI LE 2 OCTOBRE
26 septembre 2010 - 00h06 - Posté par Albert

Oui, la Louve, on est au grand max 7% de la population dite "active" à être syndiqués. On est même le pays au monde qui a le plus de confédérations syndicales différentes, ce qui joue aussi dans le faible taux de syndicalisation de la France.

Oui dans ces conditions, il est difficile de parler sans arrêt de grève générale reconductible comme le font un peu trop facilement beaucoup de militants de la gauche de la gauche.

Oui, Il faut que nous poussions nos structures de proximité INTERPROFESSIONNELLES (UL ET UD), mais aussi, nos FÉDÉRATIONS, à AGIR et à mettre toutes leurs forces à créer les conditions favorables de la poursuite du mouvement, dans un durcissement.

Mais là où je ne suis plus d’accord avec toi, c’est quand tu dis que les dates choisies par les confédérations sont secondaires car on doit s’interroger sur le fait de savoir si les dates choisies et les délais entre chacune d’entre elles favorisent plutôt une hausse de la mobilisation ou une baisse ?

Pourquoi avoir choisi le 23/09 alors que l’AN discutait de la loi le 15/09 ?

Pourquoi veut-on attendre la discussion au sénat, chambre qui n’est même pas élue par le peuple ?

Pourquoi manifeste t-on avec la CFDT qui a approuvé en 2003 la prolongation de la durée de cotisation au-delà de 40 annuités et qui revendique hypocritement le départ à 60 ans, ce qui sera de plus en plus difficile pour de nombreux salariés qui n’auront pas les 41,5 annuités ?

C’est malheureusement parce que, depuis le début 2010 et la première grève de 24 heures, les choses sont de mauvais rails qu’il est à craindre que la mobilisation diminue !

On n’a jamais vu à ce jour qu’une mobilisation le WE amplifie une mobilisation en semaine. Et ça, la CFDT le sait très bien...



CE QU’ON PEUT ENVISAGER DE FAIRE POUR TRANSFORMER L’ESSAI LE 2 OCTOBRE
26 septembre 2010 - 10h07 - Posté par mimiconfetti

que ce soit de jour comme de nuit, un jeudi ou un samedi, en activité ou en retraite,faut rester motivé chaque jour de l’année et rester : TOUS ENSEMBLES.....



CE QU’ON PEUT ENVISAGER DE FAIRE POUR TRANSFORMER L’ESSAI LE 2 OCTOBRE
26 septembre 2010 - 11h41 - Posté par Jérôme, adhérent Sud-santé

Retraites : un recul social sans précédent depuis 1945. Un pouvoir autiste, méprisant, auto-satisfait. Face à cela, une unité syndicale de façade, avec, comme d’habitude, des enjeux internes. Pour Chérèque, il s’agit de ne pas connaître à nouveau une crise interne comme celle de 2003 (hémoragie de militants). Souvenons-nous ! Une signature calamiteuse, avec les consé-
quences désastreuses que l’on sait, pour des milliers de salariés (décote). Pour la circonstance, il doit endosser l’habit d’un opposant résolu à la réfor-
me, afin de retrouver un semblant de crédibilité.
Pour Thibault, comment glisser sans heurts d’un syndicalisme de lutte de
classes à celui d’accompagnement du système (en clair, d’acceptation) avec
une base que n’est par forcément prête à accepter cette mutation.
Alors que faire ?
Il est clair que ces journées de grève à répétition, depuis janvier 2010, ne
mènent à rien, sinon à la lassitude, à la résignation, faute de perspectives
claires.
L’annonce de 2 journées supplémentaires en octobre n’y changeront rien.
La vraie question est la suivante : comment créer un rapport de force indis-
pensable, sinon par un blocage total du pays (dépôts de carburant, ronds-
points, centres de grande distribution. Cela passe par un élargissement de
la base sociale du mouvement. Etre en capacité de s’adresser aux routiers,
aux agriculteurs, sans à priori ni formatage idéologique, avec un langage du
coeur et de la vérité. Les bureaucraties syndicales en sont-elles capables ?
C’est la France entière qu’il faut mobiliser, dans sa diversité, ses contradic-
tions pour un objectif commun : sauver le programme du Conseil National
de la Résistance (1945).
La patrie est en danger de mort sociale.
"Résister, c’est crééer et créer c’est résister".


CE QU’ON PEUT ENVISAGER DE FAIRE POUR TRANSFORMER L’ESSAI LE 2 OCTOBRE
26 septembre 2010 - 14h42 - Posté par A

Les bureaucraties syndicales ou politiques non-anticapitalistes ne sont capables que de collaborer et de museler et entraver les travailleurs et les électeurs. En échange, les leaders bénéficient d’avantages et de la bonne soupe à la gamelle du libéralisme et du capitalisme déguisés en DEMOCRATIES (libérales bien entendu).

Il est temps de joindre les forces vitales des travailleurs et de tous les pauvres ou exploités : il faut céer partout des organisations qui soient à la fois des syndicats et des partis. En effet, depuis quand un homme est-il tantôt travailleur, tantôt citoyen, tantôt électeur etc ... ?

Bien évidemment, il est tout ça en même temps et à chaque instant de sa vie. Il est UN.

Et ça suffit la séparation des domaines. Il n’y aura qu’une révolution. Alors, on commence ?


CE QU’ON PEUT ENVISAGER DE FAIRE POUR TRANSFORMER L’ESSAI LE 2 OCTOBRE
26 septembre 2010 - 19h38 - Posté par Le Naïf

Nous n’avons pas le choix : le pouvoir a joué sur toutes les cordes avec ses économistes, sociologues, psychologues, ethnologues, spécialistes en tout et syndicalistes complaisants (déguisés aussi en CGT) Maintenant parce qu’ils ont épuisé leurs têtes de coms, voyant qu’il ne fait que faire monter la colère avec en prime ses manipulations sur le terrorisme, on revient sur le bon vieux conflit des générations.
L’autre soir Taddéi faisait parler un scientifique spécialiste de la question qui nous a rabâché le même discours , les mêmes arguments, un chercheur émérite de plus : un président directeur, d’une sorte de groupement des assurances (une nouvelle tête pour passer sur les médias) qui nous a peint un tableau aussi noir que désintéressé sur "la dette qui sera laissée à nos enfants si... etc."
Le 2 ce sera la rue pour toutes les générations de salarié(e)s avec ou sans emploi sans oublier la génération-poussette.
Rappelons-nous, 1995 a commencé par ce type de manifs et une semaine de grève avec blocage total pour mes camarades moi. Nous partirons syndiqués de tous horizons cette fois-ci avec l’expérience de toutes les trahisons des têtes syndicales : là c’était le patron de FO et les siens, en 2003 celle du grand méchant loup Chérèque et des siens.
Ils ont lâché, ces gladiateurs parce que l’abcès n’était pas mûr mais ce fut plus difficile pour la CFDT en 2003 que pour FO en 1995. L’intox sarkozienne ne prend plus, alors on s’en remet aux traditions de lutte et au grain de sable. Tout peut aller vite, et je le dis par expérience, d’en bas d’où je suis, d’où je viens, quand les travailleurs prennent conscience, tout va très vite, ils deviennent incontrôlables par tous les pouvoirs dans leur exigence démocratique.


CE QU’ON PEUT ENVISAGER DE FAIRE POUR TRANSFORMER L’ESSAI LE 2 OCTOBRE
26 septembre 2010 - 22h09 - Posté par

J’ai lu en diagonale les interventions, suite au texte de LL que je trouve pertinent.
Tout d’abord le plus important, c’est que la bataille des idées soit gagnée. Donc aucune organisation syndicale ne peut se permettre d’essayer de tout ramener à elle. En d’autre termes, les OS sont obligées de composer avec le mouvement social.

Selon moi, la retraite va bien plus loin qu’une simple revendication de travailler moins, c’est du temps libre dégagé de tout lien de subordination, c’est la période de notre vie, où enfin on est libre de faire ce que l’on veut avec un salaire à vie. Donc ce n’est pas uniquement la revendication des OS, mais de toutes les associations et comités de lutte contre cette réforme. La retraite c’est la démonstration que l’on peut travailler sans lien de subordination, car toute activité est un travail au contrare de l’emploi qui lui détruit le travail.

En ce sens, un appel un samedi ne me gêne pas, et même doit amplifier la mobilisation, notamment tous ceux et celles qui ne peuvent manifester en semaine, pour plein de raisons. Pour rappel, la manif monstre qui a fait reculer Bayerou sur l’éducation était un WE.

La retraite, c’est une décision politique qui concerne tout le monde et pas que les syndicats. En retraite, c’est là que l’on construit les liens entre les générations, que l’on s’investit dans des associations, que l’on produit des richesses en dehors de toute marchandisation.

Il ne faut pas que lutter contre les réformes, mais bien rehausser notre niveau de revendication. La retraite doit être un âge politique, avec une pension équivalente au meilleur salaire et 100% de ce salaire, quelque soit le nombre de d’annuité de cotisation, avec un salaire socialisé.

La grève générale oui, mais quand toutes les entreprises seront en grève, nous serons en grève générale et, ce, sans appel. Qui en 68 a appelé à la grève générale.

Ce que je redoutais, c’est qu’on appelle le 29, Histoire de cautionner la CES. Et bien tant mieux non, maintenant la balle est dans le camp de chaque syndicat, mobiliser pour arriver au 12 tous en grève.

Arrêter de hurler à la grève générale, créer des coordinations de syndicats grévistes, dépasser les directions confédérales et saisissez vous des mots d’ordre qui permettent de la faire.

Ce n’est, vraiment pas le moment de baisser les bras en prenant comme motif la direction de la CGT. Nous avons cette chance, dans notre syndicat, les syndicats peuvent appeler sans mot d’ordre confédéral.


CE QU’ON PEUT ENVISAGER DE FAIRE POUR TRANSFORMER L’ESSAI LE 2 OCTOBRE
27 septembre 2010 - 09h09 - Posté par

"". Pour rappel, la manif monstre qui a fait reculer Bayerou sur l’éducation était un WE.
""
parceque ça ne coutait rien au capital de revenir sur la réforme,le profit n’était absolument pas touché !

de même si iMitterand céde à la droite apres une manuf monstre de l’école privé,ce n’est pas du au nombre,mais tout simplement parcequil avait décidé de meur donner satisfaction,avant même la manif.

oui prenons le 2 comme appui,mais ne révons pas .
SANS gréve générale ,on ira vers l’echec.
et c’est bien pourquoi,ni thibault,ni cheréque ferons quoi que ce soit pour la favoriser.


CE QU’ON PEUT ENVISAGER DE FAIRE POUR TRANSFORMER L’ESSAI LE 2 OCTOBRE
27 septembre 2010 - 17h59

Oui,bien sur, il faut être présent nombreux samedi 2 sept,l’important c’est le nombre tout le reste est bla...bla.. S’il devait y avoir une "grève générale" elle aurait déjà eu lieu sans que les orgas appellent. En effet toutes les confédés appelaientt le 23 à la grève ,sachant que chaque salarié à le droit constitutionnel de suivre ce mot d’ordre : Pouquoi les salariés n’ont ils pas arrétés le travail ?
La question est là et pas ailleurs car si l’on avait gagné cette bataille de conviction nous ne nous poserions pas les problème de savoir si samedi, jeudi,grève reconductible et j’en passe, car Sarkoléon aurait laché. En effet les salariés aurait eux même dans les boites décidés de poursuivre jusqu’à la victoire . Alors courage chacun sur son terrain prenons les salariés les yeux dans les yeux et convaicons de la nécessité de la lutte.JP



CE QU’ON PEUT ENVISAGER DE FAIRE POUR TRANSFORMER L’ESSAI LE 2 OCTOBRE
28 septembre 2010 - 09h13 - Posté par gréve générale !

ce qu’il faudrait également faire c’est changer la maniére de manifester slogans plus incisif, etc
Sans basculer dans la violence utilisons des fumigénes, bloquons les voies de circulation, ne transformons pas cette manif en promenade !

Prenons a partie (verbalemnt bien sur) nos délégués ,les politiques présent pour les pousser a soutenir le retrait du projet et la gréve général !





C3H8NO5P
vendredi 20 - 20h51
de : L’iena rabbioso
LIBERTE POUR VINCENZO VECCHI
vendredi 20 - 18h39
La liste des 11 membres du gouvernement à avoir « oublié » des biens dans leur déclaration de patrimoine
vendredi 20 - 17h20
de : joclaude
La France équipe les troupes égyptiennes soupçonnées d’exactions dans le Sinaï
vendredi 20 - 14h11
de : joclaude
1 commentaire
TROIS QUESTIONS À CORINNE MOREL DARLEUX à propos de PLUTÔT COULER EN BEAUTÉ QUE FLOTTER SANS GRÂCE
jeudi 19 - 09h40
de : Ernest London
1 commentaire
Climat : comment les syndicats préparent-ils la grève du 20 septembre ?
jeudi 19 - 08h46
1 commentaire
D’aucun devrait apprendre que nous vivons un monde Multipolaire et non plus unipolaire !
mercredi 18 - 17h02
de : joclaude
Assez cautionné le « dialogue social » bidon avec le gouvernement et ses représentants !
mercredi 18 - 13h26
de : Jodez
3 commentaires
Urgence pour l’Hôpital ! Urgence totale des luttes sociales !
lundi 16 - 22h07
de : Lepotier
ACTE 44 des Gilets Jaunes : Les BRUTES de macron à l’oeuvre ! (video)
lundi 16 - 19h17
de : joclaude
2 commentaires
Les "affaires" en régime macronien ! Vertueuse prédiction : Plus jamais ça ?
lundi 16 - 11h59
de : joclaude
2 commentaires
Venezuela : les très gênantes photos de Guaidó en compagnie des narco-paramilitaires colombiens
lundi 16 - 10h45
de : Olivier Arendt
Les sous-traitants du nucléaire en grève le 18 septembre contre le dumping social
lundi 16 - 08h11
DÉCÈS D’UN TORTIONNAIRE EN ALGÉRIE.
dimanche 15 - 15h17
de : Transmis par Nuits de septembre 1965
Que la Terre nous sauve.
samedi 14 - 13h27
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Mesures Buzyn, c’est du Coluche : Dites nous ce dont vous avez besoin, nous vous dirons comment vous en passer (vidéo)
samedi 14 - 13h12
de : nazairien
1 commentaire
MANIFIESTA 2019 - C’est l’heure de l’mettre !
samedi 14 - 11h47
de : Hdm
Patrick Balkany, proche de Sarkozy, condamné à 4 ans de prison ferme et incarcéré (vidéo Verdi)
vendredi 13 - 16h16
de : nazairien
10 commentaires
Les corbeaux , les vautours en passe de disparaître ?
jeudi 12 - 20h12
de : joclaude
1 commentaire
Réaction de LFI après la diffusion des images de Quotidien sur le jour des perquisitions (video)
jeudi 12 - 12h38
de : LFI
40 minutes d’images cachées : le coup monté médiatico-judiciaire contre LFI (video)
jeudi 12 - 08h57
de : L’Ère du peuple
1 commentaire
Je suis prêt ! « Et ainsi de suite… »
jeudi 12 - 08h44
de : Jean-Luc Mélenchon
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 - 08h41
de : Info’Com-CGT
Grèce : l’expérience autogestionnaire des Viome menacée
jeudi 12 - 08h04
Le Val-de-Marne, premier département de France à bannir le glyphosate
mercredi 11 - 09h40
de : Agnès Vives
2 commentaires
Perquisition chez Mélenchon... Un autre son de cloches (video)
mercredi 11 - 09h01
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 - 07h51
de : Roberto Ferrario
2 commentaires
Samedi 14 septembre 2019, les éditions Noir et Rouge présentent le second tome de La CNT dans la révolution espagnole de
mardi 10 - 22h09
de : Frank
UNE JUSTE COLÈRE - Interrompre la destruction du monde
mardi 10 - 13h55
de : Ernest London
1 commentaire
Le RN face à la destruction sociale
mardi 10 - 12h08
de : Christian DELARUE
3 commentaires
Toute la macronnerie : Menteuse ! La Révolution est permanente !
lundi 9 - 15h44
de : joclaude
4 commentaires
Gaspard Glanz (journaliste), à nouveau inquiété par la flicaille, ridiculise ces flics(quettes) (vidéo)
lundi 9 - 13h59
de : nazairien
Thales : petits meurtres entre amis, ou la politique des bâtons dans les roues
lundi 9 - 11h26
de : Bertrand F
Au moins 2000 gilets jaunes convergent à Montpellier pour leur rentrée
dimanche 8 - 15h42
2 commentaires
arret de la grêve de Petit Jean
samedi 7 - 12h32
de : promedic
"Opération Aéroport de Paris" : L’initiave citoyenne en action, dans le var (vidéo)
samedi 7 - 00h50
de : nazairien
Plan et marché à Cuba des années 1960 à aujourd’hui
vendredi 6 - 13h47
de : P. Del Castillo
2 commentaires
Les élucubrations de Stéphane Bern sur l’école au Moyen Âge
vendredi 6 - 11h09
de : Catherine Rideau-Kikuchi, Florian Besson
LA SOCIÉTÉ INDUSTRIELLE ET SON AVENIR
vendredi 6 - 06h41
de : Ernest London
2 commentaires
Rentrée catastrophe / C’est l’heure de l’mettre !
jeudi 5 - 22h19
de : Hdm

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Je suis pessimiste par l'intelligence mais optimiste par la volonté. Antonio Gramsci
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite