Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Affaire Teresa Lewis : l’euthanasie d’une handicapée mentale, indigente et sans soutien littéraire
de : himalove
jeudi 30 septembre 2010 - 11h09 - Signaler aux modérateurs

Dans la confrontation macabre qui oppose l’Iran à l’Amérique, ces derniers ont perdu le match de l’Homme civilisé.

Tandis que les juges iraniens graciaient Sakhinet, vouée à une ignoble lapidation, leurs homologues américains exécutaient Teresa Lewis, une « déficiente mentale de 41 ans », le 23 septembre 2010, à 21 heures 13, au pénitentier de Jarrat.

C’est l’état de Virginie où il y a peine cinquante ans le Ku Klux Klan lynchait les Noirs publiquement qui a propulsé l’Amérique de Barack Obama sur le podium de la Barbarie.

Les États-Unis qui ne manquent jamais de donner des leçons de féminisme affirme ici le dédain de leurs propres valeurs.

Et on tuera toutes les affreuses...

Jusqu’à présent, il n’y avait que le régime nazi qui euthanasiait les débiles et les femmes laides.

« C’est le meurtre le plus prémédité qu’on puisse trouver sur cette Planète » déclare Claire Hogenauer, une juriste à la retraite, vivant à New York.

Une bande de sauvages, sortis droit d’un roman de Tennessee Williams ou de William Faulkner, semble avoir jugé et lynché un laideron de province ! 

Tel est le sentiment qu’éprouve l’honnête femme, en lisant les attendus du verdict et les procès-verbaux, fort mal écrits, relatifs au cas Teresa Lewis.

Une pauvre femme dont le seul acte criminel est de laisser ouverte, en octobre 2002, la porte de la caravane où elle végètait avec son mari alcoolique et son beau-fils, un militaire en permission.

Les assassins, des jeunes nourris de violences télévisuelles, profite de la négligence, peut-être, volontaire, pour s’y engouffrer et assassiner, de sang froid, deux personnes.

Dés le début des investigations, un parfum misogyne enveloppe l’affaire et le visage ingrat de Teresa, la survivante, attire injures et quolibets.

En dépit d’une altération certaine du discernement, cependant difficile à mettre en relief dans un pays complètement boursouflé par la bêtise, Teresa est présentée par l’attorney, responsable de l’instruction, comme « la tête de serpent d’un trio diabolique ».

« Une mauvaise mère qui livre sa fille de 16 ans à son amant ; une mauvaise épouse qui manigance la mort de son mari et beau-fils pour de l’argent. »

Le contexte politique de l’époque est, sans doute, pour quelque chose dans cette hystérie grandiose.

Le mobile du crime - s’emparer de l’assurance-vie d’un jeune soldat – paraît au moment où les États-Unis décrètent le « Patriot Act » et envahissent l’Irak comme insupportable à la plupart des mâles dégénérés de Greensville.

La procédure judiciaire engagée contre « le gang de l’affreuse » est dés lors on ne peut plus expéditive.

Le sort des trois « Born to kill » est scellé par une négociation dont la police et la justice américaines gardent le secret : un « plaidé coupable » qui distribue les rôles de chacun et fait l’économie d’un procès.

A peine un an séparent les faits du résultat judiciaire.

Perpétuité pour les deux jeunes tueurs, âgés respectivement, au moment des faits, de 19 et 22 ans, et peine de mort assurée, à une date à définir ultérieurement, pour l’épouse machiavélique.

Pourtant, peu après, un des assassins revient sur les aveux, obtenus à coups de ceinturon, et disculpe, avant de se suicider dans les dures prisons du comté, Teresa Lewis, confirmant le point de vue des médecins.

En substance, il écrit : « Teresa est une femme très influençable, incapable d’organiser quoi que ce soit hormis, peut-être, sa propre exécution car elle a signé un papier aberrant qui autorise l’État de l’exécuter, sans procès. »

Dans nos sociétés civilisées, « la faiblesse d’esprit » relativise les aveux et détermine les frontières de la responsabilité pénale.

L’article 64 du code de procédure, en France, stipule, par exemple, que l’inculpé doit être « considéré comme responsable de ses actes, sain d’esprit, au moment des faits » pour être jugé et pleinement condamné.

Des psychiatres sont dépêchés par le Parquet, auprès de l’inculpé, pour évaluer son état psychique et ses capacités de raisonnement.

Aux États-Unis, il semble que, pour les économiquement faibles, une simple mesure du Quotient intellectuel suffise (1).

Moins de 70 de quotient intellectuel, sur une échelle arbitraire dont beaucoup questionnent la validité, et vous évitez – quelque soit votre crime ou délit – la peine capitale.

Plus de 70 et on vous assassine comme Teresa Lewis, après de longues années de tortures, psychologique et physique, au bout d’un couloir...

« La procédure juridique dite du plaidé coupable (2), fondée sur la religion des aveux, qui élude tout débat contradictoire, est responsable de cette immense gâchis » conclurait un avocat qui accepterait de défendre une indigente – un comble à Wall Street.

Le libéralisme économique, avec sa logique budgétaire, laisse la place au pire en matière de justice : aveux extorqués, corruption généralisée, irréversibilité des décisions, procès bâclés et prisons, administrés par des entreprises privées.

Un système basé sur le meurtre des plus faibles et l’emprisonnement des classes dangereuses

En fait, le meilleur QI qui puisse vous sauver, aux États-Unis, d’un destin comme celui de Teresa Lewis, c’est l’appartenance à la classe dominante.

Jamais un délinquant financier ne signe un « plaidé coupable » s’il ne lui est pas favorable.

Le cas de l’escroc Madof est l’exception qui confirme une règle : il n’y a pas de banquiers ou pétroliers véreux qui peuplent les colonies pénitentiaires.

Les seuls qui y viennent sont les propriétaires des lieux ou ceux qui font travailler une main d’œuvre bon marché et servile.

L’archipel du goulag américain compte quelque 2 millions 500 milles âmes (3)...

Les peines qui dépassent l’espérance de vie des prisonniers autorisent des sociétés comme Colgate, Microsoft, etc. qui ont investi dans les pénitenciers privés, à planifier des profits infinis.

On peut trouver, aujourd’hui, des rescapés de la Kolyma mais des bagnes climatisés américains, aucun !

Pourquoi un tel silence sur un système qui, à bien des égards, ressemble aux prisons usines chinoises ?

Les écrivains, qui pourraient raconter, avec minutie et talent, la journée d’un bagnard américain, à la manière d’Alexandre Soljenitsine, purgent encore leur peine et travaillent pour Bil Gates.

HIMALOVE


1.La Cours suprême des États-Unis interdit, seulement depuis 2002, l’exécution de condamnés présentant un retard mental.

2. Concept juridique qui fleure bon l’asservissement volontaire du citoyen et la toute-puissance de l’autorité publique, la formule du « plaidé coupable » a fait récemment son apparition, dans les prétoires, commissariats, gendarmeries, en France.

3.La république populaire de Chine compte, à ce jour, 1 million 600 milles prisonniers pour une population de 1 milliard et demi d’habitants ; la Russie, 900 milles...



Imprimer cet article





Biarritz : Ville fermée.
mardi 20 - 21h39
de : L’iena rabbioso
Contre-G7 : la Confédération paysanne appelle à une forte mobilisation
mardi 20 - 16h16
de : jean 1
1 commentaire
À MES FRÈRES - Anthologies de textes poétiques et politiques
mardi 20 - 10h44
de : Ernest London
Féminisme : choisir un courant.
mardi 20 - 10h15
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Depuis le 8 Aout 2019 énième accident nucléaire Nionoska Russie
lundi 19 - 22h32
de : savoie antinucléaire ACDN Next-up
L’île aux enfants.
lundi 19 - 18h24
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Trump décrète un blocus total du VENEZUELA !
lundi 19 - 18h02
de : JOclaude
1 commentaire
Comité Chômeurs et Précaires CGT Strasbourg : Les nouveaux Esclaves !
lundi 19 - 16h23
de : JOclaude
Montpellier : 150 gilets jaunes font fermer le Polygone et un « village jaune » au rond point de Près d’Arènes.
lundi 19 - 16h06
de : jean 1
1 commentaire
ARGENTINE : le spectre d’un retour du péronisme fait plonger la Bourse !
lundi 19 - 15h53
de : joclaude
1 commentaire
Contre-sommet : « Ce G7 n’est pas un point d’arrivée, c’est un point de départ »
lundi 19 - 10h26
3 commentaires
Féminisme hypertextile et féminisme hypotextile
lundi 19 - 01h00
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Voiler sans tarder les jeunes filles de 2 à 12 ans ?
dimanche 18 - 22h09
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Suite des oeuvres des brutes de Macron ! Mes observations !
dimanche 18 - 21h25
de : JO
2 commentaires
Pudeur pour soi ou pudeur pour autrui.
dimanche 18 - 21h13
de : Christian DELARUE
5 commentaires
ADIEUX AU CAPITALISME Autonomie, société du bien être et multiplicité des mondes
dimanche 18 - 07h31
de : Ernest London
1 commentaire
G7EZ BLOKATU Deuxième communiqué/Bigarren agiria
samedi 17 - 12h06
de : g7blokatu
Théorie de la consience du monde ; aujourd’hui la Palestine
vendredi 16 - 22h54
de : Agence media palestine
ÇA GRÉSILLE DANS LE POTEAU - Histoires de la lutte contre la T.H.T Cotentin-Maine – 2005-2013
vendredi 16 - 11h04
de : Ernest London
Santé de la population : les connivences de l’aristocratie médicale avec le nucléaire, le pétrole, la téléphonie,...
jeudi 15 - 22h49
de : coordi sud-est
2 commentaires
Grèce. La chasse aux jeunes rebelles est ouverte.
mercredi 14 - 23h02
de : Ne vivons plus comme des esclaves - Yannis Youlountas
Tournesol OGM fauché dans l’Hérault
mercredi 14 - 22h44
de : faucheur de chimères
Chez Castagner le nucléaire
mardi 13 - 22h51
de : Intercollectif contre les projets nucléaires et imposés
G7 BLOKATU : Bloquons le G7 et son monde !
mardi 13 - 21h04
de : jean 1
Rassemblement de soutien aux mobilisations du 13 août au Brésil contre l’extrême droite de Bolsonaro
mardi 13 - 08h43
de : jean 1
1 commentaire
Quand Castaner diffusait une BD porno contre ses adversaires politiques
lundi 12 - 22h25
de : Les Crises
Selon l’IGPN
lundi 12 - 22h21
de : Chantal Mirail
1 commentaire
Bulletin du 8 aout 2019
lundi 12 - 22h17
de : CADTM
NathalieLoiseau dans ses oeuvres.
lundi 12 - 09h18
de : jean 1
La SCOPTI 1336 a besoin de vous !
vendredi 9 - 08h10
de : Frérot
Festival « Les Bure’lesques 2019 »
jeudi 8 - 22h43
de : jean 1
Acte 42 : Appel à passage de la frontière Suisse le 31 aout 2019
mercredi 7 - 22h09
de : JOJO
Mort de Toni Morrison
mercredi 7 - 11h51
de : Cyclo 33
3 commentaires
Il y a dix jours, trois jeunes hommes étrangers à la rue sont morts à Paris »
mardi 6 - 07h41
de : jean 1
1 commentaire
"Sans haine et sans violence" , Geneviève Legay, s’adresse, aux forces de l’ordre encore dignes de leurs fonctions
mardi 6 - 00h35
de : nazairien
6 commentaires
final atomik tour à Dijon puis Burelesque en meuse
lundi 5 - 21h56
de : burelesque
LA REPUBLIQUE DES RABUTCHIKS
lundi 5 - 20h21
de : Nemo3637
L’abolition des privilèges : il paraît que c’était le 4 août 1789...
dimanche 4 - 22h32
de : Rebellyon
1 commentaire
Vénézuela, La Via Campesina condamne le massacre de Barinas
dimanche 4 - 22h12
de : via campesina
IGNOBLE MENTALITE REACTIONNAIRE : Homophobie archaïque, homophobie fasciste, homophobie viriliste et patriarcale, etc
dimanche 4 - 11h10
de : Christian DELARUE
2 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Quand un imbécile fait une action dont il a honte, il prétend toujours que c'est par devoir. Bernard Shaw
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite