Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Le gouvernement somme Free de respecter la loi Hadopi

de : Paris
mercredi 6 octobre 2010 - 21h30 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire

Le gouvernement français a sommé mercredi l’opérateur Free de respecter l’obligation légale d’envoyer des avertissements aux internautes soupçonnés de piratage, comme le prévoit la loi Hadopi.

Le fournisseur d’accès à internet reste réservé face aux mesures prévues par la Haute autorité pour la diffusion des oeuvres et la protection des droits sur internet (Hadopi) tant qu’une convention encadrant ce dispositif n’aura pas été signée.

Pointé du doigt par le ministère de la Culture pour avoir refusé de faire suivre aux abonnés concernés un e-mail d’avertissement prévu par la loi, Free maintient sa position.

"Le revirement de Free, qui a décidé lundi de ne pas transmettre, à ce stade, à ses abonnés les messages d’avertissement, en violation formelle de ses obligations légales, est inacceptable. Cette situation, que le ministre condamne fermement, doit prendre fin dans les meilleurs délais", a déclaré le ministère dans un communiqué.

"Un fournisseur d’accès qui ne se conforme pas à ses obligations légales devra donc en supporter les conséquences judiciaires et financières. Un décret précisera incessamment les sanctions prévues dans ce cadre", a-t-il ajouté.

Cette réaction a suivi les critiques que la présidente de l’Hadopi a formulées mardi lors d’une conférence de presse, sans toutefois être en mesure de préciser si d’éventuelles mesures seraient prises pour punir Free.

L’Hadopi a envoyé la semaine dernière ses premiers e-mails d’avertissement aux pirates, après avoir fait parvenir aux opérateurs une première liste d’adresses internet soupçonnées.

Free, qui a parfois été considéré comme un agitateur dans le secteur français des télécoms, notamment en tant que pionnier des offres "triple play" à 30 euros, a fait savoir qu’il avait fait une proposition de convention d’encadrement à l’Hadopi et au ministère de la Culture, et qu’il en attendait un retour.

Cette convention pourrait être l’occasion pour le gouvernement de s’engager formellement sur un éventuel remboursement aux opérateurs des frais engagés pour mettre en place le dispositif de l’Hadopi.

En attendant, et en guise de contestation, le groupe fondé et présidé par Xavier Niel a refusé de faire suivre aux abonnés concernés un e-mail d’avertissement prévu.

Il a également choisi de faire porter sur papier et en main propres les données personnelles d’abonnés soupçonnés de piratage qui ont été demandées par l’Hadopi, alors que ses concurrents ont plutôt opté pour une livraison par e-mail.

Le Syndicat national de l’édition phonographique (Snep) a de son côté déclaré mardi, dans un communiqué, "déplorer l’attitude inadmissible de Free".

"Le Snep demande donc aux pouvoirs publics d’agir afin que Free respecte ses obligations", a-t-il ajouté.

Votée en 2009 au terme de débats houleux au Parlement, la loi Hadopi prévoit des sanctions graduées allant jusqu’à la suspension de l’accès à internet des contrevenants.

Marie Mawad, avec Thierry Lévêque, édité par Yves Clarisse

http://hightech.nouvelobs.com/actua...


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
Le gouvernement somme Free de respecter la loi Hadopi
6 octobre 2010 - 22h28

le seul parti qui ne sais faire que des sommations (ils leur manquent les canons).............







accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite
Une trahison indicible de la France
mercredi 28 avril
de Collectif Bellaciao
3 commentaires
28 avril 2021 : 7 réfugiés politiques italiens arrêtés à Paris : Enzo Calvitti, Giovanni Alimonti, Roberta Cappelli, Marina Petrella, Sergio Tornaghi, Giorgio Pietrostefani, Narciso Manenti, trois recherchaient Luigi Bergamin, Maurizio Di Marzio et Raffaele Ventura. Tous accusés d’actes de terrorisme dans les années 70 et 80. Macron heureux : "Je résolu ce problème comme l’Italie le demande depuis des années" Draghi heureux : "Le gouvernement se déclare satisfait de la (...)
Lire la suite