Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Nous vivons une période particulière
de : Jean-Paul LEGRAND
mercredi 20 octobre 2010 - 16h38 - Signaler aux modérateurs
3 commentaires
JPEG - 43 ko

de Jean-Paul LEGRAND

Nous vivons une période qui bouscule bien des idées reçues, que ce soit les idées de gauche ou de droite. Tout le système idéologique et politique du pays (médias, partis, institutions, dirigeants, patronat) ne comprend pas ce qui se passe ou l’interprète d’une façon tellement classique que la classe dominante a une vision qui est très déformée de la réalité. Cela risque d’entraîner un décalage très profond entre de grandes masses du peuple et les élites dirigeantes.

L’accumulation de frustrations et d’humiliations sur plusieurs années voire de décennies, l’impasse dans laquelle on emmène la jeunesse, le mépris dans lequel on maintient les gens au travail comme dans la plupart des institutions, la condescendance des dirigeants et leur admiration pour le système de l’argent, cette accumulation de coups portés à la dignité d’un peuple nous conduit à une situation explosive, peut-être les débuts d’une situation pré-révolutionnaire car la crise capitaliste n’a pas dit son dernier mot et de nouveaux séismes financiers sont à prévoir prochainement.

Ce n’est pas faute de l’avoir souligné ici, sur ce blog, depuis plusieurs années maintenant. Mais la classe des riches qui se vautre pour la majorité de ses membres dans une orgie financière dévastatrice avec ses serviteurs zélés de l’appareil d’Etat n’a que faire de tels avertissements. Elle ne "comprend" que le rapport de force et c’est ce qui est en train de se passer !

Il est fort possible qu’une dure répression soit employée par le pouvoir. Mais la répression, l’intimidation, les pressions de toutes sortes si elles peuvent dissuader un moment d’agir, ne peuvent venir à bout d’une volonté populaire qui s’est construite progressivement dans le temps. Cette lente maturation, cette transformation silencieuse de l’idéologie de millions de gens, c’est la capitalisme en crise qui en est l’initiateur, le responsable.

La classe dominante a une pensée trop mécanique ou plutôt n’a pas beaucoup de choix pour arriver à juguler de tels phénomènes : je crois qu’elle va choisir la violence de classe comme elle l’a toujours fait dans notre histoire.

Hélas la majorité des dirigeants des appareils syndicaux et politiques ne sont pas d’un grand secours aux hommes et femmes en lutte car ils n’ont pas préparé les gens à de telles éventualités de radicalisation du combat et de son élargissement aux plus grandes masses, la plupart ont ronrroné dans ce qu’ils appellent le "jeu social et politique", se lamentant de la faiblesse des effectifs de leurs organisations qui n’était que le résultat de leur surdité et de leur aveuglement, de leur refus d’écouter les exploités car la réalité les dérangeait trop. Un responsable syndical permanent disait il y a quelques jours sur un ton ironique "si ça continue, nous les bureaucrates on aura plus grand chose à faire, ils vont nous retirer le pain de la bouche" en parlant de tous ces gens qui se mobilisent et qu’on n’avait jamais vu auparavant. Des gens totalement déterminés, prêts à aller loin , très loin si il le faut et qui semblerait-il sont en train de s’organiser un peu partout dans le pays.

Tous les observateurs sérieux reconnaissent qu’il se passe quelque chose d’inédit. Demain peut-être la répression qui risque de s’abattre atténuera la multiplication des actions. Le pouvoir capitaliste a-t-il encore le choix ? Jouer la carte Sarkozy jusqu’au bout semble être sa décision, sans doute celle qui par l’autoritarisme et la répression pourrait "calmer" leur "jeu". Mais pour les prolétaires, ce n’est plus un jeu, d’autant qu’ils sont des millions qui n’ont plus rien à perdre ou qui sont idéologiquement acquis au rejet total de ce système.

Le pouvoir sait une chose : il a déclaré la guerre de classe et il cherche l’affrontement car il est convaincu qu’il va la gagner. Il peut la gagner mais ce sera au prix de terribles destructions et il en portera l’unique responsabilité ! La meilleure des solutions c’est qu’il la perde au plus tôt, au plus vite. Et pour qu’il la perde,l’élargissement et l’unité, la créativité, la solidarité du mouvement populaire sont indispensables. Qu’il la perde pour que le pays retrouve la sérénité et la confiance dans ceux qui le font fonctionner. Pour cela il n’y a qu’une voie, celle que le peuple devienne celui qui décide vraiment afin qu’il exerce une souveraineté qui jusqu’ici lui est refusée comme l’a montré la honteuse annulation de son vote de 2005 contre la constitution capitaliste de l’Europe.



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Nous vivons une période particulière
20 octobre 2010 - 18h49

article interessant,
un bémol : arretez de dire : crise du capitalisme :
il n’y a pas de crise ... nous vivons le vie du
fonctionnement du capitalisme, des plans du
capitalisme, des décisions du capitalisme...



Nous vivons une période particulière
20 octobre 2010 - 19h00

Ton analyse me convient ...Mais il ne faut pas oublier que la crise du capitalisme occidental est lié à l’émergence sur le marché mondial des bourgeoisies asiatiques,sud-américaines et même africaines dans la concurrence . La bourgeoisie anglo-saxonne et européenne est obligé de baisser le coût du travail pour être concurrentielle , d’où cette crise qui s’accélère ,libérée par la chûte de l’URSS et du pouvoir soviètique.

Le réveil des peuples européens, habitués à un certain niveau de vie, peut enclencher de nouveau un cycle "révolutionnaire de l’histoire" comme en Amérique latine . Cela demande de la créativité, de l’imagination pour les militants révolutionnaires. La grande bourgeoisie isolée dans sa tour d’ivoire mondial ne peut contrôler 7 milliards d’individus , l’exemple afghan qui tient en échec l’armée américaine malgré la collaboration des élites afghanes est éclairant et permet d’en démontrer sa faiblesse malgré les drones et le dollar.

La bourgeoisie française qui a choisi l’équipe Sarkozy pour conduire une politique de réduction du coût du travail accéléré face à la concurrence mondialisée du système capitaliste est divisée car tout le monde ne va pas au jack-pot financier. La social-démocratie est en crise et tiraillée dans sa collaboration de classe car elle s’aperçoit qu’elle n’a plus de "grain à moudre" si par "bonheur-malheur" elle revenait au pouvoir par le succès électoral . Cette phase historique de crise aigüe du capitalisme permet aux idées communistes d’alternative sociétale de refaire surface après l’échec soviètique . A nous de démontrer aux peuples que nos idées sont fiables et capables de sortir le peuple du marasme économique dans lequel nous précipite le capitalisme en fin de parcours.

La répression-violence du pouvoir démontre sa faiblesse idéologique et ne peut faire peur qu’aux vieux et vieilles grabataires qui ne votent plus. La génération de retraités actuels a connu 68 et ne renforcera pas le camp des "peureux" . Je ne crois pas à l’élection de peur de 68 car Sarko n’est pas De Gaulle et l’instabilité sociale est dramatique pour les nouvelles générations qui ont tout intérêt à foutre en l’air le système. Les manoeuvres du pouvoir la classe ouvrière les connaît par coeur et la guerre civile qu’espèrent nos bourgeois , si elle se déclenche par malheur , ne leur sera pas favorable . Au contraire elle accélèrera leur chûte .

Le temps de venger la Commune de Paris approche et ce n’est que justice face à l’histoire sanglante du pouvoir de la bourgeoisie.

Bernard SARTON , section d’Aubagne



Nous vivons une période particulière
21 octobre 2010 - 10h35 - Posté par spk

Pour abonder, ce qu’il faut savoir c’est que les intellectuels (certains d’entre eux) ont détectés depuis longtemps déjà ces graves dérives autocratiques des élites en général. Des personnes souvent rattachées de près ou de loin au PS et à la CF ?T ....c’est dire l’autisme et l’aveuglement de ces organismes à ce réformer eux mèmes alors qu’ils voudraient l’imposer aux autres ...

Ceci dit, la perte d’adhésion dans les structures syndicales n’est pas à mettre au seule compte des uniques centrales syndicales, meme si cette dérive en à favorisée la main mise de ces confédérations par des apparatchiks libre de mouvement, le travail de sape idéologique par les médias en à fait son principal ouvrage de propagande, et là il faut se rappeler de la privatisation de TF1 et de l’entrée magistrale de Berlusconi sur le PAF ...par l’usurpateur Mitterand et consorts .....


Pierre Rosanvallon Collège de France Amphithéâtre Marguerite de Navarre 11, place Marcelin Berthelot 75005 Paris

C’est l’élection qui fonde en démocratie la légitimité des gouvernants. Le caractère démocratique d’un pouvoir est ainsi lié avec évidence à son origine, c’est-à-dire à ses conditions d’établissement. Mais les gouvernants légitimes ont simultanément souvent été accusés de rester prisonniers d’une logique partisane et de n’être que de forts infidèles représentants de l’intérêt général. D’où, sous toutes les latitudes, la recherche d’institutions et de procédures démocratiques reposant sur des critères plus exigeants de légitimité que ceux de la simple consécration électorale . Le cours sera consacré à faire l’histoire de cette recherche de mise en forme non-électorale de l’idée de volonté générale, depuis le XIXème siècle, et à en présenter les développements les plus contemporains. Deux grands domaines seront successivement abordés. On explorera d’abord les différents projets de mise en place d’ « institutions de la généralité » dans les régimes démocratiques. On examinera ensuite les qualités politiques des gouvernants considérés comme productrices de légitimité par les citoyens.

Ou encore.

La contre-démocratie La politique à l’âge de la défiance Pierre Rosanvallon

Collection Les livres du nouveau monde Éditions du Seuil, Paris 2006.

« L’idéal démocratique règne désormais sans partage mais les régimes qui s’en réclament suscitent partout de vives critiques. L’érosion de la confiance dans les représentants est ainsi l’un des problèmes majeurs de notre temps . Mais, si les citoyens fréquentent moins les urnes, ils ne sont pas pour autant devenus passifs : on les voit manifester dans les rues, contester, se mobiliser sur Internet... »

Pour comprendre ce nouveau Janus citoyen, cet ouvrage propose d’appréhender les mécanismes d’institution de la confiance et l’expression sociale de la défiance comme deux sphères et deux moments distincts de la vie des démocraties. L’activité électorale-représentative s’organise autour de la première dimension : c’est elle qui a été classiquement étudiée. Mais la seconde n’a jamais été explorée de façon systématique.

C’est à quoi s’attache Pierre Rosanvallon en proposant une histoire et une théorie du rôle structurant de la défiance dans les démocraties. Ce renversement radical de perspective conduit à explorer un continent politique longtemps inaperçu : celui de la « contre-démocratie ». Cette dernière résulte d’un ensemble de pratiques de surveillance, d’empêchement et de jugement au travers desquelles la société exerce des pouvoirs de correction et de pression.

À côté du peuple-électeur, elle donne voix et visage aux figures d’un peuple-vigilant , d’un peuple veto et d’un peuple juge. C’est là sa vertu, mais aussi son problème. Car, à trop valoriser les propriétés de contrôle et de résistance de l’espace public, elle peut aussi faire le jeu du populisme et de l’« impolitique », entravant la formulation positive d’un monde commun ».

Note Wikipédia : (P. Rosanvallon) a été successivement permanent syndical de la Confédération française démocratique du travail (CFDT), membre du Parti socialiste unifié (PSU) puis du Parti socialiste.






Sécurité.
lundi 21 - 19h38
de : L’iena rabbioso
Erreur de Pôle emploi en votre défaveur : garder des nerfs d’acier
lundi 21 - 09h48
Appel du non lieu dans la mort de Rémi Fraisse
dimanche 20 - 23h30
de : desarmons-les
Voilophobie : tentative de compréhension et d’explication.
dimanche 20 - 00h18
de : Christian DELARUE
10 commentaires
Canal Seine-Nord : la catastrophe écologique et économique en route !
samedi 19 - 19h08
de : Eve
5 commentaires
Reconnaissance faciale dans les lycées
samedi 19 - 11h02
de : quadrature du net
LA RAGE CONTRE LE RÈGNE DE L’ARGENT
samedi 19 - 08h44
de : Ernest London
Points de vue sur les Gilets jaunes
vendredi 18 - 16h35
de : jean 1
Yankees et son larbin français, effacent les preuves, de leur "implication terroriste" en syrie
vendredi 18 - 11h59
de : nazairien
"Gôôôche" démocratique et républicaine ou TRAHISON ?
vendredi 18 - 10h45
de : jean-marie Défossé
2 commentaires
Badgeophobie ou syndicalistophobie
jeudi 17 - 23h45
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Est-ce que oui ou non castaner va dégager ?
jeudi 17 - 20h22
de : jean 1
VERS LA BANLIEUE TOTALE
jeudi 17 - 14h12
de : Ernest London
Est ce la panique, en macronie ? Le gouvernement envisage de retarder la réforme des retraites (vidéo)
jeudi 17 - 12h49
de : nazairien
3 commentaires
Le Crédit Mutuel prépare une vague de licenciements massifs
jeudi 17 - 11h23
de : PDUROC
Suspicion délation répression ... et agressions impérialistes
jeudi 17 - 10h56
de : Chantal Mirail
Sous le voile, une femme !
jeudi 17 - 10h36
de : Chantal Mirail
2 commentaires
Sociale vigilance / C’est l’heure de l’mettre
jeudi 17 - 10h28
de : Hdm
Droit d’informer : Nous ne devons pas nous habituer aux intimidations, aux gardes à vue et aux poursuites judiciaires
jeudi 17 - 09h58
Barcelone : des manifestants indépendantistes affrontent les forces de l’ordre pour la troisième nuit consécutive (vidéo
jeudi 17 - 00h53
de : nazairien
1 commentaire
Une personne porte ici un signe religieux ostensible !
mercredi 16 - 22h29
de : Christian DELARUE
9 commentaires
La manifestation des pompiers dégénère : incidents et tensions (15 octobre 2019, Paris) (vidéo)
mercredi 16 - 16h24
de : nazairien
2 commentaires
Des scènes de guérilla urbaine dans le centre de Barcelone, après la condamnation des dirigeants séparatistes (vidéo)
mercredi 16 - 16h09
de : nazairien
1 commentaire
Retraites : la CGT, FO, Solidaires et la FSU appellent à la grève le 5 décembre
mercredi 16 - 07h54
1 commentaire
15 Octobre 1987 THOMAS SANKARA
mardi 15 - 17h29
de : CADTM
De qui se moque t on ? Les frais d’hébergement des députés à Paris vont être davantage remboursés
mardi 15 - 17h11
de : nazairien
2 commentaires
ZOMIA ou l’art de ne pas être gouverné
mardi 15 - 14h20
de : Ernest London
Grande Fête du livre de Noir et Rouge
lundi 14 - 23h10
de : Frank
Nucléaire : le danger qui nous menace s’accroît
lundi 14 - 23h03
de : pierre peguin
Emission - Sabotage de l’école – Un peuple éclairé serait-il incontrôlable ?
lundi 14 - 20h03
de : Emission - Polémix et La Voix Off
Rojava : « La révolution ne doit pas disparaître »
lundi 14 - 17h10
de : jean 1
1 commentaire
Pascale Locquin
lundi 14 - 15h45
de : locquin
Les "gilets jaunes, bleus, verts, oranges" dans le VIéme ar, pour la "défense des victimes de l’amiante
dimanche 13 - 14h17
de : nazairien
Le voile ... dévoile une fois de plus sa stratégie de dislocation des valeurs républicaines
dimanche 13 - 11h56
de : Jean-Marie Défossé
18 commentaires
Toulouse, les baqueux toujours aussi dérangés, les CRS sous "captagon" ? et les gedarmes veulent faire aussi bien (vidéo
dimanche 13 - 02h25
de : nazairien
Rencontre débat « L’anarchisme pour les nuls »
samedi 12 - 21h15
de : jean 1
Le crépuscule de l’OTAN.
samedi 12 - 20h56
de : L’iena rabbioso
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h18
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h14
N’abandonnons pas les Kurdes et les populations de Syrie - Tribune collective sur Libération
samedi 12 - 16h33
de : Christian DELARUE
3 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Tous les hommes sont des intellectuels, mais tous les hommes ne remplissent pas dans la société la fonction d’intellectuel. Antonio Gramsci
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite