Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Coupe du monde : l’heure du bilan en Afrique du Sud
de : Julien Sansonnens
vendredi 22 octobre 2010 - 09h06 - Signaler aux modérateurs

Si les (contre-)performances sportives ou le niveau sonore des désormais célèbres « vuvuzela » ont donné lieu à de nombreux commentaires, le bilan social et politique de la dernière coupe du monde de football reste largement à faire. Cet événement constitue-il réellement ce « catalyseur de progrès dans le pays » évoqué sur le site internet de la FIFA ? Au-delà de la rhétorique convenue sur ce « langage universel qu’est le football », « seul sport qui rassemble toutes les cultures », la grande messe cathodique a-t-elle profité aux Sud-Africains ? Et si oui, auxquels ?

La mémoire collective retiendra peut-être de la dernière édition de la coupe du monde ce bourdonnement ayant accompagné les matches et dont on a tant parlé : la vuvuzela, trompette traditionnelle locale. En France, et jusqu’aux plus hauts sommets de l’Etat, c’est de la contre-performance de l’équipe nationale et de l’attitude de quelques joueurs millionnaires et capricieux dont il a beaucoup été question. Dans une autre perspective, trois mois après le dernier coup de sifflet, il est possible de commencer à dresser un bilan social et politique de l’événement. Avant cela, il est nécessaire de donner quelques repères à propos de ce pays singulier à bien des égards.

Dans un contexte de libéralisation de l’économie, l’Afrique du Sud s’est fortement développée depuis l’instauration de la démocratie, au début des années 1990. Son PIB la place aujourd’hui en tête des économies du continent et la situe au 32ème rang mondial, devant le Portugal ou la Thaïlande. Autre indicateur significatif, son taux de croissance s’est situé en moyenne à 3.1% entre 1996 et 2004 - un résultat qui donnerait le vertige à la plupart des dirigeants occidentaux – alors qu’il n’était que de 1% avant 1994. Malgré ces bons résultats, le pays est confronté à un défi majeur : les chiffres ne se traduisent pas en progrès social. Les inégalités héritées de l’Apartheid n’ont pas disparues, loin s’en faut, le SIDA fait des ravages parmi les plus pauvres, la précarité et le chômage, déjà endémiques, progressent. Pareils résultats économiques n’ont peu être obtenus que par une politique de stricte rigueur budgétaire ayant aggravé les énormes disparités sociales entre citoyens sud-africains. Alors qu’une élite dispose de salaires confortables, beaucoup n’en ont simplement pas : le chômage concerne 40% de la population active, et celui-ci touche principalement la majorité noire et peu qualifiée, c’est-à-dire le 80% des habitants du pays. Le chômage des blancs ne dépassant pas les 3%, c’est un véritable Apartheid social qui mine la société sud-africaine. Sur le plan sanitaire, la situation n’est guère meilleure. Alors qu’en 1993, l’espérance de vie à la naissance était de près de 62 ans, elle a est en chute libre depuis, ne devant pas dépasser pour 2010 l’âge de 49 ans, selon l’Université de Sherbrooke. Dans un schéma qui n’est pas sans rappeler la Chine ou la Russie, les fruits de la croissance ne profitent qu’à une minorité ; aujourd’hui encore, la plus grande partie de la population n’a accès qu’à une éducation rudimentaire, d’un niveau souvent inférieur à celui d’autres pays d’Afrique sub-saharienne. Par ailleurs, la croissance est tirée par l’exportation de matières premières : principal producteur mondial d’or, le pays regorge de richesses.

La coupe du monde devait doper l’économie

Si l’attribution des jeux olympiques d’été 2008 à la Chine dev ait apporter la démocratie dans l’ « Empire du Milieu », celle de la coupe du monde de football à l’Afrique du Sud allait permettre de combattre les inégalités et de renforcer la lutte contre la pauvreté. Or tout laisse à penser que l’impact du « Mundial » sur les problèmes sociaux sera – au mieux – nul.

L’œuvre suisse d’entraide ouvrière (OSEO) a publié en septembre une étude démontrant que sur le plan de l’emploi, la coupe du monde n’a permis la création d’aucune place de travail durable. A fin juillet 2010, le nombre d’emplois a même diminué de 4.7% par rapport au même mois de l’année précédente. Les commerçants locaux ne semblent pas avoir plus profité de l’événement : au nom des liens noués entre la FIFA et ses principaux sponsors, des zones d’exclusivité commerciale ont été déclarées près des stades. Dans un rayon d’un kilomètre autour de ceux-ci, seuls les partenaires officiels avaient le droit de vendre leur marchandise. Les petits vendeurs en ont fait les frais, subissant un harcèlement policier constant ; écrire « 2010 » sur sa vitrine a même été interdit. Non sans humour, la compagnie aérienne Kulula s’est ainsi déclarée « convoyeur non-officiel de ce-que-vous-savez » ! Certes, des places de travail ont été crées temporairement durant le « Mundial », mais il s’agissait bien souvent d’emplois précaires. Ainsi, quatre jours après le début de la compétition, les employés de l’entreprise Stallion Security Consortium, chargés de la sécurité dans les stades, ont débrayé, ne recevant que 12 euros de salaire par jour ; une grève matée à coup de balles de caoutchouc et de gaz lacrymogènes.

S’il est vrai que la coupe du monde a permis la modernisation indispensable des infrastructures énergétiques et de transport, elle a également rendu possible des réaffectations très importantes d’argent public à des projets moins légitimes. Dans un film intitulé « Farenheit 2010 » et censuré par les trois principaux diffuseurs d’Afrique du Sud, le documentariste Craig Tanner s’interroge : fallait-il construire de nouveaux stades, alors que le pays était déjà doté d’équipements adéquats ayant accueillis la coupe du monde de Rugby 1995, et tandis que la population a un urgent besoin de logements, d’éducation et de soins ? Comme le souligne Tanner, l’Afrique du Sud a été désignée par la FIFA comme organisatrice sur le base d’une mise à niveau des stades existants : ce n’est qu’ensuite que la décision a été prise d’en construire de nouveaux. Qui a profité de ce que le cinéaste considère comme un détournement d’argent public ? En 2008, Jimmy Mohlala, vice-président de la Fédération Sud-Africaine de football, avait révélé de graves irrégularités dans l’appel d’offre pour la construction du stade MBondela : il décédera en 2009 d’une rafale de mitraillette, devant chez lui. Notons que la compétition terminée, les cinq principales entreprises de construction auront vu leur bénéfice augmenter de… 1300%. Aujourd’hui, l’avenir des nouveaux stades n’est pas même assuré ; sur-dimensionnés, on sait désormais qu’au moins trois d’entre eux ne pourront être utilisés, car trop coûteux. La seule maintenance du « Soccer City Stadium » est estimée à 2 millions d’euros par an.

La FIFA veille à sa réputation

Surf le plan des libertés fondamentales, le bilan de la dernière coupe du monde est également problématique. On sait la Fédération internationale de football association (FIFA) très soucieuse de son image : des journalistes locaux en ont fait l’expérience. Au début de l’année, les trois principaux groupes de média du pays ont en effet dénoncé des atteintes importantes à la liberté de la presse commises par la FIFA. Se retranchant derrière la nécessité de réguler les espaces dévolus à la presse, celle-ci a en effet procédé à des modifications ou retraits d’accréditations de journalistes s’étant montrés un peu trop critiques quand à l’organisation du « Mundial ». Ce n’est finalement qu’après le déclenchement d’une vaste campagne de presse dans les médias sud-Africains que la FIFA s’est engagée à ne pas intervenir sur le contenu des articles, comme le révèle le site « Rue 89 ».

La télévision publique a également subi des pressions : « Notre travail est évidemment de promouvoir la Coupe du monde. Diffuser des messages négatifs n’est pas dans notre intérêt » a ainsi affirmé le porte-parole de la télévision publique, partenaire officiel de la FIFA. En 2006, en Allemagne, L’association mondiale des supports de presse avait dû menacer la FIFA d’un procès afin de protéger la liberté d’expression. Pour Pierre de Vos, professeur en droit constitutionnel à l’université de Western Cape, « les conditions [posées par la Fifa en matière de couverture médiatique] sont plus que probablement anticonstitutionnelles » ; dans un pays où la démocratie, encore fragile, a été conquise de haute lutte, on ne plaisante pas avec le respect des droits fondamentaux. Dans un autre registre, on se souvient qu’en Chine, les jeux olympiques avaient donné lieu à une véritable campagne de « nettoyage social » des villes hôtes, à commencer par Pékin. Près du Cap, on a également pris soin d’éloigner les pauvres du regard des touristes : au bas-mot, ce sont 6000 personnes qui ont été déplacées – souvent de force – et 3000 taudis rasés, dont un millier partis en fumée le temps d’une nuit. A Zurich, au siège de la FIFA, « [on est] pas au courant de personnes qui auraient été déplacées pour un ’nettoyage’ en vue d’embellir les villes ». Les prostituées et les mendiants ont d’ailleurs subi le même sort : « Les gens sont retirés de la rue et envoyés dans des refuges, mais ce sont des camps de concentration », tonne Warren Whitfield de l’ « Addiction Action Campaign ».

Pertes socialisées, bénéfices privatisés

Sur le plan financier, l’heure est à la gueule de bois. A l’issue de la compétition, ce sont 2.1 milliards d’euros de pertes – près de trois milliards de francs suisses – qui pèsent sur les épaules des Sud-Africains, alors qu’un gain de 700 millions de francs suisses leur avait été promis. Du côté de la FIFA, le tableau est un peu moins sombre : selon l’OSEO, la fédération aurait dégagé un bénéfice de 2.2 milliards d’euros à l’issue du « Mundial », en hausse de 50% par rapport à 2006. Des résultats choquants lorsqu’on sait que l’organisation de Sepp Blatter a négocié avec le gouvernement de Pretoria un certain nombre d’avantages, à commencer par l’instauration d’une « bulle fiscale » l’exonérant de tout impôt sur ses gains, ainsi que ceux de ses partenaires. « Les privilèges que nous avons dû octroyer à la FIFA étaient tout simplement excessifs. Ils ont rendu impossible le moindre gain financier pour l’Afrique du Sud » affirme Adrian Lackay, porte-parole du fisc sud-Africain. Il n’est pas inutile de rappeler qu’en Suisse, où elle a son siège, la FIFA est également exemptée d’impôts... Durant les quatre années de préparation, c’est 5% de la richesse nationale qui a été consacrée au football ; en Allemagne, cette proportion était de 0.07%. Cerise sur le gâteau, les sud-Africains devront assumer la dette d’une compétition qu’ils n’ont pratiquement pas vue : seuls 11’300 billets ont été vendus à des habitants locaux, soit 77% de moins que ce qui était prévu.

D’Afrique australe, l’organisation de Sepp Blatter est repartie les poches pleines, laissant une dette que les habitants mettront des dizaines d’années à éponger. Dans le pays, 12 millions de personnes ont besoin d’un logement : les dépenses liées à la coupe du monde auraient permis de construire un toit pour 2.4 millions d’entre elles. Ailleurs, sur un autre continent, les bulldozers ont commencé leur travail : le Brésil accueillera la coupe du monde 2014. Le premiers scandales financiers commencent à sortir dans la presse. Et on a certainement pas fini d’en parler.

Julien Sansonnens



Imprimer cet article





Laurent Berger, le syndicaliste grèvophobe
dimanche 15 - 17h28
de : mat
1 commentaire
Retraite à 67 ans : quand le gouvernement anticipe !
dimanche 15 - 16h21
1 commentaire
Fondation SNCF : réseau d’influence et "social washing"
dimanche 15 - 15h48
de : Mat
solidarité
samedi 14 - 17h28
de : jean1
(video) Le capitalisme porte en lui la guerre, la violence !
vendredi 13 - 11h07
de : JO
7 commentaires
Prévision théatrale
jeudi 12 - 21h50
de : jean1
L’ Acentrale Radio de la grève
jeudi 12 - 16h55
de : jean1
R.N. la place à la tête de l’état est déjà occupée
jeudi 12 - 10h06
de : jean1
bourgeois, tremblez, ça n’fait que commencer ! C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 11 - 22h34
de : Hdm
1 commentaire
TOTAL en Ouganda Rendez-vous au Tribunal ce jeudi 12 décembre
mercredi 11 - 19h21
de : SURVIE
BOLIVIE : La dictature auto-proclamée en appelle à Israël !
mercredi 11 - 17h16
de : JO
1 commentaire
COP 25 : supercherie capitaliste
mercredi 11 - 16h13
de : jean1
Retraites : Édouard Philippe confirme les mauvais coups du rapport Delevoye
mercredi 11 - 15h41
2 commentaires
Les régimes sociaux coûtent un pognon de dingue ? No coment !
mercredi 11 - 09h57
de : JO
2 commentaires
Contre le travaillisme , une gauche de RTT 32 H et de retraite à 60 ans.
mardi 10 - 23h01
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Deuxième journée de grève : le nombre de manifestants dans 50 villes
mardi 10 - 17h50
3 commentaires
Les manipulations de macron, pour "piller" , nos retraites révélées au grand jour
lundi 9 - 20h13
de : nazairien
5 commentaires
Delevoye et le think tank "Parallaxe"
lundi 9 - 13h59
de : Mat
2 commentaires
Les liaisons troubles de Jean-Paul Delevoye avec le milieu de l’assurance !
lundi 9 - 11h43
de : lullal
6 commentaires
Emission - Grève SNCF : Cheminots et cheminotes luttent pour tout le monde !
lundi 9 - 11h14
de : Emission Polémix et La Voix Off
(video) Pour gagner : « reconduction, auto-organisation, généralisation » de la grève
lundi 9 - 07h13
2 commentaires
Grève : le scénario catastrophe d’un "lundi noir" se précise, la RATP et la SNCF alarmistes
dimanche 8 - 19h08
de : nazairien
Le labyrinthe.
dimanche 8 - 16h14
de : L’iena rabbioso
(video) « Nos camarades de la SNCF et la RATP ne veulent pas de chèques, ils veulent qu’on fasse grève avec eux »
dimanche 8 - 16h06
Convergence des luttes : 5 décembre : les manifs dans plus de 45 villes en France ! à suivre... (vidéos)
dimanche 8 - 11h37
de : nazairien
6 commentaires
LA TERRORISATION DÉMOCRATIQUE
dimanche 8 - 11h31
de : Ernest London
Jamais 2 sans 3
samedi 7 - 18h14
de : jean1
3 commentaires
Un peu plus de musique
samedi 7 - 18h08
de : jean1
UN PEU DE MUSIQUE
samedi 7 - 17h58
de : jean1
Suppression des régimes de retraites des parlementaires ?
samedi 7 - 09h08
de : Jean-Marie Défossé
Reportage photo : Manifestation à Paris pour les retraites- jeudi 5 décembre 2019
vendredi 6 - 21h39
de : jean1
Grève de la destruction du monde à Saint-Victor
vendredi 6 - 18h36
de : AMASSADA
Comment Maduro, a t il pu laisser faire cela, livrer « Stan Maillaud » au psychopathe macron (vidéo)
vendredi 6 - 17h07
de : nazairien
2 commentaires
Verdi, ancien « vrai journaliste », nous fait, une analyse extremement détaillée de cette puissante mobilisation du 5-12
vendredi 6 - 15h44
de : nazairien
1 commentaire
Quand les riches détruisent des bâtiments publics, avec le soutien de la justice
vendredi 6 - 13h00
de : Louisette
2 commentaires
Les Etats-Unis se hasardent-ils à considérer la CHINE comme une République bananière ?
jeudi 5 - 22h46
de : JO
Le principe de continuité du mouvement de grève
jeudi 5 - 20h03
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Grève du 5 décembre : manif monstre à Saint-Nazaire
jeudi 5 - 13h12
de : naairien
6 commentaires
LREM, Macron, farandole de casseroles : A mettre dans le livre des records (document Médiapart)
mercredi 4 - 23h53
de : nazairien
1 commentaire
Un mouvement de grève ne nous empêche pas de vous proposer nos programmes, bien au contraire ! C’est l’heure de l’mettre
mercredi 4 - 22h07
de : Hdm

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

La paix universelle se réalisera un jour non parce que les hommes deviendront meilleurs mais parce qu'un nouvel ordre, une science nouvelle, de nouvelles nécessités économiques leur imposeront l'état pacifique. Anatole France
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
2 commentaires
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite