Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Les non-dits des plateaux radio et télé
mardi 26 octobre 2010 - 23h34 - Signaler aux modérateurs
6 commentaires

Les non-dits des plateaux radio-télé . Commentaires en marge du débat ‘Mots croisés’ sur France2 le 25.10.2010.

1) Un des invités d’Yves Calvi (dont j’ai oublié le nom) énonce, comme une évidence, que la « réforme des retraites » est LA solution TINA (‘there is no alternative’, comme disait Margareth Thatcher) au « problème » de dette de l’Etat que représente le montant colossal des emprunts contractés pour couvrir le déficit des caisses de retraite (plus de 30 milliards, si je ne m’abuse – à comparer, quand même, avec l’ardoise des financiers lors de la récente ‘crise’ !). Et, parmi les autres invités, il ne s’en trouve pas un seul pour poser la question qui fâche : le déficit des caisses de retraite (et de la Sécu en général) existerait-il si les entreprises payaient correctement leur dû en cotisations sociales ?
Car enfin, c’est bien la multiplication des exonérations de charges – ‘statuts spéciaux’ censés lutter contre le chômage, et qui ne font que créer un effet d’aubaine pour les employeurs et des carrousels d’emplois précaires pour les travailleurs, heures supplémentaires bradées par Sarkozy, et autres gâteries - qui ont entraîné un manque à gagner aussi colossal. Pourquoi continuer à faire de tels cadeaux, lorsqu’on constate qu’ils coûtent si cher ? Pourquoi l’argument de la dette de l’Etat semble-t-il si pertinent lorsqu’il s’agit de la faire payer aux plus démunis, et si hors de propos lorsqu’il s’agit de couvrir les nantis de cadeaux fiscaux ou sociaux, ou de sauver des financiers véreux de leur propre faillite ? Pourquoi ce silence ? Comment se fait-il que personne n’ose mettre en parallèle le ‘trou’ abyssal de la dette sociale de l’Etat, et l’énormité de la part des revenus de propriété – profits et rentes, dont les intérêts payés par l’Etat à ses prêteurs – dans le PIB (plus de 50% d’un PIB évalué à 1.800 milliards) ? Les intérêts de cette dette, à qui sont-ils versés ?
Ne serait-ce pas, par hasard, aux mêmes nantis (ou leurs pareils), qui acceptent généreusement de consacrer à l’acquisition de bons d’Etat largement rémunérés les sommes mêmes dont celui-ci leur a fait cadeau à travers les systèmes d’exonération fiscale et sociale qu’il a mis en place ?

2) Madame Parisot, en réponse aux préoccupations des jeunes, inquiets de se voir condamnés au chômage par la « réforme » des retraites, leur rétorque que, de toute façon, les emplois qui se libèrent par la retraite ne sont pas pour eux, car, c’est bien connu, les plus de 50 ans ne font pas le même travail que les jeunes. Et personne sur le plateau ne relève ce fait évident que, les vieux n’étant pas immortels, il faudra bien qu’on se pose un jour la question d’assurer leur succession.
Peut-être les formes et les méthodes de travail changeront-elles, peut-être fera-t-on autrement, et autre chose, dans 10 ans, qu’aujourd’hui, mais après tout, les travailleurs actuellement quinquagénaires ont bien appris à faire aujourd’hui autrement qu’à l’époque de leurs débuts, il y a 10, 20 ou 30 ans. Si l’argument des ‘travaux différents’ et des ‘compétences différentes’ qui distingueraient les emplois des jeunes et des vieux est pertinent aujourd’hui, et justifie le fait que les jeunes ne puissent prétendre prendre leur place aux côtés des vieux dès maintenant, pourquoi ne le serait-il plus demain, ou dans 10 ans, ou 20, quand les vieux seront partis ou morts, et qu’il faudra quand même bien les remplacer par de plus jeunes ?
A moins, et la question aurait pu, et dû, être posée à Madame Parisot, que les entreprises n’aient de tout autres projets – non pas de pérenniser leurs activités en y faisant entrer progressivement les jeunes générations, mais de profiter des départs en retraite pour ‘économiser’ du travail (non-remplacement des retraités, compensé par les gains de productivité), ou pour déplacer leurs activités vers des cieux plus cléments, comme par exemple le Bangladesh, où les ouvriers des ateliers textiles qui travaillent pour nos marchés gagnent royalement 32 € par mois, juste de quoi se payer une ration quotidienne de 3.000 calories (les petits veinards) ?
Comment se fait-il que tous ces bavards qui hantent les plateaux radio et télé laissent à « la rue » la tâche d’énoncer ces questions de simple bon sens ?

3) Comment font-ils pour ne pas voir, et (presque) jamais mentionner le fait que, au-delà de mesquines considérations comptables, et d’insultants propos sur la ‘paresse’ des travailleurs et des jeunes, obsédés par leur désir d’oisiveté, l’enjeu du débat est le partage des richesses ? Les retraités sont présentés par les milieux dirigeants – politiques et patronaux – comme des privilégiés, et donc leur reprendre leurs privilèges ne serait que justice et progrès. Pourquoi ? Parce qu’après avoir usé 30 ou 40 ans de leur vie à fabriquer toute la richesse du pays, leur reconnaître le droit, sur leurs vieux jours, de recevoir leur part de pain sans devoir la payer de leur sueur et de leur fatigue, cela ferait d’eux d’impayables privilégiés ?
Mais, s’il s’agit là d’un « privilège » insupportable, que dire alors de cette minorité de nantis qui, toute leur vie, se gavent, grâce à leurs dividendes et autres rentes, d’un pain qu’ils n’ont jamais, jamais fabriqué ? Avec une retraite moyenne de 15.000 € par an – et la majorité d’entre eux perçoivent beaucoup moins ! -, ce qui ne fait que la moitié du PIB par habitant, les retraités, qui représentent 15 à 20% de notre population, reçoivent en partage moins de 10% de la richesse totale fabriquée par le travail. S’ils sont demain, dans 10 ou 15 ans, 30% de la population, au tarif actuel des retraites ils n’auront encore pas plus de 15% de la richesse totale. Et plus de la moitié de cette richesse se retrouve dans l’escarcelle d’une poignée de nantis.
Les Parisot et autres Woerth nous concoctent un monde où seuls auront encore droit au partage des richesses ceux qui les ont fabriquées par leur travail et ceux à qui appartiennent les outils de ce travail (et qui n’ont le plus souvent jamais rien fait pour justifier cette propriété, sinon d’en hériter). Le moins possible pour les premiers, un maximum pour ces derniers. Ne devrions-nous travailler que pour les actionnaires et les banquiers ? N’est-il pas légitime que le fruit de nos efforts profite d’abord à nos enfants, à nos vieux parents, et aux malchanceux que les employeurs rejettent à la rue, n’ayant pas besoin de les « employer » ? Faut-il accepter passivement de voir un nombre toujours plus restreint de travailleurs obligés de s’échiner, pour des durées toujours plus longues, à créer toujours plus de richesse au prix de tâches toujours plus intensives, tandis que s’allonge la cohorte des sans-emplois, sans logis, sans pain, devenus inutiles aux yeux d’une poignée d’actionnaires toujours plus avides ?
On nous annonce sur un ton triomphant des taux de croissance à deux chiffres des profits et dividendes des entreprises du CAC40 ; mais le moindre centime d’augmentation que réussissent à arracher des travailleurs est vécu dans la consternation. Pourquoi aucun des ténors des grands médias ne pose-t-il jamais ce genre de question ? Est-ce interdit, ou ont-ils peur pour leurs emplois (certainement payés au-dessus du SMIC), ou leur cœur est-il, tout simplement, acquis à la cause des Parisot et Cie ?

4) Bien sûr, on le sait, nos pays sont le jouet de pouvoirs financiers énormes, auxquels, depuis 30 ans, nos politiques n’ont eu de cesse d’accorder toute liberté de mouvement et tout pouvoir de décision sur nos vies. Ils ont beau jeu maintenant de nous dire qu’il n’y a pas d’autre choix politique que celui que leur imposent ces citadelles d’un pouvoir non élu, non démocratique, opaque, et même occulte, qu’ils ont eux-mêmes, droite et « gauche » confondues, mis en place !
Pourquoi, jamais, les faiseurs d’opinion ne soulèvent-ils la question de savoir qui décide de quoi, et où ? Malgré les rodomontades de Sarkozy et les postures « responsables » des élus, nous savons qu’ils ne sont, finalement, que le petit personnel exécutif chargé d’appliquer les décisions prises dans les discrets cénacles du vrai pouvoir – s’il en fallait encore des preuves, l’exemple de la Grèce est là pour nous édifier.
Ne serait-il pas temps de reprendre à ces maîtres du monde le pouvoir exorbitant qu’ils ont usurpé, et la seule vraie question que devraient traiter les grands médias, ne serait-ce pas plutôt celle du comment faire ? On peut toujours rêver, bien sûr …

On nous fait croire que le seul espoir, pour les plus démunis, de voir leur situation s’améliorer est dans la « croissance », et cela ne fait bondir aucun des invités d’Yves Calvi ! La belle blague ! Nos pays n’ont jamais été aussi riches, et les travailleurs ne reçoivent, de cette richesse qu’ils fabriquent, qu’une très petite part, et qui ne cesse de baisser.
Les salaires réels (hors inflation) ne sont pas plus élevés aujourd’hui que dans les années 70, le nombre de pauvres – étudiants, chômeurs, vieux, et même travailleurs – ne cesse d’augmenter. La croissance des années passées n’a servi qu’à accroître les fortunes, augmenter la misère et creuser les écarts.
Pourquoi la croissance des années futures changerait-elle ce mouvement ? Et jusqu’à quel volume impensable de richesses faudra-t-il arriver pour que les miettes que les nantis laissent tomber sous la table nous assurent un peu mieux qu’une survie précaire et toujours menacée ?

C’est Adam Smith, référence ultime des Parisot et Cie, qui l’a écrit, c’est dans la Bible de ces gens-là, ‘Enquête sur la nature et les causes de la richesse des nations’ :

« Tout pour nous et rien pour les autres, voilà la vile maxime qui paraît avoir été, dans tous les âges, celle des maîtres de l’espèce humaine. »



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Les non-dits des plateaux radio et télé
27 octobre 2010 - 01h53

Les médias en France sous Sarko c’est comme en Roumanie à l’époque de Ceoucescou ! Quelle tristesse, c’est à pleurer de rage...



Les non-dits des plateaux radio et télé
27 octobre 2010 - 06h53 - Posté par

sous le ps nous avions les meme media..........


Les non-dits des plateaux radio et télé
27 octobre 2010 - 09h20 - Posté par ns

Il est temps que nos actions de blocage se tournent vers les médias , nous avons sous éstimés leur allégeance à Sarko , qui est le rédac chef des principaux médias , nous avons perdu la bataille de l’info malgré tout .


Les non-dits
27 octobre 2010 - 09h18 - Posté par Evamoche

Quelle belle indignation , merci "pas de nom" .
La grève pour les retraites doit être le starter de la grève contre le système maffieux qui gouverne le monde .

Tous les Français doivent savoir que depuis 1973 , nous payons les intérêts de la dette aux banques privées (4O milliards par an ..) car la banque centrale n’a pas le droit de prêter à l’Etat .
Tous les Français doivent écouter cette vidéo qui explique la grande arnaque mise au point par les banksters .

On veut vous faire croire que la finance c’est compliqué ?
Un enfant de primaire peut comprendre comment sont fabriqués l’argent et la dette . Ecoutez donc ce qu’on n’apprendra jamais à l’école .
On peut démonter un système quand on a compris comment il est construit , (c’est pareil pour un meuble Ikéa ) .

Révoltez-vous les jeunes !
Refusez cette société absurde que vous lèguent vos aînés .

Mais d’abord , comprenez comment ça marche :

http://www.dailymotion.com/video/x6...



Les non-dits des plateaux radio et télé
27 octobre 2010 - 12h54

L’exemple type de l’arnaque est le partage des richesses et des droits que l’on peut observer en palestine ;la politique de notre pays n’est pas différente !il y a longtemps que je n’écoute plus les débats stériles télévisés...



Les non-dits des plateaux radio et télé
28 octobre 2010 - 02h43 - Posté par rouge

Je pense que tu as tort de ne plus écouter les débats télévisés etc.. C’est vrai qu’ils sont souvent écoeurants, mais il faut savoir maîtriser la nausée pour connaître nos adversaires. Et connaître l’ennemi, c’est une bonne façon de s’armer pour le combattre.





TOTAL en Ouganda Rendez-vous au Tribunal ce jeudi 12 décembre
mercredi 11 - 19h21
de : SURVIE
BOLIVIE : La dictature auto-proclamée en appelle à Israël !
mercredi 11 - 17h16
de : JO
COP 25 : supercherie capitaliste
mercredi 11 - 16h13
de : jean1
Retraites : Édouard Philippe confirme les mauvais coups du rapport Delevoye
mercredi 11 - 15h41
2 commentaires
Les régimes sociaux coûtent un pognon de dingue ? No coment !
mercredi 11 - 09h57
de : JO
2 commentaires
Contre le travaillisme , une gauche de RTT 32 H et de retraite à 60 ans.
mardi 10 - 23h01
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Deuxième journée de grève : le nombre de manifestants dans 50 villes
mardi 10 - 17h50
3 commentaires
Les manipulations de macron, pour "piller" , nos retraites révélées au grand jour
lundi 9 - 20h13
de : nazairien
5 commentaires
Delevoye et le think tank "Parallaxe"
lundi 9 - 13h59
de : Mat
2 commentaires
Les liaisons troubles de Jean-Paul Delevoye avec le milieu de l’assurance !
lundi 9 - 11h43
de : lullal
5 commentaires
Emission - Grève SNCF : Cheminots et cheminotes luttent pour tout le monde !
lundi 9 - 11h14
de : Emission Polémix et La Voix Off
(video) Pour gagner : « reconduction, auto-organisation, généralisation » de la grève
lundi 9 - 07h13
2 commentaires
Grève : le scénario catastrophe d’un "lundi noir" se précise, la RATP et la SNCF alarmistes
dimanche 8 - 19h08
de : nazairien
Le labyrinthe.
dimanche 8 - 16h14
de : L’iena rabbioso
(video) « Nos camarades de la SNCF et la RATP ne veulent pas de chèques, ils veulent qu’on fasse grève avec eux »
dimanche 8 - 16h06
Convergence des luttes : 5 décembre : les manifs dans plus de 45 villes en France ! à suivre... (vidéos)
dimanche 8 - 11h37
de : nazairien
6 commentaires
LA TERRORISATION DÉMOCRATIQUE
dimanche 8 - 11h31
de : Ernest London
Jamais 2 sans 3
samedi 7 - 18h14
de : jean1
3 commentaires
Un peu plus de musique
samedi 7 - 18h08
de : jean1
UN PEU DE MUSIQUE
samedi 7 - 17h58
de : jean1
Suppression des régimes de retraites des parlementaires ?
samedi 7 - 09h08
de : Jean-Marie Défossé
Reportage photo : Manifestation à Paris pour les retraites- jeudi 5 décembre 2019
vendredi 6 - 21h39
de : jean1
Grève de la destruction du monde à Saint-Victor
vendredi 6 - 18h36
de : AMASSADA
Comment Maduro, a t il pu laisser faire cela, livrer « Stan Maillaud » au psychopathe macron (vidéo)
vendredi 6 - 17h07
de : nazairien
2 commentaires
Verdi, ancien « vrai journaliste », nous fait, une analyse extremement détaillée de cette puissante mobilisation du 5-12
vendredi 6 - 15h44
de : nazairien
1 commentaire
Quand les riches détruisent des bâtiments publics, avec le soutien de la justice
vendredi 6 - 13h00
de : Louisette
2 commentaires
Les Etats-Unis se hasardent-ils à considérer la CHINE comme une République bananière ?
jeudi 5 - 22h46
de : JO
Le principe de continuité du mouvement de grève
jeudi 5 - 20h03
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Grève du 5 décembre : manif monstre à Saint-Nazaire
jeudi 5 - 13h12
de : naairien
6 commentaires
LREM, Macron, farandole de casseroles : A mettre dans le livre des records (document Médiapart)
mercredi 4 - 23h53
de : nazairien
1 commentaire
Un mouvement de grève ne nous empêche pas de vous proposer nos programmes, bien au contraire ! C’est l’heure de l’mettre
mercredi 4 - 22h07
de : Hdm
VIOLENCE D’ETAT, VIOLENCE REVOLUTIONNAIRE
mercredi 4 - 19h55
de : Nemo3637
Pas d’argent pour les Retraites ?
mercredi 4 - 17h49
1 commentaire
Spectacle ’Du Gabon à la Russie’ le 7 décembre à Nantes : exil, amour, justice
mercredi 4 - 00h41
Retraites des fonctionnaires : ça va saigner pour les enseignants, les paramédicaux et les agents territoriaux
mardi 3 - 14h01
« Rassemblement non stop » : les pompiers veulent occuper la place de la République une semaine entière (vidéo)
lundi 2 - 20h25
de : nazairien
4 commentaires
En grève jusqu’à la retraite !
lundi 2 - 12h47
de : jean1
2 commentaires
Acte 55 Gilets Jaunes à Toulouse ! Témoignage d’un vrai REPORTER !
dimanche 1er - 20h40
de : JO
CRITIQUE du TRAVAIL salarié et de la RELIGION
dimanche 1er - 15h49
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Vous avez dit : Un monde multipolaire ? Autre démonstration !
samedi 30 - 10h58
de : JO
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

La règle d'or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu'une partie de la vérité et sous des angles différents. Gandhi
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
2 commentaires
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite