Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Supprimer les notes à l’école primaire aujourd’hui, est-ce vraiment une idée progressiste ?
de : La Louve
jeudi 25 novembre 2010 - 09h48 - Signaler aux modérateurs
7 commentaires
JPEG - 34.1 ko

de La Louve

J’aurais volontiers signé "L’appel pour la suppression des notes à l’école primaire".

Je suis naturellement contre ce système, en effet élitiste, qui reproduit et incite à la compétition, en effet.

J’ai un premier souci, cependant : je ne sais pas à qui s’adresse cet "Appel" ni à quoi il est supposé servir.

Va-t-il être envoyé à Nicolas Sarkozy, François Fillon ? A eux seuls ? Dans quel cadre ?

Si son but exclusif, c’est d’ouvrir un débat (nécessaire) sur "le système éducatif" en créant un début de polémique, alors là, bravo, c’est réussi.

Pas question de le refuser, ce débat ! Nous devons toutes et tous y plonger.

Cet appel, je l’aurais signé s’il avait mis les points sur les "i", s’il ne s’était pas caché derrière son petit doigt en parlant simplement des "notes", s’il avait fait preuve de courage politique, et ne s’était appuyé sur des arguments qui frisent parfois le ridicule de la part de certains signataires.

Pour les aspects franchement ridicules, j’en vois au moins un : comment peut on critiquer un système élitiste en prenant appui sur...un "classement international en matière d’éducation" ?

La logique intrinsèque du raisonnement m’échappe complètement !

Et puis ce "classement international", qui le réalise, pour quoi faire et sur quels critères ?

C’est un classement réalisé par le PISA, qui est un programme de ...l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) - déjà, moi, s’appuyer sur un système d’évaluation piloté par l’OCDE pour promouvoir un tel appel, ça me pose franchement problème.

D’autant que ce programme vise bien à mesurer les PERFORMANCES des systèmes éducatifs des pays membres de l’OCDE.

Et puisqu’ on parle de la Finlande, Mesdames et Messieurs les signataires de cet "Appel", allons jusqu’au bout, et parlons-en, du système éducatif finlandais.

L’éducation est considérée comme un des droits fondamentaux de tous les citoyens finlandais.

Il s’agit du droit de recevoir une formation secondaire (lycée inclus) gratuitement et, si je ne fais pas erreur, la loi garantit ce droit pour tous les résidents et non uniquement pour les citoyens finlandais.

Oui, l’État finlandais peut encore être décrit comme une forme d’ "État providence".

(Je n’ose demander de dire également pourquoi en Finlande c’est ainsi, cela pourrait hérisser quelques farouches partisans du libéralisme de constater qu’il y a peut être là des vestiges de ce que l’on appelait autrefois ici et ailleurs "socialisme"...)

Rien que cela, est-ce notre cas en France ? Pourquoi ne pas parler du "tout" que forme un système ?

Et justement, -et là c’est beaucoup moins "dérisoire" :

Comment dénoncer un aspect d’un système éducatif sans dénoncer le système global dans lequel il s’insère ?

Comment peut-on même entériner si simplement dans cet "Appel" le fait "qu’autrefois", ce système de notation "répondait aux exigences d’un système élitiste" (sic) sans critiquer, dès le départ, ce système élitiste lui-même ?

Et ce système élitiste, il a disparu ?!

Comment peut-on, encore et toujours, continuer de commettre l’erreur d’envisager le système éducatif comme une "bulle en apesanteur" qui n’a aucun lien, aucune racine, ni dans ni vers le système social global ?

Ces braves personnes, dont beaucoup sont des scientifiques (je le dis sans rire, je pense que certaines d’entre elles sont très braves) nous disent que "l’école gagnerait à s’appuyer sur une autre logique que celle de la compétition".

C’est très juste !

Encore faudrait il que la société qui accueille, génère et utilise ce système éducatif le permette.

Encore faut-il , éviter de militer in fine, même avec la meilleure volonté du monde, pour un système éducatif en totale contradiction avec la société locale dans laquelle il s’insère, encore faut-il ne pas augmenter le climat pathogène et schizophrénique auquel notre jeunesse est déjà trop largement soumise, quotidiennement, de mille manières différentes.

Admettons que telle ou telle action parvienne à faire de l’école un lieu qui ne soit pas celui de la compétition, de l’élitisme (ce que je souhaite évidemment !), mais celui du plaisir, de la coopération, du développement personnel et collectif...

On va me dire (chose déjà entendue maintes fois) "Changeons l’école, et nous changerons le monde !" - Quelle utopie quand on ne s’en donne pas les moyens ! On a déjà fracassé, pourtant, plusieurs générations contre le mur des réalités avec cette utopie ; ça ne semble pas beaucoup déranger certains signataires.

Et que va-t-il advenir des élèves qui auront été ainsi formés face à cette chose terrifiante que l’on appelle "la société" quand ils sortiront de cette bulle prétendument préservée que sera idéalement devenue "l’école" quand on aura "supprimé les notes à l’école primaire", si on ne change pas TOUT ?

Quand ils vont rentrer chez eux le soir et constater que leur père ou leur mère est, lui, dans le cadre de son travail, toujours jugé sur la productivité, la compétitivité, voire, qu’il va être licencié pour ce motif : "pas assez compétitif", ou, quand il va entendre à la télé, à la radio...les élucubrations d’un Nicolas Sarkozy, d’un Jean-François Copé, ou d’un Dominique Strauss-Khahn, parler de "réduire les déficits publics - en supprimant des postes d’enseignants, de RASED....- pour augmenter notre compétitivité" ?

Il ne s’agit évidemment pas pour moi de dire que l’on ne peut pas changer le monde en changeant l’école. Il ne s’agit pas de plaider pour le renoncement face à la brutalité et à la violence de ce monde. D’entériner les choses comme elles sont.

Cependant, je crois que la question (soigneusement évitée dans cet "Appel") n’est pas tant celle des notes, que celle, double, de la qualité de l’enseignement, de la formation des enseignants, et des moyens donnés à l’enseignement d’une part, et d’autre part, de la critique du système social global dont (et je pensais pourtant que toutes ces personnes intelligentes et cultivées l’avaient compris au moins depuis Marx, Bourdieu et Chomsky), le "système éducatif" n’est finalement, qu’une partie, qu’un "appareil idéologique d’Etat", un instrument au service des intérêts de la classe dominante.

Aussi, à un appel pour "supprimer les notes à l’école primaire", j’eusse largement préféré et trouvé beaucoup plus courageux, que ces personnalités et sommités, signent aussi et d’abord un appel en faveur des moyens accordés à l’enseignement dans ce pays, à l’accessibilité d’un enseignement public et gratuit de qualité pour tous, à l’aide à fournir aux enfants en difficulté, des moyens à donner aux enseignants, à la conception de l’éducation nationale, du service public, et donc, finalement, un appel pour "changer de société" !

Vous me direz, "en quoi supprimer les notes" serait il éventuellement "dangereux" puisque "de toute façon, je ne suis pas pour "les notes" ?

Je dirais que, comme la question de l’abolition du salariat et des luttes syndicales, comme le chômage et le revenu garanti/minimum d’existence, tout est lié, ce sont des questions dialectiques où il faut essayer à la fois de préserver l’acquis qui mérite de l’être, tout en démolissant ce que certains acquis peuvent comporter de profondément réactionnaire, le tout en gagnant du nouveau, et que les meilleures intentions donnent souvent les pires résultats quand elles ont pour effet (voire, pour objet exclusif) de tenter de masquer une réalité qui déplait sans toutefois vouloir la changer.

En voulant éliminer les symptômes sans soigner le mal, on retarde la guérison, et pire, retardant la guérison, on augmente les probabilités morbides.

Il y a des médecins dans cet appel, ils devraient le savoir !

Le constat fait dans cet appel, à demi-mots, il faut le faire en effet : l’état de notre système éducatif et de l’enseignement public qui y est dispensé est dramatique. De la maternelle au lycée, et désormais au niveau des facultés. Oui, dans notre pays, l’école publique gratuite et obligatoire remplit de moins en moins son rôle (rôle qui mériterait au passage d’être re-défini), depuis au moins 40 ans.

Ce n’est pas la faute des enseignants, qui sont formés comme un certain pouvoir le souhaite, et dont la plupart essaient de faire honnêtement et correctement leur travail. Bien sûr, ils ont une part de responsabilité dans tout cela, qui est pour moi, avant tout, idéologique. En cela cependant, ils sont tributaires, comme la majorité des prolétaires, de leur rapport quotidien et matériel à leur position dans leur classe sociale, et le PS les aura bien aidés à se fourvoyer. Mais enfin, faire porter le poids de l’échec de notre système sur leurs seules épaules, comme le font certains face à ces sujets, ce serait un peu fort de café...

Enseignants, parents, politiques... nous sommes toutes et tous responsables de ce désastre.

Ce n’est pas la faute des "notes" non plus.

Notre système éducatif est dans un état dramatique parce que la société dans laquelle nous vivons en France (et dans le monde) est elle aussi, dans un état dramatique !

Non, il ne suffira pas de "réformes" dans le cadre du système capitaliste actuel pour que les choses s’arrangent !

Oui, il va falloir faire passer la société "cul par dessus tête" comme on dit.

Car la question de l’acquisition des savoirs, du pouvoir d’émancipation que donnent les connaissances, la question de "l’école des chances"...commence sur la table de la cuisine de l’appartement où l’on essaie, plus ou moins heureusement, de faire ses devoir entre ses frères et sœurs, devant la télé, sans aide ni soutien de ses parents (trop fatigués, absents, ou eux-mêmes déjà "ostracisés" du système éducatif), pour se prolonger au pupitre d’une salle de classe où l’on pique du nez parce que l’on est fatigué parce qu’on s’est couché trop tard, mais aussi parce que le plaisir est absent quand l’école devient une corvée.

Et qu’il me semble que, paradoxalement, plus l’école est construite comme une "bulle", plus, de nos jours , dans cette société ultra-violente, cette bulle n’est plus vécue comme un refuge, une respiration, une "chance", mais bien comme un leurre, un fardeau, comme une erreur, un mensonge, et plus elle peut devenir insupportable à des enfants dont la moitié de la vie se déroule ailleurs que dans cette bulle, et de façon extrêmement violente.

Si on ne se bat pas d’abord pour changer le monde, changer la société, changer de système, si on n’inclut pas toutes ces luttes "sociétales" dans la perspective d’une lutte de classe, et, en résumé, si on reprend les vieux chemins de traverse du PS et avant lui, du "gauchisme" sous toutes ses formes, j’ai très peur que cette mesure, sans que se pose la question du changement de système, aggrave la "perte de valeur" de l’enseignement public et national dans le contexte actuel, et contribue à tisser la corde qui va nous pendre.

Que cela aggrave le sentiment (qui devient aussi une réalité, hélas) que l’Éducation Nationale offre un enseignement de moindre qualité, qui se discrédite, notamment dans la perspective (pour l’instant toujours obligatoire !) de devoir travailler pour vivre et donc, dans une société capitaliste, de devoir tôt ou tard se confronter au "marché du travail".

Bien sûr, nous allons, comme aux Etats-Unis ou en Grande Bretagne, vers un système éducatif à deux strates, à deux vitesses - ceux qui ont les moyens, ceux qui ne l’ont pas. On va asseoir la reproduction du milieu social, de la classe d’origine, à la puissance mille.

Ceux qui auront les moyens en effet n’auront plus besoin de notes car on jugera globalement sur les circuits qu’ils auront pu SE PAYER. On verra "école privée, école publique". Tel lieu, telle époque. Bon, pas bon. Études à l’étranger (qui remplacent les stages de langues en "voyages d’études"), au frais des parents qui pourront. Appartenance à une "fraternity" (et donc moyens de se la payer, aussi) ou pas (soyons fous !)...

L’école du fric contre l’école publique.

Dans 20 ans à ce rythme, si nous ne changeons pas les choses radicalement, rassurez-vous, les notes auront disparu, oui, mais les inégalités sociales, non.

N’était-il pas plus urgent, par exemple, de poser la question de la légitimité de l’existence de l’école privée dans ce pays, et de son financement par l’Etat ?

La question c’est bien à peu près la même que celle de l’hôpital et de la santé publics, et de l’existence, de l’augmentation d’un système de soins et de santé "privés" mais largement subventionné par l’Etat.

Finalement il est donc bien possible que la suppression des notes contribue à continuer de pénaliser les plus fragiles et les plus précaires de nos enfants.

Car malgré tout aujourd’hui, avec un "bon bulletin" et donc, de bonnes notes, ce système restant le système dominant et valable pour le plus grand nombre, un enfant d’ouvrier ou d’employé peut espérer aller dans un lycée public réputé. Ils sont rares dans l’enseignement supérieur, mais ils existent, ces enfants là. Au nom d’une lutte tronquée et inefficace contre l’élitisme, faut-il absolument priver ce (déjà trop) petit nombre d’enfants d’une chance de s’en sortir mieux, les condamner parce que finalement, même bons élèves, leurs parents n’auront pas les moyens de leur payer les études "qui vont bien" ?

La question de l’éducation et de l’enseignement est une question fondamentale, centrale, vitale.

La révolte des étudiants britanniques face au triplement de leurs droits d’inscription (dont cet Appel évite soigneusement de parler) montre bien qu’on ne peut pas la résumer, cette question, à une controverse "notes/lettres" ! Les pays anglo-saxons fonctionnent depuis toujours sur un système de "lettres" et d’appréciation globale. L’élitisme est-il absent de leurs systèmes ?

Alors oui, Messieurs Rufo, Cyrulnik, Pennac...regardez-le bien, le "modèle finlandais", bientôt l’Union Européenne, la mondialisation, le capitalisme, auront raison de lui.

C’est inévitable.

Comme ils ont eu la peau (pour mille raisons) du "modèle suédois"...

Comme ils vont finir d’avoir la peau du "système français".

Je redoute l’aggravation du fossé social entre les riches et les pauvres, je redoute l’avenir, dans cette société là, dans un tel désert politique, pour ceux qui n’auront pas les moyens d’envoyer leurs enfants dans des établissements privés, réputés, de leur payer les "à-côtés" qui devraient être du "tronc commun" pour tous.

Je ne militerai jamais pour défendre le système de notation "dans l’absolu". Je ne militerai pas pour sauver l’ancien modèle, l’Ancien Régime.

Mais j’ai beaucoup de difficultés avec les appels et luttes que je range dans la catégorie "cautère sur jambe de bois" ou encore du "pire que mieux".

Cet appel, qui refuse absolument d’être politique, au sens noble du terme - comme il est d’usage depuis que certains ont décrété la "mort de la politique idéologique" (car la politique et la philosophie politique seraient nocives au bon peuple....) , cet appel qui refuse de se confronter de façon systémique à un système, à la question du changement et de la révolution, c’est un énième leurre idéologique, de ceux qui me sont de plus en plus insupportables.

A quoi sert-il de faire de tels appels si ce n’est à dire que l’on croit et à faire croire à d’autres que le système peut être amélioré à la marge sans tout foutre par terre de ce vieux monde qui pourrit par la tête et les pieds ?

Ça ne marchera plus longtemps.

La question pour nous aujourd’hui est de savoir ce que nous pouvons faire de tout cela pour tirer l’inévitable révolution qui se profile vers le communisme, et l’éloigner du fascisme.

Finalement, c’est bien dans la démarche intellectuelle, dans la conception même du monde, et dans l’approche philosophique que cet Appel déraille complètement. La notation des élèves présentée comme "problème actuel", c’est un mensonge.

Ce n’est pas de ce mal que souffre notre système éducatif. Ce n’est pas de ce mal que souffre notre jeunesse. On ne combat pas la fièvre en cassant le thermomètre.

Alors...Faut-il maintenir la notation des élèves "aujourd’hui"  ?

Je pense que oui.

En l’état actuel des choses, le système de notation (qui n’est pas "à la gueule des parents du client" mais repose sur des éléments objectifs) me semble, pour tous, le moins pire des systèmes d’évaluation, et donc, de mesure de progression -ou de régression- non seulement des élèves, mais aussi de l’école, du système et de la société ; c’est le moins redoutable en termes de reproduction scolaire des inégalités sociales, et peut être le plus "rattrapable" des systèmes dans le monde actuel.

Ce qui ne signifie nullement maintenir ce système en l’état  ; il faut sans doute faire entrer d’autres critères dans l’évaluation que la notation, il faut peut être que le corps enseignant ait les moyens de prendre en compte réellement le milieu familial et social des enfants dans cette évaluation, que l’école offre à tous les moyens (pas seulement matériels, mais aussi pédagogiques et philosophiques) d’apprendre, de progresser, de se former, de se développer.

Peut être que la "bonne volonté" de l’élève peut être prise en compte, son désir de participer, d’apprendre des choses, etc ?

Mais surtout, il faut se battre pour une autre école, et donc, pour une autre société.

Poser la question de l’école comme le fait cet Appel, à des fins autres que polémiques, c’est tromper, c’est mentir.

Comme si on se battait pour la couleur du papier peint d’un éventuel appartement, alors qu’on vit dans la rue.

Ou comme si un cadre démocratique institutionnel rendait le racisme moralement acceptable.

Faut-il maintenir la notation des élèves "dans l’absolu" ? NON. Ni à l’école primaire, ni au collège, ni au lycée, ni même à l’université d’ailleurs.

La société nouvelle pour laquelle nous nous battons ne sera pas élitiste, ni compétitive.

Combattons les notations sous toutes leurs formes : notation des Etats par les agences de notation, Moody’s, Standard’s & Poor, notation des salariés par les patrons dans les évaluations annuelles qui déterminent les augmentations et les primes...

Combattons, en effet, la compétition, l’élitisme. Mais alors, combattons-les vraiment, partout. Dans toute la société.

COMBATTONS LE CAPITALISME !



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Supprimer les notes à l’école primaire aujourd’hui, est-ce vraiment une idée progressiste ?
25 novembre 2010 - 11h08 - Posté par (k)G.B.

Rien à ajouter ni à retrancher.

Comme on dit sur le net : +1 !



Supprimer les notes à l’école primaire aujourd’hui, est-ce vraiment une idée progressiste ?
25 novembre 2010 - 13h14 - Posté par

+1 aussi.

Supprimer aujourd’hui les notes, c’est casser le thermomètre pour ne pas regarder la réalité en face.

A terme, dans l’absolu, oui il faut s’interroger sur les pratiques, sur l’évaluation, tout système doit pouvoir évoluer et progresser.

Mais dans l’immédiat, l’urgence est surtout de diviser les effectifs des classes par deux afin de pouvoir accompagner tous les enfants dans leur immense diversité.

Chico


Supprimer les notes à l’école primaire aujourd’hui, est-ce vraiment une idée progressiste ?
25 novembre 2010 - 11h47 - Posté par marco

dsl mais là c’est vraiment n’importe quoi.......tous autant que nous sommes depuis le cp jusqu’à la terminale (et encore après tout au long de notre vie), nous avons été noté, alors certes le fait d’être noté démontre" une place, une position du style un tel ou une telle est bon ou mauvais dans cette matière ou autre.... mais en attendant faut bien être capable d’évaluer le "savoir" d’un marmot(te)....

On est des centaine de millions à être passé par là au fil des siècles et on en est pas mort.........il faut arrêter de faire croire que les mômes sont devenus au fil des dernières décennies des petits êtres fragiles... que rien ne doit atteindre......C’est aussi ça l’école de la vie d’apprendre ce qu’est l’adversité etc... A vouloir à tous prix les protéger de tout, on va en faire des personnes incapables de combattre ou de résister pendant leur vie...



Supprimer les notes à l’école primaire aujourd’hui, est-ce vraiment une idée progressiste ?
25 novembre 2010 - 12h01 - Posté par

T’as pas du bien me lire parce que c’est exactement ce que je dis.

Prends tes gouttes, relis calmement.... :) on en reparle.

LL


Supprimer les notes à l’école primaire aujourd’hui, est-ce vraiment une idée progressiste ?
25 novembre 2010 - 18h51 - Posté par Cop

On est des centaine de millions à être passé par là au fil des siècles et on en est pas mort........

connerie ! les notes c’est un truc massivement récent.

La question n’est pas à quoi ça sert de les enlever, mais concretement, à quoi ça sert réellement , concretement.

Pas ce que ça devrait être, mais ce que cela est.

Et je parle bien des petits enfants pour lesquelles les notes telles qu’elles sont , sont une machine de destruction de la confiance en soi pour une grande partie d’entre eux.
Je parle bien de ce qu’elles sont au réel dans notre société là et comment elles sont vécues (sentiments d’échec).

Mais c’est vrai qu’au delà de la petite enfance où il y a un côté pathologique de vouloir noter, il y a également dans les plus grandes classes et à l’université la machine à crétins à grands volumes qu’est la logique des QCM où là c’est le pompon.

Faites comme vous voulez, mais il y a de très importantes expériences populaires construites sur d’autres approches dans l’histoire , en France même, qui ont eu d’autres approches que cette vision comptable de l’individu qui ne compte rien du tout mais sent le rance.

Le débat sur s’arque bouter ou pas pour défendre les notes des petits enfants ne me semble pas un débat progressiste.


Supprimer les notes à l’école primaire aujourd’hui, est-ce vraiment une idée progressiste ?
25 novembre 2010 - 16h12 - Posté par Laure

merci !
+1 egalement



Supprimer les notes à l’école primaire aujourd’hui, est-ce vraiment une idée progressiste ?
30 novembre 2010 - 19h19 - Posté par gg

Le titre est mal choisi, le contenu est un peu "trop" agressif, mais je suis globalement d’accord sur ce qui est dit : il y a bien plus à faire. C’est un véritable changement de société et de système d’éducation dont nous avons besoin. Cependant, cette pétition a au moins le mérite d’exister et de poser la question de l’effet désastreux de la notation et du stress créé par la sélection sur les élèves, et de lancer le débat. C’est assez rare qu’on entende parler de ce genre de choses dans les médias.
Et puis, c’est un texte lancé par l’AFEV, pas par un parti d’extrême-gauche révolutionnaire, on ne va pas trop leur en demander non plus :D Mais je trouve que c’est déjà un début intéressant. Même si il reste, derrière, le bon vieux débat du réformisme / refuser toute réforme au nom du révolutionnarisme (l’histoire du thermomètre qui cache la maladie). Mais si on suivait cet esprit, on devrait tous voter à droite pour empirer les choses et pouvoir dire ensuite "bouuh le capitalisme c’est de la merde §§§".






Climat : comment les syndicats préparent-ils la grève du 20 septembre ?
jeudi 19 - 08h46
D’aucun devrait apprendre que nous vivons un monde Multipolaire et non plus unipolaire !
mercredi 18 - 17h02
de : joclaude
Assez cautionné le « dialogue social » bidon avec le gouvernement et ses représentants !
mercredi 18 - 13h26
de : Jodez
2 commentaires
Urgence pour l’Hôpital ! Urgence totale des luttes sociales !
lundi 16 - 22h07
de : Lepotier
ACTE 44 des Gilets Jaunes : Les BRUTES de macron à l’oeuvre ! (video)
lundi 16 - 19h17
de : joclaude
2 commentaires
Les "affaires" en régime macronien ! Vertueuse prédiction : Plus jamais ça ?
lundi 16 - 11h59
de : joclaude
2 commentaires
Venezuela : les très gênantes photos de Guaidó en compagnie des narco-paramilitaires colombiens
lundi 16 - 10h45
de : Olivier Arendt
Les sous-traitants du nucléaire en grève le 18 septembre contre le dumping social
lundi 16 - 08h11
DÉCÈS D’UN TORTIONNAIRE EN ALGÉRIE.
dimanche 15 - 15h17
de : Transmis par Nuits de septembre 1965
Que la Terre nous sauve.
samedi 14 - 13h27
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Mesures Buzyn, c’est du Coluche : Dites nous ce dont vous avez besoin, nous vous dirons comment vous en passer (vidéo)
samedi 14 - 13h12
de : nazairien
1 commentaire
MANIFIESTA 2019 - C’est l’heure de l’mettre !
samedi 14 - 11h47
de : Hdm
Patrick Balkany, proche de Sarkozy, condamné à 4 ans de prison ferme et incarcéré (vidéo Verdi)
vendredi 13 - 16h16
de : nazairien
10 commentaires
Les corbeaux , les vautours en passe de disparaître ?
jeudi 12 - 20h12
de : joclaude
1 commentaire
Réaction de LFI après la diffusion des images de Quotidien sur le jour des perquisitions (video)
jeudi 12 - 12h38
de : LFI
40 minutes d’images cachées : le coup monté médiatico-judiciaire contre LFI (video)
jeudi 12 - 08h57
de : L’Ère du peuple
Je suis prêt ! « Et ainsi de suite… »
jeudi 12 - 08h44
de : Jean-Luc Mélenchon
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 - 08h41
de : Info’Com-CGT
Grèce : l’expérience autogestionnaire des Viome menacée
jeudi 12 - 08h04
Le Val-de-Marne, premier département de France à bannir le glyphosate
mercredi 11 - 09h40
de : Agnès Vives
2 commentaires
Perquisition chez Mélenchon... Un autre son de cloches (video)
mercredi 11 - 09h01
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 - 07h51
de : Roberto Ferrario
2 commentaires
Samedi 14 septembre 2019, les éditions Noir et Rouge présentent le second tome de La CNT dans la révolution espagnole de
mardi 10 - 22h09
de : Frank
UNE JUSTE COLÈRE - Interrompre la destruction du monde
mardi 10 - 13h55
de : Ernest London
1 commentaire
Le RN face à la destruction sociale
mardi 10 - 12h08
de : Christian DELARUE
3 commentaires
Toute la macronnerie : Menteuse ! La Révolution est permanente !
lundi 9 - 15h44
de : joclaude
4 commentaires
Gaspard Glanz (journaliste), à nouveau inquiété par la flicaille, ridiculise ces flics(quettes) (vidéo)
lundi 9 - 13h59
de : nazairien
Thales : petits meurtres entre amis, ou la politique des bâtons dans les roues
lundi 9 - 11h26
de : Bertrand F
Au moins 2000 gilets jaunes convergent à Montpellier pour leur rentrée
dimanche 8 - 15h42
2 commentaires
arret de la grêve de Petit Jean
samedi 7 - 12h32
de : promedic
"Opération Aéroport de Paris" : L’initiave citoyenne en action, dans le var (vidéo)
samedi 7 - 00h50
de : nazairien
Plan et marché à Cuba des années 1960 à aujourd’hui
vendredi 6 - 13h47
de : P. Del Castillo
2 commentaires
Les élucubrations de Stéphane Bern sur l’école au Moyen Âge
vendredi 6 - 11h09
de : Catherine Rideau-Kikuchi, Florian Besson
LA SOCIÉTÉ INDUSTRIELLE ET SON AVENIR
vendredi 6 - 06h41
de : Ernest London
2 commentaires
Rentrée catastrophe / C’est l’heure de l’mettre !
jeudi 5 - 22h19
de : Hdm
Grenelle des violences conjugales : le gouvernement répond aux féminicides par l’aumône
jeudi 5 - 16h51
1 commentaire
Yémen : les images rares d’une guerre qui embarrasse le gouvernement français (vidéo)
mercredi 4 - 23h15
de : Nazairien
2 commentaires
La société pharmaceutique Ferring impliquée dans un nouveau scandale ?
mercredi 4 - 16h13
de : Pharmawatch
Les empoisonneurs.
mercredi 4 - 15h17
de : L’iena rabbioso
Hypotextile : Soutien à Constance seins nus
mercredi 4 - 09h25
de : Christian DELARUE

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Ce qui m'effraie, ce n'est pas l'oppression des méchants ; c'est l'indifférence des bons. Martin Luther King
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite