Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

2011 : La nuit, tous les chats sont gris...
de : La Louve
lundi 10 janvier 2011 - 10h35 - Signaler aux modérateurs
60 commentaires
JPEG - 93.1 ko

2010 se sera achevé comme elle a commencé.

Dans un terrible marasme politique, intellectuel et social.

Il fait nuit dans ce pays, et partout en Europe.

Et la nuit, tous les chats sont gris, surtout à l’approche de 2012.

A la faveur d’un prétendu "sarkozysme", (qui justifie ainsi un "anti-sarkozysme" mensonger, bien utile à celles et ceux qui ne veulent plus faire passer ce vieux monde cul-par-dessus-tête, ni ici, ni ailleurs, et le peuple palestinien attendra bien encore un peu...), tous les concepts aussi sont gris.

"Chaque chose en son temps" nous disent de nombreuses bonnes âmes.

"L’essentiel, c’est d’abord de battre la droite, et notamment, Sarkozy".

"Pour redonner de l’espoir" nous dit-on.

L’espoir, je ne suis pas contre, je serais même plutôt pour, mais enfin, le coup de l’espoir supposé re-dynamiser les luttes, on nous l’a déjà fait dans les années 80 il me semble.

On a vu le résultat.

C’était le début de la collaboration de classe et du désarmement du prolétariat.

Que nous avons payés hier encore, au prix fort, avec les luttes sur les retraites, où nous avons passé plus de temps à réveiller et organiser ce qui pouvait l’être qu’à nous battre réellement, puisque tout était à reconstruire, et qu’on ne peut pas être "au four et au moulin", même avec la meilleure volonté du monde.

Alors, heureusement qu’il est là, cet épouvantail à moineaux de Sarkozy, hein, pour nous faire repasser le PS et ses copains en 2012, non ?

Si en plus, on a un second tour FN/PS, alors là, mes amis, l’affaire sera dans le sac. Un second tour UMP/ FN n’est cependant pas improbable, vue la Marine, et le reste, nombreux sont ceux qui pensent que 2002 n’était pas qu’un "accident" et ils n’ont peut être pas tort....(je dis ça pour tous mes amis qui se rangent à une démarche électoraliste dans le cadre d’une démocratie bourgeoise, et de façon incohérente avec eux-mêmes, s’emploient d’abord à diviser ce qu’ils appellent "la gauche"...)

Allez, finie l’opposition structurante "capitalisme/communisme", on parle encore et toujours plus de "droite" et de "gauche", alors que la situation actuelle impose un débat de fond sur ces définitions et leur usage/utilité, dans le cadre d’une analyse de classe.

Utile pour ne pas se poser la question de savoir si "la gauche" est bien toujours en lutte contre le capitalisme...

On s’en fiche ma bonne dame !

L’essentiel est que "la gauche" soit "de gauche", si possible même, "de gauche de la gauche de la gauche etc..."

Finie l’opposition structurante "bourgeois/prolétaires", "exploités/exploiteurs", "dominés/dominants"...

Vive l’opposition "riches/pauvres", tellement plus présentable, plus pratique et convenable pour s’en tenir à l’écume des choses et faire un score aux élections à venir sans effrayer les "classes moyennes"...

Qui pourrait être assez dégueulasse pour ne pas vouloir rendre les pauvres moins pauvres, dites-moi ?

Nombreux sont ceux qui nous jettent au visage "la souffrance des gens sous Sarkozy" (ahhh, "les gens"...), comme une raison ultime de faire "quelque chose", même si cela doit être n’importe quoi.

Bien-sûr, je ne peux pas m’en moquer ni la nier cette "souffrance des gens". Non.

La question est plutôt ce que l’on pense devoir faire, en tant que communiste, pour que cette souffrance, inévitable dans ce moment du capitalisme que nous vivons (même avec "la gauche" aux manettes), ne soit pas en plus inutile.

Doit-on adopter une mentalité de curé ou de psychologue, tenir la main, caresser la tête "aux gens", et s’en tenir à la prescription d’anti-antidépresseurs sociaux sans penser à demain, aux effets secondaires de ces antidépresseurs (ce que propose "la gauche") ?

Ou doit-on refuser que "la souffrance des gens" (accessoirement, elle est aussi la nôtre en général, cette souffrance, non par compassion, mais par vécu) serve comme prétexte à tous les renoncements politiques ?

Les communistes sont-ils devenus des soignants accompagnant la "fin de vie" ou ont-ils encore et toujours un "autre monde" à proposer et comment comptent-ils s’y prendre ?

Personne (ou si peu, qui seront inaudibles) ne se demandera donc en 2012 comment il se fait qu’on rencontre des prolétaires riches (et embourgeoisés même !) et jamais de bourgeois pauvres (ni prolétarisés), cependant.

Trop compliqué, de regarder comment existent et fonctionnent les CLASSES et les frontières entre elles, sur quelles positions exactes se jouent les luttes quotidiennes...

Avec l’opposition non-structurante (sauf pour le capitalisme) "riches/pauvres", vive la "répartition des richesses", nouvelle "bataille" des dadets du PS et affiliés !

Vive la politique de la compassion.

Comme ça, on peut "vendre" du combat pour faire en sorte que les pauvres soient moins pauvres et les riches (un peu) moins riches.

Mais on ne supprimera pas l’inégalité fondamentale entre l’ouvrier qui travaille à l’usine et l’actionnaire qui possède l’usine. Celle de la propriété des moyens de production. Trop compliqué, il faudrait reparler de "révolution".

On s’en tiendra aux SCOP, voire au "capitalisme coopératif ou mutualiste", nouvelle panacée de la "gauche radicale".

Ou, "à gauche de la gauche" on agitera en plus des "nationalisations" (rebaptisées "pôles publics") sans surtout se poser la question, très compliquée, de l’Etat et de la Nation à ce moment de notre histoire, sans se poser la question de l’Union Européenne autrement qu’en façade ("il faut la changer" !).

Et, finie la "révolution", vive le "dialogue social", vive la "justice sociale" !

Même pas "la Justice" tout court, non, faut pas exagérer quand même...

Place aux "alliances de partis" tricotées par le haut, et terminée la question des alliances éventuelles de certaines classes ayant leurs outils de combat propres, dans le cadre des luttes.

Certaines personnalités sympathiques et éminentes nous ont souhaité de pouvoir nous "indigner" pour 2011.

L’indignation a été ainsi portée rapidement au pinacle des vertus. Pas la colère ou la révolte, non, l’indignation.

Comme si nous étions si loin de tout, tellement loin de l’humanité dans l’humain, que bon, finalement, au moins, s’indigner, ce sera déjà "pas mal" (surtout si ça peut permettre de "voter à gauche" en 2012. Sans remettre en cause ni la 5ème République, ni la république nationaliste bourgeoise, ni le système capitaliste. Trop compliqué. Trop long.)

Comme si c’était l’indignation qui faisait la résistance.

J’aimerais lui poser la question, sans ménagement particulier pour son grand âge ni pour son passé (dont je le remercie, comme tant d’autres, et notamment, des communistes). Est-ce parce qu’il était simplement "indigné" que Stephane Hessel s’est engagé dans la Résistance ? Ou "un peu plus" ?

Un peu plus, je pense. On ne risque pas sa vie à 22 ans, comme il l’a fait, avec tant d’autres, par simple "indignation", je crois... Quoi ? Cela, lui seul peut le dire.

Allez, il devait bien y avoir des non-résistants indignés, en 1940 ? "Je suis indigné, bien-sûr, mais bon , que voulez-vous, j’ai une femme et trois enfants alors....".

Un peu comme il y a trois mois on entendait lors des luttes pour les retraites : "Je vous soutiens à fond mais vous comprenez, je ne peux pas me mettre en grève ni même me syndiquer...non, désolé".

Oh, bien sûr, je ne me couvrirai pas de ridicule à faire la leçon à ce grand homme (je le pense vraiment), et nous ne sommes pas en 1940, je ne mélangerai pas tout.

Mais j’attendais autre chose qu’un appel à "l’indignation" (et au vote PS ?) venant, justement, d’un homme comme lui.

En 1954, Pierre Grouès, l’Abbé Pierre, autre résistant, était-il simplement "indigné" ?...

A le réécouter parler des "provocateurs de toute violence" , des "situations de violence", ou dire "la misère est forcément muette, comme le pouvoir est aveugle", je ne pense pas, non, il n’a jamais été seulement "indigné", il était en colère, et il n’a jamais mâché ses mots, lui, bien "qu’homme de Dieu".

Ah..."Le gouvernement de Sarkozy" nous aura fait tellement de mal en 5 ans, c’est vrai. Faudrait-il être fou pour dire le contraire !

Un mal encore plus insidieux que la fonte de nos moyens de subsistance, que la baisse, chaque année plus dramatique pour de plus en plus de personnes, de nos revenus...

Ce mal s’appelle la trouille, le dégoût de la politique, le désespoir, pour beaucoup même, la dépression, franchement. Toutes ces "choses" qui vont pousser la majorité d’entre nous à faire, encore, de mauvais choix.

Mais..."Le gouvernement de Sarkozy", vraiment ?

Oui, il parait que c’est Sarkozy tout seul qui a foutu tout ce merdier, dites donc. Il est vraiment doué le petit !

Pas le capitalisme, la bourgeoisie, les banques internationales et les syndicats patronaux, pas la mondialisation, pas les USA, pas le FMI, pas l’Union Européenne, pas l’incurie politique et syndicale, pas "l’opposition", aux abonnés absents ou en démonstration de pacotille (quand ils n’allaient pas carrément porter la soupe à l’UMP et au FN) quand on a eu besoin de nos "représentants".

Non ! Sarkozy et son gouvernement, tout seuls !

Comme Kerviel et la Société Générale.

Alors vous avez bien compris hein, pour 2011, il faut vous indigner, pester devant votre poste de télé ou en écoutant votre radio.

Vous indigner, sentir votre cœur, cette jolie petit chose si fragile, capable de sentiments si nobles, se soulever d’indignation même, à chaque sale trouvaille de tel ou tel, Hortefeux, Valls et compagnie.

Tellement vous indigner qu’en 2012, (ne faites pas les andouilles hein), vous voterez "à gauche", voire même, si vous êtes très très indignés, au premier tour, "à gauche de la gauche" .

Pour plus "de justice sociale" et pour une "meilleure répartition des richesses" contre le "sarkozysme" et "la droite" pour "lutter contre la pauvreté"...

C’est pas la révolution, d’accord, mais "le grand soir ", hein, qui y croit encore ?

Et puis, il faut bien de bonnes réformes pour préparer une bonne révolution, regardez Chavez, regardez vers la lumière du Vénézuela !

La révolution par les urnes, elle a eu lieu là bas, et c’est miraculeux. Au Vénézuela, Chavez change l’eau en vin et le vin en pétrole et il multiplie aussi les pains.Les aveugles revoient et les paralytiques remarchent.

Sans casse, sans heurts, démocratiquement, par les urnes ! - Et tous ceux qui tordent un peu le nez devant l’exemple ou avancent quelques doutes, ou aimeraient, simplement, que l’on puisse ne pas refaire les mêmes erreurs avec le Vénézuela qu’avec l’URSS ( c’est-à dire, taire la critique, taire le débat) seront classés immédiatement "ennemis du peuple", je vous préviens...

Vous pourrez commencer, vous aussi, dès 2011 même, pour les cantonales votre "révolution par les urnes". (Vous vous êtes bien inscrits sur les listes électorales j’espère ?).

Regardez, il y a même un parti qui a été créé "ex nihilo" (c’est très balèze, ça) fin 2008, par un ancien sénateur (à 32 ans s’il vous plait !), un gars du PS qui cause comme nous (dit-on), qui montre ses muscles chez Drucker et chez Ardisson, qui a soutenu Maastricht en 1992 et s’est réveillé de sa cuite pro-européenne 15 ans plus tard, spécialement pour vous qui êtes très très indignés et voulez absolument battre Sarkozy et tirer le PS vers "la gauche".

Ce n’est pas dur, ça s’appelle "le Parti de gauche", vous ne pouvez même plus vous tromper (même pour les mal latéralisés), comme le Port-Salut, c’est écrit dessus !

On vous le garantit sur facture. Avec ce Parti de Gauche qui aura ingéré, en plus, un bon paquet de PCF, grâce au Front de Gauche (là non plus, vous ne pouvez pas vous tromper), vous aurez des lendemains qui chantent.

Toi qui étais trop jeune pour voter, dans un enthousiasme délirant, Mitterrand dans les années 80, toi aussi, tu peux l’avoir, ta victoire du 10 mai 1981, ton "programme commun", toi aussi tu auras ta fête de "la victoire de la gauche" place de la Bastille, sous la pluie. A ton tour tu pourras dire "j’y étais".

Alors vote, "sans penser à demain", car l’essentiel, c’est MAINTENANT. Et demain, c’est un autre jour, donc on verra bien.

1983 ? Oh, un mauvais souvenir, un coup de pas de chance. Bon, bien sûr, il se pourrait que tu aies à voter pour Aubry ou DSK au second tour mais bon. C’est quand même mieux que Sarkozy et l’UMP non ?

On va me dire : "Mais enfin, réveille toi, sois pragmatique, arrête de rêver, tu proposes quoi alors hein, pour les gens qui souffrent de la politique de Sarkozy ? Le PS n’est quand même pas l’UMP !".

Ce que je propose, comme quelques autres, ce n’est pas très "sexy" car cela demande du travail, un énorme travail et plus de coups à prendre que de caresses à recevoir.

Ça demande de serrer les dents, de prendre du temps.

La proposition, c’est que nous prenions notre vie en mains.

Que nous grandissions.

Que nous ne nous précipitions pas encore dans des solutions électoralistes court-termistes, dans le paternalisme, qui ne vont pas du tout nous sauver (on a déjà eu un "père" dans l’histoire, il s’appelait Staline, "le petit père des peuples", et en France, même mieux, on a eu un gentil grand-père venu nous sauver, il s’appelait Pétain).

De se méfier des "lendemains qui chantent", qui pourraient bien, encore une fois, nous bricoler des "surlendemains qui déchantent".

Pourquoi des lendemains qui déchantent ?

Parce que tout ce qui est proposé, "à gauche", ou "à gauche de la gauche" est à la fois incohérent et mensonger.

Tout ce qui ne fait pas des luttes directes du prolétariat le pilier central du changement dont nous avons besoin, va aggraver le désespoir, aggraver le renoncement, ramener les partis bourgeois encore plus forts, encore plus violents.

Tout ce qui accrédite la distinction entre "syndicalisme" et "politique", qui laisse à des syndicats affaiblis le soin de "gérer les contestations sur les lieux d’exploitation" et aux experts politiques de "mettre en musique les négociations patronat/salariat" nous tire vers le bas.

Il faut que nous prenions le temps et que nous trouvions le courage, non pas de nous "indigner", mais de CRÉER ce dont nous avons besoin comme armes, et d’AGIR.

Je propose donc qu’au lieu d’être indignés, nous soyons courageux et responsables, avec les yeux ouverts et les manches retroussées. Responsables de nous-mêmes.

L’urgence est donc à la création d’un parti des communistes.

Le communisme ne peut pas avoir vocation à être "un courant de pensée" toléré dans un parti à peine social-démocrate, genre "Die Linke", ou alors, c’est qu’on a rien compris à Tours, que les 90 ans du PCF (dont tout a été fait pour faire oublier ce qu’ils signifiaient) ne comptaient pas, qu’on s’apprête à effacer la leçon de 1905/1920 !

Vous croyez que même avec un Front de Gauche à 15 % au premier tour en 2012 (soyons fous...certains semblent croire que c’est possible sous l’effet de l’aversion conjuguée pour le PS et le "sarkozysme", et qu’en plus, ce serait souhaitable !) le PS fera une autre politique que celle qu’il fait au FMI, ou dans les institutions de l’Union Européenne ?

 En Grèce ? Le PS.
 En Espagne ? Le PS.
 Au FMI ? Un représentant du PS, ex-candidat à la candidature à la présidentielle en 2006. Au FMI avec l’appui de Sarkozy.
 A l’OMC ? Un représentant du PS, qui autrefois œuvré à la commission européenne. A l’OMC avec l’appui de Chirac.

Bien sûr que non !

Le PS fera la politique que les capitalistes voudront bien lui laisser faire.

Dont ils auront besoin. L’ère Jospin et la gauche plurielle, c’était un accident entièrement imputable à Jospin ? Soyons sérieux !

Avec ça me direz-vous, quel mal y aura-t-il alors à faire la courte échelle à un PCF déliquescent et à un Parti de Gauche fait dans le velours des appareils, et dont certains créateurs semblent affamés de pouvoir (pour notre bien, bien-sûr) ?

Si ces partis ne servent pas à maintenir le PS sous perfusion, à renforcer la bipolarisation (ou la "tripolarisation" même, tant qu’on écarte le spectre communiste....), s’ils ne servent pas à nous distraire de la lutte contre le capitalisme, s’ils ne visent pas à renforcer l’Etat bourgeois plutôt qu’à le faire dépérir, si ce ne sont pas des mirages, s’ils ne sont pas là pour nous faire perdre encore plus de temps, si ces partis servent à la classe ouvrière et aux prolétaires à s’organiser pour lutter pour leur émancipation, et bien, en effet, il n’y a aucun mal.

Si c’est cela, vraiment, alors oui, on peut trouver très révolutionnaire sans doute, de soutenir des candidats qui, au plus fort des luttes sur les retraites, instillaient, en toute conscience, le poison du renoncement en agitant le mirage d’un hypothétique "référendum" sur le sujet...

Mais pardonnez-moi si je doute quand je lis "les programmes" (de "projet politique" ça en revanche, il n’y en a pas).

Bien républicains, bien souverainistes, bien centralisateurs, et pleins "d’expertises".

Bien jacobins, pour tout dire, et donc, à mon humble avis, désormais fortement anachroniques, pour ne pas dire intrinsèquement incompatibles avec toute tentative révolutionnaire communiste...

Alors oui, cela me fait mal au coeur de voir des camarades valeureux partir dans ce sens ; je me dis que ce sont des énergies et des savoirs perdus pour la lutte. Et bon, tant pis, il faut faire avec. Ceux qui sont sincères comprendront vite, et mieux, une fois "dedans", n’y resteront pas longtemps.

Donc, ce que je nous souhaite pour 2011 et au-delà, c’est, non pas de nous indigner, mais de savoir nous organiser pour pouvoir nous révolter et nous battre.

Ce que je nous souhaite à toutes et à tous, pour 2011, c’est d’avoir une assez bonne santé et encore assez de folie pour souffler toujours sur les braises de la révolution et du communisme.

D’affûter les concepts et les mots, de mettre du bois dans le feu, et avec ce feu, non pas de nous chauffer les mains devant la cheminée d’une énième République arrière-arrière-petite fille de la révolution bourgeoise de 1789, mais d’embraser les institutions existantes, qu’elles partent en fumée, et avec elles, la classe dominante et les Idées qui les tiennent.

Bonne année 2011 de luttes et de renaissance politique, camarades communistes !



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
2011 : La nuit, tous les chats sont gris...
10 janvier 2011 - 10h54 - Posté par yapadaxan

Ouaou ! Ca, c’est du post, milladiou !

Bravo et merci. Enfin !



2011 : La nuit, tous les chats sont gris...
10 janvier 2011 - 11h00

A bas le sarkozysme ! A bas la dictature !



2011 : La nuit, tous les chats sont gris...
10 janvier 2011 - 11h03 - Posté par
2011 : La nuit, tous les chats sont gris...
10 janvier 2011 - 20h16 - Posté par
2011 : La nuit, tous les chats sont gris...
10 janvier 2011 - 11h05 - Posté par Roquet

Au moins,voilà un "Indignez-vous !" d’autant plus convaincant qu’il ne débouche pas sur un appel à voter Aubry ou DSK ! Roquet



2011 : La nuit, tous les chats sont gris...
10 janvier 2011 - 11h09 - Posté par yapadaxan

Non pas un : Indignez-vous !" mais un : "Révoltez-vous !". Jusqu’à la révolution.

Ce n’est pas à une posture qu’appelle la louve, mais à l’action consciente et organisée. A l’action véritablement révolutionnaire.

Voilà qui remet intelligemment les pendules à l’heure.


2011 : La nuit, tous les chats sont gris...
10 janvier 2011 - 11h08 - Posté par JULIA

la moquette fumée, y en a marre !



2011 : La nuit, tous les chats sont gris...
10 janvier 2011 - 11h10 - Posté par

ben essaie le tapis alors ? ou prends du plancher je sais pas moi....

LL


2011 : La nuit, tous les chats sont gris...
10 janvier 2011 - 11h11 - Posté par momo11

Il est vrai que si la nuit tous les chat sont gris ;"nos politiques"sont fluos.Mon vote ira a la révolution !Bravo la louve.momo11



2011 : La nuit, tous les chats sont gris...
10 janvier 2011 - 12h05

Il est évident que s’indigner n’est pas le but ni une fin.
Mais un début .
D’abord l’indignation,ensuite la colère puis la révolte.

t.y



2011 : La nuit, tous les chats sont gris...
10 janvier 2011 - 12h35 - Posté par

Peut être, mais je ne crois pas.
En général, on en reste (par facilité) à l’indignation. Qui permet de se donner "bonne conscience".

Et dans un paysage politique tellement "démocrate-christianisé", où la compassion est érigée en vertu cardinale, cela suffit à beaucoup.

En tout cas, il me semble que cela n’a rien à voir avec ce qui peut animer un communiste dans son long et difficile combat quotidien.

LL


2011 : La nuit, tous les chats sont gris...
10 janvier 2011 - 12h41

votation d’une constituante



2011 : La nuit, tous les chats sont gris...
10 janvier 2011 - 13h08 - Posté par Alain Chancogne

je n’ai pas l’habitude d’en rajouter dans le commentaire d’approbation.
Il m’arrive de déranger parce que chercheur de poils sur les Oeufs ou courant après la mouchede Gôôche pour la coincer et la sodomiser à la cosaque.

Là je dis simplement que ce message j’aurais aimé l’écrire.

C’est tout .
Qui connait mon orgueil y verra accord à 200 pour cent

.
Car tout est précisé des enjeux de classe.
sauf que.. _ :))

Pauvre louve, ça pouvait pas durer..

 :)
Quand tu parle des 32 ans de GGM"-Grande gueule Mélanchon".-précise que c’est le temps qu’il a passé au Parti Socialiste..

Va pas me le faire passer pour un jeunot trop ridé par les luttes.

Moi, oui, tu peux dire AC a 32 ans de PCF mais resté ou( devenu ?,) communiste , il a donc l’âge du Communisme, :
la jeunesse du Monde..

En remerciement pour ce texte que je vais faire suivre..daigneras tu que je t’offre , certainement interprête des amis de B.C..la façon dont l’ami Paco Ibáñez, le 2Décembre 1969, nous mit les larmes aux yeux à l’Olympia.....

http://www.wikio.es/video/paco-iban...

"A la cALLE que ya es hora" !

Putain oui et VITE !!

Alain

dit AC..



2011 : La nuit, tous les chats sont gris...
10 janvier 2011 - 14h21 - Posté par

La Louve , comme à son habitude , fait une autocritique brillante des faiblesses idéologiques et d’action des prétendus "révolutionnaires" qui dirigent les mouvements de gauche de la gauche dont le PCF et des apparatchiks qui servent fidèlement le capitalisme et ont peur de prononcer le mot communisme comme alternative au capitalisme .

Ce manque de créativité politique des forces révolutionnaires sont la conséquence d’une gestion bourgeoise de la société assez soft jusqu’à cette crise de 2008 . L’UMP-PS depuis 83 ont géré à petites doses la rigueur pour ne pas effaroucher la classe dite moyenne et proposer aux plus pauvres soit de se taire en s’abstenant, soit d’exprimer leur colère en votant FN . De 1983 à Sarkozy cette stratégie a bien marché en marginalisant les idées révolutionnaires et en divisant les communistes entre ceux qui s’allient avec le PS pour des postes électoraux et ceux qui veulent rompre tout lien comme moi avec ce parti socio-bourgeois . Nous en sommes là sur le plan historique , consécutif aux erreurs stratégiques et politiques de l’ère Thoréz et Marchais du programme commun qui a été un échec évident qui jusqu’à maintenant n’a pas subi le feu de l’autocritique de la masse des communistes .

Créer un nouveau parti des communistes ne peut se faire sans accord entre les partis dits trotskystes et le PCF . Les communistes trotskystes , même relookés NPA , restent encore très sceptiques par rapport au PCF . D’autres révolutionnaires au sein des verts , du parti de gauche , de gauche unitaire sont aussi sur la réserve, et je ne parle pas des nombreux syndicalistes qui en ont marre de la gestion collaborationniste avec la bourgeoisie patronale . Pourtant en ces temps critiques où la fin du capitalisme va vers des situations dramatiques , il nous faut réagir et organiser les luttes du peuple avec créativité et sens de l’histoire pour abattre tout le système qui nourrit les castes actionnariales et leurs valets politiques et économiques . Le système ne peut plus faire une rigueur "soft" , il est obligé d’organiser une vraie rigueur comme nous le voyons dans les pays méditerranéens où le soleil permet de supporter mieux le serrement de ceinture . Mais la jeunesse frappée de plein fouet par cette austérité forcée ne peut que réagir violemment car elle vit au 21ème siècle avec les médias modernes,la voiture, les belles fringues , les filles étant souvent les plus contestataires. Nous devons prendre en compte tout ce mouvement de contestation , l’organiser et le rendre efficace pour renverser le système et construire après avec cette jeunesse un idéal de société dite communiste qui ne sera pas une copie conforme de ce qui a échoué à l’est .

La louve , nous sommes face à nos responsabilités historiques devant ce chaos grandissant qui va mettre des millions de gens en mouvement . Là nous verrons à l’oeuvre tous ces révolutionnaires militants ,avec leurs qualités et leurs défauts,dans la construction de la société nouvelle . L’heure est à alerter tous les communistes de toutes les chapelles à construire cette histoire qui s’accélère sans ostracisme ni mise à l’index . La victoire est à ce prix pour enfin rendre les peuples heureux , satisfaits de leur travail qu’ils contrôlent pleinement.

La révolution , le communisme , des mots d’actualité tenant haut le drapeau rouge de nos ancêtres "les Communards" dont il faut enfin venger le sacrifice pour cette cause humaine qui assure l’avenir de l’humanité .

Bernard SARTON ,section d’Aubagne


2011 : La nuit, tous les chats sont gris...
10 janvier 2011 - 13h43 - Posté par richard PALAO

salut LL , j ai apprécié ta contribution , mais je te trouve un peu sévère et injuste, avec STEPHANE ESSEL , qui dans son petit essai( à peine 30 pages ) expliquent les raisons de son engagement : "l’indignation" , car si l’indignation a été son moteur il n’a pas fait que s’indigner puisque cette indignation l’a conduit à resister et qu’il appelle les jeunes d aujourdhui à faire de même ; en utilisant d’ailleurs à peu près les mêmes termes que toi :

tu écris" il faut que nous prenons le temps et que nous trouvions le courage non pas de nous "indigner" mais de CREER ce dont nous avons besoin commes armes et d’agir ..."

et S. HESSEL termine son ouvrage par " CREER , C EST RESISTER , RESISTER C EST CREER"

comme quoi ce vieux monsieur a parfaitement conscience que s’indigner ne suffit pas .

amicalement



2011 : La nuit, tous les chats sont gris...
10 janvier 2011 - 14h19 - Posté par Luis

Vous n’avez pas lu : il appelle à voter PS...

Une excuse : entre PS et UMP ils raflent presque tous les votes du 4ème âge.
En plus le mérite de Essel, c’est qu’il est franc du collier.

Les autres réformistes du Foutage de Gueule, eux sont payés en places au chaud,
dans toutes les institutions du système, pour leur rôle de rabatteurs.


2011 : La nuit, tous les chats sont gris...
10 janvier 2011 - 23h21 - Posté par

Hessel s’indigne mais appel à voter le PS. Tout est dit, désolée, cette indignation-là, il se la garde.

"L’Hesselâtrie" ça me fatigue autant que la "Melenchonâtrie".

Ce qui s’est passé autour de ce petit livre de 32 pages, j’aimerais avoir plus de temps, de culture et d’intelligence pour pouvoir l’expliquer et le dire correctement. Mais c’est pas bon signe.

LL


2011 : La nuit, tous les chats sont gris...
11 janvier 2011 - 14h10 - Posté par richard PALAO

LL , je ne tombe pas dans l idolatrie ,ni de HESSEL encore moins de MELANCHON ni de LA LOUVE , en tant qu ex-PCF , je n ’ai que trop donné dans ce genre et j’ en suis guéri à jamais ...

J’ai simplement dans un souci d’objectivité restitué ce que HESSEL écrit dans son ouvrage" INDIGNEZ-VOUS" car contrairement à ce que tu sembles dire il ne s ’est pas contenté de s’indigner et d’appeler seulement à s’indigner , il a lui même montré
ou devait conduire l ’indignation : la résistance ...ce qui l’a conduit à être torturé et déporté par les nazis , ce qui est quand même moins confortable que d appeler à la révolte aujourdhui .

Cela ne m ’empêche pas d’être en désaccord avec le HESSEL d’aujourdhui , adhérent du PS ( page 28) son indignation actuelle le conduit donc à accepter la domination du règne de l’argent ce qui est contraire au programme du CNR dont il a été l’un des rédacteurs .

Toutefois , nul n est parfait , et je vois pas au nom de quoi en tant qu’ancien du PS ou du PCF nous pouvons exiger des autres un intinéraire linéaire irréprochable , soyons critiques avec tous et avec nous même de la même façon car nous avons tous une part de responsabilité dans la situation politique actuelle , alors à nous d en tirer les bonnes analyses pour ne pas renouveller les mêmes erreurs .


2011 : La nuit, tous les chats sont gris...
11 janvier 2011 - 14h43 - Posté par

Je n’exige rien du tout de Hessel, tu m’auras mal lue ! Je me contentais juste de rappeler quelques faits.

Puisque nous partageons le constat des faits, libre ensuite à chacun d’en donner son interprétation.

LL (qui n’a jamais demandé non plus une quelconque "idolâtrie" la concernant et que cela aurait même plutôt tendance à mettre franchement très mal à l’aise...)


2011 : La nuit, tous les chats sont gris...
11 janvier 2011 - 10h35 - Posté par

Et je ne vais pas te faire l’injure de te rappeler d’où viennent ce programme et ces acquis du CNR que Hessel agite dans son livre (à juste titre) - peut être qu’il a lui aussi un peu oublié que toutes ces avancées n’étaient pas dues (il ne faut pas refaire l’histoire quand même) au bon vouloir des "gaullistes". Le programme du CNR, c’est le résultat d’un rapport de forces, d’une lutte à l’intérieur de la résistance prétendument "unifiée", les gaullistes et démocrates-chrétiens, ils se sont fait mordre les reins et la nuque, et comment, par la résistance Communiste, le PCF, la CGT et la fraction marxisante de la SFIO ! C’est cette résistance-là qui a emporté le gros morceau dans le CNR.

Ce sont les communistes les grands vainqueurs de l’après guerre pour quelques temps au moins, ainsi que les sociaux démocrates SFIO de l’époque (bien plus "marxisants" que ne l’est l’actuel PS).

Mais bon Hessel a peut être la mémoire courte ? En tout cas, il n’a jamais été communiste et n’a jamais prétendu l’être, c’est un démocrate chrétien comme la résistance gaulliste en a connu tant (et de valeureux). Donc, rappeler le programme du CNR moi je veux bien mais enfin, i l y a "la lettre" et "l’esprit de la lettre" non ? Ledit programme n’était pas le programme de l’actuel PS hein, ni d’ailleurs celui de l’actuel PCF ! Il suffit d’écouter Aubry sur les retraites, Valls sur les 35 h etc etc.

Alors donc, quand Hessel vilipende les puissances financières, on sait bien quand même qu’il les brocarde autant qu’un Delors pourrait le faire ! Remettons les paroles des uns et des autres dans le contexte de qui les prononce, et pas d’angélisme, STP !

LL


2011 : La nuit, tous les chats sont gris...
11 janvier 2011 - 13h37 - Posté par

peut être qu’il a lui aussi un peu oublié que toutes ces avancées n’étaient pas dues (il ne faut pas refaire l’histoire quand même) au bon vouloir des "gaullistes". Le programme du CNR, c’est le résultat d’un rapport de forces, d’une lutte à l’intérieur de la résistance prétendument "unifiée",

Outre le rapport de force interne à la résistance, il y avait aussi il me semble le rapport de force droite/gauche à l’échelle du pays : une partie de la droite, celle qui avait collaboré, était discréditée et sans poids. On avait donc une demie-droite face à une gauche complète (dont un PCF très puissant).

Et dans ce rapport de force entre classes, l’existence de l’URSS a joué aussi son rôle.

Chico


2011 : La nuit, tous les chats sont gris...
10 janvier 2011 - 14h00 - Posté par Ciapa Rusa

... "Il fait nuit" ... et "Il fait froid" (Têtes Raides)... Une fois de plus La Louve est magistrale... mais où vas-tu donc chercher tout ça ??? Dans le passé ou le futur ou plus sûrement les deux... "L’embrasement" tuera aussi le "froid" !!!???



2011 : La nuit, tous les chats sont gris...
10 janvier 2011 - 14h00 - Posté par jean 1

est-ce que si je rajoute libertaire après communiste cela te hérisse ?En tant qu’anarchiste un bon nombre de tes analyses,remarques...m’est commun.



2011 : La nuit, tous les chats sont gris...
10 janvier 2011 - 15h43 - Posté par guetteur des rues

Salut à toi copain anar

Nous avons nos références philosophiques nous aussi , tous n’ont pas été logiques jusqu’au bout ( je pense à Proudhon ). Mais je partage des idées avec les communistes , on est depuis longtemps les meilleurs ennemis du monde .

moi ça ne me dérangerais pas de me dire « Marxiste Libertaire » mais voilà , il semble que les amis communistes ne veulent entrer le produit en magasin , ou plutôt il leur arrive de le remettre sur le trottoir ( 1ère internat. ) , comme quoi l’interprétation d’une pensée , dès qu’on lui met une baleine de parapluie à l’intérieur ....

Marx a énoncé de belles choses aussi , non ? .


2011 : La nuit, tous les chats sont gris...
10 janvier 2011 - 14h19

L’histoire tend surtout à démontrer que la création d’un nouveau parti communiste (ou de la social-démocratie), sera inévitablement dévoyé par la classe dominante.
Ne conviendrait-il pas plutôt d’en terminer définitivement avec le système de représentation ?



2011 : La nuit, tous les chats sont gris...
10 janvier 2011 - 17h41 - Posté par Roquet

Je ne crois pas que le parti communiste ait été conçu à l’origine (par Lénine) comme un organisme de représentation mais comme une organisation de lutte,ce qui a convaincu en France les anarcho-syndicalistes de se rallier au parti SFIC en lui communiquant leur combativité.Il me semble que la Louve est dans cet esprit,c’est un souffle qu’il est bon d’avoir.Roquet


2011 : La nuit, tous les chats sont gris...
10 janvier 2011 - 23h04 - Posté par

C’est tout à fait cela, Roquet ; on s’est compris.

LL


2011 : La nuit, tous les chats sont gris...
10 janvier 2011 - 18h02 - Posté par Alain Chancogne

Voilà qui a le don de m’énerver..

Certains commentaires, méprisants ou condescendants.

On peut critiquer une prise de position , railler, contre argumenter., "flinguer" avec rudesse..

Cependant, je trouve toujours un peu ridicule celle ou celui qui , soit par incompréhension pardonnable, soit pour persiffler sans rien apporter , y va de son jugement définitif.

Du style" T’enfonces des portes ouvertes"..

Pourquoi cela me fait bondir ?

Parce que je considère que sur un site militant, si d’aucuns ont le droit de réciter la langue de bois ou de p..e de Libération ou de l’Immonde".., il est insupportable que s’appliquer à donner un aperçu de sa vision du COMMUNISME, soit considéré comme de l’inutile prose.

Selon moi nous souffrons beaucoup plus d’oreilles bouchées que de portes ouvertes..

Là ou c’est , sur le fond un peu plus génant..c’est quand on s’autorise à se moquer de l’UTOPIE.

.
Du coup puisque je tiens à mon record de commentaires les plus long et les plus chiants.., j’en rajoute une louche, sans donner de référence( cherchez avec Google , na !!)i de quoi instruire ceux qui confondent -volontairement ou pas le sens des mots...

C’est un défaut qui conduit ensuite à mélanger "Gôche "et libération humaine, FDG et union populaire de lutte des classes ; P.C et Communisme..

La poursuite d’une chimère


Dans le langage courant actuel, " utopique " veut dire impossible ; une utopie est une chimère, une construction purement imaginaire dont la réalisation est, a priori, hors de notre portée

. Or, paradoxalement, les auteurs qui ont créé le mot, puis illustré le genre littéraire inventé par Thomas More en 1516, avaient plutôt pour ambition d’élargir le champ du possible, et d’abord de l’explorer. Certes, l’utopie se caractérise par un recours à la fiction, par un artifice littéraire qui consiste à décrire une société idéale dans une géographie imaginaire, souvent dans le cadre d’un récit de voyage purement romanesque

. Mais imaginaire ou fictif ne veut pas dire impossible
_ : tout rêve n’est pas chimère.

Les utopies relevant de la littérature politique, du XVIe au XVIIIe siècle, participent d’une critique de l’ordre existant et d’une volonté de le réformer en profondeur ; le recours à la fiction est un procédé qui permet de prendre ses distances par rapport au présent pour mieux le relativiser et de décrire, d’une manière aussi concrète que possible, ce qui pourrait être. Et l’épanouissement du genre utopique correspond à une période où l’on pense, justement, que, plutôt que d’attendre un monde meilleur dans un au-delà providentiel, les hommes devraient construire autrement leurs formes d’organisation politique et sociale pour venir à bout des vices, des guerres et des misères. En ce sens, les descriptions qu’ils proposent, dans lesquelles ils font voir des cités heureuses bien gouvernées, visent à convaincre leurs lecteurs que d’autres modes de vie sont possibles.


Un effort d’imagination pour explorer le possible


Peu à peu, en particulier lorsque l’idée de progrès devient un principe de compréhension de l’histoire humaine, la notion d’utopie apparaît, non plus comme le résultat volontariste de la décision de réformateurs soucieux du bien humain, mais comme ce vers quoi tend le processus historique. C’est, au XIXe siècle, le temps des philosophies de l’histoire. Pour certains, l’utopie est l’horizon de l’Histoire, et il convient d’accélérer le processus pour se rapprocher du règne de la liberté. D’une certaine façon, la promesse de l’histoire rejoint, mais sous une forme sécularisée, l’attente eschatologique des anciennes Apocalypses : la nouvelle Jérusalem viendra, mais cette fois elle ne descendra pas du ciel, elle sera bâtie sur terre, de main humaine, dans un avenir radieux.

De nombreux mouvements sociaux, en particulier dans les périodes des grands ébranlements révolutionnaires, sont portés par cette espérance, même si le siècle qui vient de s’achever nous apprend qu’il n’y a pas de fatalité historique, que l’utopie peut se retourner en son contraire, et le rêve tourner au cauchemar.
Si l’on demande alors pourquoi l’adjectif " utopique " en est venu à signifier " impossible ", peut-être a-t-on là un commencement de réponse : malgré leur dénégation, les utopies modernes sont restées, à tort ou à raison, profondément marquées par l’héritage judéo-chrétien, par la problématique du salut, par les perspectives eschatologiques d’une fin de l’histoire. Peut-être, pour cette raison, renvoyaient-elles à un monde au-delà du monde. Revenir sur cette croyance, ce n’est pas renoncer à l’utopie, c’est lui redonner sa signification première, celle d’un heureux effort de l’imagination pour explorer et représenter le possible.

D’ou mon sursaut en lisant

voilà un baratin de plus " certes bien tourné mais du baratin sans proposition CONCRETE , car on reste dans l’UTOPIE , et " l’UTOPIE signifie NULLE PART " -E.M.CIORAN- !!

Je sais que LL n’a pas besoin..d’avocat, et j’ai passé l’âge -si tant est que je l’ai eu- de cirer les pompes de qui que ce soit..

Mais en ces temps ou LOL et MDR, sont les deux termes les plus connus des ados que la culture bourgeoise a décidé de décerveler pour mieux la maintenir à genoux..., l’exploiter(pardon de cette "porte ouverte".), ou ce sont les S.Zappi, les Calvi , les BHL et autres pseudos intellos qui décrêtent ce qui est "réflexion" "analyse" ou " bavardage- et baratins de comptoir du Café du Commerce," , quand un camarade fait l’effort de produire un texte pas mal tourné, si ça fatigue le neurone de X ou y..qu’ils zappent !

 :)

Je précise cela d’autant plus que si j’ai quitté le Lycée sans le BAC pour cause de "trouble à l’ordre public"- quand dix fachos terrorisaient le plus "bourge" des lycées de la Gironde, au nom de la soi disante défense du "peuple hongrois" (automne56)..-..je mesure que c’est le militantisme, les écoles de la CGT et du PCF qui m’ont permis une vie durant de me servir de ma plume au service de mon coeur , de ma tronche et de mes attributs génitaux..

Pour écrire comme on cogne, au nom des siens.. contre les"autres"., l’adversaire de CLASSE( repardon pour ce jargon...)

N’oublions jamais que dans la cour de l’Université de Salamanque, le général franquiste Milan Astray , voulut interrompre le discours magnifique du recteur Miguel de Unamuno
en hurlant, la bave aux lèvres" Abajo la INTELIGENCIA" précédant le glacial "¡Viva la muerte !"

http://www.la-guerre-d-espagne.net/...

Ce n’est pas "rendre service" à la Révolution que de postillonner le mépris pour tout ce qui relève de l’effort intellectuel..

Surtout quand on "cause" COMMUNISME.

.
Ceci étant ..pour les gens que ça gonfle, Télérama donne les programmes de TF1 et M6 pour cette semaine..

....Buenas tardes !

AC



2011 : La nuit, tous les chats sont gris...
10 janvier 2011 - 19h54 - Posté par guetteur des rues

Bien , ça remet un peu les pendules à l’heure , et tant pis pour les intellos qui se paient de mots en méprisant le ’’ bas peuple ’’ qui ne devrait jamais s’exprimer si on les écoutaient .

Mais on ne les écoute pas , ils le font eux-mêmes , on les laisse à leur mépris , en espérant pour eux qu’ils ne tombent pas de leur si haute posture !


2011 : La nuit, tous les chats sont gris...
10 janvier 2011 - 21h59 - Posté par

L a Louve toujours égale à elle même et come son nom l’indique...

Tout à fait d’accord, y compris pour l’immense poésie de son pamphlet.

Certains parlent d’"utopie" avec mépris. Pourtant sans "utopie" pas d’avenir meilleur.

C’estr l"utopie" qui fait avancer, qui stimule l’imagination.

Je ne "reprocherai" qu’une chose à l’analyse... Dans les cas critiques, (et les situations prérévolutionnaires le sont), ça n’est pas l’indignation, la raison, les bons sentiments, la charité, qui déclenchent l’étincelle et qui perennisent l’action,

C’EST LA HAINE !

La Haine de l’ennemi de classe, la haine de ceux qui détruisent votre environnement, votre santé, votre vie, la haïne des traîtres et des boureaux.

Pas une Haine déconstructive. Non. Un bonne Haine bien réfléchie. De celles qui vous empêchent de dormir, qui gomment tout le panorama autour de vous, de celles qui vous "font voir de la merde même dans le bleu de la mer" comme l’écrivait justement le poëte chanteur Nougaro.

On n’est pas héroïque, pas pugnace, pas constructif, pas désintéressé sans amour... ou sans haine.

Et je ne pense pas que vis à vis de ceux qui nous écrasent ici il y en aient qui aient envie de les "aimer".

Un camarade de mon père qui avait été abominablement torturé par la Gestapo disait que ce qui lui avait permis de résister et de tenir c’était la haine envers son bourreau qui lui avait permis de dépasser la torture.

Finalement je pense que seuls deux sentiments peuvent motiver et permettre le don de soi aux révolutionnaires et aux combattants :

L’amour des opprimés, et la haine des oppresseurs.

Au dessus de tout.

Sans concessions.

Alors pour 2011 je vous souhaite à tous de bien haïr ceux qui nous oppriment et nous trahissent.

Et de le leur faire bien savoir. Par tous les moyens imaginables et même les autres !

S’il sentaient la haine de la part de toutes leurs victimes au lieu d’un consensus mou comme aujourd’hui, ça pourrait changer beaucoup de choses.

Adiessias !

G.L.


2011 : La nuit, tous les chats sont gris...
11 janvier 2011 - 13h42 - Posté par

Finalement je pense que seuls deux sentiments peuvent motiver et permettre le don de soi aux révolutionnaires et aux combattants :

L’amour des opprimés, et la haine des oppresseurs.

Tu veux dire "et" ou bien "ou" ?

Càd, tu penses qu’il faut nécessairement les deux, ou bien soit l’un soit l’autre ?

Chico


2011 : La nuit, tous les chats sont gris...
11 janvier 2011 - 13h57 - Posté par guetteur des rues

Ca pourrait être un sujet du bac philo , non ?

En fait je dirais me concernant que la haine de l’oppresseur peut ou non induire l’amour de l’opprimé ( de sa personne pas du concept ), mais que ce n’est pas nécessaire ...C’est à dire qu’on peut agir par amour d’une cause juste , simplement .


2011 : La nuit, tous les chats sont gris...
11 janvier 2011 - 20h58 - Posté par

Tu veux dire "et" ou bien "ou"

J’ai bien écrit "ET"...

Parce que si tu as simplement l’"amour" des opprimés ça te fera la conscience "lisse" mais par rapport aux prédateurs qui agissent ça leur fera une belle jambe si t’as pas asez de "haine" contre eux pour aller jusqu’à leur élimination virtuelle ou ^hysique si nécessaire.

Et je tiens aussi à dire que dans le mot "militant" il y a la racine "militia" c’est-à-dire "organisation et action militaire".

Face à des gens qui te font la guerre, c’est pas simplement en fournissant des jambes de bois aux victimes des mines AP que tu "gagneras" et que tu mettras les assassins hors d’état de nuire. Ca peut aider mais pas simplement avec ça.

Et quand je dis "hors d’état de nuire", c’est y compris par tous les moyens, en proportion et en fonction de ceux qu’ils emploient contre nous.

Donc sachant que tu as en face de toi des mecs qui sont prêt à rayer de la carte la moitié ou plus de la Planète pour garder leurs privilèges féodaux je te laisse penser jusqu’ou il faudra peut-être un jour aller.

Et si on n’y va pas c’est que d’autres ailleurs y seront allés pour nous. Comme ça se passe en ce moment dans des pays ou l’agression dépasse largement le harcèlement au travail ou le chômage programmé et ou c’est simplement la survie qui est en jeu.

G.L.


2011 : La nuit, tous les chats sont gris...
12 janvier 2011 - 11h13 - Posté par

GL, on n’a pas de bol, il y avait une chance sur deux...

Car ta réponse (avec laquelle je suis en grande partie d’accord) ne s’adresse pas à moi, pour qui c’est plutôt l’inverse :

Mon moteur, ce n’est pas (je le regrette un peu) l’amour des opprimés. J’ai trop le sentiment que s’il avait le manche en main, l’opprimé se comporterait exactement comme l’oppresseur. Le seul sentiment que je peux ressentir en réaction à l’oppression, c’est la solidarité (c’est déjà pas si mal).

Par contre, autant j’ai une relative indifférence vis à vis de l’opprimé, autant j’ai effectivement une haine de l’oppresseur, et je pense encore plus une haine de l’oppression en tant que telle, une haine de l’abus de pouvoir, de l’injustice...

Donc moi je suis de fait plutôt OU, et toi tu sembles défendre le ET, la nécessité des deux sentiments...

Tu viens d’argumenter pour souligner la nécessité de la 2ème proposition (la haine de l’oppresseur), ne pourrais-tu faire pareil pour souligner la nécessité de la 1ère (l’amour de l’opprimé) et montrer le pb que pose son absence ?

Chico


2011 : La nuit, tous les chats sont gris...
11 janvier 2011 - 10h58 - Posté par

Ce n’est pas "rendre service" à la Révolution que de postillonner le mépris pour tout ce qui relève de l’effort intellectuel..

Surtout quand on "cause" COMMUNISME.

Salut AC, je ne parle pas spécialement de moi et de ce petit texte, mais ô combien je partage ton avis.

Ça m’a toujours hérissée d’entendre dire ou de lire ce genre de choses genre, "t’enfonces des portes ouvertes" , ou "tu réinventes le fil à couper le beurre" etc.///

Bon quand on a fait quelques réunions avec des "vieux loups du PCF" (ou de la LCR ou autre), on connaît la chanson ;)

En général, ça vient de faux " basistes" mais vrais élitistes/apparatchiks qui finissent toujours par t’expliquer que "le peuple est con et donc, il faut lui taper dessus", c’est pour son bien, genre Maos franchouillards des années 70...

A + camarade

LL


2011 : La nuit, tous les chats sont gris...
11 janvier 2011 - 17h43 - Posté par Mengneau Michel

A propos d’utopie je citerai la formule de Marcuse, qui était marxiste, est’il besoin de le préciser ! : quand on a la même utopique à plusieurs elle commence à être une réalité... ; ce n’est pas la traduction exacte, mais le sens y est, et mérite d’être mis en avant à l’intention de ceux qui pensent que l’imaginaire n’est toujours que chimères.


2011 : La nuit, tous les chats sont gris...
10 janvier 2011 - 23h23

comme il le disait apres les voeux du nouvel an :
et maintenant qu’est ce qu’on fait ?



2011 : La nuit, tous les chats sont gris...
10 janvier 2011 - 23h34 - Posté par

qu ’est ce que tu serais prêt à faire toi ?


2011 : La nuit, tous les chats sont gris...
11 janvier 2011 - 07h56 - Posté par guetteur des rues

jusqu’à aller chez Auchan tiens , pour la litière du chat qu’est moins chère là bas .

juste pour détendre .


2011 : La nuit, tous les chats sont gris...
11 janvier 2011 - 09h33 - Posté par

Secoues le chêne,un gland de plus ou de moins.... ;

LR


2011 : La nuit, tous les chats sont gris...
11 janvier 2011 - 10h10

« Au-dessus de 4 millions, je prends tout ! » Étonnante actualité de cette proposition lancée par Georges Marchais en 1981.

Trente ans plus tard, la crise financière a remis la question des écarts de revenus au goût du jour.

Selon une enquête exclusive de l’Ifop pour l’Humanité, trois Français sur quatre se prononcent en faveur d’un salaire maximal. Á l’heure où la production de richesses n’a jamais été aussi importante, la gauche avance ses propositions.

La suite du décryptage de notre sondage sur "les Français et le revenu maximum", à lire dans l’Humanité de mardi 11 janvier

Également dans votre journal, un entretien avec Jean-Claude Sandrier, député communiste du Cher et un zoom sur les rémunérations des grands patrons : Antonio Belloni, directeur général de LVMH a gagné 300 fois le Smic en 2009...

http://humanite.fr/10_01_2011-75-de...

Voilà le genre de sondage à la con auquel l’Humanité claque son peu de fric, (à l’IFOP EN PLUS, la boîte de PARISOT, faut être maso quand même....) pour complaire et appuyer le "programme" même pas réformiste du Front de Gauche !!??!!

J’imagine que pour certains il faudrait se réjouir de cette nouvelle, y voir une avancée de la conscience de classe etc etc .

Et bien moi lire des trucs pareils ça me fout dans une de ces colères dès le matin !

Allez les débats sont ouverts....On bloque à combien en fonction de quoi etc... waow, ça c’est de la proposition politique dis donc....

LL

Ps ; Z’avez remarqué qu’ils déterrent Jojo au moins 5 fois par jour en ce moment ?



2011 : La nuit, tous les chats sont gris...
11 janvier 2011 - 10h49 - Posté par

Décidément,c’est plutôt l’araignée qui se ballade au plafond.

LR


2011 : La nuit, tous les chats sont gris...
11 janvier 2011 - 10h52 - Posté par
2011 : La nuit, tous les chats sont gris...
11 janvier 2011 - 11h57 - Posté par LA

Le parti communiste fait son trou...

Et il n’a plus qu’à faire un grand pas en avant !

Laurence d’Arabie


2011 : La nuit, tous les chats sont gris...
11 janvier 2011 - 14h16 - Posté par pmls
2011 : La nuit, tous les chats sont gris...
11 janvier 2011 - 15h10

Mélenchon en pleine Mitterandôlatrie avec un "léger" problème de mémoire semble-t-il....et une vision extrêmement orientée des acquis sociaux de l’époque... Jean Luc, on t’aime, change rien, t’es au top :) encore quelques unes comme ça et tu vas dégoûter un bon paquet de cocos qui se tâtaient (surtout le coup du RMI comme "acquis positif" alors là putaing cong fallait oser, il a osé !!!)

(...)En ce moment il y a de nouveau foule autour du cercueil de François Mitterrand. Sous couvert de bilan et de droit d’inventaire, je prévois qu’il va beaucoup être question de la « part d’ombre ».

Le but de l’opération est toujours le même.

Car pour les amis du fric ce souvenir est surplombé par la nationalisation des 36 principales banques de dépôt, et des grandes industries : Alcatel-Alstom, Saint Gobain, Péchiney, Thomson, Rhône-Poulenc….

La manœuvre est banale autour de cette commémoration mal assumée : rendre suspect et ambivalent tout dirigeant de gauche qui affirme vouloir transformer le monde. Dénigrer l’actif au nom du négatif. Si vous ne savez que dire, alors un peu de mémoire pour ne pas limiter vos souvenirs à l’abolition de la peine de mort qui est le tarif minimum de la mémoire autorisée et politiquement correcte.

Pensez à la 5ème semaine de congés payés, à la retraite à 60 ans, à la première réduction du temps de travail depuis 1936 avec le passage à la semaine de 39 heures, à la hausse du SMIC de 10 %, et du minimum vieillesse de 20 %, a l’abolition de la cour de sureté de l’Etat, à la création de l’impôt sur la fortune, créé en 1982, abrogé par la droite en 1986, rétabli en 1988 !

Et aussi à la création du bac pro en 1985, a celle du RMI, à la légalisation des radios libres locales, aux lois Auroux sur les droits des travailleurs : droit d’expression des travailleurs sur leurs conditions de travail, obligation de financement des comités d’entreprise, droit de retrait pour les salariés en cas de danger. Et aux avant-garde écologistes avec la protection des espaces naturels du pays : la loi littoral (janvier 1986) et la loi montagne (1985).

Et aussi, pensez-y et réveillez vous : l’abolition du délit d’homosexualité. Pensez bien sûr ce que vous voulez et agissez comme vous l’entendez. Mais attention au danger de réduire tout succès extraordinaire à sa part d’échec ordinaire.(...)

http://www.jean-luc-melenchon.com/2...



2011 : La nuit, tous les chats sont gris...
11 janvier 2011 - 18h17 - Posté par

(surtout le coup du RMI comme "acquis positif" alors là putaing cong fallait oser, il a osé !!!)

Dans la même veine, quand mes camarades du PCF justifiaient au lendemain de 2002 la participation du PCF à la gauche plurielle par les petits acquis obtenus, et quand je leur demandais de m’en citer, ils me sortaient... les emplois jeunes (outre la terrible lutte anti-dopage de MGB !!!).

Les bras m’en tombaient.

La gauche plurielle a démoli le statut des surveillants dans les lycées et collèges : c’était des jeunes qui bénéficiaient d’un vrai statut, permettant à des étudiants issus de familles plutôt modestes de poursuivre leurs études avec un travail à mi-temps et des horaires adaptés, avec une petite rémunération etc.

On a remplacé ça par le statut précaire des emplois jeunes, recrutés à discrétion par le chef d’établissement.

Un progrès, l’introduction de la précarité chez les surveillants ?!

Et comble de non-argumentation, ces camarades enfonçaient le clou style resto du coeur : "mais tu comprends, le jeune qui trouvait pas d’emploi, il est vachement content de trouver ça, c’est mieux que rien pour lui", sur un ton pleurnichard, vous imaginez bien. Parfois le ton se faisait plus méchant, plus accusateur : "tu te fous de la souffrance des gens !"

Et je leur disais : mais que faites-vous de l’autre jeune, celui qui aurait pu être surveillant et qui du coup est au chômage ou a dû interrompre ses études faute de revenu ? Pas de réponse, bien sûr. Il ne peut y en avoir, c’est totalement indéfendable.

Mais quand bien même, la préservation d’un statut ne devrait-elle pas être, pour des militants progressistes, bien plus importante qu’un peu de caritatif ?!

La démolition par petites tranches du service public, l’introduction sournoise et progressive de la précarité, je l’ai vécu de l’intérieur, sous gouvernements de droite et de gauche. Voilà pourquoi je suis derrière le NPA et que je ne lâcherai jamais sur l’indépendance vis à vis du PS. Cette putain de dépendance qui a amené des militants du PCF pourtant sincères à présenter les emplois jeunes comme un progrès.

Et ensuite, après le couplet "emploi-jeunes", la chanson continuait avec le refrain : les vilains qui ne veulent pas mettre les mains dans le cambouis ! Evidemment. Cette petite musique va reprendre à l’approche de 2012, allez-y les choristes, on est prêt ! (ténor : Mélenchon, alto : Marie-George, soprano : Picquet)

Chico


2011 : La nuit, tous les chats sont gris...
11 janvier 2011 - 18h31 - Posté par

Tout à fait d’accord avec toi sur ce point Chico.

Et tu as trouvé le mot que je cherche depuis quelques jours : "caritatif".

Être communiste en 2011 ce n’est pas faire dans le caritatif (même si certains dans le landerneau sont bel et bien des "Enfoirés"....zut, v’là que je changognise moi ;)).

LL


2011 : La nuit, tous les chats sont gris...
11 janvier 2011 - 19h27 - Posté par

Et tu as trouvé le mot que je cherche depuis quelques jours

Excuse-moi, je te l’avais emprunté sans prévenir, désolé...

Chico


2011 : La nuit, tous les chats sont gris...
11 janvier 2011 - 19h42 - Posté par Jean-Pierre

La nuit tous les chats sont gris. ok, mais où se situerait leur avantage du fait que les chattes aussi sont grises la nuit ? Hein ?
Ce texte est intéressant mais beaucoup trop long. Je ne suis pas toujours scottché devant l’écran et aller jusqu’au bout et rester concentré est une véritable corvée.
Or, le plaisir doit rester vivant.



2011 : La nuit, tous les chats sont gris...
11 janvier 2011 - 21h07 - Posté par

Ce texte est intéressant mais beaucoup trop long.

La Louve, peux tu demander à Chimulus de le traduire en BD ??? STP ?...

Pour ceux qui peinent à lire plus de deux pages 21x27 de suite... ((- :

C’est sûr que si on peut pas lire ça jusqu’au bout ça devient carrément impossible de lire Marx, Marcuse, ou même... Les Trois Mousquetaires.

Va falloir y réfléchir sérieusement si on réinvente les écoles du Parti ou l’Université ouvrière.

G.L.


2011 : La nuit, tous les chats sont gris...
12 janvier 2011 - 00h44 - Posté par

GL, je pense que "Jean Pierre" joue au con, comme tu l’auras bien compris ;)

LL


2011 : La nuit, tous les chats sont gris...
12 janvier 2011 - 00h45 - Posté par

Jean Pierre, comme le mari de Samantha, ma sorcière bien-aimée ? (ça va là c’est pas trop long comme post et pas trop dur pour toi comme références ?)


2011 : La nuit, tous les chats sont gris...
12 janvier 2011 - 22h36 - Posté par michel

Regardez, il y a même un parti qui a été créé "ex nihilo" (c’est très balèze, ça) fin 2008,

L’urgence est donc à la création d’un parti des communistes.

Copieuse !

un ancien sénateur (à 32 ans s’il vous plait !), un gars du PS qui cause comme nous (dit-on), qui montre ses muscles chez Drucker et chez Ardisson, qui a soutenu Maastricht en 1992 et s’est réveillé de sa cuite pro-européenne 15 ans plus tard, spécialement pour vous qui êtes très très indignés et voulez absolument battre Sarkozy et tirer le PS vers "la gauche".

Et La Louve, ex PS ex PCF, elle s’est réveillée quand ?



2011 : La nuit, tous les chats sont gris...
13 janvier 2011 - 00h52 - Posté par

L’important c’est qu’elle se soit réveillée.Ce qui ne semble pas être ton cas.
Continues à " mélancher " ta potion millésime 2012.Saint Gays..sot veille sur toi,

amen

LR


2011 : La nuit, tous les chats sont gris...
13 janvier 2011 - 10h07 - Posté par Alain Chancogne

OUI..

 :)))
remarque, ne pas se "réveiller" quand on a cru lutter avec des compagnons de misère et qu’on constate de près la misère des luttes entre ces cons pagnons misérables..... faudrait avec le sommeil lourd..

De plus, passer de l’"entrée"... "saucisson " rance ..au buffet peu "commode"...avant de se régaler de" Bella Ciao"..., plat de Résistance.., pour le régime (en espoir..) d’une jeune femme,... c’est quand même autre chose que commencer OCI bouffeur de stals ..et d’un train de sénateur,avoir été becter chez les "Sociaux traitres" avant de se taper un p’tit rouge de 1,93 degré..


Enfin moi ce que j’en dis c’est à la fois pour un clin d’oeil rigolard à ceux qui perdent leur temps à m’écrire de chez Hotmail Anonymus que je me suis suis "vendu" à B.C.., et pour un p’tit doigt donneur..au pitre qui croit balancer une pointe.. !

 :))

Message perso : même "masqué" les coups de fils anonymes,menaçants (très cons par ailleurs).. hélas pour les "maldes harceleurs"...avec un dépot de plainte contrex ..c’est 2 mois pour finir devant un Juge..


Note hors sujet(? ??), tant que je me cramponne au micro :

Pardon de ce message perso(pas de parano, croyez moi !!!) ,

Dans le p’tit bouquiin que j’écrisà temps perdus...., j’explique comment rompre avec le PCF..aide ensuite à mieux mesurer ce que sont des formes abjectes de stalinisme à la française..que, pourtant classé -pas à tort- comme marchaisien de "choc" dans le débat viril, - je n’ai jamais pratiqué. que j’ai naîvement découvert quand ce fut mon tour de connaitre le"cause toujours" plus méprisant que l’ancien "ferme la"

.De mieux saisir , pourquoi, en politique comme en "Amour", l’intégrisme et la vie en "contre société "(totale pour certains..beaucoup, beaucoup moins pour moi.. :)) rend dangereux, et donc que la LDC inclut d’ "a-FRONT-er les "tordus" du bulbe..surtout quand, de moins en moins nombreux, blessés à mot , déja logés dans la gibecière rose des ramasseurs d’espèces en voie de disparition, ils éructent, bavet, mordentavec des ratiches branlantes, en hurlant à la mort.( la leur. !) ...ça mérite un remerciement sincère à ceux qui nous rappellent qu’Hegel était pas con du tout en rappelant

" La preuve du pudding, c’est que ça se mange"..

Bonne journée ami LR..et autres, qui récoltons d’autant plus de crachats que la salive devient rare .

De plus en plus, , il ya "réveil".."écoute"..de Communistes qui ne confondent pas un sondage à 7 p cent, pour un mercenaire soc dem au nombril en érection donnant le sentiment à ceux que ça rassure...que le PC n’est donc pas "mort"...... avec ce qui aidera la visée Communiste , c’est à dire un "en commun" révolutionnaire que NOUS allons, oui, faire vivre..

Pour ne pas crever.

Même si certains ont refusé il y a trois ou quatre ans de faire leur " mon" slogan chancognien que j’ai lancé en 2001, ils peuvent encore se servir sans me payer des droits d Auteur- ’Hauteur..


"Si tu veux pas tomber de Haut, prends de la Hauteur"..

Cordialement

AC


2011 : La nuit, tous les chats sont gris...
13 janvier 2011 - 12h51 - Posté par

Michel, mon petit, tu perds ton temps (remarque, si c’est tout ce que tu as trouvé à en faire, par les temps qui courent, c’est que t’es probablement pas communiste, pour ma part le mien est trop occupé par les luttes et les combats sur le terrain pour le perdre à te faire une longue réponse...).

Tu voudrais me faire plaisir tu ne t’y prendrais pas autrement - il parait que le loup est l’ancêtre du chien, ça doit donc être mon côté "cabot" !

Au fond, j’aime ce genre de provocations imbéciles et pour tout dire, franchement drôles, surtout si tu veux comparer mon parcours et celui de Mélenchon, alors Là, je dis "vas-y Mimi"... vas-y, que je rie, que nous riions toutes et tous, à gorge déployée, c’est si rare en ce moment.

LL (jamais sénatrice)


2011 : La nuit, tous les chats sont gris...
13 janvier 2011 - 17h17 - Posté par sam 82

j’apprécie ce texte , je trouve qu’il va a l’essentiel et invite a la réflexion , sur le fond . je pense aussi que l’urgence est a la construction non pas d’un parti des communistes , mais a la construction d’un parti communiste . . là c’est une autre histoire , et tout un programme , car quel doit être aujourd’hui l’idéologie fondamentale d’un pc , et a partir de là quel contenu politique en découle ? pour ma part c’est la question primordiale , a laquelle j’ai quand même apporté mes réponses . dans tous les cas ça sera très compliqué , mais peut être pas impossible . sam 82 .



2011 : La nuit, tous les chats sont gris...
17 janvier 2011 - 14h16 - Posté par touffes et tins

Appareillage de nuit

L’instant juste qui suit
Celui qu’on nous explique
Etre le temps venu
D’une autre République

Je suis un rat (je suis fait comme)
Je suis un porc (pur droit de l’homme)
Je suis un con (c’est sans appel)
Je suis un pli (confidentiel)
Je suis un quai(de la mémoire)

...Voici le temps venu
d’un Rat-porc-con-pli-quai !

Voici celui
Malgré la nuit
Qu’un chat tout blanc
Tout blanc dehors
Tout noir dedans
Miaule au quai
De la mémoire :

"Le rat de l’amnésie a rongé les amarres"...


2011 : La nuit, tous les chats sont gris...
17 février 2011 - 00h00 - Posté par hayewski franck

allonzenfants de la patrie !!!et pour la suite ya gainsbar !!!






A propos de « l’islamophobie douce »
dimanche 22 - 23h16
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Le "média" , nous propose dans une courte vidéo, l’acte 45 à Paris avec la convergence des luttes
dimanche 22 - 21h49
de : nazairien
1 commentaire
UN CAR PARIS-LANNEMEZAN POUR LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH !
dimanche 22 - 19h38
de : jean clément
Manifestations Climat et Gilets Jaunes : Paris sous tension (vidéo)
dimanche 22 - 18h50
de : nazairien
7 commentaires
IMMIGRATION : refuser le duo-duel dégoûtant de Macron et de Le Pen ! Tous ensemble en même temps dans les luttes !
dimanche 22 - 18h26
de : jodez
La "flicaille" hors controle, n’entame pas, la détermination du peuple en colère (vidéo)
dimanche 22 - 18h10
de : nazairien
3 commentaires
Mardi 24 sept 2019 à 13h45 Soutien Vincenzo Vecchi
dimanche 22 - 17h44
de : fabiola
« Gazés en plein visage », un couple de touristes est évacué des Champs-Elysées
dimanche 22 - 17h18
de : joclaude
A propos des franchouillards dans les manifs.
dimanche 22 - 17h09
de : Christian DELARUE
2 commentaires
LA PEUR DU PEUPLE - Agoraphilie et agoraphobie politiques
dimanche 22 - 10h57
de : Ernest London
2 commentaires
Gilets jaunes : un acte 45 réussi ? L’avis de Faouzi Lellouche (vidéo)
dimanche 22 - 02h22
de : nazairien
4 commentaires
Marche du 21 sept à Paris : 1 km et lacrymos |
samedi 21 - 20h12
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Gilets-Jaunes - Acte 45 - Dès ce matin mobilisation massive à Paris !
samedi 21 - 11h21
de : joclaude
C3H8NO5P
vendredi 20 - 20h51
de : L’iena rabbioso
LIBERTE POUR VINCENZO VECCHI
vendredi 20 - 18h39
La liste des 11 membres du gouvernement à avoir « oublié » des biens dans leur déclaration de patrimoine
vendredi 20 - 17h20
de : joclaude
La France équipe les troupes égyptiennes soupçonnées d’exactions dans le Sinaï
vendredi 20 - 14h11
de : joclaude
2 commentaires
TROIS QUESTIONS À CORINNE MOREL DARLEUX à propos de PLUTÔT COULER EN BEAUTÉ QUE FLOTTER SANS GRÂCE
jeudi 19 - 09h40
de : Ernest London
1 commentaire
Climat : comment les syndicats préparent-ils la grève du 20 septembre ?
jeudi 19 - 08h46
1 commentaire
D’aucun devrait apprendre que nous vivons un monde Multipolaire et non plus unipolaire !
mercredi 18 - 17h02
de : joclaude
Assez cautionné le « dialogue social » bidon avec le gouvernement et ses représentants !
mercredi 18 - 13h26
de : Jodez
3 commentaires
Urgence pour l’Hôpital ! Urgence totale des luttes sociales !
lundi 16 - 22h07
de : Lepotier
ACTE 44 des Gilets Jaunes : Les BRUTES de macron à l’oeuvre ! (video)
lundi 16 - 19h17
de : joclaude
2 commentaires
Les "affaires" en régime macronien ! Vertueuse prédiction : Plus jamais ça ?
lundi 16 - 11h59
de : joclaude
2 commentaires
Venezuela : les très gênantes photos de Guaidó en compagnie des narco-paramilitaires colombiens
lundi 16 - 10h45
de : Olivier Arendt
Les sous-traitants du nucléaire en grève le 18 septembre contre le dumping social
lundi 16 - 08h11
DÉCÈS D’UN TORTIONNAIRE EN ALGÉRIE.
dimanche 15 - 15h17
de : Transmis par Nuits de septembre 1965
Que la Terre nous sauve.
samedi 14 - 13h27
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Mesures Buzyn, c’est du Coluche : Dites nous ce dont vous avez besoin, nous vous dirons comment vous en passer (vidéo)
samedi 14 - 13h12
de : nazairien
1 commentaire
MANIFIESTA 2019 - C’est l’heure de l’mettre !
samedi 14 - 11h47
de : Hdm
Patrick Balkany, proche de Sarkozy, condamné à 4 ans de prison ferme et incarcéré (vidéo Verdi)
vendredi 13 - 16h16
de : nazairien
10 commentaires
Les corbeaux , les vautours en passe de disparaître ?
jeudi 12 - 20h12
de : joclaude
1 commentaire
Réaction de LFI après la diffusion des images de Quotidien sur le jour des perquisitions (video)
jeudi 12 - 12h38
de : LFI
40 minutes d’images cachées : le coup monté médiatico-judiciaire contre LFI (video)
jeudi 12 - 08h57
de : L’Ère du peuple
1 commentaire
Je suis prêt ! « Et ainsi de suite… »
jeudi 12 - 08h44
de : Jean-Luc Mélenchon
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 - 08h41
de : Info’Com-CGT
Grèce : l’expérience autogestionnaire des Viome menacée
jeudi 12 - 08h04
Le Val-de-Marne, premier département de France à bannir le glyphosate
mercredi 11 - 09h40
de : Agnès Vives
2 commentaires
Perquisition chez Mélenchon... Un autre son de cloches (video)
mercredi 11 - 09h01
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 - 07h51
de : Roberto Ferrario
2 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Avant les médias, il y avait une limite physique à l'espace qu'une personne pouvait occuper toute seule. Andy Warhol
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite