Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Si j’étais Nicolas Sarkozy
de : Caleb Irri
lundi 10 janvier 2011 - 14h27 - Signaler aux modérateurs
6 commentaires

Si j’étais Nicolas Sarkozy, je dormirais mal. Je me lèverais très tôt, et toute la journée je me verrais obligé de sourire à des gens qui m’énervent, ou pire à des gens qui m’indiffèrent. J’aurais un tas de rendez-vous plus ou moins importants auxquels je serais obligé d’aller, je serais contraint de prendre des décisions engageant des millions de personnes autour de moi. Le soir, je serais épuisé, et cela me rendrait sans doute agressif ou impatient.

Si j’étais Nicolas Sarkozy, je me sentirais mal dans ma peau. Après avoir été porté aux nues par un peuple infidèle et volatile, je me saurais détesté par plus de 70 % de la population française, et tout cela sans compter les étrangers. Je me verrais critiqué dans tous les journaux, attaqué sur toutes les radios, moqué dans tous les bars de France. Tous mes travers, tous mes tics, toutes mes faiblesses seraient montrées au grand jour, et cela me ferait devenir froid et renfermé.

Si j’étais Nicolas Sarkozy, je me croirais dupé. Elu pour être le premier citoyen de France, on me dirait sali dans des combines scabreuses pour gagner moins qu’un patron du CAC40, alors que mon honneur et ma dignité seraient trainés dans la boue. J’aurais pris des décisions difficiles influant sur le cours de l’Histoire, et l’Histoire ne retiendrait de moi que quelques invectives lancées à des individus inexistants. Je deviendrais aigri et prétentieux.

Si j’étais Nicolas Sarkozy, j’aurais l’impression de me promener toujours tout nu. Mes amours, mes joggings, mes vacances, mes sms, tout le monde ne parlerait que de cela. Que cela soit vrai ou faux importerait peu, mais nuirait considérablement à ma vie personnelle… devenue quasi-inexistante. Je ne pourrais rien faire comme tout le monde, et tout le monde me le reprocherait. Je m’endurcirais, et me contiendrais.

Si j’étais Nicolas Sarkozy, j’aurais peur tout le temps. Peur de me promener dehors, de prendre l’avion régulièrement, de me retrouver au milieu d’individus hostiles et incontrôlables. Je finirais par croire aux rumeurs que j’entretiendrais pourtant moi-même, et craindrais l’attentat terroriste par dessus tout. Je ferais attention à tous ceux qui m’entourent, et ne me confierais à personne. Je deviendrais tyrannique et terrorisé.

Si j’étais Nicolas Sarkozy, j’aurais une vie trépidante qui ne me donnerait que des soucis, et dont les avantages évidents ne suffiraient pas à m’offrir le semblant d’un début de bonheur personnel. Les conséquences de mes actes quotidiens, loin d’être inutiles, auraient même le pouvoir d’être nuisibles à une majorité d’individus, sans que j’en puisse reprendre le contrôle.

Si j’étais Nicolas Sarkozy, en 2012, je ne me représenterais pas.

Caleb Irri

http://calebirri.unblog.fr



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Si j’étais Nicolas Sarkozy
10 janvier 2011 - 14h46 - Posté par guetteur des rues

Ce triste sire est bien plus roué qu’il n’est dépeint ici , bien plus pourri encore et c’est pour ça qu’il est là !

Certes il faudrait se forcer beaucoup pour lui trouver une belle intelligence , une compréhension simple de l’humanité , il en est vraisemblablement incapable , mais il n’est pas selon moi si con que ça . Il est en mission oui mais ça l’arrange et il sait parfaitement ce qu’il génère d’impopularité et il s’en b...

Après sa représentation il rejoindra la bande à Blair , Clinton and Co , ceux qui sont rétribués 100 000 dollars par prestation ou pour des conseils .

Parce que le temps passé à ce poste c’est du temps passé à accumuler les adresses , les dossiers qui font peur , etc .Et ça se monnaie très cher ensuite .



Si j’étais Nicolas Sarkozy
10 janvier 2011 - 16h46 - Posté par

Hitler, Mussolini, Staline, Franco, d’autres encore n’ont souffert d’aucun remords. Pourquoi voulez-vous qu’un tyran au XXIème siècle en ait ?
Je pense assez fermement M.Irri que pour décrire de tels hommes il conviendrait d’adopter un style plus affirmé.
Staline s’était doté d’une bureaucratie surpuissante. Exécuteur des basses œuvres un jour, on pouvait être déporté le lendemain. Mais les menaces qui pesait sur les populations pauvres, et par conséquent révoltées, incitaient chacun à rentrer de toutes forces dans le système bureaucratique, au risque, d’y périr à son tour.
L’une des raisons de l’échec du capitalisme soviétique, par rapport, au notre, tient justement au fait que dans notre système les élites sont protégées. Parallèlement on fait miroiter que chacun peut accéder à l’élite (la fameuse illusion du rêve américain), selon un « mérite » qui évidemment proportionnel à sa capacité à servir le régime. Chacun, phénomène nouveau, peut, accèder à la célébrité (la plus débile : star acadamy, nouvelle star, reality show), la très fameuse idée de Warhol (dont la richesse devait à cette idée de « minute de célébrité pour chacun », fameuse idée qui l’a strictement compromis avec les intérêts de l’Etat).
Ceci est le spectaculaire diffus.
Le stalinisme tient du spectaculaire concentré qui est à l’œuvre encore dans notre société à travers la guerre menée contre les pauvres et certaines populations (immigrés). Ce qui implique qu’on tire chacun à échapper à la pauvreté et aux stigmatisations (l’étoile jaune intériorisée), c’est-à-dire à participer à leur tour à la guerre qui est menée contre les pauvres et certaines populations.
La réunion du spectaculaire diffus et du spectaculaire concentré, dans nos sociétés, nous donne le spectaculaire intégré ; c’est-à-dire l’emprunt à plusieurs formes de gouvernance tyrannique.
Auquel s’ajoute, à ce jour, plus manifestement qu’auparavant, l’emprunt à la dictature orwelienne.
La conjonction des trois méthodes de gouvernements despotiques : Stalino/fasciste, américain et Orwellien, conduit irrémédiablement cette société dans ce que j’appelle « la discipline de la haine » http://www.pirefiction.fr/livres_ar..., par lequel il y a un effet d’ascendance vers le spectacle. Tout ce qui le réfute se trouve nécessairement déporté dans la solitude et l’isolement. Tout est balisé dans un effet d’ascendance vers le spectacle et la marchandise. Nous n’existons pas ou dans une mesure qui tient à l’allégeance au spectacle et à la marchandise, c’est à dire à l’assentiment de sa propre réification, mais aussi de celle des autres. On se figure mal quel cynisme abject fonde les cerveaux de la direction et par cascade, diminuendo, des sujets les mieux placés, les cadres, au prolétariat, les raisons nous en paraissent plus palpables. "L’affaire Toulaev" de Victor Serge est passionnant de ce point de vu où l’abjection bureaucratique est éclairée par le talent de Serge.
L’histoire du capitalisme au XXème siècle, en Europe, a débouché, en son point culminant, sur une histoire de la déportations. Elle est devenue après guerre, une déportation initiée par le spectacle et la marchandise, et par conséquent une déportation psychologique, morale, intellectuelle et temporelle. "Se questo e un uomo". On a bien des raisons de supposer qu’on vous nie, si souvent, par bureaucrates et marchands interposés, qu’en effet la question se pose bel et bien : "se questo e un uomo" a subi un effet de renversement, très complexe et dans tous les cas particulièrement redoutable. Je suppose que votre intimité, dans l’écriture, cherche à cette question des résonances personelles ?


Si j’étais Nicolas Sarkozy
10 janvier 2011 - 18h52 - Posté par

T’en as oublié plein : Mitterrand, Pétain, Blair...

6 pieds sous terre Jaurès...


Si j’étais Nicolas Sarkozy
10 janvier 2011 - 20h28 - Posté par guetteur des rues

Un peu trop simple pour moi comme écriture !

Moi pauvre bézu j’ai cependant un principe depuis fort longtemps et je m’y tiens , à savoir que si ma ’’bignole ’’( image bien sûr ) ne peut me comprendre , alors ma révolution ne vaut rien , c’est de la br....intellectuelle si elle n’y a pas accès !


Si j’étais Nicolas Sarkozy
10 janvier 2011 - 18h52

Oui mais... manifestement tu n’es pas Nicolas Sarkozy...



Si j’étais Nicolas Sarkozy
10 janvier 2011 - 21h40 - Posté par

Et les blancs étaient vraiment très chant més !!!





L’État français cherche à nous faire oublier les essais nucléaires en Polynésie
lundi 21 - 22h11
de : Delaunay Matthieu
Sécurité.
lundi 21 - 19h38
de : L’iena rabbioso
Erreur de Pôle emploi en votre défaveur : garder des nerfs d’acier
lundi 21 - 09h48
Appel du non lieu dans la mort de Rémi Fraisse
dimanche 20 - 23h30
de : desarmons-les
Voilophobie : tentative de compréhension et d’explication.
dimanche 20 - 00h18
de : Christian DELARUE
10 commentaires
Canal Seine-Nord : la catastrophe écologique et économique en route !
samedi 19 - 19h08
de : Eve
5 commentaires
Reconnaissance faciale dans les lycées
samedi 19 - 11h02
de : quadrature du net
LA RAGE CONTRE LE RÈGNE DE L’ARGENT
samedi 19 - 08h44
de : Ernest London
Points de vue sur les Gilets jaunes
vendredi 18 - 16h35
de : jean 1
Yankees et son larbin français, effacent les preuves, de leur "implication terroriste" en syrie
vendredi 18 - 11h59
de : nazairien
"Gôôôche" démocratique et républicaine ou TRAHISON ?
vendredi 18 - 10h45
de : jean-marie Défossé
2 commentaires
Badgeophobie ou syndicalistophobie
jeudi 17 - 23h45
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Est-ce que oui ou non castaner va dégager ?
jeudi 17 - 20h22
de : jean 1
VERS LA BANLIEUE TOTALE
jeudi 17 - 14h12
de : Ernest London
Est ce la panique, en macronie ? Le gouvernement envisage de retarder la réforme des retraites (vidéo)
jeudi 17 - 12h49
de : nazairien
3 commentaires
Le Crédit Mutuel prépare une vague de licenciements massifs
jeudi 17 - 11h23
de : PDUROC
Suspicion délation répression ... et agressions impérialistes
jeudi 17 - 10h56
de : Chantal Mirail
Sous le voile, une femme !
jeudi 17 - 10h36
de : Chantal Mirail
2 commentaires
Sociale vigilance / C’est l’heure de l’mettre
jeudi 17 - 10h28
de : Hdm
Droit d’informer : Nous ne devons pas nous habituer aux intimidations, aux gardes à vue et aux poursuites judiciaires
jeudi 17 - 09h58
Barcelone : des manifestants indépendantistes affrontent les forces de l’ordre pour la troisième nuit consécutive (vidéo
jeudi 17 - 00h53
de : nazairien
1 commentaire
Une personne porte ici un signe religieux ostensible !
mercredi 16 - 22h29
de : Christian DELARUE
9 commentaires
La manifestation des pompiers dégénère : incidents et tensions (15 octobre 2019, Paris) (vidéo)
mercredi 16 - 16h24
de : nazairien
2 commentaires
Des scènes de guérilla urbaine dans le centre de Barcelone, après la condamnation des dirigeants séparatistes (vidéo)
mercredi 16 - 16h09
de : nazairien
1 commentaire
Retraites : la CGT, FO, Solidaires et la FSU appellent à la grève le 5 décembre
mercredi 16 - 07h54
1 commentaire
15 Octobre 1987 THOMAS SANKARA
mardi 15 - 17h29
de : CADTM
De qui se moque t on ? Les frais d’hébergement des députés à Paris vont être davantage remboursés
mardi 15 - 17h11
de : nazairien
2 commentaires
ZOMIA ou l’art de ne pas être gouverné
mardi 15 - 14h20
de : Ernest London
Grande Fête du livre de Noir et Rouge
lundi 14 - 23h10
de : Frank
Nucléaire : le danger qui nous menace s’accroît
lundi 14 - 23h03
de : pierre peguin
Emission - Sabotage de l’école – Un peuple éclairé serait-il incontrôlable ?
lundi 14 - 20h03
de : Emission - Polémix et La Voix Off
Rojava : « La révolution ne doit pas disparaître »
lundi 14 - 17h10
de : jean 1
1 commentaire
Pascale Locquin
lundi 14 - 15h45
de : locquin
Les "gilets jaunes, bleus, verts, oranges" dans le VIéme ar, pour la "défense des victimes de l’amiante
dimanche 13 - 14h17
de : nazairien
Le voile ... dévoile une fois de plus sa stratégie de dislocation des valeurs républicaines
dimanche 13 - 11h56
de : Jean-Marie Défossé
18 commentaires
Toulouse, les baqueux toujours aussi dérangés, les CRS sous "captagon" ? et les gedarmes veulent faire aussi bien (vidéo
dimanche 13 - 02h25
de : nazairien
Rencontre débat « L’anarchisme pour les nuls »
samedi 12 - 21h15
de : jean 1
Le crépuscule de l’OTAN.
samedi 12 - 20h56
de : L’iena rabbioso
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h18
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h14

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Nul n'est plus esclave que celui qui croit à tort être libre. Goethe
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite