Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Egypte : la presse s’est trouvée un héros qui lui ressemble


de : Bloc-Noteur
mercredi 16 février 2011 - 10h39 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires

La presse mainstream est en train de nous vendre un visage "acceptable" de la révolution égyptienne : Wael Ghonim. Cadre Marketing de Google, ayant étudié aux États-Unis, marié à une Américaine, parlant couramment anglais et servant les plats aux néolibéraux de l’entourage de Moubarak qui veulent se présenter comme des individus neufs et être portés au pouvoir par les militaires qui ont besoin d’un paranvent civil.

Derrière cette promotion d’un homme sandwich de la globalisation néolibéral (qui passe ses interviews à vendre les mérites des grandes compagnies US de l’Internet), on voit le portrait en creux d’une presse, propriété de grands groupes industriels, qui cherche systématiquement à transformer tout mouvement populaire comme une menace (de soviétisation hier, d’islamisation aujourd’hui) ou comme la "preuve" de l’aspiration des peuples au renforcement du systèmes néolibéral prédateur.

Je vous recommande cet article du site CPPN qui présente bien la manipulation en cours, consistant à écarter les vrais meneurs de la place Tahrir ou les vrais opposants à Moubarak pour créer une icône que la presse aime avant tout parce qu’elle ressemble sociologiquement et intellectuellement à ses rédacteurs.


Placement de produits

Il existe une pratique agaçante mais de plus en plus fréquente dans la production audiovisuelle : le placement de produits. Il s’agit d’une technique de marketing consistant à afficher des marques au milieu des films, téléfilms ou des séries afin d’en vanter les mérites, ou de les présenter sous un jour favorable. Le procédé ne date pas d’hier (les compagnies de transports ferroviaires et maritimes avaient incité Jules Verne à placer leurs noms dans son « Tour du monde en 80 jours » en 1873) mais il s’est considérablement développé ces dernières années, au point de susciter la colère de la Writer Guild of America. Si cette pratique est, avant tout, courante dans les œuvres de fiction audio-visuelles, on la trouve également dans des documentaires. Ainsi, Al Gore, dans son « Une Vérité qui dérange », multiplie les plans où l’on aperçoit le logo d’Apple, dont il est membre du Conseil d’administration.

C’est une pratique qui m’agace au plus haut point et que je trouve d’une totale vulgarité : je regarde une histoire qui m’intéresse et, au milieu, un personnage me vante ou présente les « bienfaits » d’un produit. Ca me sort de l’histoire presque immédiatement. En fonction de mon humeur et de l’image que j’ai de l’intégrité des scénaristes ou des réalisateurs d’une œuvre, cela m’inspire soit un profond mépris pour ceux qui consentent à faire du racolage publicitaire de bas étage, soit une certaine tristesse pour des artistes qui n’ont pas d’autres choix que de faire ce type de compromissions s’ils veulent bosser ou porter à l’écran leurs projets.

Je suis également partagé entre ces deux sentiments quand je vois la dernière cible des placements produits : les révolutions dans le monde arabe. Et comme dans les œuvres de fiction, ce placement de produits est réalisé avec la même vulgarité, la même bêtise et le même mépris pour les vrais acteurs de l’histoire.

 

Parmi tous les manifestants ou victimes de la révolution égyptienne, les médias occidentaux ont décidé d’en starifier un : Wael Ghonim. Cet Egyptien ne peut pas réellement se targuer d’avoir réalisé une action déterminante, ce n’est pas un opposant historique et il n’ambitionne pas, si on en croit ses dires, de peser, dans l’avenir, sur l’évolution égyptienne. Mais son profil correspond en tout point aux critères marketing qui font d’un opposant à un régime un bon opposant du point de vue médiatique. En effet, Wael Ghonim est un jeune égyptien parlant anglais sans problèmes, qui a fait ses études aux États-Unis, qui a épousé une citoyenne états-unienne, qui travaille dans les nouvelles technologies et en vante constamment les mérites, qui est cadre (chef marketing pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord) de l’entreprise Google aux Emirats Arabes Unis et qui est l’initiateur d’un groupe Facebook considéré dans les médias comme un des instruments de la mobilisation de la jeunesse égyptienne. Avouez que c’est quand même plus sexy qu’un crève la faim ne parlant qu’arabe ou un vieux militant qui, si ça se trouve, – sait-on jamais avec ces gens là ? – est influencé par les Frères musulmans ou le panarabisme ! A l’inverse, comme le décrit l’AFP, Wael Ghonim présente bien : « allure de jeune premier, teint hâlé, lunettes d’intello et regard brillant ». Excusez-moi, mais ça a quand même une autre gueule que le pouilleux moyen de la place Tahrir.

Si on en croit l’histoire telle qu’elle nous est racontée dans les médias, Wael Ghonim a été scandalisé par les images de répressions qu’il a pu voir en Egypte et il a décidé de fonder un groupe Facebook, « Nous sommes tous Khaled Saïd », du nom d’un jeune homme égyptien arrêté et battu à mort par les nervis de Moubarak. Dans ce groupe, il appelle à manifester. Se rendant en Egypte, il est arrêté par la police égyptienne et il est détenu pendant 12 jours avant d’être libéré. A sa libération, il est reconduit chez lui, en voiture, par Hossam Badrawi, apparatchik du parti d’Hosni Moubarak et qui en fut l’éphémère secrétaire général, poste où il fut nommé en remplacement de Gamal Moubarak et dont il démissionna le jour du départ du dictateur égyptien. Hossam Badrawi aurait joué un rôle dans cette libération, prélude à la surmédiatisation du jeune homme. Suite à cet épisode, Wael Ghonim a répondu à de nombreuses interviews où ses larmes ont ému l’opinion et l’ont transformé en « icône ».

Rien ne me permet de douter de la véracité de cette histoire ou de la sincérité du jeune homme en dépit de ma méfiance instinctive pour les histoires trop bien ficelées et trop propres et pour les figures qui émergent si rapidement dans le champ médiatique. Car, en effet, depuis sa libération et ses interviews, rares sont les médias qui n’ont pas tressés les lauriers du « cyberdissident ». Le Monde l’a vu comme « la nouvelle icône de la révolution égyptienne  », image reprise sur TV5 Monde ou le Nouvel Observateur, entre autres, et, dans un éditorial louangeur, Caroline Fourest, le présente comme « le visage » de la révolution égyptienne et l’invite à accepter le rôle de « leader » de cette révolution que la population égyptienne – d’après elle – veut lui conférer.

Libération le présente comme le «  symbole de la contestation égyptienne »,

Paris Match comme un «  héros » et le Figaro, où Etienne Mougeotte aime bien la trilogie Matrix, comme un « cyberhéros

Réinventant l’histoire, beaucoup assurent que c’est son initiative sur Facebook qui a été le véritable déclencheur de la révolte, oubliant que les manifestations se succèdent en Egypte depuis les dernières élections parlementaires truquées. Mais ces manifestations n’avaient pas d’échos jusqu’à ce que les évènements tunisiens n’incitent les médias à s’intéresser aux révoltes dans le monde arabe.

Si, comme je l’ai déjà écrit, je n’ai pas de raisons de douter de la sincérité de Wael Ghonim, j’ai beaucoup plus de soupçons sur ses promoteurs et sur le discours médiatique entourant le jeune homme. En effet, dans la plupart des articles qui lui sont consacrés, Wael Ghonim sert de vecteurs de marque, pour ne pas dire d’homme sandwich, à quatre « produits » placés aux forceps dans l’histoire médiatique de cette révolution.

Premier placement produit : Google. Cadre de cette entreprise, l’évocation de Wael Ghonim a permis de parler en bien de l’ogre d’Internet, mettant opportunément sous le tapis les ambitions hégémoniques de cette entreprise et ses compromissions avec d’autres régimes dictatoriaux dont elle accepte de valider la censure. Reuters a présenté Ghonim comme « un porte parole en or  » pour la marque et beaucoup d’articles ont rappelé que Google avait mis en place un système permettant aux jeunes Egyptiens de contourner le blocage du net par le pouvoir. Sur son site internet, TF1 explique « Comment Google a aidé la révolution égyptienne » et passe un grand coup de langue virtuel sur le fondement numérique de la jolie entreprise.

 

Deuxième placement produit : Facebook. Ghonim a multiplié les références au réseau social, alimentant les éditoriaux idiots sur la « révolution Facebook », expression qui avait déjà fleuri au moment de la révolte tunisienne, confondant allègrement un des moyens de communication utilisés par les contestataires avec l’origine du mouvement et sa forme réelle : les manifestations, les grèves, les blocages et les affrontements directs. Sur CNN, Ghonim a déclaré, contre toute évidence : « Cette révolution a commencé sur Facebook » et a ajouté « J’aimerais rencontrer son fondateur Mark Zuckerberg un jour et le remercier. ». Si les services de communication de Facebook ne sont pas totalement à la masse, cette rencontre devrait avoir lieu tôt ou tard. Le site internet du Monde a placé en évidence, la chronique d’une de ses abonnées qui parle, elle aussi, de « révolution Facebook » et cite un manifestant égyptien, réel ou non, hurlant « « Il [Moubarak] est parti, nous sommes libres, merci Facebook ! » avant de se lancer dans un panégyrique de Mark Zuckerberg et de déclarer « Facebook libère la planète ». L’AFP parle, quant-à-elle, de « la magie de Facebook » qui a mobilisé les masses égyptiennes.

 

test 

Troisième placement produit : Hossam Badrawi. Ce cacique du régime est présenté partout comme un « libéral » au sein du parti d’Hosni Moubarak, qui lui a confié la direction du PND avant que Badrawi démissionne, en même temps, de son secrétariat général et du parti. C’est lui qui a libéré Wael Ghonim de prison et l’a fait raccompagner en voiture. A son propos, Ghonim a déclaré : « Je ne le remercie pas. Il n’a fait que son devoir parce que je suis un jeune qui aime l’Egypte et un fils d’Egypte. (...) Je lui ai dit : ’Je ne veux voir le logo du PND dans aucune rue d’Egypte, je ne veux plus voir le PND’. » « Je lui ai demandé de démissionner ; ce serait la seule décision qui me ferait le respecter », souhait exaucé par Badrawi peu après. D’après la légende médiatique, Badrawi aurait décidé d’intervenir personnellement pour libérer le jeune homme après que sa fille, participant aux manifestations de la place Tahrir, lui en ait parlé.

C’est beau.

Un peu trop peut-être.

Badrawi est loué dans la presse comme un homme de consensus ayant de bons rapports avec l’opposition égyptienne et il faisait parti des réunions organisées par le pouvoir avec l’armée et des activistes, triés sur le volet, en vue d’une passation de pouvoir entre Moubarak et Omar Souleimane. Membre du Forum économique international égyptien, organisation souhaitant « l’intégration » de l’économie égyptienne dans l’économie globalisée et le développement des investissements européens et états-uniens en Egypte, il est régulièrement invité en Europe et aux États-Unis et participe fréquemment aux conférences organisées par différents think tanks élitistes. Il a ainsi été régulièrement invité par le Project on Middle East Democracy, une association partageant bien des membres avec la National Endowment for Democracy (NED). La NED, fondée par Ronald Reagan en 1982, et dont le budget est largement décidé par le Congrès états-unien dans celui du département d’État, finance de nombreux programmes, associations ou individus dans le monde sélectionnés pour leur attachement, au moins formel, à la démocratie et, réel, aux liens avec Washington. De l’aveu même d’Allen Weinstein, dont les analyses contribuèrent à la création de la fondation : « une grande partie de ce que nous faisons aujourd’hui a été faite clandestinement il y a 25 ans par la CIA » (Washington Post, 22 septembre 1991). Sans surprise compte tenu de son parcours, l’ancien vice-secrétaire à la Défense de George W. Bush, Paul Wolfowitz, présente Badrawi comme une personnalité « intéressante » pour succéder à Hosni Moubarak sur le blog de l’American Enterprise Institute, think tank rassemblant la crème des néoconservateurs.

Enfin, dernier placement produit : « l’Occident ». Car derrière la figure de Wael Ghonim, c’est un modèle occidentalisé de dissident qu’on nous vante. Un dissident convaincu que l’opposition à Moubarak est née sur internet (comme si les opposants historiques ne croupissaient pas en prison ou en exil depuis plus de 30 ans et n’avaient rien fait) et qui déclare : « Si vous voulez libérer une société, il suffit de lui donner l’accès à Internet » ou « Ceci est la révolution des jeunes de l’internet, qui est devenue la révolution des jeunes d’Egypte, puis la révolution de l’Egypte entière ». C’est beau comme une pub pour Free. La Tribune assure, elle-aussi, qu’Internet est « la matrice de la révolution arabe ». Caroline Fourest, dans la chronique que j’ai déjà citée, parlant de l’arrestation de Wael Ghonim, développe une logique analogue, ajoutant à cela une lecture un rien condescendante : « Il a passé douze jours, les yeux bandés, entre les mains de la redoutable sécurité du régime. Des policiers désemparés. Ils n’ont cessé de lui demander  : comment as-tu fait une chose pareille ? Pour qui travailles-tu ? Quelle puissance étrangère ? Ils ont eu si peur de lui et de son pouvoir magique – entendez numérique – qu’ils ne l’ont même pas torturé… Toute la fracture du monde arabe, entre sa vieille garde et sa jeunesse, se trouve résumée dans cet interrogatoire surréaliste. ». Ghonim a donc été enlevé par des primitifs prenant internet pour de la magie. Il a eu de la chance, ils ne l’ont pas mangé. On ne sait jamais avec les sauvages.

Les médias se sont également beaucoup étendus sur la supposée large présence du slogan « Yes we can » dans les manifestations et ont loué le fameux « discours du Caire » de Barack Obama, notre seigneur juste et bon. Ainsi, par la grâce de la technologie occidentale, d’entreprise occidentale, du modèle occidental, d’un meneur révolutionnaire occidentalisé et d’un potentiel prochain dirigeant égyptien au mieux avec les élites économiques états-uno-européennes, l’Egypte aurait souhaité, non pas, la fin d’un régime dictatorial soutenu à bout de bras par les capitales européennes, Tel-Aviv et Washington, mais nous ressembler plus encore. Le fait qu’une envie de développement économique et politique local souhaitant s’affranchir de l’écrasante mainmise néocoloniale états-unienne et israélienne puisse être le souhait des manifestants n’est pas pris en considération. D’ailleurs, pour la presse, les révolutions égyptienne et tunisienne sont finies. Les dictateurs sont partis, les systèmes demeurent en grande partie et les nouveaux pouvoirs ne remettent pas en cause les accords économiques et stratégiques passées. Que faudrait-il changer d’autre ? De toute façon, c’est soit ça, soit la dictature islamiste. Il n’y a pas d’alternatives, pas de troisième voie, pas d’options de développement local original à inventer. Où comment blanchir à peu de frais le rôle des États-Unis et de leurs alliés dans le maintien au pouvoir d’une dictature et vanter un système qu’on nous présente comme la seule option à nous aussi.

La directive européenne 2007/65/CE a autorisé dans les pays de l’Union européenne le placement de produits dans les programmes de fiction. Cette directive a été adoptée ou est en cours d’adoption dans les législations des États membres. Mais leurs promoteurs ont rassuré les consommateurs citoyens : cette directive ne permet pas de placer des produits dans les programmes informatifs et éducatifs.

En même temps, ce n’est pas la peine.

Pour ça, la propagande, ça existe déjà.

Maintenant, vous êtes gentils, vous allez placer le lien vers cet article sur Facebook, je veux améliorer mon référencement Google.

Moi aussi je veux devenir une star.

http://cppn.over-blog.com/article-p...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Egypte : la presse s’est trouvée un héros qui lui ressemble
16 février 2011 - 11h39 - Posté par yapadaxan

Et on s’attendait à autre chose ?



Egypte : la presse s’est trouvée un héros qui lui ressemble
16 février 2011 - 12h06 - Posté par

Quand on entend parler d’un groupe industriel qui délocalise vers un pays où les droits sociaux sont moins développés, ça n’est pas étonnant.
Est-ce une raison pour ne pas en parler et ne pas décortiquer les mécanismes mis en oeuvre ?





Air France : milliards de prêt, milliers de postes en moins, bonus époustouflant pour le PDG
jeudi 9 - 09h00
Venezuela : Publication de la liste des organisations candidates aux élections législatives
mercredi 8 - 16h32
de : joclaude
Du 8 au 12 juillet 2020 Festival des Canotiers 2020 : le programme
mercredi 8 - 07h26
Conférence de presse de Jean-Luc Mélenchon
mardi 7 - 18h03
1 commentaire
IRAN : Israël joue-t-il avec le feu ?
mardi 7 - 17h47
de : joclaude
AVEC CASTEX çA CARBURE SEC
mardi 7 - 05h25
de : Nemo3637
1 commentaire
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 - 21h35
de : Roberto Ferrario
1 commentaire
Services publics pour appliquer les droits sociaux « opposables »
dimanche 5 - 11h14
de : Christian Delarue (Converg SP)
Remaniement Ministériel:le 1er Ministre n’arrive pas en novice !
samedi 4 - 21h28
de : joclaude
Coronavirus : Superbe analyse d’Ignacio Ramonet
samedi 4 - 16h31
de : joclaude
Stopper le rouleau compresseur mondialiste
samedi 4 - 15h37
de : Claude Janvier
1 commentaire
LA PRÉFECTURE DE PARIS MET DES FAMILLES À LA RUE POUR UN HÔTEL DE LUXE
samedi 4 - 11h54
de : joclaude
Nomination de Castex à Matignon
samedi 4 - 08h15
de : jo.dez
L’indépendantisme catalan à la veille d’une recomposition d’envergure
vendredi 3 - 18h20
de : Antoine (Montpellier)
Remaniement : Emmanuel Macron réinvente la macronie d’avant le Covid-19
vendredi 3 - 15h29
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 - 15h00
de : Roberto Ferrario
4 commentaires
MUNICIPALES : GAUCHE BOBO CONTRE GAUCHE PROLO
vendredi 3 - 11h21
de : joclaude
2 commentaires
SYNDICALISTE - ANTIRACISTE - ANTISEXISTE
vendredi 3 - 07h21
de : DELARUE C. & LE QUEAU S.
La Via Campesina condamne le plan d’annexion colonialiste en Palestine
vendredi 3 - 06h25
de : VIA CAMPESINA
Crise et robotisation : De l’actualité des Grundrisse de Marx !
vendredi 3 - 02h32
de : Lepotier
MON COMMUNISME
jeudi 2 - 21h55
de : Nemo3637
1 commentaire
Soignants : une « grande famille ». Vraiment ?
jeudi 2 - 15h30
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 - 11h38
de : Mickael Wamen
Le creux de la vague - C’est l’heure de l’mettre
mercredi 1er - 20h54
de : Hdm
QG présente : "« Le capital se radicalise » Mickaël Wamen, Monique Pinçon-Charlot" (video)
mercredi 1er - 17h28
de : Aude Lancelin
4 commentaires
CARNAGE ORGANISÉ CONTRE RÉACTION DÉSORGANISÉE ...
mercredi 1er - 17h06
de : Mickael Wamen
Convention Citoyenne pour le climat soumis au bon vouloir de notre monarque !
mercredi 1er - 12h27
de : joclaude
Courrier à l’adresse de Philippe Martinez SG CGT.
mardi 30 - 22h38
de : Mickael Wamen
IRAK : M.Macron ne nous l’expliquera pas : NOUS SOMMES EN GUERRE !
mardi 30 - 17h51
de : joclaude
« Ségur de la santé » : les soignants maintiennent la pression
mardi 30 - 17h43
André Bouny : « Agent orange, le déni reste total »
mardi 30 - 14h23
de : jean1
Municipales 2020:ABSTENTION – Une « insurrection froide contre toutes les institutions du pays »
lundi 29 - 17h57
de : joclaude
2 commentaires
Elections municipales 2020 : un vote nul ...
lundi 29 - 16h40
de : Mickael Wamen
1 commentaire
Election Municipale à LYON : l’Humanitaire forcément HUMANISTE ?
lundi 29 - 11h02
de : joclaude
[Vidéo] Covid-19 : la Guyane souffre de sous-équipement et d’un manque de préparation de l’État
dimanche 28 - 18h50
Libérez Roland Veuillet !
dimanche 28 - 17h21
de : CNT 30
Pour un grand bol d’air pur, le point avec Manon Aubry , LFI au Parlement Européen.
samedi 27 - 17h14
de : joclaude
BFM-TV EN GRÈVE POUR LA PREMIÈRE FOIS (video)
samedi 27 - 16h41
Coronavirus : 15 médecins Cubains à La Martinique !
samedi 27 - 16h02
de : joclaude
Professeur Raoult auditionné sur RMC-J.J. Bourdin
samedi 27 - 15h26
de : joclaude

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite