Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

médias officiels sous controle et censure a nantes
de : résistons ensemble
mardi 14 décembre 2004 - 21h10 - Signaler aux modérateurs

Des immigrés expulsés à Nantes

ou les recettes d’un verrouillage médiatique

Comment faire pour ne pas rendre compte de façon explicite de la décision d’expulsion prise par le maire de Nantes, le 27 octobre 2004, à l’encontre de trois familles étrangères (deux algériennes et une congolaise) déboutées du droit d’asile ? Comment s’y prendre pour rendre obscure la chronologie et la compréhension des faits ? Comment traiter l’information pour que les responsabilités soient diluées au point de ne plus pouvoir les imputer à quiconque ? A qui et comment donner la parole dans l’écriture d’un article pour construire a posteriori une justification des décisions municipales ?

C’est à ces questions « déontologiques » qu’ont été confrontées les rédactions des deux quotidiens nantais : Presse-Océan et Ouest-France [1]. Pourtant les faits sont là : simples, affligeants, incontestables et leur narration aisée... Trois recettes permettent pourtant de verrouiller l’information

Recette n°1 : Trouver des titres qui détournent l’attention

Le 27 octobre 2004 à 6h10 du matin, une trentaine de policiers, armés d’un bélier, ont investi la maison des syndicats de Nantes pour expulser les trois familles dont quatre enfants de 18 mois à 8 ans. Déboutées de leur demande du droit d’asile cet été, elles avaient été hébergées depuis par le diocèse de Nantes. Les locaux qu’elles occupaient étant réquisitionnés pour la mise en place du plan hivernal d’hébergement d’urgence, la mairie, contactée par les associations, s’est alors engagée à trouver une solution. Mis pourtant à la rue, fin octobre, c’est avec l’accord de tous les syndicats que le collectif des sans-papiers et le collectif Enfants étrangers citoyens solidaires installent provisoirement les familles dans une salle de la bourse du travail le lundi 25 octobre et pensent leur offrir une protection dans ce lieu hautement symbolique.

C’est pourtant là qu’elles seront arrêtées au matin du 27 par les forces de l’ordre dépêchées par le cabinet du maire et, après un passage en garde-à-vue, placées en détention avec les enfants à 9h 55. Suite au tollé suscité par ces événements les 9 sans papiers sortiront du commissariat central vers 18 h. À 18h30, les forces de l’ordre évacuent sans ménagement la centaine de militants d’association qui occupaient le hall de la mairie. Depuis des arrêtés de reconduite à la frontière ont été prononcés.

Les titres embarrassés de la presse locale, le lendemain, sont à la hauteur de leur gêne à traiter des faits qui touchent à l’image même de la mairie dirigée par J.M Ayrault et viennent fortement contrecarrer les stratégies de la communication municipale. On est loin, en effet, de l’image de Nantes relayée, à l’envi, par les médias ou assénée, dans ces mêmes médias, par l’achat d’espaces publicitaires. « Nantes, l’effet Côte Ouest.... L’émotion fortifie les talents... Un géant tombé du ciel (il s’agit de Royal de Luxe), un quatuor avec piano (il s’agit des "Folles Journées"), c’est stimulant, c’est comme une émulation, un besoin de renouveau... Deux mille chercheurs travaillent à Nantes, inventent le futur, etc. » [2]

Les deux quotidiens nantais ont choisi de ne pas troubler le climat de quiétude consensuelle qui pèse lourdement sur la démocratie participative nantaise [3]et accepté d’être l’instrument d’un brouillage et d’un verrouillage médiatique concernant ces déboutés du droit d’asile. Ouest-France titre « Des sans-papiers gagnent un délai. À Nantes, trois familles étrangères occupaient la Maison des syndicats » et Presse-Océan « Deux familles menacées d’expulsion : la mairie de Nantes occupée » [4]. Allez comprendre avec cela ce qui s’est passé la veille !

Recette n°2 : Mélanger le commentaire journalistique et la parole des élus

Le mélange entre le commentaire journalistique et la communication politique permet de rendre invisible ce qui est visible.

La journaliste de Ouest-France, loin dans le corps de son article, explique incidemment : « Mais hier matin, c’est l’expulsion. Sans violence (sic). Dans un communiqué, la ville de Nantes (il n’est pas écrit le cabinet du maire) reconnaît qu’elle a donné l’ordre d’évacuer (ce n’est plus une expulsion par la police, suivi d’une arrestation et d’un placement en détention) après avoir cherché, en vain (re-sic), une solution d’hébergement provisoire. » Non, à Nantes, il n’y avait pas de solution d’hébergement provisoire comme le déclare à Presse-Océan l’adjointe au maire, déléguée à la solidarité : « Au titre de la protection maternelle et infantile (on fait dans le social et l’humanitaire à Nantes), nous avons proposé aux familles de trouver (il n’est pas dit : nous avons trouvé) des solutions d’hébergement pour les femmes et les enfants, mais cette solution a été refusée d’emblée (bigre !). Ils (c’est qui ils ?) ne veulent pas être séparés (Quand même, ces étrangers, ils se croient tout permis) » [5]..

L’adjointe au maire, devenue pompière pour l’occasion, donne alors le fin mot de l’histoire. Le cabinet du maire n’est pas responsable de l’expulsion mûrement réfléchie qu’il a demandée à la police : « Les familles étaient dans un lieu municipal. On ne pouvait accepter une telle occupation... C’est un sac de noeuds (re-re-sic) qui nous est arrivé là.. » Et Presse-Océan ajoute son commentaire : « La ville de Nantes (tous les nantais donc ?) ne pouvait faire davantage que d’assurer le relais de la préfecture -faute de pouvoir décisionnaire (re-re-re-sic. Qui pourtant a pris la décision ?) dans cette histoire..." [6] Ce n’est pas moi, c’est l’autre. Moralité, c’est la fatalité qui a conduit, par hasard, 9 personnes au commissariat.

Recette n°3 : Ignorer ou minimiser ce qui dérange

A force d’atténuations et de dissimulations, le journalisme de complaisance parvient à laisser entendre qu’il ne s’est rien passé. Dormez braves gens On vous informe

L’affaire aurait pu s’arrêter là, si le mardi suivant n’était inaugurée, à l’initiative de la municipalité, la semaine « Solidaire ici et ailleurs » au centre Cosmopolis. Premier débat où était convié le tout Nantes humanitaire : « Demandeurs d’asile, une chance pour Nantes », illustrée par l’exposition témoignage d’un « grand » reporter photographe.

Comme quoi, la fatalité, quand elle a mauvaise conscience, a le pouvoir de se jouer du calendrier. 200 personnes, rassemblées par les collectifs Enfants étrangers citoyens solidaires et de Soutien aux sans-papiers, se sont invitées au débat. Les bien-pensants d’un côté et de l’autre les trublions avec des banderoles « La droite expulse, la gauche collabore », dans un dialogue un peu chaud. Pourtant, il ne s’est pratiquement rien passé selon Ouest-France [7] et surtout il n’y a rien à en dire de plus qu’une phrase dans un article consacré au collectif des sans-papiers : "A Cosmopolis où démarrait la semaine, ils (les collectifs) ont fait entendre leur voix ". Affirmation amplifiée par Presse-Océan qui lui consacre quatre colonnes au titre particulièrement limpide : « Solidaire ici et ailleurs : les collectifs de soutien aux deux familles algériennes s’invitent au débat. » Pour le journaliste envoyé sur place, l’adjoint au maire présent, Yvon Chotard « a préféré ne pas s’exprimer, estimant que la mairie n’avait rien à ajouter » [8].

Tous les présents ont constaté le contraire. Après avoir fait pleurer les présents en question sur la misère matérielle de « ces gens venus des pays pauvres », ce membre du barreau nantais, auréolé de ses engouements passés pour la mouvance situationniste, a accusé les membres des collectifs « d’être instrumentalisés par l’extrême gauche » et « d’instrumentaliser des enfants et des familles en situation difficile  ». Il lui a été rétorqué que les personnes arrêtées à Nantes étaient peut-être en France parce qu’elles fuyaient la pauvreté mais d’abord, parce que menacées dans leur pays, elles demandaient le droit d’asile.

On attend encore les clichés du reporter photographe sur cet épisode nantais de leur errance. Il pourrait les sous-titrer : « Nantes, une chance pour les demandeurs d’asile ».

Pierre Nyébolo

[1] Editions du 28 octobre 2004

[2] Au hasard des pages de publicité dans la presse hebdomadaire ou quotidienne, nationale ou locale

[3] Mathias Le Galic : « La démocratie participative, le cas nantais ». Editions de l’Harmattan. 2004

[4] Editions du 28 octobre 2004

[5] Deux des enfants connaissent des problèmes de santé dont de l’asthme

[6] Edition du 28 octobre 2004.

[7] Édition du 3 novembre 2004

[8] Édition du 3 novembre 2004

source : ACRIMED

http://www.acrimed.org/article1855.html

réseau résistons ensemble

http://resistons.lautre.net



Imprimer cet article





Laurent Berger, le syndicaliste grèvophobe
dimanche 15 - 17h28
de : mat
1 commentaire
Retraite à 67 ans : quand le gouvernement anticipe !
dimanche 15 - 16h21
1 commentaire
Fondation SNCF : réseau d’influence et "social washing"
dimanche 15 - 15h48
de : Mat
solidarité
samedi 14 - 17h28
de : jean1
(video) Le capitalisme porte en lui la guerre, la violence !
vendredi 13 - 11h07
de : JO
7 commentaires
Prévision théatrale
jeudi 12 - 21h50
de : jean1
L’ Acentrale Radio de la grève
jeudi 12 - 16h55
de : jean1
R.N. la place à la tête de l’état est déjà occupée
jeudi 12 - 10h06
de : jean1
bourgeois, tremblez, ça n’fait que commencer ! C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 11 - 22h34
de : Hdm
1 commentaire
TOTAL en Ouganda Rendez-vous au Tribunal ce jeudi 12 décembre
mercredi 11 - 19h21
de : SURVIE
BOLIVIE : La dictature auto-proclamée en appelle à Israël !
mercredi 11 - 17h16
de : JO
1 commentaire
COP 25 : supercherie capitaliste
mercredi 11 - 16h13
de : jean1
Retraites : Édouard Philippe confirme les mauvais coups du rapport Delevoye
mercredi 11 - 15h41
2 commentaires
Les régimes sociaux coûtent un pognon de dingue ? No coment !
mercredi 11 - 09h57
de : JO
2 commentaires
Contre le travaillisme , une gauche de RTT 32 H et de retraite à 60 ans.
mardi 10 - 23h01
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Deuxième journée de grève : le nombre de manifestants dans 50 villes
mardi 10 - 17h50
3 commentaires
Les manipulations de macron, pour "piller" , nos retraites révélées au grand jour
lundi 9 - 20h13
de : nazairien
5 commentaires
Delevoye et le think tank "Parallaxe"
lundi 9 - 13h59
de : Mat
2 commentaires
Les liaisons troubles de Jean-Paul Delevoye avec le milieu de l’assurance !
lundi 9 - 11h43
de : lullal
6 commentaires
Emission - Grève SNCF : Cheminots et cheminotes luttent pour tout le monde !
lundi 9 - 11h14
de : Emission Polémix et La Voix Off
(video) Pour gagner : « reconduction, auto-organisation, généralisation » de la grève
lundi 9 - 07h13
2 commentaires
Grève : le scénario catastrophe d’un "lundi noir" se précise, la RATP et la SNCF alarmistes
dimanche 8 - 19h08
de : nazairien
Le labyrinthe.
dimanche 8 - 16h14
de : L’iena rabbioso
(video) « Nos camarades de la SNCF et la RATP ne veulent pas de chèques, ils veulent qu’on fasse grève avec eux »
dimanche 8 - 16h06
Convergence des luttes : 5 décembre : les manifs dans plus de 45 villes en France ! à suivre... (vidéos)
dimanche 8 - 11h37
de : nazairien
6 commentaires
LA TERRORISATION DÉMOCRATIQUE
dimanche 8 - 11h31
de : Ernest London
Jamais 2 sans 3
samedi 7 - 18h14
de : jean1
3 commentaires
Un peu plus de musique
samedi 7 - 18h08
de : jean1
UN PEU DE MUSIQUE
samedi 7 - 17h58
de : jean1
Suppression des régimes de retraites des parlementaires ?
samedi 7 - 09h08
de : Jean-Marie Défossé
Reportage photo : Manifestation à Paris pour les retraites- jeudi 5 décembre 2019
vendredi 6 - 21h39
de : jean1
Grève de la destruction du monde à Saint-Victor
vendredi 6 - 18h36
de : AMASSADA
Comment Maduro, a t il pu laisser faire cela, livrer « Stan Maillaud » au psychopathe macron (vidéo)
vendredi 6 - 17h07
de : nazairien
2 commentaires
Verdi, ancien « vrai journaliste », nous fait, une analyse extremement détaillée de cette puissante mobilisation du 5-12
vendredi 6 - 15h44
de : nazairien
1 commentaire
Quand les riches détruisent des bâtiments publics, avec le soutien de la justice
vendredi 6 - 13h00
de : Louisette
2 commentaires
Les Etats-Unis se hasardent-ils à considérer la CHINE comme une République bananière ?
jeudi 5 - 22h46
de : JO
Le principe de continuité du mouvement de grève
jeudi 5 - 20h03
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Grève du 5 décembre : manif monstre à Saint-Nazaire
jeudi 5 - 13h12
de : naairien
6 commentaires
LREM, Macron, farandole de casseroles : A mettre dans le livre des records (document Médiapart)
mercredi 4 - 23h53
de : nazairien
1 commentaire
Un mouvement de grève ne nous empêche pas de vous proposer nos programmes, bien au contraire ! C’est l’heure de l’mettre
mercredi 4 - 22h07
de : Hdm

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
2 commentaires
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite