Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

médias officiels sous controle et censure a nantes


de : résistons ensemble
mardi 14 décembre 2004 - 21h10 - Signaler aux modérateurs

Des immigrés expulsés à Nantes

ou les recettes d’un verrouillage médiatique

Comment faire pour ne pas rendre compte de façon explicite de la décision d’expulsion prise par le maire de Nantes, le 27 octobre 2004, à l’encontre de trois familles étrangères (deux algériennes et une congolaise) déboutées du droit d’asile ? Comment s’y prendre pour rendre obscure la chronologie et la compréhension des faits ? Comment traiter l’information pour que les responsabilités soient diluées au point de ne plus pouvoir les imputer à quiconque ? A qui et comment donner la parole dans l’écriture d’un article pour construire a posteriori une justification des décisions municipales ?

C’est à ces questions « déontologiques » qu’ont été confrontées les rédactions des deux quotidiens nantais : Presse-Océan et Ouest-France [1]. Pourtant les faits sont là : simples, affligeants, incontestables et leur narration aisée... Trois recettes permettent pourtant de verrouiller l’information

Recette n°1 : Trouver des titres qui détournent l’attention

Le 27 octobre 2004 à 6h10 du matin, une trentaine de policiers, armés d’un bélier, ont investi la maison des syndicats de Nantes pour expulser les trois familles dont quatre enfants de 18 mois à 8 ans. Déboutées de leur demande du droit d’asile cet été, elles avaient été hébergées depuis par le diocèse de Nantes. Les locaux qu’elles occupaient étant réquisitionnés pour la mise en place du plan hivernal d’hébergement d’urgence, la mairie, contactée par les associations, s’est alors engagée à trouver une solution. Mis pourtant à la rue, fin octobre, c’est avec l’accord de tous les syndicats que le collectif des sans-papiers et le collectif Enfants étrangers citoyens solidaires installent provisoirement les familles dans une salle de la bourse du travail le lundi 25 octobre et pensent leur offrir une protection dans ce lieu hautement symbolique.

C’est pourtant là qu’elles seront arrêtées au matin du 27 par les forces de l’ordre dépêchées par le cabinet du maire et, après un passage en garde-à-vue, placées en détention avec les enfants à 9h 55. Suite au tollé suscité par ces événements les 9 sans papiers sortiront du commissariat central vers 18 h. À 18h30, les forces de l’ordre évacuent sans ménagement la centaine de militants d’association qui occupaient le hall de la mairie. Depuis des arrêtés de reconduite à la frontière ont été prononcés.

Les titres embarrassés de la presse locale, le lendemain, sont à la hauteur de leur gêne à traiter des faits qui touchent à l’image même de la mairie dirigée par J.M Ayrault et viennent fortement contrecarrer les stratégies de la communication municipale. On est loin, en effet, de l’image de Nantes relayée, à l’envi, par les médias ou assénée, dans ces mêmes médias, par l’achat d’espaces publicitaires. « Nantes, l’effet Côte Ouest.... L’émotion fortifie les talents... Un géant tombé du ciel (il s’agit de Royal de Luxe), un quatuor avec piano (il s’agit des "Folles Journées"), c’est stimulant, c’est comme une émulation, un besoin de renouveau... Deux mille chercheurs travaillent à Nantes, inventent le futur, etc. » [2]

Les deux quotidiens nantais ont choisi de ne pas troubler le climat de quiétude consensuelle qui pèse lourdement sur la démocratie participative nantaise [3]et accepté d’être l’instrument d’un brouillage et d’un verrouillage médiatique concernant ces déboutés du droit d’asile. Ouest-France titre « Des sans-papiers gagnent un délai. À Nantes, trois familles étrangères occupaient la Maison des syndicats » et Presse-Océan « Deux familles menacées d’expulsion : la mairie de Nantes occupée » [4]. Allez comprendre avec cela ce qui s’est passé la veille !

Recette n°2 : Mélanger le commentaire journalistique et la parole des élus

Le mélange entre le commentaire journalistique et la communication politique permet de rendre invisible ce qui est visible.

La journaliste de Ouest-France, loin dans le corps de son article, explique incidemment : « Mais hier matin, c’est l’expulsion. Sans violence (sic). Dans un communiqué, la ville de Nantes (il n’est pas écrit le cabinet du maire) reconnaît qu’elle a donné l’ordre d’évacuer (ce n’est plus une expulsion par la police, suivi d’une arrestation et d’un placement en détention) après avoir cherché, en vain (re-sic), une solution d’hébergement provisoire. » Non, à Nantes, il n’y avait pas de solution d’hébergement provisoire comme le déclare à Presse-Océan l’adjointe au maire, déléguée à la solidarité : « Au titre de la protection maternelle et infantile (on fait dans le social et l’humanitaire à Nantes), nous avons proposé aux familles de trouver (il n’est pas dit : nous avons trouvé) des solutions d’hébergement pour les femmes et les enfants, mais cette solution a été refusée d’emblée (bigre !). Ils (c’est qui ils ?) ne veulent pas être séparés (Quand même, ces étrangers, ils se croient tout permis) » [5]..

L’adjointe au maire, devenue pompière pour l’occasion, donne alors le fin mot de l’histoire. Le cabinet du maire n’est pas responsable de l’expulsion mûrement réfléchie qu’il a demandée à la police : « Les familles étaient dans un lieu municipal. On ne pouvait accepter une telle occupation... C’est un sac de noeuds (re-re-sic) qui nous est arrivé là.. » Et Presse-Océan ajoute son commentaire : « La ville de Nantes (tous les nantais donc ?) ne pouvait faire davantage que d’assurer le relais de la préfecture -faute de pouvoir décisionnaire (re-re-re-sic. Qui pourtant a pris la décision ?) dans cette histoire..." [6] Ce n’est pas moi, c’est l’autre. Moralité, c’est la fatalité qui a conduit, par hasard, 9 personnes au commissariat.

Recette n°3 : Ignorer ou minimiser ce qui dérange

A force d’atténuations et de dissimulations, le journalisme de complaisance parvient à laisser entendre qu’il ne s’est rien passé. Dormez braves gens On vous informe

L’affaire aurait pu s’arrêter là, si le mardi suivant n’était inaugurée, à l’initiative de la municipalité, la semaine « Solidaire ici et ailleurs » au centre Cosmopolis. Premier débat où était convié le tout Nantes humanitaire : « Demandeurs d’asile, une chance pour Nantes », illustrée par l’exposition témoignage d’un « grand » reporter photographe.

Comme quoi, la fatalité, quand elle a mauvaise conscience, a le pouvoir de se jouer du calendrier. 200 personnes, rassemblées par les collectifs Enfants étrangers citoyens solidaires et de Soutien aux sans-papiers, se sont invitées au débat. Les bien-pensants d’un côté et de l’autre les trublions avec des banderoles « La droite expulse, la gauche collabore », dans un dialogue un peu chaud. Pourtant, il ne s’est pratiquement rien passé selon Ouest-France [7] et surtout il n’y a rien à en dire de plus qu’une phrase dans un article consacré au collectif des sans-papiers : "A Cosmopolis où démarrait la semaine, ils (les collectifs) ont fait entendre leur voix ". Affirmation amplifiée par Presse-Océan qui lui consacre quatre colonnes au titre particulièrement limpide : « Solidaire ici et ailleurs : les collectifs de soutien aux deux familles algériennes s’invitent au débat. » Pour le journaliste envoyé sur place, l’adjoint au maire présent, Yvon Chotard « a préféré ne pas s’exprimer, estimant que la mairie n’avait rien à ajouter » [8].

Tous les présents ont constaté le contraire. Après avoir fait pleurer les présents en question sur la misère matérielle de « ces gens venus des pays pauvres », ce membre du barreau nantais, auréolé de ses engouements passés pour la mouvance situationniste, a accusé les membres des collectifs « d’être instrumentalisés par l’extrême gauche » et « d’instrumentaliser des enfants et des familles en situation difficile  ». Il lui a été rétorqué que les personnes arrêtées à Nantes étaient peut-être en France parce qu’elles fuyaient la pauvreté mais d’abord, parce que menacées dans leur pays, elles demandaient le droit d’asile.

On attend encore les clichés du reporter photographe sur cet épisode nantais de leur errance. Il pourrait les sous-titrer : « Nantes, une chance pour les demandeurs d’asile ».

Pierre Nyébolo

[1] Editions du 28 octobre 2004

[2] Au hasard des pages de publicité dans la presse hebdomadaire ou quotidienne, nationale ou locale

[3] Mathias Le Galic : « La démocratie participative, le cas nantais ». Editions de l’Harmattan. 2004

[4] Editions du 28 octobre 2004

[5] Deux des enfants connaissent des problèmes de santé dont de l’asthme

[6] Edition du 28 octobre 2004.

[7] Édition du 3 novembre 2004

[8] Édition du 3 novembre 2004

source : ACRIMED

http://www.acrimed.org/article1855.html

réseau résistons ensemble

http://resistons.lautre.net



Imprimer cet article





CUBA : les 500 premiers ventilateurs pulmonaires fabriqués.
mercredi 15 - 11h52
de : joclaude
2 commentaires
Les coups d’Etat permanents de l’impérialisme, la BOLIVIE !
mercredi 15 - 11h30
de : joclaude
Pierre Perret à 85 ans, au meilleur de sa forme, nous chante "les cons finis" (vidéo et paroles)
dimanche 12 - 15h07
de : nazairien
VENEZUELA : le Parlement Européen dans les bottes de l’impérialisme.
dimanche 12 - 14h44
de : joclaude
Les femmes manifestent contre « le remaniement de la honte » (vidéo)
samedi 11 - 20h52
de : nazairien
4 commentaires
Dans tous les cas TOUS EN GRÈVE ET EN MANIFESTATION LE 17 SEPTEMBRE
samedi 11 - 12h33
de : Laurent Brun
1 commentaire
REMANIEMENT:CE QUE VOUS N’ENTENDREZ JAMAIS, en toute démocratie, bien sûr !
samedi 11 - 10h17
de : joclaude
2 commentaires
La Sécurité sociale, l’assurance chômage et les retraites en danger !
samedi 11 - 09h12
1 commentaire
Çà suffit Mme Obono ! Un peu de sérieux !
samedi 11 - 08h17
de : Christian Delarue
4 commentaires
Je ne suis pas aussi blanc que j’en ai l’air...
vendredi 10 - 23h24
de : Christian Delarue
1 commentaire
Un p’tit coup de bourbon : Remaniement !
vendredi 10 - 15h10
de : joclaude
1 commentaire
La Cour des comptes pointe les errements et la gabegie de la filière nucléaire et de ses premiers de cordée
vendredi 10 - 05h47
de : coordi sud est via JYP
Air France : milliards de prêt, milliers de postes en moins, bonus époustouflant pour le PDG
jeudi 9 - 09h00
1 commentaire
Venezuela : Publication de la liste des organisations candidates aux élections législatives
mercredi 8 - 16h32
de : joclaude
Du 8 au 12 juillet 2020 Festival des Canotiers 2020 : le programme
mercredi 8 - 07h26
Conférence de presse de Jean-Luc Mélenchon
mardi 7 - 18h03
3 commentaires
IRAN : Israël joue-t-il avec le feu ?
mardi 7 - 17h47
de : joclaude
AVEC CASTEX çA CARBURE SEC
mardi 7 - 05h25
de : Nemo3637
1 commentaire
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 - 21h35
de : Roberto Ferrario
1 commentaire
Services publics pour appliquer les droits sociaux « opposables »
dimanche 5 - 11h14
de : Christian Delarue (Converg SP)
Remaniement Ministériel:le 1er Ministre n’arrive pas en novice !
samedi 4 - 21h28
de : joclaude
Coronavirus : Superbe analyse d’Ignacio Ramonet
samedi 4 - 16h31
de : joclaude
Stopper le rouleau compresseur mondialiste
samedi 4 - 15h37
de : Claude Janvier
1 commentaire
LA PRÉFECTURE DE PARIS MET DES FAMILLES À LA RUE POUR UN HÔTEL DE LUXE
samedi 4 - 11h54
de : joclaude
Nomination de Castex à Matignon
samedi 4 - 08h15
de : jo.dez
L’indépendantisme catalan à la veille d’une recomposition d’envergure
vendredi 3 - 18h20
de : Antoine (Montpellier)
Remaniement : Emmanuel Macron réinvente la macronie d’avant le Covid-19
vendredi 3 - 15h29
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 - 15h00
de : Roberto Ferrario
4 commentaires
MUNICIPALES : GAUCHE BOBO CONTRE GAUCHE PROLO
vendredi 3 - 11h21
de : joclaude
2 commentaires
SYNDICALISTE - ANTIRACISTE - ANTISEXISTE
vendredi 3 - 07h21
de : DELARUE C. & LE QUEAU S.
La Via Campesina condamne le plan d’annexion colonialiste en Palestine
vendredi 3 - 06h25
de : VIA CAMPESINA
Crise et robotisation : De l’actualité des Grundrisse de Marx !
vendredi 3 - 02h32
de : Lepotier
MON COMMUNISME
jeudi 2 - 21h55
de : Nemo3637
1 commentaire
Soignants : une « grande famille ». Vraiment ?
jeudi 2 - 15h30
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 - 11h38
de : Mickael Wamen
Le creux de la vague - C’est l’heure de l’mettre
mercredi 1er - 20h54
de : Hdm
QG présente : "« Le capital se radicalise » Mickaël Wamen, Monique Pinçon-Charlot" (video)
mercredi 1er - 17h28
de : Aude Lancelin
4 commentaires
CARNAGE ORGANISÉ CONTRE RÉACTION DÉSORGANISÉE ...
mercredi 1er - 17h06
de : Mickael Wamen
Convention Citoyenne pour le climat soumis au bon vouloir de notre monarque !
mercredi 1er - 12h27
de : joclaude
Courrier à l’adresse de Philippe Martinez SG CGT.
mardi 30 - 22h38
de : Mickael Wamen

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite