Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Querelles dans le mouvement communiste des années 30 - A. BRETON "Position politique du surréalisme"
de : théorie / via LL
lundi 18 avril 2011 - 16h58 - Signaler aux modérateurs
47 commentaires

Quelques pages de 1935, trouvées récemment et dont je vous recommande la lecture.

------------------

JPEG - 9.2 ko

"POSITION POLITIQUE DU SURRÉALISME",
par André BRETON, extraits,

(Livre de Poche) 1934/1935

"(...) Un système n’est vivant que tant qu’il ne se donne pas pour infaillible, pour définitif, mais qu’il fait au contraire grand cas de ce que les évènements successifs paraissent lui opposer de plus contradictoire, soit pour surmonter cette contradiction, soit pour se refondre et tenter de se reconstruire moins précaire à partir d’elle si elle est insurmontable.

(...) Or, depuis des années, on nous représente à grands frais que les temps ont changé, que sur cinq sixièmes du globe (puisqu’une rengaine nous incite à la soustraction) le révolutionnaire n’a plus essentiellement à veiller en lui à la recréation des raisons qui militent en faveur de la transformation sociale et à tenter d’accélérer de sa place, par tous les moyens, cette transformation. il est invité à s’en remettre pour cela aux soins d’autres hommes - qui ont "fait la Révolution" en URSS et seraient appelés, un jour ou l’autre, à remplir partout ailleurs un rôle providentiel. L’exaltation effrénée de ce que les hommes entreprennent à l’égard des possibilités qui sont les leurs.
Nous assistons à la formation d’un tabou, à la cristallisation déplorable de ce qu’il peut y avoir de plus mouvant et de plus protéique dans l’essence de la revendication humaine. Peut-on nous demander de faire litière de cette capacité illimitée de refus qui est tout le secret du mouvement humain en avant pour nous abandonner à l’émerveillement de ce qui se passe sans nous à l’autre bout de la terre ? Non, cette attitude contemplative, extatique, est en tous points inconciliable avec le sentiment révolutionnaire. (...)"

EXTRAIT en intégralité sur le PDF joint :

PDF - 1.3 Mo


Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Querelles dans le mouvement communiste des années 30 - A. BRETON "Position politique du surréalisme"
18 avril 2011 - 17h31 - Posté par Mengneau Michel

Nos lectures se rejoingnent puisque je relisais les Manifestes du surréalisme et j’avais noté un paragraphe dans le troisième, celui de 1942. C’est tiré du "petit interméde phophétique"

"Si cette guerre et les multiples occasions qu’elle t’offre de te réaliser devaient être en vain, force me serais d’admettre qu’il y a en toi quelque chose d’un peu présompteux, qui sait même, de vicié à la base, que je ne pourrais me cacher plus longtemps. Ainsi de pauvres mortels se donnaient autrefois les gants d’admonester le diable ce qui le décidait, dit-on, à se manifester enfin."

Ca m’a fait penser à un guignol à talonnettes à qui ce passage aurait été destiné....



Querelles dans le mouvement communiste des années 30 - A. BRETON "Position politique du surréalisme"
18 avril 2011 - 18h00 - Posté par Mengneau Michel

On peut d’ailleurs lre aussi au début de ce paragraphe ceci :

"tout les sytèmes en cours ne peuvent raisonnablement être considérés que comme des outils sur l’établi d’un mpenuisier. Ce menuisier c’est toi. A moins d’être tombé dans la folie furieuse, tu n’entreprendras pas de te passer de tous ces outils à l’exception d’un seul, et d’en tenir par exemple pour la varlope au point de déclarer érroné et coupable l’usage du marteau. Pourtant c’est exactement ce qui se produit chaque fois qu’un sectaire de tel bord se faltte d’expliquer la Révolution française ou la Révolution russe par la haine du père" (en l’occurence le souverain déchu) ou l’oeuvre de Mallarmé par les "rapports de classe" de son temps. Sans eclectisme aucun, il doit être permis de recourrir à l’instrument de la connaissance qui semble en chaque circonstance le plus adéquat. Il suffit, du reste, d’une brusque convulsion de ce globe, comme nous en connaissons aujourd’hui, pour que soit remis en question, sinon la nécessité, du moins la suffisance des modes électifs de connaissance et d’intervention qui sollicitaient l’homme au cours de la dernière période d’histoire."

Nous devons donc avoir une vision plus large et critique de notre histoire, et ne pas regarder le stalinisme, par exemple, comme seulement et essentiellement un raté destructeur.


Querelles dans le mouvement communiste des années 30 - A. BRETON "Position politique du surréalisme"
18 avril 2011 - 18h17 - Posté par

http://wikilivres.info/wiki/Troisi%...

certes certes mais il y a manifeste et manifeste, si je puis dire. avec le 3ème tu es déjà au delà de la querelle initiale de 1935, et cela a toute son importance car l’enjeu est de taille puisqu’il s’agit justement d’une bataille anti staliniens c/ staliniens

LL


Querelles dans le mouvement communiste des années 30 - A. BRETON "Position politique du surréalisme"
18 avril 2011 - 18h26 - Posté par Charles

C’est à dire une bataille entre les contre-révolutionnaires staliniens et les bolcheviques qu’ils ont liquidés physiquement.. ?.
C’est à dire , en dernière analyse, entre les communistes internationalistes ’les trotskistes) etr ceux qui voulaient stabiliser la dictature stalinienne en URSS en démolissant les perspectives de la troisième internationale....

On le paie encore, et très cher ....Le mouvement ouvrier, marxiste, léniniste, trotskiste doit faire avec ce recul monumental créé par cette contre-révolution ......et les capitalistes peuvent se frotter les mains et dire "merci Staline", merci aux sociaux démocrates...

Mais, on les aura....


Querelles dans le mouvement communiste des années 30 - A. BRETON "Position politique du surréalisme"
18 avril 2011 - 20h46 - Posté par Roberto Ferrario

et ne pas regarder le stalinisme, par exemple, comme seulement et essentiellement un raté destructeur.

Je crois de rêver a bon et donc je le doit voir comme une expérience progressiste ???

Ok je suis italien mais toi Michel je pense que tu doit revoir ton française... ;-) est que tu a bien lu ce que le surréaliste Breton a écrit, rient mais assolement rient le rapproche a Stalin ni de prés ni de loin, tu fait une extrapolation bien instrumentale...

Mais du viens cet manie de obligatoirement trouve du bon dans Stalin ????


Querelles dans le mouvement communiste des années 30 - A. BRETON "Position politique du surréalisme"
18 avril 2011 - 22h18 - Posté par Mengneau Michel

Tu deformes ma pensée.

Je ne suis pas du tout d’accord avec le stalinisme. J’ai simplement pris cet exemple pour dire que l’on ne peut pas tout rejeter de l’histoire de façon incontionnelle. IL est certain que l’autocratie et les exactions de Staline sont impardonnables.

Mais il est sur aussi que c’est en grande partie l’URSS qui sauva l’Europe pendant la dernière guerre et Staline fut un moteur important de cette victoire, c’est tout ce que je voulais dire


Querelles dans le mouvement communiste des années 30 - A. BRETON "Position politique du surréalisme"
18 avril 2011 - 23h48 - Posté par Cop

Je ne suis pas du tout d’accord avec le stalinisme. J’ai simplement pris cet exemple pour dire que l’on ne peut pas tout rejeter de l’histoire de façon incontionnelle. IL est certain que l’autocratie et les exactions de Staline sont impardonnables.

Mais il est sur aussi que c’est en grande partie l’URSS qui sauva l’Europe pendant la dernière guerre et Staline fut un moteur important de cette victoire, c’est tout ce que je voulais dire

mythes et mensonges, l’essoreuse de l’histoire tourne toujours...

Dis-moi, c’est Rossevelt qui a arrêté à mains nues les panzers ou c’est la puissance industrielle des USA ?


Querelles dans le mouvement communiste des années 30 - A. BRETON "Position politique du surréalisme"
19 avril 2011 - 08h25 - Posté par Mengneau Michel

Il faut lire correctement et ne pas garder que ce qui intéresse.

J’ai écrit que c’est en grande partie l’URSS qui sauva l’Europe, je n’ai pas exclu les autres participants et particulièremenht les USA.

J’ai aussi écrit que Staline fut un moteur important de cette victoire, je ne pense pas que l’on puisse le nier et cela ne rejette pas Roosevelt aux oubliettes pour autant.


Querelles dans le mouvement communiste des années 30 - A. BRETON "Position politique du surréalisme"
19 avril 2011 - 13h20 - Posté par

J’ai aussi écrit que Staline fut un moteur important de cette victoire,

Staline ? Ou bien les milliers de soldats russes ? Il se trouve que c’est Staline qui était à la tête de cet état qui ne pouvait que se battre contre l’Allemagne, mais ça aurait été un autre dirigeant, ça n’aurait pas changé grand chose quant à l’effort de guerre contre l’Allemagne.

Mettre ça au crédit de Staline, c’est comme dire que les richesses sont produites par les patrons, pardon : les entrepreneurs. Non, ce sont les travailleurs.

Chico


Querelles dans le mouvement communiste des années 30 - A. BRETON "Position politique du surréalisme"
21 avril 2011 - 00h02 - Posté par

Dis-moi, c’est Rossevelt qui a arrêté à mains nues les panzers ou c’est la puissance industrielle des USA ?

A ma connaissance c’est pas certainement pas Roosevelt, ni même les USA en général...

Mais plutôt l’Armée Rouge, les Partisans soviétiques, et les Yakolev 24.

Y compris ceux pilotés par les Français du Normandie-Niémen. Devant Moscou, à Stalingrad, et dans le Saillant de Koursk.

Quant à la "puissance industrielle des USA", vu qu’elle avait bien participé à mettre Hitler en selle et à la réarmer, et qu’elle a glandé deux ans avant de se décider à intervenir contre lui, y a beaucoup à dire sur ses "mérites" supposés.

Sans compter que si on parle en terme bruts techniques, au sujet des "chars", si t’as déjà vu un "T34" à côté d"un "Sherman", tu auras vite compris que les Soviets avaient sur le sujet un poil d’avance ... ((- :

Ce qui pour des mecs qui venaient de perdre environ quelques millions de compatriotes et voyaient leur pays dévasté à 80% était quand même remarquable.

Alors je dis pas que c’est grâce à Staline, ou même les Soviets, peut-être qu’après tout c’était simplement l’Âme Slave, mais faut appeller un chat un chat.

Et rendre à César ce qui lui appartient.

G.L.


Querelles dans le mouvement communiste des années 30 - A. BRETON "Position politique du surréalisme"
22 avril 2011 - 17h26 - Posté par Copas

C’est bien la puissance industrielle des USA qui a arrêté et écrasé les nazis, de même que c’est le courage des peuples d’URSS, avec les outils issus de la révolution russe (planification, ce que Staline n’avait pas completement liquidé de l’armée rouge) qui ont bloqué puis écrasé les nazis.

Pas Staline.

Staline et ses acolytes ne fut pas seulement un lourd handicap par ses atteintes aux libertés mais en cassant les moyens de résistance de l’URSS par sa paranoïa et sa trouille de ce qui restait de l’armée rouge.

Ce sont bien les courages des peuples et les moyens de planification industrielle qui permirent à l’URSS de résister, pas le culte de la personnalité que tu continues de pratiquer contrairement aux faits.

5 ans après l’installation du nazisme (alors qu’il est clair que le danger est mortel) :

En URSS, entre juin 1937 et juillet 1938 ont été exécutés :

* 4 maréchaux sur 5

* 14 généraux d’armée sur 16

* 8 amiraux sur 8

* 60 généraux de corps d’armée sur 67

* 136 généraux de division sur 199

* 11 commissaires politiques d’armée sur 11[6]

* 20 000 à 30 000 officiers intermédiaires

À quoi il faut ajouter les 11 commissaires adjoints à la Défense et 98 des 108 membres du soviet militaire suprême. On découvrit même un nid de 12 « espions contre-révolutionnaires » dans les Chœurs de l’Armée rouge.

probablement tous des pro-nazis .... hein ... Remarques tu en as certains qui s’y essayent ...

L’ensemble de l’armée rouge fut décapitée, particulierement les partisans de l’arme blindée, de l’aviation et des systèmes anti-chars

les tenants de la cavalerie eurent le vent en poupe.

Même après cette catastrophe la réorganisation tarde et l’entrée en guerre voit une armée qui n’est pas déployée , Staline n’y croit pas, les tankistes sont à un endroit les tanks à des centaines de km, là où il y a quan même eut des groupes de blindés constitués ceux-ci défoncent les lignes allemandes et reviennent ensuite dans les lignes soviétiques et sont fusillés.

Grigorenko (un général russe) note que sur tous les segments l’armée rouge est supérieure à l’armée nazie, + de chars (et notamment + dans les + modernes), + d’avions, + de tout, etc

Staline et ses acolytes a désorganisé ce qui était probablement la plus puissante armée du monde dans les années 30.

Le désastre de l’entrée en guerre et le cout extrème de cette organisation faillirent détruire l’URSS.

Tout cela c’est le passé, et de très nombreux communistes ont fait le point là dessus.

Staline est l’expression d’une couche sociale oppressive et hyper-hierarchiste. Mais également il n’a pas été un dirigeant génial en matière militaire.

De fait.

et non ce n’est pas le génial petit père des peuples qui avec ses mimines à fabriqué le T34.

L’imagerie de l’histoire et les croyances dans les hommes providentiels sont de gros handicap pour comprendre le passé et essayer de préparer l’avenir.

Jusqu’il y a 7/8 ans j’avais encore un livre écrit sur la jeunesse de Staline comme quoi dés tout petit il défendait ses petits camarades et on voyait en lui une intelligence supérieure, etc...

J’en avais également plein d’autres de cet acabit ( de famille...) ...

C’est sur qu’on est loin là des sur-réalistes et des tentatives d’une partie d’entre eux de tracer des chemins dans le cadre de l’immense espérance de liberté que représente le désir d’abolir l’exploitation et les oppressions.


Querelles dans le mouvement communiste des années 30 - A. BRETON "Position politique du surréalisme"
19 avril 2011 - 08h18 - Posté par

""Sans eclectisme aucun, il doit être permis de recourrir à l’instrument de la connaissance qui semble en chaque circonstance le plus adéquat. Il suffit, du reste, d’une brusque convulsion de ce globe, comme nous en connaissons aujourd’hui, pour que soit remis en question, sinon la nécessité, du moins la suffisance des modes électifs de connaissance et d’intervention qui sollicitaient l’homme au cours de la dernière période d’histoire."

Nous devons donc avoir une vision plus large et critique de notre histoire, et ne pas regarder le stalinisme, par exemple, comme seulement et essentiellement un raté destructeur.

Breton ne défend pas un relativisme débouchant sur la position qu’apres tout on peut trouver du bon à tout,non pas du tout !!

tu fais un contre sens .

Breton affirme la nécéssité d’utiliser tous les outils de la connaissance ,sans s’en passer d’un seul pour appréhender le réel.


Querelles dans le mouvement communiste des années 30 - A. BRETON "Position politique du surréalisme"
19 avril 2011 - 08h38 - Posté par Mengneau Michel

Breton affirme la nécéssité d’utiliser tous les outils de la connaissance ,sans s’en passer d’un seul pour appréhender le réel.

Effectivement, je l’avais compris dans ce sens là, je n’ai pas suffisement exprimer le fond de ma pensée en parlant du stalinisme, ou peut-être maladroitement, ce qui fait que certains y ont vu une défense du stalinisme, ce qui est très loin de mes idées...


Querelles dans le mouvement communiste des années 30 - A. BRETON "Position politique du surréalisme"
19 avril 2011 - 10h17 - Posté par Roberto Ferrario

Michel mais finalement que tu trouve de "positif" dans le stalinisme ???

Gagner la guerre contre les nazis ne pas nécessairement un signe "communiste"... si c’est la seule chose que tu trouve pour "glorifier" Stalin, excuse moi, mais alors pour suivre ton raisonnement tu vais nous sortir que même les américain sont des cocos ????

Petit rappel historique... ni Stalin ni les anglos-américains n’ont pas gagné tous seul la guerre... un sans l’autre ne pouvez pas la gagner....


Querelles dans le mouvement communiste des années 30 - A. BRETON "Position politique du surréalisme"
19 avril 2011 - 10h32 - Posté par Mengneau Michel

Tu déformes encore mes propos, je n’ai aucun cas glorifié Staline,

J’ai d’ailleurs utiliser une formule non définitive en disant qu’il fut un moteur important, ce qui n’exclut pas les autres. D’ailleurs si cela avait été quelqu’un d’autre j’aurais dit la même chose en la circonstance, mais il se trouve que Staline était là à ce moment là, et ça c’est l’histoire. Si j’avais accordé la prépondérance à Staline, j’aurais écrit qu’il fut le principal moteur, c’est toute une nuance qui est loin de ma pensée...

Mon raisonnement s’arrête là car si tu as l’habitude de me lire tu verras que j’ai même écrit qu’il fut, à mes yeux, l’un des responsable de la chute du communisme en URSS. Voir sur ce site : "Je n’ai pas dansé sur les ruines du mur de Berlin", par exemple.


Querelles dans le mouvement communiste des années 30 - A. BRETON "Position politique du surréalisme"
19 avril 2011 - 12h02 - Posté par Roberto Ferrario

Oui sauf que je ne comprendre pas l’importance de parle de Stalin en positive dans cet conteste et en particulier dans cet article, si tu est sincère tu pouvez parle de Rossevelt a cet point... kif-kif...

Breton se fait expulse en 1933 du PCF pour avoir osé critiqué sans détour le stalinisme, chose que démoli sans aucun doute la "légende" que les dirigeants du PCF avant les année 60’ ne savent pas ce qui s’est passé en URSS, je parle bien des dirigeants pas des la base du PCF que été tenu a l’obscure et totalement désinforme... les même dirigeants que sont parti a Moscou soit avant la mort de Lenine que après, les même que on vérifié que après la mort de Lenine ne serre plus les mêmes mains des membres du comité central bolchevique de Lenine, le même que ne retrouve plus aucun ancien dirigent, tous le monde a disparu et remplace par des fonctionnaires docile au nouveau dictateur.... et toi comme réponse tu nous sort :

"Nous devons donc avoir une vision plus large et critique de notre histoire, et ne pas regarder le stalinisme, par exemple, comme seulement et essentiellement un raté destructeur"

Et je me tien a cet phrase : "comme seulement et essentiellement un raté destructeur "

Je attend a part la guerre les autres choses positives...

Si tu parle de la guerre ta phrase est de une banalité déconcertant, parce-que applicable même a Rossevelt donc totalement hors sujet soit a propos de cet article, soit a propos de l’histoire du mouvement des surréaliste, soit de l’histoire du communisme, soit de l’histoire du stalinisme, soit de la critique de Breton au stalinisme, soit même de les proposition et du programme des surréalistes...

Bref ta phrase jeté comme ça ressemble bien plus a un tentative maladroit et gratuit de trouve des choses positives au stalinisme...


Querelles dans le mouvement communiste des années 30 - A. BRETON "Position politique du surréalisme"
18 avril 2011 - 18h46 - Posté par Roberto ferrario

André Breton, né le 19 février 1896, en Normandie, était un écrivain français, poète et théoricien du surréalisme. Il est surtout connu comme étant le principal fondateur du mouvement surréaliste. Parmi ses écrits se trouve le manifeste du surréalisme de 1924 dans lequel il définit le surréalisme comme de l’automatisme psychique pur.

Il a été étudiant en médecine et en psychiatrie. Pendant la première guerre mondiale il a travaillé dans un département neurologique à Nantes. C’est à ce moment qu’il a rencontré le fils spirituel d’Alfred Jarry, Jacques Vache, dont l’attitude anti-sociale et le mépris pour les traditions artistiques établies l’ont considérablement influencé. Vache est mort à l’âge de 24 ans et les lettres qu’il avait écrites à Breton et à d’autres ont été publiées dans un volume intitulé Lettres de guerre (1919) pour lequel Breton a écrit quatre essais d’introduction.

En 1919, Breton a fondé la revue Littérature avec Louis Aragon et Philippe Soupault. Il a également connu le dadaïste Tristan Tzara. En 1924, il a contribué à la création du Bureau de la recherche surréaliste.

Dans Les champs magnétiques, une collaboration avec Soupault, il a mis en pratique les principes de l’écriture automatique.

Il a publié le Manifeste du surréalisme en 1924 et il a été rédacteur en chef de La Révolution surréaliste de 1924. Un petit groupe se forma autour de lui avec Philippe Soupault, Louis Aragon, Paul Eluard, René Crevel, Michel Leiris, Benjamin Péret, Antonin Artaud et Robert Desnos.

Soucieux de combiner les thèmes de la transformation personnelle dans les oeuvres d’Arthur Rimbaud avec la politique de Karl Marx, Breton a rejoint, en 1927, le Parti communiste français dont il a été expulsé en 1933. Pendant ce temps, il a vécu principalement grâce à la vente de peintures à partir de sa galerie d’art.

Sous la direction de Breton, le surréalisme est devenu un mouvement européen qui a influencé tous les domaines de l’art et qui a remis en question l’origine de la compréhension humaine et de la perception humaine des choses et des événements.

En 1938, Breton a accepté une commission culturelle du gouvernement français pour un voyage au Mexique. Après s’être perdu dans la ville de Mexico après une conférence tenue à l’Université nationale autonome du Mexique sur le surréalisme, Breton a déclaré « Je ne sais pas pourquoi je suis ici. Le Mexique est le pays le plus surréaliste dans le monde. »

Visiter le Mexique lui a fourni l’occasion de rencontrer Trotsky. Breton et d’autres surréalistes ont par la suite trouvé refuge dans un long voyage en bateau de Patzcuaro à la ville de Erongaricuaro. Diego Rivera et Frida Kahlo étaient parmi les visiteurs de la communauté d’intellectuels et d’artistes cachés. Ensemble, Breton et Trotsky ont écrit le manifeste Pour un art révolutionnaire indépendant (publié sous le nom de Breton et Diego Rivera) qui visait « la totale liberté de l’art », devenant de plus en plus difficile dans la situation mondiale de l’époque.

Breton a de nouveau été dans le corps médical de l’armée française au début de la Seconde Guerre mondiale.

Le gouvernement de Vichy avait interdit ses écrits comme « la négation même de la révolution nationale » et Breton avait cherché refuge aux États-Unis et dans les Caraïbes en 1941. Il y fit la connaissance de l’écrivain martiniquais Aimé Césaire et, en 1947, il écrivit l’introduction du Cahier d’un retour au pays natal de Césaire. Au cours de son exil à New York, il rencontra Elisa, une Chilienne qui allait devenir sa troisième épouse.

En 1944, il a voyagé avec Elisa en Gaspésie, au Québec, où il a écrit Arcane 17, un livre qui exprime ses craintes de la Seconde Guerre mondiale, décrit les merveilles du Rocher Percé et la fin du nord de l’Amérique du Nord, et célèbre son nouvel amour avec Elisa.

Breton revint à Paris en 1946, où il intervint contre le colonialisme français (par exemple en tant que signataire du Manifeste des 121 contre la guerre d’Algérie) et il continua, jusqu’à sa mort, à promouvoir un deuxième groupe de surréalistes sous la forme d’expositions ou de commentaires (La Brèche, 1961-1965). En 1959, André Breton organisa une exposition à Paris.

André Breton est mort en 1966, à 70 ans, et a été enterré dans le cimetière des Batignolles à Paris.

http://www.le-surrealisme.com/andre...



Querelles dans le mouvement communiste des années 30 - A. BRETON "Position politique du surréalisme"
18 avril 2011 - 18h50 - Posté par Roberto Ferrario

Soit dissant les parti communistes en Europe on "découvert" les atrocité du stalinisme dans les année 50/60 allors comme c’est possible que les surréalistes le dénonce deja avant l’ecriture de cet livre donc avant 1934 ?????

Breton a rejoint, en 1927, le Parti communiste français dont il a été expulsé en 1933

Est que les directions des différents parti communiste nous on menti juste après quelques ans de leur création ????

Apparentement oui...

La blague historique que consiste a dire que on ne pouvez pas savoir est un énorme mensonge... Je connu plein des vieux camarades, comme mon gran père, virez du parti communiste francaise accusé de "léninisme". Cet accusation été base sur le fait que après quelques ans de la mort de Lenine et en particulier vers la fin années 30 début 40 juste après la guerre en Espagne plein de camarades on commence a critique durement la politique de Stalin et le méthode dans le PCF que consiste a réduire en silence toutes critique soit a comme été gère la "révolution" en URSS que a la façon de gère le PCF par la direction locale directement lie a Moscou...

Bien sur l’accusation plus facile été d’être considérée un "infiltre" trotskiste mais faut pas oublie un histoire presque secrète celle justement des camarades expulse du PCF a cause de leur fidélité a les valeurs originaire de la révolution bolchevique basé principalement par l’expérience de ce que on peu appelle aujourd’hui la "démocratie direct" que peu être représente par les Soviet...

Sans oublie dans les année que on suivi la "libération" les nombre impressionnât des camarades du PCF que on participe activement a la résistance que on été mis a l’écart.

Cet épuration a continue juste a notre jours, qui conteste les chois de la direction est mis immédiatement a cote et tous est fait pour le dégoute et le pousse a la sortie... Les critique sont reste les même manque de démocratie interne et compromis avec la social-démocratie...

Faut pas oublie que Lénine est mort (assassiné ?) le 21 janvier 1924 et les purges ordonné par Stalin on commence de tout de suit avec les assassinât des tous les membres de la direction du parti bolchevique que soit au comite centrale que dans toutes les direction locale comprise des soviets...

Le PCF est née en décembre 1920 le dirigent de l’époque on du obligatoirement voir la différence de "gestion" entre Lénine et Stalin...



Querelles dans le mouvement communiste des années 30 - A. BRETON "Position politique du surréalisme"
18 avril 2011 - 19h02 - Posté par

Trés juste ce que vous dites mais "il ne fallait pas désespérer Billancourt" comme disait JP Sartre dans les années 50 , en prenant d’ailleurs les ouvriers pour des cons .


Querelles dans le mouvement communiste des années 30 - A. BRETON "Position politique du surréalisme"
19 avril 2011 - 12h25 - Posté par Alain Chancogne

Et si on nuançait un brin ?

Et si"Billancourt" avait été tout autant enthousiaste que le CC du PC-SFIC ?

Sans grand besoin du "PARTI" pour prendre son pied ?

Si on se remettait dans les conditions de l’époque. ?

Si on admettait que certes CONNEMENT mais en toute bonne foi, des millions d’Hommes et de femmes ont eu les yeux de Chimène pour TOUT ce qui venait de Moscou..parce que c’était , pour eux, une grande"première" qu’un Etat ouvrier voit le jour, , et une sacré revanche sur des décennies et des décennies de combats perdus dans le sang, le plus récenten France datant de 1871 ?

Si on ne déduisait pas que telle lucidité d’un Breton ne rend pas pourautant l’ensemble du PC-SFIC , devenu en 43 PCF comme une machine infernale visant à excuser le "stalinisme" ?
Si on ne confondait pas ce que fut l’allégeance aux bolchos de la 3°Internationale et unesoi disante connaissance des crimes staliniens dans toute leur horreur ?
Et si on voulait bien admettre qu’en France plus qu’ailleurs le fameux"on ne fait pas d’omelettes sans casser des oeufs" ou "la fin justifie les moyens"..étaient de ces lieux communs(ô combien contraire à tout humanisme) ...qui ne dataient pas dela Révolution d’Octobre mais de la"nôtre"..bourgeoise et pourtant repère de farouche affrontemententre les"camps" ..

Celle d’ un ST JUST clamant"Pas de libertés pour les ennemis de la liberté".

Léniniste avant l’heure, non ?

Et si, on voulait, admettre que le FIGARO parlant d’enfants mangés par les Rouges, cela ne conduisait pas à faire dans la dentelle quand , face ànotre bourgeoisie versaillaise, "nous" répondions à la haine de classe par tout autre chose que d el’analyse marxiste, davantage avec nos tripes qu’avec nos neurones, ?

Cela n’excuse rien, certes.

Et si ,alors qu’aucun républicain espagnol n’est mort fusillé en criant"Vive Franco" on admettait qu’en URSS , desmilliers de communistes sontmorts , victimes du stalinisme en criant"Vive STALINE".. ?

Ce qui n’aide pas, avouons le à une approche sérieuse des procès de moscou ?

Et si on admettait qu’en 2011 , quand on trouve parfois que Gbagbo et Khadafi sont presque des"amis " vu qu’ils ont en face nos ennemis de classe.., la mesure dans le jugement n’est pas encore une donnée universelle ?

Et si nos amis trotskystes admettaient un jour que la répression abjecte des "stals" n’apas conduit, en France et ailleurs, à de l’approche équilibrée sur ce que fu tl’Histoire contrastée des Partiscommunistes, du PCF en particulier. ?

Peut-etre alors, un jour, pourrait on "dépasser" la façon actuelle de se positionner.

Il y a eu le"modèle" et tout ce qui en découle.

Il y a eu Staline et ses crimes , la cécitédu PCf (pas que de lui.. !!) et très certainement dès1917., des communistes ont"senti" ou"vu"que cequi se passaiten URSS ce n’étaitpas l’idée qu’ils se faisaient de laRévolution.

Mais il y avait cette idée forte"Regardez d’ou ilsviennent, écoutez ceux qui les combattent
C’est cette notion de"camp" qui a piétiné l’intelligence et l’esprit critique, fait se fermer des yeux sur d’autres"camps".....notamment ceux des goulags.

.

Il ya eu un stalinisme d’importation en terme de fonctionnement du Parti et des méthodes visant à virer, salir ceux qui dérangeaient.
Ce stalinisme perdure auPCF.Il est encore plus dégueulasse qu’avant !

Pas simplement parce qu’il est conduit "au nom delaRose"mais parce que l’analyse du stalinisme a été (insufisamment) instruite et soidisant avec les leçons qu’on en tirait...

Ceci précisé, sans vouloir polémiquer, que Breton soit caution de je ne sais quelle virginité du (des)trotskysme(s) , alors là, c’est aller vite en besogne !

Mais je vais relire Breton, Mandel ou Bensaïd pour voir si je ne suis pas trop injuste avec mes amis de l’actuel..NPA..

sinon on pourrait vite me taxer de"stalinien non guéri"....

 :)

A.C.


Querelles dans le mouvement communiste des années 30 - A. BRETON "Position politique du surréalisme"
19 avril 2011 - 13h19 - Posté par Roberto Ferrario

Ceci précisé, sans vouloir polémiquer, que Breton soit caution de je ne sais quelle virginité du (des)trotskysme(s) , alors là, c’est aller vite en besogne !

Alain, je aime bien cet phrase faut que je précise ma position...

Se que me choque est, que encore maintenait certaine membre du PCF "pense" que les dirigeants de cet parti ne savez pas ce que se que c’est passé en URSS avant les année 60’ et que font un déni totale a propos de la démocratie interne au parti...

Une foi dit ça, me fait rigoler (amère) la "récupération" de part des trotskistes, je me rappelle que un certain "inconnue" du nom Влади́мир Ильи́ч Улья́нов « l’homme de la Léna » a écrit dans son testament a propos de Stalin et de Trotski les positionnant dos a dos ...


"25 décembre 1922

Par stabilité du Comité central j’entends les mesures propres à prévenir une scission, pour autant que de telles mesures puissent ˆtre prises. Car le garde-blanc de Russkaïa Mysl (je pense que c’était S. E. Oldenbourg) avait évidemment raison quand, dans sa pièce contre la Russie soviétique, il misait en premier lieu sur l’espoir d’une scission de notre Parti, et quand, ensuite, il misait, pour cette scission, sur de graves désaccords au sein de notre parti.

Notre Parti repose sur deux classes, et, pour cette raison, son instabilité est possible, et s’il ne peut y avoir un accord entre ces classes sa chute est inévitable. En pareil cas il serait inutile de prendre quelque mesure que ce soit, ou, en général, de discuter la question de la stabilité de notre Comité central. En pareil cas nulle mesure ne se révélerait capable de prévenir une scission. Mais je suis persuadé que c’est là un avenir trop éloigné et un événement trop improbable pour qu’il faille en parler.

J’envisage la stabilité comme une garantie contre une scission dans le proche avenir, et mon intention est d’examiner ici une série de considérations d’un caractère purement personnel.

J’estime que le facteur essentiel dans la question de la stabilité ainsi envisagée, ce sont des membres du Comité central tels que Staline et Trotsky. Leurs rapports mutuels constituent, selon moi, une grande moitié du danger de cette scission qui pourrait ˆtre évitée, et cette scission serait plus facilement évitable, à mon avis, si le nombre des membres du Comité central était élevé à cinquante ou cent.

Le camarade Staline en devenant secrétaire général a concentré un pouvoir immense entre ses mains et je ne suis pas sûr qu’il sache toujours en user avec suffisamment de prudence. D’autre part, le camarade Trotsky, ainsi que l’a démontré sa lutte contre le Comité central dans la question du commissariat des Voies et Communications, se distingue non seulement par ses capacités exceptionnelles - personnellement il est incontestablement l’homme le plus capable du Comité central actuel - mais aussi par une trop grande confiance en soi et par une disposition à ˆtre trop enclin à ne considérer que le côté purement administratif des choses.

Ces caractéristiques des deux chefs les plus marquants du Comité central actuel pourraient, tout à fait involontairement, conduire à une scission ; si notre Parti ne prend pas de mesures pour l’empˆcher, une scission pourrait survenir inopinément.

Je ne veux pas caractériser les autres membres du Comité central par leurs qualités personnelles. Je veux seulement vous rappeler que l’attitude de Zinoviev et de Kaménev en Octobre n’a évidemment pas été fortuite, mais elle ne doit pas plus être invoquée contre eux, personnellement, que le non-bolchévisme de Trotsky.

Des membres plus jeunes du Comité central, je dirai quelques mots de Boukharine et de Piatakov. Ils sont, à mon avis, les plus capables et à leur sujet il est nécessaire d’avoir présent à l’esprit ceci : Boukharine n’est pas seulement le plus précieux et le plus fort théoricien du Parti, mais il peut légitimement ˆtre considéré comme le camarade le plus aimé de tout le Parti ; mais ses conceptions théoriques ne peuvent ˆtre considérées comme vraiment marxistes qu’avec le plus grand doute, car il y a en lui quelque chose de scolastique (il n’a jamais appris et, je pense, n’a jamais compris pleinement la dialectique).

Et maintenant Piatakov - un homme qui, incontestablement, se distingue par la volonté et d’exceptionnelles capacités, mais trop attaché au côté administratif des choses pour qu’on puisse s’en remettre à lui dans une question politique importante. Il va de soi que ces deux remarques ne sont faites par moi qu’en considération du moment présent et en supposant que ces travailleurs capables et loyaux ne puissent par la suite compléter leurs connaissances et corriger leur étroitesse.

4 janvier 1923

Post-scriptum. Staline est trop brutal, et ce défaut, pleinement supportable dans les relations entre nous, communistes, devient intolérable dans la fonction de secrétaire général. C’est pourquoi je propose aux camarades de réfléchir au moyen de déplacer Staline de ce poste et de nommer à sa place un homme qui, sous tous les rapports, se distingue de Staline par une supériorité - c’est-à-dire qu’il soit plus patient, plus loyal, plus poli et plus attentionné envers les camarades, moins capricieux, etc. Cette circonstance peut paraître une bagatelle insignifiante, mais je pense que pour prévenir une scission, et du point de vue des rapports entre Staline et Trotsky que j’ai examinés plus haut, ce n’est pas une bagatelle, à moins que ce ne soit une bagatelle pouvant acquérir une signification décisive."


Querelles dans le mouvement communiste des années 30 - A. BRETON "Position politique du surréalisme"
19 avril 2011 - 14h43 - Posté par

""Si on se remettait dans les conditions de l’époque. ?

""
Toutes les époques,tous les épisodes historiques ,sans aucune exeption ,génèrent toujours des appreciations différentes,des pratiques différentes,et des oppositions et des complicités,des résistances et des collaborations.

alors il ne sert à rien de citer des attitudes de victimes adorant leur bourreau pour renvoyer dos à dos ceux qui s’opposérent dés le debut et dans leur immense majorité (l’opposition de gauche) et ceux qui savaient et qui furent complices .

Car que des communistes sincéres soient victimes des purges sanglantes de staline en criant vive staline ,ne peut pas amoindrir la lucidité politique des opposants de gauche .

Il y eut un courant qui fut en nature plus fidéle à octobre,et pas seulement en degrés .

attention avec cette antienne " les conditions de l’époque" on va trés loin dans la justification.
je le dis ,car ayant été longtemps au PCF,c’est toujours avec cet argument que j’ai avalé des couleuvres.

Le testament de Lénine est plus une attaque contre Staline que contre Totski .

Je ne suis pas naif ,ni aveugle,je connais l’histoire de la révoltuon russe,et de sa trahison.
Je n’ai jamais été Trotskiste ,ce qui pour moi ne veux rien dire ,je suis marxiste et c’est bien l’opposition de gauche et la 4 eme malgre leur faiblesse,leurs erreurs qui restérent fidéle à l’espoir D’octobre.

certains disent que la barricade n’a que deux cotés,oui mais les camps aussi !


Querelles dans le mouvement communiste des années 30 - A. BRETON "Position politique du surréalisme"
19 avril 2011 - 18h21 - Posté par Alain Chancogne

ayant été longtemps au PCF,c’est toujours avec cet argument que j’ai avalé des couleuvres

C’est cela le grand drame du PCF.

Des avaleurs de couleuvres ont réalisé un jour...que

.

c’est bien l’opposition de gauche et la 4 eme malgre leur faiblesse,leurs erreurs qui restérent fidéle à l’espoir D’octobre.

 :))

En ce qui me concerne n’ayant jamais imaginé qu ’on se lavait de ses péchés staliniens dans les baignoires du trotskysme, je continuerai longtemps de penser que les crimes staliniens ne font pas des sectes trotskystes ce qui s’est fait de moins pire en terme de visée REVOLUTIONNAIRE.

Because, selon moi et tant pis si je bouffe le trait, Lénine et ses deux compagnons (sans oublier beaucoup d’autres moins connus) ne furent pas plus"marxistes"...que ma pomme quand je diffusais des programmes communs ou que tel hurluberlu soixante huitard décidant d’aller "porter" aux travailleurs, très cons puisque massivement à la CGT,....la vérité sorbonnarde des futurs dir cab’ de ministres socialistes...

Tout est à construire..

Si possible en ne peignant pas le passé (y compris le sien propre) aux couleurs de l’expérience acquise aujourd’hui.

Il est certain qu’on fait beaucoup plus de conneries quand on a gagné , à tort ou àraison, la confiance de la classe ouvrière(contradictoirement en l’yant privé de son rôle central dans lalutte des classes) que lorsque , à tort ou à raison, les masses n’ont pas considéré que cette fameuse fidélité à Octobre 17, c’était chez ceux qui proposaient l’entrisme à laSFIO qu’on la rencontrait..

A part que ce soit la faute de mes ancêtres du PSUC ,et du PCE , responsables de tchékas que je vomis..si le monde du travail, dans ce monde de"camps" et de barricade a massivement soutenu les partis communistes dits"staliniens".

Je crois que la construction d’une Orga révolutionnaire supposera un peu moins de manichéisme..

Cela vaut pour moi ,rassure toi !

y compris dans ce commentaire.....

 :))

A.C.


Querelles dans le mouvement communiste des années 30 - A. BRETON "Position politique du surréalisme"
19 avril 2011 - 19h52 - Posté par Copas

tu le sais aussi sur le PSUC etr ceux qui gagnèrent leurs galons de dirigeants en participant à la liquidation des dirigeants du POUM ...

Tout cela est notre histoire, Alain, et les militants ne la connaissaient pas pour la plupart, ils acceptaient par discipline ce qu’on leur disait

D’ailleurs ce putain de suivisme et de soumission fut une catastrophe.

Tu parles de 68 ?

Quels déchirements !

Quelle connerie !

On aurait pu peut-être renverser le capitalisme mais l’esprit paranoïaque, le conservatisme et la peur de l’initiative non contrôlée a liquidé l’immense espérance qui existait.

68 !

Le PC y est entré à reculons (des militants réagissant spontanément pendant que les cadres et dirigeants regardaient sous les tables en cherchant le diable, debout sur les freins...)

La plus grande grève en France, avec un nombre considérable de grandes entreprises occupées a montré que le Parti n’avait pas dans ses plans une transition révolutionnaire mise en mouvement par les masses.

Et le problème quelque part c’est de ne pas avoir eu une orga révolutionnaire vivante, démocratique, cultivant l’inventivité , capable de "préparer" les masses à renverser le capitalisme avec leurs propres organisations unitaires de masse.

La situation actuelle est très différente. A force de conneries le PC n’existe plus comme parti de masse , du moins il es méconnaissable par rapport à ce qu’il fut.

Tout cela est l’histoire

Construire autrement sera aussi combattre l’amnésie et les amnésies, cultiver les controverses, demeurer ouvert sans paranoïas paralysantes.


Querelles dans le mouvement communiste des années 30 - A. BRETON "Position politique du surréalisme"
20 avril 2011 - 09h20 - Posté par

""En ce qui me concerne n’ayant jamais imaginé qu ’on se lavait de ses péchés staliniens dans les baignoires du trotskysme"""

Crime,crime,pas péchés !

ça emmerde mais c’est comme ça que ça s’appelle le stalinisme.

Et t’inquietes je ne baigne pas dans la baignoire trotskiste puis que je n’ai JAMAIS été à la LCR,ou LO .

Et j’ai des critiques assez fortes qur la ligne du pére léon et aussi celle de la 4eme
MAIS c’est bien de ce coté que l’esprit d’octobre a perduré ;
Sans naiveté,sans manichéisme, mais sans renvoyer dos à dos ceux qui essyairent de prolonger la révolution et ceux qui l’assassinérent.

""Because, selon moi et tant pis si je bouffe le trait, Lénine et ses deux compagnons (sans oublier beaucoup d’autres moins connus) ne furent pas plus"marxistes"...que ma pomme quand je diffusais des programmes communs ou que tel hurluberlu soixante huitard décidant d’aller "porter" aux travailleurs, très cons puisque massivement à la CGT,....la vérité sorbonnarde des futurs dir cab’ de ministres socialistes...

""

Toujours ce vieux débat où tu ne veux pas reconnaitre que ce n’est pas parceque personne n’est marxiste (d’apres toi) alors bof on s’en fout de savoir qui a eu une ligne politique la plus révolutionnaire.

parceque tu sais ,du PCf,ou du PS ni l’un ni’ lautre ne le sont marxiste alors bof,faire un distingo ,on s’en tape ...c’est ta position ,je force mais pas tant que ça ..alors non ,moi je fais la différence et y en a une sacrée !!!!

Et une sacrée aussi entre la 4eme et la 3eme, !

Alors oui j’ai avalé des couleuvre,mais pendant que je fourguais le programme commun,les copains de la lcr gardait le cap (je ne les idéalise pas , !)
MAis j’ai pas attendu toute une vie pour m’en apercevoir,ce qui explique que psychologiquement ça me géné moins que toi d’admettre que les positions d ela lcr ou lo j’aurais du les faire miennes plus tôt.


Querelles dans le mouvement communiste des années 30 - A. BRETON "Position politique du surréalisme"
20 avril 2011 - 11h02 - Posté par Alain Chancogne

Si tu veux qu’on puisse débattre tu vas t’excuser stp !

J’ai écrit, parlant de nos itinéraires et "chambrant" ta lucidité sur le stalinisme...ne t’ayant pas empêché de rester longtemps au PCF pour venir, sur le"tard" (j’ignore ton âge) chanter les louanges de la 4 ° Internationale , ceci :

""En ce qui me concerne n’ayant jamais imaginé qu ’on se lavait de ses péchés staliniens dans les baignoires du trotskysme""

"

Tu réagis avec un amalgame qui est une insulte à"notre"engagement(y comprisletien, donc..)

Crime,crime,pas péchés !

ça emmerde mais c’est comme ça que ça s’appelle le stalinisme

Non, mon Camarade, relis moi et relis toi :

"NOus", communistes français avons eu "notre stalinisme"(je répondrai à Roberto F.sur deux aspects qu’il souligne, à cet égard)

Nous avons commis des erreurs, voire ,( c’est mon cas et surement pas letien vu tes propos ,) ai-je été co-auteur, de faits "sectaires" dont je ne suis pas particulièrement fier. !

Même si ma "rigueur" fut toujours de totale sincérité, elle est impardonnable

..Tout autant, selon moi, que le trajet de certaines de mes"victimes" (jeparle surtout d’un temps ou j’ai approché le Secteur dit" intellectuels etCulture" de 82 à88..) qui ont fini , via Juquin chez nos"frères"du P.S. ou ils pu retrouver Fiterman et Poperen...

Ainsi que d’ex O.C.I très "antistals" mais paillassons rosis sur letard.

Ceci dit, je rejette avec colère cette façon de"nous" désigner objectivement dans ta réaction -( cela , mme si tu n’as jamaisété à LO, ou à la LCR..c’est "propre"(? ?) aux" gauchisme-antipécéien primaire") comme complices de CRIMES, voire auteurs si on te lit au premier degré

Dans la France Capitaliste ou je vais mourir sans hélas connaitre le changement de Société, j’ai été communiste.
Ni plus ni moins que toi et des centaines de milliers d’autres, (estampillés Pc ou pas..) , nous, membres et dirigeants du PCF (permets moi d’oublier un instant quelques canailles qui porten ten terre le vieux cercueil de1920) nous nous honorons d’avoir été de TOUS les COMBATS contre les injustices, les atteintes aux Libertés, en France , à nos postes de combat ou la mitraille des "autres"ne nous a jamais épargné.

Quels qu’aient été nos virages, nos zigs et nos zags,...les "autres" se sont toujours retrouvés face à"nous".

Je ne suis pas deceux qui osent connement dire qu’il n’y eut QUE les communistes dans cette guerre des classes, qui furent toujours au premier rang.

Mais, fût ce avec quelques minutes de retard sur tel individu, en tant que PARTI, "nous" avons été TOUJOURS et parfois seuls au milieu de la bataille.

Cefut le"CRIME"que la bourgeoisie versaillaise de ce pays ne nous pardonnera jamais.

Je tenais, un nom de ce qu’a été le militantisme pécéien, au delà du fossé qui me sépare des positions actuelles du PCF, à te le dire, parce que ton propos me choque et choquera des camarades qui nous lisent.

Contrairement à certaines fois.ou je peux en "ajouter" avec un brin de cinoche marchaisien, je ne joue pas avec les mots.

 :)
J’espère que tu ne mets pas en cause la sincérité de ma réaction ce qui me permet de terminer en t’adressant ma cordialité communiste.

A.C.


Querelles dans le mouvement communiste des années 30 - A. BRETON "Position politique du surréalisme"
20 avril 2011 - 11h52 - Posté par

tu as raison,j’ai lu un peu vite et fait une erreur sur ce point .
Pour le reste ,je maintiens qu’on ne peut renvoyer dos à dos au motif que les uns et les autres n’ont pas été marxiste ( y a redire ) les "trosts" et les "stal "
je résume en 2 mots mais tu me comprends.

Moi aussi j’ai fait de grosses erreurs,MAIS, que d’autres (juquin et fiterman etc..) soient passés social démo n’enleve rien à mes fautes .

Le pcf a t il été complice de crimes ?
sa direction oui sans aucun doute
Les militants de base,qui n’avaient pas le temps,les moyens,de savoir ??
on serait tenté de répondre par non.

Mais déja dés le début qui voulait savoir savait !
alors pas facile..

pas complice ???mais alors quoi ??

indifférent ?aveugle ?fanatique ?

Tout ça c’est pas trés réjouissant quant à sa valeur de militant.

Non nous avons pas été de tous les combats !
Quand on devait se battre pour TOUTE la classe ouvriere,on oubliait celle du camp socialiste

alors tu rajoutes "en France"

mais meme là je ne suis pas d’accord :

Nous n’avons pas été du combat pour le droit à l’avortement (meme si apres ..)

Nous n’avons pas été du combat pour l’indépendance algérienne

Mais un autre camp marxiste lui a été de ces combats. et si je n’ai pas désesperé en 1981,c’est parcequ’il existait UNE vision communiste et c’est bien dans une mouvance opposition de gauche qu’elle se trouvait ,pas ailleurs

la reaction n’a pas épargné le pcf,mais l’a bien utilisé aussi .
et la haine de classe du capital écrasera toujours toute orga communiste qui commencera à être importante,cependant cela ne peut pas être un argument de bonne conduite marxiste.
C’est sur NOS actes,NOS politiques comme réponse à la visée communiste que nous devons nous positionner par rapport à leur guerre de classe.

Ha nous avons raison PARCEQUE la réaction est contre nous,et que c’est notre ennemi,ç’est la tragédie du 20eme siecle ,alors laissons tomber ce faux argument .

on en finira pas de cette tragédie stalinienne du 20eme
qui fait que l’idée communiste doit être complétement reconstruite.

Meme le mot fait peur,j’ai voté CONTRE le nom "npa" je voulais garder le mot communiste.

mais est ce faux si on dit que c’est le pcf qui est responsable de cela (enfin la ligne "stalinienne" ici et là bas..)et pas Lo ou la lcr ?

je suis certain que non.


Querelles dans le mouvement communiste des années 30 - A. BRETON "Position politique du surréalisme"
20 avril 2011 - 12h38 - Posté par Alain Chancogne

BON., merci..

.
Dontacte, je ne suis pasun CRIMINEL !

 :)
Pour le reste, et avant que L.L ne" hurle "parce que les uns et les autres nous nous éloignons de Breton, comme la guerre d’Algérie a été pour beaucoup dans mes hésitations à rejoindre le Pc(pouvoirs spéciaux) et dans le respect quem ’a inspiré le militantisme duPCF, sur cette affairealgérienne,... je m’inscris en faux contre ta phrase ci dessous.

Quand j’aurais le temps, -tiens , par exemple pour le 50° anniversaire de l’échec du putsch d’avril 61 qui nous permet d’échanger pourcause demiseau trou de quelques fachos !)..je rouvrirai une discussion sur le mouvement de libération des peuples dans les années 60 et le comprtement des divers acteurs politques et "sociaux".

Pour "fusiller" ta péremptoire déclaration :

Nous n’avons pas été du combat pour l’indépendance algérienne

Je vais tâcher d’ici là d’avoir une opinion de résistants algériens...

Amicalement

AC


Querelles dans le mouvement communiste des années 30 - A. BRETON "Position politique du surréalisme"
20 avril 2011 - 17h04 - Posté par

Pour "fusiller" ta péremptoire déclaration :

Nous n’avons pas été du combat pour l’indépendance algérienne

Quand j’ai commencé à militer, en jeune sympathisant de la LCR, c’était la guerre du Viet-Nam, et je me souviens que le PCF se battait pour la "Paix au Viet-Nam", nous pour "US go home".

L’Algérie j’étais trop jeune (encore que ma première manif sur les épaules de mon père PCF fut contre l’OAS, au moment du putch), mais ce que je crois savoir c’est qu’au début de la guerre le PCF se battait pour la démocratie en Algérie (pour que les Algériens soient traités comme... les autres Français), pas pour l’indépendance ni pour la guerre d’indépendance.

Chico


Querelles dans le mouvement communiste des années 30 - A. BRETON "Position politique du surréalisme"
20 avril 2011 - 16h56 - Posté par

Il est certain qu’on fait beaucoup plus de conneries quand on a gagné , à tort ou àraison, la confiance de la classe ouvrière(contradictoirement en l’yant privé de son rôle central dans lalutte des classes) que lorsque , à tort ou à raison, les masses n’ont pas considéré que cette fameuse fidélité à Octobre 17, c’était chez ceux qui proposaient l’entrisme à laSFIO qu’on la rencontrait..

Les masses ont-elles pu librement (donc avec en main tous les éléments nécessaires) faire un réel choix ? Bien sûr que non. La seule victoire de la branche stalinienne s’est faite dans le sang en Russie. Ensuite, quand on tient les leviers, les postes, les moyens, on manipule sans problème. On peut même faire voter une bonne partie des masses pour son bourreau (cf le score de Sarkozy dans la classe ouvrière).

Bref, pour moi ce n’est pas un bon argument car le "match" était totalement inégal et biaisé, loin d’un véritable débat un minimum démocratique et intellectuellement honnête. Ce qui ne signifie pas que si le débat avait été équitable la branche non stalinienne aurait emporté l’adhésion des masses... On ne le saura jamais... Avec le recul on sait seulement qu’une des routes, celle qui a mené le bal, était catastrophique. L’autre était-elle La Bonne ? En tout cas elle était certainement "moins pire"...

Chico


Querelles dans le mouvement communiste des années 30 - A. BRETON "Position politique du surréalisme"
20 avril 2011 - 20h23 - Posté par

Chico.., Amigo mio..

 :)

Les masses ont-elles pu librement (donc avec en main tous les éléments nécessaires) faire un réel choix ? Bien sûr que non. La seule victoire de la branche stalinienne s’est faite dans le sang en Russie. Ensuite, quand on tient les leviers, les postes, les moyens, on manipule sans problème. On peut même faire voter une bonne partie des masses pour son bourreau (cf le score de Sarkozy dans la classe ouvrière).

Je "causais" des influences respectives ..en France...

Tu ne vas pas oser me dire, comme certains, que les ouvriers étaient trop cons pour comprendre que la Ligaléon auxquelles nos juvéniles explosions d’adrénaline"nous opposaient, nous les "méchants".., c’était vachement mieux que mon peuceufeu stal ?

 :)

T inquiète, nous en recauserons de l’indo et de l ’Algérie..
Ce qu’il ya debien avec le"net" c’est qu’on peut se causer sans manches de pioches..commeau bon vieux temps..

 Je rigole, car n’ayant pas milité au PC avant la trentaine, j’ai pas connu les belles manifs ou au "Lénine , Trostky, Mao, HO ho ho..Ho chi minh" répondait les "pif, Hercule, Tata Tonton" d’une JC des plus chancognardes

 :)

Bonne soirée.

A.C.


Querelles dans le mouvement communiste des années 30 - A. BRETON "Position politique du surréalisme"
21 avril 2011 - 13h14 - Posté par

Je "causais" des influences respectives ..en France...

Oui, moi aussi. J’ai l’impression que tu fais mine de ne pas comprendre mon argument. Pourtant tu développes le même lorsque tu t’adresses à des militants du PCF "de l’intérieur", en leur expliquant que jamais il ne sera possible de déboulonner la direction et de modifier l’orientation. C’est pas que tu prends les militants de base du PCF pour des cons, c’est que tu sais bien que quand une "équipe" a les rouages de l’appareil en main, un choix totalement libre et démocratique n’est pas possible. C’est David contre Goliath.

Chico


Querelles dans le mouvement communiste des années 30 - A. BRETON "Position politique du surréalisme"
21 avril 2011 - 14h57 - Posté par Alain Chancogne

ok avec toi

je te signalais juste que ce passage impliquait ta phrase :

)La seule victoire de la branche stalinienne s’est faite dans le sang en Russie

Si , pour reprendre du langage dit"trotsk" pn parle des "staliniens" en "nous "incluant dedans," nous," on n’a pas triomphé dans le sang !

(hep, me sors pas tel résistant honteusement flingué par des FTP du PCF..je sais que cela a existé)

Cette victoire de labranche staliennne"française"n’a pas été assurée au prétexte, comme en URSS,qu’etre"auParti", c’était signer un visa pour une carrière bien assurée. !!

Je témoigne, et mes camaros aussi (sauf quelques merdeux que je vomis) _ :))

Sinon, en tant que"vieille branche" du PCF..pour le reste, je partage, bien entendu !

 Juste une différence entre les" lignards" Pc de 2011 et la masse des militants (voire électeurs du PC) des années 20 à90( grossomodo) :

C’est que la ligne, même avec ses zigs zunitaires, ses zags de"repliement" etc etc..les "camarades" l’approuvaient massivement.. !!

Il n’y a pas eu, je te jure ,à trop forcer de mains pour qu’elle se se lèvent en approbation.

C’est toute la différence d’ avec les restes du PC actuel.

ça grogne grâve",en bas mais on "reste" auParti(du moins en gros pour 10 cent des adhérents qui sont encoreauPCF..si on compare avec les chiffres de 1980)

."On reste" par un réflexeaffectif, de peur d’avoir "froid" dans lapseudo solitude du non encarté !

"ON "a peur " dêtre orphelins de structure ou il reste de la fraternité, ou on "se "serre
les (derniers )coudes

Alors que moi, je refuse tout enfermement dans une Orga, quelle qu’elle soit.

Cela ne signifie pas mépris vis àvis des pôtes comme toi.

Ou tant d’autres.

C’est simplement que je suis arrivé à une conclusion certes discutable :

Les appareils actuels-TOUS- ne sont ni des structures d’accueil de "masse", nides Oargas qui aident à dépasser les clivages fratricides,.. afin de construire un Parti révolutionnaire, donc COMMLUNISTE, du millénaire.

C’est ma seule "querelle" de fond avec toi et tes copains du NPA.

(j’évite de mette L.O sur le même pied pour X raisons)

A.C.


Querelles dans le mouvement communiste des années 30 - A. BRETON "Position politique du surréalisme"
18 avril 2011 - 22h17 - Posté par Cop

complément indispensable par le manifeste pour un art révolutionnaire indépendant, au plus profond de la nuit

Les protagonistes

le plus grand peintre des Amériques, Diego Rivera

Frieda Kahlo qui a suscité récemment un film

André Breton

Genèse des liens et la relation avec Trotsky

Ces acquis ont aidé à re-déployer l’espoir et ont permis dans le cœur des communistes (staliniens ou pas) de conserver l’élan de la révolution, les raisons profondes de l’engagement révolutionnaire, cette bataille concrète pour les libertés individuelles et collectives qui ne trouvera véritable accomplissement que par la rupture des chaines de l’exploitation qui entravent l’humanité.



Querelles dans le mouvement communiste des années 30 - A. BRETON "Position politique du surréalisme"
20 avril 2011 - 12h22 - Posté par Alain Chancogne

@Roberto

Tu écris :

Se que me choque est, que encore maintenait certaine membre du PCF "pense" que les dirigeants de cet parti ne savez pas ce que se que c’est passé en URSS avant les année 60’

J’ai la dessus,( je peux me gourrer totalement) une position "mitigée" :

Il me semble évident que tout dirigeant communiste (fut- ce un "petit cadre" dans mon
genre" ) savait depuis belle lurette que l’URSS c’était pas tout à fait,tout àfait le"paradis" !

 :)

Si , sur le plan du développement des forces productives, le sentiment que parti du moyen âge des années 17., l’état des lieux méritait de ne pas confondre la Géorgie soviétique avec celle du même nom..mais située aux States..., ce n’était pas faux..

.
De là à croire qu’un spoutnik démontrait la supériorité du "socialisme vivant"..là on a déconné grâve. !

Un copain qui fut secrétaire général de la CGT desMineurs, Achille Blondeau, revenu en Médoc finir sa vie et qui , courageusement , ne me fit pas de"cadeaux" dans une section que j’aidais..(ou mon "autorité" n’était pas la meilleure garantie de débat des plus "tranquiles" ), lors du 29° congrès et du "bilan"., .expliqua ce qu’il avait vu..ressenti, vécu, lors de ces voyages organisés par la FSM.

.Sans le traiter quand même d’"anti Parti" je fus assez salaud pour le contrer pas toujours de façon des plus "régulières".

Je lui ai dit depuis.

S’agissant des crimes du stalinisme,n’oublions jamais que des membres soviétiques..du Congrès de56, se suicidèrent en apprenant l’étendue de la répression que Nikita K .égrénait, en faisant porter au seul STALINE une période qui aurait du interpeller les communistes du monde entier..

Mais qui aurait été de l’"analyse" au sens psychiatrique, que les partis communistes n’’étaient pas en mesure de"souffrir"..

Que Duclos avec lequel j’en ai parlé librement , en petit comité médocain, que Martelli que j’ai aussi interrogé sur ces questions qui me turlupinent encore, affirment avec des arguments différents que le silence de Thorez au retour du 20° congrès du PCUS..s’explique par une réelle interrogation sur la véracité des propos de K, je le pense aussi.

Plus que par le souci de nepas prendre la base à contre-pied. !

Qui n’aurait pas massivement suivi les comptes rendus fidèles des travaux soviétiques.

Toi, Roberto , de par tes origines, tu peux comprendre cette différence entre PCF et PCI..

.
Cela en dit long :

Un autre exemple ? (Ceux qui trouvent que j’abuse d’éléménts autobiographiques m’excuseront : chacun tire expérience d’un vécu sans lequel on risque"intellectualiser" l’Histoire)

Un copain à moi ne se remet pas de ce qu’il appris lors de la chute de Ceaucescu.

Il était président départemental de France-Roumanie, et pas du tout, comme moi, un "bon soldat marchaisien"

Il allait en Roumanie,depuis des années , y avait des amis, les rencontrait sans que la police d’Etat ne surveille leurs échanges. !

Il est tombé de cul !

Je me souviendrai toute ma vie de son engagement, après la fin de ce"socialisme" dans les opérations caritatives en direction de ce pays qu’il adorait, de ce drame qu’il a caché à pas mal de monde..

Il n’avaitt pas été plus"bluffé" que ...la propre CIA !

Alors tu comprends ,quand on me dit"Marchais y passait ses vacances, il savait"..moi je reste très très dubitatif.

OUi, "nous savions" que ça n’allait pas sans violences, nous étions lucides sur les visée sdu Capitalisme, et la notion de"camps" nous aveuglait..

Cependant, , fils de Robespierre et compatriotes d’un Guillotin..nous n’avions pas , selon moi, une disposition"naturelle" à traquer la VERITE.

Ce qui est dramatique c’est que du coup, celle qui nous "arrangeait" nous la gobions avec délices.

Et pas que jusqu’en 1960.... !

CE qui d’ailleurs en 91 m’ a fait sourire (un rictus !) quand "mon "journal de classe a osé écrire qu’entrele PCUS et le PCF.. c’était" depuis longtemps le jour et la nuit"..(sic)

T’as qu’à croire !

Cette façon "balancier" pour nous défendre de "notre" attachement au modèle m’asemblé tout aussi CONNE et A-Marxiste, que la façon feutrée de quelques uns, de vouloir aujourd’hui "relativiser" la nocivité du poison stalinien , en donnant des circonstances atténuantes aux assassins de Katyn au prétexte que , certainement, ils furent pour certains et ailleurs des héros à Stalingrad..

Sur ta seconde réflexion qui était dans la même phrase :

et que font un déni totale a propos de la démocratie interne au parti..

.

Je vais "provoquer".

Même si le"centralisme démocratique" , la forme du Parti ne pouvait pas, selon moi, produire de la démocratie interne qui soit compatible avec le besoin de"unité révolutionnaire"..les Congrès que j’ai vécus de très près-le 22° de 1976, celui du "Socialisme au couleurs de la France" et le 25°de 1985 ( que certains désignent comme celui de la mise au pas marchaisienne des "opposants" rénovateurs..et d’une certaine"glaciation" -entendons par là, de volontarisme visant à "briser" les restes de démarche programmatique".)

...eh bien, Roberto, ces préparations de Congrès , l’ensemble des discussions, des tribunes libres de l’Huma pendant 4 mois, furent cent fois plus de nature à une possible intervention de la"base"sur les choix stratégiques de la Direction...que toute la foultitude de manoeuvres qui ont suivi la"mutation" et le pseudo"respect de pluralisme".

Je ne parle même pas de la mascarade actuelle à laquelle se prêtent les Chassaigne, Gérin et autres "idiots utiles" de l’enterrement de leur Parti.

Le PCF a affiché pendant 75 ans un faux unanimisme

Il finit non pas en "tendances" mais en clans. !

C’est pire et c’est mortel .

La réponse, Copas la donne :

Et le problème quelque part c’est de ne pas avoir eu une orga révolutionnaire vivante, démocratique, cultivant l’inventivité , capable de "préparer" les masses à renverser le capitalisme avec leurs propres organisations unitaires de masse.

Cordialement

A.C.

Par ailleurs , et éviter un nouveau commentaire :

Accord sur l’essentiel de l’intervention de Copas concernant Mai68

C’est chez moi plus traumatisant que chez d’autres. !

Puisque , flirtant pourtant des nuits entières avec ce qui jaillissait d’AG à la Fac de lettres de Bordeaux ou je me"détendais" de mon activisme cégétiste du jour..j’ai adhéré au PCf fin mai !

Parce qu’au delà de ce que je sentais confusèment de"décalages"entre des aspirations de la jeunesse et la politique du Parti...j’ai su gré au PCF d’avoir , selon moi, évité que Mai68 ne soit un remake de la sanglante Commune de Paris.

Pour tout dire,en conclusion, la nature du PCF, ses tares originelles de l’adhésion à la 3°, ne pouvaient pas, compte tenu du syndrome Front popu et d ’une connerie terrible de recherche de PCG., .donner autre chose, tant dans l’analyse objective du"socialisme réel"..que sur ceque "portait en germes" mai 68 que ce qui a été de conséquences dans "nos" choix".



Querelles dans le mouvement communiste des années 30 - A. BRETON "Position politique du surréalisme"
21 avril 2011 - 11h50

Pierre SEMARD,né le 15 Février 1887.

Secrétaire Général de la Fédération des Cheminots

Secrétaire Général du PCF de 1924 à 1928.

Fusillé par les allemands le 7 mars 1942

" Chers amis,

Une occasion inespérée me permet de vous transmettre mon dernier mot,puisque
dans quelques instants je serai fusillé.

J’attends la mort avec calme.Je démontrerai à mes bourreaux que les communistes
savent mourir en patriotes et en révolutionnaires.

Ma dernière pensée est avec vous,camarades de lutte,avec tous les membres de notre grand parti,avec tous les français patriotes,avec les héroïques combattants
de l’Armée Rouge et son chef le grand Staline.Je meurs avec la certitude de la
libération de la France.

Dites à mes amis,les cheminots,que ma dernière volonté c’est qu’ils ne fassent rien
qui puisse aider les nazistes.

Les cheminots me comprendront,ils m’entendront,ils agiront,j’en suis convaincu.

Adieu chers amis,l’heure de mourir approche,mais je sais que les nazistes qui vont
me fusiller sont déjà vaincus et que la France saura poursuivre le grand combat

Vive l’union soviétique et ses alliés,vive la France !

Pierre Semard 7 mars 1942 "

Je hais le stalinisme.Mais il y a 70 ans,en France,communiste et résistant,quel aurait été mon sentiment ? Je ne sais pas.

LR



Querelles dans le mouvement communiste des années 30 - A. BRETON "Position politique du surréalisme"
21 avril 2011 - 20h34 - Posté par

Pour aller dans les sens de LR et tenter de tenir compte du niveau de compréhension et de connaissances de l’époque, c’est peut-être aujourd’hui facile de condamner bien au chaud, non pas Staline et les crimes qu’il a commis réellement, et pas tout seul, mais ceux qui voyaient en lui la lumière salvatrice.

J’ai eu la "chance" de naître de père et de mère Staliniens.

Et si je renie Staline en aucun cas je ne les renierai sur le sujet.

Quand je dis "la chance" c’’est parce que si Staline n’avait pas existé, (du moins ceux qu’il était censé représenter et diriger en 39/45), je ne serai probablement pas ici.

Mon Père étant déporté politique à Büchenwald et ma Maman dans les FTPF traduisant les tracts du Parti pour les Immigrés italiens.

Tous deux attendant impatiemment la victoire de l’Armée Rouge, et de Staline par la même occasion, pour peut-être se revoir et surtout rester en vie.

Alors, les condamnation à postériori c’est "facile". Surtout quand on "sait" les choses. Ou qu’on croit les savoir.

Parce qu’entre ne pas "savoir" et "savoir" tout et n"importe quoi, hors contexte y a un Monde.

Le Monde en Blanc et Noir, "ça" c’est aussi "stalinien".

Et surtout "antiscientifique" et certainement pas "marxiste"...

Par contre, simplement une question : Si on "avait tout su" en 1943, vous pensez que les déportés de Büchenwald ou d’ailleurs, les Maquisards de l’Europe entière, les réfugiés de tout poil, les juifs planqués dans les caves, vous pensez que ça les aurait empêché de souhaiter la victoire de l’Armée Rouge et de Staline par la même occasion ???

Si vous pensez ça, vous allez être TRES, TRES, malheureux à la prochaine session de rattrapage génocidaire. ((- :

G.L.


Querelles dans le mouvement communiste des années 30 - A. BRETON "Position politique du surréalisme"
21 avril 2011 - 22h28 - Posté par Cop

Tu mélanges tes accès de religiosité avec la réalité de la couche sociale et son chef qui détruisirent l’armée rouge 4 ans avant l’attaque nazie et ce furent aux peuples d’URSS de faire face à l’horreur nazie.

Crois-tu été le seul à avoir des parents staliniens ?

Crois-tu que ceux-ci ont tous avalés les histoires racontées ?

Le combat des communistes contre le nazisme ne doit rien à Staline . Que nos parents aient cru en grande partie à Staline comme chef d’orchestre de la résistance au nazisme ressort de faiblesses mais pas d’une rationalité ni d’une réalité.

En fait on revient au début de l’article sur les doutes et l’importance de tenter d’avoir le max de sources d’infos et de les utiliser dans le cadre de la conception marxiste de l’histoire.

Ca c’est les grands mots.

Ni dieu ni tribun ni sauveur suprème , malgré les faits et l’histoire on entend toujours des bondieuseries dans la gauche...

Il m’a fallu un certain temps pour sortir des dressages ressortant de réflexes dus à une vision du monde très stalinienne (qui n’était de fait que articulée sur les mêmes bases que la foi religieuse venue s’inviter au beau milieu du communisme).

Je te dirai la même chose sur la guerre d’Espagne tant j’avais un regard formaté sur la chose, construit sur des réflexes éducatifs, jusqu’à ce que je croise un vieux général anarchiste m’ait ouvert les yeux sur le croisement nécessaire des sources d’infos.

Le respect des engagements et le caractère fondamentalement juste des batailles de nos ainés ne signifie pas qu’il faille prendre pour bon pain certains aspects de leurs croyances.

Le stalinisme, comme vision de l’histoire, fut une faiblesse du communisme, un handicap qui nous couta et nous coute toujours un prix astronomique . C fut une pensée jivaro.

Ce fut également une administration hyper-hierarchisée qui mit les tankistes à des centaines de km de leurs tanks parce qu’on se méfiait de l’armée rouge, ce fut également un bordel dans une armée rouge détruite jusqu’au niveau des commandants 4 ans avant l’attaque nazie, des hommes et cadres cherchés au fond des camps dans la panique de la débâcle.

Oui sans la nomenclatura et son chef l’armée rouge aurait bien mieux résisté, elle qui de tous points de vue, en qualité et en hommes était une des meilleures armées du monde.

Le prix de Staline et ses boys fut extrème face aux nazis.

La croyance en Staline de nombreux militants dans les résistants en Europe ne change rien à leur héroïsme et les valeurs positives de communisme qui les portaient .

Mais la maturation sur la compréhension de cet épisode l’a emporté des récits et livres écrits dans la phase de libéralisation kroutchevienne (sur les rescapés cadres de l’armée rouge des camps, repêchés in extrémis par un régime aux abois face aux nazis) sur les écrits de militaires soviétiques (le récit du général Grigorenko sur les forces concretes en présence au moment de l’attaque nazie et l’incompétence de la nomenclatura stalinienne) ; des récits de Léopold Trepper , etc...

Il ne manque pas d’écrits à consulter bien loin de l’historiographie officielle des staliniens largement contredite par d’autres staliniens, voir d’autres sources.

Nous avons vécu une jivarisation de l’histoire orchestrée par le capitalisme et le stalinisme nomenclaturiste russe .

Il s’agit maintenant de se ré-approprier cette histoire sans renier le courage de nos ainés.

Et surtout avoir une vision critique de l’histoire.


Querelles dans le mouvement communiste des années 30 - A. BRETON "Position politique du surréalisme"
22 avril 2011 - 01h31 - Posté par

C’est toi qui "mélange" tout...

Il ne s’agit pas, dans mon analyse, de dédouaner les actions de Staline ni de sa clique, mais de remettre les choses dans leur contexte réel. Comme les gens de l’époque les ressentaient en fonction de leurs connaissances.

Tout ton étalage sur les réalités staliniennes tu crois quand même pas que tu es le seul à les connaître ou à les avoir analysées ???

Quant au "Ni Dieu, Ni maître, Ni Tribun", pour moi c’est de la pisse de chat, de la grosse confiture pseudo-anar pour faire le beau quand il n’y a pas de danger.

Devant un peloton d’exécution y en a pas beaucoup qui seraient capable de le sortir ou même de le justifier. Et ça serait même pas un signe d’intelligence.

A part les inconscients y a personne qui peut aller vers sa mort volontaire sans un idéal et des buts bien précis. Et sans personne pour les concrétiser pour les masses. On ne meurt pas simplement pour de l’irréel. Il faut du concret et du synthétique.

Pour le reste chacun voit midi à sa porte. Et surtout avec son expérience personnelle.

J’ignore la tienne, bien que j’ai pu en avoir un petit apercu lors de tes analyses très catégoriques sur les derniers événements en Lybie. ((- :

Mais je sais au moins une chose : C’est que l’inconscient collectif est totalement incapable de focaliser sur des généralités dans les cas d’urgence.

Pour se surpasser collectivement il faut "penser" à quelque chose de concret. Et il faut un élément à la tête pour le concrétiser.

C’est de la psychologie de base. Valable ausi bien pour les sportifs que pour les militants et les combattants.

Ou bien tu peux me citer un seul Mouvement ou Parti qui soit multicéphale ?

Et surtout qui aurait une seule chance de sembler crédible à la multitude ?

Si tu penses qu’on peut se passer de leader pour réaliser quoique ça soit t’as pas du diriger beaucoup d’équipes dans ta vie. Et surtout pas réussir à mener à bien un quelconque travail collectif.

Comme je dis souvent ça serait "beau" un autocar avec autant de chauffeurs que de passagers... Mais ça n’irait sans doute pas très loin.

Après celà, que le leader soit un incapable, une ordure, ou même un traître ç’est une autre paire de manche. Quand on y est, si on n’a pas règlé le problème avec lui avant, on fait avec.

Ca aussi c’est valable dans une cordée en montagne, sur un navire en difficulté, au combat, et même dans les travaux publics...

C’est ce que la majorité des Soviétiques ont fait. Comme quoi il y a aussi une intelligence collective de survie dans les cas vitaux.

On peut ne pas l’appliquer, mais dans la plupart des cas on en meurt ou on en sort bien malade.

Et ceci même si Staline fut au moins de la première sorte de dirigeant il n’y avait alors pour les Soviétiques, et les autres, pas d’autre solution que d’aller de l’avant avec lui.

Et puisque tu cites volontier l’Histoire, y en a eu au moins un qui a décidé de ne pas y aller, avec le Petit Père Zè. Accompagné de quelques milliers d’autres prisonniers "soviétiques".

Il se nommait Vlassov et était Général d’Armée. Il fut engagé sur la ligne de front de la rivière Irpen avec un apport de 200 000 civils qui furent envoyés à la mort par Satline, pratiquement désarmés, afin de retarder l’avance de la Wermacht vers Kiev, puis la Mer Noire et Bakou.

Capturé il décida que mieux valait Hitler que Staline. Quoique, à mon avis, il avait changé de leader mais pas choisi obligatoirement un meilleur que le précédent.

Après tout c’était aussi son choix et il n’en avait probablement dans sa tête pas d’autre...

Il devint un allié précieux des Nazis dans leur combats contre l’Armée Rouge en compagnie d’autres prisonniers soviétiques qui choisirent cette solution plutôt que la mort dans les camps.

Et justement un des prétextes à ce retournement fut l’attitude de Staline et ses choix militaires et politiques.

Perso je suis quelque peu "content" que l’ensemble des généraux et des militaires soviétiques n’en aient pas fait autant. ((- :

Et ceci même si Staline ne les a pas remerciés come il aurait du.

Mais bon, c’est probablement une vision personnelle de Stalinien mal évacué. ((- :

Y a bien pire pour moi, dans ma tête, comme insulte.

G.L.


Querelles dans le mouvement communiste des années 30 - A. BRETON "Position politique du surréalisme"
22 avril 2011 - 08h26 - Posté par Copas

Tu t’enfonces et tu méconnais ce qu’ont écrit des soviétiques eux-mêmes.

Tu es dans la croyance et essayes de faire passer dans ton raisonnement scandaleux ceux qui n’adhèrent pas au mythe sur le génial dirigeant face à Hitler pour des pro-nazis.

Ton commentaire pue franchement.

L’état de l’armée rouge était celui dans laquelle le traitre en chef l’avait laissé : dans l’état de l’armée française .

Ce n’est pas Copas qui dit cela et l’armée rouge fut désorganisée completement par le branleur et ses acolytes à sa tête.

Tiens, tu vas me dire que c’est du Wikipédia, mais je ne pense pas qu’il y ait eu invention de ces chiffres

Entre juin 1937 et juillet 1938 ont été exécutés :

* 4 maréchaux sur 5
* 14 généraux d’armée sur 16
* 8 amiraux sur 8
* 60 généraux de corps d’armée sur 67
* 136 généraux de division sur 199
* 11 commissaires politiques d’armée sur 11[6]
* 20 000 à 30 000 officiers intermédiaires

À quoi il faut ajouter les 11 commissaires adjoints à la Défense et 98 des 108 membres du soviet militaire suprême. On découvrit même un nid de 12 « espions contre-révolutionnaires » dans les Chœurs de l’Armée rouge.

Et on parle là des exécutés .

Donc sous la menace nazie (1933 c’est déjà passé, on sait à quoi s’attendre) ton héros liquide ce qui peut y résister. Il va même plus loin en affaiblissant toutes les conceptions modernes de la guerre dans ses purges.

Ainsi les tenants de la cavallerie sont favorisés pendant que les tenants de l’utilisation de l’arme blindée sont liquidés et envoyés au fin fond des camps (et on ira chercher les survivants en catastrophe devant le désastre).

C’est cela qui explique l’état épouvantable d’une armée qui possédait plus d’hommes, plus d’armes, plus de tanks, plus d’avions , plus de canons anti-chars que l’armée nazie, au moment de l’entrée en guerre.

Oui bien sur le prix à payer pour endiguer cette trahison fut extrème .

La catastrophe du début de la guerre et le prix hallucinant pour endiguer et stopper l’armée nazie vient en grande partie de cela.

Que des militants sincères aient pu croire que Staline étaient un chef génial est une chose (il y a encore des gens qui s’imaginent que De Gaulle a libéré la France).

Mais la réalité dément completement tes assertions qui relèvent d’une attitude religieuse, mais pas de l’analyse.

Et ça ce sont les faits qui permettent de mieux comprendre la difficulté et l’horreur de l’époque .

Comprendre dans quel univers on est dans ces années précédant la 2e guerre mondiale c’est la toile de fond qui permet de comprendre dans quel cadre les débats se font parmi les artistes de gauche dans le monde.

Tout ça est loin de la grosse tarte à la crème :

Quant au "Ni Dieu, Ni maître, Ni Tribun", pour moi c’est de la pisse de chat, de la grosse confiture pseudo-anar pour faire le beau quand il n’y a pas de danger.

Devant un peloton d’exécution y en a pas beaucoup qui seraient capable de le sortir ou même de le justifier. Et ça serait même pas un signe d’intelligence.

Tu as été toi devant un peloton d’exécution ?

Toujours la prétention des derniers staliniens à tenter de salir les autres et de faire croire qu’il n’y a pas eu de militants ayant eu le même itinéraire que leurs pères (car toi tu n’as rien connu de cela) et qui en ont tiré d’autres conclusions.

C’est un vieux truc que d’essayer de faire croire que celui qui n’est pas d’accord avec toi est isolé, individualiste et, évidemment, si on suit ton raisonnement , pro-nazi.

Il ne te vient pas la honte là ?


Querelles dans le mouvement communiste des années 30 - A. BRETON "Position politique du surréalisme"
28 avril 2011 - 21h52 - Posté par .

La honte c’est plutôt toi qui devrai l’avoir.

Tout d"abord parce que ta pseudo culture tu ne la connaît qu’à travers ce qui t’arrange des récits hisroriques que tu cite dans tes élucubrations.

Contrairement à ce que tu prétends je ne tente pas de "justifier" quoi que ça soit. Mai simplement de remettre dans un contexte historique les peurs et les errements du commun de s mortels. pas les éliucubrations après coup des inteloos bien pensants qui modèlent l’histoire à leur besoins et à ceux de leurs maîtres.

Mes "ancêtres" je ne tente même pas de les "sublimer".

Et parmi ceux-ci, il y a un grand-oncle engagé chez les Garibaldiens en Espagne, un autre dans les Partisans italiens dans les Appenins, (Partisans dont Roberto rappele à propos le souvenir dans un autre post), un père communiste déporté politique membre dirigeant du CDIF de Büchenwald, une mère FTPF, et même pour en rajouter un peu une grand-tante qui planquait les Juifs dans la région marseillaise et qui a adopté une fillete juive orpheline.

Et je vais te dire, de tous ces mecs, y en pas un qui ait réellement fait exprès d’aller jusqu’ou ils sont allés. Et surtout fait exprès d’arriver à en revenir vivant.

Par contre l’Histoire à la con dont tu te gargarises, les jugements à postériori sur des dirigeants qui s’ils n’avaient pas été là, aussi pourris qu’ils aient pu être. tu ne serai pas là jouer au blaireau, cette Histoire pour moi c’est de la merde. Ecrite par des personnes qui pour la plupart ne l’avaient pas plus vécue que toi ou moi.

Tes "jugements" j’ai pu les voir à l’oeuvre plusieurs fois ici même. La dernière fois au sujet de la Lybie. Un pays dont tu ignores tout et ou t’a même jamais mis un pied. Appellant à l’intervention sous de beaux prétextes bien nobles.

Les mecs qui se prennent les "tomahawks" sur le teston en ce moment à Tripoli sauront j’espère apprécier tes appels à leur juste valeur. Y compris ceux que je connais là-bas, qui ne sont pas obligatoirement pour Khadaffi, mais qui n’ont pas envie de se voir redevenir une colonie européenne et de voir éventrer leurs femmes et enfants pour favoriser les phantasmes libérateurs de rêveurs de salon appuyant les saloperies des capitalistes internationaux.

Parce que moi, en Lybie j’y suis allé. Et en Syrie aussi, ou tu appelleras je le penses à bombarder rapidement le vilain Bashar Al Assad. Qui d’ailleurs ne vaut pas mieux que Muammar, ni même que Sarkozy, si demain les Français s’avisaient de faire à Paris la même chose que les Syriens à Damas.

Et je suis allé aussi en bien d’autres lieux qui auraient mérité au moins autant tes appels au meurtre.

Probable qu’à l’époque tu en aurais fait de même pour la Russie de Staline.

Au point que parfois je me suis même demandé si réellement tu penses ce que tu écrit ou si c’est un jeu malsain.

Autre chose, j’ai jamais été devant un peloton d’exécution, et je sais pas, ainsi que n’importe qui d’autre, ce à quoi j’aurai pensé si j’y avait été.

Mais je sais une chose : Si un jour j’avais été dans un pays dirigé par un tyran, ou supposé tel, et que des connards en profitaient pour le bombarder et l’envahir pour soi-disant le "libérer", j’ai largement la capacité de le commander moi-même, le peloton, si par hasard ces connards me tombaient sous la main.

Eux, ou ceux qui les soutiennent. Par intérêt personnel, ou par connerie pure et simple.

Et pas la peine de me répèter que je suis un "Stalinien".

Quand j’entend ça dans certaine bouches ça devient presque une flatterie.

G.L.


Querelles dans le mouvement communiste des années 30 - A. BRETON "Position politique du surréalisme"
29 avril 2011 - 20h33 - Posté par Copas

tu es insultant toujours comme d’hab et d’une grande lâcheté.

Tu cherches à attaquer perso planqué derrière ton clavier ce dont tu ne dirais pas en en face le quart du dixième.

Tu utilises les vieilles méthodes de tes maitres .

Vois-tu j’ai eu la même type de famille stalinienne que toi, il y a eu des résistants anti-nazis, staliniens qui n’ont pas eu mêmes analyse que toi , qui ne tirent pas les mêmes conclusions que toi.

Reconnais-tu ou pas que beaucoup de ceux qui furent staliniens critiquent et dénoncent le criminel Staline et ses potes ?

Que beaucoup on critiqué et dénoncé le soit-disant génial stratège ?

As-tu lu les soviétiques là dessus ou alors continues-tu à te tripoter la nouille sur tes parents qui croyaient en Staline ?

Reconnais-ru que beaucoup qui criaient vive staline sont revenus dessus ?

Même sur les questions militaires ?

Que beaucoup de soviétiques ont dénoncé cela ?

Tu t’imagines quoi ? Que c’est Copas qui casse ton conte de fées ?

On mène un débat sur le sur-réalisme et les questions liées au doute, à la liberté aux sources d’infos et toi tu viens nous sortir tes sornettes puis injurier ceux qui dénoncent le criminel Staline et sa caste, y compris dans les désastres qu’il a infligé aux peuples d’URSS en affaiblissant leurs capacités de résistance.

Loin de la saloperie de tes injures est-ce que tu reconnais ou pas que l’armée rouge a été décimée 4 ans avant l’attaque des nazis ?

Et pas qu’un peu, on peut rappeler ce que le traitre que tu admires a fait contre ce qui protégeait l’URSS :

En URSS, entre juin 1937 et juillet 1938 ont été exécutés :

* 4 maréchaux sur 5

* 14 généraux d’armée sur 16

* 8 amiraux sur 8

* 60 généraux de corps d’armée sur 67

* 136 généraux de division sur 199

* 11 commissaires politiques d’armée sur 11[6]

* 20 000 à 30 000 officiers intermédiaires

À quoi il faut ajouter les 11 commissaires adjoints à la Défense et 98 des 108 membres du soviet militaire suprême. On découvrit même un nid de 12 « espions contre-révolutionnaires » dans les Chœurs de l’Armée rouge.

En + de cela, il y eut tous ceux envoyés au fond des camps (heureusement une partie n’était pas encore liquidée quand les nazis tentèrent de finir ce qu’avait commencé Staline)

Je veux bien qu’il y ait des traitres, mais il est étrange quand même que tout l’encadrement de l’armée de la révolution fut vendue aux nazis ? Non ? oui ou non ?

Jusqu’au niveau de dizaines de milliers d’officiers ?

C’est vrai ou c’est faux ?

La réalité t’emmerde ? Elle est, comment dire, livresque ?

Car notre bon GL, le lâche derrière le clavier, lui y était, of course, naturlich.

Et tous ceux qui ne sont pas d’accord avec lui, des Londons aux Grigorenko, n’étaient que des gros salauds vendus aux nazis.

J’ai le respect de ceux qui se battirent contre le nazisme , grâce auxquels des mecs dans ton genre coulent des jours heureux mais ça ne change rien des crimes de la clique qui dirigeait l’URSS et qui a affaiblit cette union face aux nazis, car ils haïssaient encore plus l’armée de la révolution que les nazis.

Cette histoire là on la connait maintenant , c’est celle qui fut dénoncée par beaucoup de soviétiques qui eux n’étaient pas planqués derrière des claviers comme GL.

Donc le mec que tu admires tant a détruit l’armée rouge en liquidant tout son encadrement, les seuls biens en cours étaient les tenants de la cavalerie et avaient beaucoup de mal avec l’arme blindée. Vrai, faux ? Plutôt que d’injurier , vas aux sources .

Et ne me dis pas que ton papa, etc, il y eur d’autres papas que le tien sans que pour autant de mêmes conclusions soient tirées.

Je te passerai donc les paroles de celui qui fut un petit juif arraché à la mort et qui perdit sa famille dans les camps, lLe petit Tenenbaum .

Des canailles comme toi brailleraient que c’est forcement un pro nazi (essayes) :

Encore un traitre et un pro nazi, hein GL ?

Ah ils nous en ont fait avaler des couleuvres
De Prague à Budapest de Sofia à Moscou
Les staliniens zélés qui mettaient tout en oeuvre
Pour vous faire signer les aveux les plus fous
Vous aviez combattu partout la bête immonde
Des brigades d’Espagne à celles des maquis
Votre jeunesse était l’histoire de ce monde
Vous aviez nom Kostov ou London ou Slansky

Au nom de l’idéal qui nous faisait combattre
Et qui nous pousse encore à nous battre aujourd’hui

Ah ils nous en ont fait applaudir des injures
Des complots déjoués des dénonciations
Des traîtres démasqués des procès sans bavures
Des bagnes mérités des justes pendaisons
Ah comme on y a cru aux déviationnistes
Aux savants décadents aux écrivains espions
Aux sionistes bourgeois aux renégats titistes
Aux calmniateurs de la révolution

Au nom de l’idéal qui nous faisait combattre
Et qui nous pousse encore à nous battre aujourd’hui

Ah ils nous en ont fait approuver des massacres
Que certains continuent d’appeler des erreurs
Une erreur c’est facile comme un et deux font quatre
Pour barrer d’un seul trait des années de terreur
Ce socialisme était une caricature
Si les temps on changé des ombres sont restées
J’en garde au fond du coeur la sombre meurtrissure
Dans ma bouche à jamais le soif de vérité

Au nom de l’idéal qui nous faisait combattre
Et qui nous pousse encore à nous battre aujourd’hui

Mais quand j’entends parler de "bilan" positif
Je ne peux m’empêcher de penser à quel prix
Et ces millions de morts qui forment le passif
C’est à eux qu’il faudrait demander leur avis
N’exigez pas de moi une âme de comptable
Pour chanter au présent ce siècle tragédie
Les acquis proposés comme dessous de table
Les cadavres passés en pertes et profits

Au nom de l’idéal qui nous faisait combattre
Et qui nous pousse encore à nous battre aujourd’hui

C’est un autre avenir qu’il faut qu’on réinvente
Sans idole ou modèle pas à pas humblement
Sans vérité tracée sans lendemains qui chantent
Un bonheur inventé définitivement
Un avenir naissant d’un peu moins de souffrance
Avec nos yeux ouverts et grands sur le réel
Un avenir conduit par notre vigilance
Envers tous les pouvoirs de la terre et du ciel

Au nom de l’idéal qui nous faisait combattre
Et qui nous pousse encore à nous battre aujourd’hui


Querelles dans le mouvement communiste des années 30 - A. BRETON "Position politique du surréalisme"
29 avril 2011 - 21h21 - Posté par

Tu dois avoir UN GROS problème psy mon gars...

En tout cas tu te sens merdeux face à tes prises de positions sur la Lybie. ou t’a encouragé sans relâche les asassins Otaniens à bombarder les populations pour les protèger. Et ici même sur ce site.

T’a laissé ensuite mijoter et on t’as plus entendu Pour revenir ensuite attaquer sur un sujet que tu ne maîtrise pas. Et ou tu répond à côté.

Parce qu’il n’a JAMAIS été dit dans aucun de mes écrits quoique ça soit de positif par rapport à Staline lui-même. Et je te met au défi de trouver et de publier.

Par contre tu sais très bien qu’il s’agissait de tenter de comprendre les positions des camarades et combattants de l’époque.

Et y compris les positions de Staline lui-même.

Tu dis que tu as des origines dans une famille ’"stalinienne". A mon avais tu es peut-être revenu dessus mais t’as mal "tué le père" comme aurait dit Freud.

Tu cherches simplement à te venger de ce que j’ai dit sur toi et tes pareils, ceux qui ont appelé à la curée contre des pays ou ils n’avaient rien à foutre pour se faire mousser en "plus révolutionaires que moi tu meurs".

Et si j’ai dis ce que tu sais sur le sujet c’st aussi parce que je connais les lieux et les gens là-bas. Moi !!! Et pas toi !!!!

Des gens dont je suis auassi sans nouvelles depuis trois semaines, grâce à TON intervention humanitaire.

T’es foutu mon gars. Et si je "suis planqué derière mon clavier" t’es pas plus exposé que moi. Alors pas de quoi pavoiser.

Quant à ce que je peux penser des mecs comme toi, ça n’est pas à l’aune des "crimes de Stalines" vieux de 70 ans que je les mesure.

Mais aux dégâts qu’ils occasionnent en prétendant à être des révolutionnaires, ignorants et stupides, criminels par défaut, manipulés comme des moutons et qui se prennent pour des lions... Tant que ça va bien pour eux.

T’inquiètes pas. T’as des prédécesseurs célèbres : Les R. Hue votant l’intervention au Kosovo, les Communistes "déstalinisés" allant bouffer au Dîner du CRIF sur le compte des morts palestiniens, les Besancenot, Laurent, et autres "révolutionnaires" muets comme des carpes sur les crimes français en Afrique en Afghanistan et en Lybie, j’en passe et des meilleures.

Et pour le reste, vu que tu me connais pas et que moi non plus, je penses que tu t’avance beaucoup sur tes capacités physiques par rapport aux miennes. Ni même sur nos compétences personnelles et réciproques.

Parce que si toi tu ne me connais pas, (Et perso ça ne me pose aucun problème existentiel), y en a qui eux me connaissent et me lisent.

Et ce que tu dis ici à mon sujet ça dois les faire bien rigoler. Parce qu’ils lisent aussi Bellaciao.

D’ailleurs je dirais même que je force un peu le trait pour le fun.

C’est toujours agréable de faire poiler les amis à peu de frais. Et j’ai toujours aimé faire partager mes petits plaisirs aux copains.

Capito ???

Et si tu veux encore un peu plus de mon opinion, c’est pas Staline qui pose problème actuellement dans la lutte révolutionnaire internationaliste.

Ni même ceux qui comme moi cherchent à comprendre pourquoi d’honnêtes gens l’ont soutenu à l’époque.

Mais bien ceux qui comme toi au nom d’une compréhension dévoyée de la Révolution veulent à toute force faire passer les autres sous les fourches caudines de leurs phantasmes sectaires et de leur endoctrinement.

Mais t’inquiètes pas. Par rapport à d’autres du style personne ne te considère dangereux. Y en a de plus dangereux, parce que eux on les écoute et ils ont les commandes sous la main.

Et tu peux répondre tant que tu veux, tant que je serai pas "modéré" ou que tu le seras pas j’aurais de quoi préciser ou je veux en venir.

Rien que pour mes copains Lybiens ça vaut bien bien ça. Et ça me permettra de te donner de leurs nouvelles... et leur avis, si j’ai des nouvelles, par la même occasion.

G.L.


Querelles dans le mouvement communiste des années 30 - A. BRETON "Position politique du surréalisme"
29 avril 2011 - 23h22 - Posté par Copas

je n’ai jamais soutenu l’intervention de Sarko en Libye, tu peux chercher tu ne trouveras pas.

Tu es quelqu’un qui essaye de détourner le débat sur des attaques personnelles que tu n’oserais pas avoir en face de moi .

Tu soutiens une version de l’histoire contredite par les faits et par une grande partie de ceux qui ont fait cette histoire (des soviétiques notamment).

Te le faire remarquer c’est se faire agonir d’injures.

Sur les révolutions d’Afrique du Nord, ta haine n’a jamais cessé, elles n’ont jamais été assez belles pour toi.

Les questions, sur la Libye, qui n’ont rien à voir avec le débat que nous suivons là , nécessitent autre chose que les conneries que tu as raconté sur la Libye .

Soutenir l’insurrection et dénoncer l’intervention impérialiste c’est l’abc actuellement. Il est possible que lentement la force des insurgés se tourne en autre chose, mais pour l’instant elle ne se compare pas à la clique bourgeoise de Kadhafi.

ce n’est pas parce que l’impérialisme se réinvite dans le jeu qu’il soit juste de raconter n’importe quoi.

De très nombreuses fois j’ai indiqué qu’on ne fait pas d’anti-impérialisme sans les peuples .
Tant que la gauche pourrie par la xenophobie en France sera moins présentable comme allié que l’impérialisme une partie des peuples sera coincée et retombera dans les bras de l’impérialisme.

Sur l’Afghanistan je ne t’ai pas attendu et si tu ne trouves pas, quelque part , l’ombre d’un soutien à cette intervention de ma part tu confirmeras ta capacité à mentir et salir sans cesse

Une phrase, une position de Copas en faveur de l’attaque de l’impérialisme en Afghanistan ? Un mot ?

Tu trouves ou pas ?

Rien

Donc tu mens.

Tu sais que tu cherches à salir là.

Pour faire dériver un débat sur autre chose que son sujet.

Bien au contraire, j’ai manifesté contre ces sales guerres et je proteste toujours. Je dis cela incidemment pour les insulteurs dans ton genre.

Comme pour l’Irak, comme pour la guerre du Vietnam, comme contre toutes les manœuvres de l’impérialisme.

On passera par ailleurs sur la saloperie contre besancenot à propos de la guerre impérialiste en Afghanistan. Trouves également là dessus un soutien à l’attaque des français et américains en Afghanistan et on rediscutera

Tout le monde sait la grossièreté de tes mensonges là dessus

Tu te déshonores encore.

Pour ce qui est de l’attaque : "tu es psy". Tu as forcement raison, tes potes traitaient également de cette façon les opposants à une époque quand la mode n’était plus à tuer et mettre en camp : Dire qu’ils avaient l’esprit dérangé et ils étaient mis dans un asile avec des fous.

Alors retour au débat que tu essayes d’esquiver avec tes insultes, le contexte du débat des sur-réalistes de l’avant-guerre et tes tentatives de sortir des propos révisionnistes sur l’attitude de la nomenclatura stalinienne, ses responsabilités dans le désarmement de l’Union Soviétique face aux nazis qui a commencé avant la guerre et alors que Hitler enfermait déjà dans les camps des communistes.

Ce contexte répressif du stalinisme était connu en grande partie dans le monde, ses effroyables conséquences et son cout également.

Les sur-réalistes et une grande partie des artistes qui avaient progressé vers la gauche furent confronté à ce drame . des débats s’en suivirent qui aboutirent à une séparation des suréalistes.

Mais le contexte de la fin des années 30 est l’approche du minuit dans le siècle. Le prix en sera terrible .

Il ne sert à rien de raconter les fables qui eurent court et qui fuirent colportées par des directions des PC et celui de l’URSS sur les réalités.

Il ne sert également à rien d’injurier ceux qui rappellent ce contexte , tentent de détourner le débat sur d’autres questions là dessus.


Querelles dans le mouvement communiste des années 30 - A. BRETON "Position politique du surréalisme"
29 avril 2011 - 21h40 - Posté par

Sauf rares exceptions,je n’ai pas d’admiration particulière pour les intellos.

Ces personnages,pour la plupart,pétris de certitudes,donneurs de leçons,d’un égo
allant jusqu’au ridicule de leurs contradictions,ressemblent étrangement à ceux qu’ils critiquent avec virulence.

Etaler des théories en matière de démocratie,et ne pas supporter la contradiction dans un débat fait partie de leurs traits de caractère.

Côté religiosité,c’est le fameux " faites ce que je dis........".Je dirai même que in fine,c’est un mélange curaillon-stalinien qui ne manque pas de sel.

GL écrit : " Il ne s’agit pas,dans mon analyse,de dédouaner les actions de Staline,ni
de sa clique,mais de remettre les choses dans leur contexte réel.Comme les gens de l’époque les ressentaient en fonction de leurs connaissance. "

C’est pourtant clair non ?

Pour aller au bout de son discours, Copas nous dira que P.SEMARD brillait par son inculture en 1942.

Il n’avait pas lu des livres,qui pour la plupart n’étaient pas écrits,et consulter
Wikipédia qui,comme chacun le sait,équipait tous les réseaux de résistance.

On a pas la même notion de la honte.

LR


Querelles dans le mouvement communiste des années 30 - A. BRETON "Position politique du surréalisme"
29 avril 2011 - 23h36 - Posté par Copas

je ne suis pas un intello, mon seul diplôme est un 50 mètres natation, ayant fait dans ma vie un très grand nombre de métiers déqualifiés et sous payés, tu te réinventes une autre histoire pour attaquer les personnes.

Ta vision religieuse (basée sur des croyances, pas sur des réalités et des faits, vérifiés par les acteurs, témoins et victimes, tour à tour bourreaux et victimes d’ailleirs car ce fut également cela l’anti-sovietisme stalinien) t’empêche de constater ce qui se passa, l’affectif te submerge là dessus (je comprends ce sentiment) mais il ne doit pas te conduire à l’irrespect.

Nous sommes finalement en plein dans les débats des années 30, quelque part, celles où se programment les échecs des premières grandes tentatives historiques de construire le socialisme.

Ces grands échecs de fond se situent bien dans cette période et vont irradier dans les decennies à venir en stérilisant une partie du potentiel révolutionnaire qui s’était exprimé sur les leçons et les cendres de deux grandes guerres mondiales.


Querelles dans le mouvement communiste des années 30 - A. BRETON "Position politique du surréalisme"
1er mai 2011 - 17h23 - Posté par Pierre L

Bonjour.

Un site sur lequel on peut trouver, entre autres, des scans de revues surréalistes :
http://www.arcane-17.com/categorie,...






Gilets-Jaunes - Acte 45 - Dès ce matin mobilisation massive à Paris !
samedi 21 - 11h21
de : joclaude
C3H8NO5P
vendredi 20 - 20h51
de : L’iena rabbioso
LIBERTE POUR VINCENZO VECCHI
vendredi 20 - 18h39
La liste des 11 membres du gouvernement à avoir « oublié » des biens dans leur déclaration de patrimoine
vendredi 20 - 17h20
de : joclaude
La France équipe les troupes égyptiennes soupçonnées d’exactions dans le Sinaï
vendredi 20 - 14h11
de : joclaude
1 commentaire
TROIS QUESTIONS À CORINNE MOREL DARLEUX à propos de PLUTÔT COULER EN BEAUTÉ QUE FLOTTER SANS GRÂCE
jeudi 19 - 09h40
de : Ernest London
1 commentaire
Climat : comment les syndicats préparent-ils la grève du 20 septembre ?
jeudi 19 - 08h46
1 commentaire
D’aucun devrait apprendre que nous vivons un monde Multipolaire et non plus unipolaire !
mercredi 18 - 17h02
de : joclaude
Assez cautionné le « dialogue social » bidon avec le gouvernement et ses représentants !
mercredi 18 - 13h26
de : Jodez
3 commentaires
Urgence pour l’Hôpital ! Urgence totale des luttes sociales !
lundi 16 - 22h07
de : Lepotier
ACTE 44 des Gilets Jaunes : Les BRUTES de macron à l’oeuvre ! (video)
lundi 16 - 19h17
de : joclaude
2 commentaires
Les "affaires" en régime macronien ! Vertueuse prédiction : Plus jamais ça ?
lundi 16 - 11h59
de : joclaude
2 commentaires
Venezuela : les très gênantes photos de Guaidó en compagnie des narco-paramilitaires colombiens
lundi 16 - 10h45
de : Olivier Arendt
Les sous-traitants du nucléaire en grève le 18 septembre contre le dumping social
lundi 16 - 08h11
DÉCÈS D’UN TORTIONNAIRE EN ALGÉRIE.
dimanche 15 - 15h17
de : Transmis par Nuits de septembre 1965
Que la Terre nous sauve.
samedi 14 - 13h27
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Mesures Buzyn, c’est du Coluche : Dites nous ce dont vous avez besoin, nous vous dirons comment vous en passer (vidéo)
samedi 14 - 13h12
de : nazairien
1 commentaire
MANIFIESTA 2019 - C’est l’heure de l’mettre !
samedi 14 - 11h47
de : Hdm
Patrick Balkany, proche de Sarkozy, condamné à 4 ans de prison ferme et incarcéré (vidéo Verdi)
vendredi 13 - 16h16
de : nazairien
10 commentaires
Les corbeaux , les vautours en passe de disparaître ?
jeudi 12 - 20h12
de : joclaude
1 commentaire
Réaction de LFI après la diffusion des images de Quotidien sur le jour des perquisitions (video)
jeudi 12 - 12h38
de : LFI
40 minutes d’images cachées : le coup monté médiatico-judiciaire contre LFI (video)
jeudi 12 - 08h57
de : L’Ère du peuple
1 commentaire
Je suis prêt ! « Et ainsi de suite… »
jeudi 12 - 08h44
de : Jean-Luc Mélenchon
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 - 08h41
de : Info’Com-CGT
Grèce : l’expérience autogestionnaire des Viome menacée
jeudi 12 - 08h04
Le Val-de-Marne, premier département de France à bannir le glyphosate
mercredi 11 - 09h40
de : Agnès Vives
2 commentaires
Perquisition chez Mélenchon... Un autre son de cloches (video)
mercredi 11 - 09h01
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 - 07h51
de : Roberto Ferrario
2 commentaires
Samedi 14 septembre 2019, les éditions Noir et Rouge présentent le second tome de La CNT dans la révolution espagnole de
mardi 10 - 22h09
de : Frank
UNE JUSTE COLÈRE - Interrompre la destruction du monde
mardi 10 - 13h55
de : Ernest London
1 commentaire
Le RN face à la destruction sociale
mardi 10 - 12h08
de : Christian DELARUE
3 commentaires
Toute la macronnerie : Menteuse ! La Révolution est permanente !
lundi 9 - 15h44
de : joclaude
4 commentaires
Gaspard Glanz (journaliste), à nouveau inquiété par la flicaille, ridiculise ces flics(quettes) (vidéo)
lundi 9 - 13h59
de : nazairien
Thales : petits meurtres entre amis, ou la politique des bâtons dans les roues
lundi 9 - 11h26
de : Bertrand F
Au moins 2000 gilets jaunes convergent à Montpellier pour leur rentrée
dimanche 8 - 15h42
2 commentaires
arret de la grêve de Petit Jean
samedi 7 - 12h32
de : promedic
"Opération Aéroport de Paris" : L’initiave citoyenne en action, dans le var (vidéo)
samedi 7 - 00h50
de : nazairien
Plan et marché à Cuba des années 1960 à aujourd’hui
vendredi 6 - 13h47
de : P. Del Castillo
2 commentaires
Les élucubrations de Stéphane Bern sur l’école au Moyen Âge
vendredi 6 - 11h09
de : Catherine Rideau-Kikuchi, Florian Besson
LA SOCIÉTÉ INDUSTRIELLE ET SON AVENIR
vendredi 6 - 06h41
de : Ernest London
2 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Un peuple qui n'aide pas son théâtre est moribond, s'il n'est déjà mort.Federico Garcia Llorca
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite