Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Possibilités et stratégies révolutionnaires dans un pays européen aujourd’hui (Poulantzas 1973)
de : La Louve
samedi 21 mai 2011 - 23h59 - Signaler aux modérateurs
8 commentaires

Évidemment, une bonne partie d’entre nous doit avoir les yeux et les oreilles rivés sur ce qui est en train de se passer en Espagne, comme il y a quelques mois en Tunisie ou en Egypte.

Comment faire pour essayer d’avoir une approche pertinente de ce qui prend / peut prendre naissance là-bas, sans être soumis à une sorte de sidération-fascination telles que les retransmissions audio-visuelles peuvent en produire, qui nous éloigne à chaque fois un peu plus des questions fondamentales ? En lisant, relisant, réfléchissant...

Une fois n’est pas coutume, j’ai ressorti Poulantzas (je crois que je suis devenue maniaque !) - en même temps, ce qu’il nous a légué à sa mort est hélas si peu utilisé que je n’ai pas l’impression de faire des effets de mode...

Je termine de lire un article important qu’il écrivit en 1973 pour la revue des Temps Modernes

Il était question principalement, dans cet article, d’analyser l’Etat-nation en Europe, et notamment en France, dans la phase d’internationalisation du capitalisme sous domination américaine.

Il y a de nombreux passages très intéressants, notamment un nouveau développement de son analyse de l’impérialisme sous hégémonie US, brillantissime, quand il explique comment le capitalisme impérialiste à domination américaine n’est pas "en déclin" ni "en voie d’extinction", même quand certains éléments de son hégémonie s’effondrent, mais au contraire, qu’il continue de se développer et de s’étendre.

Comment cette extension/domination dans les états impérialistes périphériques modifie en profondeur la structure de l’Etat-nation, que les soubresauts que nous connaissons sont des effets de la lutte des classes, et qui tord le cou à des interprétations erronées de ce que seraient les contradictions internes à la bourgeoisie internationale ou la prétendue création de "contres-impérialismes".

Tout ceci évidemment autour de son analyse magistrale de l’Etat-Nation comme condensation des rapports de classes d’une société capitaliste (et non comme "véhicule ou appareil "neutre" mais accaparé par la classe bourgeoise).

Il y formule donc, vous pouvez l’imaginer des critiques assez lourdes contre les théories qui ont cours à cette époque, notamment, dans la plupart des partis communistes européens.

Voici un extrait de la conclusion de cet article (je scannerai l’article en pdf dès que je pourrai, il fait plusieurs pages) :

"On en vient ainsi à la question concernant les possibilités et la stratégie révolutionnaires dans un pays européen dans la phase actuelle d’internationalisation.(...) Le problème essentiel concerne les formes mêmes du processus dans ces formations sociales. Ce qui ressort des analyses précédentes, c’est qu’il ne saurait y avoir, dans ce processus révolutionnaire ininterrompu, d’étape propre de "libération nationale" ou de "démocratie nouvelle" fondée sur des formes d’alliance avec une "bourgeoisie nationale" contre l’impérialisme et ses "agents". Et ceci, non pas parce qu’il ne s’agirait pas de formations sociales dépendantes, bien au contraire.

En effet, dans la phase actuelle d’internationalisation, la rupture de la chaîne impérialiste dans un de ses maillons devient terriblement difficile et ne peut même s’amorcer, en particulier pour les métropoles, que par des mesures socialistes radicales qui sont les seuls moyens de lutte anti-impérialiste.(...)

Mais bien entendu, il y a plus : il ressort des analyses ci-dessus que, dans le contexte de domination du capital américain, on ne peut rompre la simple dépendance impérialiste qu’en s’attaquant, entre autres, directement au procès de travail même et aux formes de division sociale du travail dans le procès de production. Quant la question des appareils d’Etat, on a vu qu’il s’agit bel et bien, au premier chef, de combattre la prise en charge de l’impérialisme dominant par des modifications intériorisées des Etats nationaux eux-mêmes, ce qui, plus que jamais, et comme mesure anti-impérialiste élémentaire, ne peut aller sans briser radicalement ces appareils d’Etat."

Extrait de Nicos Poulantzas, "L’internationalisation des rapports capitalistes et l’Etat-Nation", in Les Temps Modernes n° 319, février 1973



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Possibilités et stratégies révolutionnaires dans un pays européen aujourd’hui (Poulantzas 1973
22 mai 2011 - 01h24 - Posté par Cop

Comment faire pour essayer d’avoir une approche pertinente de ce qui prend / peut prendre naissance là-bas, sans être soumis à une sorte de sidération-fascination telles que les retransmissions audio-visuelles peuvent en produire, qui nous éloigne à chaque fois un peu plus des questions fondamentales ? En lisant, relisant, réfléchissant...

Sauf si on se trompe sur les interprétations les retransmissions audio-visuelles ne nous éloignent en rien du tout des questions fondamentales.

Et il n’y a pas de contradiction entre les idées là de Poulantzas et comprendre au vu des retransmissions audio-visuelles qu’une guerre de classe se mène à échelle internationale.

Ce qu’il y a de vivifiant dans les révolutions en cours en Afrique du Nord c’est qu’elles ne sont justement pas spécifiques à l’Afrique du Nord mais font partie d’une profonde évolution des forces productives, des classes sociales en présence et de leur localisation dans le monde.

Les révolutions en Afrique du Nord ont vite montré des aspects "prolétariens" et il y a une raison à cela, les classes et couches sociales en présence.

Les classes ouvrières, au sens moderne et large du terme, sont devenues les classes les plus importantes dans beaucoup d’états dominés mais industriels, les petites bourgeoisies ont été laminées en prenant un tour européen pour leur périmètre (étroit), la paysannerie de plus en plus laminée, la grande bourgeoisie s’est homogénéisée au point d’intégrer largement, bien au delà d’un rôle compradore, les directions de bien des dictatures bourgeoises .

L’élan des forces productives sous domination bourgeoise s’est fait sur l’ensemble de la planète et continue son œuvre, pendant que longtemps la gauche européenne a cru que la domination impérialiste empêcherait le développement des forces productives.

Ce n’est ni le cas de ce qui fut le tiers monde, ni le cas des vieux pays industriels qui n’ont jamais cessé de développer les forces productives, continuant à laminer la paysannerie, une énorme partie de la petite bourgeoisie et de couches basses de la bourgeoisie, mettant à potion de plus en plus commune les couches sociales de la classe populaire bien garnies.

Ce processus au nord et au sud signifie qu’en se développant (et donc il se développe), le capitalisme augmente la puissance brute des forces qui peuvent être en situation de le détruire.

Ca signifie que , autant les révolutions dans des états colonisés dans le passé étaient dominés par des petites bourgeoisies dominant des masses paysannes énormes , autant les grands mouvements d’aujourd’hui dans une série de pays mettent rapidement aux prises la classe ouvrière au sens large et moderne face à des régimes qui ne sont plus petits bourgeois, ni plus tant bourgeois compradores, mais bouregois simplement dans un processus complexe de dominations impérialistes toujours existantes , plus ou moins violentes.

Le caractère profondément "moderne" des révolutions en Afrique du Nord vient qu’elles sont le flanc d’Afrique du Nord d’un processus d’affrontement qui a mis le pied dans la plupart des états du monde , avec différentes déclinaisons.

La mise d’un pied avec toutes ses contradictions de ce processus en Europe a déjà commencé depuis un moment, avant même les révolutions en Afrique du Nord, en Grèce, en Roumanie, en Bulgarie, puis dans des processus spécifiques en Italie, puis en France, puis en Croatie, puis au Portugal et enfin en Espagne.

Aucun de ces processus ne renvoie à des processus chimiquement purs ni à des symboles particuliers habituels du XXeme siècle, mais ils expriment, exacerbés par une nouvelle grande crise capitaliste mondiale le double mouvement des défaites des années 70, 80, 90, 2000, 2010, qui fait reculer la transmission d’un patrimoine politique de batailles et d’organisation ET la croissance des forces brutes de la classe populaire, numériquement, en termes de capacités de communication et d’instruction, son développement international.

Ce processus global crée une situation nouvelle .

La question des processus de transition et des batailles pour la transition entre des soulèvements et le socialisme posent des défis importants aux révolutionnaires.

La question de la révolution bourgeoise, dans l’entendement du débat qui a fait rage au 20eme siècle est maintenant close.

Cette question partait de l’entendement qu’il fallait d’abord passer par une société bourgeoise pour que les forces productives soient assez développées afin que la révolution socialiste ait les bases suffisantes pour triompher (notamment en terme de puissance brute).

De cette controverse allait déboucher bien des entendements et des stratégies particulières (et des drames épouvantables, des alliances finalement infécondes avec des bourgeoisies et petites bourgeoisies , etc).

Cette question est mise maintenant largement de côté, la bourgeoisie a énormément développé les forces productives sur une partie significative de la planète, avec des prolétariats urbains numériquement sur-puissants et beaucoup plus éduqués qu’avant.

La révolution bourgeoise est maintenant largement derrière nous presque partout (elle est achevée) et ne reste que la révolution permanente des forces productives par la bourgeoisie.

Avec ses contradictions.

Et restent face à face deux classes, et les crises multiples de développement du système, avec l’accélération violente de la crise capitaliste, les réponses bourgeoises à cette crise qui consistent à tenter de rétablir à un haut niveau le taux de profit en plein milieu des tempêtes créent des situations explosives innombrables.

Il y a des tas de conclusions à tirer de tout cela



Possibilités et stratégies révolutionnaires dans un pays européen aujourd’hui (Poulantzas 1973
22 mai 2011 - 09h22 - Posté par

Faire des choses, des êtres et des vertus des OBJETS que l’on peut extraire de leur contexte pour les transporter ici ou ailleurs et les user selon un protocole duquel ils ne rentrent plus en correspondance, est le fait humain. Cela s’est étendu jusqu’à ses amours, aujourd’hui dont il n’a plus qu’une vision d’IMAGE (tout ce qui était directement vécu s’est changé en une représentation) : l’amour entre la femme et homme est un OBJET. C’est la force de cet amour qui se manifeste dans la satisfaction sexuée qui toujours donne la force de voir le monde répondre à ses désirs. Les "révolutions" bourgeoises n’ont fait que contourner l’amour en déviant la sexualité de sa fonction, nous ne perdrons rien à l’intégrer à la notre.


Possibilités et stratégies révolutionnaires dans un pays européen aujourd’hui (Poulantzas 1973
22 mai 2011 - 21h46 - Posté par

Ce qui est bien avec toi Cop c’est que TOI tu sais toujours mieux que ceux qui écrivent ce qu’ils pensent.

Donc pour quelqu’un comme moi , c’est précieux... ;-)

Allez, bon je te charrie, mais c’est à dire que que le début de ton commentaire m’amuse.

J’incite simplement à réfléchir , à prendre du recul, à lire, et hop, j’ai la TOTALE !

Ça commence comme ça :

Sauf si on se trompe sur les interprétations les retransmissions audio-visuelles ne nous éloignent en rien du tout des questions fondamentales.

Qu’est ce qu’il y a Copas ? Tu t’es senti visé ? Fallait pas. Je faisais allusion quasi- exclusivement à la bande de gaucho-réformistes qui pullule sur le site depuis 48 heures et nous vendent de la révolution toute faite en 72 heures. On les connait trop bien ici, ce sont des spécialistes. très empressés à "décréter" les révolutions ici ou là, en espérant en récupérer les fruits pourris ici dans les urnes pour un Mélenchon ou un Hulot... BREF.

Et il n’y a pas de contradiction entre les idées là de Poulantzas et comprendre au vu des retransmissions audio-visuelles qu’une guerre de classe se mène à échelle internationale.

NON SANS DEC Copas ? Eh oh, où t’as lu que je disais le contraire ? Tu sais que certains de tes présupposés sont tellement apparents qu’ils sont facilement irritants. Ne me prête pas des idées qui ne sont pas les miennes, et ne me fais pas dire ce que je n’ai pas dit STP. Je ne l’admets de personne et encore moins de toi, camarade et ami. Tiens t’en à ce que j’ai ECRIT et rien de PLUS si tu veux vraiment qu’on discute. Merci.

Ce qu’il y a de vivifiant dans les révolutions en cours en Afrique du Nord c’est qu’elles ne sont justement pas spécifiques à l’Afrique du Nord mais font partie d’une profonde évolution des forces productives, des classes sociales en présence et de leur localisation dans le monde.

Les révolutions en Afrique du Nord ont vite montré des aspects "prolétariens" et il y a une raison à cela, les classes et couches sociales en présence.

Ah se revivifer aux révolutions des autres hein ?... Toi tu mets dans le même sac la révolution tunisienne et ce qui se passe en Egypte ? Ah bon.

Les classes ouvrières, au sens moderne et large du terme, sont devenues les classes les plus importantes dans beaucoup d’états dominés mais industriels, les petites bourgeoisies ont été laminées en prenant un tour européen pour leur périmètre (étroit), la paysannerie de plus en plus laminée, la grande bourgeoisie s’est homogénéisée au point d’intégrer largement, bien au delà d’un rôle compradore, les directions de bien des dictatures bourgeoises .

ok sur les classes ouvrières ça doit être vrai ( faut voir avec la paysannerie quand même, encore....)
Petites-bourgeoisies laminées ? Euh non , pas en Europe, je ne partage pas ton analyse, au contraire. Quant à l’intégration des bourgeoisies compradores, alors là ça aussi ça reste à voir (moi je ne crois pas mais bon...).

Ce processus au nord et au sud signifie qu’en se développant (et donc il se développe), le capitalisme augmente la puissance brute des forces qui peuvent être en situation de le détruire.

Oui effectivement, il me semble qu’un certain Marx avait dit cela... :-)

Ca signifie que , autant les révolutions dans des états colonisés dans le passé étaient dominés par des petites bourgeoisies dominant des masses paysannes énormes , autant les grands mouvements d’aujourd’hui dans une série de pays mettent rapidement aux prises la classe ouvrière au sens large et moderne face à des régimes qui ne sont plus petits bourgeois, ni plus tant bourgeois compradores, mais bouregois simplement dans un processus complexe de dominations impérialistes toujours existantes , plus ou moins violentes.

D’accord pour la mise au prise d’une classe ouvrière moderne, jeune, et numériquement importante qui change la donne mais pas d’accord avec ton analyse de la bourgeoisie. Ce que tu dis contredis totalement le processus impérialiste.

Pour la plupart de tes analyses à ce stade on va dire que je suis globalement d’accord (avec des nuances cependant j’y reviendrai).

Mais tu as fait complètement abstraction d’un sujet que Poulantzas ne fait pourtant pas qu’effleurer ici, c’est celui des stratégies et perspectives révolutionnaires, et notamment , car c’est cela qui est très intéressant,les deux pistes qu’il indique, en 73 certes, mais toujours pas explorées valablement depuis ! Briser les appareil d’Etat qui intériorisent l’impérialisme, briser la division du travail.

C’est cela moi qui m’a interpelée dans ce texte et de cela, toi tu ne dis rien.

Or je pense que c’est ce dont nous devons toutes et tous discuter, sur quoi nous devons réfléchir.

Il y a des tas de conclusions à tirer de tout cela

Oui, et bien il faut le faire, donc. Personne n’aura la réponse seul dans son coin et nous naviguons toutes et tous à vue.

LL


Possibilités et stratégies révolutionnaires dans un pays européen aujourd’hui (Poulantzas 1973
23 mai 2011 - 08h03 - Posté par Copas

LL

L’attaque contre la circulation de vidéos était inutile

Sur la question de se sentit visé... c’est également inutile. Chacun peut croire l’être, hein ?

Prendre du recul en commençant par s’attaquer à une partie des outils existants ne me paraissait pas très utile.

Après je confirme que les crispations existant sur la question espagnole sont les mêmes que celles existant sur les révolutions en cours en Afrique du Nord (pour moi ce processus n’est pas clos). Et généralement quand on gratte on s’aperçoit qu’une grande partie de la gauche européenne ne voit pas ce qui a changé du monde en dehors de son pré carré.

Voilà pour ces aspects là des choses.

Sur Poulantzas, fondamentalement il illustre avec d’autres mots le concept de la révolution permanente de Trotsky ou le concept de révolution continue de Mao, c’est à dire qu’il exprime, colonialisme ou pas, impérialisme ou pas, que des processus révolutionnaires n’ont rien à gagner à se battre pour des révolutions bourgeoises (qui se terminent souvent par des massacres des révolutionnaires par les forces bourgeoises). Les deux , Trotsky et Mao, ont l’avantage d’avoir été à la tête de deux révolutions gagnantes. On peut donc écouter avec attention ce qu’ils disent.

Le lien et l’intégration de forces bourgeoisies d’un pays avec les dispositifs internationaux du capital rend totalement impossibles, fondamentalement instables des politiques indépendantes suscitées par des forces bourgeoises ou petite-bourgeoises.

Les régimes d’Afrique du Nord, étaient construits sur des appareils d’états hyper-agressifs contre leurs populations et dominées par des forces bourgeoises profondément enserrées dans le dispositif internationnal de la bourgeoisie.

De Mubarak à Kadhafi, de Ben Ali à Mohamed VI, etc, nous avons là des clans bourgeois très puissants et profondément liés au capital international ;

Nés des appareils d’état ou d’une noblesse d’importation ils ont en commun tous d’avoir procéder à d’énormes vagues de privatisations, de s’être accaparés une fraction significative des richesses de leurs pays et de s’être précipités pour se noyer dans la jet-set internationale comme membres à part entière

La question de l’appareil d’état, ici ou là bas, n’appelle pas de remarque de ma part, c’est un rappel utile des fondamentaux par rapport à ceux qui croient que l’état n’est qu’un outil neutre dont il s’agit de trouver de bonnes mains pour lui donner une autre orientation.

Quand on prend les processus des révolutions en Afrique du nord, le maintien ou la fragmentation de l’appareil d’état a donné des résultats distincts, et, fondamentalement, c’est le maintien de cet appareil qui permet la domination des factions bourgeoises dans ces pays. Même quand la crise de domination politique est profonde (et elle l’est) , c’est le gros bâton qui donne le la.

Maintenant, ce qui est préoccupant n’est pas une fois que c’est gagné, mais comment on arrive à affaiblir la puissance de violence des appareils d’état .

Maintenant, quand Poulantzas pose cette question il faut l’enserrer dans la configuration particulière de la Grèce de l’époque et de l’itinéraire terrible de ce pays depuis la 2eme guerre mondiale.

Sur la question de l’imbrication de l’appareil d’état d’états dominés avec celui de l’impérialisme dominant (qui est une question distincte du positionnement de la bourgeoisie), les fractures sont bien plus compliquées et elles expriment , surtout maintenant, des fractures entre clans impérialistes, souvent à l’intérieur d’une même puissance (par exemple les USA) sur ce qu’il convient de faire face à des soulèvements.

L’indépendance de classe et la fragmentation de l’appareil d’état du capitalisme, deux mamelles de la révolution.


Possibilités et stratégies révolutionnaires dans un pays européen aujourd’hui (Poulantzas 1973)
22 mai 2011 - 11h30

"Le caractère profondément "moderne" des révolutions en Afrique du Nord vient qu’elles sont le flanc d’Afrique du Nord d’un processus d’affrontement qui a mis le pied dans la plupart des états du monde , avec différentes déclinaisons.

La mise d’un pied avec toutes ses contradictions de ce processus en Europe a déjà commencé depuis un moment, avant même les révolutions en Afrique du Nord, en Grèce, en Roumanie, en Bulgarie, puis dans des processus spécifiques en Italie, puis en France, puis en Croatie, puis au Portugal et enfin en Espagne."

Assez d’accord avec la première partie. C’est un peu ce que disait Todd dans l’émission de Giesbert, comme quoi les révolutions arabes seraient des analogues de 1789, donc des révolutions dans une lutte de classes, mais pas moderne à ses yeux, du fait du stade culturel plus ancien où ils se trouveraient, par rapport à celui des états occidentaux modernes. Ce qui fait tout de même la part belle aux occidentaux...

Pour le reste, la généralisation me semble gratuite pour ce qui est de la France ou de l’Italie. Je ne vois pas le processus révolutionnaire à l’oeuvre et encore moins de conscience de classe chez mes compatriotes les plus exploités, écrasés et manipules, et encore moins dans la classe moyenne adepte de la stratégie de l’autruche.

De toute façon, tout ça est bel et bon, mais que faire, ici et maintenant ?
Les analyses révolutionnaires sont soigneusement étouffées par le pouvoir politique à travers la propagande médiatique. Il n’y a qu’à voir le temps de parole accordé toutes chaines confondues à des politiques PC, NPA, LO, Alter, etc. Proche de zéro, avec la petite exception mélenchonesque.

Hors prétendre peser, infléchir, dynamiser un mouvement collectif nécessite que l’on connaisse notre présence et nos idées. Sinon c’est la récurrente marginalité et les impeccables analyses tournant dans le vide. D’aucuns répondraient syndicats. Je crois qu’il n’est même pas besoin de rectifier. L’immobilisme déterminé des grandes centrales, à l’heure pourtant où sont laminés les ouvriers, par les salaires bloquées, temps partiels éternels, licenciements et délocalisations, et étranglés les agents du service public de l’éducation parle de lui-même. Ce sont au mieux des freins, tant ques les forces qui résistent à l’intérieur n’arriveront pas à faire sauter les controleurs liberaux à la direction des centrales.



Par la chaos, une nouveau monde naîtra
22 mai 2011 - 14h25 - Posté par groland

http://www.delaservitudemoderne.org...

A diffuser, TRES LARGEMENT pour que les choses changent !



Par la chaos, une nouveau monde naîtra
22 mai 2011 - 15h48 - Posté par
Possibilités et stratégies révolutionnaires dans un pays européen aujourd’hui (Poulantzas 1973)
22 mai 2011 - 16h18 - Posté par sergio

Yes we camp #spanishrevolution - sergio

Une censure féroce de la part des médias inféodés et le silence total des partis institutionnels ou des syndicats sur ce mouvement est significatif… Allons-y sans hésitation !

Tout est dit en quelque phrases :

« … un mouvement qui, bien que ne se reconnaissant pas dans les politiques actuelles " la violence des puissants et des banquiers ", n’en est pas moins idéologiquement teinté : " Nous exigeons la démocratie réelle, maintenant. Nous ne sommes pas des marchandises aux mains des politiciens et des banquiers. Nous accusons les pouvoirs politiques et économiques de la situation de précarité dans laquelle nous vivons et exigeons un changement de cap. Nous convoquons chacune et chacun, en sa qualité de citoyen et de citoyenne, à sortir et occuper la rue le 15 mai (2011), dès 18h, sous le mot d’ordre Démocratie Réelle MAINTENANT. Nous ne sommes pas des marchandises aux mains des politiques et des banquiers. Nous t’invitons à te joindre au mouvement sans symboles politiques excluant, afin que l’on ne fasse entendre qu’une seule voix, unique. Unis, nous pouvons y arriver. … »

« … qui est tout sauf apolitique, qu’il possède des racines bien implantées sur du solide ( contrairement à ce que laisseraient penser certains médias ou certains dirigeants ). Ainsi, même s’ils n’appuient aucun parti politique, affirmant qu’ils ne les " représentent pas "… »

« … Les autorités politiques ont donc décidé que ce vendredi, veille de week-end électoral, tous les rassemblements seraient interdits et dispersés par les forces de l’ordre. … »

« … Pour ce qui est de l’organisation, elle existe, bel et bien, même si sans hiérarchie établie une fois pour toutes. Il s’agit d’une organisation horizontale où les décisions se prennent en fonction des événements et toujours de manière collective. … »

« … plus de pouvoir au peuple … »

Non !

Tout le pouvoir au peuple !






Projection-débat “Nous ne vendrons pas notre avenir” 21 novembre 2019 - 18h30 (video)
jeudi 21 - 11h44
de : Info’Com CGT
Une fois le fascisme décongelé on ne peut pas le recongeler - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 20 - 22h09
de : Hdm
1 commentaire
SYRIE : Israël aggrave dangereusement la tension Internationale !
mercredi 20 - 20h07
de : JO
BOLIVIE : Un nouveau coup d’Etat orchestré de la guerre économique des multinationales !
mercredi 20 - 19h54
de : J0
Hôpitaux : un plan d’urgence au rabais
mercredi 20 - 14h35
Emission : Allemagnes 89/90 - Réunification ? Ou colonisation ?
mardi 19 - 18h02
de : Emission Polémix et La Voix Off
2 commentaires
Gilets jaunes : sept Français sur dix trouvent le mouvement "justifié" et estiment qu’il a servi aux catégories populair
mardi 19 - 13h36
de : nazairien
1 commentaire
LA RAGE ET LA RÉVOLTE
mardi 19 - 12h42
de : Ernest London
Didier Maisto, directeur de "sud radio" , mais aussi, journaliste de terrain, témoigne sur l’acte 53 à Paris (vidéo)
lundi 18 - 23h02
de : nazairien
2 commentaires
3 Médias indépendants, au coeur de l’acte 53 à Paris, article de pierrick tillet (vidéos)
lundi 18 - 19h12
de : nazairien
Le peuple désarmé sera toujours vaincu ! Analyse à méditer en tout cas !
lundi 18 - 16h54
de : JO
2 commentaires
Le Préfet de police a « transformé par un tour de passe-passe bureaucratique des manifestants en délinquants »
lundi 18 - 16h40
de : JO
4 commentaires
Mémoire historique : Information et mise au point sur l’association « 24 août 1944 »
lundi 18 - 15h24
de : Miguel Campos
1 commentaire
Dimanche 17 Novembre, Paris, Acte 53 suite, Pas de repos pour les GJ ! (vidéo)
dimanche 17 - 21h16
de : nazairien
1er anniversaire, du combat des "gilets jaunes" AN II reprise des "ronds points" (vidéo)
dimanche 17 - 20h25
de : nazairien
4 commentaires
16 et 17 novembre : pas de cadeaux pour l’anniversaire des gilets jaunes
dimanche 17 - 19h32
2 commentaires
Les Forces de l’Ordre (quoique) ne devraient-t-elle nettoyer plus souvent la visière de leur casque
dimanche 17 - 18h34
de : jean-marie Défossé
Acte 53 Gilets Jaunes : Dissuasion ou interdiction perfide des manifs ; ?
dimanche 17 - 18h01
de : JO
Acte 53 Gilets Jaunes :Des policiers se font-ils passer pour des black blocs
dimanche 17 - 17h54
de : JO
Les réformes de Macron sont les vraies armes par destination
samedi 16 - 20h54
de : Xavier Marchand
1 commentaire
Une Transition Anticapitaliste est-elle encore possible ?
samedi 16 - 14h02
de : Lepotier
9 commentaires
Damien Saez, un artiste, qui n’a jamais renié ses engagements, chante l’anniversaire du combat des "gilets jaunes"
vendredi 15 - 23h13
de : nazairien
Pour revenir sur la 4e Assemblée des Assemblées des Gilets Jaunes à Montpellier avec Demos Kratos (vidéo)
vendredi 15 - 19h35
de : nazairien
Reviens vite Evo, ton peuple a besoin de toi : Roger Waters (vidéo str fr)
vendredi 15 - 11h50
de : nazairien
2 commentaires
LES « PÉTROLEUSES »
vendredi 15 - 10h48
de : Ernest London
LA LUTTE FINALE
jeudi 14 - 20h36
de : Nemo3637
2 commentaires
Hôpital : tout le monde déteste l’austérité
jeudi 14 - 18h11
Bloc bourgeois - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 13 - 21h31
de : Hdm
Sans âme.
mercredi 13 - 21h27
de : L’iena rabbioso
Précarité étudiante : le cinq décembre dans toutes les têtes
mercredi 13 - 18h37
1 commentaire
GILETS JAUNES Acte 52 à Montpellier : La terreur bleue !
mardi 12 - 16h26
de : JO
CES 600 MILLIARDS QUI MANQUENT À LA FRANCE
mardi 12 - 12h16
de : Ernest London
BOLIVIE ! Processus électoral électronique mis en cause !
mardi 12 - 11h32
de : JO
2 commentaires
Pour poser de nouveaux jalons de laïcité
mardi 12 - 01h01
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Intervention de Michèle Sibony, au nom de l’UJFP, à la manifestation du 10 novembre contre l’islamophobie
lundi 11 - 23h23
de : Chantal Mirail
6 commentaires
L’appel à manifester des sous-marins jaunes
lundi 11 - 21h09
de : jean1
Rassemblement contre la précarité étudiante dans toute la France le mardi 12 novembre
lundi 11 - 20h50
de : jean1
La terre a tremblé de Cruas à Tricastin ; Allo vous m’entendez ?
lundi 11 - 15h40
de : le fou du roi nucléaire pour coordi SudEst
1 commentaire
Gauche SERVILE ou gauche INDOCILE face aux intégrismes religieux
lundi 11 - 11h53
de : Christian DELARUE
5 commentaires
Coup d’Etat en Bolivie :Les syndicats annoncent un siège et donnent 48 heures à Camacho pour quitter La Paz
lundi 11 - 11h13
de : JO
2 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Si tu ne participes pas à la lutte, tu participes à la défaite. B. Brecht
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite