Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Possibilités et stratégies révolutionnaires dans un pays européen aujourd’hui (Poulantzas 1973)


de : La Louve
samedi 21 mai 2011 - 23h59 - Signaler aux modérateurs
8 commentaires

Évidemment, une bonne partie d’entre nous doit avoir les yeux et les oreilles rivés sur ce qui est en train de se passer en Espagne, comme il y a quelques mois en Tunisie ou en Egypte.

Comment faire pour essayer d’avoir une approche pertinente de ce qui prend / peut prendre naissance là-bas, sans être soumis à une sorte de sidération-fascination telles que les retransmissions audio-visuelles peuvent en produire, qui nous éloigne à chaque fois un peu plus des questions fondamentales ? En lisant, relisant, réfléchissant...

Une fois n’est pas coutume, j’ai ressorti Poulantzas (je crois que je suis devenue maniaque !) - en même temps, ce qu’il nous a légué à sa mort est hélas si peu utilisé que je n’ai pas l’impression de faire des effets de mode...

Je termine de lire un article important qu’il écrivit en 1973 pour la revue des Temps Modernes

Il était question principalement, dans cet article, d’analyser l’Etat-nation en Europe, et notamment en France, dans la phase d’internationalisation du capitalisme sous domination américaine.

Il y a de nombreux passages très intéressants, notamment un nouveau développement de son analyse de l’impérialisme sous hégémonie US, brillantissime, quand il explique comment le capitalisme impérialiste à domination américaine n’est pas "en déclin" ni "en voie d’extinction", même quand certains éléments de son hégémonie s’effondrent, mais au contraire, qu’il continue de se développer et de s’étendre.

Comment cette extension/domination dans les états impérialistes périphériques modifie en profondeur la structure de l’Etat-nation, que les soubresauts que nous connaissons sont des effets de la lutte des classes, et qui tord le cou à des interprétations erronées de ce que seraient les contradictions internes à la bourgeoisie internationale ou la prétendue création de "contres-impérialismes".

Tout ceci évidemment autour de son analyse magistrale de l’Etat-Nation comme condensation des rapports de classes d’une société capitaliste (et non comme "véhicule ou appareil "neutre" mais accaparé par la classe bourgeoise).

Il y formule donc, vous pouvez l’imaginer des critiques assez lourdes contre les théories qui ont cours à cette époque, notamment, dans la plupart des partis communistes européens.

Voici un extrait de la conclusion de cet article (je scannerai l’article en pdf dès que je pourrai, il fait plusieurs pages) :

"On en vient ainsi à la question concernant les possibilités et la stratégie révolutionnaires dans un pays européen dans la phase actuelle d’internationalisation.(...) Le problème essentiel concerne les formes mêmes du processus dans ces formations sociales. Ce qui ressort des analyses précédentes, c’est qu’il ne saurait y avoir, dans ce processus révolutionnaire ininterrompu, d’étape propre de "libération nationale" ou de "démocratie nouvelle" fondée sur des formes d’alliance avec une "bourgeoisie nationale" contre l’impérialisme et ses "agents". Et ceci, non pas parce qu’il ne s’agirait pas de formations sociales dépendantes, bien au contraire.

En effet, dans la phase actuelle d’internationalisation, la rupture de la chaîne impérialiste dans un de ses maillons devient terriblement difficile et ne peut même s’amorcer, en particulier pour les métropoles, que par des mesures socialistes radicales qui sont les seuls moyens de lutte anti-impérialiste.(...)

Mais bien entendu, il y a plus : il ressort des analyses ci-dessus que, dans le contexte de domination du capital américain, on ne peut rompre la simple dépendance impérialiste qu’en s’attaquant, entre autres, directement au procès de travail même et aux formes de division sociale du travail dans le procès de production. Quant la question des appareils d’Etat, on a vu qu’il s’agit bel et bien, au premier chef, de combattre la prise en charge de l’impérialisme dominant par des modifications intériorisées des Etats nationaux eux-mêmes, ce qui, plus que jamais, et comme mesure anti-impérialiste élémentaire, ne peut aller sans briser radicalement ces appareils d’Etat."

Extrait de Nicos Poulantzas, "L’internationalisation des rapports capitalistes et l’Etat-Nation", in Les Temps Modernes n° 319, février 1973



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Possibilités et stratégies révolutionnaires dans un pays européen aujourd’hui (Poulantzas 1973
22 mai 2011 - 01h24 - Posté par Cop

Comment faire pour essayer d’avoir une approche pertinente de ce qui prend / peut prendre naissance là-bas, sans être soumis à une sorte de sidération-fascination telles que les retransmissions audio-visuelles peuvent en produire, qui nous éloigne à chaque fois un peu plus des questions fondamentales ? En lisant, relisant, réfléchissant...

Sauf si on se trompe sur les interprétations les retransmissions audio-visuelles ne nous éloignent en rien du tout des questions fondamentales.

Et il n’y a pas de contradiction entre les idées là de Poulantzas et comprendre au vu des retransmissions audio-visuelles qu’une guerre de classe se mène à échelle internationale.

Ce qu’il y a de vivifiant dans les révolutions en cours en Afrique du Nord c’est qu’elles ne sont justement pas spécifiques à l’Afrique du Nord mais font partie d’une profonde évolution des forces productives, des classes sociales en présence et de leur localisation dans le monde.

Les révolutions en Afrique du Nord ont vite montré des aspects "prolétariens" et il y a une raison à cela, les classes et couches sociales en présence.

Les classes ouvrières, au sens moderne et large du terme, sont devenues les classes les plus importantes dans beaucoup d’états dominés mais industriels, les petites bourgeoisies ont été laminées en prenant un tour européen pour leur périmètre (étroit), la paysannerie de plus en plus laminée, la grande bourgeoisie s’est homogénéisée au point d’intégrer largement, bien au delà d’un rôle compradore, les directions de bien des dictatures bourgeoises .

L’élan des forces productives sous domination bourgeoise s’est fait sur l’ensemble de la planète et continue son œuvre, pendant que longtemps la gauche européenne a cru que la domination impérialiste empêcherait le développement des forces productives.

Ce n’est ni le cas de ce qui fut le tiers monde, ni le cas des vieux pays industriels qui n’ont jamais cessé de développer les forces productives, continuant à laminer la paysannerie, une énorme partie de la petite bourgeoisie et de couches basses de la bourgeoisie, mettant à potion de plus en plus commune les couches sociales de la classe populaire bien garnies.

Ce processus au nord et au sud signifie qu’en se développant (et donc il se développe), le capitalisme augmente la puissance brute des forces qui peuvent être en situation de le détruire.

Ca signifie que , autant les révolutions dans des états colonisés dans le passé étaient dominés par des petites bourgeoisies dominant des masses paysannes énormes , autant les grands mouvements d’aujourd’hui dans une série de pays mettent rapidement aux prises la classe ouvrière au sens large et moderne face à des régimes qui ne sont plus petits bourgeois, ni plus tant bourgeois compradores, mais bouregois simplement dans un processus complexe de dominations impérialistes toujours existantes , plus ou moins violentes.

Le caractère profondément "moderne" des révolutions en Afrique du Nord vient qu’elles sont le flanc d’Afrique du Nord d’un processus d’affrontement qui a mis le pied dans la plupart des états du monde , avec différentes déclinaisons.

La mise d’un pied avec toutes ses contradictions de ce processus en Europe a déjà commencé depuis un moment, avant même les révolutions en Afrique du Nord, en Grèce, en Roumanie, en Bulgarie, puis dans des processus spécifiques en Italie, puis en France, puis en Croatie, puis au Portugal et enfin en Espagne.

Aucun de ces processus ne renvoie à des processus chimiquement purs ni à des symboles particuliers habituels du XXeme siècle, mais ils expriment, exacerbés par une nouvelle grande crise capitaliste mondiale le double mouvement des défaites des années 70, 80, 90, 2000, 2010, qui fait reculer la transmission d’un patrimoine politique de batailles et d’organisation ET la croissance des forces brutes de la classe populaire, numériquement, en termes de capacités de communication et d’instruction, son développement international.

Ce processus global crée une situation nouvelle .

La question des processus de transition et des batailles pour la transition entre des soulèvements et le socialisme posent des défis importants aux révolutionnaires.

La question de la révolution bourgeoise, dans l’entendement du débat qui a fait rage au 20eme siècle est maintenant close.

Cette question partait de l’entendement qu’il fallait d’abord passer par une société bourgeoise pour que les forces productives soient assez développées afin que la révolution socialiste ait les bases suffisantes pour triompher (notamment en terme de puissance brute).

De cette controverse allait déboucher bien des entendements et des stratégies particulières (et des drames épouvantables, des alliances finalement infécondes avec des bourgeoisies et petites bourgeoisies , etc).

Cette question est mise maintenant largement de côté, la bourgeoisie a énormément développé les forces productives sur une partie significative de la planète, avec des prolétariats urbains numériquement sur-puissants et beaucoup plus éduqués qu’avant.

La révolution bourgeoise est maintenant largement derrière nous presque partout (elle est achevée) et ne reste que la révolution permanente des forces productives par la bourgeoisie.

Avec ses contradictions.

Et restent face à face deux classes, et les crises multiples de développement du système, avec l’accélération violente de la crise capitaliste, les réponses bourgeoises à cette crise qui consistent à tenter de rétablir à un haut niveau le taux de profit en plein milieu des tempêtes créent des situations explosives innombrables.

Il y a des tas de conclusions à tirer de tout cela



Possibilités et stratégies révolutionnaires dans un pays européen aujourd’hui (Poulantzas 1973
22 mai 2011 - 09h22 - Posté par

Faire des choses, des êtres et des vertus des OBJETS que l’on peut extraire de leur contexte pour les transporter ici ou ailleurs et les user selon un protocole duquel ils ne rentrent plus en correspondance, est le fait humain. Cela s’est étendu jusqu’à ses amours, aujourd’hui dont il n’a plus qu’une vision d’IMAGE (tout ce qui était directement vécu s’est changé en une représentation) : l’amour entre la femme et homme est un OBJET. C’est la force de cet amour qui se manifeste dans la satisfaction sexuée qui toujours donne la force de voir le monde répondre à ses désirs. Les "révolutions" bourgeoises n’ont fait que contourner l’amour en déviant la sexualité de sa fonction, nous ne perdrons rien à l’intégrer à la notre.


Possibilités et stratégies révolutionnaires dans un pays européen aujourd’hui (Poulantzas 1973
22 mai 2011 - 21h46 - Posté par

Ce qui est bien avec toi Cop c’est que TOI tu sais toujours mieux que ceux qui écrivent ce qu’ils pensent.

Donc pour quelqu’un comme moi , c’est précieux... ;-)

Allez, bon je te charrie, mais c’est à dire que que le début de ton commentaire m’amuse.

J’incite simplement à réfléchir , à prendre du recul, à lire, et hop, j’ai la TOTALE !

Ça commence comme ça :

Sauf si on se trompe sur les interprétations les retransmissions audio-visuelles ne nous éloignent en rien du tout des questions fondamentales.

Qu’est ce qu’il y a Copas ? Tu t’es senti visé ? Fallait pas. Je faisais allusion quasi- exclusivement à la bande de gaucho-réformistes qui pullule sur le site depuis 48 heures et nous vendent de la révolution toute faite en 72 heures. On les connait trop bien ici, ce sont des spécialistes. très empressés à "décréter" les révolutions ici ou là, en espérant en récupérer les fruits pourris ici dans les urnes pour un Mélenchon ou un Hulot... BREF.

Et il n’y a pas de contradiction entre les idées là de Poulantzas et comprendre au vu des retransmissions audio-visuelles qu’une guerre de classe se mène à échelle internationale.

NON SANS DEC Copas ? Eh oh, où t’as lu que je disais le contraire ? Tu sais que certains de tes présupposés sont tellement apparents qu’ils sont facilement irritants. Ne me prête pas des idées qui ne sont pas les miennes, et ne me fais pas dire ce que je n’ai pas dit STP. Je ne l’admets de personne et encore moins de toi, camarade et ami. Tiens t’en à ce que j’ai ECRIT et rien de PLUS si tu veux vraiment qu’on discute. Merci.

Ce qu’il y a de vivifiant dans les révolutions en cours en Afrique du Nord c’est qu’elles ne sont justement pas spécifiques à l’Afrique du Nord mais font partie d’une profonde évolution des forces productives, des classes sociales en présence et de leur localisation dans le monde.

Les révolutions en Afrique du Nord ont vite montré des aspects "prolétariens" et il y a une raison à cela, les classes et couches sociales en présence.

Ah se revivifer aux révolutions des autres hein ?... Toi tu mets dans le même sac la révolution tunisienne et ce qui se passe en Egypte ? Ah bon.

Les classes ouvrières, au sens moderne et large du terme, sont devenues les classes les plus importantes dans beaucoup d’états dominés mais industriels, les petites bourgeoisies ont été laminées en prenant un tour européen pour leur périmètre (étroit), la paysannerie de plus en plus laminée, la grande bourgeoisie s’est homogénéisée au point d’intégrer largement, bien au delà d’un rôle compradore, les directions de bien des dictatures bourgeoises .

ok sur les classes ouvrières ça doit être vrai ( faut voir avec la paysannerie quand même, encore....)
Petites-bourgeoisies laminées ? Euh non , pas en Europe, je ne partage pas ton analyse, au contraire. Quant à l’intégration des bourgeoisies compradores, alors là ça aussi ça reste à voir (moi je ne crois pas mais bon...).

Ce processus au nord et au sud signifie qu’en se développant (et donc il se développe), le capitalisme augmente la puissance brute des forces qui peuvent être en situation de le détruire.

Oui effectivement, il me semble qu’un certain Marx avait dit cela... :-)

Ca signifie que , autant les révolutions dans des états colonisés dans le passé étaient dominés par des petites bourgeoisies dominant des masses paysannes énormes , autant les grands mouvements d’aujourd’hui dans une série de pays mettent rapidement aux prises la classe ouvrière au sens large et moderne face à des régimes qui ne sont plus petits bourgeois, ni plus tant bourgeois compradores, mais bouregois simplement dans un processus complexe de dominations impérialistes toujours existantes , plus ou moins violentes.

D’accord pour la mise au prise d’une classe ouvrière moderne, jeune, et numériquement importante qui change la donne mais pas d’accord avec ton analyse de la bourgeoisie. Ce que tu dis contredis totalement le processus impérialiste.

Pour la plupart de tes analyses à ce stade on va dire que je suis globalement d’accord (avec des nuances cependant j’y reviendrai).

Mais tu as fait complètement abstraction d’un sujet que Poulantzas ne fait pourtant pas qu’effleurer ici, c’est celui des stratégies et perspectives révolutionnaires, et notamment , car c’est cela qui est très intéressant,les deux pistes qu’il indique, en 73 certes, mais toujours pas explorées valablement depuis ! Briser les appareil d’Etat qui intériorisent l’impérialisme, briser la division du travail.

C’est cela moi qui m’a interpelée dans ce texte et de cela, toi tu ne dis rien.

Or je pense que c’est ce dont nous devons toutes et tous discuter, sur quoi nous devons réfléchir.

Il y a des tas de conclusions à tirer de tout cela

Oui, et bien il faut le faire, donc. Personne n’aura la réponse seul dans son coin et nous naviguons toutes et tous à vue.

LL


Possibilités et stratégies révolutionnaires dans un pays européen aujourd’hui (Poulantzas 1973
23 mai 2011 - 08h03 - Posté par Copas

LL

L’attaque contre la circulation de vidéos était inutile

Sur la question de se sentit visé... c’est également inutile. Chacun peut croire l’être, hein ?

Prendre du recul en commençant par s’attaquer à une partie des outils existants ne me paraissait pas très utile.

Après je confirme que les crispations existant sur la question espagnole sont les mêmes que celles existant sur les révolutions en cours en Afrique du Nord (pour moi ce processus n’est pas clos). Et généralement quand on gratte on s’aperçoit qu’une grande partie de la gauche européenne ne voit pas ce qui a changé du monde en dehors de son pré carré.

Voilà pour ces aspects là des choses.

Sur Poulantzas, fondamentalement il illustre avec d’autres mots le concept de la révolution permanente de Trotsky ou le concept de révolution continue de Mao, c’est à dire qu’il exprime, colonialisme ou pas, impérialisme ou pas, que des processus révolutionnaires n’ont rien à gagner à se battre pour des révolutions bourgeoises (qui se terminent souvent par des massacres des révolutionnaires par les forces bourgeoises). Les deux , Trotsky et Mao, ont l’avantage d’avoir été à la tête de deux révolutions gagnantes. On peut donc écouter avec attention ce qu’ils disent.

Le lien et l’intégration de forces bourgeoisies d’un pays avec les dispositifs internationaux du capital rend totalement impossibles, fondamentalement instables des politiques indépendantes suscitées par des forces bourgeoises ou petite-bourgeoises.

Les régimes d’Afrique du Nord, étaient construits sur des appareils d’états hyper-agressifs contre leurs populations et dominées par des forces bourgeoises profondément enserrées dans le dispositif internationnal de la bourgeoisie.

De Mubarak à Kadhafi, de Ben Ali à Mohamed VI, etc, nous avons là des clans bourgeois très puissants et profondément liés au capital international ;

Nés des appareils d’état ou d’une noblesse d’importation ils ont en commun tous d’avoir procéder à d’énormes vagues de privatisations, de s’être accaparés une fraction significative des richesses de leurs pays et de s’être précipités pour se noyer dans la jet-set internationale comme membres à part entière

La question de l’appareil d’état, ici ou là bas, n’appelle pas de remarque de ma part, c’est un rappel utile des fondamentaux par rapport à ceux qui croient que l’état n’est qu’un outil neutre dont il s’agit de trouver de bonnes mains pour lui donner une autre orientation.

Quand on prend les processus des révolutions en Afrique du nord, le maintien ou la fragmentation de l’appareil d’état a donné des résultats distincts, et, fondamentalement, c’est le maintien de cet appareil qui permet la domination des factions bourgeoises dans ces pays. Même quand la crise de domination politique est profonde (et elle l’est) , c’est le gros bâton qui donne le la.

Maintenant, ce qui est préoccupant n’est pas une fois que c’est gagné, mais comment on arrive à affaiblir la puissance de violence des appareils d’état .

Maintenant, quand Poulantzas pose cette question il faut l’enserrer dans la configuration particulière de la Grèce de l’époque et de l’itinéraire terrible de ce pays depuis la 2eme guerre mondiale.

Sur la question de l’imbrication de l’appareil d’état d’états dominés avec celui de l’impérialisme dominant (qui est une question distincte du positionnement de la bourgeoisie), les fractures sont bien plus compliquées et elles expriment , surtout maintenant, des fractures entre clans impérialistes, souvent à l’intérieur d’une même puissance (par exemple les USA) sur ce qu’il convient de faire face à des soulèvements.

L’indépendance de classe et la fragmentation de l’appareil d’état du capitalisme, deux mamelles de la révolution.


Possibilités et stratégies révolutionnaires dans un pays européen aujourd’hui (Poulantzas 1973)
22 mai 2011 - 11h30

"Le caractère profondément "moderne" des révolutions en Afrique du Nord vient qu’elles sont le flanc d’Afrique du Nord d’un processus d’affrontement qui a mis le pied dans la plupart des états du monde , avec différentes déclinaisons.

La mise d’un pied avec toutes ses contradictions de ce processus en Europe a déjà commencé depuis un moment, avant même les révolutions en Afrique du Nord, en Grèce, en Roumanie, en Bulgarie, puis dans des processus spécifiques en Italie, puis en France, puis en Croatie, puis au Portugal et enfin en Espagne."

Assez d’accord avec la première partie. C’est un peu ce que disait Todd dans l’émission de Giesbert, comme quoi les révolutions arabes seraient des analogues de 1789, donc des révolutions dans une lutte de classes, mais pas moderne à ses yeux, du fait du stade culturel plus ancien où ils se trouveraient, par rapport à celui des états occidentaux modernes. Ce qui fait tout de même la part belle aux occidentaux...

Pour le reste, la généralisation me semble gratuite pour ce qui est de la France ou de l’Italie. Je ne vois pas le processus révolutionnaire à l’oeuvre et encore moins de conscience de classe chez mes compatriotes les plus exploités, écrasés et manipules, et encore moins dans la classe moyenne adepte de la stratégie de l’autruche.

De toute façon, tout ça est bel et bon, mais que faire, ici et maintenant ?
Les analyses révolutionnaires sont soigneusement étouffées par le pouvoir politique à travers la propagande médiatique. Il n’y a qu’à voir le temps de parole accordé toutes chaines confondues à des politiques PC, NPA, LO, Alter, etc. Proche de zéro, avec la petite exception mélenchonesque.

Hors prétendre peser, infléchir, dynamiser un mouvement collectif nécessite que l’on connaisse notre présence et nos idées. Sinon c’est la récurrente marginalité et les impeccables analyses tournant dans le vide. D’aucuns répondraient syndicats. Je crois qu’il n’est même pas besoin de rectifier. L’immobilisme déterminé des grandes centrales, à l’heure pourtant où sont laminés les ouvriers, par les salaires bloquées, temps partiels éternels, licenciements et délocalisations, et étranglés les agents du service public de l’éducation parle de lui-même. Ce sont au mieux des freins, tant ques les forces qui résistent à l’intérieur n’arriveront pas à faire sauter les controleurs liberaux à la direction des centrales.



Par la chaos, une nouveau monde naîtra
22 mai 2011 - 14h25 - Posté par groland

http://www.delaservitudemoderne.org...

A diffuser, TRES LARGEMENT pour que les choses changent !



Par la chaos, une nouveau monde naîtra
22 mai 2011 - 15h48 - Posté par
Possibilités et stratégies révolutionnaires dans un pays européen aujourd’hui (Poulantzas 1973)
22 mai 2011 - 16h18 - Posté par sergio

Yes we camp #spanishrevolution - sergio

Une censure féroce de la part des médias inféodés et le silence total des partis institutionnels ou des syndicats sur ce mouvement est significatif… Allons-y sans hésitation !

Tout est dit en quelque phrases :

« … un mouvement qui, bien que ne se reconnaissant pas dans les politiques actuelles " la violence des puissants et des banquiers ", n’en est pas moins idéologiquement teinté : " Nous exigeons la démocratie réelle, maintenant. Nous ne sommes pas des marchandises aux mains des politiciens et des banquiers. Nous accusons les pouvoirs politiques et économiques de la situation de précarité dans laquelle nous vivons et exigeons un changement de cap. Nous convoquons chacune et chacun, en sa qualité de citoyen et de citoyenne, à sortir et occuper la rue le 15 mai (2011), dès 18h, sous le mot d’ordre Démocratie Réelle MAINTENANT. Nous ne sommes pas des marchandises aux mains des politiques et des banquiers. Nous t’invitons à te joindre au mouvement sans symboles politiques excluant, afin que l’on ne fasse entendre qu’une seule voix, unique. Unis, nous pouvons y arriver. … »

« … qui est tout sauf apolitique, qu’il possède des racines bien implantées sur du solide ( contrairement à ce que laisseraient penser certains médias ou certains dirigeants ). Ainsi, même s’ils n’appuient aucun parti politique, affirmant qu’ils ne les " représentent pas "… »

« … Les autorités politiques ont donc décidé que ce vendredi, veille de week-end électoral, tous les rassemblements seraient interdits et dispersés par les forces de l’ordre. … »

« … Pour ce qui est de l’organisation, elle existe, bel et bien, même si sans hiérarchie établie une fois pour toutes. Il s’agit d’une organisation horizontale où les décisions se prennent en fonction des événements et toujours de manière collective. … »

« … plus de pouvoir au peuple … »

Non !

Tout le pouvoir au peuple !






Air France : milliards de prêt, milliers de postes en moins, bonus époustouflant pour le PDG
jeudi 9 - 09h00
Venezuela : Publication de la liste des organisations candidates aux élections législatives
mercredi 8 - 16h32
de : joclaude
Du 8 au 12 juillet 2020 Festival des Canotiers 2020 : le programme
mercredi 8 - 07h26
Conférence de presse de Jean-Luc Mélenchon
mardi 7 - 18h03
1 commentaire
IRAN : Israël joue-t-il avec le feu ?
mardi 7 - 17h47
de : joclaude
AVEC CASTEX çA CARBURE SEC
mardi 7 - 05h25
de : Nemo3637
1 commentaire
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 - 21h35
de : Roberto Ferrario
1 commentaire
Services publics pour appliquer les droits sociaux « opposables »
dimanche 5 - 11h14
de : Christian Delarue (Converg SP)
Remaniement Ministériel:le 1er Ministre n’arrive pas en novice !
samedi 4 - 21h28
de : joclaude
Coronavirus : Superbe analyse d’Ignacio Ramonet
samedi 4 - 16h31
de : joclaude
Stopper le rouleau compresseur mondialiste
samedi 4 - 15h37
de : Claude Janvier
1 commentaire
LA PRÉFECTURE DE PARIS MET DES FAMILLES À LA RUE POUR UN HÔTEL DE LUXE
samedi 4 - 11h54
de : joclaude
Nomination de Castex à Matignon
samedi 4 - 08h15
de : jo.dez
L’indépendantisme catalan à la veille d’une recomposition d’envergure
vendredi 3 - 18h20
de : Antoine (Montpellier)
Remaniement : Emmanuel Macron réinvente la macronie d’avant le Covid-19
vendredi 3 - 15h29
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 - 15h00
de : Roberto Ferrario
4 commentaires
MUNICIPALES : GAUCHE BOBO CONTRE GAUCHE PROLO
vendredi 3 - 11h21
de : joclaude
2 commentaires
SYNDICALISTE - ANTIRACISTE - ANTISEXISTE
vendredi 3 - 07h21
de : DELARUE C. & LE QUEAU S.
La Via Campesina condamne le plan d’annexion colonialiste en Palestine
vendredi 3 - 06h25
de : VIA CAMPESINA
Crise et robotisation : De l’actualité des Grundrisse de Marx !
vendredi 3 - 02h32
de : Lepotier
MON COMMUNISME
jeudi 2 - 21h55
de : Nemo3637
1 commentaire
Soignants : une « grande famille ». Vraiment ?
jeudi 2 - 15h30
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 - 11h38
de : Mickael Wamen
Le creux de la vague - C’est l’heure de l’mettre
mercredi 1er - 20h54
de : Hdm
QG présente : "« Le capital se radicalise » Mickaël Wamen, Monique Pinçon-Charlot" (video)
mercredi 1er - 17h28
de : Aude Lancelin
4 commentaires
CARNAGE ORGANISÉ CONTRE RÉACTION DÉSORGANISÉE ...
mercredi 1er - 17h06
de : Mickael Wamen
Convention Citoyenne pour le climat soumis au bon vouloir de notre monarque !
mercredi 1er - 12h27
de : joclaude
Courrier à l’adresse de Philippe Martinez SG CGT.
mardi 30 - 22h38
de : Mickael Wamen
IRAK : M.Macron ne nous l’expliquera pas : NOUS SOMMES EN GUERRE !
mardi 30 - 17h51
de : joclaude
« Ségur de la santé » : les soignants maintiennent la pression
mardi 30 - 17h43
André Bouny : « Agent orange, le déni reste total »
mardi 30 - 14h23
de : jean1
Municipales 2020:ABSTENTION – Une « insurrection froide contre toutes les institutions du pays »
lundi 29 - 17h57
de : joclaude
2 commentaires
Elections municipales 2020 : un vote nul ...
lundi 29 - 16h40
de : Mickael Wamen
1 commentaire
Election Municipale à LYON : l’Humanitaire forcément HUMANISTE ?
lundi 29 - 11h02
de : joclaude
[Vidéo] Covid-19 : la Guyane souffre de sous-équipement et d’un manque de préparation de l’État
dimanche 28 - 18h50
Libérez Roland Veuillet !
dimanche 28 - 17h21
de : CNT 30
Pour un grand bol d’air pur, le point avec Manon Aubry , LFI au Parlement Européen.
samedi 27 - 17h14
de : joclaude
BFM-TV EN GRÈVE POUR LA PREMIÈRE FOIS (video)
samedi 27 - 16h41
Coronavirus : 15 médecins Cubains à La Martinique !
samedi 27 - 16h02
de : joclaude
Professeur Raoult auditionné sur RMC-J.J. Bourdin
samedi 27 - 15h26
de : joclaude

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite