Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Après le tsunami


de : Ignacio Ramonet
dimanche 9 janvier 2005 - 19h12 - Signaler aux modérateurs

Par Ignacio Ramonet

La méga-secousse tellurique de Sumatra, plus les raz-de-marée géants qui ont frappé, le 26 décembre 2004, les côtes de l’océan Indien ont provoqué l’une des catastrophes les plus colossales de l’histoire. La tragédie humaine - 150 000 morts, 500 000 blessés, 5 millions de personnes déplacées, selon des chiffres provisoires - atteint une ampleur rarement connue. S’ajoute à cela le caractère international du désastre : huit pays asiatiques et cinq pays africains ont été frappés le même jour par le cataclysme. Et environ 10 000 ressortissants de quelque 45 autres pays du monde sont morts ou portés disparus (dont 2000 Suédois, 1000 Allemands, 700 Italiens, 500 Autrichiens, 200 Français, 200 Néo-zélandais, mais aussi des Mexicains, des Colombiens, des Brésiliens, des Philippins ...).

La présence d’Occidentaux et le nombre élevé de victimes parmi eux ont contribué au retentissement planétaire de la catastrophe, survenue, par effroyable contraste, en pleine période des fêtes de fin d’année. Cela a également entraîné une couverture médiatique de dimension exceptionnelle, que la tragédie n’aurait certainement pas suscitée - et c’est regrettable - si elle avait été circonscrite à sa seule dimension asiatique.

Tout ceci produit un formidable choc émotionnel qui atteint profondément les opinions publiques occidentales. Une commotion tout à fait légitime devant tant de détresse humaine, tant de destructions et tant de désolation. Elle s’est traduite par une forte volonté d’aider, et par une chaleureuse dynamique de solidarité. Rarement auparavant, selon les organisations humanitaires, une générosité d’une telle ampleur - aussi bien publique que privée - ne s’était manifestée.

Cette solidarité à l’égard des toutes les victimes de l’océan Indien a permis à beaucoup de nos concitoyens de découvrir, au-delà du cataclysme, la réalité des conditions ordinaires de vie des habitants de ces pays. Et il apparaît clairement que l’aide mobilisée, malgré son importance, sera très insuffisante pour résoudre leurs difficultés structurelles.

Rappelons quelques faits.

 Une catastrophe « naturelle » d’intensité identique cause moins de victimes dans un pays riche que dans un pays pauvre. Par exemple, le séisme de Bam, en Iran, survenu exactement un an auparavant, le 26 décembre 2003, de 6,8 degrés sur l’échelle de Richter, fit plus de 30 000 morts. Mais, trois mois plus tôt, le 26 septembre 2003, une secousse plus violente - 8 degrés - sur l’île Hokkaido, au Japon, n’avait provoqué aucun mort. Autre exemple : le 21 mai 2003, un tremblement de terre de 6,2 degrés frappait l’Algérie et causait plus de 3 000 morts. Trois jours plus tard, le 26 mai, un séisme plus violent - 7 degrés - secouait tout le nord-ouest du Japon mais ne faisait aucun mort.

Pourquoi de telles différences ? Parce que le Japon, comme d’autres pays développés, possède les moyens d’appliquer des normes de construction anti-sismiques beaucoup plus coûteuses. Sommes-nous alors inégaux devant des cataclysmes ? Sans le moindre doute. Chaque année, des catastrophes touchent environ 211 millions de personnes. Les deux tiers d’entre elles se situent dans les pays du Sud où la pauvreté aggrave leur vulnérabilité. Un rapport intitulé Réduire le risque des désastres, publié le 2 février 2004 par le Programme des Nations unies pour le développement (Pnud), se demande même s’il faut continuer de parler de catastrophes « naturelles ». L’impact d’un séisme, d’un cyclone ou d’une inondation est très différent selon les pays. Il dépend souvent des politiques de prévention appliquées par les autorités.

 Si le même tsunami s’était produit sur l’océan Pacifique, le nombre de victimes aurait été beaucoup plus réduit. Parce que les Etats riverains - à l’initiative de deux grandes puissances, le Japon et les Etats-Unis - ont mis au point un système de détection et d’alerte en mesure d’avertir à l’avance de l’arrivée des « vagues tueuses » et permettant à la population côtière de se mettre à l’abri. Mais l’achat, l’installation et l’entretien d’un tel système coûtent très cher.

 La catastrophe de l’océan Indien nous émeut en raison de son gigantisme, de sa brutalité et aussi parce que cette somme de tragédies humaines s’est produite en un jour. Mais si l’on observait, sur une année, ces pays et leurs habitants avec une curiosité semblable à celle dont nous faisons preuve actuellement, nous assisterions - au ralenti - à une catastrophe humaine d’une envergure encore plus tragique. Il suffit de savoir que, chaque année, dans les Etats du golfe de Bengale (Inde, Maldives, Sri-Lanka, Bangladesh, Birmanie, Thaïlande, Malaisie et Indonésie), plusieurs millions de personnes (surtout des enfants) meurent tout simplement parce qu’elles ne disposent pas d’eau potable et boivent de l’eau polluée.

 L’aide publique et privée promise aux pays touchés par le tsunami s’élève actuellement à environ quatre milliards de dollars. Chacun se félicite de l’importance de cette somme. Pourtant elle est négligeable comparée à d’autres dépenses. Par exemple, le seul budget militaire des Etats-Unis s’élève, chaque année, à 400 milliards de dollars... Autre exemple, lorsque la Floride fut atteinte, l’automne 2004, par des cyclones qui provoquèrent des dégâts sévères mais sans commune mesure avec le désastre actuel de l’océan Indien, Washington débloqua immédiatement une aide de 3 milliards de dollars... De toute façon, les sommes promises sont insignifiantes au regard des nécessités des Etats endeuillés par le tsunami.

Il faut savoir que, selon les derniers chiffres de la Banque mondiale, la dette extérieure publique de cinq de ces pays s’élève à plus de 300 milliards de dollars. Et les remboursements qu’elle implique sont gigantesques : plus de 32 milliards de dollars par an... Soit presque dix fois les promesses de dons « généreusement » annoncées ces jours-ci. A l’échelle planétaire, chaque année, les pays pauvres remboursent, vers le Nord riche, au titre de la dette, plus de 230 milliards de dollars. C’est le monde à l’envers. On évoque, à l’occasion du tsunami, un moratoire de la dette des pays endeuillés. Mais ce n’est pas un moratoire qu’il faut, c’est l’effacement pur et simple de la dette. Comme les Etats-Unis viennent de l’imposer à leurs partenaires du Club de Paris à propos de la dette de l’Irak, pays qu’ils occupent militairement. Si on peut le faire pour l’Irak - qui est un pays riche de pétrole et de gaz -, pourquoi ne pourrait-on pas le décider pour des pays infiniment plus pauvres, et frappés de surcroît par une catastrophe de dimension biblique ?

 Selon le Pnud toujours, « à l’échelle planétaire, il manque quelque 80 milliards de dollars par an pour assurer à tous les services de base », à savoir l’accès à l’eau potable, un toit, une alimentation décente, l’éducation primaire et les soins de santé essentiels. C’est exactement le montant du budget supplémentaire que le président Bush vient de demander au Congrès pour financer la guerre d’Irak...

L’énormité des besoins à couvrir montre, par comparaison, que la générosité humanitaire, aussi admirable et aussi nécessaire qu’elle soit, n’est pas une solution de long terme. L’émotion ne peut se substituer à la politique. Chaque catastrophe révèle, comme un effet de loupe, la détresse structurelle des plus pauvres. De ceux qui sont les victimes ordinaires de l’inégale et injuste répartition des richesses dans le monde. C’est pourquoi, si on souhaite vraiment que l’effet des cataclysmes soit moins destructeur, il faudra aller vers la recherche de solutions permanentes. Et favoriser, pour l’ensemble des habitants de la planète, une redistribution compensatoire.

Il apparaît de plus en plus indispensable, pour affronter des situations d’urgence comme celles-ci, et tout simplement pour bâtir un monde plus juste, de créer une sorte TVA internationale. Cette idée d’une « taxe planétaire » - prélevée sur les marchés des changes (taxe Tobin), sur les ventes d’armes ou sur la consommation d’énergies non renouvelables - a été présentée à l’ONU le 20 septembre 2004 par les présidents Lula du Brésil, Lagos du Chili, Chirac de France et Zapatero, du gouvernement d’ Espagne. Plus de cent pays, soit plus de la moitié des Etats du monde, soutiennent désormais cette heureuse initiative. Pourquoi ne pas s’appuyer sur l’émotion universelle soulevée par la catastrophe de l’océan Indien pour réclamer une mise en œuvre immédiate de cette taxe internationale de solidarité ?


Source : Le Monde Diplomatique



Imprimer cet article





Air France : milliards de prêt, milliers de postes en moins, bonus époustouflant pour le PDG
jeudi 9 - 09h00
Venezuela : Publication de la liste des organisations candidates aux élections législatives
mercredi 8 - 16h32
de : joclaude
Du 8 au 12 juillet 2020 Festival des Canotiers 2020 : le programme
mercredi 8 - 07h26
Conférence de presse de Jean-Luc Mélenchon
mardi 7 - 18h03
1 commentaire
IRAN : Israël joue-t-il avec le feu ?
mardi 7 - 17h47
de : joclaude
AVEC CASTEX çA CARBURE SEC
mardi 7 - 05h25
de : Nemo3637
1 commentaire
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 - 21h35
de : Roberto Ferrario
1 commentaire
Services publics pour appliquer les droits sociaux « opposables »
dimanche 5 - 11h14
de : Christian Delarue (Converg SP)
Remaniement Ministériel:le 1er Ministre n’arrive pas en novice !
samedi 4 - 21h28
de : joclaude
Coronavirus : Superbe analyse d’Ignacio Ramonet
samedi 4 - 16h31
de : joclaude
Stopper le rouleau compresseur mondialiste
samedi 4 - 15h37
de : Claude Janvier
1 commentaire
LA PRÉFECTURE DE PARIS MET DES FAMILLES À LA RUE POUR UN HÔTEL DE LUXE
samedi 4 - 11h54
de : joclaude
Nomination de Castex à Matignon
samedi 4 - 08h15
de : jo.dez
L’indépendantisme catalan à la veille d’une recomposition d’envergure
vendredi 3 - 18h20
de : Antoine (Montpellier)
Remaniement : Emmanuel Macron réinvente la macronie d’avant le Covid-19
vendredi 3 - 15h29
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 - 15h00
de : Roberto Ferrario
4 commentaires
MUNICIPALES : GAUCHE BOBO CONTRE GAUCHE PROLO
vendredi 3 - 11h21
de : joclaude
2 commentaires
SYNDICALISTE - ANTIRACISTE - ANTISEXISTE
vendredi 3 - 07h21
de : DELARUE C. & LE QUEAU S.
La Via Campesina condamne le plan d’annexion colonialiste en Palestine
vendredi 3 - 06h25
de : VIA CAMPESINA
Crise et robotisation : De l’actualité des Grundrisse de Marx !
vendredi 3 - 02h32
de : Lepotier
MON COMMUNISME
jeudi 2 - 21h55
de : Nemo3637
1 commentaire
Soignants : une « grande famille ». Vraiment ?
jeudi 2 - 15h30
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 - 11h38
de : Mickael Wamen
Le creux de la vague - C’est l’heure de l’mettre
mercredi 1er - 20h54
de : Hdm
QG présente : "« Le capital se radicalise » Mickaël Wamen, Monique Pinçon-Charlot" (video)
mercredi 1er - 17h28
de : Aude Lancelin
4 commentaires
CARNAGE ORGANISÉ CONTRE RÉACTION DÉSORGANISÉE ...
mercredi 1er - 17h06
de : Mickael Wamen
Convention Citoyenne pour le climat soumis au bon vouloir de notre monarque !
mercredi 1er - 12h27
de : joclaude
Courrier à l’adresse de Philippe Martinez SG CGT.
mardi 30 - 22h38
de : Mickael Wamen
IRAK : M.Macron ne nous l’expliquera pas : NOUS SOMMES EN GUERRE !
mardi 30 - 17h51
de : joclaude
« Ségur de la santé » : les soignants maintiennent la pression
mardi 30 - 17h43
André Bouny : « Agent orange, le déni reste total »
mardi 30 - 14h23
de : jean1
Municipales 2020:ABSTENTION – Une « insurrection froide contre toutes les institutions du pays »
lundi 29 - 17h57
de : joclaude
2 commentaires
Elections municipales 2020 : un vote nul ...
lundi 29 - 16h40
de : Mickael Wamen
1 commentaire
Election Municipale à LYON : l’Humanitaire forcément HUMANISTE ?
lundi 29 - 11h02
de : joclaude
[Vidéo] Covid-19 : la Guyane souffre de sous-équipement et d’un manque de préparation de l’État
dimanche 28 - 18h50
Libérez Roland Veuillet !
dimanche 28 - 17h21
de : CNT 30
Pour un grand bol d’air pur, le point avec Manon Aubry , LFI au Parlement Européen.
samedi 27 - 17h14
de : joclaude
BFM-TV EN GRÈVE POUR LA PREMIÈRE FOIS (video)
samedi 27 - 16h41
Coronavirus : 15 médecins Cubains à La Martinique !
samedi 27 - 16h02
de : joclaude
Professeur Raoult auditionné sur RMC-J.J. Bourdin
samedi 27 - 15h26
de : joclaude

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite