Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Aux pas des "primaires"...
de : ichlo
jeudi 8 septembre 2011 - 19h55 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires

L’échauffement que nous propose les socialistes dans ce piège ou cette impasse que pourraient devenir ces primaires en préambule aux présidentielles ne devrait concerner que les socialistes et les socialistes seulement et nous pourrions nous targuer de leur manque d’ambition, les laisser batifoler sur leurs anathèmes de prédilection que sont la justice sociale, une nation sécurisée, l’éducation, la politique de l’emploi, la crise économique, l’avenir du changement, etc.

Seulement voilà ! Un invité de marque a choisi de prendre part au challenge dans l’espoir probable d’augmenter sensiblement l’audience du Parti Radical de Gauche (toutes les régions de France n’ont pas forcément de section à son effigie ? !) ou carrément pour venir semer le trouble dans cette hégémonie socialiste qui aurait sans doute préférée un sixième candidat issu de leurs rangs à l’image d’un Laurent Fabius qui a pourtant renoncé très tôt tout comme ont renoncés Jack Lang et Lionel Jospin plutôt que d’avoir à craindre un Jean-Michel Baylet qui diffère peu de ses "amis" socialistes sur bien des idées et dont les solides propositions arrivent largement au dessus des espérances que laissent entendre les socialistes de souche qui nous promettent encore et toujours des victoires même si celles-ci laissent parfois un goût amer... Il n’est pas là pour créer la polémique mais pour apporter son effort constructif aux programmes de 2012. Sa position dans les sondage ne l’y autorise pas encore mais dès lors est posée la question de l’oreille que lui accordera la pensée théorisante du socialisme français actuel. La caresse dans le sens du poil à la place du poing "centré" de la situation !

Toujours est-il qu’il fait partie pourrait-on dire de ces "pères fondateurs" qu’aimait citer François Hollande aux travaux de La Rochelle dans son interview accordée à PublicSénat et dont l’espoir de voir sortir de ces primaires le candidat correspondant le mieux à cette lignée… Et bien ça y est il l’a trouvé lui qui croyait y correspondre ! C’est J-M Baylet et n’en déplaise à ses ambitions ! Lui avec son "Tapie" dans l’ombre et son centrisme d’affaires il ne craint pas d’y faire pâle figure quitte à s’arranger des foudres de la critique de ce que les socialistes considèrent comme fondamental : rester socialiste - savoir ne pas retourner sa veste !

À bien y regarder pourtant la formule que propose J-M Baylet est percutante et son programme dépasse celui des représentants socialistes qui à force d’apparaître sur fonds d’écrans finiront par rabâcher un changement qui s’arrête bien souvent là où les forces vives des radicaux souhaiteraient le commencer ou vice-versa.

Jean-Michel Baylet est un original dans cette course folle que s’impose le parti socialiste pour chasser les hésitations et clarifier son programme électoral en vue des Présidentielles de 2012. Il a décidé de participer à cette consultation populaire seul face à cinq représentants du "socialisme mou" qui cherchent, pourtant chacun des cinq, tour à tour dès qu’ils prennent la parole pour la diffuser sur les médias, à convaincre soit pour leur propre étiquette et leur image de candidat présent ou à venir ; tout au plus cherchent-ils collectivement à redéfinir les contours et l’orientation de la boussole du navire socialiste pour nous dire qu’ils gardent le cap et que nous sommes conviés à monter à bord aux mélodies de l’union retrouvée et des rivalités laissées dans les douves !

Les socialistes nous ont toujours sortis de l’impasse dans laquelle nous fourvoient les pouvoirs droitiers même si ce n’est pas forcément à la hauteur des espérances souhaitées. L’aspect ragaillardi de leurs discours invite au rassemblement. Si la seule satisfaction consiste à s’assurer une solide majorité - bien qu’elle ne soit pas des moindres - cela ne supprime pas les problématiques de fond sur lesquelles semblent hésiter partenaires écologiques et mouvements sociaux et il n’est pas évident de retrouver l’homogénéité de 1981 qui faisait caracoler en tête l’unification socialiste avec le bloc communiste. Il sera difficile de convaincre l’électeur avec des propositions qualifiées de "retours en arrière" ou d’inadaptées par les sarkozystes sous prétexte de simplification ou comme syndrome de cessation de prises d’intérêts à la volée. Le capitalisme auquel appartiennent les droites réunies en une seule par sa même extrême que nous montre Nicolas Sarkozy et qui fait régner cette vision sur le monde demande que soit continuée d’urgence la poursuite de l’abolition des privilèges ! le Socialisme d’aujourd’hui est un "devenir" là où celui de Mitterrand était un achèvement : montrer à la droite que la gauche sait aussi gouverner. La Démocratie nous montre qu’il était difficile de garder le pouvoir à la tête de l’État face aux monstrueux appareillages politiques de campagne des Chirac - qui a plus d’un tour dans son sac - et Sarkozy dont les remparts s’effritent déjà avec le départ de Jean-Louis Borloo appelé à d’autres destins et finiront bien par s’effondrer totalement lorsque les débats pour les présidentielles auront véritablement commencés… Le doute et les rivalités des oligarques s’empareront des troupes de l’Ump car après tout n’était-ce pas là qu’une simple construction électoraliste qui rassemblât des personnalités issus d’horizons politiques différents mais certainement pas faite pour durer… Cette convergence des systèmes tentée par Sarkozy aurait dû déboucher sur une société harmonieuse et non pas constituer le vivier des lois fratricides, de l’accroissement des inégalités, de l’expansion de sa pathologique extrême ou le berceau de réformes litigieuses tant au niveau de la Justice que de la Sécurité sociale ou des retraites qu’on a connues. À force d’avoir individualisé le pouvoir économique en Sarkozy s’excuseraient-ils encore en se proposant de rendre à l’État français une partie de leur prise de bénéfice maximum sous forme de participation à l’impôt qu’on en rigolerait presque si nous nous n’avions pas que notre bile à leur rendre ! S’ajoutent quand même à cette situation des plus déséquilibrée les précédents revers électoraux de la majorité présidentielle actuelle subis aux précédents scrutins régionaux et européens (à un degré moindre) qui corroborent les menaces d’effondrement qui hantent les rangs de l’Ump !

1981 avait pour objectif le rehaussement du niveau de vie des masses, aujourd’hui nous sommes stupéfaits par l’abaissement du pouvoir d’achat des classes moyennes dont la hausse des salaires n’a pas suivie le rythme de l’inflation. Ne parlons même pas de la quasi disparition administrative dans un premier temps d’une catégorie de chômeurs ainsi qu’un accroissement réellement constant des situations précaires qui nous horrifient alors que la mort au travail médiatisée en simple fait divers n’a plus de mots dans le dictionnaire pour exprimer nos états d’âme. Les Présidentielles de 2012 devraient permettre d’insuffler à nouveau, si ce n’est le goût de faire de la politique, tout au moins saisiront nous l’intérêt quelles suscitent aux vues des enjeux quelles déterminent par rapport aux conduites à tenir sur les sujets majeurs que sont un monde plus égalitaire, le danger climatique, la pauvreté galopante, les créations d’emploi, le domaine public et la vie privée...

Alors allons-y tous du plus grand nombre que nous puissions hisser Jean-Michel Baylet au round de l’échéance ultime rien que pour modifier l’unité de pourcentage symbolique qui l’accrédite. Course à la présidentielle en perspective ne saurait omettre d’engager des réflexions de fond ! Arriveront-ils à rédiger quelques dizaines de pages pour convaincre à supposer qu’une vision politique puisse tenir à quelques bouquins ou de simples feuillets qui alimentent les discours ? Bien entendu chacun des six postulants possèdera les 500 signatures et tous se présenteront quand même ou au moins l’un des cinq si Baylet remportait ces primaires haut la main (et le poing levé si possible) laissant figée là cette idée de primaires qui ne servent qu’à nourrir un hypothétique débat dont il faut bien se résoudre à considérer qu’il est déjà établi dans ses grandes lignes directrices mais dont la stratégie consiste à se glisser dans la brèche médiatique qui lui tends les bras et qui contribuera à le répandre dans les consciences et le choix des électeurs. Quelques avancées supplémentaires… Oui mais que penser d’un parti politique qui n’est plus capable de décider de son candidat aux présidentielles en interne ? Ne laisse-t-il pas là les portes ouvertes à un coup d’État permanent ? Et bien faisons-le ce coup d’État permanent qui revient de loin… Renversons les données des sondages et proposons autre chose… Cinq ou sept millions qui iraient voter en faveur de J-M Baylet et plouf. Qu’en diraient-elles les voies portantes du PS avec ses militants votants encore réduits à se compter eux-mêmes ? Riraient-elles jaune ?… Si c’est comme pour le "non" au Traité de constitution européenne ils n’en tiendront pas vraiment raison mais toutes raisons gardées il est peu probable que Baylet sorte seul en tête de ce présentoir… Et si c’était le cas le considèreraient-ils comme un détracteur ou comme un simple candidat supplémentaire qui n’enlève rien à leur panier tant que le décompte des voix ne sera pas effectué. Que feront-ils avec la si difficile question européenne par exemple où ils semblent hésitants à adopter la pensée fédérée de J-M Baylet. D’autres comme Claude Allègre propose d’y solidifier le sempiternel couple franco-allemand. Personnellement je pense que cette manière de vouloir faire avancer l’Europe autour de la supériorité d’un duo unique dénonce l’égoïsme du pouvoir et ressemblerait plutôt à une carotte pourrie ou à des boeufs sans souffle qu’on mettrait avant ou après la charrue puisque le résultat reste sensiblement le même et qu’ainsi donc peu importerait l’attelage. Et bien non ! Ce que propose J-M Baylet en matière de fédéralisme européen dépasse de loin les divers ajustements qu’énoncent les différents autres candidats qui se présentent aux primaires socialistes. Et la vision est là chez Baylet mais Martine Aubry ne va pas le dire mais elle recommande fortement de choisir quelqu’un qui aurait une vision d’avenir pour notre pays !

"PRIMAIRES CITOYENNES" est donc le terme qu’il faut utiliser dorénavant pour qualifier le large échantillonnage que l’évènement espère recouvrir. On va finir par penser qu’ils n’ont plus de militants chez les socialistes et que leurs oscillations autour de la barre estimée des 200 000 ou 250 000 inscrits encartés au payement de leur cotisation sont sujettes à de nombreuses discutions aux vues de variations qui dépassent l’entendement et ne correspondent pas forcément aux réalités du terrain ce qui laisse à penser qu’un tel état des lieus ne pouvait que nécessiter une consultation élargie à tous les électeurs inscrits sur les listes électorales ou appartenants au PS (les enfants en âge inférieur à leur majorité appartenants aux mouvements socialistes pourront s’exprimer dans un scrutin sans doute pour la première foi !). L’attrait pédagogique pour sensibiliser les jeunes générations à leur devoir civique est intéressant sinon ça fera toujours un potentiel électoral supplémentaire si l’intérêt fonctionne mais il ne serait pas surprenant de voir l’ensemble du corps électoral français bouder cette étape primale que constitue l’élaboration de primaires pour définir un candidat à gauche, le mieux à même de représenter la gauche pour reprendre l’expression de l’un d’eux ou de l’une d’elles… La gauche du Parti Socialiste qu’ils espèrent tirer du chapeau ou le candidat des gauches ? On l’attend toujours celui-là depuis le retour d’une gauche au pouvoir dans les années 80 et ce n’est pas prétendre faire le fier que de rappeler que Jean-Michel Baylet est peut-être aujourd’hui certainement celui qui est resté le plus proche de Mitterrand du moins dans son désir de changer en profondeur la société. Tout au plus l’est-il autant qu’une Martine Aubry ou qu’un François Hollande et assurément bien plus qu’une Ségolène Royale alors que sa position sur l’échiquier politique lui ressemble en tant que simple élu. Qu’on se souvienne de son engagement où il rappelle qu’une "République a fait la France, et les radicaux sont fiers de lui avoir donné plusieurs des grandes lois : suffrage universel, laïcité, liberté d’association, liberté syndicale." Pour sûr qu’on pourrait lui faire confiance et lui remettre la lourde charge de les défendre encore mieux que par le passé et le voir du coup officialiser le mariage gay et lesbien par exemple. Pour le reste ses trente propositions sont la base des réflexions sur lesquelles les socialistes réfléchissent mais au demeurant il leur semble bien difficile de formuler différemment quelques idées qui le sont déjà histoire de le dire autrement et briller dans les joutes verbales à venir et nous prouver une fois de plus qu’ils n’ont rien inventé… Ça vient tellement pas d’eux que finalement ils ne savent même pas quel candidat mettre en avant pour paraître le moins ridicule possible ! Il faut qu’ils passent par les jeux des influences à l’intérieur d’un parti où ils ne sont pas sur un pieds d’égalité et qu’ils puissent y développer le culte de l’égo… En 1981, Georges Marchais le faisait pour Mitterrand ça simplifiait la démarche et ça permît d’avancer plus loin ! Après tout les idées sont quasiment toutes tracées. Pas secondaires ! Quand même pas !… Mais assurément il est certain que ce n’est pas garanti que le meilleur orateur soit le mieux équipé en matière de propositions pour changer en profondeur le fil ténu tissé par Sarkozy qui lui de son côté a solidifié du mieux qu’il a pu la casse sociale et économique ! De l’audace il en a toujours eu J-M Baylet, l’électeur sans doute un peu moins...

Ils nous disent, les socialistes et leurs cinq candidats, qu’ils espèrent tous à leur niveau que le vainqueur possèdera une vision digne du changement dont le pays a besoin. Chacun des cinq espérant que les électeurs choisiront sa tête évidemment sinon ils ne seraient pas candidats… Si celle de Baylet sortait ils grinceraient des dents et pourraient se demander enfin là où ils ont fauté !

Sont-ils à la course d’une vision, d’un message ou d’un modèle du meilleur qui soit ? Mais qu’attendent-ils puisque tout cela est déjà rationalisé depuis Marx chez les formations plus à gauche que ne le sont les socialistes, il suffirait d’appliquer… tout simplement en évitant de laisser leurs arguments comme de vains mots mitigés dans la caricature, notion indispensable mais insuffisante.

Il faudra bien que ces primaires débouchent sur quelques choses d’extraordinaire puisque le projet humaniste d’une société plus juste est toujours en développement. Sa réalisation s’effectue parfois avec lenteur. Le suffrage universel ne lui accorde pas toujours ses faveurs alors quitte à passer pour un ouf allons-y prendre plaisir à ces primaires en citoyen politique agitateur d’idées et soutenons Baylet en passe de devenir le nombril un peu perdu au milieu de cette vaste famille socialiste qui demande avec ses militants au pays de lui choisir un candidat. Hé mais les "sauce dém’ " c’est pas notre problème à nous simple électeur que d’avoir à choisir à votre place votre candidat pour faire une figure démocratique plus radieuse qu’ailleurs sinon on vous mets Baylet et l’avance de vos programmes sera fulgurante. Si vous n’avez pas de candidat continuez à travailler en silence et revenez nous voir au printemps au lieu d’organiser des débats où vous chercherez à étoffer un argumentaire de standardisation du monde économique et social. Faites muter vos généralités, serrez- vous dans les bras d’un Mélenchon, réconfortez-vous chez un Besancenot au lieu de leur prendre ce qui vous convient et d’en jeter le reste… MODERNISEZ-vous… C’est ouf et dangereux Baylet vainqueur des primaires populaires ? Au moins elles serviraient à quelque chose ! Ils se retrouveraient toujours à cinq candidats du socle socialiste plus un "radical" venu apporter sa pierre à l’édifice de la centrifugeuse des idées… Referaient-ils des primaires bis repetita avant noël en interne ? Oui mais ça les retarderait encore dans l’élaboration et la présentation de leur projet… Si ils étaient tellement pressés de nous le divulguer leur projet ça fait longtemps qu’ils l’auraient fait, ce qui fut fait… pour peu qu’on les écoute ou qu’on fasse l’effort de les lire ! Toutes ces cérémonies de présentation médiatique ne présage rien de bon… Des épiphénomènes de lassitude se font déjà ressentir dans l’opinion publique. J’en transpire à grosses gouttes mais ça m’explose de rire cet armada médiatique qui déroule un programme socialiste au compte goutte ou à l’envers pour affiner des parcours personnels. Pouah, pourquoi pas demander aux étoiles ou aux sourciers qui sortira vainqueur d’un même dialogue !

http://www.voie-militante.com/polit...

http://www.planeteradicale.org/L-au...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Aux pas des "primaires"...
9 septembre 2011 - 13h25 - Posté par Mengneau Michel

Les socialistes nous ont toujours sortis de l’impasse dans laquelle nous fourvoient les pouvoirs droitiers....

J’adore ! Car effectivement c’est en privatisant encore plus comme le fit Jospin qu’ils ont assi la domination des capitalistes... Belle sortie de l’impasse de laquelle la droite n’osait sortir de peur d’une réaction sociale forte, les socialos l’ont fait sans complexe. Manque pas de culot l’auteur de l’article !



Aux pas des "primaires"...
11 septembre 2011 - 13h53 - Posté par

éééhhhhh, il en faut un peu du culot pour retrouver une majorité et une union de la gauche.... enfin avec tout ça c’est pas étonnant qu’il rame le PS et qu’il n’est pas lui à l’abri d’une déculottée...





les deux actions du 18 juillet
jeudi 18 - 23h19
de : Jean-Yves Peillard
À LA LIGNE - Feuillets d’usine
jeudi 18 - 19h09
de : Ernest London
Pourquoi je suis gilet jaune
mercredi 17 - 22h52
de : Chantal Mirail
1 commentaire
Un américain à Paris (sans Gene Kelly) : LE REGARD D’UN AMÉRICAIN SUR LES GILETS JAUNES (vidéo)
mercredi 17 - 22h32
de : nazairien
2 commentaires
Ni République de l’apparat, ni moine-soldat
mercredi 17 - 21h24
de : Christian D et Monique D
1 commentaire
JUSQU’À RAQQA : AVEC LES KURDES CONTRE DAESH
mercredi 17 - 11h51
de : Ernest London
Révolution algérienne : « l’auto-organisation constitue la clef de la suite du mouvement »
mercredi 17 - 11h38
1 commentaire
L’ANARCHISME N’EST NI UNE MODE NI UNE POSTURE
mercredi 17 - 11h28
de : jean 1
1 commentaire
Exigeons la libération de la chercheuse franco-iranienne Fariba Adelkhah arrêtée en Iran
mercredi 17 - 08h40
de : Christian DELARUE
14 Juillet 2019, est ce un "galop d’essai" , avant la "prise de la Bastille" ? (vidéo)
mercredi 17 - 00h26
de : nazairien
2 commentaires
Manon Aubry Députée Européenne (LFI), balance du lourd, envers, Ursula von der Leyen, candidate à la sucession de Junck
mardi 16 - 17h06
de : nazairien
4 commentaires
"Homard m’a tué" François de Rugy démissionne du gouvernement
mardi 16 - 15h21
de : nazairien
9 commentaires
Gauche homard du capitalo-écologisme
mardi 16 - 00h26
de : Christian DELARUE
9 commentaires
Le NICARAGUA inaugure la plus grande centrale solaire d’Amérique-Latine
lundi 15 - 17h57
de : JO
Gilets Jaunes 14 juillet, Champs-Elysées : Une femme serait éborgnée !
lundi 15 - 17h42
de : JO
Hommage des Gilets jaunes d’Angers aux révoltés de 1789
lundi 15 - 16h27
de : Le Cercle 49
macron au firmament
lundi 15 - 14h06
de : jean 1
Saïd Bouamama censure post-coloniale
dimanche 14 - 23h49
de : UJFP LMSI via jyp
2 commentaires
14 juillet, Champs-Élysées, Paris : les Gilets jaunes humilient « l’éborgneur » (vidéos)
dimanche 14 - 15h46
de : nazairien
11 commentaires
Alain Damasio : « Créer une pluralité d’îlots, d’archipels, est la seule manière de retourner le capitalisme »
samedi 13 - 14h51
de : jean 1
Courant continu : C’est l’heure de l’mettre, avec entre autres Youssef Brakni, et Alexandre Chantry
samedi 13 - 12h22
de : Hdm
PLUTÔT COULER EN BEAUTÉ QUE FLOTTER SANS GRÂCE - Réflexions sur l’effondrement
samedi 13 - 11h17
de : Ernest London
Affaire De Rugy : l’exemplarité pour tous !
samedi 13 - 09h29
de : JO
alerte gilets noirs
vendredi 12 - 19h06
1 commentaire
Cela suffit
vendredi 12 - 13h46
de : jean 1
1 commentaire
BURQINI de droit bien que contestable !
jeudi 11 - 22h15
de : Christian DELARUE
3 commentaires
LA HORDE et le Député François Ruffin revisitent "La Marseillaise" ! (video)
jeudi 11 - 22h07
de : jean 1
« Chute catastrophique » du niveau scolaire en France : une prof torpille l’Éducation nationale (vidéo)
jeudi 11 - 15h38
de : nazairien
2 commentaires
Lettre ouverte à Emmanuel Macron : non, la grève n’est pas une « prise d’otage »
jeudi 11 - 08h01
de : Cédric Maurin
1 commentaire
Le RIC des gueux ( que l’on nomme RIC Campagnard) est de retour.
mercredi 10 - 18h33
de : Arnaud
2 commentaires
COEUR DE BOXEUR - Le Vrai combat de Christophe Dettinger
mercredi 10 - 08h24
de : Ernest London
1 commentaire
Décrocheuse de portrait
mardi 9 - 23h51
de : Jean-Yves Peillard
Message publié par le Collectif Autonome de Dockers de Gênes
mardi 9 - 18h38
de : jean 1
La France de Macron : la liberté d’expression en péril ! (no coment)
mardi 9 - 11h48
de : JO
2 commentaires
Sanctions contre les chômeurs : dix associations, collectifs et syndicats déposent un recours devant le Conseil d’État
lundi 8 - 17h06
ENVIRONNEMENT : Pas nette la planète sauf que "bla/bla" etc... !
lundi 8 - 16h11
de : JO
GODIN, INVENTEUR DE L’ÉCONOMIE SOCIALE
dimanche 7 - 20h11
de : Ernest London
1 commentaire
Billet de Pierrick Tillet : Effondrement : le ministre Blanquer contraint de saborder le baccalauréat
dimanche 7 - 12h01
de : nazairien
3 commentaires
Week-end de résistance et d’occupation contre le projet de Surf Park de Saint Père en Retz (44) le 20 et 21 Juillet 2019
dimanche 7 - 11h02
de : Collectif Terres Communes
POINTS DE NON-RETOUR [THIAROYE]
vendredi 5 - 20h16
de : Ernest London
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Jamais on ne corrompt le peuple, mais souvent on le trompe. Jean-Jacques Rousseau
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite