Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

"D’une révolution conservatrice et de ses effets sur la gauche fr.", D. ERIBON


de : via LL
dimanche 25 septembre 2011 - 23h32 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire

Je remets ici ces extraits que j’avais retranscrits en 2008 d’un ouvrage qui m’avait beaucoup impressionnée , de Didier ERIBON, j’avais trouvé que c’était une analyse extrêmement juste sur de très nombreux points (certaines "prédictions" sont terribles mais elles me semblent plus que jamais, justes et en tout cas, d’actualité)...


« (Préface) J’aimerais qu’on lise les pages qui suivent comme un hommage à Pierre Bourdieu. Je sais, parce que nous en avons souvent parlé ensemble, que c’est presque malgré lui qu’il s’est engagé avec tant de passion auprès des mouvements sociaux, au milieu des années 1990. C’est comme si il avait été happé par des nécessités qui s’imposèrent à lui sous la forme d’un devoir à accomplir.(…)

Oui, Bourdieu se sentit « contraint, selon la formule qu’il employa, par la situation historique à descendre dans la rue, et à y faire descendre ses concepts avec lui, car il était persuadé que le savoir est aussi une arme politique, notamment contre les politiques qui s’arment de prétendus savoirs.(…)

La manière dont la presse de gauche parla de lui fut assurément l’un des symptômes les plus édifiants et les plus sinistres des ravages provoqués par la révolution conservatrice sur le monde culturel français.(…) Il voulut montrer quelles idéologies animaient ces bons pasteurs, d’où elles venaient, comment elles avaient été imposées dans l’espace public, installées dans la tête de tous au point presque qu’on en remarquait plus , derrière la propagande quotidienne en faveur de la « modernisation » et de la « flexibilité » leur caractère brutalement rétrograde.

Mais plus profondément, il savait aussi – il a souvent insisté sur ce point – que la réalité sociale est produite par des discours qui prétendent la décrire. Dire, c’est faire. C’est donc une bataille dans l’ordre du discours, dans l’espace des représentations qu’il fallait mener, contre un adversaire organisé, financé, soutenu par la quasi-totalité des réseaux politiques et médiatiques…pour contrer une vision du monde et lui en opposer une autre. Et essayer ainsi de faire exister un autre monde.

Il pensait également que les mots de la résistance deviennent forts quand ils rencontrent des désirs épars de révolte, d’action, de mobilisation et qu’ils contribuent à les cristalliser, à les coaliser. Une grève était insultée par une cohorte d’experts et d’intellectuels enrôlés au service des dominants. Il eut à cœur de défendre les grévistes.(…) La gauche officielle le considéra comme son ennemi au lieu de saisir la chance historique qu’il lui offrait. Ce qui en dit long sur ce qu’elle était devenue.

(I) Cela fait déjà presque une dizaine d’années que j’ai formé le projet de consacrer un petit livre à ce que j’appellerais ici la « révolution conservatrice », c’est à dire le spectaculaire déplacement vers la droite, depuis la fin des années 1970 et le début des années 1980 , du centre de gravité de la vie intellectuelle et politique française.

(…) Si je me suis finalement décidé à interrompre un nouvel ouvrage en cours d’écriture pour proposer aujourd’hui cette analyse du paysage politique et intellectuel dans lequel nous vivons depuis plus de vingt ans, ce n’est évidemment pas parce que l’emballement vertigineux de la trajectoire de certains protagonistes de la révolution conservatrice les a conduits à adopter des positions de plus en plus extrémistes et à tenir des propos de plus en plus nauséabonds.(..)

C’est plutôt que l’un des lieux où la révolution conservatrice a imprimé le plus fortement son empreinte – qui en a d’ailleurs été à la fois l’un des enjeux les plus décisifs et l’un des vecteurs les plus efficaces – aura été le Parti socialiste.

Or , ce déplacement (intellectuel, politique, existentiel même) si marqué de la gauche de gouvernement vers un conformisme de droite a produit un effet en retour qui n’était peut être pas attendu par ceux qui promurent cette évolution et se félicitèrent qu’elle s’accomplisse aussi aisément(…) : « la République du centre » qu’ils appelaient de leurs vœux (c’est à dire l’effacement de la frontière entre la droite et la gauche au nom de la gestion technocratique et de la nécessaire soumissions aux « contraintes économiques » imposées par la mondialisation) aura eu pour principale conséquence de favoriser l’émergence et l’installation durable en France d’un courant d’extrême droite très puissant.(…)

Je voudrais m’interroger sur les processus qui au cours des trente dernières années, ont installé dans le paysage politique français cette rupture profonde entre d’un côté une gauche de gouvernement qui se dit « réformiste » (mais qui est plutôt « gestionnaire » ou d’un « réformisme » antisocial) et de l’autre une gauche critique ou « radicale » avec évidemment nombre de forces qui essaient de se situer ou sont ballottées entre les deux.

Avec les conséquences inévitables qui en découlent :soit cela empêche la gauche d’arriver aux responsabilités gouvernementales, car les voix récalcitrantes de ceux qui participent aux luttes sociales manquent à l’appel ; soit, quand la gauche parvient à accéder au pouvoir, elle ne réussit pas à s’y maintenir car elle provoque rapidement chez ceux qui sont partie prenante des mouvements ou ceux qui les soutiennent un sentiment de révolte et de rejet.

(…) dans la mesure où le divorce est aujourd’hui total ente le Parti socialiste et la gauche critique, radicale, même si l’art de la manœuvre électorale chez les uns (alliances d’intérêts) ou le sens de la responsabilité chez les autres (voter socialiste pour battre la droite, malgré le malaise qu’on ne peut manquer d’éprouver en pratiquant ce « vote utile ») permet de temps en temps de masquer provisoirement l’ampleur et la gravité de cet éclatement de gauche.

Mais provisoirement seulement. Car très vite hélas, après une première période où s’affichent quelques changements de surface, les phénomènes de droitisation intellectuelle et politique qui sont à l’œuvre depuis si longtemps ne manquent jamais de réapparaître et de se consolider.

L’une des plus douloureuses conséquences de l’évolution du parti socialiste ces vingt cinq dernières années est sans doute de nous acculer à intervalles réguliers à ce terrible choix entre ce qui serait une catastrophe immédiate et une catastrophe différée : ne pas voter pour ses candidats, c’est laisser la droite s’installer au pouvoir – et comment s’y résoudre ? - ; voter pour eux, c’est à terme donner à l’extrême droite les moyens de se renforcer encore, quand la désillusion répandra ses effets délétères –et comment ne pas s’en inquiéter ?

C’est de ce présent que je voudrais faire à la fois le diagnostic et l’archéologie. En prenant pour points de départ la défaite du candidat socialiste à l’élection présidentielle de 2002, puis en remontant dans le temps jusqu’à la victoire de la gauche en 1981 et aux espoirs qu’elle avait suscités, je me suis demandé ce qui avait conduit, en vingt ans, de l’enthousiasme au désenchantement, du triomphe au désastre. (…) »


Extraits des premières pages du livre de Didier Eribon « D’une révolution conservatrice et de ses effets sur la gauche française », Variations V / Editions Léo Scheer, 2007, pages 11 à 22.

NB : Je précise ici que, bien qu’ayant cherché, je n’ai pas trouvé le moyen de demander à l’auteur sa permission de reproduire ces lignes ici ; j’ose espérer cependant qu’il ne m’en sera pas tenu grief et que l’auteur n’y verra rien d’autre qu’un hommage sincère à un travail qui m’a beaucoup plu et que j’ai donc souhaité partager, y compris dans la critique, avec nombre d’Internautes de ce forum, qui se transforme parfois en petite « académie participative libre et ouverte à tous », où les "profs" sont élèves et vice versa.

La Louve

http://osemy.blogspot.com/2008/02/d...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
"D’une révolution conservatrice et de ses effets sur la gauche fr.", D. ERIBON
26 septembre 2011 - 09h43

L’une des plus douloureuses conséquences de l’évolution du parti socialiste ces vingt cinq dernières années est sans doute de nous acculer à intervalles réguliers à ce terrible choix entre ce qui serait une catastrophe immédiate et une catastrophe différée : ne pas voter pour ses candidats, c’est laisser la droite s’installer au pouvoir – et comment s’y résoudre ? - ; voter pour eux, c’est à terme donner à l’extrême droite les moyens de se renforcer encore, quand la désillusion répandra ses effets délétères –et comment ne pas s’en inquiéter ?

Pas mieux :-/






Dimanche 31 mai Pas de retour à l’anormal
lundi 25 - 22h37
de : Le Cercle 49
De 1789 au 29 mai 2005, mobilisation du peuple-classe.
lundi 25 - 22h31
de : Christian DELARUE
LE COVID-19 RÉVÈLE LA FOLIE DU CAPITALISME.
lundi 25 - 17h24
de : joclaude
Gifle énorme dans l’escarcelle de l’impérialisme : Les Tankers Iraniens sont arrivés au Venezuela !
lundi 25 - 17h16
de : joclaude
Pour comprendre le nouveau pouvoir des Banques Centrales
lundi 25 - 14h20
de : Lepotier
1 commentaire
Bagnols sur cèze (30 Gard) : les raisons d’un incendie.
lundi 25 - 04h24
de : L’iena rabbioso
Fier d’être un minimaliste vaincu !
dimanche 24 - 18h05
de : Claude Janvier
1 commentaire
Violences policières : nier, nier, il en restera toujours quelque chose
dimanche 24 - 18h04
ACHÈVEMENT D’UN MONDE INVIVABLE
dimanche 24 - 17h24
1 commentaire
La liberté d’expression en net progrès aujourd’hui à Angers
samedi 23 - 21h36
de : Le CERCLE 49
Que sait-on des navires iraniens qui arriveront au Venezuela ?
samedi 23 - 17h50
de : joclaude
1 commentaire
Un monarque s’en inspire d’un autre ! Des accusations fusent !
samedi 23 - 16h17
de : joclaude
La chenille qui redémarre.
vendredi 22 - 16h14
de : L’iena rabbioso
Le concept de peuple-classe dans ATTAC Démocratie
vendredi 22 - 11h59
de : Christian DELARUE (ATTAC Démo)
1 commentaire
TRUMP, président ou gangster : La paix du monde en danger ?
vendredi 22 - 11h30
de : joclaude
Licenciements, où en est-on ?
vendredi 22 - 10h41
Urgence sociale
vendredi 22 - 02h09
de : Martine lozano
Le 21 mai 1871 débutait la Semaine sanglante
jeudi 21 - 22h00
de : Le pouvoir est maudit
2 commentaires
Appel à agir contre la réintoxication du monde !
jeudi 21 - 16h41
de : jean1
1 commentaire
Pas la haine du voleur de vélo.
mercredi 20 - 23h17
de : Christian DELARUE
Opération mangouste - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 20 - 18h38
de : Hdm
Astuces patronales pour un monde d’après, pire qu’avant !
mardi 19 - 07h48
2 commentaires
La contestation mise au ban
lundi 18 - 23h02
de : Le CERCLE 49
la macronie en dessin
lundi 18 - 12h19
de : jean1
CONVERGENCE DES LUTTES : Vers une fusion des syndicats patronaux CFDT MEDEF ?
dimanche 17 - 23h03
de : Viktor Yugov
4 commentaires
Même pas mort.
dimanche 17 - 11h06
de : L’iena rabbioso
2 commentaires
Dans l’ESS, RTT et autres progrès
dimanche 17 - 00h08
de : Christian DELARUE
Et si on essayait la démocratie... pour voir ?
samedi 16 - 19h43
de : Le Cercle 49
15 mai 1948 / 15 mai 2020 : 72 ans de résistance jusqu’à la libération !
samedi 16 - 18h21
de : Jean Clément
Arrestations à Bologne
samedi 16 - 17h24
de : jean1
1 commentaire
Déconfiture - C’est l’heure de l’mettre !
samedi 16 - 10h02
de : Hdm
Entre deux flics, la lutte s’est déconfinée dès le 11 mai un peu partout en France
vendredi 15 - 23h56
de : La Gazette des confiné·es
1 commentaire
Coronavirus dans les abatoirs
vendredi 15 - 23h13
de : azard
1 commentaire
Lettre ouverte de Léon Landini à François Ruffin.
vendredi 15 - 17h11
de : jodez
Philippe Martinez : « Gouvernement et patronat confondent la solidarité avec la charité.
vendredi 15 - 16h19
de : JO
Ce n’est pas avec des médailles qu’on résoudra les problèmes de l’hôpital
vendredi 15 - 11h23
de : JO
Création du CNNR : Conseil National de la Nouvelle Résistance
jeudi 14 - 22h12
Le capitalisme ne va pas s’effondrer tout seul, il faut s’en préoccuper !
jeudi 14 - 15h22
de : Eve76
2 commentaires
32 HEURES : ET SI C’ÉTAIT LE MOMENT ?
mercredi 13 - 20h56
de : Ch Delarue
Crise sanitaire sous contrôle ouvrier à la coopérative Scop-Ti
mercredi 13 - 10h11
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
Christophe nous a quittés (video)
vendredi 17 avril
de Roberto Ferrario
Je me rappelle de cet soirée moi et Thom juste derrière a gauche entrain de manger du couscous vapeur... Le musicien et chanteur Christophe nous a quittés hier soir. Il collaborait encore récemment avec les musiciens de Ménilmontant Hakim Hamadouche, Mirabelle Gilis etc. et l’association Ménil Mon Temps souhaitait lui proposer d’être le parrain de la prochaine édition du Gala des Artistes de Ménilmontant. Nous le croisions au restaurant La Cantine de Ménilmontant. Il y (...)
Lire la suite
« Vous paierez tout et vous paierez cher, vous les capitalistes ! » Milan, 16 avril 1975, très sombre souvenir... (vidéo)
jeudi 16 avril
de Roberto Ferrario
Une soirée mémorable dans une trattoria a coté d’un canaux de Milan (Naviglio) Claudio, moi et d’autres camarades on mange ensemble pour fêter nôtres élections comme représentants des étudiants dans nôtres respectif instituts technique, lui dans ITIS du Tourisme, moi dans l’ITIS Molinari (XI ITIS). Une semaine après le 16 avril 1975 tard dans la soirée un coup de téléphone d’un camarade de mon organisation politique (A.O.)... J’arrête de manger avec mes parents (...)
Lire la suite
Scoop Bellaciao : scandale, un rapport de Santé Publique France de mai 2019 réclamait 1 milliard de masques !
jeudi 26 mars
de Roberto Ferrario
6 commentaires
La date est importante (mai 2019), le gouvernement de Macron ne peut donc pas continuer à dire que les responsables sont les anciens gouvernements... Deuxièmement, c’est cette phrase dans le rapport qui est très importante et qui détermine le milliard de masque demandé : "En cas de pandémie, le besoin en masques est d’une boîte de 50 masques par foyer, à raison de 20 millions de boîtes en cas d’atteinte de 30% de la population..." Il est extrêmement "bizarre" (...)
Lire la suite
Projection-soutien aux grévistes "Soigne et tais-toi" Mardi 4 février à 19h30
jeudi 30 janvier
de Info’Com-CGT
2 commentaires
Pour soutenir les grévistes qui luttent actuellement contre la réforme des retraites, "Les rencontres Info’Com" organisent une soirée projection-soutien du film ’’Soigne et tais-toi". • Date : 4 février à 19h30 • Lieu : Salle Colonne au 94 bd Auguste-Blanqui 75013 Paris • Participation libre reversée à la Caisse de grève. "Les rencontres Info’Com" est un rendez-vous culturel organisé par le syndicat Info’Com-CGT. Son objectif est de vous (...)
Lire la suite
REMISE DE LA SOLIDARITÉ FINANCIÈRE À L’OPERA DE PARIS MARDI 31 DÉCEMBRE 14H
mardi 31 décembre
de Info’Com-CGT
6 commentaires
Donnez, partagez, investissez dans la lutte… c’est déterminant ! Faire un don en ligne https://www.lepotcommun.fr/pot/soli... #CaisseDeGreve : remise solidarité financière pour salariés de l’Opéra de Paris mardi 31 décembre 2019 à 14h, dernier jour de l’année en symbole de lutte artistique vs #reformesdesretraites de #macron. Participation 13h à l’AG et remise publique du chèque sur les marches de l’Opéra Bastille à (...)
Lire la suite
POUR DÉFENDRE MA RETRAITE ET CELLE DE MES ENFANTS, JE VERSE À LA CAISSE DE GRÈVE (VIDEOS)
vendredi 27 décembre
de Info’Com-CGT
https://www.lepotcommun.fr/pot/soli... Nous sommes des millions à être opposés à la réforme des retraites que veut imposer le gouvernement. Cette "réforme" a pour objectif de nous faire travailler encore plus longtemps et mettre en place une retraite à points qui baissera inéluctablement le montant nos futures pensions ! Ne laissons pas faire. Agissons ensemble en participant aux mobilisations ou en alimentant la caisse de grève afin d’aider celles et ceux qui sont en grève et se (...)
Lire la suite
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite