Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

WALTER ROSSI : RECHERCHONS SES ASSASSINS
de : Enrico Campofreda
samedi 1er octobre 2011 - 14h57 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 20.2 ko

Walter Rossi était un jeune communiste romain, assassiné à Rome le 30 septembre 1977 par un groupe de fascistes, en présence d’un blindé de la police, tandis qu’il distribuait des tracts protestant à cause des agressions subies les jours précédents par quelques militants et sympathisants de gauche [NdT]

de Enrico Campofreda
traduit de l’italien par Karl&Rosa

Imaginez comment pourrait être aujourd’hui Walter Rossi, un splendide cinquantenaire comme nombre de jeunes des années soixante-dix savent encore l’être. Un peu de blanc naturel, un peu de sciatalgie mais un esprit indompté. Malgré la répression, les drogues de première et de deuxième génération, le carriérisme, l’Italie à boire et à voler, la politique comme carrière, la deuxième république et les fascistes et postfascistes à gouverner l’Etat né de la Résistance. En septembre 1977, le dernier partisan que nous avons récemment pleuré, Giovanni Pesce, avait cinquante-neuf ans.

Un homme à peine plus mûr que celui que serait aujourd’hui Walter. Un homme mis de côté comme les valeurs antifascistes de cette Italie qu’il avait rendue libre, bien que l’année suivant l’assassinat de Rossi un autre homme, symbole de la Résistance comme l’était Pertini, devenait Président. Voilà l’Italie passée et présente. L’Italie de façade et de substance.

En paroles, démocratique et consciente de ses passages sombres, de facto soumise à un réalisme politique à faire peur. Ne dérangeons pas l’Histoire pour répéter des choses archiconnues, pour répéter que le fascisme n’est jamais mort dans la Péninsule. Même avec la création d’un parti nostalgique, amas de criminels de guerre et de jeunes fanatiques, mais surtout jamais mort dans les organismes de l’Etat et dans l’esprit de ceux qui siégeaient sous d’autres sigles dans les fauteuils du Pouvoir.

Naturellement, il y a eu une autre Italie. L’Italie idéologique et passionnelle qui ne se bradait pas, ne comprenait pas l’amnistie de Togliatti et, plus tard, le compromis historique, descendait dans les rues et laissait des morts à Reggio Emilia, s’insurgeait à piazza De Ferraris [place de Gênes où, comme à Reggio Emilia, la même année 1960, la police tira des coups de feu sur des manifestants antifascistes, NdT]. A partir des années des massacres d’Etat – qui soumettaient les citoyens à un climat sud-américain par des bombes qui semaient la mort et une droite militaire frémissant dans l’attente du coup d’Etat – l’Italie recommença à chasser les fascistes des sièges d’où partaient des raids meurtriers.

Au début des années soixante-dix, l’antifascisme militant fut une façon de résister à la politique de l’assassinat qui voyait le fascisme d’Etat armer la main des groupes de choc d’Almirante, Fini e Rauti tandis que ces messieurs siégeaient au Parlement. Une pétition populaire pour bannir le MSI collecta des centaines de milliers de signatures et fut lourdement boycottée à gauche par le PCI. Il y avait aussi la défense des cortèges, les meeting, la propagande, des initiatives de lutte contre la vie chère comme l’occupation de logements et l’auto réduction des factures de l’électricité, du gaz, du téléphone. Un mouvement de peuple très large qui n’était que la cible du plomb. Du plomb fasciste et policier.

Les « années de plomb » tant discutées ont eu cette prémisse, des dizaines de victimes et, avec les massacres, des centaines de victimes, et ce qui a été l’engagement et la lutte pour la démocratie et la participation sociale de ces années-là ne peut pas être catalogué comme une adhésion au parti armé. Une sorte de révisionnisme historique passe aussi sur cette phase plus récente de la politique italienne. L’expérience, bien que conclue et défaite de la gauche extraparlementaire qui dirigea des luttes historiques dans la décennie qui suivit Soixante-huit, est refoulée pour ne parler que de Brigades rouges et de lutte armée. Les années Soixante-dix ne furent pas ça.

Ne furent pas cela les mouvements ouvrier, estudiantin, des chômeurs, des femmes, de Turin à Palerme. Les cortèges de FIAT Mirafiori, les Comités unitaires de base de la PIRELLI, les casques jaunes de l’ITALSIDER, les occupations à Fulvio Testi, San Basilio, Casalbruciato [banlieues de Rome, NdT]. Les rébellions antifascistes au meurtre Varalli, le cortège romain du 2 février dont naquit le mouvement ’77. Formidables ces années-là, écrivait un ex leader de 68 quand il commença à vivre en rentier. Ils furent formidables pour une génération qui ne voulait pas baisser la tête malgré le feu ennemi. Et elle répondait avec la fierté de l’utopie et l’envie de subversion. Elle répondait par la lutte collective, sûrement pas pacifique parce qu’elle ne croyait pas aux « We shall overcome » des campus états-uniens.

La rébellion italienne, bien que vivace et créative, ne se réfugiait pas dans les communes lysergiques, elle essayait d’entrer dans les problèmes sociaux, se liait aux contradictions de classe du capitalisme, au monde d’exploiteurs et d’exploités reproposé en Italie après les malheurs du fascisme et l’illusion du boom économique. Le beau drapeau d’un monde nouveau, que le PCI avait abandonné pour s’acheminer sur une voie qui n’a jamais été même social-démocrate, était récupéré par les jeunes aux T-shirt à rayures, par les bleus de l’automne chaud, par les jeunes de 68 et de 77. Walter en était un.

Nous avons le devoir de raconter cela aux jeunes de Gênes et de l’après Gênes. A ceux qui ont encore envie de ne pas baisser la tête et plier le dos. Et pour ne pas rappeler la mort mais les idéaux qui animaient Walter et ses camarades, pour aller au-delà du témoignage, un premier objectif praticable peut être celui de demander à la magistrature de rechercher ses assassins. Qui sont pourtant présents dans les souvenirs des si nombreux Cœurs noirs posés sur les étagères des librairies italiennes. Des souvenirs des publicistes postfascistes et même pas trop post qui dissertent du haut des sièges parlementaires et institutionnels dont on leur a fait cadeau ces quinze dernières années. C’est un des services que nous pouvons rendre à la mémoire de Walter et de ceux qui croient à une société pouvant se libérer du cancer fasciste.

1ere publication 27/09/2007 :

http://bellaciao.org/fr/spip.php?ar...



Imprimer cet article





À propos d’Extinction Rebellion – Partie III : La 4e Révolution industrielle
mardi 22 - 20h35
de : Kim Hill
SNCF : l’accident qui montre que le « train sans contrôleur » est dangereux pour tout le monde
mardi 22 - 20h24
de : Rachel Knaebel, avec Sophie Chapelle pour bastamag
Seconde Guerre mondiale : la Russie déclassifie des documents sur la libération de l’Europe par l’Armée rouge
mardi 22 - 14h22
de : nazairien
Projection "Au nom de tous mes frères. Journal de Nadine Loubet au Chili." jeudi 24 octobre 2019 à 20h
mardi 22 - 13h21
de : Nicole ff
L’État français cherche à nous faire oublier les essais nucléaires en Polynésie
lundi 21 - 22h11
de : Delaunay Matthieu
Sécurité.
lundi 21 - 19h38
de : L’iena rabbioso
Erreur de Pôle emploi en votre défaveur : garder des nerfs d’acier
lundi 21 - 09h48
Appel du non lieu dans la mort de Rémi Fraisse
dimanche 20 - 23h30
de : desarmons-les
Voilophobie : tentative de compréhension et d’explication.
dimanche 20 - 00h18
de : Christian DELARUE
11 commentaires
Canal Seine-Nord : la catastrophe écologique et économique en route !
samedi 19 - 19h08
de : Eve
6 commentaires
Reconnaissance faciale dans les lycées
samedi 19 - 11h02
de : quadrature du net
LA RAGE CONTRE LE RÈGNE DE L’ARGENT
samedi 19 - 08h44
de : Ernest London
Points de vue sur les Gilets jaunes
vendredi 18 - 16h35
de : jean 1
Yankees et son larbin français, effacent les preuves, de leur "implication terroriste" en syrie
vendredi 18 - 11h59
de : nazairien
"Gôôôche" démocratique et républicaine ou TRAHISON ?
vendredi 18 - 10h45
de : jean-marie Défossé
2 commentaires
Badgeophobie ou syndicalistophobie
jeudi 17 - 23h45
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Est-ce que oui ou non castaner va dégager ?
jeudi 17 - 20h22
de : jean 1
VERS LA BANLIEUE TOTALE
jeudi 17 - 14h12
de : Ernest London
Est ce la panique, en macronie ? Le gouvernement envisage de retarder la réforme des retraites (vidéo)
jeudi 17 - 12h49
de : nazairien
3 commentaires
Le Crédit Mutuel prépare une vague de licenciements massifs
jeudi 17 - 11h23
de : PDUROC
Suspicion délation répression ... et agressions impérialistes
jeudi 17 - 10h56
de : Chantal Mirail
Sous le voile, une femme !
jeudi 17 - 10h36
de : Chantal Mirail
2 commentaires
Sociale vigilance / C’est l’heure de l’mettre
jeudi 17 - 10h28
de : Hdm
Droit d’informer : Nous ne devons pas nous habituer aux intimidations, aux gardes à vue et aux poursuites judiciaires
jeudi 17 - 09h58
Barcelone : des manifestants indépendantistes affrontent les forces de l’ordre pour la troisième nuit consécutive (vidéo
jeudi 17 - 00h53
de : nazairien
1 commentaire
Une personne porte ici un signe religieux ostensible !
mercredi 16 - 22h29
de : Christian DELARUE
9 commentaires
La manifestation des pompiers dégénère : incidents et tensions (15 octobre 2019, Paris) (vidéo)
mercredi 16 - 16h24
de : nazairien
2 commentaires
Des scènes de guérilla urbaine dans le centre de Barcelone, après la condamnation des dirigeants séparatistes (vidéo)
mercredi 16 - 16h09
de : nazairien
1 commentaire
Retraites : la CGT, FO, Solidaires et la FSU appellent à la grève le 5 décembre
mercredi 16 - 07h54
1 commentaire
15 Octobre 1987 THOMAS SANKARA
mardi 15 - 17h29
de : CADTM
De qui se moque t on ? Les frais d’hébergement des députés à Paris vont être davantage remboursés
mardi 15 - 17h11
de : nazairien
2 commentaires
ZOMIA ou l’art de ne pas être gouverné
mardi 15 - 14h20
de : Ernest London
Grande Fête du livre de Noir et Rouge
lundi 14 - 23h10
de : Frank
Nucléaire : le danger qui nous menace s’accroît
lundi 14 - 23h03
de : pierre peguin
Emission - Sabotage de l’école – Un peuple éclairé serait-il incontrôlable ?
lundi 14 - 20h03
de : Emission - Polémix et La Voix Off
Rojava : « La révolution ne doit pas disparaître »
lundi 14 - 17h10
de : jean 1
1 commentaire
Pascale Locquin
lundi 14 - 15h45
de : locquin
Les "gilets jaunes, bleus, verts, oranges" dans le VIéme ar, pour la "défense des victimes de l’amiante
dimanche 13 - 14h17
de : nazairien
Le voile ... dévoile une fois de plus sa stratégie de dislocation des valeurs républicaines
dimanche 13 - 11h56
de : Jean-Marie Défossé
18 commentaires
Toulouse, les baqueux toujours aussi dérangés, les CRS sous "captagon" ? et les gedarmes veulent faire aussi bien (vidéo
dimanche 13 - 02h25
de : nazairien

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

C'est par nos pensées, nos paroles et nos actions, individuellement et collectivement, que nous façonnons nos lendemains. Sagesse Tsagali
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite