Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

VERS L’ABIME (2)


de : Patrick MIGNARD
lundi 31 octobre 2011 - 08h27 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires

Nous avons vu dans le précédent article « VERS L’ABIME ? (1) » le mécanisme de la décadence du système dominant dans ce qu’il est convenu d’appeler la société civile. Le panorama ne serait pas complet si l’on omettait d’évoquer la crise financière qui accélère cette décadence.

La dimension financière dans le capitalisme n’est certes pas nouvelle mais elle a pris aujourd’hui un dimension nouvelle – comparée par exemple à la crise des années 30 – ne serait ce que du fait de la mondialisation du capital et des techniques, aussi bien quantitatives que qualitatives, de valorisation du capital financier.

LA NOUVELLE DONNE

En plus d’un siècle, le capitalisme, tout en fonctionnant sur le même principe, a largement évolué et a perfectionné les moyens pour atteindre toujours le même objectif : faire de l’argent.

Limités jusqu’au années 50 aux « Etats nations » industriels qui détenaient technologie, capitaux, main d’œuvre et en réserve les ressources de leurs empires coloniaux, les « capitalismes nationaux » règlent leurs comptes sur le plan intérieur par des politiques économiques relativement indépendantes et la répression et sur le plan extérieur par la diplomatie aboutissant souvent à la guerre.

Le lendemain de la 2e guerre mondiale, tout en conservant le système, modifie la donne :

  le dollar devient monnaie de réserve, rattaché à l’or, et de ce fait stabilise les taux de change ;
  le capital déborde les frontières nationales, aidé en cela par le développement des moyens de communication, de transport et la décolonisation généralisée ;
  tous les marchés se mondialisent – y compris le marché de la force de travail.

Les politiques interventionnistes, utilisées pour riposter à la crise des années 30 et assurer la reconstruction, deviennent rapidement obsolètes devant la mondialisation du capital et la perte relative du pouvoir économique des Etats.

La voie est ouverte pour le libéralisme.

De 1945 à 1971 il n’y a pas de crise financière… Ce sont les « Trente Glorieuses » dernière période faste pour les vieux pays industriels…

Notons que le camp dit « socialiste », durant cette période, s’il joue un rôle sur le plan diplomatique, n’interfère absolument pas de manière déterminante, sur le plan économique, avec le capitalisme occidental.

L’EXPLOSION LIBÉRALE

Le 15 août 1971, les USA détachent (récession, Vietnam,…) leur monnaie de l’or… mettant du même coup à bas le système monétaire mis en place en 1944 à Bretton Woods. Conséquence : les taux de change jusque là fixes, devient variables, désorganisant le commerce international… d’où un recherche de stabilité dans les « couvertures de risques »… donnant naissance à une véritable « industrie financière » de la gestion des risques… fondée sur la spéculation.

Cette pratique spéculative favorise l’émergence de nouveaux marchés : ceux des « produits dérivés ». Adossés aux produits d’assurance de couverture de risque, ils s’étendent à tout ce qui est échangeable sur le marché : matières premières et surtout, contrats d’assurance, garanties de recouvrement de créances…

Avec la généralisation de la déréglementation des taux d’intérêt, c’est-à-dire du coût de l’argent emprunté au système bancaire, au début des années 80 (sous l’impulsion de Reagan –Thatcher) et de la libéralisation européenne, l’industrie financière se hisse à un sommet jamais atteint.

«  En 2007, les transactions concernant l’économie réelle représentent seulement 1,6% des échanges interbancaires du monde entier ». (« Un Monde sans Wall Street ? » de François MORIN)

Désormais, avec la déréglementation, tout est possible pour faire de l’argent facile, une multitude de produits financiers voit le jour et qui vont être les instruments d’une spéculation effrénée.

On entre alors de plein pied dans un capitalisme financier qui soumet l’économie réelle à ses exigences, qui détruit les solidarités (caisses de retraites spéculatives), qui marchandise les services publics (privatisations), qui spécule sur les ressources essentielles à la vie des populations (céréales, énergies, matière première, santé…).

L’appât du gain n’est plus simplement fondé sur l’exploitation industrielle de la force de travail, mais surtout sur la spéculation financière. L’essentiel des profits effectués le sont dans la sphère financière… banques, fonds de pensions, Hedge Funds en sont les principaux bénéficiaires.

Les bulles financières ainsi constituées, fondées sur la couverture de risque et la spéculation, fondées sur une véritable mutation de la pratique bancaire qui substitue les pratiques de marché au crédit, constituent un système à la merci du moindre incident financier.

Parallèlement, les Etats ont abandonné leurs prérogatives en matières monétaires et se sont soumis volontairement pour leurs politiques budgétaires aux marchés financiers,… d’où les dettes actuelles.

La crise est le prolongement logique de ce fonctionnement.

LA CRISE

Elle était prévisible, mais encore fallait-il décrypter les données. La sonnette d’alarme a été tiré depuis longtemps. Plusieurs incidents bancaires graves en ont été les précurseurs. Les économistes officiels, politiciens, « experts », professionnels de la finance, élus,… n’ont rien dit pendant des années. Ils portent de ce fait une écrasante responsabilité.

La crise des subprimes a révélé l’ampleur des dégâts de la généralisation des instruments financiers de couverture de risque. La pratique de la titrisation et l’usage des paradis fiscaux par tous les agents financiers tout en facilitant les pratiques obscures, en ont aggravé les conséquences.

Les politiciens et leurs « experts » ont vu leurs « théories » économiques et leur déréglementation prises en défaut.

L’ensemble du système bancaire touché (gorgé de produits financiers toxiques), c’est l’économie réelle qui en fait les frais, celui-ci bénéficiant des largesses des Etats pour se reconstituer au frais de l’argent public. On a trouvé en quelques jours des sommes que l’on est incapable de réunir pour lutter contre la pauvreté, les maladies et la faim dans le monde. (1er scandale).

Ceux qui ont cru que la crise était passée en ont été pour leurs frais. Non seulement les produits financiers toxiques – surtout des CDS (Credit Default Swap) sont dans tout le système bancaire mondial, prêts à resurgir,… mais les Etats se sont pris à leur propre piège d’avoir recours aux marchés financiers pour leurs dettes. N’ayant aucun pouvoir, et n’en voulant aucun, au nom du libéralisme, sur le système bancaire, l’émission de monnaie, les agences de notation et les paradis fiscaux, ils se retrouvent comme les simples agents pris au piège de la finance,… n’ayant comme seul recours que de faire payer leurs citoyens.

La crise des dettes souveraines, celle qui consiste à ne plus pouvoir combler les déficits publics est autrement plus grave que celle déclenchée par les subprimes, car cette fois ce ne sont plus simplement des particuliers qui sont en faillite, mais des Etats. De plus, les sommes en jeu, et les réserves pour sauver les Etats ne sont plus disponibles. D’où le bricolage actuel.

QUE FAIRE ? OU ET COMMENT ?

Face à cela le citoyen est totalement démuni. Il peut s’indigner, manifester, dénoncer les élus, s’affronter à la police, faire grève, pétitionner…cela ne change rien à la situation.

Les dirigeants qui l’ont mené au bord du gouffre ont été élus par lui,… il est donc constitutionnellement, légalement et même démocratiquement mal placé pour les critiquer – dans le cadre de lois qu’il accepte - et ce d’autant plus qu’il les reconduit systématiquement au pouvoir depuis des année.

Les peuples sont aujourd’hui victimes des discours démagogiques qu’ils ont cautionné et des limites de la « démocratie représentative » qui dans le cadre du capitalisme n’est qu’une escroquerie… la preuve sous nos yeux aujourd’hui.

Ceci explique certainement le véritable désarroi des peuples qui, trop longtemps confiant dans les institutions, se voient trahis par ceux qu’ils considéraient comme quasiment sacrés, leurs élus. Ceux-ci, qui ont su se barder de privilèges, leur font payer leur excès de confiance en liquidant tous les acquis sociaux laborieusement conquis (retraites, services publics, santé,…).

« On ne sait plus quoi faire », telle semble être la réflexion générale. Et d’ailleurs à défaut de « ne plus savoir quoi faire » on s’apprête à recommencer les mêmes erreurs, « réélire les mêmes ou d’autres… pires ».

J’exagère ?... Voir ce qu’il s’est passé au 20e siècle entre les deux guerres.

Se heurter de front au système financier apparaît comme « mission impossible » et elle l’est ; et ce n’est pas en occupant Wall Street que l’on va faire chuter la finance globalisée ou en signant des pétitions exigeant des explications sur la dette. Les flambées de colère et d’indignation, si elles illuminent un instant les pensées noires d’une opinion publique déboussolée, n’éclairent en rien l’avenir.

Certes ces mouvements d’humeur sont respectables, significatifs, révélateurs, justes, fondés,… mais pas du tout porteur de la moindre stratégie de changement. Sans pour cela les ignorer, l’essentiel ne peut que se passer ailleurs.

Mais où et comment ?

  en rejetant d’abord le jeu stérile des élections qui donne une légitimité aux profiteurs du système, par l’intermédiaire d’élus complices. Des noms ?
  en repensant des relations sociales nouvelles qui mettent dans un rapport différent, que celui imposé par le système, producteurs et consommateurs.
  en refusant la fatalité de la liquidation d’entreprise, en en prennent la direction et la faisant fonctionner dans un cadre nouveau – exemple du mouvement des reprises d’entreprises en Argentine.

Les jeunes, et les moins jeunes, qui sont exclus ne trouveront pas leur avenir dans les banques et dans les entreprises qui licencient et délocalisent.

Nous avons été pendant des décennies éduqué/es dans des pratiques politiques, syndicales, économiques et sociales qui sont aujourd’hui obsolètes. Les méthodes à mettre en œuvre ne sont pas inscrites dans les vieux grimoires poussiéreux de la démocratie parlementaire et ses institutions vermoulues.

L’avenir n’est inscrit nulle pas… à nous de l’inventer

novembre 2011

Patrick MIGNARD

Voir aussi : « VERS L’ABIME (1) »



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
VERS L’ABIME (2)
31 octobre 2011 - 09h18 - Posté par Mengneau Michel

"en rejetant d’abord le jeu stérile des élections qui donne une légitimité aux profiteurs du système, par l’intermédiaire d’élus complices. Des noms ?
en repensant des relations sociales nouvelles qui mettent dans un rapport différent, que celui imposé par le système, producteurs et consommateurs.
en refusant la fatalité de la liquidation d’entreprise, en en prennent la direction et la faisant fonctionner dans un cadre nouveau – exemple du mouvement de
s reprises d’entreprises en Argentine."

Effectivement, cela en suite de l’article précédent. Donc, pensons relocalisation avec une préférence de fabrication tournée vers l’usage. Par exemple, fabrication pour laquelle on favorisera l’autogestion, sorte de contre pouvoir au système actuel.

Le plus complexe est d’arriver à créer une masse critique engendrée par la multiplication des contre pouvoirs, quels qu’ils soient, en somme, l’articulation constructive entre le local et le global pour amener à faire basculer le système.

Ce sera la méthode la plus efficace et pérenne pour transformer la société, même si l’on excluera pas à priori les autres solutions, révolution, élections, qui peuvent créer des oportunités à ne pas rater toutefois.



VERS L’ABIME (2)
31 octobre 2011 - 10h38 - Posté par jaja

Si je pense que l’avenir du mouvement de l’émancipation sociale, c’est la construction, à l’intérieur même du capitalisme de solutions ici et maintenant, cela doit s’articuler avec les luttes sociales :
les luttes sociales ayant en ligne de mire la possibilité d’étendre et de conforter les "nouvelles" solutions ; nous serions alors dans l’agir et le positif.

Pour que cela puisse fonctionner, il faut ré-interroger les termes de propriété et de possession et penser au cadre de propriété de ces construction dans un cadre capitaliste. Car le risque est grand, sinon, que cela ne se termine par un retour dans le système.

Mais en fait avons nous le choix ? une analyse sérieuse de la situation devrait nous amener à comprendre que la valeur d’usage des objets utiles va revenir en force ; la relocalisation de fabrication mais aussi remise en cause du process de fabrication lui-même avec la prise en compte de la réparation des objets.
Sans compter que beaucoup d’objets devront disparaître en tant que possession individuelle

Et la raréfaction venant, l’usage collectif est l’avenir de l’humanité : quand on y réfléchit combien de biens possédons nous que nous n’utilisons que de manière très ponctuelle et qui collectiviser auraient un temps d’utilisation optimiser.

Par rapport à ce futur, les dominants ont un projet : les meilleurs, les plus méritants ( et leurs familles, clans, …. ) pourront garder le standing actuel car ils le valent bien, les autres se démerderont dans une misère crasse : en clair le retour à la féodalité où les dominants avaient très bien su gérer l’absence d’abondance

PS : ce WE, à un tournoi de foot de mon fils, il y avait un explicatif du bonhomme dont le stade avait pris le nom et quelque chose m’a frappé :
En 1946, ce bonhomme et d’autres avec lui , monte un club de basket et la mairie n’ayant rien à proposer, c’est eux-mêmes qui construisent l’installation ( en extérieur )
Aujourd’hui que se passerait-il ? des pétitions pour avoir un terrain ou une prise en charge par eux-même …………………






Je ne suis pas aussi blanc que j’en ai l’air...
vendredi 10 - 23h24
de : Christian Delarue
1 commentaire
Un p’tit coup de bourbon : Remaniement !
vendredi 10 - 15h10
de : joclaude
1 commentaire
La Cour des comptes pointe les errements et la gabegie de la filière nucléaire et de ses premiers de cordée
vendredi 10 - 05h47
de : coordi sud est via JYP
Air France : milliards de prêt, milliers de postes en moins, bonus époustouflant pour le PDG
jeudi 9 - 09h00
Venezuela : Publication de la liste des organisations candidates aux élections législatives
mercredi 8 - 16h32
de : joclaude
Du 8 au 12 juillet 2020 Festival des Canotiers 2020 : le programme
mercredi 8 - 07h26
Conférence de presse de Jean-Luc Mélenchon
mardi 7 - 18h03
2 commentaires
IRAN : Israël joue-t-il avec le feu ?
mardi 7 - 17h47
de : joclaude
AVEC CASTEX çA CARBURE SEC
mardi 7 - 05h25
de : Nemo3637
1 commentaire
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 - 21h35
de : Roberto Ferrario
1 commentaire
Services publics pour appliquer les droits sociaux « opposables »
dimanche 5 - 11h14
de : Christian Delarue (Converg SP)
Remaniement Ministériel:le 1er Ministre n’arrive pas en novice !
samedi 4 - 21h28
de : joclaude
Coronavirus : Superbe analyse d’Ignacio Ramonet
samedi 4 - 16h31
de : joclaude
Stopper le rouleau compresseur mondialiste
samedi 4 - 15h37
de : Claude Janvier
1 commentaire
LA PRÉFECTURE DE PARIS MET DES FAMILLES À LA RUE POUR UN HÔTEL DE LUXE
samedi 4 - 11h54
de : joclaude
Nomination de Castex à Matignon
samedi 4 - 08h15
de : jo.dez
L’indépendantisme catalan à la veille d’une recomposition d’envergure
vendredi 3 - 18h20
de : Antoine (Montpellier)
Remaniement : Emmanuel Macron réinvente la macronie d’avant le Covid-19
vendredi 3 - 15h29
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 - 15h00
de : Roberto Ferrario
4 commentaires
MUNICIPALES : GAUCHE BOBO CONTRE GAUCHE PROLO
vendredi 3 - 11h21
de : joclaude
2 commentaires
SYNDICALISTE - ANTIRACISTE - ANTISEXISTE
vendredi 3 - 07h21
de : DELARUE C. & LE QUEAU S.
La Via Campesina condamne le plan d’annexion colonialiste en Palestine
vendredi 3 - 06h25
de : VIA CAMPESINA
Crise et robotisation : De l’actualité des Grundrisse de Marx !
vendredi 3 - 02h32
de : Lepotier
MON COMMUNISME
jeudi 2 - 21h55
de : Nemo3637
1 commentaire
Soignants : une « grande famille ». Vraiment ?
jeudi 2 - 15h30
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 - 11h38
de : Mickael Wamen
Le creux de la vague - C’est l’heure de l’mettre
mercredi 1er - 20h54
de : Hdm
QG présente : "« Le capital se radicalise » Mickaël Wamen, Monique Pinçon-Charlot" (video)
mercredi 1er - 17h28
de : Aude Lancelin
4 commentaires
CARNAGE ORGANISÉ CONTRE RÉACTION DÉSORGANISÉE ...
mercredi 1er - 17h06
de : Mickael Wamen
Convention Citoyenne pour le climat soumis au bon vouloir de notre monarque !
mercredi 1er - 12h27
de : joclaude
Courrier à l’adresse de Philippe Martinez SG CGT.
mardi 30 - 22h38
de : Mickael Wamen
IRAK : M.Macron ne nous l’expliquera pas : NOUS SOMMES EN GUERRE !
mardi 30 - 17h51
de : joclaude
« Ségur de la santé » : les soignants maintiennent la pression
mardi 30 - 17h43
André Bouny : « Agent orange, le déni reste total »
mardi 30 - 14h23
de : jean1
Municipales 2020:ABSTENTION – Une « insurrection froide contre toutes les institutions du pays »
lundi 29 - 17h57
de : joclaude
2 commentaires
Elections municipales 2020 : un vote nul ...
lundi 29 - 16h40
de : Mickael Wamen
1 commentaire
Election Municipale à LYON : l’Humanitaire forcément HUMANISTE ?
lundi 29 - 11h02
de : joclaude
[Vidéo] Covid-19 : la Guyane souffre de sous-équipement et d’un manque de préparation de l’État
dimanche 28 - 18h50
Libérez Roland Veuillet !
dimanche 28 - 17h21
de : CNT 30
Pour un grand bol d’air pur, le point avec Manon Aubry , LFI au Parlement Européen.
samedi 27 - 17h14
de : joclaude

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite