Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Chomsky a tout dit de la démocratie confisquée et de l’usage de la dette
de : li
dimanche 13 novembre 2011 - 10h30 - Signaler aux modérateurs
3 commentaires

Texte publié en France en 2000.

Il est bien dans l’ordre des choses que le démantèlement du système économique d’après-guerre s’accompagne d’une attaque importante contre la démocratie, sous la bannière de TINA ( There Is No Alternative). Ce slogan, inutile de le dire, n’est qu’une supercherie.

L’ordre socio-économique particulier qu’on impose est le résultat de décisions humaines prises à l’intérieur d’institutions humaines. Les décisions peuvent être modifiées ; les institutions peuvent être changées.

Si nécessaire, elles peuvent être renversées et remplacées, comme des gens honnêtes et courageux l’ont fait tout au long de l’histoire. »

p.13 :
Aujourd’hui les peuples sont considérés comme des « étrangers au système, ignorants et importuns », dont le rôle est celui de « spectateurs » et non de « participants », hormis en de périodiques occasions où ils ont le droit de choisir parmi les représentants du pouvoir privé. Ce sont les élections. Au cours des élections l’opinion publique est considérée comme essentiellement négligeable si elle entre en conflit avec les exigences de la minorité des nantis qui possèdent le pays.
Un exemple frappant (il n’en manque pas) peut être trouvé dans l’ordre économique international, les accords commerciaux. La population, comme le prouvent très clairement les scrutins, est fortement opposée, dans l’ensemble, au cours que prennent les choses, mais cette opposition ne parvient pas à se traduire dans les faits. Les élections n’offrent pas d’issue car les centres de décisions – la minorité des nantis- se rejoignent pour instituer une forme particulière d’ordre socio-économique. Ce qui empêche le problème de trouver son expression. Les choses dont on discute ne touchent les électeurs que de loin : questions de personnes ou de réformes dont ils savent qu’elles ne seront pas appliquées. Voilà ce dont on discute, non ce qui intéresse les gens. Cas d’école, et qui vient renforcer notre hypothèse que le rôle de ce public d’étrangers au système, ignorants et importuns, est d’être de simples spectateurs. Quand le peuple, comme il lui arrive souvent, cherche à s’organiser et à investir la sphère politique, pour jouer un rôle et défendre ses propres intérêts, alors il y a problème. Ce n’est pas de la démocratie, c’est une « crise de démocratie », qui doit être surmontée. Les 25 dernières années furent l’une de ces périodes qui reviennent régulièrement, où une campagne de vaste envergure a été menée pour mettre fin à ce qui était perçu comme une crise de la démocratie et ramener le peuple à son juste rôle de spectateur apathique, passif et obéissant. Voilà pour le domaine politique.

Tout ceci a son pendant dans le domaine socio économique. Ce lui-ci a été agité de conflits parallèles, étroitement liés aux premiers depuis longtemps. À l’aube de la révolution économique aux États-Unis, il y a 150 ans, il existait en Nouvelle-Angleterre une presse ouvrière indépendante très active dirigée par des jeunes femmes des fermes ou, en ville, par des artisans. Ils stigmatisaient la « dégradation et la soumission » induites par le système industriel naissant, qui obligeait les gens à se louer pour survivre. Il est aussi nécessaire que, peut être, difficile d’imaginer que le travail salarié n’était alors pas loin d’être considéré comme une véritable forme d’esclavage, non seulement par les travailleurs des fabriques, mais par une grande partie de l’opinion commune- voir Abraham Lincoln , le Parti Républicain ou même certains éditoriaux du New York Times (qu’ils préféreraient peut être oublier aujourd’hui). Les travailleurs s’opposaient au retour dans le système industriel de ce qu’ils appelaient des « principes monarchiques », et arguaient que ceux qui travaillent dans les manufactures devraient en être les propriétaires - l’essence même du républicanisme. Ils dénonçaient « le nouvel esprit de l’époque- la richesse au mépris de out sauf de son propre intérêt », une vision avilissante et dégradante de la vie humaine qu’on doit implanter dans le cerveau des gens au prix d’un immense effort, lequel ne s’est pas relâché depuis des siècles.

Au 20ème siècle , l’industrie des relations publiques a produit une abondante littérature qui fournit une très riche et instructive réserve de recommandations sur la façon d’instiller le « nouvel esprit de l’époque », en créant des besoins artificiels ou en (je cite) « enrégimentant l’opinion publique comme une armée enrégimente ses soldats », en suscitant une « philosophie de la futilité » et de l’inanité de l’existence, ou encore en concentrant l’attention humaine sur « les choses plus superficielles qui font l’essentiel de la consommation de la mode » (Edward Bernays). Si cela réussit, alors les gens accepteront les existences dépourvues de sens et asservies qui sont leur lot, et oublieront cette idée subversive : propre le contrôle de sa propre vie.

Il s’agit là d’un projet d’ingénierie sociale de grande envergure. Projet très ancien mais qui a pris une intensité et une ampleur démesurées au cours du siècle dernier. Ses procédés sont nombreux. Certains appartiennent au genre que je viens d’indiquer, et sont trop familier pour avoir besoin d’illustration. D’autres consistent à saper la sécurité et, là non plus, les moyens ne manquent pas. Pour saper la sécurité on peut, par exemple, faire appel à la menace de mutation professionnelle. Une des conséquences majeures et, selon toute rationalité, l’un des buts majeurs de ce que l’on appelle à tort les « accords commerciaux » (j’insiste sur « à tort » parce que ces accords ne relèvent pas du libre-échange – ils comportent toutes sortes d’éléments qui vont à l’encontre du marché- et il ne s’agit certainement pas d’accords, du moins si l’avis des gens à quelque importance dans la mesure où ceux-ci s’y opposent pour la plupart), une conséquence de ces arrangements, dis-je, est de renforcer la menace – qui n’a pas besoin d’être mise en exécution, même si elle l’est parfois, la menace suffit- de mutation professionnelle, bonne manière d’asseoir la discipline tout en sapant la sécurité.

Un autre mécanisme, pardonnez le jargon technique, consiste à renforcer ce qu’on appelle « la flexibilité du travail ». Permettez-moi de citer la Banque mondiale qui exposa les choses très clairement. « Il est essentiel d’accroître la flexibilité du marché du travail- même si ce terme a acquis la mauvaise réputation d’être une euphémisme, synonyme de diminution des salaires et de licenciement des travailleurs » (ce qui est exactement le cas) « dans toutes les régions du monde… Les réformes les plus importantes impliquent la levée des contraintes pesant sur la mobilité du travail et la flexibilité des salaires, aussi bien que la suppression dans les contrats de travail de toute référence aux services sociaux ». Ce qui signifie supprimer les avantages et les droits acquis en des générations de haute lutte.

Quand ils parlent de lever les contraintes sur la flexibilité des salaires, ils ont en vue la flexibilité vers le bas, non vers le haut. De même, la mobilité du travail ne signifie pas le droit pour les gens de déménager où ils l’entendent, comme le voulait la théorie du libre échange depuis Adam Smith, mais plutôt le droit de licencier des employés à volonté. Et dans la version actuelle de la mondialisation, celle des investisseurs, les capitaux et les compagnies doivent être libres de se déplacer, mais non les gens, car leurs droits sont secondaires, accessoires.

Les « réformes essentielles », ainsi que les appelle la Banque mondiale, sont imposées dans une grande partie du monde comme conditions à la ratification de la politique des pays en question par la Banque mondiale et le FMI. Elles sont introduites dans les pays industrialisés par d’autres moyens. Alan Greenspan a déclaré devant le Congrès qu’une « plus grande insécurité du travailleur » était un facteur important dans ce qu’on appelle « l’économie de conte de fées ». Elle maintient l’inflation à un bas niveau, les travailleurs n’osant pas réclamer d’augmentation et d’avantages sociaux. Ils sont en situation d’insécurité. Et cela se lit assez clairement dans les statistiques. Au cours des 25 dernières années, cette période de baisse forcée des prix, de crise de la démocratie, les salaires ont stagné ou diminué pour la majorité de la main-d’œuvre, pour les travailleurs de base, et les heures de travail ont très sévèrement augmenté – elles sont devenues dans notre pays les plus élevées du monde industriel- ce qui n’a pas échappé, bien sûr, à la presse d’affaires, qui décrit ce processus comme « un développement opportun d’une importance transcendante », se félicitant de voir les travailleurs obligés d’abandonner leurs « modes de vie luxueux », tandis que les profits des entreprises sont « éblouissants » et « prodigieux » (Wall Street Journal, Business Week et Fortune).

Sur la dette :

p.21 :
Dans les dépendances, on peut faire usage de mesures moins délicates. L’une d’entre elles consiste en la fameuse « crise de la dette », attribuable dans une large mesure aux programmes politiques de la Banque mondiale et du FMI dans les années 70, et au fait que les riches du tiers-monde sont, pour la plupart, dépourvues d’obligations sociales. C’est dramatiquement vrai en Amérique Latine, dont c’est l’un des problèmes majeurs. Il y a bien une « crise de la dette », mais il est nécessaire d’y regarder de plus près pour déterminer sa nature. Ce n’est en aucune façon un simple fait économique. C’est, en grande partie, une construction idéologique. Ce qu’on appelle la « dette » pourrait être surmonté, et largement surmonté, de nombre de façons très élémentaires.Un de celles-ci consisterait à recourir au principe capitaliste selon laquelle c’est aux emprunteurs de payer et aux prêteurs de prendre le risque. Ainsi, par exemple, si vous me prêtez de l’argent, que je l’expédie à une banque de Zurich et achète une Mercedes, et que vous venez me réclamer la somme, je ne suis pas censé pouvoir dire ‘désolé, je ne l’ai pas. Adressez-vous à mon voisin. » Et si vous voulez me prêtez de l’argent, vous n’êtes as censé pouvoir dire « c’est mon voisin qui paiera les conséquences ».

C’est pourtant de cette façon que fonctionnent les choses dans l’arène internationale. Voilà l’essence même de la « crise de la dette ». ce ne sont pas les gens qui ont emprunté – les dictateurs militaires, leurs acolytes, les riches et les privilégiés de sociétés fortement autoritaires que nous avons soutenues- qui sont censés rembourser la dette, eux n’ont pas à payer. Ainsi, prenons l’Indonésie, où la dette actuelle atteint à peu près 140% du produit intérieur brut. L’argent fut accaparé par la dictature militaire et ses complices et bénéficia probablement à peu près 2 ou 300 personnes à l’extérieur, mais c’est à la population de payer à travers de sévères mesures d’austérité. Et les prêteurs sont pour la plupart protégés de toute mésaventure. Ils jouissent de ce qui s’apparente à une assurance tous risques grâce à différents mécanismes de socialisation des coûts, qui retombent sur les contribuables occidentaux. C’est à ça que sert, entre autres, le FMI.

De même, la vaste dette latino-américaine ne diffère pas tant que ça du montant de la fuite des capitaux hors d’Amérique Latine, ce qui suggère une manière simple de traiter la dette (ou une grande partie de la dette) si d’aventure on devait respecter le principe capitaliste lequel est, bien sûr, inacceptable. Il fait reposer le fardeau sur ceux qu’il ne faut pas, la minorité des nantis.

Il existe encore d’autres façons d’éliminer la dette, bien connues, et qui révèlent à quel point celle-ci est une construction idéologique. Une de celles-ci, différente du principe capitaliste, est ce principe juridique international qui fut introduit par les États-Unis quand ils « libérèrent » Cuba, comme on dit dans les manuels d’histoire, c’est-à-dire quand ils conquérirent Cuba pour l’empêcher de se libérer tout seul de la tutelle de l’Espagne en 1898. Après quoi les États-Unis annulèrent la dette de Cuba envers l’Espagne, au motif parfaitement sensé que celle-ci avait été imposée sans le consentement de la population, de façon coercitive. Ce principe pénétra alors la loi internationale, en grande partie à l’initiative des Américains. On l’appelle principe de la dette inique. Une dette inique n’est pas valide ; elle n’a pas à être payée. Il a été admis, entre autres par le directeur exécutif américain du FMI, que si ce principe s’appliquait aux victimes, et non aux seuls riches, la dette du tiers-monde serait en grande partie dissoute, parce qu’elle n’est pas valide. C’est une dette inique.



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Chomsky a tout dit de la démocratie confisquée et de l’usage de la dette
13 novembre 2011 - 11h12 - Posté par sergio

C’est une dette inique. (… au motif parfaitement sensé que celle-ci avait été imposée sans le consentement de la population, de façon cœrcitive. Ce principe pénétra alors la loi internationale, en grande partie à l’initiative des Américains. On l’appelle principe de la dette inique. Une dette inique n’est pas valide ; elle n’a pas à être payée. …)
Oui,… de toute évidence,… et plus précisément : « …L’argent (de la dette) fut accaparé par la dictature militaire et ses complices et bénéficia probablement à peu près 2 ou 300 personnes à l’extérieur, mais c’est à la population de payer à travers de sévères mesures d’austérité. … » c’est le principe de la dette odieuse  !



Chomsky a tout dit de la démocratie confisquée et de l’usage de la dette
13 novembre 2011 - 21h42 - Posté par

Comme cela a été dit,cette dette est nécessaire comme pretexte pour confisquer le semblant de démocratie qui reste encore !


Chomsky a tout dit de la démocratie confisquée et de l’usage de la dette
14 novembre 2011 - 18h52 - Posté par

Que dit-il sur les taux d’intérêts gonflés "artificiellement" ? Est-ce l’insécurité donc l’oppression organisée par le Capitalisme à l’échelle des Peuples ?





Grève du 5 décembre : manif monstre à Saint-Nazaire
jeudi 5 - 13h12
de : naairien
5 commentaires
LREM, Macron, farandole de casseroles : A mettre dans le livre des records (document Médiapart)
mercredi 4 - 23h53
de : nazairien
1 commentaire
Un mouvement de grève ne nous empêche pas de vous proposer nos programmes, bien au contraire ! C’est l’heure de l’mettre
mercredi 4 - 22h07
de : Hdm
VIOLENCE D’ETAT, VIOLENCE REVOLUTIONNAIRE
mercredi 4 - 19h55
de : Nemo3637
Pas d’argent pour les Retraites ?
mercredi 4 - 17h49
1 commentaire
Spectacle ’Du Gabon à la Russie’ le 7 décembre à Nantes : exil, amour, justice
mercredi 4 - 00h41
Retraites des fonctionnaires : ça va saigner pour les enseignants, les paramédicaux et les agents territoriaux
mardi 3 - 14h01
« Rassemblement non stop » : les pompiers veulent occuper la place de la République une semaine entière (vidéo)
lundi 2 - 20h25
de : nazairien
4 commentaires
En grève jusqu’à la retraite !
lundi 2 - 12h47
de : jean1
2 commentaires
Acte 55 Gilets Jaunes à Toulouse ! Témoignage d’un vrai REPORTER !
dimanche 1er - 20h40
de : JO
CRITIQUE du TRAVAIL salarié et de la RELIGION
dimanche 1er - 15h49
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Vous avez dit : Un monde multipolaire ? Autre démonstration !
samedi 30 - 10h58
de : JO
1 commentaire
EPO et Hamster chinois.
vendredi 29 - 18h03
de : L’iena rabbioso
L’éruption de la faim - C’est l’heure de l’mettre !
vendredi 29 - 12h44
de : Hdm
1 commentaire
CONVERGENCE DES LUTTES : Contribution !
vendredi 29 - 12h14
de : JO
BOLIVIE : La succession d’EVO Morales assurée et organise la Résistance !
vendredi 29 - 11h25
de : JO
Un 5 décembre fort ou exceptionnel ! L’état de la mobilisation secteur par secteur
vendredi 29 - 07h36
1 commentaire
Xavier Kemlin, star déchue de la complosphère d’extrême-droite
jeudi 28 - 17h21
de : Blanqui75
1 commentaire
BOLIVIE : suite du complot contre EVO MORALES + corruption à la clé !
jeudi 28 - 11h57
de : JO
1 commentaire
Rafael Correa (ancien président de l’équateur) reçoit Evo Morales, (coup d’état et lutte de classes) (vidéo)
jeudi 28 - 11h32
de : nazairien
1 commentaire
La mort de Sami Abu Diak, prisonnier politique palestinien
jeudi 28 - 10h34
de : librinfo74 via jyp
Greve du 5 décembre
jeudi 28 - 10h04
de : jean 1
ARGENTINE : Alberto Fernandez Président élu, refusera le crédit du FMI !
jeudi 28 - 10h03
de : JO
Gilets jaunes : les interdictions de manifestation, l’autre face de la répression
mercredi 27 - 13h11
1 commentaire
Le monarque se prépare-t-il à lancer ses brutes contre notre Jeunesse ?
mardi 26 - 23h50
de : JO
BOLIVIE : A lire absolument ce que nos médias aux ordres ne vous diront pas !
mardi 26 - 16h15
de : JO
1 commentaire
C’est quoi : un pognon de dingue ?
mardi 26 - 15h22
de : JO
On se crève au travail, que crève le travail !
mardi 26 - 12h26
de : jean1
1 commentaire
Culture dominante et perception du déshonneur
lundi 25 - 21h09
de : Christian DELARUE
1 commentaire
CHILI : Un féminicide dont les médias ne parlent pas !
lundi 25 - 17h25
de : JO
Rapports de force a besoin de vous !
lundi 25 - 14h50
Le nouveau CRUSH 44 : ces petits jouets du capitalisme colonial.
lundi 25 - 13h34
de : jean1
BOLIVIE : La CIA partout, les dollars pleuvent à flots pour les complots, pas pour la pauvreté !
lundi 25 - 12h06
de : JO
1 commentaire
Le patriarcat compris comme dynamique sociale
lundi 25 - 01h23
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Toujours contre la prostitution et le viol ici ou ailleurs avec Zéromacho - Christian Delarue
dimanche 24 - 12h07
de : Christian Delarue
3 commentaires
L’ANARCHIE - Théories et pratiques libertaires
dimanche 24 - 11h37
de : Ernest London
Pigeons.
samedi 23 - 20h40
de : L’iena rabbioso
Réforme des retraites : « les carrières gruyère des femmes vont se payer cash »
samedi 23 - 10h57
La haine de l’Indien
vendredi 22 - 18h55
de : Álvaro GARCIA LINERA
2 commentaires
Projection-débat “Nous ne vendrons pas notre avenir” 21 novembre 2019 - 18h30 (video)
jeudi 21 - 11h44
de : Info’Com CGT

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Notre tête est ronde pour permettre à la pensée de changer de direction. Francis Picabia
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
2 commentaires
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite