Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

TF1 : un journaliste qui aime beaucoup la police (et vice versa), au tribunal
de : dans Causette
mercredi 14 décembre 2011 - 21h27 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires

Causette 03/12/2011 à 09h56

TF1 : un journaliste qui aime beaucoup la police (et vice versa), au tribunal

Causette / Anne-Laure Pineau et Grégory Lassus-Debat

Une perquisition filmée, diffusée par TF1 en 2003 dans le cadre de l’émission «  Appels d’urgence  », a accouché de deux affaires judiciaires théâtrales, toujours en cours.

Au cœur du litige, un journaliste aux méthodes obscures. Tout autour, des échanges de bons services entre le ministère de l’Intérieur et quelques sociétés de production déontologiquement douteuses…

Sur les planches  : perquisition, coups de pression et destructions

Scène 1
« Appels d’urgence », TF1, 2003

Le 19 novembre 2002, 6 heures du matin. On tambourine à la porte. Philippe Barassat se lève, nu, et va ouvrir. «  Police  !   » Perquisition, quatorze policiers envahissent l’appartement. Ils cherchent son ami, alors absent, soupçonné d’appartenir à un groupe de tagueurs violents.

Un cameraman les accompagne. Barassat affirme avoir demandé la raison de sa présence, on lui aurait répondu que la vidéo était un support de pédagogie interne.

JPEG - 8.6 ko

Carole Rousseau, « Appels d’urgence », TF1, 2003

Scène 2

Six mois plus tard, le 3 juin 2003, Barassat tombe de sa chaise en se voyant nu et vaguement flouté sur TF1. Il figure dans l’émission « Appels d’urgence », animée par l’impayable Carole Rousseau.

Le sujet  : les tagueurs violents. Il comprend que le policier à la caméra était en fait un journaliste, mandaté par TF1.

Etonné à posteriori de la proximité entre le journaliste et les policiers pendant la perquisition, il s’étrangle qu’on ait pu autoriser la diffusion d’un acte de procédure en cours. Et le secret de l’instruction, alors  ?

Au générique, il repère le nom du journaliste entré chez lui sans son accord. Il s’agit de Gaël Leiblang, caméraman pour le compte d’Antoine – dit Tony – Comiti et de sa boîte, Kaliste Productions. C’est aussi un réalisateur qui aime beaucoup les policiers et les militaires – « La Meilleure Façon de marcher », cette série sur la formation des militaires, c’était lui.

Scène 3

Barassat, réalisateur, est rodé aux enquêtes et décide de mener la sienne sur ces relations et ces méthodes plus que louches. Il fait appel à Catherine Paillé, jeune élève de la Femis, grande école de cinéma parisienne, et tend un piège à Leiblang.

Sous un faux nom et grimé, il prétexte une interview filmée dans les locaux – rassurants – de l’école de cinéma. ll le questionne sur les liens troubles qu’entretiennent policiers et journalistes, en particulier dans le cadre de reportages «  embarqués  » avec les forces publiques. Quand Leiblang comprend que quelque chose cloche, il interrompt brutalement l’entretien.

Sur le contenu et la durée de l’enregistrement, les versions divergent. Selon Barassat, Leiblang y «  confirmait ses liens avec la police. Elle lui commandait des sujets, d’une part, et lui en proposait, d’autre part  ». Une vraie coproduction, quoi. Gaël Leiblang, lui, a refusé de répondre à nos questions.

Scène 4

Quelques jours après l’interview interrompue, Alain Auclaire, président de la Femis (aujourd’hui retraité), reçoit un premier coup de fil. D’après son témoignage, Leiblang menace d’attaquer l’école en justice s’il ne détruit pas les cassettes.

Sans aucun motif de plainte, c’est bien vague… Qu’importe  ! Le directeur, qui connaissait l’ambition du travail de son étudiante («  La Nouvelle Télévision  »), prend peur. Effrayé par les coups de fil à répétition de Leiblang, il convoque l’élève. «  Pour avoir la paix avec Leiblang, le plus simple, c’était de détruire les cassettes  !   » a-t-il affirmé naïvement à Causette.

Mais qu’avait-il pu raconter de si sensible, Leiblang, dans ces vidéos  ? Nous ne le saurons jamais, parce que, docile, le directeur Auclaire a exigé que les bandes lui soient restituées pour destruction. L’étudiante en «  faute  », Catherine Paillé, les a donc volées à la société de Barassat avant de les remettre, penaude, à la Femis. Alain Auclaire fit détruire les quatre cassettes sans même les visionner  ! Hop, un passage sous un aimant et quelques coups de tenaille. Efficace, irrémédiable.

A la suite d’une plainte de Philippe Barassat, l’étudiante et le directeur retraité ont été jugés le 8 novembre, l’une pour abus de confiance, l’autre pour destruction de biens. Le jugement sera rendu le 6 décembre.

Grand gagnant de ce premier acte, pas même impliqué officiellement dans l’affaire  : le journaliste Gaël Leiblang, à qui, apparemment, de grands messieurs obéissent au doigt et à l’œil.

Epilogue  : Leiblang, TF1 et Comiti à la barre  !

Passé les événements de l’acte 1, c’est un procès encore plus intéressant qui devrait se dérouler durant les premiers mois de 2012 au tribunal de grande instance de Paris.

Dans les rangs des accusés, le producteur Tony Comiti, Edouard Boccon-Gibod, président de TF1 Productions au moment des faits – aujourd’hui, président du quotidien gratuit Metro, filiale à 100% de TF1 –, et le fameux Leiblang.

Tous trois ont été mis en examen début 2009, sur une plainte de Philippe Barassat, et renvoyés devant le tribunal correctionnel pour «  recel de violation du secret de l’instruction  ». La diffusion sur la première chaîne des images de la perquisition chez Barassat et son ami était-elle illégale  ? Le tribunal en jugera.

« C’est de la com officielle »

Pour un producteur de télé, une bonne petite perquize aux aurores, pas de doute, c’est spectaculaire et ça tient sa ménagère en haleine.

Côté com des forces de l’ordre, c’est une image d’Epinal sécuritaire qui transforme les policiers en superhéros… Pas étonnant, dès lors, que le ministère de l’Intérieur favorise les émissions bleu marine  ! « Appels d’urgence », « 90 Enquêtes » et autre « Enquête d’action » embarquent dans les fourgons à la demande.

Pour la virée chez Barassat, Tony Comiti aurait obtenu un accord de la part du juge d’instruction pour filmer une interpellation. Quant aux services de police, d’après nos sources, ils ne donneraient ce type d’autorisations aux journalistes que «  verbalement  ». Entre amis, on va pas s’embêter avec la paperasse  ! Journaliste, je gagne de l’argent en vendant ma soupe à M6, TMC ou TF1. Place Beauvau, on s’offre une campagne de pub im-pec-cable, plus palpitante que les spots de l’Armée de terre  !

Pour Yannick Danio, délégué national du syndicat Unité SGP Police, «  cette affaire n’a rien de surprenant » :

« On vend l’insécurité qui fait naître le sentiment d’insécurité. Mais je ne vois jamais de voitures de police pourries, dans ces reportages… Beaucoup sont réalisés avec les services de com du ministère de l’Intérieur. C’est de la com officielle, des reportages institutionnels...  »

Et, normalement, un journaliste qui fait de la com, il perd sa carte de presse. Alors, en attendant ce procès où l’on espère en apprendre davantage sur ces méthodes qui font une audience forte et un électorat peureux, restez devant la télé parce que dehors, c’est dangereux  !

Cet article est extrait du numéro 19 de Causette, le mensuel plus féminin du cerveau que du capiton, décembre 2011, en kiosques.

JPEG - 120.6 ko

Causette, numéro 19, décembre 2011 (Causette.fr)

Source : http://www.rue89.com/2011/12/03/tf1...

via Paz



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
TF1 : un journaliste qui aime beaucoup la police (et vice versa), au tribunal
15 décembre 2011 - 11h54 - Posté par Robespierre

La télé nous manipule tous les jours, et c’est de plus en plus difficile de triller le vrai du faux !



TF1 : un journaliste qui aime beaucoup la police (et vice versa), au tribunal
15 décembre 2011 - 12h00

Encore un excellent travail de l’équipe de CAUSETTE qui, véritablement vaut son prix car il offre du VRAI travail de JOURNALISTE.

Merci Causette de faire vivre le journalisme ,et merci d’être devenu un mensuel. Un magazine comme toi ça nous manquait.






Reportage photo : Manifestation à Paris pour les retraites- jeudi 5 décembre 2019
vendredi 6 - 21h39
de : jean1
Grève de la destruction du monde à Saint-Victor
vendredi 6 - 18h36
de : AMASSADA
Comment Maduro, a t il pu laisser faire cela, livrer « Stan Maillaud » au psychopathe macron (vidéo)
vendredi 6 - 17h07
de : nazairien
Verdi, ancien « vrai journaliste », nous fait, une analyse extremement détaillée de cette puissante mobilisation du 5-12
vendredi 6 - 15h44
de : nazairien
1 commentaire
Quand les riches détruisent des bâtiments publics, avec le soutien de la justice
vendredi 6 - 13h00
de : Louisette
1 commentaire
Les Etats-Unis se hasardent-ils à considérer la CHINE comme une République bananière ?
jeudi 5 - 22h46
de : JO
Le principe de continuité du mouvement de grève
jeudi 5 - 20h03
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Grève du 5 décembre : manif monstre à Saint-Nazaire
jeudi 5 - 13h12
de : naairien
6 commentaires
LREM, Macron, farandole de casseroles : A mettre dans le livre des records (document Médiapart)
mercredi 4 - 23h53
de : nazairien
1 commentaire
Un mouvement de grève ne nous empêche pas de vous proposer nos programmes, bien au contraire ! C’est l’heure de l’mettre
mercredi 4 - 22h07
de : Hdm
VIOLENCE D’ETAT, VIOLENCE REVOLUTIONNAIRE
mercredi 4 - 19h55
de : Nemo3637
Pas d’argent pour les Retraites ?
mercredi 4 - 17h49
1 commentaire
Spectacle ’Du Gabon à la Russie’ le 7 décembre à Nantes : exil, amour, justice
mercredi 4 - 00h41
Retraites des fonctionnaires : ça va saigner pour les enseignants, les paramédicaux et les agents territoriaux
mardi 3 - 14h01
« Rassemblement non stop » : les pompiers veulent occuper la place de la République une semaine entière (vidéo)
lundi 2 - 20h25
de : nazairien
4 commentaires
En grève jusqu’à la retraite !
lundi 2 - 12h47
de : jean1
2 commentaires
Acte 55 Gilets Jaunes à Toulouse ! Témoignage d’un vrai REPORTER !
dimanche 1er - 20h40
de : JO
CRITIQUE du TRAVAIL salarié et de la RELIGION
dimanche 1er - 15h49
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Vous avez dit : Un monde multipolaire ? Autre démonstration !
samedi 30 - 10h58
de : JO
1 commentaire
EPO et Hamster chinois.
vendredi 29 - 18h03
de : L’iena rabbioso
L’éruption de la faim - C’est l’heure de l’mettre !
vendredi 29 - 12h44
de : Hdm
1 commentaire
CONVERGENCE DES LUTTES : Contribution !
vendredi 29 - 12h14
de : JO
BOLIVIE : La succession d’EVO Morales assurée et organise la Résistance !
vendredi 29 - 11h25
de : JO
Un 5 décembre fort ou exceptionnel ! L’état de la mobilisation secteur par secteur
vendredi 29 - 07h36
1 commentaire
Xavier Kemlin, star déchue de la complosphère d’extrême-droite
jeudi 28 - 17h21
de : Blanqui75
1 commentaire
BOLIVIE : suite du complot contre EVO MORALES + corruption à la clé !
jeudi 28 - 11h57
de : JO
1 commentaire
Rafael Correa (ancien président de l’équateur) reçoit Evo Morales, (coup d’état et lutte de classes) (vidéo)
jeudi 28 - 11h32
de : nazairien
1 commentaire
La mort de Sami Abu Diak, prisonnier politique palestinien
jeudi 28 - 10h34
de : librinfo74 via jyp
Greve du 5 décembre
jeudi 28 - 10h04
de : jean 1
ARGENTINE : Alberto Fernandez Président élu, refusera le crédit du FMI !
jeudi 28 - 10h03
de : JO
Gilets jaunes : les interdictions de manifestation, l’autre face de la répression
mercredi 27 - 13h11
1 commentaire
Le monarque se prépare-t-il à lancer ses brutes contre notre Jeunesse ?
mardi 26 - 23h50
de : JO
BOLIVIE : A lire absolument ce que nos médias aux ordres ne vous diront pas !
mardi 26 - 16h15
de : JO
1 commentaire
C’est quoi : un pognon de dingue ?
mardi 26 - 15h22
de : JO
On se crève au travail, que crève le travail !
mardi 26 - 12h26
de : jean1
1 commentaire
Culture dominante et perception du déshonneur
lundi 25 - 21h09
de : Christian DELARUE
1 commentaire
CHILI : Un féminicide dont les médias ne parlent pas !
lundi 25 - 17h25
de : JO
Rapports de force a besoin de vous !
lundi 25 - 14h50
Le nouveau CRUSH 44 : ces petits jouets du capitalisme colonial.
lundi 25 - 13h34
de : jean1
BOLIVIE : La CIA partout, les dollars pleuvent à flots pour les complots, pas pour la pauvreté !
lundi 25 - 12h06
de : JO
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

La paix universelle se réalisera un jour non parce que les hommes deviendront meilleurs mais parce qu'un nouvel ordre, une science nouvelle, de nouvelles nécessités économiques leur imposeront l'état pacifique. Anatole France
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
2 commentaires
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite