Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
191746353 IP
217261376 pages
(depuis le 10/02/2002)
185 connectés
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Sur les recherches du Docteur Basson en Afrique du Sud (videos)
de : via RF
jeudi 29 décembre 2011 - 12h27 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire
JPEG - 43.8 ko

À propos de l’article : Chavez évoque une « technologie » américaine pour « inoculer le cancer »

Wouter Basson

Fils de policier, médecin et scientifique, il rejoint l’armée sud-africaine.

En 1981, il est encore le médecin du président Pieter Botha quand il est nommé chef du « Project Coast » chargé de développer des armes bactériennes et chimiques et que l’état-major de l’armée sud-africaine présenta comme un « programme défensif ».

Il recruta plus de 200 scientifiques. Il fut chargé par le Bureau de coopération civile (Civil Cooperation Bureau -CCB) de mettre au point des armes chimiques pour mettre hors d’état de nuire des militants anti-apartheid. Le but de ses recherches n’en restait pas moins de trouver un moyen chimique pour endiguer la montée en puissance démographique des noirs (stérilisation des femmes noires et développement de bactérie pour rendre malade ces populations). Il fut ainsi impliqué dans plusieurs attaques et assassinats de militants anti-apartheid. Plus d’une tonne de méthaqualone lui fut ainsi fournie par l’armée. Il concocta plusieurs dizaines d’armes mortelles (ses « dirty tricks » ou jeux sournois) à base de poison comme de l’anthrax dans des cigarettes ou des enveloppes, du botulinium dans le lait, des tournevis et des parapluies empoisonnés ou du paraboxon dans le whisky.

En 1990, le nouveau président Frederik de Klerk fit stopper la production d’agents chimiques et ordonna leur destruction. Basson se concentra alors sur la production d’agents non interdits par le gouvernement comme l’ecstasy et le Mandrax, abondamment vendus dans les milieux anti-apartheid.

En 1993, l’activité de Basson fait l’objet d’enquêtes internes à l’administration. Le « Project Coast » est alors démantelé. À l’occasion, de nombreuses substances chimiques disparaissent des stocks. L’expert en armes chimiques avait poussé si loin ses recherches qu’il devient une référence pour ses homologues scientifiques du monde entier.

Entre 1993 et 1995, Basson se rend aussi à plusieurs reprises en Libye où il est suspecté avoir vendu des armes secrètes chimiques et bactériologiques.

En 1995, le gouvernement de Nelson Mandela l’engage pour travailler sur le projet « Transnet », une compagnie de transport et d’infrastructure. Il lui est encore confié des missions secrètes. Il est ensuite réintégré comme chirurgien dans l’unité médicale des forces armées.

En 1996, la commission vérité et réconciliation commence à enquêter sur l’activité biologique et chimique des unités de sécurités.

En 1997, Basson tente de quitter l’Afrique du Sud mais il fait l’objet d’une surveillance de la CIA qui intervient auprès du gouvernement sud-africain. Basson est alors arrêté à Pretoria alors qu’il a sur lui de larges quantités d’ecstasy et des documents officiels confidentiels.

La commission vérité et réconciliation suspecta assez vite les anciennes activités de Basson durant les années 1980. Il est alors suspecté d’avoir vendu ses connaissances à la Libye et à l’Irak.

Le 31 juillet 1998, Basson comparut devant la Commission. Il refusa de demander l’amnistie.

Son procès commença le 4 octobre 1999 à Pretoria pour 67 charges relevées contre lui incluant possession de drogues, trafic de drogue, fraude, 229 meurtres et conspiration de meurtres, vol. L’accusation présenta 153 témoins.

Le 11 octobre 1999, le juge Willie Hartzenberg annula 6 charges dont celles impliquant la responsabilité de Basson dans la mort de 200 personnes en Namibie au motif que le gouvernement sud-africain n’avait pas la compétence pour poursuivre des crimes commis à l’étranger et que Basson relevait de la loi namibienne d’amnistie de 1989.

Au bout de 18 mois de procès, le nombre de charges relevés à son encontre n’était plus que de 46.

En juillet 2001, Basson commença à présenter sa défense et plaida pendant 40 jours. Son argumentation porta sur la légalité de son action et ses relations avec les services étrangers.

Le 22 avril 2002, au bout de trente mois de procès, 46 chefs d’accusation, 153 témoins à charge et plus de 40 000 documents relatant diverses méthodes d’empoisonnements et d’assassinats, le cardiologue sud-africain est acquitté par le juge Hartzenberg qui lui accorde l’amnistie. L’État sud-africain fit appel devant la Cour suprême qui refusa un nouveau procès.

Basson a continué ensuite à donner des conférences à travers le monde et a fondé son propre cabinet médical au Cap.

En septembre 2005, la cour constitutionnelle jugea que le docteur Basson pouvait être rejugé pour crimes contre l’humanité. Aucune procédure judiciaire en ce sens n’a cependant été engagée dans ce but.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Wouter...





Wouter Basson, l’obsession de la stérilisation des Noirs

Cigarettes à l’anthrax ou lait au botulinium : le procès de Wouter Basson (ci-dessus), acquitté en 2002, n’a pas dissipé le mystère sur ses activités passées. Y figurerait le programe le "plus important du pays", selon le général Niel Knobel : un projet de stérilisation des femmes noires.

Si Wouter Basson, cerveau du programme bactériologique et chimique (CBW) de l’ancien régime blanc de Pretoria, était plus connu sous le surnom de « Docteur de la mort », c’est que le rêve de ce médecin militaire à l’imagination exacerbée était de trouver des solutions médicales aux problèmes politiques. Des tee-shirts empoisonnés, pour éliminer les opposants, aux vaccins destinés à stériliser la population noire, rien n’était trop beau pour remplir sa mission.

« Non. Je ne suis pas un monstre. Tous ceux qui me connaissent vous le diront. C’est vrai que tout le monde me prend pour tel. C’est n’importe quoi ! » Voilà ce que déclarait Wouter Basson dans la presse sud-africaine le 7 mars dernier. Dans un entretien exceptionnel, celui qui ne s’exprime jamais continuait à plaider non coupable : « Je maintiens que je n’ai jamais rien fait d’illégal, ni d’immoral. Mes recherches étaient, sous le précédent gouvernement, parfaitement éthiques. D’ailleurs, personne n’a jamais pu prouver le contraire. Le juge a rendu son verdict. Pourquoi ne veut-on pas l’accepter ? »

Et c’est vrai ! Après trente mois de procès, 46 chefs d’accusation, 153 témoins à charge et plus de 40 000 documents relatant diverses méthodes d’empoisonnements et d’assassinats, le cardiologue sud-africain a été acquitté en avril 2002. Faute de preuves suffisantes, il vit aujourd’hui, libre comme l’air, dans la très charmante ville du Cap.

C’est en janvier 1997 que les Sud-Africains ont entendu parler pour la première fois de Wouter Basson. Le médecin militaire avait été arrêté dans sa luxueuse résidence de Pretoria alors qu’il tentait de vendre 100 000 comprimés de drogue. Mais il faudra attendre juin 1998 pour que soient rendus publics devant la commission Vérité et Réconciliation (TRC) les détails du fameux programme de guerre biologique et chimique développé dès les années 1980 et connu sous le nom de « Project Coast ».

De l’anthrax dans des cigarettes, du botulinium dans le lait ou du paraboxon dans le whisky, la liste des poisons concoctés par le Dr Wouter Basson donne encore la chair de poule. Le militaire a reconnu avoir travaillé sur des gadgets mortels comme des tournevis et des parapluies empoisonnés, mais il a toujours affirmé tout ignorer des cibles auxquelles ces substances étaient destinées. Nelson Mandela était l’une d’entre elles. Un document de 1986 précise qu’on envisageait de l’empoisonner au thallium (un composant de la mort-aux-rats) dans sa cellule de la prison de Pollsmoor...

« La médecine, c’est ma passion. La guerre, mon métier. » C’est avec cette petite phrase que le brigadier Basson, médecin personnel de l’ex-président Botha, aimait se présenter. L’expert en armes chimiques avait poussé si loin ses recherches qu’il faisait pâlir d’envie les scientifiques du monde entier. L’état-major de l’armée sud-africaine continue à maintenir qu’il n’avait qu’un « programme défensif », mais un « album photo du meurtre », tombé dans les mains du contre-espionnage, montre comment ce génie de la guerre bactériologique a servi le régime de l’apartheid.

Britanniques et Américains ont été « choqués » quand, en 1994, Frederick De Klerk leur a fait part de l’état des recherches. Car, au-delà des masques ou des tenues de décontamination destinés à parer à une guerre des germes, nombre d’expériences ont été faites sur les humains.

Produire des substances mortelles ethniquement sélectives

L’objectif n’était pas de tuer l’ennemi. Il s’agissait simplement de l’effrayer ou d’affaiblir ses capacités de combat. On raconte que le grand dada de celui que l’on surnommait aussi « le docteur Mengele de l’apartheid », c’était de trouver des substances capables de provoquer des cancers ou des crises cardiaques. Ses cobayes favoris auraient été les Bochimans (habitants du Kalahari) dont la résistance cardiaque est réputée excellente.

Fantasme ou réalité ? Une chose est sûre, c’est que la plupart de ces expériences ont été financées avec l’argent de la drogue. Des usines de mandrax et d’ecstasy, deux produits très demandés dans les townships, ont été mises en place au Botswana, en Zambie et au Mozambique. De 1988 à 1992, l’armée sud-africaine a produit clandestinement de gigantesques quantités de drogue. Plus d’une tonne de méthaqualone (drogue de synthèse) a été fournie au Dr Basson. « Certains assurent que cette drogue pouvait être répandue dans les ghettos pour mater les velléités de rébellion. D’autres pensent qu’elle ne servait qu’à financer les recherches », expliquait à l’époque Jérôme Chakalson, l’enquêteur de la TRC.

Silencieux, parfois sarcastique, Wouter Basson ne s’est jamais dévoilé. Tout au long de son procès, du 4 octobre 1999 au 22 avril 2002, le cardiologue s’est défendu seul. Il a su esquiver les questions embarrassantes, répondant de manière laconique ou niant l’existence de certains programmes dont il était officiellement chargé. Plus de 200 chercheurs ont pourtant travaillé sous son joug, drainant un budget officiel annuel de plus de 10 millions d’euros. Certains de ces fonds ne sont jamais arrivés à destination. Le très mystérieux espion a pu en revanche s’acheter plusieurs propriétés en Afrique du Sud, un manoir en Angleterre ou encore des appartements aux États-Unis et en Belgique...

Le mystère demeure ainsi entier sur les programmes les plus spectaculaires. Ceux qui accusent Wouter Basson d’avoir stocké des bacilles de choléra n’ont jamais réussi à retrouver quoi que ce soit. Les anciens collaborateurs du Dr Basson ont pourtant avoué avoir passé de longues années à concocter une bactérie « capable de tuer les gens à la peau pigmentée ».

Mais le programme que le général Niel Knobel, chef des services médicaux de l’armée, qualifiait lui-même à l’époque de « plus important du pays », c’était sans aucun doute le projet de stérilité. Il s’agissait de trouver un moyen de diminuer le taux de fertilité des femmes noires. « Tout le monde connaît l’absurdité scientifique de cette théorie », affirmait lors de son procès le Dr Basson, comme pour minimiser cette expérience. Ceux qui le connaissent savent pourtant que ce sujet le fascine. Ce fils de policier aurait aimé se spécialiser en gynécologie. C’est sous la pression de son père qu’il a été contraint d’intégrer l’armée. Le mystère demeure aussi entier sur ses soutiens internationaux. L’« espion globe-trotter » se targuait d’avoir coopéré avec Saddam Hussein. Il affirmait avoir eu des crédits illimités pour acquérir du matériel « auprès de la mafia de l’armement chimique » en Libye ou en Europe de l’Est. Des documents font aussi état de nombreux échanges avec Israël ou l’Allemagne de l’Ouest. Basson lui-même a admis « avoir négocié un certain nombre de choses avec l’armée belge ». Les services secrets suisses le recevaient à bras ouverts. En échange de quoi ? Selon Wouter Basson, les Occidentaux voulaient à tout prix éviter que le programme secret de l’apartheid ne tombe entre les mains de l’ANC (Congrès national africain), voué à prendre le pouvoir en avril 1994.

Le « Docteur de la mort » n’a jamais eu à répondre de ces accusations

Reste à savoir comment le juge Willie Hartzenberg en est arrivé à une totale exemption des accusations. Dans ses 1 453 pages de verdict, le magistrat a systématiquement privilégié la version de l’accusé sur celle des témoins à charge. Il a rejeté, par exemple, le témoignage du bourreau repenti, Johan Theron, qui assurait que le Dr Basson lui fournissait un relaxant musculaire à injecter aux « ennemis de l’État » avant de les jeter d’un avion dans la mer. Le juge a par ailleurs écarté toutes les accusations de meurtres qui ont eu lieu à l’étranger, prétendant qu’une cour sud-africaine n’avait pas pouvoir de juger de tels actes. C’est ainsi que la charge de l’élimination de 200 opposants namibiens a été abandonnée.

Le « Docteur de la mort » était aussi soupçonné d’avoir empoisonné au thallium des opposants mozambicains et angolais. Il n’a jamais eu à répondre de ces accusations. Wouter Basson est l’un des rares responsables du régime blanc à n’avoir pas voulu coopérer avec la commission Vérité et Réconciliation (TRC), même en échange d’une amnistie politique. Il n’a jamais voulu passer aux aveux, ni s’excuser auprès des victimes encore en vie. Aussi secret que provocateur, c’est dans une chemisette aux couleurs du Congrès national africain (ANC) qu’il osait assister aux séances qui lui étaient consacrées.

Cinq ans après le verdict, la pilule est encore difficile à avaler pour des victimes de l’apartheid qui n’ont jamais touché de véritable compensation pour la perte de leurs proches. Le révérend Franck Chikane, un militant anti-apartheid qui a failli succomber à un poison introduit dans ses vêtements, résumait l’amertume générale en ces termes : « Le problème n’est même pas de le trouver coupable, ni même de le condamner. L’essentiel est de savoir s’il sera capable de nous dire : voilà, c’est ce que j’ai fait, et j’en suis désolé. »

Lundi, les Borgia, qui ont érigé l’empoisonnement en un art de gouvernement.

http://www.lefigaro.fr/reportage/20...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Sur les recherches du Docteur Basson en Afrique du Sud (videos)
29 décembre 2011 - 13h12 - Posté par 88e0de7d6ed68aeade6fab0ad0331771...

En effet Wouter Basson a travaillé sur le sujet, y compris sur des armes génétiques qui ne toucheraient que les Noirs ou les Arabes.

Et il est fort probable qu’l n’y a pas que lui.

Les chercheurs américains de Fort Detricks planchent sur les armes bactériologiques depuis au moins la fin de WWII et la récupération des "savants" fous nazis lors de l’"Opération Paperclips".

Cependant il me semble que des dirigeants d’états aux premières loge pour subir ce genre d’attaques devaient être suffisamment entourés pour éviter le pire. Du moins celui à court terme comme l’empoisonnement.

Reconnaître que cinq "ennemis" de l’Empire ou supposés tels pourraient avoir été neutralisé d’"une telle manière pose de nombreuses questions sur la gestion de leur sécurité proche.

Chavez n’a pas communiqué uniquement à ce sujet quant aux coups tordus de la CIA. Lors du seïsme en Haïti il avait envisagé la possiblité d’une catastrophe provoqué par les Etats Unis.

La nouvelle avait été diffusée sur "Telesur", puis a disparu du générique.

Là non plus rien d’impossible. Les technologies existent même si elles ne sont pas reconnues officiellement.

Mais affirmer que c’est un fait sans faire de liaison avec des éléments techniques concrets est contre productif alors qu’il y a peut-être des réalités plus précises à exposer. Et ceci même si l’attitude des Forces navales et aériennes américaines, qui étaient en alerte juste par "hasard" au bon moment pose un problème sur le sujet.

Alors wait and see. En restant vigilants.

G.L.






Montpellier. 8 mois déjà, l’"homme nouveau" à la mairie a pris un sacré coup de vieux...
dimanche 23 - 15h59
de : antoine (Montpellier)
Présentation du Comité pour la vérité et justice sur l’attentat de Ustica à Paris en présence de Mme Daria Bonfietti
dimanche 23 - 15h25
de : sadcreeck
"Le Dernier Vol Oraison laique pour Ustica " de et avec Pippo Pollina spectacle gratuit
dimanche 23 - 14h56
de : sadcreeck
ONU : Les USA, le Canada et l’Ukraine refusent de condamner la glorification du nazisme !
dimanche 23 - 14h38
de : JO
3 commentaires
Suite de l’entretien du dirigeant de Borotba sur la situation en Ukraine
dimanche 23 - 14h27
de : Tribune Marxiste-Léniniste
Chouard parle de Soral, perd son "flegme" et s’enfonce... la cata ! (vidéo)
dimanche 23 - 06h48
2 commentaires
Le GUD invite Aube dorée pour son congrès
dimanche 23 - 04h41
de : Julien Licourt
2 commentaires
Zaz –80, La France tirée de tous les côtés ne sait plus très bien où elle en est
dimanche 23 - 02h44
de : Ocséna, contre le système-ENA
2 commentaires
LES PARTENARIATS PUBLICS PRIVÉS : une farce de mauvais goût
samedi 22 - 22h44
de : Moracchini/Toucel
Jeudi 20 novembre, premier blocage du campus, 1500 étudiants en AG, et manifestation en centre-ville : Avanti le Mirail
samedi 22 - 20h34
de : Emmanuel Barot
1 commentaire
Conférence à l’occasion de la réédition de la conspiration pour l’égalité de Babeuf.
samedi 22 - 18h45
de : CED
1 commentaire
HORIZONS Feria du livre de la critique sociale et des émancipations à Nîmes
samedi 22 - 18h42
de : Coopérative des livres et des idées
Susan George : « Le pouvoir des transnationales, illégitime et non élu, veut en finir avec la démocratie »
samedi 22 - 16h11
de : l’Humanité Dimanche
3 commentaires
Et vous ? Vous manifestez où ce samedi ?
samedi 22 - 07h28
de : LBL
vidéo répression Mexico 20 novembre disparus d’Ayotzinapa
samedi 22 - 06h51
de : Occitània internacionalista
L’EUROPE, PARADIS DE … L’EVASION FISCALE !
vendredi 21 - 19h52
de : Jean PEUPLUS
2 commentaires
Une top model porte plainte contre Alain Soral : si les faits sont avérés, il risque gros
vendredi 21 - 18h57
de : Anthony Bem
18 commentaires
Ultra-droite : Yvan Benedetti mis en examen pour reconstitution de ligue dissoute
vendredi 21 - 18h48
1 commentaire
L’extrême-droite tente de s’infiltrer dans les combats écologistes
vendredi 21 - 18h40
de : Marie Astier
2 commentaires
Action : Fermeture surprise de la gendarmerie de Sautron (44)
vendredi 21 - 14h33
3 commentaires
Aux médias : Manif du 22 nov- Anticipation sur les erreurs qui pourraient se glisser malencontreusement dans vos articles
vendredi 21 - 14h29
1 commentaire
Macron et les esclaves
vendredi 21 - 13h20
de : l’Humanité
4 commentaires
VENEZUELA : Parce que la vérité est Révolutionnaire ! (LENINE)
vendredi 21 - 10h36
de : JO
10 commentaires
La France doit reconnaître l’Etat de Palestine
vendredi 21 - 08h36
de : Le MRAP
2 commentaires
CONTRE LE SCANDALE DE LA BAISSE DES DROITS À L’ASSURANCE CHÔMAGE, LA LUTTE CONTINUE !
vendredi 21 - 08h32
de : La Cgt Spectacle
Situation internationale et dette, au Sud et au Nord, de 2000 à 2014
vendredi 21 - 08h29
de : Eric Toussaint
On n’éteint pas le soleil en tirant dessus - Strategias
jeudi 20 - 21h21
de : Jean-Yves Peillard
1 commentaire
PONTIVY L’UMP FERME UNE ECOLE PUBLIQUE !
jeudi 20 - 20h48
5 commentaires
Préfèrence du numérique au détriment de l’humain
jeudi 20 - 20h41
de : stafed
Combattre le FN, ce parti antisocial qui tire profit des politiques ... antisociales du PS et de l’UMP !
jeudi 20 - 20h32
de : antoine (Montpellier)
3 commentaires
Reprivatisation du gaz
jeudi 20 - 17h38
de : Fald
6 commentaires
enseignants : des bons alimentaires en guise de salaire !
jeudi 20 - 15h37
de : iTELE.
1 commentaire
TOUS AUX MANIFS DU 22 NOVEMBRE !
jeudi 20 - 15h18
de : taratata
1 commentaire
Lettre ouverte au président de la Fédération Française du Bâtiment
jeudi 20 - 14h23
de : arthur
Qui met les mains dans le cambouis ? Qd d’autres syndicats regardent pudiquement ailleurs...
jeudi 20 - 13h02
Quand le Monde met en garde les non militaristes !
jeudi 20 - 11h45
de : Aspaar
4 commentaires
LA CAMPAGNE ALI ET SES PARTENAIRES SE MOBILISENT POUR LES PERSONNES ARRÊTÉES LORS DES MANIFESTATIONS POUR GAZA
jeudi 20 - 11h06
2 commentaires
Capitalisme , Fascisme et Ku Klux Klan
jeudi 20 - 10h44
les méthodes de voyous avec les seniors
jeudi 20 - 01h42
de : MARTINE LOZANO
2 commentaires
Apres le Traité Transatlantique (TTIP), voici le TPP (Traité Transpacifique) ...
mercredi 19 - 22h41
de : RIA

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

L'ancien se meurt, le nouveau ne parvient pas à voir le jour, dans ce clair-obscur surgissent les monstres. Antonio Gramsci
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
Le dangereux délire de Etienne Chouard : "Pour moi, Soral est à gauche"...
mardi 18 novembre
22 commentaires
Le discours trouble d’Etienne Chouard contre les "1% qui se gavent" Par Adrien Sénécat Cet enseignant, figure du "non" au référendum de 2005, est l’auteur d’une tirade anti-élites vue par des millions d’internautes ces dernières semaines. Où classer ce militant pour une VIe république, qui voit en Alain Soral un "résistant" ? "Le fait de désigner des maîtres au lieu de voter des lois est une imposture politique. Nous ne sommes pas en démocratie." C’est (...)
Lire la suite
Italie : 12 mai 1977, l’assassinat de Giorgiana Masi
lundi 12 mai
de Roberto Ferrario
A Giogiana ...si la révolution d’octobre avait été en mai si tu vivais encore, si je n’étais pas impuissant face à ton assassinat, si ma plume était une arme gagnante, si ma peur explosait sur la place, courage né de la rage étranglée dans la gorge, si t’avoir connue devenait notre force, si les fleurs que nous avons offertes à ta vie courageuse, dans notre mort devenaient des guirlandes de la lutte de nous toutes, femmes, si... ce ne serait pas (...)
Lire la suite
9 mai 1978 : PEPPINO IMPASTATO et sa lutte contre la mafia (videos)
samedi 10 mai
de Roberto Ferrario
L’histoire de "Les Cent pas" Années 60. Peppino Impastato, jeune garçon issu d’une famille étroitement liée à la mafia, vit à Cinisi, une bourgade sicilienne. Sa maison se situe à cent pas de la demeure de Tano Badalamenti, le parrain local. Son père espère faire de lui un personnage influent de la pègre. Mais en grandissant, Peppino devient un adolescent rebelle et idéaliste. Bientôt attiré par le communisme, il s’emploie à lutter ouvertement contre les pratiques de la (...)
Lire la suite
L’HISTOIRE DU 1er MAI, JOURNEE INTERNATIONALE DE CELEBRATION DES LUTTES DES TRAVAILLEURS
jeudi 1er mai
de Roberto Ferrario
4 commentaires
Le XIXe siècle voit la naissance de la classe ouvrière. La prolétarisation du travail se développe au fur et à mesure que la mecanisation industriel vient remplacer les anciennes formes de production. Les employeurs sont les maîtres absolus des entreprises et les conditions de travail sont misérables. Les (...)
Lire la suite
JEUDI 17 AVRIL A LIEU LA JOURNÉE DES PRISONNIERS PALESTINIENS – À PARIS , RASSEMBLEMENT DE 17 HEURES À 19 HEURES PLACE DE LA FONTAINE SAINT-MICHEL (M° SAINT-MICHEL, LIGNE 4)
mercredi 16 avril
1 commentaire
La détention de milliers de Palestiniens n’est pas la seule arme utilisée par l’occupant israélien pour venir à bout de la résistance de tout un peuple, mais c’est l’une des plus cruelles. Pas un jour, pas une nuit ne se passent sans que la soldatesque israélienne fasse irruption dans les villes et villages de Palestine occupée, et prenne en otage la jeunesse de ce pays. Il y a actuellement plus de 5.000 Palestiniens détenus par Israël, dont plusieurs centaines en (...)
Lire la suite
Mercredi 9 avril 2014 à 16h : extradition de Mario Sandoval
mardi 1er avril
de Collectif Argentin pour la Mémoire
Nous vous convions à nous accompagner à l’audience qui aura lieu le Mercredi 9 avril à 16h à la Chambre de l’Instruction (Pole 7-Chambre 5) au Palais de Justice de Paris , dans laquelle l’Argentine demande l’extradition de Mario Sandoval pour "privation illégale de la liberté suivie de la mort de la victime". Memo : M. Sandoval, qui vit actuellement en France, est poursuivi en Argentine pour crimes contre l’humanité commis pendant la dictature. Les autorités (...)
Lire la suite
Milan : 18 mars 1978 Fausto et Iaio tués par les fascistes (video)
mercredi 19 mars
de Roberto Ferrario
Je ne peux cacher que j’ai la gorge serrée et que cela me fait mal quand je me souviens de ces évènements. Je suis originaire de Milan et j’ai connu le centre Leoncavallo (à cette époque, j’habitais à 5 minutes de là) : je me souviens que deux heures après l’assassinat des camarades, informé par "Radio Popolare", je me trouvai sur place, participant à une manifestation improvisée qui a rassemblé 5000 personnes et qui s’est terminée à une heure du matin... (...)
Lire la suite