Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

"Grand Angle" sur la réalité cubaine (Vidéos)
de : La Pupila Insomne
mardi 24 janvier 2012 - 14h09 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 17.6 ko

L’été dernier, une nouvelle émission de télévision voyait le jour sur les antennes de Canal Habana – une chaîne qui transmet pour deux millions de personnes de la capitale cubaine. L´émission combine un haut niveau universitaire avec un abordage polémique de divers aspects de notre réalité et une esthétique avant-gardiste.

Yroel Sanchez s´entretient avec la journaliste Leslie Salgado, directrice de l’équipe qui réalise "Grand Angle"* alors que cette émission prépare sa deuxième saison.

Iroel Sanchez : Quelle est l’origine de "Grand angle" ?

Leslie Salgado : Ce programme est né de ma collaboration avec l´espace de débats « Jeudi dernier » de la revue « Temas » (« Thèmes ») et avec d´autres publications qui ont repris ces débats. Ma préoccupation principale était : « Pourquoi ne pas sortir ces discussions qui se nouent principalement dans les milieux universitaires et les amener vers les médias, et dans ce cas, vers la télévision ? ». La plupart des recherches et des connaissances échangées dans ces cercles et dans la revue « Temas » restent confinées à ces espaces. Il m´a semblé intéressant que les arguments défendus par ces chercheurs puissent être mis à la disposition de la population à l´heure d´analyser toute question liée à la vie économique ou sociale du pays.

Je pense aussi qu´au niveau des décideurs on manque parfois d´information sur la portée de ces recherches et sur leur utilité. Comme la revue « Temas » était ma principale source d’inspiration, j’ai proposé le projet à son directeur, Rafael Hernandez, pour qu´ensemble nous lui donnions la meilleure forme possible d´adaptation à l´écran. Au départ j´avais l´idée de réaliser une interview puis cette idée a évolué jusqu´à la forme qu´on a pu voir cet été. Il s´agit d´un programme qui combine les opinions de spécialistes sur un thème donné avec des fragments d´oeuvres audiovisuelles cubaines ou non, qui peuvent être recontextualisées pour créer un discours cohérent avec les opinions des interviewés. Pour nous c´était plus important d´utiliser des extraits du cinéma cubain, non seulement la production de l´ICAIC mais aussi des productions indépendantes et des matériels qui n´avaient jamais été, même sous forme d´extraits, montrés à la télévision. Ce fut aussi en partie un hommage au cinéma de ces cinquante dernières années qui nous laisse une image de ce qu´a été et de ce qu´est Cuba. C´était combiner le discours universitaire avec le discours audiovisuel, en un tout harmonieux où chaque image répond à une intentionalité. Aucune image n´est placée au hasard, tout a été bien pensé, chaque plan á sa fonction ; c´est pourquoi la sélection des films utilisés a été un processus difficile où tous les membres de notre équipe ont eu la possibilité de faire des suggestions sur ce qui nous paraissait le mieux.

IS : Quels thèmes aborde le programme ?

LS : En huit programmes nous avons abordé l´économie – première et deuxième partie – sur le thème : «  De la Macroéconomie à l´assiette ». Pourquoi commencer par l´économie ? Parce que nous voulions que le téléspectateur puisse se situer à propos de ce qui pouvait se produire à la suite des nouvelles lignes directrices du modèle économique cubain et l´impact de ces transformations sur les économies familiales.

IS : Il faut dire que le programme a été diffusé pendant l´été 2011. On venait d´approuver les « lignes du parti pour le développement économique et social » au congrès du Parti…

LS : En réalité on nous a donné le feu vert pour le projet vers le mois d´avril pour pouvoir commencer la diffusion en juillet. Ce fut la course mais avec l´avantage d´en tirer un programme très actualisé.

A partir de ce concept nous avons traité le modèle de production agricole sous le titre “Agriculture et paysans : sillonner le possible”. Nous savons que ce thème est critique pour Cuba. Ce programme a insisté sur les potentialités de l´agro-écologie et sur la possibilité d´alterner ce modéle avec l´agrculture à hauts revenus.

Un autre thème fut celui des jeunesses, un thème assumé au pluriel. Ce programme me semblait fundamental parce nous tentions d´offrir des arguments pour montrer la diversité de ce qui se passe dans la jeunesse cubaine, c´est pour cela que nous l´avons baptisé « Jeunesse cubaines », pas « une « jeunesse et pas la « même ».

Nous avons aussi abordé la participation citoyenne, thème qui de prime abord peut sembler abstrait, mais non. C´est un thème qui traverse tous les autres. C´est frappant de voir que, dans l´agriculture, dans l´économie, dans l´environnement, la participation surgit toujours comme la clef du succès des transformations du modèle économique cubain. C´est pour cela que lorsque nous pensons à ce thème nous avons décidé de l´appeler “Participation citoyenne : chemins pour prendre part à”.

Les autres thèmes furent “Politique environnementale : du dire au faire” ; “Bureaucratie et bureaucratisme : de l´excessif et du nécessaire”.
Tout était pensé pour que finalement nous ayons un panorama large des possibilités et des défis qui se présentent à Cuba dans ce processus de mise à jour du modèle socio-économique. L´idée fut que le programme ne “piétine” pas en énonçant le problème, mais arrive au point de faire des propositions sur la base des enquêtes que la majorité des invités avaient développées, ils ont été la clef de cet espace. Il faut aussi donner au téléspectateurs la conviction qu´il y a des personnes qui travaillent à penser le pays que nous voulons construire. Comme dit le slogan : « pour penser le Cuba que nous avons et penser le Cuba dont nous rêvons”

IS : Tu es une personne jeune, comme presque toute l´équipe…

LS : En réalité peu de membres de l´équipe dépassent les trente ans. Nous avons décidé que l´esprit ne pouvait être de répéter ce qui se faisait déjà. Parfois, à l´heure de préparer les scénarios, une question surgissait et nous disions, oui mais cette question ressemble trop à celle que ferait tel ou tel dans un programme connu. Nous avons voulu faire un programme qui ressemblerait à Canal Habana et qui fût á la hauteur du défi que nous assumons. Parler à Cuba du modèle économique, parler de l´agriculture…

IS : ...et en plein changement…

LS : Exact, parler de ces thèmes, inviter des chercheurs de ce calibre, tout cela doit beaucoup au prestige de la revue “Temas” et à l´intervention de Rafael Hernández ; il fallait aussi être au niveau de ces chercheurs dont les enquêtes extraordinaires apportent beaucoup à ce pays.

Mais le plus important c´est que nous avons formé une bonne équipe : Jamais nous n´avions travaillé ensemble mais nous avons eu un très bon niveau de communication et nous avons tous travaillé avec la même force : montages jusqu´à l´aube, sessions prolongées sur un scénario, défense du programme lorsque tel point de vue n´aidait pas. La vision de Rafael Hernández fut essentielle pour l´orienter dans le sens le plus pertinent quant aux thèmes et aux invités, pour aller à l´essentiel.

IS : Quel a été le programme le plus difficile à réaliser ?

LS : Celui sur le thème de l´environnement. Il y a beaucoup de réticences parmi les chercheurs qui travaillent sur ce thème. Le thème de la participation, nous pensions qu´il serait plus difficile à traiter, mais ce ne fut pas le cas.

IS : Le thème de l´environnement.

LS : Oui, nous nous sommes dit, ce sera le plus noble.

IS : Et Cuba en ce domaine a une politique d´avant-garde, internationalement…

LS : … et des résultats mais ce programme nous a coûté beaucoup d´efforts. Finalement nous avons obtenu un plus en réussissant à fare venir un vie-ministre, car personne d´autre n´osait venir parler de politique environnementale et de changement climatique.

IS : En d´autres mots, ce n´était pas tant une fermeture des institutions mais une fermeture des mentalités, comme dit Raúl.

LS : En effet. Ce n´était pas les institutions, car quand nous avons frappé aux portes du CITMA, il n´y a pas eu de problèmes ; mais parmi beaucoup de chercheurs il y a de grandes résistances pour aborder ce thème. Ce phénomène ne s´est pas produit avec le thème de la participation, ni avec celui du bureaucratisme.

IS : Quel accueil a reçu le programme ? Sachant que ton canal est local, qu´il porte sur La Havane.

LS : Je ne dispose pas d´étude d´audience mais je crois que le public a beaucoup aimé. Je dis ça à cause des courriers que nous avons reçus. Les téléspectateurs ont fait des suggestions de thèmes, ont même proposé des noms de spécialistes, certains démontaient l´avis des chercheurs, beaucoup insistaient sur la continuité du programme. Par ailleurs nous avons eu une bonne critique dans le journal « Trabajadores », une interview dans une édition digitale de « Tribuna de La Habana » et un article qui a circulé dans plusieurs blogs cubains. Nous avons décidé de ne faire aucune concession à la simplicité, dans les limites imparties par le médium télévisuel bien sûr.

Un élément de pour et de contre, ce fut l´horaire de transmission du programme. Le programme passait dans l´horaire du “Triángulo de la Confianza” qui a une forte audience mais notre programme n´a rien à voir avec le « Triángulo », ni dans la forme, ni dans le contenu. Heureusement une partie du public nous a suivis nous aussi, et les gens ont compris qu´il s´agissait de quelque chose de différent. Je suis contente.

IS : Quel est l´avenir du programme ?

LS : L´idée de la direction de Canal Habana est de programmer une nouvelle saison pour l´été 2012, c´est-à-dire de le réserver pour la période où le programme “El Triángulo de la Confianza” prend ses vacances. Nous aimerions que nos saisons ne soient pas si distancées, mais c´est l´offre de programmation qu´on nous a faite pour le moment.

IS : Y aura-t-il des changements dans le programme, par exemple au lieu de voix universitaires, faire surgir un contrepoint, comme une parole populaire, comme des opinions dans la rue…

LS : Nous ne pensons pas tant à des opinions qu´à des récits de vie liés aux thèmes du programme. Ce qui le rend plus complexe à produire mais nous voulons identifier des histoires et créer notre propre discours visuel.

IS : Comme une sorte de reportage ?

LS : plutôt documentaire, par le témoignage graphique. Même si nous n´écartons pas la possibilité que tu proposes.

IS : Canal Habana est une sorte d´avant-garde esthétique dans l´audiovisuel télévisuel cubain. Comment le programme s´y insère-t-il , dans sa fabrication, dans son concept visuel ?

LS : Il y a des choses qui n´ont pas marché du tout comme nous le voulions, comme la technique du “découpeur » mais l´idée fut d´avoir une image très fraîche à travers l´usage de la scénographie virtuelle. Le dessin a répondu à des codes qu´on utilise beaucoup aujourd´hui dans la télévision, oú on cherche un style très rationnel, presque minimaliste, avec beaucoup de blancs ; bien que cela n´est pas apparu comme nous l´imaginions ni comme nous l´avions vu pendant les essais, réalisés avec une caméra HD (haute définition, NDT) alors qu´ensuite les caméras avec lesquelles nous avons travaillé n´avaient pas la même définition, la photographie n´était pas la plus appropriée et nous n´avons pas obtenu les meilleurs résultats.

De toutes manières le concept a toujours été clair et nous l´avons amélioré, à partir du troisème programme on a perçu l´amélioration par rapport aux deux premiers. Bien sûr tout ce qui est lié au dessin restait lié au manuel de style de Canal Habana. En termes de programmation, on ne pouvait pas réunir des personnes sur le plateau car cela allait trop ressembler au “Triángulo” ou à « Libre Acceso », ni passer un documentaire intégral car le programme « breves estaciones » remplit déjà ce rôle ; ce fut un peu le mélange de tout, avec un discours inhabituel pour la télévision cubaine.

Équipe de “Grand Angle”

Leslie Salgado…Réalisatrice

Maisel Bello…Réalisatrice de TV

Yimel Díaz Malmierca… Scénariste

Pedro E. Moya… Scénariste

Alberto Padron….Assistante de réalisation

Ricardo Martinez…Assistante de réalisation

Flavio Pellerano...Monteur

Sandy Ching… Scénographe

Eduardo Mora… Conseiller

Source : La Pupila Insomne, http://lapupilainsomne.wordpress.co...

Traduction française : Thierry Deronne, pour www.larevolucionvive.org.ve

http://www.larevolucionvive.org.ve/...



Imprimer cet article





Projection-débat “Nous ne vendrons pas notre avenir” 21 novembre 2019 - 18h30 (video)
jeudi 21 - 11h44
de : Info’Com CGT
Une fois le fascisme décongelé on ne peut pas le recongeler - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 20 - 22h09
de : Hdm
1 commentaire
SYRIE : Israël aggrave dangereusement la tension Internationale !
mercredi 20 - 20h07
de : JO
BOLIVIE : Un nouveau coup d’Etat orchestré de la guerre économique des multinationales !
mercredi 20 - 19h54
de : J0
Hôpitaux : un plan d’urgence au rabais
mercredi 20 - 14h35
Emission : Allemagnes 89/90 - Réunification ? Ou colonisation ?
mardi 19 - 18h02
de : Emission Polémix et La Voix Off
2 commentaires
Gilets jaunes : sept Français sur dix trouvent le mouvement "justifié" et estiment qu’il a servi aux catégories populair
mardi 19 - 13h36
de : nazairien
1 commentaire
LA RAGE ET LA RÉVOLTE
mardi 19 - 12h42
de : Ernest London
Didier Maisto, directeur de "sud radio" , mais aussi, journaliste de terrain, témoigne sur l’acte 53 à Paris (vidéo)
lundi 18 - 23h02
de : nazairien
2 commentaires
3 Médias indépendants, au coeur de l’acte 53 à Paris, article de pierrick tillet (vidéos)
lundi 18 - 19h12
de : nazairien
Le peuple désarmé sera toujours vaincu ! Analyse à méditer en tout cas !
lundi 18 - 16h54
de : JO
2 commentaires
Le Préfet de police a « transformé par un tour de passe-passe bureaucratique des manifestants en délinquants »
lundi 18 - 16h40
de : JO
4 commentaires
Mémoire historique : Information et mise au point sur l’association « 24 août 1944 »
lundi 18 - 15h24
de : Miguel Campos
1 commentaire
Dimanche 17 Novembre, Paris, Acte 53 suite, Pas de repos pour les GJ ! (vidéo)
dimanche 17 - 21h16
de : nazairien
1er anniversaire, du combat des "gilets jaunes" AN II reprise des "ronds points" (vidéo)
dimanche 17 - 20h25
de : nazairien
4 commentaires
16 et 17 novembre : pas de cadeaux pour l’anniversaire des gilets jaunes
dimanche 17 - 19h32
2 commentaires
Les Forces de l’Ordre (quoique) ne devraient-t-elle nettoyer plus souvent la visière de leur casque
dimanche 17 - 18h34
de : jean-marie Défossé
Acte 53 Gilets Jaunes : Dissuasion ou interdiction perfide des manifs ; ?
dimanche 17 - 18h01
de : JO
Acte 53 Gilets Jaunes :Des policiers se font-ils passer pour des black blocs
dimanche 17 - 17h54
de : JO
Les réformes de Macron sont les vraies armes par destination
samedi 16 - 20h54
de : Xavier Marchand
1 commentaire
Une Transition Anticapitaliste est-elle encore possible ?
samedi 16 - 14h02
de : Lepotier
9 commentaires
Damien Saez, un artiste, qui n’a jamais renié ses engagements, chante l’anniversaire du combat des "gilets jaunes"
vendredi 15 - 23h13
de : nazairien
Pour revenir sur la 4e Assemblée des Assemblées des Gilets Jaunes à Montpellier avec Demos Kratos (vidéo)
vendredi 15 - 19h35
de : nazairien
Reviens vite Evo, ton peuple a besoin de toi : Roger Waters (vidéo str fr)
vendredi 15 - 11h50
de : nazairien
2 commentaires
LES « PÉTROLEUSES »
vendredi 15 - 10h48
de : Ernest London
LA LUTTE FINALE
jeudi 14 - 20h36
de : Nemo3637
2 commentaires
Hôpital : tout le monde déteste l’austérité
jeudi 14 - 18h11
Bloc bourgeois - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 13 - 21h31
de : Hdm
Sans âme.
mercredi 13 - 21h27
de : L’iena rabbioso
Précarité étudiante : le cinq décembre dans toutes les têtes
mercredi 13 - 18h37
1 commentaire
GILETS JAUNES Acte 52 à Montpellier : La terreur bleue !
mardi 12 - 16h26
de : JO
CES 600 MILLIARDS QUI MANQUENT À LA FRANCE
mardi 12 - 12h16
de : Ernest London
BOLIVIE ! Processus électoral électronique mis en cause !
mardi 12 - 11h32
de : JO
2 commentaires
Pour poser de nouveaux jalons de laïcité
mardi 12 - 01h01
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Intervention de Michèle Sibony, au nom de l’UJFP, à la manifestation du 10 novembre contre l’islamophobie
lundi 11 - 23h23
de : Chantal Mirail
6 commentaires
L’appel à manifester des sous-marins jaunes
lundi 11 - 21h09
de : jean1
Rassemblement contre la précarité étudiante dans toute la France le mardi 12 novembre
lundi 11 - 20h50
de : jean1
La terre a tremblé de Cruas à Tricastin ; Allo vous m’entendez ?
lundi 11 - 15h40
de : le fou du roi nucléaire pour coordi SudEst
1 commentaire
Gauche SERVILE ou gauche INDOCILE face aux intégrismes religieux
lundi 11 - 11h53
de : Christian DELARUE
5 commentaires
Coup d’Etat en Bolivie :Les syndicats annoncent un siège et donnent 48 heures à Camacho pour quitter La Paz
lundi 11 - 11h13
de : JO
2 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Si notre condition était véritablement heureuse, il ne faudrait pas nous divertir d'y penser. Blaise PASCAL
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite