Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

La Dame de fiel
de : Philippe Marlière
jeudi 2 février 2012 - 13h24 - Signaler aux modérateurs
7 commentaires

Sorti sur les écrans britanniques en janvier, La Dame de fer est un « biopic » (biographical motion picture) qui mêle des événements historiques à des épisodes imaginaires de la vie de Margaret Thatcher. L’ex-première ministre est mise en scène telle que l’auteure du film l’imagine aujourd’hui. On sait que l’octogénaire souffre de troubles mémoriels et de démence depuis 2001. Chaperonnée par une gouvernante, recevant les visites de sa fille Carol, elle vit cloîtrée dans son appartement londonien. Depuis 2002, elle limite ses apparitions publiques. Cette vieillarde déboussolée n’est que l’ombre de la femme qui domina la vie politique britannique entre 1979 et 1990. Très affectée par le décès de Dennis, son mari, en 2003, Thatcher continue de « partager sa vie ». La caméra la filme conversant, déjeunant ou partageant le lit conjugal avec cet homme jovial et effacé. Dennis est bien mort ; Carol le lui rappelle régulièrement, mais Thatcher hallucine et oublie tout, y compris que son mari a disparu.

Un portrait intimiste critiquable

La vieillesse, la déchéance physique et intellectuelle, la mort des siens, la nostalgie du passé : Phyllida Lloyd, la metteuse en scène, a choisi de retracer la vie de Margaret Thatcher à travers ce prime intimiste et œcuménique. La demeure de la vieille dame est le point de départ de multiples flash-backs sur sa vie ; des allées et venues mémorielles provoquées par une nouvelle entendue à la radio, une vidéo familiale visionnée ou un bruit parvenu de la rue. La trajectoire est subjectivée par le regard d’une Maggie trébuchante et pitoyable. Le rôle est incarné de manière très convaincante par Meryl Streep, qui a une réputation de « liberal » à Hollywood. Lloyd, qui se présente comme « plutôt de gauche », avait déjà travaillé avec Streep dans Mama Mia, une comédie musicale qui a connu un très grand succès commercial.

Cette approche volontairement « humaniste » met mal à l’aise, voire importune tous ceux qui ont en mémoire ce que fit l’ex-locataire de Downing street. De brefs clips renvoient aux événements politiques décisifs de son leadership : les grèves de la faim des membres de l’IRA en 1981, la guerre des Malouines en 1982, la grève des mineurs et l’attentat de Brighton en 1984 ou encore les révoltes de la Poll Tax et son inévitable départ en 1990. Il est regrettable que ces faits soient mis en scène trop hâtivement, car ils n’apportent aucune plus-value pédagogique au récit. A son corps défendant ou pas, Lloyd a réalisé une fresque épique ; le combat d’une femme contre les establishments de tout poil : le monde machiste de la politique ; le danger représenté par un Etat tentaculaire ou encore le militantisme de syndicats bolchévisés. Dans l’adversité, Margaret se bat, perd, persévère, gagne, puis de nouveau connaît la défaite. C’est une Thatcher étrangement humanisée et dépolitisée qui nous est révélée. Comment ne pas être ému de la voir ainsi diminuée ? comment ne pas avoir pitié de sa solitude et de son déclin ?

A quelques rares moment du film, on permet à Meryl Streep de dévoiler la « vraie » Thatcher. A un dîner donné en son honneur, un convive lui demande son opinion à propos d’un attentat sanglant en Asie. Impériale, la Dame de fer laisse s’installer un long silence avant de répondre. Avec cette diction ampoulée si caractéristique, la Dame de fer se lance enfin dans une diatribe contre les « Forces du Mal ». Il s’agit, selon elle, d’une lutte à mort entre la « civilisation occidentale » et le terrorisme international. Thatcher fut subjuguée par Ronald Reagan, le combattant anticommuniste. Elle aurait également été séduite par George W. Bush, le croisé de Bagdad. Ce « biopic » pose un regard tendre sur la plus froide et déterminée des personnalités politiques britanniques de l’après-guerre. Ce faisant, le film délaisse l’animal politique, trait pourtant quintessentiel du personnage, et se concentre sur l’éphémère : la vieillesse d’une femme. Le sujet est certes intéressant, mais pourquoi avoir posé le regard sur une personne aussi controversée ? On peut éprouver de la compassion pour toute personne atteinte de démence, mais le mal dont est affligé Margaret Thatcher justifie-t-il de passer sous silence les souffrances et les injustices que sa politique a infligées à des millions d’individus ?

Une conservatrice de combat

Margaret Thatcher incarne de manière idéal-typique les « valeurs » de la Middle England, cette Angleterre blanche des classes moyennes laborieuses qui lit le Daily Mail et vote conservateur. Elle est provinciale, pingre, aigre, anti-intellectuelle, europhobe, anti-syndicaliste, individualiste effrénée et, last but not least, dénuée de tout sens de l’humour. Effort, ordre et self-help : avec Thatcher, ce sont les valeurs victoriennes de son père ultraconservateur qui parviennent au pouvoir. A l’université, elle découvre les penseurs néolibéraux. Au pouvoir, elle s’inspire des théories économiques de l’Ecole monétariste de Chicago animée par Milton Friedman et de l’Ecole autrichienne de Friedrich Hayek. Les fondations de la « révolution conservatrice » qu’elle co-pilote avec Ronald Reagan sont posées. Elle réduit les dépenses publiques, mène des politiques d’austérité draconiennes, baisse les impôts des riches et des entreprises, privatise, abandonne le secteur industriel à son déclin, favorise l’ouverture économique aux capitaux étrangers ou encore décide de la fin du contrôle étatique des taux de change. Elle contribue de manière décisive à l’édification d’une société profondément inégalitaire, violente et matérialiste.

La Dame de fer ne ménage pas ses ennemis, nombreux et divers. Elle combat sur le plan interne les socialistes, les syndicats et les fonctionnaires. Elle n’épargne pas les ministres de son gouvernement qu’elle traite avec dédain et qui se vengeront d’elle en 1990. Sur la scène internationale, elle est à la tête du combat anticommuniste. Elle s’oppose aux sanctions économiques contre le régime d’Apartheid et se déclare l’ami du président Botha. Elle se méfie de ses partenaires européens qu’elle ne comprend ni n’apprécie. Martiale, elle conduit une guerre douteuse pour reprendre aux Argentins les Malouines, un archipel sans valeur économique ou géopolitique. A cette occasion, elle déclare vouloir en découdre avec les « voyous fascistes » de Buenos Aires. Ironie de l’histoire, elle sera seule à prendre la défense du général Pinochet, autre voyou fasciste. En mars 1999, Thatcher lui rend visite dans sa résidence surveillée au Royaume-Uni. Pinochet est sous le coup d’un mandat d’arrêt international lancé par le juge espagnol Baltasar Garzón pour violation des droits de l’homme dans son pays. Elle demande sa libération et, devant les télévisions, elle lui confie : « Je suis bien consciente que vous êtes celui qui a amené la démocratie au Chili, vous avez établi une constitution appropriée à la démocratie, vous l’avez mise en œuvre, des élections ont été tenues, et enfin, conformément aux résultats, vous avez quitté le pouvoir » (lire l’article de la BBC).

Après en avoir souffert dans un premier temps, Margaret Thatcher intégra le monde machiste de la politique sans état d’âme. Dominatrice le jour au gouvernement, elle était une épouse-modèle le soir au foyer. Des témoins racontent qu’elle quittait précipitamment Downing street pour aller cuisiner les repas de son mari. Elle ne supportait pas la présence de femmes autour d’elle (une seule femme siégea dans ses gouvernements pendant onze ans). La Dame de fer ne fit absolument rien pour promouvoir ou améliorer la situation des femmes. Que Phyllida Lloyd et Meryl Streep, deux femmes « progressistes », soient à l’origine de la réhabilitation d’un personnage aussi trouble laisse songeur.

http://blogs.mediapart.fr/blog/phil...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
La Dame de fiel
2 février 2012 - 14h01

Un grand un immense merci, Philippe, pour avoir remis les choses à leur place et pour nous livrer cette critique de ce film dont "tout le monde parle".

Personnellement, et ta critique n’a fait que me le confirmer, je n’irai pas voir ce film.

(De même que je ne suis pas allée voir "la Chute".)

J’aurais trop l’impression de plonger mes mains dans le sang et les larmes de tout ceux que Thatcher a martyrisé directement ou indirectement.

Et au passage, que Meryl Streep, qui est (et reste) une GRANDE actrice, (et c’est vrai plutôt "liberal") ait collaboré à un tel film me navre profondément. Ce qui prouve qu’on peut avoir un immense talent (d’actrice, d’auteur ou de chanteur) et finalement ne pas toujours être très perspicace ni suffisamment intelligente pour prendre du recul sur les conséquences politiques d’un film. C’est dommage. Mais ce n’est pas la première ni la dernière.

J’effacerai donc cette collaboration pour mieux me rappeler ses interprétations magistrales dans "Out of africa", "Le choix de sophie" ou "Sur la route de Madison".

Quant à Thatcher, savoir que cette vieille s.... va mourir dans son lit, rien que pour elle, j’espère qu’il y a une vie après la mort et que l’Enfer existe car elle y a toute sa place.

Comme Papon.

Comme tous ces salopards, elle j’aurais trouvé plus que juste et plaisant qu’elle eut été arrêtée, jugée et condamnée.

A plus min fieu ;-)

LL



La Dame de fiel
2 février 2012 - 14h47 - Posté par

merci m’file ! Ch’est ti l’plus braf !


La Dame de fiel
2 février 2012 - 14h50 - Posté par

vainon àa soit être eul ’ froid à c’t’heure mais je crois ben que j’ai po écrit français à la fin !!!!!!!!! ah ah ah

LL


La Dame de fiel
2 février 2012 - 14h59 - Posté par

Bin ch’est du biau ! Té va pas t’laicher abatte ? Ch’ti la, ch’eune sacrée amusette !


La Dame de fiel
2 février 2012 - 14h46 - Posté par robin des bois

qu’elle créve la vieille pourriture,les vers auront ta peau



La Dame de fiel
2 février 2012 - 20h57 - Posté par manouchian

Robin des bois,c’est pas sympa’ pour les vers,ils risquent d’attraper

une maladie..


La Dame de fiel
2 février 2012 - 23h26 - Posté par

J’irai même pas l’voir sur mégaupload na !





15 Octobre 1987 THOMAS SANKARA
mardi 15 - 17h29
de : CADTM
De qui se moque t on ? Les frais d’hébergement des députés à Paris vont être davantage remboursés
mardi 15 - 17h11
de : nazairien
2 commentaires
ZOMIA ou l’art de ne pas être gouverné
mardi 15 - 14h20
de : Ernest London
Grande Fête du livre de Noir et Rouge
lundi 14 - 23h10
de : Frank
Nucléaire : le danger qui nous menace s’accroît
lundi 14 - 23h03
de : pierre peguin
Emission - Sabotage de l’école – Un peuple éclairé serait-il incontrôlable ?
lundi 14 - 20h03
de : Emission - Polémix et La Voix Off
Rojava : « La révolution ne doit pas disparaître »
lundi 14 - 17h10
de : jean 1
1 commentaire
Pascale Locquin
lundi 14 - 15h45
de : locquin
Les "gilets jaunes, bleus, verts, oranges" dans le VIéme ar, pour la "défense des victimes de l’amiante
dimanche 13 - 14h17
de : nazairien
Le voile ... dévoile une fois de plus sa stratégie de dislocation des valeurs républicaines
dimanche 13 - 11h56
de : Jean-Marie Défossé
14 commentaires
Toulouse, les baqueux toujours aussi dérangés, les CRS sous "captagon" ? et les gedarmes veulent faire aussi bien (vidéo
dimanche 13 - 02h25
de : nazairien
Rencontre débat « L’anarchisme pour les nuls »
samedi 12 - 21h15
de : jean 1
Le crépuscule de l’OTAN.
samedi 12 - 20h56
de : L’iena rabbioso
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h18
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h14
N’abandonnons pas les Kurdes et les populations de Syrie - Tribune collective sur Libération
samedi 12 - 16h33
de : Christian DELARUE
3 commentaires
GAZ ET FLOUZE À TOUS LES ÉTAGES - C’est l’heure de l’mettre
vendredi 11 - 15h08
de : Hdm
Intervention turque en Syrie : la révolution politique du Rojava menacée de toute part
vendredi 11 - 08h12
22 commentaires
Rejetée
jeudi 10 - 15h28
de : jean 1
double face
jeudi 10 - 12h01
de : jean 1
1 commentaire
Appel à Manifestation samedi 12 octobre à Saint-Victor
mercredi 9 - 22h05
de : AMASSADA
Détruire le capitalisme avant qu’il ne nous détruise (à propos de Lubrizol)
mardi 8 - 23h50
de : nazairien
3 commentaires
On nous cache tout, on nous dit rien :Frais d’obseques des deputes et de toute leur famille payes par nos impots (vidéo)
mardi 8 - 23h05
de : nazairien
LES BESOINS ARTIFICIELS - Comment sortir du consumérisme
mardi 8 - 17h23
de : Ernest London
11 commentaires
Le Maquillage Vert du Capitalisme ne change pas son essence prédatrice
lundi 7 - 23h02
de : Cecilia Zamudio
Emission - Lubrizol – Enfumage chimique. Enfumage médiatique. Enfumage étatique.
lundi 7 - 16h59
de : Emission Polémix et La Vox Off
Sur les Gilets Jaunes, l’État et le fascisme – lettre d’Antonin Bernanos
lundi 7 - 16h06
de : jean 1
Ami entends-tu les cris sourds du pays qu’on enchaîne : L’Europe nous supprime la faucille ! Et le marteau ! ...
lundi 7 - 15h07
de : nazairien
1 commentaire
Réformes des retraites : depuis 1993 l’âge de départ et le montant des pensions reculent
lundi 7 - 07h50
1 commentaire
TROIS "I" en même temps !
dimanche 6 - 21h49
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Rencontre nationale des communes libres et des listes citoyennes
dimanche 6 - 21h42
de : commercy par invités de médiapart
La “surprise” de l’acte 47 des GJ : l’occupation du centre commercial Italie2 (vidéo)
dimanche 6 - 11h11
de : nazairien
4 commentaires
Un féminisme accusé de contrôle du corps des femmes
dimanche 6 - 02h31
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Le communautarisme du Rassemblement National - RN (ex FN).
dimanche 6 - 02h21
de : Christian DELARUE
confirmation expulsion appel à convergence
samedi 5 - 22h27
de : AMASSADA
Acte 47 Toulouse et violences à AMiens
samedi 5 - 21h51
de : https://www.frontsocialuni.fr/les-luttes-invisibles/
Une lobbyiste de la pollution au coeur de la convention pour le climat
samedi 5 - 21h39
de : Gaspard D’Allens REPORTERRE
Christine Renon : marée humaine quand l’Éducation Nationale ne veut pas de vague
vendredi 4 - 14h32
Les palettes : Il n’aurait jamais dû signer...
vendredi 4 - 10h22
LA MANIFESTATION CLIMAT DU 21 SEPTEMBRE A-T-ELLE ÉTÉ INFILTRÉE PAR LE BLACK BLOC ?
jeudi 3 - 22h36
de : jean 1

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

La règle d'or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu'une partie de la vérité et sous des angles différents. Gandhi
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite