Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

FIDEL PRÉSENTE LES DEUX TOMES DE « GUERRILLERO DEL TIEMPO »
de : Arleen Rodriguez Derivet et Rosa Miriam Elizalde
mercredi 15 février 2012 - 01h14 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire
JPEG - 17.1 ko

« Notre devoir est de lutter jusqu’à la dernière minute »

C’EST par un « bonjour » radieux que Fidel a salué son auditoire, et c’est sur ce mot magique que s’est ouverte dans une des petites salles du Palais des Conventions, la présentation des mémoires du leader de la Révolution cubaine, Fidel Castro Ruz : Guerrillero del tiempo, deux volumes qui rassemblent ses conversations avec l’écrivaine et journaliste Katiuska Blanco.

Sur le même ton souriant, Fidel avait cru bon de prévenir l’auditoire : « On va vous parler de deux livres dont vous n’avez même pas entendu parler. » En effet, ce sont deux ouvrages qui portent sur les premiers souvenirs de l’enfance de Fidel et qui se terminent en décembre 1958, juste avant le triomphe de la Révolution. Environ 1000 pages dans lesquelles « j’ai eu une certaine participation », plaisante le commandant. Ce ton détendu a prévalu pendant toute la rencontre qui s’est prolongée pendant près de six heures. Une heure durant au moins, le commandant, debout, a salué personnellement un grand nombre de personnes, notamment de vieux camarades de combat de l’attaque de la caserne Moncada et du débarquement du yacht Granma, ainsi que les proches des cinq Cubains prisonniers aux États-Unis.

Fidel porte un léger survêtement noir sur une chemise bleue à carreaux. L’expression de son visage traduit les émotions que lui inspirent les paroles et les anecdotes que les présentateurs de chaque tome de cette édition retracent : Abel Prieto, ministre de la Culture, et Miguel Barnet, président de l’Union des écrivains et des artistes de Cuba. Parfois, il soulève les sourcils, les yeux brillants, comme lorsque Abel Prieto rappelle des moments de son enfance à Biran, ou bien il rit sans retenue, par exemple, lorsque Miguel Barnet évoque les commentaires de Che Guevara sur le débarquement du Granma : « Ce fut un naufrage ! ».

En réalité, sa raison d’être ici – il le répètera à plusieurs reprises au cours de la rencontre –, obéit à une seule question :

« Qu’est-ce que je peux faire de plus pour aider ? » Et s’il fallait ne choisir qu’une seule phrase qui nous indique où nous emmènera ce livre – un joyau de l’édition et de l’impression de la maison d’Édition Abril et de l’imprimerie Federico Engels, avec des photographies et des dessins d’Ernesto Rancaño, à qui on doit la couverture –, peut-être ce qu’il dit à Katiuska , à un moment de la conversation, pourrait-il nous aider : « Je préfère la vieille montre, les vieilles lunettes, les vieilles bottes, et en politique, tout ce qui est nouveau. »

À certains moments, quand Katiuska présente brièvement les volumes, ou quand les présentateurs prennent la parole, Fidel semble aussi ému que nous, comme si subitement, après ce voyage rapide à travers les pages des deux livres, il voyait sa propre vie dans son ensemble, « comme dans un film en trois dimensions », dira Miguel Barnet. « Il faut dire que ce livre souligne toute la valeur que ce qui a été fait, mais ce qui m’intéresse le plus, c’est d’être utile. »

Il signale qu’il lit des centaines de dépêches d’agence tous les jours. Il dévore littéralement toutes les informations qui lui parviennent. Il suit avec une particulière attention la situation au Venezuela qui, ce 4 février, commémore le 20e anniversaire de la Rébellion militaire dirigée par Hugo Chavez : « Nul n’a autant fait pour le peuple vénézuélien que le mouvement bolivarien », commente-t-il.

Fidel a parlé de beaucoup de choses, dialoguant avec enthousiasme, à partir des commentaires et des questions de l’auditoire : des admirables batailles que livrent en ce moment les étudiants latino-américains et du monde pour leurs droits ; de sa profonde opposition à l’enseignement privé ; de sa ferme conviction que les connaissances acquises et les développements dans notre pays peuvent multiplier les productions, les biens et le niveau de vie de la société, y compris dans l’agriculture ; de l’erreur que nous avons tous commise en croyant que dans le socialisme les problèmes économiques étaient résolus ; des prix Nobel qui rarement récompensent ceux qui croient à un système social plus juste ; des surprenantes découvertes de la science et de la technologie ; du dangereux gaz schiste et des fabuleuses perspectives de la nanotechnologie ; des visites des leaders internationaux et de l’impression qu’elles ont produites ; des Malouines, « ce bout de terre arraché à l’Argentine », où aujourd’hui les Britanniques ont l’intention d’extraire du pétrole et, évidemment, des terribles menaces qui pèsent sur la Syrie et l’Iran, alors que les États-Unis et l’Europe prétendent convaincre la Russie de cette idée ridicule que le bouclier anti-missiles a pour but de protéger ce pays contre les menaces de l’Iran et de la Corée du Nord.

Pour lui, il est indispensable de se tenir au courant des événements et de reconnaître « qu’il n’y a plus de place pour les intérêts nationaux, car ils s’inscrivent dans les intérêts internationaux… Notre devoir est de lutter jusqu’à la dernière minute, pour notre pays, pour notre planète, pour l’Humanité ».

EN PARLANT DES CINQ ET AVEC LES CINQ

À deux reprises, Fidel a parlé du roman Jean-Christophe de Romain Rolland comme d’une de ses lectures préférées. La première, ce fut en apercevant dans la file derrière ses camarades de l’attaque de Moncada, les mères des Cinq. Ce roman a été une de ses lectures en prison. Un de ceux qui a survécu à la censure du chef de la prison, un « type odieux, stupide, voleur… » ; à tel point qu’il lui a interdit des livres comme le Staline de Trotsky, et que par contre, il a laissé passer Le Capital, de Karl Marx.

« Les familles des Cinq sont avec nous. Incroyable combien ces hommes ont résisté ! », s’exclame-t-il avec admiration. Il dit qu’on ne peut absolument pas comparer les deux années environ qu’il a passé en prison avec les 13 ans d’emprisonnement de Gerardo, de Ramon, de Fernando, d’Antonio, et aussi de René – à qui on interdit de revenir à Cuba –, et il se montre particulièrement préoccupé par la situation actuelle des Cinq.

« Je viens de lire ce qu’a écrit Antonio sur son transfert de prison. Comment va-t-il ? a demandé Fidel, particulièrement intéressé, car il a été lui-même prisonnier politique, et il a également subi des vexations, et même des menaces de mort.

Mirta, la mère de Tony, lui a expliqué qu’il s’agit d’un changement auquel il avait droit et qu’il l’avait demandé lorsque sa condamnation avait été réduite. Il a passé 13 ans à la prison de haute sécurité à Florence, Colorado – si dure qu’on l’appelle

« l’Alcatraz des Rocheuses », ce qui obligeaient ses proches à prendre trois avions pour lui rendre visite. Maintenant, il est à la prison Marianna, en Floride, où René a purgé sa peine jusqu’à sa sortie le 7 octobre dernier. « Le changement a été très favorable, pour le climat mais surtout car maintenant je n’ai qu’un seul avion à prendre pour aller le voir, ensuite on continue par la route », a expliqué la mère du poète emprisonné, une femme admirable qui aura 80 ans cette année, et qui commençait à ressentir les effets des épuisantes journées passées à voyager pour rendre visite à son fils. Quant à Tony, elle a confié que son moral était bon et qu’il lui avait demandé de transmettre à tous ses remerciements pour leur soutien à la cause des Cinq, qui est entrée dans une phase cruciale et décisive.

« Comme ses camarades, il conserve la même fidélité, la même résistance, et un bon moral, et le désir que vienne enfin la victoire », a poursuivi Mirta.

UNE VISION INTIME DE L’HISTOIRE

L’écrivaine Graciella Pogolotti, présidente de la Fondation Alejo Carpentier, a débuté la ronde des questions. Un des problèmes de l’approche de l’Histoire – avec une majuscule –, c’est que l’on suit la séquence des grands événements, mais jamais les détours, ces détails intimes, la mémoire, ces choses qui non seulement touchent l’esprit, mais aussi le cœur. Elle a proposé au leader de la Révolution de continuer à écrire, de continuer cette saga de témoignages, qu’il en dise plus sur son expérience comme combattant et sur ses conversations avec de grandes personnalités de ce monde.

« Il faut que j’en profite maintenant, parce que la mémoire se perd ». Une autre fois, le magnifique humour de cet après-midi, a affleuré, et il a promis : « Je suis prêt à faire l’impossible pour transmettre ce dont je me souviens bien… J’ai exprimé toutes les idées que j’avais, et les sentiments qui m’ont traversé ». Et d’ajouter plus loin : « Je prends conscience de l’importance de raconter tout cela pour le transmettre, pour que cela soit utile. »

Il a fait remarquer l’immense révolution qui s’est produite dans la pensée à une époque marquée de plus par des progrès scientifiques incroyables. « Internet est un instrument révolutionnaire qui permet de recevoir et de transmettre des idées, dans

les deux directions, quelque chose que nous devons savoir utiliser », et il a souligné l’immense potentiel de Cuba pour participer à ces développements. Par exemple, seulement l’Université des Sciences informatiques, entre étudiants et enseignants, compte 14 000 personnes dans ses classes. Et il s’interroge : « Mettons-nous à profit toutes ces valeurs et ces ressources pour transmettre des idées ? »

Dialoguant avec Mirthia Brossard, présidente de la Fédération des étudiants de l’Enseignement moyen, il a déclaré : « Nous devons soutenir les idées de la jeune Chilienne – Camila Vallejo – dans le sens où nous devons lutter pour le droit à l’éducation pour tous. Que ce ne soit pas seulement une éducation générale et gratuite, mais que nous nous préoccupions aussi des contenus d’enseignement ». Et d’ajouter : « L’éducation est la lutte contre l’instinct. Tous les instincts conduisent à l’égoïsme, et seule la conscience peut nous mener à la justice. Ce n’est pas seulement une formule pratique, c’est la seule acceptable en théorie. »

Vers la fin de la rencontre, le peintre Alexis Leyva (Kcho) a déclaré que ce livre explique comment Fidel est devenu un leader de dimension internationale, non par la force mais grâce à son intelligence. Lorsque l’artiste a demandé à Fidel un conseil pour lutter contre ce monde fou qu’il nous a été donné de vivre, le commandant a répondu : « Tu l’as dit toi-même, plutôt que de l’audace, il faut de l’intelligence

Fidel a regretté que le temps s’achève, et la rencontre s’est conclue, comme elle avait commencé par des rires : « C’est dommage que cela se termine ! Je me suis senti très heureux, mais je coopère avec les médecins (qui le soignent). Et remarquez bien que je le fais non comme un acte d’audace, mais comme un acte d’intelligence ! »

http://www.granma.cu/frances/cuba-f...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
FIDEL PRÉSENTE LES DEUX TOMES DE « GUERRILLERO DEL TIEMPO »
15 février 2012 - 10h04 - Posté par Joannès

Bon si on est Communiste et pour le Socialisme on devrait forcément être INTERNATIONALISTE !






La France n’a pas de leçons à donner à la Russie
vendredi 23 - 14h33
de : JO
1 commentaire
G7 : Biarritz occupée par l’état-major du néolibéralisme
jeudi 22 - 18h05
de : joclaude
1 commentaire
Nous accusons !
jeudi 22 - 17h07
Qu’a vraiment dit Vladimir Poutine sur les Gilets Jaunes à Brégançon ?
jeudi 22 - 16h58
de : JO
Urgences, femmes de chambre, travailleurs sans-papiers : trois grèves qui n’ont pas pris de vacances
jeudi 22 - 16h21
VENEZUELA : Témoignage sur la reconnaissance des droits des Indiens !
jeudi 22 - 11h50
de : JO
GILETS JAUNES :L’enquête sur la mort de Mme. Zineb Redouane à Marseille !
mercredi 21 - 19h37
de : joclaude
MANIFESTATION POUR EXIGER LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH
mercredi 21 - 17h51
de : Jean Clément
La "guerre en syrie, qui n’en finit pas de finir" : Les raids pro-Résistance de l’aviation russe
mercredi 21 - 17h25
de : nazairien
1 commentaire
Biarritz : Ville fermée.
mardi 20 - 21h39
de : L’iena rabbioso
Contre-G7 : la Confédération paysanne appelle à une forte mobilisation
mardi 20 - 16h16
de : jean 1
3 commentaires
À MES FRÈRES - Anthologies de textes poétiques et politiques
mardi 20 - 10h44
de : Ernest London
Féminisme : choisir un courant.
mardi 20 - 10h15
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Depuis le 8 Aout 2019 énième accident nucléaire Nionoska Russie
lundi 19 - 22h32
de : savoie antinucléaire ACDN Next-up
L’île aux enfants.
lundi 19 - 18h24
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Trump décrète un blocus total du VENEZUELA !
lundi 19 - 18h02
de : JOclaude
1 commentaire
Comité Chômeurs et Précaires CGT Strasbourg : Les nouveaux Esclaves !
lundi 19 - 16h23
de : JOclaude
Montpellier : 150 gilets jaunes font fermer le Polygone et un « village jaune » au rond point de Près d’Arènes.
lundi 19 - 16h06
de : jean 1
1 commentaire
ARGENTINE : le spectre d’un retour du péronisme fait plonger la Bourse !
lundi 19 - 15h53
de : joclaude
1 commentaire
Contre-sommet : « Ce G7 n’est pas un point d’arrivée, c’est un point de départ »
lundi 19 - 10h26
3 commentaires
Féminisme hypertextile et féminisme hypotextile
lundi 19 - 01h00
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Voiler sans tarder les jeunes filles de 2 à 12 ans ?
dimanche 18 - 22h09
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Suite des oeuvres des brutes de Macron ! Mes observations !
dimanche 18 - 21h25
de : JO
2 commentaires
Pudeur pour soi ou pudeur pour autrui.
dimanche 18 - 21h13
de : Christian DELARUE
5 commentaires
ADIEUX AU CAPITALISME Autonomie, société du bien être et multiplicité des mondes
dimanche 18 - 07h31
de : Ernest London
1 commentaire
G7EZ BLOKATU Deuxième communiqué/Bigarren agiria
samedi 17 - 12h06
de : g7blokatu
Théorie de la consience du monde ; aujourd’hui la Palestine
vendredi 16 - 22h54
de : Agence media palestine
ÇA GRÉSILLE DANS LE POTEAU - Histoires de la lutte contre la T.H.T Cotentin-Maine – 2005-2013
vendredi 16 - 11h04
de : Ernest London
Santé de la population : les connivences de l’aristocratie médicale avec le nucléaire, le pétrole, la téléphonie,...
jeudi 15 - 22h49
de : coordi sud-est
2 commentaires
Grèce. La chasse aux jeunes rebelles est ouverte.
mercredi 14 - 23h02
de : Ne vivons plus comme des esclaves - Yannis Youlountas
Tournesol OGM fauché dans l’Hérault
mercredi 14 - 22h44
de : faucheur de chimères
Chez Castagner le nucléaire
mardi 13 - 22h51
de : Intercollectif contre les projets nucléaires et imposés
G7 BLOKATU : Bloquons le G7 et son monde !
mardi 13 - 21h04
de : jean 1
Rassemblement de soutien aux mobilisations du 13 août au Brésil contre l’extrême droite de Bolsonaro
mardi 13 - 08h43
de : jean 1
1 commentaire
Quand Castaner diffusait une BD porno contre ses adversaires politiques
lundi 12 - 22h25
de : Les Crises
Selon l’IGPN
lundi 12 - 22h21
de : Chantal Mirail
1 commentaire
Bulletin du 8 aout 2019
lundi 12 - 22h17
de : CADTM
NathalieLoiseau dans ses oeuvres.
lundi 12 - 09h18
de : jean 1
La SCOPTI 1336 a besoin de vous !
vendredi 9 - 08h10
de : Frérot
Festival « Les Bure’lesques 2019 »
jeudi 8 - 22h43
de : jean 1

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Vis comme si tu devais mourir demain. Apprends comme si tu devais vivre toujours. Gandhi
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite