Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Médiatiquement correct – MERAH sans caméra
de : Morgane D.
jeudi 29 mars 2012 - 23h31 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires
JPEG - 30.3 ko

Une radio de service public.

10h30, le jeudi 22 mars. Comme les pompiers, nous mettons notre casque, comme les professionnels du RAID, nous sommes sur le qui-vive. Minute après minute, nos sens sont mis en alerte par une multitude de détails : l’imagination de l’auditeur, les yeux du spectateur, suivent le regard serpentin du journaliste qui va de la foule d’hommes harnachés aux fenêtres de l’acharné. L’impression d’instantanéité est complète et nous propulse sur la scène. On voit les volets craquer sous les charges, les vitres éclater, on nous donne à entendre les détonations, grâce auxquelles le forcené « a passé une très mauvaise nuit ». On perçoit jusqu’au silence du jeune barbare.

Est-ce qu’il est toujours vivant ? Suicidé ? Juste blessé ? Votez 1.

Du sensationnel, passons au sensé, analysons, interviewons. Un temps de pause bien mérité, qui doit nous faire comprendre l’incompréhensible. L’ensemble des notables de l’ordre public est questionné, appelé à fournir une expertise toujours plus affirmative. Cols blancs ou blouses blanches, leur statut nous intime l’ordre de boire leurs paroles, car eux savent. Ça y est…on touche à la vérité ! On nage dans les flots irrésistibles de la conscience publique, et on pourra en parler ce soir, au dîner.

Silence, le responsable d’un hôpital psychiatrique parisien reconnu s’exprime. La technicité des termes qu’il utilise pour décrire la « psychologie de l’extrême » du présumé tueur achève de nous convaincre sur l’état de transe et d’exaltation qui ont poussé le jeune fou à exercer un tel degré de violence illégitime. « A partir de quand peut-on atteindre un manque de lucidité ? » : on est maintenant chez l’ennemi public numéro un, dans son appartement et même dans sa peau. Pourtant, une dame l’a dit hier, au journal de 20h : « cette personne n’a plus rien d’humain ». Comment concéder à un homme un tel degré de cruauté, seulement imputable à une créature bestiale ? En fait, nous sommes dans la tanière du loup.

Bientôt 11h. Soudain « les choses s’accélèrent, rejoignons notre envoyé spécial sur place » :

« Il ne se passe toujours rien, nous n’avons pas plus d’informations
- Peut être va-t-il y avoir assaut ?

- Peut-être… ».

Quelques minutes plus tard :

« Le dénouement semblerait proche, l’assaut apparemment aurait été donné, avez-vous les moyens de le voir ?

- Aucun moyen de le voir, nous n’avons aucune visibilité, certains témoins auraient confirmé que cet assaut aurait été annoncé ».

Ce cours de conditionnel se veut un suspens qui pend aux lèvres de la France, et peut-être du monde.

Tout à coup, ça y est, détonation, fusillade, la parole tombe en cascade et se fait plus forte, comme les coups de feu. « Est-ce que vous les entendez ?! ». Bientôt on n’entend plus qu’une coulée de balles, ponctuée par le mot « impressionnant » qui arrive à percer chroniquement. Trois blessés. Un mort. Le bon, le suspect.

On peut éteindre le poste, sachant que quelques heures plus tard « on va revivre ce moment, cette fusillade ».

Le temps de la réflexion face à celui de l’émotion

Ces méthodes de traitement de l’information ne sont certes pas nouvelles ; elles ne surprennent même plus vraiment. L’immédiateté et l’accélération de l’information sont presque devenues des impératifs chez les journalistes des media les plus influents, souvent des férus de tweets. L’instant l’emporte sur la réflexion, illustrant ce que Paul Virilio qualifie de « tyrannie du temps réel ». La focalisation sur l’action, évidemment couplée à la course au scoop, présente de nombreux avantages. Même si cet objectif n’est pas toujours assumé ou atteint, en cherchant à nous faire vivre, on cherche aussi à nous faire participer au récit journalistique. Ce type de chroniques se présente avec régularité aux auditeurs et téléspectateurs, comme une occasion de restituer un discours communément admis. Pendant les quelques jours où l’affaire tient le haut de l’affiche, des opinions similaires seront échangées sur les lieux de travail, en famille, bref, dans toute situation d’échange. Le fait divers sordide se transforme en « débat national ».

Qu’il y ait débat n’est évidemment pas un problème en soi : au contraire, une tuerie de cette ampleur assortie de revendications de la part du tueur justifie largement qu’on se pose des questions. En revanche, durant les 30 heures de siège de l’appartement, culminant avec l’exécution de Mohamed Merah, beaucoup de questions ont été écartées, l’information reposant sur le caractère sensationnel du fait divers. Cela est vrai pour dans les media utilisant l’image (chaînes principales et chaînes d’information en continu : BFM, I-Télé…), comme dans les grands quotidiens, sur les blogs et sur les ondes radiophoniques. Pourtant, ces derniers moyens d’information sont plus rarement mis en cause. Exemple éloquent, l’émission « Arrêt sur image », qui se décrit sur son site comme une « émission de décryptage des media », proposait dans son programme du vendredi 23 mars une critique détaillée du travail des journalistes dans le traitement médiatique de « la tuerie de Toulouse », et relevait certaines failles déontologiques (rachat d’images, non vérification de sources…). L’invité d’I-Télé présent sur le plateau est abondamment questionné sur la logique de direct des chaînes d’information en continu, et évidemment incapable de répondre à la question répétée de D. Shneidermann : « est-ce que vous n’êtes pas prisonnier des images ? ».
En revanche, la question du traitement de l’information par la radio est quant à elle assez vite évacuée en début d’émission, le sentiment général retenu sur le plateau étant que comme la parole du journaliste à la radio est plus dense, elle est de meilleure qualité. On peut toutefois se questionner sur l’utilité, dans le cas décrit plus haut, du foisonnement de détails sur les lieux, les acteurs, et les sensations du journaliste sur place. Plus tard dans l’émission, un journaliste invité du Monde.fr qui a live-tweeté la journée précédant l’assaut du siège de l’appartement de M. Merah explique : « on finissait par comprendre la stratégie d’épuisement vis-à-vis du suspect, on essayait d’imaginer ce qu’il pouvait ressentir ». Cette description n’a pas vraiment suscité de remarque sur le plateau. Pourtant, elle permet de se questionner sur le rôle premier du journaliste dans ce type d’affaire : est-ce de nous faire ressentir, ou simplement de nous fournir une information juste et pertinente, laissant chacun à sa propre analyse critique ?

Si c’est la deuxième proposition qui prévaut, c’est bien que l’image à elle seule n’est pas en cause : en réalité, il s’agissait souvent pour les journalistes, dans la couverture de l’affaire M.Merah, d’exploiter le potentiel émotionnel particulièrement fort de la situation. Même s’il convient de séparer la parole politique du récit journalistique, on a bel et bien été dans l’incapacité, au plus près des évènements, de vivre l’information autrement que passionnément. Dans les différents portraits qui ont été dressés de Mohamed Merah, c’est d’ailleurs celui d’un monstre qui s’est imposé. Incités à ressentir sa bestialité, à travers l’image du « loup solitaire », nous étions implicitement amenés à prendre parti pour sa mise à mort. Comme le disait très justement un chroniqueur au lendemain de l’exécution de Mohamed Merah, certains ont oublié que « ce n’est pas le loup, mais l’homme qui est un loup pour l’homme ».

Et après Merah ?

Dans la grande majorité de ce que l’on a vu, lu ou entendu, la mise en valeur de cet affect commun a rempli deux fonctions parallèles sur le contenu des débats : celle de donner du poids à des amalgames généralisant sa cruauté à « ceux de son espèce », et celle de discréditer toute considération sur les raisons de ses actes, sur ses droits et ceux de ses proches. Ainsi, Le mardi 27 mars, le ministre des Affaires étrangères et européennes Alain Juppé, a rétorqué au père de Mohamed Merah (qui avait menacé la veille de porter plainte contre la France pour avoir tué son fils) :"si j’étais le père d’un tel monstre, je me tairais dans la honte". Le ton de cette réaction a été repris assez unanimement par les hommes politiques, à gauche comme à droite.

Plus question donc désormais, pour les stentors de la parole officielle ni pour quiconque, de soulever les questions de présomption d’innocence, de droit de recours en justice, de misère et de frustration sociales…ou encore de critiquer l’engagement de la France en Afghanistan, ou la politique d’Israël…Du moins, pas à une heure de grande écoute, ou avant qu’un délai de deuil raisonnable ne se soit écoulé. Nous serions sommés de « nous taire ».

Face à ce discours officiel, et la manière dont il est relayé par les media, que retiendra-t-on du cas Merah ? La seule folie d’un homme ? La nécessité de renforcer toujours davantage le fichage policier et l’efficacité du renseignement intérieur ? Le bien-fondé du durcissement des sanctions à l’égard des multirécidivistes ? La persistance d’un antisémitisme assimilable à la Shoah ? Le péril grandissant représenté par l’Islam radical en France, et dans le monde ? Etrange, ces rengaines ont franchement un air de déjà-vu…

Retour au jeudi 22 mars. Midi et demi. « Arrestation, donc, confirmée ! Vous l’avez vu, vous l’avez entendu. Et maintenant, revenons sur les meetings qui se tiennent aujourd’hui, notamment celui de Nicolas Sarkozy à Strasbourg ». On ne saurait trouver meilleure transition journalistique.



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Médiatiquement correct – MERAH sans caméra
2 avril 2012 - 16h11

C’est le t(r)ue man show



beaucoup de doutes dans cette terrible affaire...
21 avril 2012 - 22h56 - Posté par carlo bruno

Pour en savoir plus au plus près de l’évènement, lire les articles sur le site de la Dépêche du midi, depuis la première tuerie à Toulouse, puis à Montauban où un (e) témoin, Martine dit qu’elle a vu les yeux de l’assassin. Il mesurait environ 1,70 m et était plûtot "corpulent" (!).
Merha était maigre comme un coucou...
Chaque article apporte une nouvelle part de doute et d’invraisemblances. Les interventions de Prouteau, d’Eva Joly et de Bonnet, des gens qui savent de quoi ils parlent, ajoutent aux questions.
Les journalistes de la dépêche sont sur place, ils connaissent mieux les lieux et les habitants que les intervenants dans les médias (particulièrement les journaux TV en continu), qui ont dit nombre de conneries.
Que devons-nous penser de ce ramassis de fausses informations ? Dernières en date : le dossier de Merah a disparu des services de renseignements (!), le gilet pare-balles de Merah était un gilet de la police nationale (!) dixit le journal...
Heureusement il y a une commission d’enquête...






(video) Le capitalisme porte en lui la guerre, la violence !
vendredi 13 - 11h07
de : JO
Prévision théatrale
jeudi 12 - 21h50
de : jean1
L’ Acentrale Radio de la grève
jeudi 12 - 16h55
de : jean1
R.N. la place à la tête de l’état est déjà occupée
jeudi 12 - 10h06
de : jean1
bourgeois, tremblez, ça n’fait que commencer ! C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 11 - 22h34
de : Hdm
1 commentaire
TOTAL en Ouganda Rendez-vous au Tribunal ce jeudi 12 décembre
mercredi 11 - 19h21
de : SURVIE
BOLIVIE : La dictature auto-proclamée en appelle à Israël !
mercredi 11 - 17h16
de : JO
1 commentaire
COP 25 : supercherie capitaliste
mercredi 11 - 16h13
de : jean1
Retraites : Édouard Philippe confirme les mauvais coups du rapport Delevoye
mercredi 11 - 15h41
2 commentaires
Les régimes sociaux coûtent un pognon de dingue ? No coment !
mercredi 11 - 09h57
de : JO
2 commentaires
Contre le travaillisme , une gauche de RTT 32 H et de retraite à 60 ans.
mardi 10 - 23h01
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Deuxième journée de grève : le nombre de manifestants dans 50 villes
mardi 10 - 17h50
3 commentaires
Les manipulations de macron, pour "piller" , nos retraites révélées au grand jour
lundi 9 - 20h13
de : nazairien
5 commentaires
Delevoye et le think tank "Parallaxe"
lundi 9 - 13h59
de : Mat
2 commentaires
Les liaisons troubles de Jean-Paul Delevoye avec le milieu de l’assurance !
lundi 9 - 11h43
de : lullal
6 commentaires
Emission - Grève SNCF : Cheminots et cheminotes luttent pour tout le monde !
lundi 9 - 11h14
de : Emission Polémix et La Voix Off
(video) Pour gagner : « reconduction, auto-organisation, généralisation » de la grève
lundi 9 - 07h13
2 commentaires
Grève : le scénario catastrophe d’un "lundi noir" se précise, la RATP et la SNCF alarmistes
dimanche 8 - 19h08
de : nazairien
Le labyrinthe.
dimanche 8 - 16h14
de : L’iena rabbioso
(video) « Nos camarades de la SNCF et la RATP ne veulent pas de chèques, ils veulent qu’on fasse grève avec eux »
dimanche 8 - 16h06
Convergence des luttes : 5 décembre : les manifs dans plus de 45 villes en France ! à suivre... (vidéos)
dimanche 8 - 11h37
de : nazairien
6 commentaires
LA TERRORISATION DÉMOCRATIQUE
dimanche 8 - 11h31
de : Ernest London
Jamais 2 sans 3
samedi 7 - 18h14
de : jean1
3 commentaires
Un peu plus de musique
samedi 7 - 18h08
de : jean1
UN PEU DE MUSIQUE
samedi 7 - 17h58
de : jean1
Suppression des régimes de retraites des parlementaires ?
samedi 7 - 09h08
de : Jean-Marie Défossé
Reportage photo : Manifestation à Paris pour les retraites- jeudi 5 décembre 2019
vendredi 6 - 21h39
de : jean1
Grève de la destruction du monde à Saint-Victor
vendredi 6 - 18h36
de : AMASSADA
Comment Maduro, a t il pu laisser faire cela, livrer « Stan Maillaud » au psychopathe macron (vidéo)
vendredi 6 - 17h07
de : nazairien
2 commentaires
Verdi, ancien « vrai journaliste », nous fait, une analyse extremement détaillée de cette puissante mobilisation du 5-12
vendredi 6 - 15h44
de : nazairien
1 commentaire
Quand les riches détruisent des bâtiments publics, avec le soutien de la justice
vendredi 6 - 13h00
de : Louisette
2 commentaires
Les Etats-Unis se hasardent-ils à considérer la CHINE comme une République bananière ?
jeudi 5 - 22h46
de : JO
Le principe de continuité du mouvement de grève
jeudi 5 - 20h03
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Grève du 5 décembre : manif monstre à Saint-Nazaire
jeudi 5 - 13h12
de : naairien
6 commentaires
LREM, Macron, farandole de casseroles : A mettre dans le livre des records (document Médiapart)
mercredi 4 - 23h53
de : nazairien
1 commentaire
Un mouvement de grève ne nous empêche pas de vous proposer nos programmes, bien au contraire ! C’est l’heure de l’mettre
mercredi 4 - 22h07
de : Hdm
VIOLENCE D’ETAT, VIOLENCE REVOLUTIONNAIRE
mercredi 4 - 19h55
de : Nemo3637
Pas d’argent pour les Retraites ?
mercredi 4 - 17h49
1 commentaire
Spectacle ’Du Gabon à la Russie’ le 7 décembre à Nantes : exil, amour, justice
mercredi 4 - 00h41
Retraites des fonctionnaires : ça va saigner pour les enseignants, les paramédicaux et les agents territoriaux
mardi 3 - 14h01

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Trop souvent nous nous contentons du confort de l'opinion sans faire l'effort de penser. John Fitzgerald Kennedy
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
2 commentaires
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite