Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Les films de Bellaciao : "Au prochain printemps"
de : Bellaciao
mercredi 4 avril 2012 - 23h35 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 269.4 ko

Synopsis du film Au prochain printemps

Du monde comme il va, de la chance qu’on a, de l’ENA, des Weston aux pieds, de la vierge Marie mère du Che, des ronds-points, de l’énergie pour les chinois, des mauvais délinquants et des bons footballeurs, de ceux qui parlent d’amour, des passages piétons, de l’abolition du salariat et du patronat, du roman national, du socialisme, de la liberté, des pauvres et de la bourgeoisie, des routes départementales, de Martin Luther King… 36 semaines dans la vie d’un pays qui va se choisir, pour 5 ans, un président nouveau. Quelle était la question au juste ? Inventaire avant élection.

Note du réalisateur :

Un territoire : "Le pays, c’est aussi un territoire aménagé, conçu, pensé, construit par des gens, des paysans, des ouvriers, des ingénieurs, des architectes. Il suffit de s’y promener, inutile de le survoler, pour constater à quel point notre territoire est sophistiqué, complexe et parfois même raffiné. J’ai cherché à le filmer de la façon la plus simple possible, prendre les choses pour ce qu’elles sont sans chercher à y ajouter une quelconque esthétique. Et voir. Il faut se projeter pour édifier des ponts, construire des barrages, tracer des routes ou des voies ferrées, ouvrir des cols, aménager des villes. Il a fallu que les gens se fassent une idée de l’avenir. Avec le temps, les infrastructures dépassent de loin, en valeur poétique, ce pour quoi elles ont été pensées et construites. Nous en avons l’usage et ça change tout. C’est cette dimension que j’ai cherché à explorer. C’est quelque chose qui me semble, aujourd’hui, faire grandement défaut à la question politique...

ESPACE SAINT-MICHEL
7, place Saint-Michel / 75005 Paris
métro Saint-Michel
Tél : 01 44 07 20 49

SALLE 2 : "AU PROCHAIN PRINTEMPS" de Luc Leclerc du Sablon
Mercredi/Dimanche/Mardi : 14h30 et 20h00
Jeudi : 20h00
Vendredi/Samedi : 12h45 et 16h30
Lundi : 16h30
Dimanche 8 avril, séance de 20h suivie d’un débat avec le réalisateur.

http://cinemasaintmichel.free.fr/ho...

Luxy
77 av. Georges-Gosnat, Ivry-sur-Seine

"AU PROCHAIN PRINTEMPS" LUNDI 9 AVRIL A 18 H

Soirée organisée en partenariat avec Les Amis de l’Huma Projection suivie d’une rencontre avec le réalisateur Luc Leclerc du Sablon et Thierry Letellier, éleveur de brebis, maire de Lavilledieu, commune rurale du Limousin.

http://luxy.ivry94.fr/agenda/evenem...

Année : 2011
Date de Sortie : 28 Mars 2012
De : Luc Leclerc Du Sablon
Genre : Documentaire
Pays de production : France

http://www.auprochainprintemps.com/

http://www.niz-lesite.com/AU-PROCHA...

«  Je suis un promeneur curieux des autres  »

Entretien réalisé par Jean Roy

Luc Leclerc du Sablon a filmé 
le pays, son pays, la France lors des précédentes élections présidentielles. Cinq ans plus tard, le film 
n’a rien perdu 
de sa pertinence. Bien au contraire.

Comment est né le film  ?

Luc Leclerc du Sablon. En avril 2002, quand j’ai vu le visage de Jean-Marie Le Pen à la télévision, je me suis dit  : je suis de ce pays-là, qui envoie ce signe-là et pourtant ce gros visage ne suffit pas à raconter la réalité, la complexité, le mystère de ce pays. J’ai eu envie d’aller voir de plus près, au plus près. Mon intention était de faire un film politique. Une contre-expertise. En 2005, mes producteurs, Pascal Thomas et Nathalie Lafaurie, sont partants. Il y a l’élection présidentielle en 2007, le film obtient l’avance sur recettes et je pars tourner dès septembre 2006 jusqu’au deuxième tour d’avril 2007.

Qu’entendez-vous par film politique  ?

Luc Leclerc du Sablon. Je ne suis ni sociologue ni scientifique et encore moins politologue. C’est de la façon de s’adresser aux gens, d’attendre quelque chose d’eux, de les filmer que vient la dimension politique. Pas du discours. Je suis un promeneur, simplement curieux de mes contemporains. Je n’ai pas filmé les QG de campagne ni le personnel politique, ce que d’autres ont d’ailleurs fait très bien. Je suis allé chercher la conscience politique, la réflexion chez les gens réputés «  ordinaires  ». J’avais besoin d’éprouver ma propre interrogation, mes propres doutes dans ce face-à-face.

Une opération pour réhabiliter la parole du peuple  ?

Luc Leclerc du Sablon. Il n’est pas nécessaire de réhabiliter une parole populaire. Elle existe. Elle a toutes les qualités  : l’intelligence, la grossièreté, le raffinement, l’humour, la pertinence ou l’insolence… La question politique, la «  rupture  », ce n’est pas de changer le peuple, mais de s’interroger sur la façon dont on s’adresse à lui. En n’oubliant jamais que celui qui parle ou qui filme en fait partie. Nous formons une société. Comme dans un orchestre, c’est la responsabilité de celui qui le dirige de faire sonner en harmonie tous les instruments. Pas de faire sonner les casseroles  !

Comment avez-vous procédé pour réaliser votre «  casting  »  ?

Luc Leclerc du Sablon. Il n’y a pas de science dans cette affaire. Pas de quotas, pas de panel. La seule science, la seule logique, c’est la rencontre. Le hasard fait souvent bien les choses, l’amitié aussi, qui me permet de retrouver des personnes que j’ai filmées dans mes précédents films. Ici, j’ai filmé au Havre, en Bretagne, dans le Pays basque, dans le Limousin et à Bordeaux. À chaque fois, j’ai rencontré des hommes et des femmes intelligents, qui pensent leur vie, leur ville, leur pays, le monde. Et c’est cette conscience forcément politique que j’avais envie de mettre à contribution et à partir de laquelle j’avais décidé de dresser mon portrait du pays.

La séquence d’ouverture 
du film se passe dans
une ferme du Limousin. 
Était-elle préméditée  ?

Luc Leclerc du Sablon. Je ne saurais trop expliquer pourquoi, mais c’est la seule scène que j’avais imaginée, visualisée au moment de l’écriture du projet. C’est la dernière que j’ai tournée, le soir du 2e tour, et je voulais qu’elle se passe dans une cuisine de ferme, parce que c’est pour moi le lieu de vie par excellence, où tout est rassemblé, tout ce qui est nécessaire  : la table, le chauffage, le réfrigérateur, les photos de famille, l’horloge et la télévision. Je voulais saisir la distance entre une certaine idée de la vie et cet événement comme il nous est présenté le dimanche soir, à l’heure du repas, à la télévision avec le suspens entretenu dans le bocal.

Pour le premier tour, c’est par hasard que je suis tombé sur l’épicier de Bègles qui installait son poste de télévision dans la boutique. C’est un épicier tunisien, ouvert le dimanche, qui ne vote pas mais qui n’en pense pas moins. Là également, en dépit du suspense savamment entretenu, le commerce continue.

Le film se clôt par le discours du candidat Sarkozy entre les deux tours. Cinq ans plus tard, l’effet est sidérant…

Luc Leclerc du Sablon. Ce discours nous donne à entendre une langue qui n’est pas une langue, qui est une langue morte, des mots qui viennent d’un autre, pas de celui qui parle. Et c’est là qu’est la rupture avec tout ce qui précède dans le film, tout ce que les personnages ont su dire tout au long du film. L’effet produit n’est malheureusement pas le seul apanage du candidat Sarkozy et c’est bien là le problème. La meilleure preuve, c’est qu’à l’époque, c’est Sarkozy qui invoquait un «  nouveau rêve français  ». Aujourd’hui, c’est François Hollande qui reprend cette formule à son compte.

Les choses ont-elles si peu changé en cinq ans  ?

Luc Leclerc du Sablon. En 2006-2007, la crise, l’histoire des subprimes, la question de la dette, les révolutions dans les pays arabes, la faillite de la Grèce, le triple A… rien de tout ça ne faisait la une. Et pourtant, chacun des personnages, à sa façon, exprimait son inquiétude d’un chaos annoncé. Sur la question de la parole politique, ce qui est remarquable aujourd’hui, c’est le boulot fait par Jean-Luc Mélenchon. Et j’utilise le mot «  boulot  » à dessein. Il fait le boulot. Il s’adresse à ceux à qui il parle. Il ne se contente pas de leur demander leur suffrage. Il leur demande plus. Quelque chose qui appartient à leur intelligence, à leur courage, à leur volonté, à leur humanité.

Le film a été tourné pendant une campagne et sort pendant la suivante. Pensez-vous reprendre le dispositif  ?

Luc Leclerc du Sablon. Je n’ai pas la tentation de faire la «  suite  », mais plutôt de poursuivre sur un ou deux films ce portrait français, une chronique de France. Ça pourrait prendre la forme d’un triptyque sur
dix ans de la société française, un peu à la manière de Raymond Depardon avec sa
trilogie paysanne.

 

  • Au prochain printemps, de Luc Leclerc du Sablon. France, 1 h 38.

Au prochain printemps, le rendez-vous auquel nous convie Luc Leclerc du Sablon, ne pouvait mieux tomber. D’un printemps l’autre à ceux qui leur succéderont, le cinéaste filme un pays vivant, peuplé, en un panorama dont les mouvements s’accomplissent sans heurts.

Du second tour de l’élection présidentielle de 2007, dont Denise et Robert Ajuste attendent le résultat dans leur cuisine quelque part sur le plateau de Millevaches, au soir du premier guetté dans l’épicerie que Mohamed Ben Khaled tient à Bègles, Luc Leclerc du Sablon explore les territoires tels que les humains les font vivre. Les premiers sont assez vieux pour en avoir vu d’autres. Le second n’a pas le droit de vote malgré ses décennies de labeur. Ils pensent et repensent le monde, à l’instar de tous les personnages du film aux quatre coins de l’Hexagone, comme on dit au café du coin. Certains reviennent de films précédents, d’autres sont des rencontres de tournage au pas de ses bifurcations.

Tout un pays, de fait, se recolore de ces intelligences que le réalisateur débusque. Des paroles s’expriment que l’on ne peut disjoindre des regards, des lieux où elles sont prononcées, du temps singulier qui les modèle et des temps longs de l’histoire. Ainsi de Bachir Bordji, fils de France et d’Algérie, qui ne sait s’il est d’ici ou d’ailleurs lorsque les vagues du Havre lui dessinent Maupassant. Ainsi également d’une coiffeuse d’Arcachon ou d’un poissonnier de Douarnenez, d’une cuisinière de Haute-Vienne née en RDA. Luc Leclerc du Sablon filme souvent le travail, ses gestes dont la force suffit au commentaire. Il capte panneaux, enseignes, ronds-points et voies ferrées, tout ce qui dans le paysage fait signe dans l’élaboration de l’espace commun. Il prélève à l’inattendu sa poésie. Surtout, le mouvement perceptible de ses propres interrogations se confronte à celles de ses interlocuteurs à hauteur d’égalité, liberté et fraternité.

http://www.humanite.fr/culture/luc-...


"Au prochain printemps" : échos de France à deux doigts de la présidentielle

Par Jacques Mandelbaum

En 2007, année de scrutin présidentiel, Luc Leclerc du Sablon s’immerge en "France profonde" et entreprend de filmer, au gré de rencontres plus ou moins hasardeuses, l’humeur du pays durant neuf mois. Aucune ambition sociologique là-dedans, une simple déambulation qui témoigne, au moins autant que de l’humeur de ses personnages, du goût du cinéaste pour la balade et la rencontre. Le résultat ressemble à un kaléidoscope tournant sur une heure et demie de film.

De Bègles à Talence, en passant par Douarnenez et le plateau de Millevaches, le réalisateur filme, entre carrefour urbain et passage à niveau, panneau publicitaire et grande surface, des jeunes et des vieux, des actifs et des retraités, des ouvriers et des commerçants, des étudiants et des artisans, dans toutes les situations qui se présentent : au travail, au repos, à la ville, à la campagne, autour d’une table ou dans une arrière cuisine.

Rien de mieux que cette liste énumérative pour faire concrètement toucher du doigt le projet du réalisateur. Avec ses vertus : la rencontre de personnalités fortes et attachantes, les discours frappés au coin du bon sens, les analyses parfois brillantes de la situation économique et politique du pays.

Et ses limites : des personnages qui disparaissent sans avoir eu le temps de se constituer, des propos de café du commerce, la difficulté du film à dépasser l’agrément un peu superficiel de la collection et du papillonage.

En filigrane, ce vieux rêve d’autoriser la parole de tout un chacun à se faire entendre dans l’espace public, en lieu et place des personnes justement autorisées pour le faire. Luc Leclerc du Sablon - était-ce bien utile ? - réinvente le Net au cinéma. Et recycle, tant qu’à faire, un vieux mouvement poétique et humaniste : l’unanimisme, lancé par Jules Romains au début du XXe siècle, pour témoigner de l’âme collective telle que le progrès et la fraternité la reflètent. On sait ce qu’il échut de cette espérance au XXe siècle, espérons du moins un meilleur sort à celle dont rêve Luc Leclerc du Sablon.

http://www.lemonde.fr/cinema/articl...



Imprimer cet article





LA LUTTE FINALE
jeudi 14 - 20h36
de : Nemo3637
Hôpital : tout le monde déteste l’austérité
jeudi 14 - 18h11
Bloc bourgeois - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 13 - 21h31
de : Hdm
Sans âme.
mercredi 13 - 21h27
de : L’iena rabbioso
Précarité étudiante : le cinq décembre dans toutes les têtes
mercredi 13 - 18h37
1 commentaire
GILETS JAUNES Acte 52 à Montpellier : La terreur bleue !
mardi 12 - 16h26
de : JO
CES 600 MILLIARDS QUI MANQUENT À LA FRANCE
mardi 12 - 12h16
de : Ernest London
BOLIVIE ! Processus électoral électronique mis en cause !
mardi 12 - 11h32
de : JO
1 commentaire
Pour poser de nouveaux jalons de laïcité
mardi 12 - 01h01
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Intervention de Michèle Sibony, au nom de l’UJFP, à la manifestation du 10 novembre contre l’islamophobie
lundi 11 - 23h23
de : Chantal Mirail
6 commentaires
L’appel à manifester des sous-marins jaunes
lundi 11 - 21h09
de : jean1
Rassemblement contre la précarité étudiante dans toute la France le mardi 12 novembre
lundi 11 - 20h50
de : jean1
La terre a tremblé de Cruas à Tricastin ; Allo vous m’entendez ?
lundi 11 - 15h40
de : le fou du roi nucléaire pour coordi SudEst
1 commentaire
Gauche SERVILE ou gauche INDOCILE face aux intégrismes religieux
lundi 11 - 11h53
de : Christian DELARUE
5 commentaires
Coup d’Etat en Bolivie :Les syndicats annoncent un siège et donnent 48 heures à Camacho pour quitter La Paz
lundi 11 - 11h13
de : JO
2 commentaires
L’Europe doit cesser d’investir dans l’industrie du génocide
dimanche 10 - 22h29
de : DAIARA TUKANO via Christine Prat
ISLAMOPHOBIE : du SENS STRICT au SENS LARGE
dimanche 10 - 17h42
de : Christian DELARUE
8 commentaires
Le voile est-il une obligation religieuse ?
dimanche 10 - 17h22
de : Mohammed Chirani
5 commentaires
Comprendre l’instrumentalisation du féminisme à des fins racistes pour résister
dimanche 10 - 17h07
de : Lisbeth Sal et Capucine Larzillière 15 septembre 2011
3 commentaires
MRAP : La lutte contre la haine doit être unitaire
dimanche 10 - 00h01
de : Christian D (CN - MRAP)
4 commentaires
Riposte populaire face à l’islamophobie
samedi 9 - 19h00
de : jean1
8 commentaires
Montpellier : Un Acte 52 des Gilets Jaunes marqué par plusieurs blessés et de nombreuses interpellations
samedi 9 - 17h42
de : jean1
PECO : Hypocrisie du bloc pro-capitaliste
samedi 9 - 16h06
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Combattre le fémonationalisme
samedi 9 - 13h08
de : Chantal Mirail
8 commentaires
Retraites à points : les salariés du privé ont tout à y perdre
samedi 9 - 08h53
Les "zélites" , qui détruisent la France sont responsables : à Lyon : un étudiant stéphanois s’immole par le feu
samedi 9 - 01h51
de : nazairien
4 commentaires
Épuration, recyclages et (grandes) compagnies... - C’est l’heure de l’mettre
vendredi 8 - 22h49
de : Hdm
GILETS JAUNES TOULOUSE : ACTE 51 (video)
vendredi 8 - 15h36
de : JO
LA PETITE MAISON DANS LA ZERMI - Chroniques d’un saisonnier de la misère
vendredi 8 - 12h13
de : Ernest London
Les PECO : déception d’un capitalisme pur et dur et souci de penser encore une alternative
jeudi 7 - 22h10
de : Christian DELARUE
4 commentaires
Sarkozy, mais en mieux.
jeudi 7 - 16h59
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Vol, pillage des ressources naturelles de la planète : Partout là où sont encore présentent les multinationales !
jeudi 7 - 16h04
de : JO
Casser les deux communautarismes, le dominant et le dominé.
mercredi 6 - 23h59
de : Christian DELARUE
2 commentaires
LE VOILE, CHIFFON ROUGE OU TORCHE-CUL ?
mercredi 6 - 19h28
de : Nemo3637
8 commentaires
Un blessé grave de plus dans les manifs. des Gilets Jaunes !
mercredi 6 - 15h27
de : joclaude
Ces entreprises qui empochent les milliards du CICE en licenciant
mercredi 6 - 08h22
Communiqué du PRCF (Pôle de Renaissance Communiste en France) à l’occasion du 30ème anniversaire de la fin de la RDA
mercredi 6 - 06h09
de : jodez
7 commentaires
Double tiers-mondisation intérieure : sociale, territoriale.
mardi 5 - 22h42
de : Christian DELARUE
Usine Biopole d’Angers : les leçons d’un fiasco industriel
mardi 5 - 20h01
de : Christian Haroble
NOTRE ENVIRONNEMENT SYNTHÉTIQUE - La Naissance de l’écologie politique
mardi 5 - 11h38
de : Ernest London

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Il ne faut pas confondre la critique utile contre les choses avec les jérémiades répétitives contre les gens. Foucault
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite