Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Au nom des ouvriers
de : Julian Mischi
vendredi 13 avril 2012 - 15h37 - Signaler aux modérateurs
7 commentaires

Quelle représentation politique des classes populaires ?

On pourrait se réjouir du retour, le temps d’une campagne électorale, des ouvriers sur le devant de la scène médiatique. Mais, en réalité, les ouvriers sont parlés : eux, ils ne parlent guère. La scène politique s’est rétractée autour des classes dominantes. Et les conditions du jeu politique font que les classes populaires sont en quelques sortes dépossédées des moyens de représenter et défendre leurs intérêts sociaux.

Dans le cadre de cette campagne électorale, les références publiques aux « ouvriers » et, plus largement aux « classes populaires », ou encore au « monde du travail », se multiplient. Invisible en temps ordinaire, le monde ouvrier retrouve soudainement une existence médiatique sous le double impact d’une actualité sociale faite de fermetures d’usines et de stratégies de mobilisation électorale.

Cette situation est inédite car la campagne précédente avait plutôt braqué les projecteurs sur les « quartiers populaires ». Plus que les usines, c’était la banlieue qui symbolisait en 2007 la prise en compte de la « question sociale » par les candidats. En 2012, la crise de l’emploi industriel et les luttes ouvrières ont mis les usines au cœur du débat électoral. Résultat, la chasse aux voix ouvrières donne lieu à des confrontations politiques virulentes et les visites d’usine deviennent un passage obligé pour des candidats. La lutte électorale autour de ce groupe est d’autant plus rude que les ouvriers se caractérisent désormais surtout par leur absentéisme électoral et constituent donc pour les partis une réserve de nouveaux électeurs à fidéliser.

Ce retour sur la scène publique de la figure de l’ouvrier intervient pourtant dans une période où le discours dominant, à la fois sociologique et politique, a travaillé à enterrer depuis les années 1980 ce monde social, perçu comme le vestige d’un passé industriel. « Société post-industrielle » et « classes moyennes » sont autant de notions écrans qui voilent les divisions de classe dans la société et l’assignation d’un nombre important d’individus à des tâches productives répétitives et ingrates. En effet, selon le dernier recensement INSEE de 2008, les ouvriers forment encore près du quart de la population active ; et un homme sur trois ayant un emploi est ouvrier. Surtout, ces ouvriers partagent de plus en plus les mêmes conditions d’existence et de travail qu’un autre groupe social en essor, celui des employés, qui est en fait surtout constitué de femmes, affectées elles aussi à des métiers d’exécution mais dans le commerce ou les administrations. Une femme sur deux ayant un emploi relève de cette catégorie des « employés », dont le salaire moyen est encore plus faible que celui des ouvriers. L’ensemble de ces salariés de l’industrie ou des services, qui subissent des contraintes quotidiennes dans leur vie familiale et professionnelle, forment le vaste ensemble des « classes populaires », qui représentent 55 % de la population active.

Nombreux mais invisibles

Du fait même de cette position sociale subalterne, les ouvriers sont largement absents des représentations publiques dominantes, produites par des journalistes, universitaires, hommes politiques, experts et artistes qui sont éloignés de ces milieux sociaux. Ils en sont éloignés du fait de leur propriétés sociales (origines familiales, profession exercée, niveau de diplôme) et aussi parce qu’ils ne les fréquentent pas.

Les ouvriers sont même devenus invisibles à leurs propres yeux car tout un ensemble de dispositif de gestion de la main-d’œuvre a contribué ces trente dernières années au déclin de la conscience de classe qui caractérisait auparavant ce groupe. Devenus « opérateurs » dans des entreprises où le mot « ouvrier » disparait des classements, mis en concurrence avec des collègues d’atelier qui peuvent avoir des statuts (intérimaires ou stables) et des rémunérations (prime et salaire individualisés) différents ; divisés dans des petites unités où les syndicats peuvent difficilement s’implanter : on peut comprendre que la solidarité ouvrière et la conscience d’appartenance au même groupe se soient émoussées ces dernières années.

Un sociologue du monde ouvrier devrait donc se réjouir du retour, même ponctuel, le temps d’une campagne électorale, des ouvriers sur le devant de la scène médiatique. Mais cette représentation publique révèle en réalité une profonde domination sociale et culturelle du groupe ouvrier : dans l’espace public, les ouvriers sont parlés mais, eux, ils ne parlent guère.

Les figures ouvrières sont mobilisées par des dirigeants politiques issus en très grande majorité de la bourgeoisie et des grandes écoles, qui s’efforcent d’être à l’écoute de mondes sociaux qu’ils ne côtoient pas. Leur rapport au monde ouvrier passe par les rapports d’experts issus des mêmes écoles qu’eux ou par des visites d’usine très médiatisées. La scène politique s’est rétractée autour des classes dominantes et les conditions du jeu politique font que les ouvriers sont en quelques sortes dépossédés des moyens de représenter et défendre leurs intérêts sociaux.

On touche ici une question centrale de la sociologie politique, celle des porte-paroles en démocratie : comment évaluer la légitimité de ceux qui parlent au nom des ouvriers ? Et l’une des principales évolutions récentes, avec en particulier le déclin du PCF, est que l’identité sociale de celui qui prétend défendre les ouvriers et dit connaître leurs aspirations profondes devient secondaire, voire même illégitime à aborder. Le voile jeté sur l’origine familiale et la position sociale de celui qui se fait le porte-parole des ouvriers conforte alors le pouvoir politique des élites.

On parle des ouvriers et de leurs aspirations. D’accord. Mais qui parle d’eux ? Et au nom de quoi certains se font-ils les porte-parole de ce groupe ? En pointant les inégalités sociales de représentation politique, la sociologie soulève alors un enjeu politique : pourquoi les ouvriers sont-ils sollicités dans le cadre d’une lutte électorale pour l’accession au pouvoir ? Est-ce simplement pour qu’ils votent et arbitrent ainsi la lutte des différentes fractions des classes dominantes pour l’accession au pouvoir étatique ? Ou est-ce une participation au jeu politique visant à leur faire acquérir des positions de pouvoir et tenter ainsi de changer leur place dans la division du travail social et politique ? La confrontation électorale relève bien du pouvoir et donc, pour reprendre une notion passée de mode, de la lutte des classes. Dominés socialement, les ouvriers le sont aussi politiquement. L’un des enjeux de leur participation aux combats électoraux n’est-il pas dès lors la remise en cause de leur exclusion de la scène politique ?

Dans les milieux populaires, la situation de dépolitisation est aujourd’hui telle que la mobilisation électorale tend à devenir à elle-même sa propre fin. Voter, c’est en quelque sorte s’intégrer à la société : les sondeurs ou politologues seraient rassurés si les ouvriers boudaient moins les urnes. Mais il faut tout de même souligner les aspects conservateurs de la participation au jeu électoral, qui peut aussi contribuer à faire accepter l’ordre social, à conforter la place sociale et politique de chacun. En ce sens, le réel enjeu n’est-il pas de créer les conditions organisationnelles d’une mobilisation des classes populaires ? Ne doivent-elles être qu’un soutien électoral ? Ou ont-elles la possibilité de se représenter elles-mêmes ?

Retour sur l’histoire du parti communiste français (PCF)

Revenir sur l’ancrage passé du PCF dans les milieux populaires est un moyen d’éclairer les conditions de possibilité d’un engagement ouvrier dans la scène politique. Le mouvement communiste a en effet été conçu comme une entreprise de mobilisation des ouvriers qui ne soit pas simplement électorale, mais une mobilisation militante visant à les faire accéder à des positions de pouvoir dans les institutions électives.

Des années 1930 aux années 1970, l’audience du PCF fut surtout forte dans les milieux ouvriers, d’où étaient issus la plupart de ses soutiens électoraux et le gros de ses troupes militantes, mais également ses principaux dirigeants. Les ouvriers n’étaient pas seulement au centre de sa rhétorique, ils en constituaient également l’essentiel des représentants. La légitimité ouvrière des dirigeants communistes s’expliquait à la fois par leur valorisation de la « classe ouvrière » (dans ses figures emblématiques : le mineur et le métallo) et parce qu’ils étaient eux-mêmes issus des milieux ouvriers. En ne cherchant pas seulement à représenter la classe ouvrière, à parler en son nom, mais en visant à la mobiliser et à lui donner le pouvoir, les cadres du PCF œuvraient à la promotion d’un personnel politique d’origine populaire. Les termes mobilisés étaient significatifs, les dirigeants du « parti de la classe ouvrière » cherchaient à établir des « municipalités ouvrières » et se félicitaient de la présence de « députés ouvriers » sur les bancs de l’Assemblée nationale.

La constitution d’une élite militante d’origine ouvrière reposait sur un important travail de formation et d’encadrement, qui commençait à « la base » et dans les régions industrielles. Les usines constituaient pour les communistes le terrain principal de la lutte politique. L’action dans les entreprises, avec la constitution de cellules communistes et de sections syndicales, trouvait un prolongement direct dans les localités où les militants ouvriers s’appuyaient sur leur prestige syndical pour investir les conseils municipaux. Ils pouvaient ainsi contester le pouvoir des élus en place, recrutés hors des mondes ouvriers, parmi les élites patronales, les membres de l’encadrement des entreprises et les indépendants (commerçants, médecins, pharmaciens, agriculteurs, etc.). En s’appuyant sur le PCF et la CGT, des ouvriers ont accédé ainsi au pouvoir municipal et ont renversé en partie la domination qu’ils subissent dans les entreprises.

La formation d’une élite militante d’origine ouvrière s’est opérée dans le cadre d’un système de formation (les écoles du parti) et de contrôle (les militants devaient répondre régulièrement à des questionnaires biographiques) inspirés du modèle soviétique. Elle a permis l’accession d’ouvriers à des postes de responsabilité dans le parti, ses réseaux syndicaux et associatifs, mais aussi dans les institutions publiques (des mairies à l’Assemblée nationale). La montée dans l’appareil et la détention de mandats électifs étaient strictement contrôlées selon des critères politiques (acceptation de la ligne) et sociaux (origine sociale). L’organisation procurait des ressources collectives et une confiance en soi pouvant compenser partiellement les effets de la faiblesse des ressources culturelles et économiques des militants d’origine ouvrière.

Le mouvement communiste a constitué en cela une tentative de remise en cause des logiques sociales qui excluent les classes populaires de la scène politique. Mais lorsqu’on regarde dans le détail, cette promotion militante a concerné surtout certaines fractions du monde ouvrier, les plus stabilisées. Femmes, salariés peu qualifiés et ouvriers ruraux, ou encore travailleurs immigrés, s’effaçaient souvent derrière la figure de l’ouvrier masculin, français, très qualifié, issu du monde urbain de la grande entreprise. Le « parti de la classe ouvrière » fut donc loin de représenter la diversité des mondes populaires. Surtout, la constitution d’un appareil hiérarchisé et étoffé a provoqué une distanciation progressive de ses cadres à l’égard du quotidien des milieux ouvriers. Les « dirigeants ouvriers », surtout dans les organes nationaux, étaient en réalité des permanents devenus des professionnels de la politique. Les inégalités sociales qui structurent l’accès au champ politique se sont ainsi retrouvées au sein même du PCF avec un relatif éloignement des dirigeants nationaux à l’égard des groupes populaires au nom desquels ils prenaient la parole. Mais ces porte-paroles étaient néanmoins issus du monde ouvrier, où ils avaient fait leurs premières armes militantes, au sein du syndicalisme en particulier.

La promotion de militants et d’élus d’origine ouvrière dans le cadre du mouvement communiste représente ainsi un phénomène remarquable et inédit, car les ouvriers sont d’ordinaire exclus de la scène politique au profit des classes dominantes. Cette promotion s’explique par un volontarisme politique, par une stratégie organisationnelle et des orientations idéologiques, mais elle correspond aussi à un état particulier de la structuration du groupe ouvrier. L’essor du PCF dans l’entre-deux-guerres et son maintien à des niveaux importants d’influence jusqu’à la fin des années 1970 s’inscrit en effet dans une période de croissance et d’unification relative du groupe ouvrier autour des travailleurs qualifiés de la métallurgie.

La désouvriérisation du PCF

Le PCF perd son influence électorale en même temps que son ancrage militant dans les milieux populaires au tournant des années 1970. Le déclin du courant communiste et la marginalisation politique des ouvriers qu’il provoque s’explique d’abord par les mutations de la condition ouvrière. La précarisation de l’emploi ouvrier et l’apparition durable du chômage de masse provoquent un infléchissement des luttes sociales et mettent à mal la transmission d’une culture de classe. Les restructurations dans les grandes concentrations industrielles fragilisent les figures ouvrières traditionnelles (ajusteurs, monteurs, tôliers), qui animaient les réseaux de la CGT et du PCF. Désormais, de plus en plus d’ouvriers travaillent en situation d’isolement dans le tertiaire (chauffeurs, manutentionnaires, magasiniers).

Ce contexte de fragmentation sociale du monde ouvrier joue évidemment un rôle important dans la distanciation des classes populaires à l’égard du PCF. Mais celle-ci résulte aussi d’une stratégie politique qui délaisse progressivement les militants ouvriers au profit des « couches sociales nouvelles », ingénieurs, techniciens et cadres notamment. Les responsables communistes qui émergent à la fin des années 1970 dans les départements sont certes encore très souvent d’origine ouvrière ; mais, en réalité, ils ont de moins en moins travaillé en usine et ont accédé rapidement au statut de permanent.

Le nombre de permanents du PCF augmente tout au long des années 1970 pour atteindre le millier à la fin de la décennie. Surtout, la part des « permanents élus » et des salariés des collectivités locales gérées par le parti s’accroit. Le rapport aux populations ouvrières passe de plus en plus par des gestionnaires, élus ou fonctionnaires, de moins en moins par des militants. Le maintien des municipalités communistes devient un enjeu central et la possession de ressources scolaires ou de « compétences gestionnaires » apparaît progressivement comme un atout pour militer au PCF et monter dans la hiérarchie interne.

Les ouvriers sont de moins en moins présents au sein des réseaux militants. Ils ne constituent plus non plus un élément central du discours du PCF. À la fin des années 1970, dans le cadre notamment de la campagne « Cahiers de la misère », le parti tend à se présenter comme le porte-parole « des pauvres ». Tenu par des permanents plus éloignés du monde industriel, ce discours délaisse la notion de « classe ouvrière » et peut se trouver en décalage avec les ouvriers, qui ne se reconnaissent plus dans cette image dévalorisante qui leur est renvoyée. En se tournant vers les « exclus », les communistes en viennent à se faire les porte-paroles de catégories qu’il s’agit d’aider et non plus, comme dans le cas des ouvriers, de mobiliser et de faire accéder au pouvoir politique.

L’abandon de la rhétorique de classe et de valorisation de l’identité ouvrière trouve son apogée dans les années 1990 avec le « communisme de la mutation » impulsé par Robert Hue. La « mutation » consiste à construire un parti « à l’image de la société » et de rassembler « les gens ». Loin d’être un parti de classe, il s’agit pour le PCF d’être simplement représentatif de la société dans sa diversité, ceci au détriment de sa singularité sociologique ouvrière et de la priorité accordée à la lutte contre l’exploitation capitaliste. La défection électorale et militante des ouvriers à l’égard du PCF (et de la gauche en général) durant ces trente dernières années renvoie donc certes aux transformations sociales ayant affecté les classes populaires mais aussi à des logiques d’éloignement produites par les choix stratégiques et idéologiques des cadres de l’organisation.

L’exclusion politique des classes populaires

Les transformations internes au PCF ont participé à la rétraction contemporaine de la scène politique autour des fractions bourgeoises de la société. Et ce type de changement organisationnel n’est pas sans effet sur la possibilité de prendre en compte les intérêts des classes populaires. En abandonnant la référence au monde ouvrier et à la lutte des classes, le PCF a laissé la place à des constructions concurrentes de la représentation des classes populaires, issues en particulier des classes dominantes.

La destruction des conditions organisationnelles d’une participation des ouvriers à la vie politique renforce la capacité des groupes sociaux et militants éloignés des classes populaires à parler en leur nom. Ainsi le Front national (FN) peut se mettre en scène comme le « parti des ouvriers » sans aucune assise militante dans les quartiers populaires ni les usines. Et en 2007, avec un certain succès, Nicolas Sarkozy a pu se présenter comme le porte parole de « la France qui travaille ».

En 2012, Jean-Luc Mélenchon, ancien ministre socialiste et actuel dirigeant du Parti de gauche, est le candidat commun du Front de gauche auquel participe le PCF. Comme en 1965 et en 1974 avec François Mitterrand, et après l’échec de 2007 (moins de 2 % des suffrages exprimés pour Marie-Georges Buffet), le PCF soutient donc un non-communiste pour les élections présidentielles. Étrangement, c’est sous l’impulsion de Jean-Luc Mélenchon et de ses amis issus de la gauche du PS que la campagne communiste retrouve les couleurs idéologiques du « parti de la classe ouvrière ». La (re)conquête de l’électorat ouvrier est en effet intégrée à un discours faisant référence à la « lutte des classes » et aux intérêts contradictoires du « capital » et du « travail ». Grâce à l’appui de réseaux syndicaux, le terrain des usines est valorisé comme lieu de la lutte électorale et du combat culturel, notamment contre le FN.

À ce sujet, il faut souligner que, si Marine Le Pen reste devant la porte des usines, elle n’y entre pas, faute de relais structurés dans le monde ouvrier et de légitimité auprès des organisations ouvrières existantes. Ses soutiens se recrutent surtout parmi les ouvriers de l’artisanat et des petites entreprises, là où les salariés sont pris dans de relations de proximité et de dépendance personnelle avec leur patron, là où la présence syndicale est quasi inexistante. Les salariés des grandes entreprises, où il existe des traditions de lutte lui sont moins favorables.

Les quelques cas très médiatisés de syndicalistes ouvertement proches du FN ne doivent donc pas faire croire à l’existence d’une base syndicale frontiste dans les usines. Au contraire, les études de terrain montrent clairement que la proximité avec un syndicat s’accompagne d’une distance avec le FN et ses valeurs.

Le FN n’a donc pas pris la place qu’avait auparavant le PCF dans les territoires ouvriers. Il n’y a pas de réseaux du FN en milieu industriel, ni d’écoles qui formeraient une élite militante issue du monde ouvrier. Le FN est animé essentiellement par des indépendants (professions libérales, commerçants, artisans). Et, à chaque scrutin, il peine à trouver des candidats à présenter dans les régions ouvrières - même lorsqu’il y recueille de nombreux suffrages.

L’opposition au FN sur le terrain des luttes sociales et de l’intérêt des ouvriers est l’un des axes de la campagne du Front de gauche. Au-delà du dynamisme manifeste de cette campagne, qui remobilise communistes et anciens communistes, l’enjeu reste cependant, pour le PCF, la mobilisation électorale des classes populaires et le renouvellement sociologique de ses structures. Entre les notables communistes souvent vieillissant et leurs techniciens/cadres (collaborateurs d’élus, fonctionnaires territoriaux, etc.), quelle place pour les ouvriers ? Quelle place aussi tout simplement pour les militants ?

Sur ce point, il est important de souligner que Philippe Poutou du Nouveau Parti anticapitaliste (NPA) est le seul ouvrier parmi l’ensemble des candidats à l’élection présidentielle. Il est mécanicien et militant CGT à l’usine Ford de Blanquefort (Gironde) et sa voix est peu audible. Dans son livre au titre significatif, Un ouvrier, c’est là pour fermer sa gueule, il revient sur le « mépris social » qu’a accompagné son entrée dans la campagne présidentielle. Il explique y découvrir « l’oligarchie des professionnels de la politique et la condescendance de classe de ceux qui dominent la politique institutionnelle ». Être ouvrier toujours à la production et non pas un professionnel de la politique (comme avait commencé à l’être Olivier Besancenot, le premier porte-parole du NPA), est un véritable handicap. Mais si la voix du candidat du NPA porte peu, c’est aussi probablement parce qu’il ne bénéficie pas de conditions organisationnelles propices à une prise de parole collective. Les réseaux militants du NPA sont faibles et peu structurés, notamment dans les milieux ouvriers, car ils recrutent surtout parmi les catégories sociales diplômées, au sein notamment d’une petite bourgeoisie culturelle (enseignants, travailleurs sociaux, employés des services publics) qui constitue l’élite militante du mouvement.

Au sein des partis politiques, les types d’orientations idéologiques, de fonctionnement organisationnel et de composition sociale s’entremêlent étroitement. Cette interdépendance entre les idées, les structures et les hommes contraint les formes collectives de contestation de l’ordre social et politique. Participer au jeu électoral implique alors de lutter contre des forces sociales qui conduisent à l’exclusion des classes populaires de la scène politique.

Une première version de ce texte est parue le 16 mars 2012 sur Mediapart.

——
Sociologue à l’INRA, Julian Mischi co-dirige la collection « L’Ordre des choses » aux éditions Agone. Auteur de Servir la classe ouvrière. Sociabilités militantes au PCF (PUR, 2010), il a également préparé l’édition du livre de Christian Corouge et Michel Pialoux, Résister à la chaîne. Dialogue entre un ouvrier de Peugeot et un sociologue (Agone, 2011).

http://blog.agone.org/post/2012/03/23/Au-nom-des-ouvriers



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Au nom des ouvriers
14 avril 2012 - 12h40 - Posté par Cops

Les réseaux militants du NPA sont faibles et peu structurés, notamment dans les milieux ouvriers, car ils recrutent surtout parmi les catégories sociales diplômées, au sein notamment d’une petite bourgeoisie culturelle (enseignants, travailleurs sociaux, employés des services publics) qui constitue l’élite militante du mouvement.

Bonjour l’analyse de classe...

Les employés des services publics deviennent petite-bourgeoisie culturelle ? Putains de postiers petits-bourgeois ! d’instits, etc.

Bien, il y a quelque part une once de vérité là dedans, pas sur la petite bourgeoisie qui montre que l’auteur est un peu juste sur la compréhension des classes sociales, mais que les difficultés d’organisation dans des secteurs et les entreprises pour le NPA sont réelles.

C’est vrai.

Mais c’est à l’image des partis du mouvement ouvrier, ou ce qu’il en reste, sur les difficultés de se recentrer dans les lieux mêmes où se reproduit le capitalisme .

Ce n’est pas un problème de sympathies ou de rapprochement , mais un problème d’organisation.

Les dernières difficultés du NPA ont montré par ailleurs qu’une partie de ce qui fondait l’ancienne LCR est bien passée au FdG et qu’il y a là des aspects de composition sociale à comprendre sans exagérer sur les significations.

Bref, le NPA avait des tas de Poutous à présenter, et c’est une donnée nouvelle issue d’une longue accumulation qui a sorti progressivement ce parti d’une situation marquée par des couches sociales étroites de la classe ouvrière.

D’ailleurs, quand on regarde les remarques qui n’ont jamais cessé de fuser contre la candidature Poutou de ceux qui sont passés "ailleurs" il y a bien là une résistance à l’évolution sociale du NPA, sa reconnaissance et ce que cela implique en termes de construction d’un parti de l’émancipation.

Il y avait là également, au delà des postures révolutionnaires bibliques, une bataille autour de la centralité politique d’une classe face à une conception d’une classe satellisée et atomisée, en soutien à des appareils ventriloques extériorisés et largement intégrés dans les ors de la république.

De ce point de vue, le NPA n’est pas la LCR, sans que ce parti, le NPA, ne semble avoir compris ce qu’il est devenu lui-même et sans qu’il n’en tire toutes les conclusions nécessaires.

La question, au nom des ouvriers, des représentations d’une classe, montre qu’il vaut mieux se passer de ventriloques de la classe ouvrière, ça crée moins de déceptions et c’est enfin l’objet permanent d’une grande lutte d’émancipation des travailleurs.

Faire en sorte que la classe se représente elle-même, idéologiquement, culturellement, démocratiquement, c’est de l’air frais.

Mais c’est vrai que ça a du mal à passer par l’entonnoir de la démocratie limitée du système capitaliste.

Poutou, ce n’est pas un chef venu chercher des groupies pour les contraindre, quelque part, même au corps défendant de son parti, c’est un peu de la classe ouvrière qui s’invite sur les plateaux et ça prend d’un coup une grosse place qui ne tient pas trop bien et explose les chambranles des portes.

Alors je lisais l’article de l’express sur Poutou objet médiatique non identifié en ayant une forte envie de dire que si ce travailleur commence à être parfaitement identifié , l’étrangeté de la bourgeoisie et des médias vis à vis de la classe populaire, elle, n’est pas toujours bien identifiée, mais réelle.



Au nom des ouvriers
15 avril 2012 - 17h08 - Posté par Combes

Les salariés sont très largement majoritaires dans la population active, la petite bourgeoisie traditionnelle non salariée (paysans, commerçants, artisans) a vu son poids décliner. Ce qu’on appelait "aristocratie ouvrière" - les couches les mieux payées et les mieux protégées du prolétariat industriel - a fortement reculé avec les restructurations, la désindustrialisation, la sous traitance.

Les ouvriers sont proportionnellement moins nombreux, mais ils sont loin d’avoir disparu. Le nombre d’employés a augmenté régulièrement, une grande partie d’entre eux avec de bas salaires. Ensemble, ces ouvriers et employés constituent la classe majoritaire des salariés exploités et souvent précarisés.

Mais il existe aussi une classe moyenne salariée - si petite bourgeoisie te semble vexant - qui dispose de statuts encore un peu protecteurs et de salaires supérieurs à ceux des ouvriers et employés. Cadres moyens du secteur public, des banques, des assurances, enseignants, techniciens... Dans la sociologie politique cette catégorie du salariat a remplacé l’aristocratie ouvrière. Il est évident qu’elle constitue la base électorale du parti socialiste et très largement celle du Front de Gauche. Politiquement, c’est dans ses rangs qu’on trouve les adeptes de la citoyenneté, de la République parlementaire, laïque et indivisible, de la régulation des marchés financiers.

Effectivement la candidature de Philippe POUTOU tranche avec ça. C’est sans doute pourquoi la campagne du NPA a été traitée par le mépris, qualifiée d’ouvriériste. Un ouvrier ça doit fermer sa gueule et laisser les têtes pensantes décider de ce qui est bon pour lui.


Au nom des ouvriers
16 avril 2012 - 06h21 - Posté par Nemo3637

Ce n’est pas un problème de sympathies ou de rapprochement , mais un problème d’organisation.

C’est aussi l’évolution du mode de production qui définit l’organisation prolétarienne.
La dépossession, l’exploitation a fait partie de la vague offensive du capitalisme qui a submergé les anciens partis ouvriers, les rendant caduques...
Certes par les délocalisations on peut aussi avancer qu’une grande partie de la classe ouvrière ne se trouve plus dans les anciens pays industrialisés. Mais le processus de prolétarisation n’atteint-il pas aussi tous les employés et même les cadres ?
Quant aux "élites ouvrières" - ou aujourd’hui parmi certains cadres et employés - c’est parmi elles que l’on a toujours trouvé les "meneurs" du mouvement ouvrier. De Varlin à Besancenot ou Poutou.
A propos de celui-ci, remarquons la différence de ton avec celle de Poutou. C’est prétendument un choix. On a un doute : n’est ce pas plutôt faute de personnalité charismatique. Même chose dans la crémerie d’en face : Nathalie Arthaud fait ses classes...


La classe ouvrière est nombreuse mais invisible et privée de parole dans la vie
27 avril 2012 - 07h55 - Posté par Copas

Les réseaux militants du NPA sont faibles et peu structurés, notamment dans les milieux ouvriers, car ils recrutent surtout parmi les catégories sociales diplômées, au sein notamment d’une petite bourgeoisie culturelle (enseignants, travailleurs sociaux, employés des services publics) qui constitue l’élite militante du mouvement.

Le texte était bon jusqu’à l’interprétation petite-bourgeoise de la classe ouvrière.

Le handicap du NPA n’est ni sa composition sociale, ni sa capacité à avoir des militants de la classe ouvrière au sens large du terme, des Poutous le NPA en a un certain nombre, un Besancenot il en a d’autres et très vigoureux (je pense à d’autres postiers par exemple), et on peut dire qu’un postier ne fait pas partie de la classe ouvrière, on peut...

Le handicap du NPA vient de ne pas assumer sa nature ouvrière au sens large. Il est utile de voir d’ailleurs à quel point et sur quels arguments une partie du NPA a attaqué la candidature Poutou. Ouvriériste que de présenter un candidat animateur de luttes ouvrières. .. Rejoignant en cela bien des critiques venues des rangs des médias de la bourgeoisie comme d’une partie du FdG.

D’un point de vue global l’analyse de Mischi est très utile. Elle décrit bien une série d’aspects de l’histoire du PC que nombre d’entre nous ont vécu.

Il est utile de faire quelques petites remarques :

Le capitalisme révolutionne sans cesse la production, recompose sans cesse des secteurs industriels, de services et commerciaux. C’est sa nature. Et effectivement,n pour le PCF, une montée a eut lieu sur des couches qualifiées d’ouvriers d’usine dans des secteurs maintenant pulvérisés.
D’ailleurs pas que le PCF.

Mines, sidérurgie, automobile, etc, ont été laminés. C’étaient autant de points forts des organisations du mouvement ouvrier, essentiellement le PCF. Les réseaux militants, et les porte-voix sur la scène politique passaient en partie par ces bases.

Le PCF n’existe plus dans les entreprises et le FN encore moins.

Le FdG a fait une campagne importante mais les votes ouvriers en sa faveur ne semblent pas si fameux et si on met en valeur des proximités syndicales une partie de celles-ci passent par des factions bureaucratiques (celles qui ont mené la classe ouvrière dans l’état où elle est actuellement).

Nous sommes donc loin du compte.

Sur le dévissage dû au chambardement permanent du capital , il convient d’en préciser quelques aspects.

La classe ouvrière au sens large du terme n’a cessé de monter en puissance numériquement et en proportion de la population. Contrairement aux logorrhées sur les classes moyennes et autres petites bourgeoisies culturelles, concepts explosant sous les réalités sociales.

Cette poussée continue encore dans les vieux pays industriels, pendant que dans les états dits en développement elle est devenue exceptionnelle.

Il n’y a donc pas question sur le potentiel et l’importance d’une classe, mais questions sur deux aspects :

1) les organisations ouvrières sont des constructions historiques qui se sont stabilisées autour de bases qui ont été détruites en partie (au profit d’autres bases de production) ou relativisées.
Là où le capital a muté rapidement ses centres de production, fracassant des collectivités ouvrières entières, le mouvement ouvrier a eu du retard dans ses mutations vers les autres secteurs de la classe ouvrière. Et surtout les moteurs nomenclaturistes et les positions d’intermédiaires entre capital et travailleurs qui nourrissaient des couches d’apparatchiks se sont mis à tourner à vide quand les bases ouvrières ont été décimées.

Dans cette relation ne restait plus que la bourgeoisie. On ne peut expliquer le dernier gouvernement de gauche sans prendre en compte que le PCF (et le courant de JLM) sont passés à ce moment dans une phase sans base ouvrière et juste une relation au capital.

Le FdG est mort-né de ce point de vue.

2) L’importance de la classe ouvrière au sens large laisse suffisemment de place pour reconstruire des partis de cette classe. La précarité, les petites entreprises, ce n’est pas un phénomène nouveau et bien des partis de la classe ouvrière se sont construits de façon tout à fait honorable dans des situations où il n’y avait pas d’immenses concentrations ouvrières.

D’ailleurs les très grandes concentrations ouvrières ont été des phénomènes souvent très limités dans la plupart des pays, même si elles ont pu acquérir, à tel ou tel moment, un rôle moteur symbolique.

La curiosité de la candidature Poutou aux élections, qui n’a pu réellement commencé à se faire entendre que bien trop tard dans la campagne (lutter contre son parti, les coups portés, les attaques des médias du capital, etc) a montré qu’il y avait là quelque chose à piocher, symbolique et profondément radical.

Et qui pourrait être extrêmement populaire pourvu qu’on en repère les ingrédients non solubles dans la démocratie bourgeoise.

Cet aspect irréductible c’est bien penser, faire, se construire dans la classe ouvrière, sur les lieux de préproduction du capital .

C’est possible.



La classe ouvrière est nombreuse mais invisible et privée de parole dans la vie
27 avril 2012 - 07h59 - Posté par Copas

Cet aspect irréductible c’est bien penser, faire, se construire dans la classe ouvrière, sur les lieux de préproduction du capital .

C’est plutôt ça :

Cet aspect irréductible c’est bien penser, faire, se construire dans la classe ouvrière, sur les lieux de reproduction du capital .


La classe ouvrière est nombreuse mais invisible et privée de parole dans la vie
27 avril 2012 - 08h48 - Posté par marino

c est bien joli tout ce discours moi je suis ouvriére j ai toujous défendu mes idées
sans être d aucun parti
mais pourquoi 33% des ouvriers votent fn le parti de la haine ? envers les étrangers qui pour la plupart sont ouvriers c est cela qui me révolte !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!



La classe ouvrière est nombreuse mais invisible et privée de parole dans la vie
27 avril 2012 - 11h26 - Posté par

Rien de neuf, juste le fait qu’avant 80 (Tatcher-Reagan) et le capitalisme mondialisé les 67% restant étaient, grace aux concentration des unités de production (Mines, 30 000 à Billancourt, 40 000 à Sochaux..etc) mieux organisé et plus visibles. Aujourd’hui, l’éclatement des unités de production (1000 maxi), la séparation des postes de travail dans les unité entravent sérieusement l’organisation ouvrière, ce qui profite largement aux patrons, mais, paradoxe, moins, ou pas autant que recherché, à la droite sur le plan électoral.





Laurent Berger, le syndicaliste grèvophobe
dimanche 15 - 17h28
de : mat
1 commentaire
Retraite à 67 ans : quand le gouvernement anticipe !
dimanche 15 - 16h21
1 commentaire
Fondation SNCF : réseau d’influence et "social washing"
dimanche 15 - 15h48
de : Mat
solidarité
samedi 14 - 17h28
de : jean1
(video) Le capitalisme porte en lui la guerre, la violence !
vendredi 13 - 11h07
de : JO
7 commentaires
Prévision théatrale
jeudi 12 - 21h50
de : jean1
L’ Acentrale Radio de la grève
jeudi 12 - 16h55
de : jean1
R.N. la place à la tête de l’état est déjà occupée
jeudi 12 - 10h06
de : jean1
bourgeois, tremblez, ça n’fait que commencer ! C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 11 - 22h34
de : Hdm
1 commentaire
TOTAL en Ouganda Rendez-vous au Tribunal ce jeudi 12 décembre
mercredi 11 - 19h21
de : SURVIE
BOLIVIE : La dictature auto-proclamée en appelle à Israël !
mercredi 11 - 17h16
de : JO
1 commentaire
COP 25 : supercherie capitaliste
mercredi 11 - 16h13
de : jean1
Retraites : Édouard Philippe confirme les mauvais coups du rapport Delevoye
mercredi 11 - 15h41
2 commentaires
Les régimes sociaux coûtent un pognon de dingue ? No coment !
mercredi 11 - 09h57
de : JO
2 commentaires
Contre le travaillisme , une gauche de RTT 32 H et de retraite à 60 ans.
mardi 10 - 23h01
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Deuxième journée de grève : le nombre de manifestants dans 50 villes
mardi 10 - 17h50
3 commentaires
Les manipulations de macron, pour "piller" , nos retraites révélées au grand jour
lundi 9 - 20h13
de : nazairien
5 commentaires
Delevoye et le think tank "Parallaxe"
lundi 9 - 13h59
de : Mat
2 commentaires
Les liaisons troubles de Jean-Paul Delevoye avec le milieu de l’assurance !
lundi 9 - 11h43
de : lullal
6 commentaires
Emission - Grève SNCF : Cheminots et cheminotes luttent pour tout le monde !
lundi 9 - 11h14
de : Emission Polémix et La Voix Off
(video) Pour gagner : « reconduction, auto-organisation, généralisation » de la grève
lundi 9 - 07h13
2 commentaires
Grève : le scénario catastrophe d’un "lundi noir" se précise, la RATP et la SNCF alarmistes
dimanche 8 - 19h08
de : nazairien
Le labyrinthe.
dimanche 8 - 16h14
de : L’iena rabbioso
(video) « Nos camarades de la SNCF et la RATP ne veulent pas de chèques, ils veulent qu’on fasse grève avec eux »
dimanche 8 - 16h06
Convergence des luttes : 5 décembre : les manifs dans plus de 45 villes en France ! à suivre... (vidéos)
dimanche 8 - 11h37
de : nazairien
6 commentaires
LA TERRORISATION DÉMOCRATIQUE
dimanche 8 - 11h31
de : Ernest London
Jamais 2 sans 3
samedi 7 - 18h14
de : jean1
3 commentaires
Un peu plus de musique
samedi 7 - 18h08
de : jean1
UN PEU DE MUSIQUE
samedi 7 - 17h58
de : jean1
Suppression des régimes de retraites des parlementaires ?
samedi 7 - 09h08
de : Jean-Marie Défossé
Reportage photo : Manifestation à Paris pour les retraites- jeudi 5 décembre 2019
vendredi 6 - 21h39
de : jean1
Grève de la destruction du monde à Saint-Victor
vendredi 6 - 18h36
de : AMASSADA
Comment Maduro, a t il pu laisser faire cela, livrer « Stan Maillaud » au psychopathe macron (vidéo)
vendredi 6 - 17h07
de : nazairien
2 commentaires
Verdi, ancien « vrai journaliste », nous fait, une analyse extremement détaillée de cette puissante mobilisation du 5-12
vendredi 6 - 15h44
de : nazairien
1 commentaire
Quand les riches détruisent des bâtiments publics, avec le soutien de la justice
vendredi 6 - 13h00
de : Louisette
2 commentaires
Les Etats-Unis se hasardent-ils à considérer la CHINE comme une République bananière ?
jeudi 5 - 22h46
de : JO
Le principe de continuité du mouvement de grève
jeudi 5 - 20h03
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Grève du 5 décembre : manif monstre à Saint-Nazaire
jeudi 5 - 13h12
de : naairien
6 commentaires
LREM, Macron, farandole de casseroles : A mettre dans le livre des records (document Médiapart)
mercredi 4 - 23h53
de : nazairien
1 commentaire
Un mouvement de grève ne nous empêche pas de vous proposer nos programmes, bien au contraire ! C’est l’heure de l’mettre
mercredi 4 - 22h07
de : Hdm

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

La règle d'or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu'une partie de la vérité et sous des angles différents. Gandhi
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
2 commentaires
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite