Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Qui est Curzio Malaparte, cet italien cité par Sarkozy ?


de : patelle
lundi 16 avril 2012 - 18h19 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires

Nicolas Sarkozy a multiplié les références littéraires lors de son meeting place de la Concorde : Hugo, Péguy, Chateaubriand, mais aussi l’écrivain italien Curzio Malaparte. Un choix surprenant.

Nicolas Sarkozy, comme son adversaire, François Hollande, n’a pas lésiné sur les références historiques lors de son meeting place de la Concorde ce dimanche.

Le président-candidat a évoqué tour à tour Victor Hugo, Molière, Charles Péguy, Chateaubriand. Mais, dès le début de son discours, c’est une citation de l’écrivain italien, Curzio Malaparte, que le président de la République a choisi de reprendre : "La place de La Concorde, ça n’est pas une place, c’est une manière de penser. Tout ce qui est vraiment français se mesure ici."

Un choix surprenant, car cet auteur italien n’évoque certainement pas grand chose pour la majorité des Français (un choix peut-être inspiré par son épouse Carla Bruni-Sarkozy ?), mais aussi parce que son histoire est assez complexe.

Curzio Malaparte est né en Toscane en 1898, sous le nom de Kurt Suckert. Il change d’état civil dans les années 1920. Malaparte adhère au parti fasciste dès 1920 (il en sera exclu plus tard) et participe à la marche des Chemises noires fascistes sur Rome en 1922. En 1925, il fait partie des signataires du Manifeste des intellectuels fascistes.

Après la Seconde Guerre mondiale, Malaparte tente d’intégrer le parti communiste. Sa demande d’adhésion au parti n’est acceptée que juste avant sa mort, en 1957. L’écrivain décide alors de léguer sa maison à la République populaire de Chine.

Malaparte n’en reste pas moins un écrivain et journaliste italien reconnu, correspondant de guerre, célèbre en Europe grâce à deux ouvrages majeurs : Kaputt et La Peau.

Paru en 1943, Kaputt raconte, en mêlant humour et style morbide, son expérience de correspondant de guerre sur le front de l’Est. Dans son roman La Peau (1949), Malaparte met en scène la libération d’une Italie affamée face aux armées américaines qui découvrent l’Europe, une fois encore dans un mélange de tragique et de comique.

En Italie, Malaparte est un écrivain aujourd’hui encore controversé. Si certains estiment que son talent est sous-estimé, d’autres lui ont reproché son "exhibitionnisme morbide", son goût pour la provocation et le scandale, et sa versatilité idéologique.

par Marie Conquy

http://quoi.info/actualite-politiqu...

Assez obcène à la veille des obsèques du résistant Raymond Aubrac !!!



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Qui est Curzio Malaparte, cet italien cité par Sarkozy ?
16 avril 2012 - 18h35 - Posté par CERISE 83

Je me marre ! TOUS ! La tête dans les bouquins de citations , de Socrate à Jaures en passant par Hugo, c’est vraiment facile d’écrire des discours,moi j’aime bien celle de COLUCHE VOTEZ POUR MOI. POUR VOUS RIEN NE CHANGERA.POUR MOI TOUT VA CHANGER.....



Qui est Curzio Malaparte, cet italien cité par Sarkozy ?
17 avril 2012 - 08h51 - Posté par duboÿ

Malaparte, Promenade place de la Concorde. Extrait du Journal d’un étranger à Paris, traduit de l’italien, éd. Denoël 1967, p.35-40 (Diario di uno straniero a Parigi, éd.Vallechi, Florence, 1966)

1er septembre 1947

Promenade place de la Concorde. - J’ai fait ce soir une promenade place de la Concorde. Ce n’est pas comme disait Hemingway à l’un de ses amis, "une promenade à la campagne". La campagne est aussi loin de la place de la Concorde qu’elle l’était de Versailles ; la campagne, cet endroit où les oiseaux sont crus. (Rien ne montre mieux que cette définition combien la noblesse française était éloignée, détachée de la vie des champs.) La place de la Concorde est la place la plus française qui soit en France. Elle obéit à la même intelligence, au même sens de la tradition, à la même sensibilité qui ont créé, à Rome la piazza del Popolo. ( Là aussi la même présence des arbres, dans le nom - popolo ne signifiant point peuple, mais peuplier, en latin - et sur les pentes du Pincio. Et le nom de l’architecte français, Valadier ; bien qu’il fût romain, et même bien romain et papal.) C’est une place qui obéit à la géométrie, une place cartésienne. Froide, logique, rationaliste, mathématique, avare. C’est le spectre de la France, la radiographie du peuple français. Quand on y arrive par les Champs-Élysées, on a comme fond de décor, en face le jardin des Tuileries, à gauche l’Hôtel Crillon, le Ministère de la Marine, les arcades de la rue de Rivoli. J’ai devant les yeux l’un des paysages les plus typiques de la France. Et si l’on arrive par la rue Royale, on a devant soi la Chambre des Députés, cette colonnade de pseudo Grèce, cette sorte de Grèce édifiée à l’usage de la bourgeoisie française, et les arbres des Champs-Élysées, l’air du fleuve, les reflets de la Seine dans l’air bleu et gris, dans cet air français qui est si français place de la Concorde. Mais il faut un art, pour se promener place de la Concorde. Et il me semble, où je crains, que les Français d’aujourd’hui ne l’aient perdu. Il n’y avait que les Français à savoir se promener place de la Concorde. A présent, il n’y a même pas eux. C’est un art difficile à pratiquer.

C’est un art qui appartient tout entier non au physique, mais au moral, à l’intellectuel. On ne peut se promener place de la Concorde, c’est-à-dire connaître cet art, si l’on a une vue claire de la France, de ce qu’est la France. J’ai vu Edouard Herriot traverser la place de la Concorde. Il était radical, mais il connaissait cet art, encore qu’il l’ait connu en son déclin, et de façon approximative. Il montrait, en marchant, qu’il savait fort bien que la liberté de la place de la Concorde n’est qu’apparente. Pour tout dire, c’est en réalité, une place enserrée entre les murs hauts et invisibles de la tradition, de la logique, de la dignité, des bonnes manières de l’âge d’or de l’esprit français. On peut être radical, socialiste, républicain de droite ou de gauche, et connaître à peu près l’art de se promener place de la Concorde, mais je doute fort qu’un communiste le connaisse, ou un gaulliste, ou un Action Française. C’est une place qui est à l’extrême limite d’une civilisation. Au-delà de cette frontière, c’est la démocratie, la République, le mauvais goût, la confusion. C’est une place inassimilable pour la République. D’un caractère moderne parfaitement raffiné, et intransigeant. De vraiment moderne, en France, il n’y a que la France de Louis XV. Tout le moderne français évolue, part de Louis XV, ignore Napoléon, la Restauration, Louis-Philippe, le Second Empire. Tout ce qui se construit de moderne, en France, a son point de départ dans le rationalisme élégant, raffiné, essentiel, pur, maigre de Louis XV. La place de la Concorde ne croit pas au progrès tel qu’on l’entendait au XIXe siècle. Elle ne croit pas à la perfectibilité humaine. Elle croit à l’homme parfait, tel qu’il est conçu et réalisé au temps de Louis XV. Darwin, Marx, tous ceux qui prétendent perfectionner l’homme (y compris Hegel, Freud, etc.) sont, sur cette place, des étrangers. La perfection dans le monde social moderne, ce serait un Marx ayant les proportions, la rigueur, la logique, la maigreur, l’harmonie de cette place. Un marxisme rigoureux, scientifique, conçu selon la mesure et la logique architecturales de cette place. Combien différent du marxisme conçu place de la Bastille, à la Villette, place de la République ! Tout ce qui est vraiment français se mesure ici. Picasso, Rouault, Matisse, Manet, Renoir, et les peintres abstraits, et la nouvelle école de Paris, Gischia, Fougeron, Manessier, c’est dans la mesure où ils adhèrent à cette place qu’on les reconnaît Français. Surtout certains impressionnistes, et d’abord Manet. De même pour certaine littérature. Même Racine, Corneille, La Fontaine ne sont pas pour ici. A la rigueur André Chénier. Lisez Eluard, Aragon, Apollinaire, et même Valéry, et même Gide, ici, sur cette place, et vous prendrez aussitôt conscience de ce qui les tient à l’écart de l’esprit français véritable, profond, authentique. Plus que tous les autres, cependant Eluard et Gide s’en approchent ; plus que tous les autres, ils ressemblent à la place de la Concorde. Mais que Proust en est loin ! Euripide en est proche, Sophocle, Virgile, certains poèmes d’Anacréon, et Xénophon, et Platon. Et par conséquent le Christ. Mais le Christ grec, celui de saint Paul, le Christ Hellénique. Non certes le Christ catholique ou le Christ réformé. Un Christ du Parthénon. Car la place de la Concorde est l’Acropole de la France (ni le Louvre, ni l’Arc de Triomphe, ni Versailles ne le sont). Je me suis toujours demandé pourquoi Renan est allé finir à Athènes, est monté jusqu’aux portes de l’Erechthéion pour prononcer sa prière sur l’Acropole. Quel endroit, à Athènes, plus athénien que cette place de la Concorde ? Quel endroit plus pur, plus parfait, plus essentiel, plus logique que celui-ci, quel endroit d’une nature plus intellectuelle ? C’est ici que l’on saisit l’étroite parenté entre Descartes et Platon, et le Christianisme de Descartes. C’est lorsqu’on pénètre dans cette place qu’on remarque combien sont faux les décors et les costumes et jusqu’à la diction du Théâtre Français : du Racine et du Corneille de la Comédie Française. Pour Racine et pour Corneille, est-il meilleur décor que cette place ? Hermione, Andromaque, Britannicus, Horace y sont chez eux. Cette place est leur palais royal, leur temple, leur véritable patrie. Elle est toute à la fois Ilion, Thèbes, Corinthe, Athènes, Sparte, Trézène : l’aimable Trézène. Les héros de Corneille et de Racine - fut-il jamais héros français ? - y respirent l’air pur de l’Ilissos, de la Béotie, du Péloponnèse, de la Troade, de la mer. Le dieu de cette place est Poséidon. Le rigoureux Poséidon au souffle salé. Car la présence de l’eau y est continuelle, inévitable. Ce n’est pas au fleuve seul qu’est due cette présence, mais aux marbres blancs des statues diversement disposées sur l’immense place, à la chevelure verte des arbres, au bleu clair du ciel. Le blanc et le vert, dans le paysage français, dans la poésie et la peinture française, deviennent, on le sait, du gris et du bleu : les couleurs du paysage français de la nature française d’Ile-de-France. Dans toute la poésie française, point de blanc et de vert, mais du gris et du bleu. Et le Poussin est français, qui faisait des paysages du Latium avec tout le vert de leurs arbres et tout le blanc de leurs nuages, des paysages français, c’est-à-dire gris et bleus. Lorsqu’on entre ici, on croit entrer dans un paysage aquatique, les arbres appartiennent à la flore sous-marine, l’eau circule entre les plantes et les statues, tient lieu d’atmosphère. Et les rares oiseaux qui traversent la place (il n’est guère de place au monde où les oiseaux soient aussi rares ; et cela tient, je crois, à ce que les oiseaux volent et ne nagent pas) paraissent mystérieux, comme des hirondelles de mer. Ils remontent vite à la surface, regardent d’en haut ce lac d’un bleu léger peuplé d’arbres et de statues. Plus qu’à d’autres heures, c’est tôt le matin, et le soir au coucher du soleil, que l’on éprouve cette impression aquatique.

La place de la Concorde est une idée : ce n’est pas une place, c’est une manière de penser. Et la transformation qui s’est produite chez les Français pendant ces quatorze années apparaît justement en ce que, d’une façon désormais évidente, il n’est plus d’harmonie entre cette place et eux ; autrement dit, leur manière de penser n’est plus la même, n’est peut-être plus aussi française qu’avant. Ce qu’est aujourd’hui le Français, je l’ignore. On ne trouve chez lui que peu de trace de ce qui fait aujourd’hui l’Europe, et surtout il y a chez lui un défaut aujourd’hui répugnant, qui était déjà profond chez lui jadis, et qui est le provincialisme. Autrefois, il n’y avait que lui sur terre, est c’est lui qui était tout : " ils font tout et ne savent rien, ils ne savent rien et font tout", comme disait Alfieri, en exagérant, dans le Misogallo[1] ; le reste de la terre ne comptait pas, et Paris était le nombril du monde. Manière de penser qui était un défaut, et fort grave, dans un monde qui marchait déjà vers l’autonomie à l’égard non seulement de la France, mais même de l’Europe. Il y avait là assurément une forme de provincialisme, de nationalisme petit bourgeois. A présent, c’est exactement le contraire. A présent le Français n’est rien, c’est un homme fini, diminué, la France est ruinée, c’est un pays fini, tout le monde, même un Hottentot, vaut mieux que les Français, etc., etc.

Et c’est une autre forme de provincialisme, plus répugnante encore, peut-être que celle d’hier. Quand j’entends des propos de ce genre dans le métro, les autobus, les cafés, les salons, moi qui ne suis pas Français, qui suis l’étranger, qui suis (et c’est, en France, le plus lourd handicap) Italien, je dois lutter de toutes mes forces contre la tentation de faire taire l’imprudent. Pour finir, je le fais, et toujours, et avec n’importe qui ; surtout avec les jeunes, même si ce sont de petites gens, comme souvent il arrive. Et quand je me sens submergé par la lâcheté d’autrui, par cette manie morbide, propre aujourd’hui aux Français de dénigrer la France, je viens faire une promenade place de la Concorde. C’est là qu’est la France. Et il me semble être dans le ventre de la France comme Jonas dans le ventre de la Baleine






Venezuela : Publication de la liste des organisations candidates aux élections législatives
mercredi 8 - 16h32
de : joclaude
Du 8 au 12 juillet 2020 Festival des Canotiers 2020 : le programme
mercredi 8 - 07h26
Conférence de presse de Jean-Luc Mélenchon
mardi 7 - 18h03
1 commentaire
IRAN : Israël joue-t-il avec le feu ?
mardi 7 - 17h47
de : joclaude
AVEC CASTEX çA CARBURE SEC
mardi 7 - 05h25
de : Nemo3637
1 commentaire
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 - 21h35
de : Roberto Ferrario
1 commentaire
Services publics pour appliquer les droits sociaux « opposables »
dimanche 5 - 11h14
de : Christian Delarue (Converg SP)
Remaniement Ministériel:le 1er Ministre n’arrive pas en novice !
samedi 4 - 21h28
de : joclaude
Coronavirus : Superbe analyse d’Ignacio Ramonet
samedi 4 - 16h31
de : joclaude
Stopper le rouleau compresseur mondialiste
samedi 4 - 15h37
de : Claude Janvier
1 commentaire
LA PRÉFECTURE DE PARIS MET DES FAMILLES À LA RUE POUR UN HÔTEL DE LUXE
samedi 4 - 11h54
de : joclaude
Nomination de Castex à Matignon
samedi 4 - 08h15
de : jo.dez
L’indépendantisme catalan à la veille d’une recomposition d’envergure
vendredi 3 - 18h20
de : Antoine (Montpellier)
Remaniement : Emmanuel Macron réinvente la macronie d’avant le Covid-19
vendredi 3 - 15h29
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 - 15h00
de : Roberto Ferrario
4 commentaires
MUNICIPALES : GAUCHE BOBO CONTRE GAUCHE PROLO
vendredi 3 - 11h21
de : joclaude
2 commentaires
SYNDICALISTE - ANTIRACISTE - ANTISEXISTE
vendredi 3 - 07h21
de : DELARUE C. & LE QUEAU S.
La Via Campesina condamne le plan d’annexion colonialiste en Palestine
vendredi 3 - 06h25
de : VIA CAMPESINA
Crise et robotisation : De l’actualité des Grundrisse de Marx !
vendredi 3 - 02h32
de : Lepotier
MON COMMUNISME
jeudi 2 - 21h55
de : Nemo3637
1 commentaire
Soignants : une « grande famille ». Vraiment ?
jeudi 2 - 15h30
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 - 11h38
de : Mickael Wamen
Le creux de la vague - C’est l’heure de l’mettre
mercredi 1er - 20h54
de : Hdm
QG présente : "« Le capital se radicalise » Mickaël Wamen, Monique Pinçon-Charlot" (video)
mercredi 1er - 17h28
de : Aude Lancelin
4 commentaires
CARNAGE ORGANISÉ CONTRE RÉACTION DÉSORGANISÉE ...
mercredi 1er - 17h06
de : Mickael Wamen
Convention Citoyenne pour le climat soumis au bon vouloir de notre monarque !
mercredi 1er - 12h27
de : joclaude
Courrier à l’adresse de Philippe Martinez SG CGT.
mardi 30 - 22h38
de : Mickael Wamen
IRAK : M.Macron ne nous l’expliquera pas : NOUS SOMMES EN GUERRE !
mardi 30 - 17h51
de : joclaude
« Ségur de la santé » : les soignants maintiennent la pression
mardi 30 - 17h43
André Bouny : « Agent orange, le déni reste total »
mardi 30 - 14h23
de : jean1
Municipales 2020:ABSTENTION – Une « insurrection froide contre toutes les institutions du pays »
lundi 29 - 17h57
de : joclaude
2 commentaires
Elections municipales 2020 : un vote nul ...
lundi 29 - 16h40
de : Mickael Wamen
1 commentaire
Election Municipale à LYON : l’Humanitaire forcément HUMANISTE ?
lundi 29 - 11h02
de : joclaude
[Vidéo] Covid-19 : la Guyane souffre de sous-équipement et d’un manque de préparation de l’État
dimanche 28 - 18h50
Libérez Roland Veuillet !
dimanche 28 - 17h21
de : CNT 30
Pour un grand bol d’air pur, le point avec Manon Aubry , LFI au Parlement Européen.
samedi 27 - 17h14
de : joclaude
BFM-TV EN GRÈVE POUR LA PREMIÈRE FOIS (video)
samedi 27 - 16h41
Coronavirus : 15 médecins Cubains à La Martinique !
samedi 27 - 16h02
de : joclaude
Professeur Raoult auditionné sur RMC-J.J. Bourdin
samedi 27 - 15h26
de : joclaude
Reportage en direct sur la manif. à Paris
samedi 27 - 14h23
de : joclaude

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite