Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Mélenchon descend sur Terre


de : par Descartes
mardi 1er mai 2012 - 20h03 - Signaler aux modérateurs
10 commentaires

Le Front de Gauche arrive à la fin d’un cycle. Il n’est pas inutile aujourd’hui de se rappeler les chapitres précédents : le Front de Gauche surgit de la coïncidence de plusieurs impulsions.

La première, c’est celle d’un PCF dont la priorité absolue est de protéger les intérêts de l’appareil, des élus et des notables, et qui depuis 2005 n’arrête pas de rechercher, avec des hauts et des bas, à constituer une force qui élargisse la base électorale du PCF tout en mais dont le Parti garderait le contrôle. Ce fut d’abord l’aventure - désastreuse - des "collectifs antilibéraux". Le désastre a fait perdre à la direction du PCF toutes leurs illusions quand à un mouvement construit "à la base" sans structures stables ni mécanismes de décisions formalisés. Et la leçon a été bien apprise : pour l’essai suivant, on a fait un bon vieux accord "au sommet" entre organisations.

La seconde est l’impulsion personnelle de Jean-Luc Mélenchon. Constatant que sa carrière au PS plafonnait dans les rôles d’éternel "poil à gratter" de congrès sans véritable issue sur la place publique, il avait négocié un accord avec la direction du PCF en général et avec Marie-George Buffet en particulier pour préparer une candidature présidentielle que le PCF pourrait soutenir.

La troisième, c’est l’existence d’une nébuleuse gauchiste autour de toute une série de groupuscules ("alternatifs" divers et variés, ex-trostkystes et ex-maoïstes - souvent passés parle PS - en rupture de ban, anarcho-bobos en mal de révolution, "féministes de genre", néo-cathos larmoyants, etc.) et dont les composantes recherchent elles aussi un débouché électoral "unitaire" pour leurs messages essentiellement sociétaux et "culturels".

Mélenchon a joué une partie difficile de main de maître. Son plus grand mérite en tant que stratège est d’avoir perçu combien le traumatisme de la candidature Buffet avait laissé des traces profondes à la direction du PCF. Pour le dire schématiquement, la direction du PCF était terrorisée à l’idée de devoir présenter un candidat à l’élection présidentielle, ce qui dans l’état de déliquescence actuel du PCF équivalait à l’envoyer au massacre (1). Mélenchon offrait aux dirigeants du PCF la sortie idéale : il prenait en charge le risque de la campagne présidentielle, laissant à l’appareil du PCF la seule chose qui l’intéresse vraiment : les législatives.

Mais le projet de Mélenchon va bien au delà d’une alliance électorale. C’est de donner à la nébuleuse qu’est la "gauche de la gauche" une structure permanente, de constituer une véritable organisation politique dont, bien entendu, il prendrait la tête. Un projet que les militants du PCF ne sont pas prêts d’accepter. Pour leur imposer, il faut donc créer un rapport de forces. Mélenchon, qui vénère Mitterrand, sait que celui-ci a été confronté un peu au même problème. Il sait que l’OPA de Mitterrand sur la SFIO pour constituer le Parti Socialiste a été rendue possible par le score inespéré à l’élection présidentielle de 1965, ou le "vieux" était candidat unique de la gauche. A une plus petite échelle, Mélenchon comptait refaire le même coup au PCF. C’est pourquoi les 11% de Mélenchon n’ont fait pleurer personne place du Colonel Fabien : à 17%, Mélenchon serait devenu un allié encombrant, ayant les moyens de poser des conditions. A 11%, il redevient un allié gérable.

Le problème de Mélenchon, c’est qu’il risque assez rapidement de glisser à nouveau vers l’anonymat. Depuis juin 2011, il était devenu le porte-parole quasi-unique du Front de Gauche, avec une large marge de manœuvre pour redéfinir à sa convenance le discours, les priorités et le programme du Front. Ainsi, il a fait du discours "anti-Le Pen" l’axe de sa campagne sans demander l’avis de personne, pas plus qu’il a demandé l’avis de ses alliés avant d’appeler au désistement pour François Hollande (2). Qui allait le contredire ? Imaginez-vous Pierre Laurent ou Marie-George Buffet déclarant devant des journalistes "ce que M Mélenchon a dit ne nous engage nullement" ? Bien sur que non. Même si certaines prises de position du candidat ont défrisé au PCF, personne n’a moufté. Qui a envie d’être accusé de tirer contre son camp ?

Ce statut de porte-parole exclusif arrive à sa fin. Depuis le 22 avril la situation de Mélenchon rappelle celle de Segolène Royal après sa défaite : il était tout, il n’est plus rien. Si, "co-président" du PG avec Martine Billard. C’est une base étroite pour influencer la suite. C’est pourquoi Mélenchon essaye de perpétuer sa présence dans les médias avec la même technique qu’il avait utilisé au début de son ascension pour se faire entendre : l’agressivité décuplée. Il essaye aussi de "faire le buzz" en lançant des initiatives sans consulter personne : une "convention" après les législatives, par exemple... Mais on sent qu’on est déjà passé à autre chose. Il suffit de lire le rapport de Pierre Laurent au comité national du PCF et la discussion qui s’en est suivi (consultable ici) pour voir que si l’on remercie Mélenchon de sa performance, une nouvelle séquence s’ouvre et la direction du PCF ne compte pas se laisser confisquer son premier rôle. Et cela ne peut qu’empirer : une fois les législatives passées, l’intérêt des gens et des médias se déplacera inévitablement sur les politiques qui seront mises en œuvre par le nouveau gouvernement - dont Mélenchon, si l’on croit ses dires, ne sera pas - et la nouvelle majorité, dans laquelle il jouera un rôle secondaire.

Pour donner à Mélenchon plus de visibilité, certains ont conçu l’idée de le faire élire à l’Assemblée Nationale. Mais c’est plus facile à dire qu’à faire. Les circonscriptions "gagnables" ne sont pas en effet légion, et le Front de Gauche n’a guère les moyens de parachuter son ancien candidat sur une circonscription sûre. C’est que les perspectives législatives du Front sont assez sombres : La première difficulté est d’arriver en tête de la gauche au premier tour. L’expérience montre que lorsqu’un président est élu, les candidats investis par lui ont une importante prime. Ce qui risque de donner aux candidats socialistes la possibilité de passer presque partout devant ceux du Front de Gauche, les éliminant ainsi au premier tour. Je me suis amusé à comparer les scores dans les communes - je n’ai pas les moyens de faire ce travail au niveau des circonscriptions - pour les députés sortants : sur les 19 sortants du Front de Gauche, dans trois cas seulement le Front de Gauche arrive devant les socialistes (Candelier, Lecocq, Chassaigne). Cela n’est qu’une indication, bien entendu, et la dynamique législative n’est pas la même que la présidentielle. Mais c’est une indication alarmante. L’alternative serait de négocier des candidats communs avec le PS dès le premier tour. Mais outre le fait que cela reviendrait pour Mélenchon à manger son chapeau, une telle négociation implique un accord sur une plateforme programmatique... ce serait le retour de la Gauche Plurielle.

Rien n’est aussi triste que de ne plus être et d’avoir été. Mélenchon risque de s’en apercevoir assez vite...

Descartes

(1) Car c’est bien là que se trouve le nœud de la question : le PCF est incapable de produire dans son sein un candidat charismatique, de construire un discours de campagne vaguement rationnel, et de le mettre en œuvre sur le terrain. Le PCF a aujourd’hui des forces militantes, mais il n’a que ça. Les muscles agissent, mais le cerveau, au niveau national, est mort.

(2) On a du mal à croire qu’il fut une époque où les partis de gauche réunissaient leurs instances de direction collective pour prendre ce genre de décisions. Ce n’est plus de tout le cas : le CN du PCF ne s’est guère réuni depuis le début de l’année pour examiner les différents aspects de la campagne. Mélenchon et son équipe proche - essentiellement composée de fidèles - ont eu les mains libres, et c’est lui même qui le dit sur son blog.

http://descartes.over-blog.fr/artic...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Mélenchon Descend Sur Terre
1er mai 2012 - 20h30 - Posté par Gilles34

Très "électoraliste" cette analyse !
Allez on lâche rien !



Mélenchon Descend Sur Terre
1er mai 2012 - 21h00 - Posté par Luis

Cette analyse intelligente démontre en effet que le seul enjeu du FdG, c’est la lutte des places.

La lutte des classes n’est que le carburant qu’on use et abuse.

JLM, un ego ampoulé, est fidèle a son modèle, le florentin Mitterrand.


Mélenchon Descend Sur Terre
1er mai 2012 - 21h11 - Posté par Gilles34

Je vois que ton analyse devient de plus en plus fine ... triste !


Mélenchon Descend Sur Terre
1er mai 2012 - 21h19 - Posté par Luis

Bonjour tristesse !
Mais pour rester sérieux, en quoi Descartes se trompe ?


Mélenchon Descend Sur Terre
6 mai 2012 - 14h00 - Posté par

Mais pour rester sérieux, en quoi Descartes se trompe ?

Alors, Gilles34, le champion des analyses fines ?
Tu réponds pas ?

Dommage, ça m’aurait intéressé, ton avis...

C’était donc juste pour ramener ta fraise, pour le plaisir de l’insulte et pour jouer au fan outragé de Mélenchon ?

Chico


Mélenchon Descend Sur Terre
1er mai 2012 - 21h49

Première question qui sera élu le 06 mai ? A mon avis c’est pas encore gagné. Deuxième question si Flambi est élu quel est le programme de son gouvernement avec comme question première comment fait-il avec la dette ? Soumission au Capital via les traités européens éventuellement modifiés ou affrontement (c’est peu probable) et en fonction de la réponse que font le PCF le PG la FASE etc... participent ou pas au gouvernement ? soutiennent ? cette question doit être tranchée AVANT les législatives, c’est une question d’honnêteté vis à vis des électeurs sous peine de graves désillusions. Troisième question essentielle et de taille que feront les travailleurs ? Une seule chose est sûre les places eux ils n’en ont rien a foutre.



Mélenchon Descend Sur Terre
2 mai 2012 - 00h36 - Posté par jo

Le PCF est mort en tant que parti ouvrier, et en tant que parti défendant les intérêts de la classe ouvrière. Ce sont ses dirigeants qui l’ont condamné voilà de nombreuses années, sa base réfléchit et colle des affiches à l’aide d’un matériel de prêt à penser en libre service, sa direction d’éternels permanents qui ont trop souvent perdu tout contact avec les masses populaires, dont la subsistance dépend des indemnités d’élus glanés auprès du PS, le plus souvent sans rapport de forces. Même ça, ça ne marche plus et les exemples caricaturaux fleurissent à droite et à gauche de cette soumission imposée à des militants déboussolés.
Difficile pour le PCF de remonter le courant : et voilà que Marie George Buffet sort de son chapeau le Front de Gauche, machine électorale qui devrait attirer (doucement pour le moment) la gauche du PS, et aujourd’hui encore Martine Billard du PG qui réclame avec son parti la possibilité d’adhésions directes au Front de Gauche.
Ce n’est pas Mélenchon qui est en difficulté, ce sont les idées révolutionnaires basées sur le Marxisme et la lutte des classes abandonnées au profit d’une vague ligne social-démocrate de gauche, qui en aucun cas nous permettra d’affronter les mauvais coups qui vont redoubler de violence contre : "...Ceux qui paient toujours vos crimes, vos erreurs" chantait Jean Ferrat, en s’adressant à la Bourgeoisie.


Mélenchon Descend Sur Terre
2 mai 2012 - 03h04 - Posté par Luis

Malheureusement, c’est clair pour JLM : le NININI, autrement dit selon son expression :" ni soutien, ni participation, ni opposition ".
Autrement dit, tout est négociable, en fonction des intérêts à court terme des politiciens FdG et des ambitions présientielles de JLM, qui dit-il peut attendre 10 ans.
Nous, NON.
Basta, tous dehors !


Mélenchon Descend Sur Terre
2 mai 2012 - 03h13 - Posté par Luis

La seule à laquelle on peut répondre sans hésitation ni risque d’erreur, c’est la deuxième :
le programme du FdG annonce le remboursement de la dette, comme celui du PS, aux rentiers qui vivent de notre travail.

Le reste est du même tonneau : je ne suis "pas révolutionnaire, mais keynésien" ne cesse de dire JLM, ou "les investisseurs n’ont pas à avoir peur" (aux Echos, journal des spéculateurs).
Jospin a trompé les travailleurs.
JLM ne trompe que les imbéciles.


Mélenchon Descend Sur Terre
2 mai 2012 - 02h32 - Posté par as14

Article très intéressant.

Mélenchon a mené jusque là l’appareil du PCF avec la carotte d’un bon score à la présidentielle. C’est fini ! L’appareil n’a plus faim. Ou plutôt : il réclame à présent le gâteau électoral ! Et ça, hélas, Méluche n’a pas en réserve.






Grande fête du livre des éditions Noir et Rouge
lundi 21 - 23h28
de : Frank
BOLIVIE Perspectives avant les élections du 18 octobre
lundi 21 - 19h16
de : allain graux
APPEL AU MOIS INTERNATIONAL D’ACTIONS POUR LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH
lundi 21 - 17h44
de : Jean Clément
COVID 19 : Cuba vient de mettre au point un vaccin !
lundi 21 - 16h40
de : joclaude
Représentation syndicale avec son badge (ou pas) et rien d’autre !
lundi 21 - 12h11
de : Christian Delarue
1 commentaire
SEXYPHOBIE AU MUSEE d’ORSAY
lundi 21 - 01h28
de : Christian Delarue
4 commentaires
Premiers de corvée, premiers oubliés ! Des sans-papiers marchent vers l’Élysée
dimanche 20 - 17h03
CHILI/VENEZUELA : une superbe historique, afin que nul n’en ignore !
dimanche 20 - 16h31
de : joclaude
CUBA : courrier au Canard Enchaîné
dimanche 20 - 16h12
de : joclaude
Amérique Latine : Démocratie contre blocus !
dimanche 20 - 15h19
de : joclaude
1 commentaire
Racket sur les retraités et les personnes en perte d’autonomie : le rapport Vachey
dimanche 20 - 15h04
de : joclaude
1 commentaire
Entre droit de critique du voile et nécessaire respect des personnes
samedi 19 - 23h25
de : Christian Delarue
2 commentaires
Le néocolonialisme d’ENGIE au Brésil
samedi 19 - 21h53
de : Mr Mondialisation
SEXYPHILIE anodine d’Instagram et SEXYPHOBIES agressives ailleurs
samedi 19 - 17h02
1 commentaire
journée internationale pour la paix : visio-conf. ce 18 septembre 2020
jeudi 17 - 23h32
Le désempuissantement populaire participe de la perte de démocratie.
jeudi 17 - 20h50
de : Christian Delarue
4 commentaires
Pourquoi beaucoup de salariés ont la tête ailleurs
jeudi 17 - 12h16
1 commentaire
Des papiers pour tous ! C’est l’heure de l’mettre
jeudi 17 - 08h17
de : Hdm
De la lutte des masques à la lutte des classes
jeudi 17 - 07h58
de : Bruno Guigue
2 commentaires
Si à 5 ans un gosse n’as pas eu au moins deux leucémies, c’est qu’il a raté sa vie
mercredi 16 - 23h29
de : Dr Seguelasse de Santé publique rance
SEPARATISME
mercredi 16 - 19h48
de : Nemo3637
5 commentaires
l’Etat providence... ! Pour qui ?
mercredi 16 - 16h41
de : joclaude
VENEZUELA : On ne nous dit pas tout !
mercredi 16 - 10h37
de : joclaude
1 commentaire
La nouvelle grenade de désencerclement reste une arme de guerre
lundi 14 - 07h23
1 commentaire
Les trois secteurs de résistance du peuple-classe
dimanche 13 - 14h47
de : Christian Delarue
1 commentaire
Le séisme idéologique est plus important que le virus lui-même
dimanche 13 - 05h35
de : Michaël Verbauwhede et Seppe De Meulder - Solidaire
4 commentaires
MRAP : Droit et "séparatisme islamique" (lettre ouverte)
samedi 12 - 16h29
de : Christian Delarue (mrap)
Le MRAP assure le Maire de Stains de sa solidarité
samedi 12 - 10h48
de : Christian Delarue (mrap)
Agression antisémite à Aubervilliers
samedi 12 - 10h43
de : Christian Delarue (MRAP)
Génération désenchantée
vendredi 11 - 22h11
de : paris lutte info
Oussama et CIA copains comme cochon
vendredi 11 - 21h56
de : globalResearch
quel "homme" de petite taille ce darmanin
vendredi 11 - 18h14
1 commentaire
Le moment paranoïaque (le déferlement totalitaire) face à la dialectique du maître et de l’esclave Par Ariane Bilheran,
vendredi 11 - 11h21
de : pierrot
2 commentaires
CHRONIQUES NOIR & ROUGE N° 2 Septembre 2020
mercredi 9 - 22h26
de : frank
ELEVES ET PROFS A L’ABANDON
mercredi 9 - 18h16
de : Nemo3637
Séance de déplacement collectif
mercredi 9 - 12h43
de : jean1
République et démocratie : dérives et instrumentalisations
mercredi 9 - 00h08
de : Christian Delarue (Fondation Copernic)
1 commentaire
Rentrée scolaire "bleu marine" !
dimanche 6 - 16h33
de : joclaude
Mali : une solution est-elle possible sans remise cause des règles du jeu ?
samedi 5 - 16h57
de : Eve76
Rentrée, plan de relance, luttes…
samedi 5 - 09h40

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite