Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Roger MARTELLI : Après la Présidentielle
de : En FASE
samedi 12 mai 2012 - 13h56 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires

La concomitance des élections françaises et grecques a fait courir sur l’Europe un vent de fraîcheur. Les bons résultats du Front de gauche en France, les scores superbes de Syriza et de la gauche radicale en Grèce (plus de 30 %) nous disent tout haut que nous avons commencé à en finir avec la longue séquence dépressive des années 1980-1990, celle du face-à-face exclusif de l’ultra-libéralisme et du social-libéralisme. Le réalisme de la rupture peut marquer des points face à l’irréalisme de l’adaptation. C’est un événement. Qu’il faut bien sûr confirmer aux législatives de juin.

La gauche française a obtenu un résultat très honorable au premier tour ; elle a gagné au second. Elle a progressé, le 22 avril, parce que le PS et la gauche de gauche ont progressé tous deux par rapport à 2007. Mais elle reste au-dessous de ses scores des années 1970-1980, parce que la gauche de gauche n’a pas retrouvé les niveaux qui étaient les siens au temps de la bonne santé électorale du PCF.

·En France, la gauche de gauche est comme à mi-chemin. Elle a globalement effacé le souvenir désastreux de 2007. Après avoir mené une campagne remarquable, J.-L. Mélenchon réalise un score à deux chiffres qui était inespéré il y a quelques mois encore. Il fait à lui seul mieux que le total éparpillé de 2007 (+ 2,2 %) mais moins que le total de 2002 et de 1995 (- 2,8 %).Le mieux est le signe que la démarche du Front de gauche (FDG) va dans la bonne direction : pas question de revenir en arrière ou de rester en marge ; pas d’autre solution que d’être pleinement dans le FDG. Le moins bien est le signe que le Front n’est pas encore à son rythme de croisière : y participer implique donc de l’aider à se transformer pour être plus efficace.

·Un niveau « normal » pour la gauche de gauche est suggéré par l’espace de sympathie que dessinaient les sondages de la mi-avril : plus de 15 % des voix. Atteindre puis dépasser ce seuil, pour redevenir majoritaire au sein de la gauche, n’est plus un rêve vague. Des conditions existent cependant pour parvenir à cet objectif. La plus fondamentale, dès demain, est de tisser un lien renouvelé entre la mobilisation sociale et les constructions politiques. La subordination du social au politique a fait son temps ; mais la séparation de l’un et de l’autre est une malédiction. Nous ne partons heureusement pas de rien : l’expérience du mouvement anti-TCE en 2005 et cette campagne présidentielle elle-même ont ouvert des pistes, en associant militants politiques, syndicalistes, associatifs. Ne sous-estimons pas pour autant le fait que nous avons, sur ce point, un authentique devoir d’innovation.

·Le FDG peut y contribuer ; pour le faire efficacement, mieux vaudrait toutefois qu’il s’affirme comme un creuset de citoyenneté directe, et non comme un simple cartel d’organisations. En matière de méthode alternative, comme en matière d’organisation citoyenne, la créativité est d’autant plus nécessaire que la période à venir sera rude. La crise, la pression libérale à l’austérité et une recomposition de la droite à l’italienne : nous n’aurons pas que du bonheur !

La campagne a révélé une dynamique militante et citoyenne exceptionnelle ; la pâte ne doit pas retomber. C’est dire que le plus urgent, à très court terme, est l’amélioration de l’outil FDG. Pour l’instant c’est une structure de fait, pas de droit. Ses modes de fonctionnement sont aléatoires : ils ont besoin d’être stabilisés, et donc formalisés. Il est peu vraisemblable que les deux principaux 1 acteurs du FDG renoncent aujourd’hui à leur existence spécifique. Dans l’immédiat, le plus raisonnable est ainsi de considérer que le Front va garder un caractère mixte : il devrait être à la fois une base de coopération de partis et une structure d’accueil pour des individus.

Dès lors, autant se dire qu’il est composé, à égalité de dignité, d’organisations constituées (partis et mouvements) et de structures localisées (assemblées citoyennes ou autres) où des individus ont la possibilité d’adhérer directement. Aucune organisation ne doit avoir l’impression que l’on décide à sa place et qu’elle perd l’autonomie qu’elle souhaite garder ; en sens inverse, aucun des individus qui ne se reconnaissent dans aucune organisation particulière ne doit avoir le sentiment qu’il est le jouet de structures par ailleurs bien rodées.Dans une période sans élection à court terme, comment faire vivre la double dimension du Front ? Des conventions nationales périodiques pourraient rassembler à la fois les représentants des organisations et ceux des structures locales du Front, pour fixer le cadre général du travail en commun. Une fois le cadre défini, une structure souple de coordination prendrait les décisions nécessaires entre les conventions. Sa composition pourrait être déterminée par consensus : l’essentiel est que toutes les parties prenantes s’accordent pour que la pluralité soit effective, celle des sensibilités comme celle des pratiques et des générations.

·Si la gauche de gauche veut devenir hégémonique à gauche, elle doit aller progressivement vers une cohérence égale à celle des grandes formations de la gauche et de la droite, PS et UMP. L’idéal reste donc à mes yeux du côté d’une seule formation à la gauche du PS, à la fois cohérente et plurielle, brassant sans les faire disparaitre les traditions, les cultures, les pratiques et les générations. Je persiste à penser qu’il faudra bien aller dans cette direction. Mais, à moyen terme, le FDG restera dans un entre-deux : au mieux, il sera plus qu’un cartel ; il sera moins qu’une organisation...Dans cette hypothèse, nous serons confrontés à un problème épineux : à ce jour, les composantes partisanes du FDG reposent sur deux formations centrales (PCF et PG) et sur une poussière de groupuscules. Or le tête-à-tête des deux « ténors » n’est pas bon : il crée des tensions latentes ; il laisse de côté ceux qui ne se reconnaissent aujourd’hui ni dans l’une ni dans l’autre de ces traditions. En outre, l’expérience montre que la parcellisation de petites structures, à côté des deux formations les plus importantes, conduit en pratique à leur satellisation.J’ai ainsi la conviction qu’il faut chercher à faire progresser le Front dans deux directions simultanées, tout aussi stratégiques l’une que l’autre : aller vers un FDG « citoyen », dans lequel l’appartenance à une structure déjà existante n’est pas la condition pour adhérer et militer ; faire en sorte que l’état des organisations participantes soit le plus riche et le plus efficace possible.

·Trois questions se posent à propos du second objectif : pour être efficace ne faut-il pas regrouper au sein du FDG les petites formations autres que le PC et le PG ? Ce regroupement est-il possible en l’état ? Peut-il se définir autrement que de façon négative, par un « ni-ni » (ni PC ni PG) ?Aux trois questions, j’ai tendance pour l’instant à répondre de façon triplement positive :- le regroupement, à côté du PC et du PG, est nécessaire pour agir utilement à l’intérieur du Front ; - il est possible dès l’instant où la volonté politique existe pour le bâtir ; - il correspond à une expérience et à une culture bien installées depuis quelques années, qui ne s’opposent pas à celle des deux autres composantes du Front, mais qui pour l’instant ne se confondent pas pleinement avec elles.

Du côté des « ténors », il en est qui considèrent que la séquence ouverte en 1995 (la conjonction d’un esprit de radicalité et d’un « mouvement social ») est désormais terminée, que le temps des 2 « mouvementistes » pagailleux est passé et que le moment est venu de retourner aux « fondamentaux » des partis politiques d’hier et d’avant-hier. Or, beaucoup des militants engagés dans le FDG et dans la campagne Mélenchon se sont inscrits, depuis le début des années 1990, dans une dynamique originale, indissociablement sociale et politique, associative, syndicale et partisane, qui ne se contentait pas de « continuer » les traditions antérieures de la République et du mouvement ouvrier. Beaucoup parmi nous se sont côtoyés dans cette expérience innovante, se sont découverts, ont appris à construire ensemble, à se projeter ensemble dans l’avenir. Nous ne sommes pas près de tourner le dos à un cheminement prometteur ; nous devons vouloir encore en tirer les leçons politiques.Cette proximité de longue durée peut être positivement valorisée. La légitimité d’un rapprochement spécifique à l’intérieur du FDG ne se définit pas d’abord de façon négative. Elle est dans le désir de continuer une expérience, jusqu’à ce jour propulsive, qui repose sur quelques grands piliers : - la nécessité vitale de concilier pluralité maximale et cohérence d’action, sans sacrifier l’une, sans renoncer à l’autre ; - le besoin de conforter la critique exhaustive de l’existant (l’exploitation, la domination, l’aliénation articulées à l’hégémonie du capital) par l’énoncé d’une cohérence alternative et donc d’un projet d’émancipation, multicolore et argumenté ; - la promotion d’une rupture franche, qui se démarque à la fois du marché « libre » et de l’étatisme ; - la liaison indissoluble, dans la longue durée, entre rupture radicale et construction politique et citoyenne, entre dynamique sociale et débouchés politiques, entre luttes et élections, entre anticapitalisme et processus émancipateurs concrets. À tout cela s’ajoute la volonté déterminée de ne pas séparer continuation et novation, fidélité et transformation, dans la façon de penser comme dans la manière de s’organiser.

Sur cette base, il n’est certes pas facile d’esquisser d’un trait les contours d’une convergence durable et les structures capables de les faire vivre. Pas question donc de bâcler la construction d’une démarche fédératrice ouverte et positive ; pas question d’éviter le temps nécessaire des propositions, des vérifications et des rythmes d’évolution de chacun. Mais pas question non plus de traîner à l’infini. Une fois la séquence électorale complètement terminée (juin), la « fenêtre de tir » ne sera ouverte que brièvement. Toute précipitation serait improductive ; tout retard serait étouffant.

·En tout état de cause, l’expérience des cinq dernières années a tranché : dispersée, la gauche d’alternative est vouée à la rétraction et à la marge ; rassemblée ou en voie de rassemblement, elle peut reprendre l’initiative et se sortir du dilemme éprouvant qui la conduisait à être, soit un aiguillon marginal soit une roue de secours de majorités inéluctablement dominées par l’esprit d’adaptation. Bonne nouvelle : unie, la gauche de gauche peut à la fois peser sur la gauche et être indépendante de la social-démocratie. Nous y avons pris goût ces derniers mois ; comment pourrions-nous retourner aux errements centrifuges d’antan ?

Lire la suite sur le PDF

PDF - 80.7 ko
Roger MARTELLI : "Après la Présidentielle".

ou ici sur le site de la FASE



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Roger MARTELLI : Après la Présidentielle
12 mai 2012 - 17h13 - Posté par RICHARD PALAO

" dans une période sans élection à cours terme " ...il déconne ou quoi MARTELLI , et les législatives , il en fait quoi ?
il vote PS ?
Vu la tonalité du reste du discours cela ne serait pas étonnant , car malgré les contorsions on devine que MARTELLI rêve que tous les partis et organisations qui composent le FDG fusionnent en une seule organisation pour être un grand parti de gauche , au côté du PS ....AUCUNE REFERENCE AU COMMUNISME ...

La crise systémique du capitalisme ne conduit pas MARTELLI a opter pour la seule voix possible , celle du communisme autogestionnaire mais a renforcer le camp social démocrate en créeant un deuxième parti social démocrate qui pourrait jouer l alternance avec le PS ou gérer avec lui au plus grand profit du capital .

JE NE ME CHAUFFE PAS DE CE BOIS LA



Roger MARTELLI : Après la Présidentielle
12 mai 2012 - 18h51 - Posté par Copas

De grands moments de novlangue, on a connu Martelli mieux inspiré :

- la nécessité vitale de concilier pluralité maximale et cohérence d’action, sans sacrifier l’une, sans renoncer à l’autre ;
 le besoin de conforter la critique exhaustive de l’existant (l’exploitation, la domination, l’aliénation articulées à l’hégémonie du capital) par l’énoncé d’une cohérence alternative et donc d’un projet d’émancipation, multicolore et argumenté ;
 la promotion d’une rupture franche, qui se démarque à la fois du marché « libre » et de l’étatisme ;
 la liaison indissoluble, dans la longue durée, entre rupture radicale et construction politique et citoyenne, entre dynamique sociale et débouchés politiques, entre luttes et élections, entre anticapitalisme et processus émancipateurs concrets.

À tout cela s’ajoute la volonté déterminée de ne pas séparer continuation et ovation, fidélité et transformation, dans la façon de penser comme dans la manière de s’organiser.

Que d’émotions !

Vaut mieux entendre que d’être sourd, voir plutôt qu’être aveugle, mais, en l’occurrence, tout juste...






Barcelone : des manifestants indépendantistes affrontent les forces de l’ordre pour la troisième nuit consécutive (vidéo
jeudi 17 - 00h53
de : nazairien
1 commentaire
Une personne porte ici un signe religieux ostensible !
mercredi 16 - 22h29
de : Christian DELARUE
3 commentaires
La manifestation des pompiers dégénère : incidents et tensions (15 octobre 2019, Paris) (vidéo)
mercredi 16 - 16h24
de : nazairien
2 commentaires
Des scènes de guérilla urbaine dans le centre de Barcelone, après la condamnation des dirigeants séparatistes (vidéo)
mercredi 16 - 16h09
de : nazairien
1 commentaire
Retraites : la CGT, FO, Solidaires et la FSU appellent à la grève le 5 décembre
mercredi 16 - 07h54
1 commentaire
15 Octobre 1987 THOMAS SANKARA
mardi 15 - 17h29
de : CADTM
De qui se moque t on ? Les frais d’hébergement des députés à Paris vont être davantage remboursés
mardi 15 - 17h11
de : nazairien
2 commentaires
ZOMIA ou l’art de ne pas être gouverné
mardi 15 - 14h20
de : Ernest London
Grande Fête du livre de Noir et Rouge
lundi 14 - 23h10
de : Frank
Nucléaire : le danger qui nous menace s’accroît
lundi 14 - 23h03
de : pierre peguin
Emission - Sabotage de l’école – Un peuple éclairé serait-il incontrôlable ?
lundi 14 - 20h03
de : Emission - Polémix et La Voix Off
Rojava : « La révolution ne doit pas disparaître »
lundi 14 - 17h10
de : jean 1
1 commentaire
Pascale Locquin
lundi 14 - 15h45
de : locquin
Les "gilets jaunes, bleus, verts, oranges" dans le VIéme ar, pour la "défense des victimes de l’amiante
dimanche 13 - 14h17
de : nazairien
Le voile ... dévoile une fois de plus sa stratégie de dislocation des valeurs républicaines
dimanche 13 - 11h56
de : Jean-Marie Défossé
16 commentaires
Toulouse, les baqueux toujours aussi dérangés, les CRS sous "captagon" ? et les gedarmes veulent faire aussi bien (vidéo
dimanche 13 - 02h25
de : nazairien
Rencontre débat « L’anarchisme pour les nuls »
samedi 12 - 21h15
de : jean 1
Le crépuscule de l’OTAN.
samedi 12 - 20h56
de : L’iena rabbioso
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h18
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h14
N’abandonnons pas les Kurdes et les populations de Syrie - Tribune collective sur Libération
samedi 12 - 16h33
de : Christian DELARUE
3 commentaires
GAZ ET FLOUZE À TOUS LES ÉTAGES - C’est l’heure de l’mettre
vendredi 11 - 15h08
de : Hdm
Intervention turque en Syrie : la révolution politique du Rojava menacée de toute part
vendredi 11 - 08h12
22 commentaires
Rejetée
jeudi 10 - 15h28
de : jean 1
double face
jeudi 10 - 12h01
de : jean 1
1 commentaire
Appel à Manifestation samedi 12 octobre à Saint-Victor
mercredi 9 - 22h05
de : AMASSADA
Détruire le capitalisme avant qu’il ne nous détruise (à propos de Lubrizol)
mardi 8 - 23h50
de : nazairien
3 commentaires
On nous cache tout, on nous dit rien :Frais d’obseques des deputes et de toute leur famille payes par nos impots (vidéo)
mardi 8 - 23h05
de : nazairien
LES BESOINS ARTIFICIELS - Comment sortir du consumérisme
mardi 8 - 17h23
de : Ernest London
11 commentaires
Le Maquillage Vert du Capitalisme ne change pas son essence prédatrice
lundi 7 - 23h02
de : Cecilia Zamudio
Emission - Lubrizol – Enfumage chimique. Enfumage médiatique. Enfumage étatique.
lundi 7 - 16h59
de : Emission Polémix et La Vox Off
Sur les Gilets Jaunes, l’État et le fascisme – lettre d’Antonin Bernanos
lundi 7 - 16h06
de : jean 1
Ami entends-tu les cris sourds du pays qu’on enchaîne : L’Europe nous supprime la faucille ! Et le marteau ! ...
lundi 7 - 15h07
de : nazairien
1 commentaire
Réformes des retraites : depuis 1993 l’âge de départ et le montant des pensions reculent
lundi 7 - 07h50
1 commentaire
TROIS "I" en même temps !
dimanche 6 - 21h49
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Rencontre nationale des communes libres et des listes citoyennes
dimanche 6 - 21h42
de : commercy par invités de médiapart
La “surprise” de l’acte 47 des GJ : l’occupation du centre commercial Italie2 (vidéo)
dimanche 6 - 11h11
de : nazairien
4 commentaires
Un féminisme accusé de contrôle du corps des femmes
dimanche 6 - 02h31
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Le communautarisme du Rassemblement National - RN (ex FN).
dimanche 6 - 02h21
de : Christian DELARUE
confirmation expulsion appel à convergence
samedi 5 - 22h27
de : AMASSADA

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Les grandes choses de l'Etat sont tombées, les petites seules sont debout, triste spectacle public. On ne songe plus qua soi. Chacun se fait, sans pitié pour le pays, une petite fortune particulière dans un coin de la grande infortune publique. Victor Hugo, 1838
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite