Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Italie : 12 mai 1977, l’assassinat de Giorgiana Masi


de : Roberto Ferrario
dimanche 13 mai 2012 - 13h51 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 11 ko

A Giogiana

...si la révolution d’octobre
avait été en mai
si tu vivais encore,
si je n’étais pas impuissant
face à ton assassinat,
si ma plume était une arme gagnante,
si ma peur explosait sur la place,
courage né de la rage étranglée dans la gorge,
si t’avoir connue devenait notre force,
si les fleurs que nous avons offertes à ta vie courageuse,
dans notre mort devenaient des guirlandes
de la lutte de nous toutes, femmes,
si...
ce ne serait pas les mots qui chercheraient à affirmer la vie
mais la vie même, sans rien ajouter d’autre.

GIORGIANA MASI
19 ANS

Rome 12 mai 1977

SOMMAIRE : le 12 mai 1977, la police charge des milliers de manifestants qui participent à Rome à une manifestation non violente du Parti Radical pour recueillir les signatures sur les "huit referendums contre le régime" (abrogation du concordat, des tribunaux militaires, des délits d’opinion contenus dans le Code pénal, de certaines parties de la loi manicomiale, de la loi qui attribue à la police des pouvoirs spéciaux en matière d’arrestation, de perquisition et d’écoute téléphonique, de la loi qui attribue aux partis un financement public substantiel, de la "commission d’enquête" - le "tribunal" spécial, composé de parlementaires pour le jugement préliminaire des délits commis par les ministres). Une jeune femme, Giorgiana Masi, est frappée à mort par des tirs de pistolets et de nombreux autres manifestants sont blessés. Le Ministre de l’intérieur nie que la police ait jamais fait usage d’armes à feu. Le Parti radical, par contre, démontre , grâce à une vidéo où l’on voit un agent de police tirer à plusieurs reprises sur la foule et à des centaines de photos qui montrent des agents armés, déguisés en "autonomes", que le Ministre de l’intérieur, Francesco Cossiga avait menti..

En publiant un "Livre Blanc" qui recueille les témoignages de tous ceux qui avaient assisté aux brutales agressions de la police, le Parti radical démontre qu’il y avait eu une tentative de massacre et porte plainte. Le 15 janvier 1979, le magistrat du Ministère Public, Giorgio Santacroce, demande à ce que le procés pour le meurtre de Giorgiana Masi soit clos et classé "parce que ses auteurs sont restés inconnus".

Dans les conclusions du "Livre Blanc", Marco Pannella critique durement le comportement de la magistrature qui a omis de développer une enquête sérieuse et, face aux preuves photographiques et aux témoignages qui démontraient l’agression préméditée de la part de la police contre les manifestants, s’est arrêtée devant la "raison d’état". (Livre Blanc du Parti radical sur le meurtre de Giorgiana Masi et sur les faits du 12 mai 1977 : "Chronique d’un massacre" - sous la direction du Centre d’initiative juridique Piero Calamandrei - avril 1979)

CHRONOLOGIE : Manifestation pour les huit referendums radicaux ; à Piazza Navona, le podium pour la manifestation est prêt (13 h ), peu de temps après, s’abat sur lui la furie des forces de l’ordre et à 13h 30, c’est la protestation au Parlement de Pannella ; à 13h40 la protestation de Balsamo et à 13h45, celle des trois syndicats confédéraux. A 13h55, Cossiga refuse de rencontrer une délégation de parlementaires PSI, DP et PR à propos de l’interdiction de la manifestation.

A 14h : Police et carabiniers intensifient le blocage des rues qui accèdent à Piazza Navona ; à 14h15, Cossiga affirme que Piazza Navona ne jouit d’aucune forme d’extra-territorialité qui empêcherait la présence des forces de l’ordre. Le blocage est total à 14h15.

A 15h : devant palazzo Madama (siège du Sénat), un premier passage à tabac a comme victimes un groupe de jeunes radicaux qui portaient une table pour le recueil des signatures ; parmi ceux qui sont frappés, le député Mimmo Pinto de LC. Puis, c’est la première charge, menée par une trentaine de carabiniers armés de fusils. Trois jeunes sont durement frappés, menotés, chargés sur un panier à salade et emmenés. Même des journalistes et des photographes sont durement repoussés et frappés : on impose à ces derniers de remettre les pellicules impressionnées.

A 15h30 : Pannella arrive devant Palazzo Madama, puis téléphone à Ingrao (président de la Chambre des Députés).

A 15h45 : un fonctionnaire de police approche un groupe de manifestants (Corso Vittorio), après un échange d’insultes, il ordonne le premier lancement de lacrymogènes. Les gens s’enfuient. Le reporter de "Il Messaggero" écrit : "Contre des jeunes qui se trouvent sous une arcade, avance un autre détachement de police, des slogans fusent avec le cri habituel de "imbéciles, imbéciles". La police répond avec sept-huit lacrymogènes tirés à hauteur d’homme. Les manifestants se replient mais ils reviendront et la scène se répètera. Jusque là, dans la zone des désordres on n’a vu ni pavés, ni molotov".

A 16h : pour la première fois, on remarque (piazza della Cancelleria) des hommes en civil armés de pistolets ou de pistolets mitrailleurs, apparemment en bon terme avec les policiers. Des lacrymogènes sont tirés par dizaines. Maintenant, la police charge de nouveau, violemment : une quinzaine de personnes, dont de nombreuses jeunes filles et une femme âgée sont emportées, tombent. Les agents encerclent les personnes tombées à terre et les frappent toutes, indifféremment, à coups de pied et de matraque. Ils frappent même une femme âgée. Des lacrymogènes sont tirés à hauteur d’homme, d’autres contre les fenêtres et leurs occupants : deux atteignent en plein deux fenêtres, via dei Baulari et vicolo dell’Aquila. Un lacrymogène tiré à hauteur d’homme a frappé (18h30) la vitrine d’un bar, au 248 Corso Vittorio. J’ai demandé au propriétaire : "Qui a tiré ?" "La police" m’a-t-on répondu. Au coin de via dei Baulari, il y a un jeune en train de marcher : de la dernière camionnette part un lacrymogène qui le frappe de plein fouet, dans le dos, et le projette à terre, assommé. Cinq agents descendent, s’acharnent à coups de pied sur le jeune et puis remontent dans la camionnette. Piazza della Cancelleria, la police lance une série de charges : c’est à cette occasion que l’on entend les premiers coups de feu (cf video sur le 12 mai). Un agent assène un coup de matraque sur la nuque du photographe Rino Barillari, de "Il Tempo". Barillari tombe, est emmené à l’hôpital : il guérira au bout de dix jours. Un autre photographe, Sandro Mannelli, de "Il Messaggero" est frappé à la nuque par une pierre ; prognostic : six jours.

16h20 : via Sant’Agostino, un détachement de carabiniers répond aux cris de "Imbéciles, imbéciles !" par un lancement de lacrymogènes à hauteur d’hommes. Un jeune est frappé et reste à terre.

16h30 : Largo Argentina est mêlé à la "guerilla" ; l’air est irrespirable à cause de la fumée des lacrymogènes : dix personnes à bord d’un bus de la ligne 87 sont pris de malaise : elles sont transportées à l’hôpital, on détecte une intoxication.

17h : les manifestants commencent à arriver viale Trastevere (chargés à Piazza Navona et à Campo dei Fiori).

17h-17h30 : dans la zone de Piazza Navona et aux environs, d’autres lancements de lacrymogènes et blocage des accés.

17h45 : Piazza della Cancelleria, "se trouvent des agents en civil qui tirent à hauteur d’homme". A quatre ou cinq, ils emmènent un garçon blessé à la main. Un jeune homme reçoit un lacrymogène en plein visage, sur l’œil gauche. Un autre est blessé à la jambe. Parmi les agents de police qui ouvrent le feu, on voit sur une photo Giovanni Santone, en service à la "squadra mobile" (CRS).

18h15 : les premiers "molotov" apparaissent (zone de Piazza Navona) : deux ou trois au maximum. Mais nombreux sont ceux qui hurlent : "Arrêtez ! vous êtes fous !". La situation devient de plus en plus tendue.

18h50 : divergences parmi les manifestants sur les méthodes à employer pour continuer la "manifestation", en réalité jamais commencée.

19h : la violence des affrontements semble diminuer. Puis, vers 19 heures, l’élève sous-officier des carabiniers Francesco Ruggieri, 25 ans, est blessé (au Pont Garibaldi, du côté de via Arenula) au poignet : la nature de la blessure n’est guère claire. Le photographe de "Panorama", Rudy Frei, est malmené par la police, qui le contraint à remettre le film impressionné.

19h10 : premières interventions au Parlement : Pannella (PR), Corvisieri (DP), Ligheri (DC), Pinto(DP), Costa, Giovanardi, Magnani Noya Maria. A cette occasion, Pinto dénonce l’agression subie et Pannella attaque violemment le gouvernement (absent).

19h45 : deux grosses motos de la police municipale arrivent sur le Lungo Tevere degli Anguillari, à l’angle de Piazza Belli. Sur les motos, trois vigiles en uniforme et un homme en civil, un vigile descend, empoigne son pistolet et tire à hauteur d’homme, en direction des manifestants de la Piazza Belli.

19h55 : Soudain et précédée par un lancement dense de lacrymogènes, part une charge des carabiniers et des policiers placés sur via Arenula. Giorgiana Masi et Elena Ascione sont frappées presque en même temps : G. Masi (à ses côtés se trouvait son copain, Gianfranco Rapini) au centre de la Piazza Belli et E. Ascione tandis qu’elle fuyait vers Piazza Sonnino. Les témoignages concordent : les coups ont été tirés du Pont Garibaldi, au centre duquel se trouvaient, à ce moment-là, des carabiniers et des policiers appuyés à un ou deux blindés. Les victimes sont accompagnées à l’hôpital : Giorgiana y arrive déjà morte. Bilan final de la journée : parmi les manifestants une morte (Giorgiana Masi), dix blessés par balle et plusieurs dizaines par des corps contondants variés ; du côté des militaires, on a un carabinier (Francesco Ruggieri) blessé (on ne sait pas par quoi) au poignet. Les jours suivants, Raul Tavani est arrêté, puis condamné à deux ans et quatre mois pour détention de matériel explosif.

Le lendemain, dans la quartier où habitait Giorgiana Masi, à Monte Mario, la police donne l’assaut et tire des coups de feu à l’Institut technique "Fermi".

Au Pont Garibaldi, le sit-in féministe sera chargé encore par la police.

 L’émission de "radioradicale" en directe du 12 mai 1977



Imprimer cet article





Violences policières:après l’ONU, la France pointée du doigt par Amnesty. Gérard Filoche s’en explique !
mercredi 30 - 22h18
de : joclaude
Licenciés - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 30 - 20h34
de : Hdm
BIELORUSSIE : Autre volée de mois-vert pour notre monarque !
mercredi 30 - 14h24
de : joclaude
2 commentaires
Appel à soutien aujourd’hui place Sainte-Marthe !
mardi 29 - 19h00
de : jean1
En macronie on est en guerre, la mobilisation ne suit pas pour la cause Humaine ?
mardi 29 - 13h56
de : joclaude
1 commentaire
PRIX NOBEL POUR LA PAIX : La candidature de Cuba enregistrée !
lundi 28 - 22h53
de : joclaude
COVID19 : video avec le Professeur TOUSSAINT
lundi 28 - 22h42
de : joclaude
Quand l’Etat espagnol se retourne contre…le gouvernement !
lundi 28 - 18h56
de : Antoine (Montpellier)
Rage et désespoir au rassemblement en hommage à Doona à Montpellier
lundi 28 - 17h49
1 commentaire
L’autre « police des moeurs »
lundi 28 - 13h20
de : Christian Delarue
1 commentaire
Bielorussie : réponse pertinante de Loukachenko !
lundi 28 - 11h08
de : joclaude
5 commentaires
Justice sociale et climatique : « sans mouvements sociaux, il ne se passera rien »
lundi 28 - 09h15
Client-mystère : un monde sans foi ni loi ( du travail )
dimanche 27 - 18h32
de : client mystere
2 commentaires
RASSEMBLEMENT POUR EXIGER LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH ! VENDREDI 02/10/2020 à 18h00, place de Ménilmontant - Paris
dimanche 27 - 12h32
de : Jean Clément
Pedo - Stan Maillaud lanceur d’alerte condamné
dimanche 27 - 11h15
de : marcel
Dictature sanitaire : qui manipule qui ?
samedi 26 - 17h53
de : Claude Janvier
1 commentaire
lancement initiative citoyenne européenne pour des revenus de base - collecte de signatures
samedi 26 - 09h01
de : angela anaconda
1 commentaire
Badges, signes : brève position syndicale
vendredi 25 - 15h46
de : Christian Delarue
8 commentaires
Action-fête de soutien aux grévistes de l’Hôtel Ibis Batignolles
vendredi 25 - 14h41
de : Alain Collet
1 commentaire
COVID 19 : Des Municipalités sous l’oeil haineux de la macronnie !
jeudi 24 - 16h24
de : joclaude
1 commentaire
L’appel du vide - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 23 - 23h39
de : Hdm
Des grèves reconductibles inédites chez Labosud
mercredi 23 - 09h18
Femmes prises entre capitalo-patriarcat et hyperpatriarcat : alliances à former.
mercredi 23 - 08h37
de : Christian Delarue
7 commentaires
France : Tenue républicaine exigée par les Amish
mardi 22 - 10h37
de : Sanaga
1 commentaire
Grande fête du livre des éditions Noir et Rouge
lundi 21 - 23h28
de : Frank
BOLIVIE Perspectives avant les élections du 18 octobre
lundi 21 - 19h16
de : allain graux
APPEL AU MOIS INTERNATIONAL D’ACTIONS POUR LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH
lundi 21 - 17h44
de : Jean Clément
COVID 19 : Cuba vient de mettre au point un vaccin !
lundi 21 - 16h40
de : joclaude
Représentation syndicale avec son badge (ou pas) et rien d’autre !
lundi 21 - 12h11
de : Christian Delarue
2 commentaires
SEXYPHOBIE AU MUSEE d’ORSAY
lundi 21 - 01h28
de : Christian Delarue
4 commentaires
Premiers de corvée, premiers oubliés ! Des sans-papiers marchent vers l’Élysée
dimanche 20 - 17h03
CHILI/VENEZUELA : une superbe historique, afin que nul n’en ignore !
dimanche 20 - 16h31
de : joclaude
CUBA : courrier au Canard Enchaîné
dimanche 20 - 16h12
de : joclaude
Amérique Latine : Démocratie contre blocus !
dimanche 20 - 15h19
de : joclaude
1 commentaire
Racket sur les retraités et les personnes en perte d’autonomie : le rapport Vachey
dimanche 20 - 15h04
de : joclaude
1 commentaire
Entre droit de critique du voile et nécessaire respect des personnes
samedi 19 - 23h25
de : Christian Delarue
2 commentaires
Le néocolonialisme d’ENGIE au Brésil
samedi 19 - 21h53
de : Mr Mondialisation
SEXYPHILIE anodine d’Instagram et SEXYPHOBIES agressives ailleurs
samedi 19 - 17h02
1 commentaire
journée internationale pour la paix : visio-conf. ce 18 septembre 2020
jeudi 17 - 23h32
Le désempuissantement populaire participe de la perte de démocratie.
jeudi 17 - 20h50
de : Christian Delarue
4 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite