Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Menacé par des racistes : « J’aimerais manger et discuter avec eux »

de : Marièke Poulat
mardi 22 mai 2012 - 08h39 - Signaler aux modérateurs

Les mots de Djamel Mousli sont ceux d’un homme blessé. Ceux d’un père dont la famille a été agressée verbalement. Menacée pour ses origines situées un peu trop au Sud :

« Imaginez qu’on vous regarde avec haine, les yeux injectés de sang et que l’on vous dise que vous êtes une “ sale Blanche ”. Vous pensez quoi ? »

Après avoir pris connaissance de son histoire sur le site internet Oumma.com, Rue89 l’a contacté pour qu’il nous raconte l’incident, qui a eu lieu le mardi 8 mai : « un jour symbolique ». Djamel :

« Il est à peine 17 heures. Nous rentrons à pied de la réderie [brocante, vide-grenier, ndlr] qui a eu lieu dans notre village de Villers-Bocage, proche d’Amiens. Avec mes deux enfants, nous marchons en tête, suivis par ma femme, sa belle-sœur et ma belle-mère, à une dizaine de mètres. Cette dernière est vêtue d’un jilbab [sorte de djellaba en tissu un peu plus épais].

Soudain, j’entends des insultes derrière moi : “sale Arabe !” et d’autres cris de ce genre. Ma femme réplique : “Mais pour qui vous vous prenez ? !” Une voiture me dépasse, ses passagers font des doigts d’honneur, et s’arrêtent 200 m plus loin à un stop, gênés par deux voitures. Ma femme me dépasse : elle veut prendre leur plaque d’immatriculation en photo. Je la rejoins difficilement du fait de ma discopathie et après avoir laissé mes enfants à sa belle-sœur. Un des occupants de la voiture – ils sont quatre, deux filles et deux mecs – nous menace d’un cric en forme de croix. Je me mets en avant de ma femme.

Au départ, ils ne comprennent pas que nous sommes liés. Ils se demandent qui je suis. Puis ma femme me dit : “Laisse Djamel, mais prends une photo...”

Et là, ils comprennent ! Ils nous regardent avec une haine... un regard d’ayant-droit. Comme s’ils avaient le droit de nous traiter ainsi, de nous haïr.

Je leur dit qu’ils devraient avoir honte de leurs propos racistes.

Ils sont toujours bloqués au stop. Il reste une seule voiture devant eux. Je me mets devant leur voiture et je prends en photo leur plaque d’immatriculation. Ils finissent par partir... Ils reprennent leurs insultes tout en nous faisant un doigt d’honneur ! »

Quelques minutes plus tard, Djamel Mousli est à la gendarmerie pour porter plainte pour « injures publiques envers un particulier en raison de sa race, de sa religion ou de son origine », mais aussi pour « menace matérialisée par objet de violence ». Sa femme, elle, ne portera plainte que le lendemain, dans l’après-midi.

« Elle a préféré commencer par parler avec les enfants, un petit travail de reconstruction : elle est assistante sociale. Elle a insisté pour porter plainte aussi : pour elle, c’est une plainte “ras-le-bol”. »

Sa fille de 14 ans, insultée deux fois

Djamel Mousli n’a pas hésité une seconde à enclencher le processus juridique. Ce n’était pas la première fois. Sa famille a déjà été confrontée au racisme, la même année : sa fille de 14 ans a été insultée à deux reprises à quelques mois d’intervalle au collège.

« J’ai été porter plainte pour la première fois de ma vie le 6 janvier 2011 : ma fille venait de se faire traiter de “sale bougnoule” devant témoins à son collège. Elle avait déjà été traitée de “sale Arabe” six mois auparavant et cela s’était terminé à l’amiable, dans le bureau du proviseur, avec les excuses du jeune en présence de ses parents.

Je n’ai pas l’habitude de porter plainte, j’ai toujours préféré ignorer ce genre de comportements. Pourtant, quand vous voyez votre fille revenir en pleurant du collège...

Nous avons discuté et décidé de porter plainte. Je me suis dit que j’avais le devoir d’être un homme combatif pour protéger ma fille. Elle a reçu rapidement un courrier du procureur de la République. Joint avec sa missive, une lettre d’excuse de la jeune fille qui l’avait insultée.

J’ai vu un souffle de libération et ma fille m’a dit : “Y a une justice dans notre pays.” C’est important d’inculquer ses valeurs à ses enfants. »

« Ma femme pense que je vois le bien partout »

Des excuses. C’est aussi ce qu’il attend de ses agresseurs.

« A titre personnel, j’attends des excuses publiques. Je serais susceptible de retirer ma plainte si j’en reçois. Sincères, ou pas. »

Plus encore, il veut comprendre.

« Ce que j’aimerais le plus, c’est pouvoir les rencontrer et leur parler, manger et discuter avec eux. Enfin comprendre quoi ! Ma femme a une démarche un peu différente, elle pense que je vois le bien partout. »

Lundi dernier, Djamel Mousli a été reçu par le président du conseil général de la Somme, Christian Manable. Apolitique, Djamel n’est pas « dupe ».

« Deux jours après l’élection de François Hollande et un mois avant les élections législatives... Mais je l’ai trouvé sincère. Ils m’ont demandé si j’avais des solutions pour lutter contre le racisme... J’ai dit : organiser la visite d’une mosquée pour des écoliers, prendre une photo de groupe des élus de la Somme dénonçant le racisme, imposer des soins psychologiques aux personnes condamnées pour propos racistes... »

Les plaintes de Djamel et de sa femme n’ont pour l’instant reçu aucune suite de la part de la gendarmerie.

http://www.rue89.com/2012/05/21/men...


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite