Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Irlande : La crise de la dette et le référendum sur le Traité fiscal
de : Andy Storey
jeudi 14 juin 2012 - 08h50 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire

La catastrophe de la dette de l’Irlande trouve son origine dans l’augmentation massive de l’endettement des banques irlandaises au cours de la première décennie du siècle. Les six principales banques du pays obtinrent, en 2003, des prêts internationaux d’une valeur de 15 milliards d’euros, mais ce chiffre grimpa jusqu’à 100 milliards d’euros en 2007.

Les banques irlandaises, fortement exposées à la bulle spéculative immobilière, se sont retrouvées dans une position lamentable. Face à la situation délicate des banques, le gouvernement réagit alors par des mesures exceptionnelles : le 30 septembre 2008, tous les actifs des déposants et des détenteurs de « senior bondholders » (les créditeurs des banques irlandaises) furent garantis par l’Etat. Le coût du sauvetage des banques est, jusqu’à présent, de 68 milliards d’euros… et il continue d’augmenter.

La Banque Centrale Européenne (BCE) avait été parmi ceux qui ont insisté le plus sur la nécessité de ces mesures, dans le but de protéger les intérêts des institutions financières européennes qui ont prêté des sommes colossales à leurs homologues irlandaises. La caractéristique la plus importante de la crise irlandaise, qui est commune à toute l’Europe à la seule exception partielle de la Grèce, c’est que la crise de la dette a été provoquée par les pratiques créditrices des agents financiers privés, et non par les politiques fiscales et de dépenses publiques des gouvernements.

Quelle a été la réponse de l’Union européenne (UE) face à la crise ? Un Traité fiscal (le TSCG : Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance, NdT) qui vise à contrôler les politiques fiscales et les dépenses publiques des gouvernements des états membres, sans prendre en même temps aucune mesure significative pour mieux réguler le secteur financier privé ou pour le faire payer ne serait-ce qu’une infime partie du coût de la crise.

Mon collègue de l’University College de Dublin (UCD), Ben Tonra, qui, malgré ses critiques sur le Traité fiscal a appelé à voter « Oui » lors du référendum irlandais (du 31 mai dernier, NdT), a écrit sur la « haine viscérale (…) devant le fait que les citoyens irlandais continuent à être sacrifiés par la BCE au nom de la stabilité bancaire de la zone euro », et il a averti « du danger que le « Oui » puisse être interprété comme un acte de résignation de l’Irlande envers le statu quo. Ce sera la tâche du gouvernement d’éviter qu’il en soit ainsi et de faire rapidement pression, avec force et publiquement, en faveur d’une solution de la crise bancaire et des dettes souveraines ».

On peut souhaiter qu’il en soit ainsi, mais l’histoire démontre que le gouvernement irlandais offrira ce vote à ses maîtres européens dans l’espoir révérencieux d’obtenir en échange la concession de quelques « faveurs » pour avoir été un enfant aussi sage… Autrement dit, il recevra seulement le mépris habituel et d’autres abus en échange.

Comme d’autres personnes l’ont affirmé, une victoire du « Non » aurait pourtant pu adresser le message que le peuple irlandais n’est plus disposé à être aussi coopératif et qu’il est en colère, ce qui aurait pu augmenter les possibilités d’avancer vers une solution juste du problème de la dette.

De fait, les tactiques utilisées par les partisans du « Oui » en Irlande ont bien peu aidé la cause d’une solution juste de la dette. C’est le cas, en particulier, de l’argument utilisé par plusieurs activistes du « Oui » (entre autres le Ministre des Finances) selon lequel, si le Traité avait été en vigueur dès le début des années 2000, on aurait pu éviter la crise de la dette... Mais cet argument élude le fait fondamental déjà mentionné : la crise n’a pas été causée (en première instance) par une politique fiscale imprudente, mais bien par une dette privée excessive (ultérieurement socialisée).

L’explication véridique de la crise (les citoyens irlandais doivent rendre responsable les spéculateurs pour leurs dettes de jeu) a été remplacée par un conte de fée invraisemblable qui prétend que nous nous sommes comportés de manière irresponsable et que nous devons aujourd’hui accepter la discipline du Traité afin qu’une telle conduite désordonnée ne puisse plus se répéter.

Il faut également attribuer le résultat du référendum à l’idée selon laquelle la victoire du « Oui » était la clé permettant d’ouvrir à l’Irlande la porte du nouveau Mécanisme Européen de Stabilité (MES), autrement dit, le fonds auquel il faudrait recourir en cas de nécessité d’un second prêt en dehors du marché (le premier prêt de ce genre, provenant de l’UE, du FMI et d’autres sources, fut contracté en 2010 quand le coût des prêts sur le marché était trop élevé). L’argument affirmant qu’une victoire du « Non » fermerait la porte au MES a été répété en boucle jusqu’à satiété, et de nombreuses personnes ont cru qu’il s’agissait d’un choix beaucoup trop risqué - bien que les fonds du MES ou de quelque autre source n’auraient pas été nécessaires si nous ne traînions pas la charge d’une dette illégitime…

Ainsi, la victoire du « Oui » s’explique, dans une certaine mesure, non pas par un vaste soutien populaire envers le contenu du Traité lui-même, mais bien par une campagne explicite de chantage en défaveur du « Non ». Comme l’a expliqué Paul Murphy, euro député du Socialist Party, « le « Oui » ne signifie en aucun cas un soutien au contenu de ce Traité, ni un aval aux politiques d’austérité. Les gens ont tout simplement peur ».

A court terme, les choses ne vont pourtant pas s’améliorer ni être moins alarmantes pour la majorité des irlandais. De fait, il est probable qu’elles empirent. Le titre d’une « information de dernière minute » d’un des journaux nationaux au lendemain du référendum était : « Mauvaises nouvelles, une fois de plus, alors que le vote est terminé ». L’article faisait référence au fait que des questions telles que l’introduction de nouveaux impôts – dont on n’a cyniquement pas parlé pendant la campagne – revenaient désormais en pleine actualité et avec encore plus de force.

Avec le corset des normes du Traité, nous sommes partis pour de nombreuses années d’austérité. Ceux qui ont supporté jusqu’à présent le poids des coupes budgétaires l’ont parfaitement compris : les quartiers ouvrier ont majoritairement voté « Non » au Traité, tandis que le « Oui » s’est imposé dans les districts des classes moyennes et hautes, au point qu’un ministre du gouvernement a admis que le vote reflétait une « division de classes ».

Il est impossible d’occulter le fait que le résultat du référendum est une déception. Cependant, 40% des votes en faveur du « Non » constitue, au vu des circonstances, un résultat très décent, et tout particulièrement parce que les trois principaux partis politiques (dont deux sont au gouvernement), tous les grands journaux, les groupes patronaux et les diverses élites de la société civile, tous furent unanimes dans leur défense du « Oui ». Et il est également important de prendre en considération que le facteur de la peur, déjà mentionné, a poussé de nombreuses personnes à voter « Oui » malgré leur opposition à la politique actuelle d’austérité. On ne peut pas non plus additionner les abstentionnistes à ceux qui soutiennent le régime actuel. En d’autres termes, tout l’appareil du système en Irlande n’a pu convaincre que 30% de l’ensemble de électorat afin de soutenir le Traité, et bon nombre d’entre eux l’ont fait en se pinçant le nez et avec le pistolet sur la tempe.

Le courage de ceux qui ont voté « Non », associé à l’inévitable colère et à la sensation de trahison que ressentent beaucoup de personnes qui ont voté « Oui » ou qui se sont abstenues, offrent une base solide pour développer un agenda alternatif sérieux et pour mobiliser contre la dette et le programme d’austérité au cours des prochaines années.

Andy Storey est professeur de sociologie et d’économie du développement à la Faculté de Sciences Politiques et de Relations Internationales de l’University College de Dublín (UCD).

Publié sur : http://www.sinpermiso.info/textos/i...

Traduction française par Ataulfo Riera pour le site www.cadtm.org



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Irlande : La crise de la dette et le référendum sur le Traité fiscal
15 juin 2012 - 18h51 - Posté par azard

J’étais ces dernières semaines en Irlande et effectivement un fort matraquage médiatique a porté sur les massives pertes d’emplois induites par un éventuel vote négatif.Ceci a amené un fort taux d’abstention ,une forte proportion de la population hésitant entre son propre ressenti et le cataclysme annoncé dans les média en cas d’un succès du Non.






Contre le travaillisme , une gauche de RTT 32 H et de retraite à 60 ans.
mardi 10 - 23h01
de : Christian DELARUE
Deuxième journée de grève : le nombre de manifestants dans 50 villes
mardi 10 - 17h50
2 commentaires
Les manipulations de macron, pour "piller" , nos retraites révélées au grand jour
lundi 9 - 20h13
de : nazairien
5 commentaires
Delevoye et le think tank "Parallaxe"
lundi 9 - 13h59
de : Mat
2 commentaires
Les liaisons troubles de Jean-Paul Delevoye avec le milieu de l’assurance !
lundi 9 - 11h43
de : lullal
5 commentaires
Emission - Grève SNCF : Cheminots et cheminotes luttent pour tout le monde !
lundi 9 - 11h14
de : Emission Polémix et La Voix Off
(video) Pour gagner : « reconduction, auto-organisation, généralisation » de la grève
lundi 9 - 07h13
2 commentaires
Grève : le scénario catastrophe d’un "lundi noir" se précise, la RATP et la SNCF alarmistes
dimanche 8 - 19h08
de : nazairien
Le labyrinthe.
dimanche 8 - 16h14
de : L’iena rabbioso
(video) « Nos camarades de la SNCF et la RATP ne veulent pas de chèques, ils veulent qu’on fasse grève avec eux »
dimanche 8 - 16h06
Convergence des luttes : 5 décembre : les manifs dans plus de 45 villes en France ! à suivre... (vidéos)
dimanche 8 - 11h37
de : nazairien
6 commentaires
LA TERRORISATION DÉMOCRATIQUE
dimanche 8 - 11h31
de : Ernest London
Jamais 2 sans 3
samedi 7 - 18h14
de : jean1
3 commentaires
Un peu plus de musique
samedi 7 - 18h08
de : jean1
UN PEU DE MUSIQUE
samedi 7 - 17h58
de : jean1
Suppression des régimes de retraites des parlementaires ?
samedi 7 - 09h08
de : Jean-Marie Défossé
Reportage photo : Manifestation à Paris pour les retraites- jeudi 5 décembre 2019
vendredi 6 - 21h39
de : jean1
Grève de la destruction du monde à Saint-Victor
vendredi 6 - 18h36
de : AMASSADA
Comment Maduro, a t il pu laisser faire cela, livrer « Stan Maillaud » au psychopathe macron (vidéo)
vendredi 6 - 17h07
de : nazairien
2 commentaires
Verdi, ancien « vrai journaliste », nous fait, une analyse extremement détaillée de cette puissante mobilisation du 5-12
vendredi 6 - 15h44
de : nazairien
1 commentaire
Quand les riches détruisent des bâtiments publics, avec le soutien de la justice
vendredi 6 - 13h00
de : Louisette
1 commentaire
Les Etats-Unis se hasardent-ils à considérer la CHINE comme une République bananière ?
jeudi 5 - 22h46
de : JO
Le principe de continuité du mouvement de grève
jeudi 5 - 20h03
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Grève du 5 décembre : manif monstre à Saint-Nazaire
jeudi 5 - 13h12
de : naairien
6 commentaires
LREM, Macron, farandole de casseroles : A mettre dans le livre des records (document Médiapart)
mercredi 4 - 23h53
de : nazairien
1 commentaire
Un mouvement de grève ne nous empêche pas de vous proposer nos programmes, bien au contraire ! C’est l’heure de l’mettre
mercredi 4 - 22h07
de : Hdm
VIOLENCE D’ETAT, VIOLENCE REVOLUTIONNAIRE
mercredi 4 - 19h55
de : Nemo3637
Pas d’argent pour les Retraites ?
mercredi 4 - 17h49
1 commentaire
Spectacle ’Du Gabon à la Russie’ le 7 décembre à Nantes : exil, amour, justice
mercredi 4 - 00h41
Retraites des fonctionnaires : ça va saigner pour les enseignants, les paramédicaux et les agents territoriaux
mardi 3 - 14h01
« Rassemblement non stop » : les pompiers veulent occuper la place de la République une semaine entière (vidéo)
lundi 2 - 20h25
de : nazairien
4 commentaires
En grève jusqu’à la retraite !
lundi 2 - 12h47
de : jean1
2 commentaires
Acte 55 Gilets Jaunes à Toulouse ! Témoignage d’un vrai REPORTER !
dimanche 1er - 20h40
de : JO
CRITIQUE du TRAVAIL salarié et de la RELIGION
dimanche 1er - 15h49
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Vous avez dit : Un monde multipolaire ? Autre démonstration !
samedi 30 - 10h58
de : JO
1 commentaire
EPO et Hamster chinois.
vendredi 29 - 18h03
de : L’iena rabbioso
L’éruption de la faim - C’est l’heure de l’mettre !
vendredi 29 - 12h44
de : Hdm
1 commentaire
CONVERGENCE DES LUTTES : Contribution !
vendredi 29 - 12h14
de : JO
BOLIVIE : La succession d’EVO Morales assurée et organise la Résistance !
vendredi 29 - 11h25
de : JO
Un 5 décembre fort ou exceptionnel ! L’état de la mobilisation secteur par secteur
vendredi 29 - 07h36
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

La paix n'est pas l'absence de guerre, c'est une vertu, un état d'esprit, une volonté de bienveillance, de confiance, de justice. Baruch Spinoza
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
2 commentaires
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite