Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

L’équilibration : de Proudhon à Corcuff


de : Pierre Bance
mercredi 29 août 2012 - 10h21 - Signaler aux modérateurs
PNG - 40.6 ko

Lecture du livre de Philippe Corcuff, "Où est passée la critique sociale ? Penser le global au croisement des savoirs", par Pierre Bance, syndicaliste, journaliste indépendant.

Philippe Corcuff est un homme du doute, en ce sens qu’il ne prend pas pour argent comptant les certitudes et les évidences ; comme dit Pierre Bourdieu, l’un de ses maîtres s’il en a, il faut « constituer comme faisant question ce qui apparaît hors de question » [1]. Après tout, le rejet de l’évidence est bien un caractère que devraient avoir en commun les universitaires et les militants, états réunis en la personne de Philippe Corcuff. Cette hybridité est, elle, loin d’être une évidence pour la Sorbonne qui n’aime pas trop les agitateurs anticapitalistes quand ils ne font pas allégeance à l’académisme et au mandarinat, plus encore s’ils ne sortent pas du sérail. Beaucoup l’ont appris à leurs dépens. Le risque encouru est à la mesure de la conscience sociale des intéressés ; le dernier livre de Philippe Corcuff, Où est passée la critique sociale ? Penser le global au croisement des savoirs ne laisse aucun doute sur la détermination de l’auteur [2]. Pour lui, non seulement l’activité politique ne nuit pas à la science mais, au contraire, l’aère, la nourrit. L’inverse étant aussi vrai, l’activiste ignorant est vulnérable. Le lecteur-militant comprend que ce qui l’intéresse chez Corcuff, sa recherche politique autour de l’idée de social-démocratie libertaire, n’est pas séparable de son travail de chercheur [3]. Mais qu’il ne s’y trompe pas, la finalité du livre est universitaire, c’est d’abord un livre de sociologue pour sociologues, donc un livre difficile pour les non-initiés, même si l’auteur aimerait croire qu’il est accessible aux militants [4]. Certains diront qu’il se livre à l’exercice périlleux d’intéresser l’intelligent et l’ordinaire au risque de décevoir les deux.

Le thème de la critique sociale se prête au jeu puisque la part du politique est inévitable sauf à tomber dans une sociologie « neutre », suspecte. Philippe Corcuff a horreur de la totalité, des systèmes parfaits car ils couvent le totalitarisme en écrasant les différences au nom du consensus qu’ils ont décidé. Point la critique du marxisme-léninisme évidemment mais sont aussi visées les théories scientifiques qui tendraient aux mêmes fins de « dominocentrisme ». Ainsi, dans l’arrogance du débat entre la théorie de la domination de Pierre Bourdieu et celle de l’émancipation de Jacques Rancière, laquelle l’emporte ? Ni l’une ni l’autre pour Corcuff, elles se complètent : certes, les dominés, les sans-parts, intériorisent et reproduisent la domination mais sans désespérance, sans renoncer aux espoirs de l’émancipation fondée sur l’égalité [5]. L’émancipation, se mettre hors de l’état de tutelle disait Kant, « s’arracher à la domination » dit Corcuff, est inséparable de l’homme révolté parce que l’homme humilié, toujours, finit par se révolter. Perce ici une philosophie libertaire porteuse d’une traduction politique.

Pourquoi, aujourd’hui, la critique sociale a du plomb dans l’aile ? Parce qu’elle est « de plus en plus déconnectée des pratiques militantes, associatives, comme des débats globaux de la cité. Et la pensée critique globalisante recule alors même que les ressources existent » [6]. La critique sociale doit être radicale et émancipatrice, elle doit renoncer à toute ambition totalisante (systémique) et rester artisanale (pragmatique). Corcuff défend « la possibilité d’une vision générale d’un monde pluriel plutôt que la connaissance totale d’un monde entièrement cohérent » [7]. Les débats philosophiques, comme les pratiques militantes montrent qu’il est vain de vouloir faire disparaître les antinomies sauf à sombrer dans des logiques hégémoniques. Alors, comment concilier la coexistence de divers points de vue, difficulté autrefois résolue, sur une courte période, par l’Association internationale des travailleurs (AIT) puis par la Confédération générale du travail (CGT), récemment, sans plus de continuité, par le mouvement altermondialiste ? Cette autre chose n’est pas dans l’émiettement des pensées postmodernes qui conduisent à la parcellisation d’intérêts communautaires égoïstes et à l’impuissance des petites troupes divisées. Cette autre chose, Corcuff l’a déniché dans l’idée d’« équilibration des contraires » de Proudhon [8]. Oui, ce Pierre-Joseph dont les marxistes dogmatiques à la suite de Marx lui-même ne finissent pas de tasser la terre de sa tombe de peur qu’il n’en ressorte. Bien sûr, le mot « équilibration » n’est pas beau, mais il est clair : on n’est pas obligé de s’aimer, on n’est pas tenu d’avoir les mêmes idées, mais on peut trouver des points d’accord au profit d’un « espace commun de justice et de la singularité individuelle incommensurable », dans une sorte de « singulier pluriel » selon Jean-Luc Nancy (que l’auteur ne cite pas), concrètement, dans le principe fédéraliste. L’idée d’équilibration permettrait à la nouvelle critique sociale d’articuler « une dimension globale tout en renonçant aux grands récits totalisateurs » [9]. La critique sociale, mais aussi la pensée critique qui, l’une comme l’autre, doivent sortir des cadres académiques pour s’instruire à l’école des luttes, se régénérer dans la littérature, le cinéma ou la chanson populaires [10]. Critique sociale et pensée critique pourraient reconstruire un idéal, une utopie de l’émancipation porteuse de radicalité et Corcuff, malicieusement, de citer Karl Marx en penseur anarchiste : « Être radical, c’est saisir les choses par la racine, mais la racine, pour l’homme, c’est l’homme lui-même » [11]. L’auteur signifie que l’effort préalable à l’équilibration est d’éviter « les préjugés réciproques éculés : la dénonciation par certains de “la trahison” des idéaux émancipateurs par l’institutionnalisation et la dénonciation par d’autres d’un “purisme” sans conséquence sur le réel » [12].

Si cet effort est fait, au moins en partie, que souhaite Philippe Corcuff avec ce qu’il appelle un « livre-atelier » ? Offrir, aux militants, aux intellectuels critiques « pris dans un certain brouillard », c’est-à-dire la plupart d’entre eux, « une boussole mobile » pour qu’ils se fraient des « sentiers émancipateurs » dans le monde présent vers un idéal fondé sur une nouvelle morale [13]. Utopie vivace qui ne craindrait ni les conflits, ni les contradictions, toujours prête à rediscuter ses présupposés théoriques et méthodologiques, à reformuler ses hypothèses après expériences pour « imaginer l’impossible » [14], rendre ainsi crédible un autre futur. Notes

[1] Actes de la recherche en sciences sociales, n° 61, mars 1986, page 2. Philippe Corcuff, Bourdieu autrement : fragilités d’un sociologue de combat, Paris, Textuel, « La discorde », 2003, 192 pages, 17,30 euros.

[2] Philippe Corcuff, Où est passée la critique sociale ? Penser le global au croisement des savoirs, Paris, La Découverte, « Bibliothèque du Mauss », 2012, 318 pages, 24 euros. L’absence d’un index de noms et d’un index des notions ne facilite pas la lecture et la recherche.

[3] Pierre Bance, « Des paradoxes de la social-démocratie libertaire », Autre futur.net, 1er décembre 2011 (http://www.autrefutur.net/Des-parad...).

[4] Dans un autre registre, de Philippe Corcuff, on lira : B.a.-ba philosophique de la politique pour ceux qui ne sont ni énarques, ni politiciens, ni patrons, ni journalistes, Paris, Textuel, « Petite encyclopédie critique », 2011, 140 pages, 9,90 euros.

[5] Où est passée la critique sociale ?, voir, page 278, la dixième des quatorze propositions vers une épistémologie de la fragilité.

[6] Philippe Corcuff, « Où est passée la critique sociale », entretien avec Joseph Confavreux, Mediapart, 30 juin 2012 (http://www.mediapart.fr/journal/cul...).

[7] Où est passée la critique sociale ?, page 19.

[8] Où est passée la critique sociale ?, voir, notamment pages 162 et suivantes et page 279, la treizième des quatorze propositions vers une épistémologie de la fragilité.

[9] Mediapart, précité note (6).

[10] Où est passée la critique sociale ?, voir, page 278, la neuvième des quatorze propositions vers une épistémologie de la fragilité.

[11] Où est passée la critique sociale ?, page 117. Vient de sortir, de Philippe Corcuff, Marx XXIe siècle. Textes commentés, Paris, Textuel, « Petite encyclopédie critique », 2012, 192 pages, 12 euros. Il s’agit de courts textes de Marx, avec un commentaire hérétique de l’auteur, accessible au public averti.

[12] Où est passée la critique sociale ?, page 228.

[13] Où est passée la critique sociale ?, citations pages 158 et 242.

Philippe Corcuff, par ailleurs, écrit qu’un « marxisme ouvert a servi à Daniel Bensaïd de boussole » (page 251). On espère que la « boussole mobile » n’est pas celle de Bensaïd, car au-delà de l’amitié mélancolique que lui porte Corcuff et du respect qu’on lui accordera, Daniel Bensaïd reste calé en direction d’un vrai bolchévisme qui ne remet en cause ni le parti, ni le centralisme démocratique, ni la prise du pouvoir, ni le dépérissement de l’État, ni la dictature du prolétariat même s’il en donne une image plus acceptable (Voir Pierre Bance, « Lecture syndicaliste révolutionnaire de Daniel Bensaïd », Autre futur.net, 2 septembre 2011, http://www.autrefutur.net/Lecture-s...).

[14] Où est passée la critique sociale ?, voir, page 277, la huitième des quatorze propositions vers une épistémologie de la fragilité.

http://www.autrefutur.net/L-equilib...



Imprimer cet article





Injustice mondiale : le schéma de la coupe de champagne
vendredi 7 - 21h29
de : Christian DELARUE
1 commentaire
La France en passe d’être sous-développée !
vendredi 7 - 12h02
de : Claude Janvier
3 commentaires
Contre RTE et EDF, rencontrons nous
jeudi 6 - 21h40
de : amassada Pas res nos arresta
RTS : Suisse, la mortalité 2020 inférieur à celle de 2019, malgré le covid !
jeudi 6 - 14h06
de : RTS - Suisse
2 commentaires
LIBAN : LA FSM EN SOLIDARITÉ AVEC LES TRAVAILLEURS ET LE PEUPLE DU LIBAN APRÈS LES EXPLOSIONS
jeudi 6 - 09h47
de : jodez
Trois quart de siècle plus tard…
mercredi 5 - 22h49
de : Pierre Péguin
A Sara Dura ! Un été de mobilisation contre le TAV en Val Susa
mercredi 5 - 22h42
de : No TAV
LE SOUVERAINISME AU SERVICE DE QUI ?
mercredi 5 - 19h42
de : Nemo3637
2 commentaires
Desabrahamisation de l’anthropologie pour la PMA
mardi 4 - 01h26
de : Christian DELARUE
Désabrahamisation de l’anthropologie : ouverture hors dogmes
mardi 4 - 01h12
de : Christian DELARUE
2 commentaires
FATIGUÉE
samedi 1er - 18h47
de : jean1
6 commentaires
BLACK AND WHITE
samedi 1er - 16h21
de : Nemo3637
Pénurie de gants ? La honte de ce régime ripoux !
vendredi 31 - 17h26
de : joclaude
VENEZUELA : L’IRAN ouvre à CARACAS son premier supermarché !
vendredi 31 - 16h48
de : joclaude
Report des élections Présidentielles en Bolivie.
vendredi 31 - 11h00
de : joclaude
Des personnalités appellent Darmanin à « soutenir » le policier « lanceur d’alerte »
jeudi 30 - 23h31
de : Christian DELARUE (MRAP)
1 commentaire
ATTAC : Gisèle Halimi n’est plus, Attac est en deuil
jeudi 30 - 00h06
de : Christian DELARUE (ATTAC)
Gisèle HALIMI, une grande militante - MRAP
mercredi 29 - 21h19
de : Christian DELARUE (MRAP)
BOLIVIE : La Centrale Ouvrière Bolivienne déclare une grève générale illimitée
mercredi 29 - 16h01
de : joclaude
29 juillet 1900 : un ouvrier anarchiste tue le roi d’Italie
mercredi 29 - 15h14
de : jean1
PLAN DE RELANCE EUROPÉEN : L’ARNAQUE MACRON
mardi 28 - 16h34
de : joclaude
1 commentaire
Fin des prospectus : les c…, ça ose décidément tout !
mardi 28 - 11h10
de : Michel B.
5 commentaires
Ceux qui doivent vivre et ceux qui doivent mourir ; la sélection
mardi 28 - 00h41
de : Jean-Yves Peillard
Affaire Girard-Coffin : Un effet Obono
lundi 27 - 23h03
de : Christian Delarue
4 commentaires
Un policier révèle des centaines de cas de maltraitance et de racisme dans les cellules du tribunal de Paris
lundi 27 - 19h31
de : jean1
1 commentaire
OMISSION, DÉFORMATION, DÉSINFORMATION
lundi 27 - 17h32
COLOMBIE:L’Ambassadeur de Cuba en ce pays sollicité pour l’envoi de médecins !
lundi 27 - 15h37
de : joclaude
CASTEX : "Monsieur T2A", casseur de l’Hôpital
lundi 27 - 14h43
de : joclaude
L’Espagne se propose de rééduquer les prisonniers politiques
dimanche 26 - 22h51
de : Antoine (Montpellier)
3 commentaires
Le Covid-19 frappe plus durement les pauvres !
dimanche 26 - 16h36
de : joclaude
1 commentaire
NICARAGUA:Le président Daniel Ortega, a commémoré le 41e anniversaire de la révolution.
vendredi 24 - 11h21
1 commentaire
MEXIQUE:Certains devraient y réfléchir puisque apparemment, c’est possible !…
vendredi 24 - 10h48
de : joclaude
Séparatisme désormais !
jeudi 23 - 23h17
de : Christian Delarue
4 commentaires
LE MONDE CHANGE, l’impérialisme ne va pas tarder à s’en apercevoir !
jeudi 23 - 18h00
de : joclaude
Je n’ai qu’un cri : scandaleux !
jeudi 23 - 11h34
de : joclaude
LE SEGUR DE LA HONTE !
jeudi 23 - 11h08
de : joclaude
Tensions au Caucase : une diversion opportune pour Nikol Pashinyan ?
mercredi 22 - 20h58
2 commentaires
HONG-KONG : Pour savoir de quoi on parle !
mercredi 22 - 15h02
de : joclaude
3 commentaires
LIBÉRONS GEORGES IBRAHIM ABDALLAH
mercredi 22 - 09h46
de : jodez
MACRON PUTAIN, ENCORE 600 JOURS
mardi 21 - 21h05
de : joclaude

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite