Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

"Si nous voulons que tout reste comme c’est, il faut que tout change"*
de : La Louve
mardi 11 septembre 2012 - 17h33 - Signaler aux modérateurs
18 commentaires

"Si nous voulons que tout reste comme c’est, il faut que tout change"*

(*Tancrède dans "Le Guépard")

Bon, tout le monde ou presque l’aura compris, et assez rapidement, le "changement", finalement, ça ne sera pas "maintenant"...

Ou plus exactement , ceux qui ont cru que le changement en question aurait quelque substance en seront pour leurs frais d’illusions.

Ce changement ce ne sera que l’alternance de serfs du pouvoir , des chevaux frais pour que la bourgeoisie puisse parcourir encore quelques verstes de plus, en somme...

Si peu de substance, donc,oh, à peine de quoi émouvoir deux ou trois bigots indécrottables.

Même le mince espoir apporté sur des dossiers sensibles, en matière de justice, par exemple, sera rapidement estompé.

Quant au mirage incarné par le froufroutant cavalier Montebourg, il s’est définitivement évanoui comme neige fond au soleil avec la parution du rapport Sartorius sur la situation de PSA.

Oh, "miracle" (pour le gouvernement qui a trouvé là de quoi se couvrir ses petites fesses roses et peut ainsi "condamner la méthode" de PSA mais pour mieux entériner la fermeture de l’usine - et la mort des sous -traitants), ce rapport-là sonne le glas de l’usine d’Aulnay, c’est une un énorme doigt d’honneur fait aux 3600 ouvriers du site et au-delà, à l’ensemble de la classe ouvrière, et dresse un portait d’un PSA moribond, au bord du collapsus.

A tous les écouter, ces "socialistes"-là, on imagine déjà ces pauvres héritiers Peugeot sur la paille, en train de faire la manche au coin de leur galetas, sous un pont de Paris - alors que ces salauds d’ouvriers, eux ils se goinfreront comme des cochons avec leurs milliers d’euros d’indemnités...

(Snif, c’est trop triste...mais non, je plaisante...Tiens, à l’heure qu’il est ils sont peut-être en train de prendre le thé à Uccle, chez M. Arnault ?...).

Alors bon, soit, n’ayons pas la mémoire courte, ne soyons pas mauvais joueurs, sur le coup, ne plus voir et ne plus entendre (ou presque) les Sarkozy, Morano, Lefebvre, Hortefeux etc... ça n’a franchement pas fait de mal.

Je m’en suis rendu compte cet été en m’apercevant que je respirais un peu mieux et que je me sentais beaucoup moins harcelée (c’est aussi parce que je n’écoute presque plus les médias officiels, il faut dire !).

Hélas pour nous, les "impétrants" (comme dirait Arnaud, non , pas Arnault, mais l’autre) "de gauche" (enfin bon, même ça, ça se discute) sont en passe de les remplacer (déjà...).

Le jeune Manuel Valls tient bon la corde dans ce tiercé et s’est déjà distingué à plusieurs reprises depuis sa nomination, notamment au sujet de la "sécurité", ou des Rroms.

Pendant ce temps, la figure désormais traditionnelle de l’opposant en réformisme - vous savez, celui qui vend du concept de "révolution par les urnes" à tour de bras, (et, attention, dans toute l’Europe, si, si !) comme si le 11 septembre 1973 n’avais jamais existé, comme si les bombardements de la Moneda, comme si les doigts de Jara au sol, ensanglantés, dans le stade national ... comme si toutes horreurs de Pinochet soutenues par la CIA et Kissinger n’avaient jamais existé, n’avaient jamais sonné la fin définitive de l’illusion réformiste moderne, - et bien celui-là continue de progresser, grâce aux moyens -matériels, financiers - résiduels d’un parti autrefois communiste, et avec la bienveillante complicité de médias bourgeois qui se paluchent furieusement à chacune de ses sorties tribunitiennes...

De cette progression du Tartuffe (à peine) social-démocrate, l’objectif premier est réussi - et continue de réussir - c’est d’occuper l’espace "à gauche du PS" comme disent les journalistes en politiciennerie, occuper l’espace, occuper le décor, être sur la photo jusqu’à la nausée.

Le message du Capital est archi-clair : "Or les urnes, il n’y a rien à faire, et il n’existe rien d’autre, bonnes gens , que le réformisme hystéro-histrionique d’une excroissance de la Gauche socialiste mâtinée de néo-stalinistes dégénérés, ou le Front National."

Rompez les rangs.

A ce sujet particulier de ce que j’appellerais "la confusion démobilisatrice" (volontairement propagée pour certains, involontairement contributive pour d’autres) et sans faire d’amalgame entre cs uns et ces autres, certains de mes bons amis et camarades ici et là me pardonneront, je l’espère, de ne pas partager leur engouement ni leur enthousiasme - ni leur combat- relativement à la "lutte" envisagée contre le "TSCG" ( traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance) européen.

Je crois d’abord , avec le recul de l’expérience de 2004/2005, qu’à supposer que cette "lutte"-là soit utile à la lutte de classe que doit mener le prolétariat sur les lieux d’exploitation, on ne lutte pas contre un traité européen avec un référendum.

C’est un acte vain. Une perte de temps. A fortiori quand on peut déjà dire de façon sûre que ce référendum n’existera pas.

La façon dont notre NON de 2005 a été piétiné en 2008 "en deux coups de cuiller à pot" (à confiture) si je puis dire, devrait quand même nous inciter à réfléchir...

La bourgeoisie se fout complètement des soubresauts nationalistes, souverainistes (qui ne l’intéressent que pour diviser telle ou telle fraction locale du prolétariat), elle se torche d’un NON de papier et ne peut respecter que le NON qui monte des usines occupées, des travailleurs en grève, des dépôts de carburant bloqués, des universités arrêtées et des banques réquisitionnées....

C’est peu dire que, contrairement à ce qu’avait été mon engagement en 2004-2005 pour le "Non", je ne partagerai donc pas cette fois tout ce qu’implique une campagne sérieuse pour un référendum que nous aurions une chance raisonnable d’obtenir de haute lutte.

Cela ne signifie nullement que j’aie renié ce qui est ma conviction profonde depuis l’origine, et a fortiori depuis Maastricht , que cette construction européenne-là est mauvaise, diabolique, qu’elle est à combattre, qu’elle est, (nous en avons la preuve chaque jour), inacceptable pour les travailleurs, et plus généralement, tous les exploités.

Cela ne signifie pas non plus que je pense bien sûr qu’un tel traité doive être adopté, ni qu’il ne faut rien en dire, ou taire ses critiques ! Certes non.

Je crois que c’est la méthode à l’opposition qui est mauvaise. (Elle est tellement foireuse que c’est celle que le Tartuffe en chef a choisie...c’est dire si, de mon point de vue, il faut la questionner, cette méthode - même si je sais bien qu’il peut avoir raison quand il dit que l’eau mouille et que le feu brûle !). Mais nous en reparlerons ailleurs, une autre fois,plus en détail, je développerai ma position, le cas échéant, sur le sujet TSCG.

Ici, en résumé je dirais : ne perdons pas notre temps dans ce genre de bataille contre des moulins à vent. Nous avons vu ce qu’il en coûtait pour mobiliser et le résultat à moyen terme...

Nous le savons, obtenir gain de cause (soyons fous !) sur le TSCG n’empêchera nullement la bourgeoisie de fermer Aulnay.

C’est évidemment une figure que de présenter les choses ainsi ("le TSCG vs Aulnay"), mais enfin, c’est une façon de dire que nous ne nous dédouanerons pas de mener la lutte de classe au sein de appareil de production,au cœur même des rapports entre les forces productives et que, "bordel", il va quand même falloir choisir un camp, ou plutôt (le camp étant déjà choisi pour la majorité d’entre nous, militants communistes, où que nous nous situions précisément) un cap, et s’y tenir, fermement, pour construire un mouvement.

Bien sûr, j’ai conscience que le choix de la direction à prendre implique également une certaine analyse et une certaine vision de la société actuelle, des rapports de(s) force(s) du moment, et qu’on ne peut pas régler cette question-là en deux lignes dans un tel articulet.

Sans doute en tout cas que les clivages et les contradictions vont aller s’aiguisant, nous ne sommes pas dupes. Je sais qu’il y a des amis (qui sont aussi des militants communistes) avec lesquels peut être bientôt, nous ne partagerons plus l’essentiel sur le choix stratégique, ou tactique...J’espère que cela n’altérera pas les amitiés. Amitiés précieuses en temps de crise(s). Et que nous (tous et toutes) saurons gérer les inévitables difficultés que créeront telle ou telle prise de position chez tel ou tel.

Traité ou pas, légalité ou pas, la bourgeoisie s’en fout. Voilà comment je conclurai ici. Si elle peut le signer, rapidement, ce traité, elle aimera autant, mais finalement,ça ne passe pas, ce n’est pas si grave. Pour elle.

Pour nous en revanche, que de temps perdu. Alors qu’il y a le feu dans notre maison.

Si c’est son intérêt qui est en cause (et comme cela l’est) la bourgeoisie, nous le savons, se fout totalement de "tout ça".

Les commémorations du 11 septembre (de 1973 à 2001) doivent nous tenir éveillés, et nous faire réfléchir. Encore, toujours. Ce qui se passe réellement (pas les délires propagandistes de partis groupusculisés) en Grèce ou au Portugal, ou en Espagne, cela aussi doit nous faire réfléchir.

Or, c’est là, au plus difficile, que nous devons nous préparer, car, comme le dit le célèbre roman de RR Martin, "Winter is coming - l’hiver vient".

Pour cela, il me semble assez clair désormais que nous ne pouvons compter quasiment que sur nous-mêmes, tels que nous existons aujourd’hui. Il faut faire avec cet état de fait. Mais il faut faire.

Bien fraternellement à tous et toutes, que nos luttes s’embrasent, flamboient et se propagent dans toute l’Europe

LL



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
"Si nous voulons que tout reste comme c’est, il faut que tout change"*
12 septembre 2012 - 08h46

Si l’objet de la campagne du non au TCE était de mettre un coup d’arrêt à l’offensive de la bourgeoisie, à la construction d’une Europe libérale, alors cette campagne a été inutile (traité chassé par la porte, réintroduit par la fenêtre).

Mais cette campagne et la victoire du non n’ont-t-elles pour autant eu un impact positif, en terme de remobilisation, en terme de démocratie (débats intenses sur les lieux de travail, circulation intensive d’argumentaires très détaillés sur internet), en terme d’ébauche de reconstruction de confiance du peuple uni ?

Tout petit impact, mais vu la situation de notre camp, vu l’accumulation de défaites, pas négligeable pour autant.

Peut-on se priver d’une occasion d’essayer de mettre un tout petit grain de sable dans la pensée unique libérale, de provoquer débat et réflexion, même si on sait que pour l’instant le rapport de force est tel qu’on ne pourra concrètement provoquer de rupture, ni même de virage ? (en restant lucide : la bourgeoisie n’y attache pas grande importance)

Je m’interroge...
Ceci dit, bien sûr ça n’exonère d’aucune lutte, au contraire.

Chico



"Si nous voulons que tout reste comme c’est, il faut que tout change"*
12 septembre 2012 - 10h15 - Posté par

salut Chico...

Alors, impact à court terme, plus ou moins réussi, compte tenu de l’échec (patent, que , je pense, personne ne me contestera) des CUAL et de ce qui a été réellement fait de la "victoire" (hm hmhm) du NON (qui n’était pas QUE un "NON" de "gooche" rappelons-le) je me garderai de tirer des conclusions aussi positives. Mais ça se discute peut être en terme d’impact sur la "conscience politique" voire, la "conscience de classe" ? Je ne sais pas...

Je reviens plsu tard pour l suite de la discute. LL


"Si nous voulons que tout reste comme c’est, il faut que tout change"*
12 septembre 2012 - 09h29

Tout ça pour dire :

1° Les socialistes sont nuls.
2° Mélenchon aussi.
3° C’est pas gagné.

De l’art d’enfoncer les portes ouvertes.

Brutus



"Si nous voulons que tout reste comme c’est, il faut que tout change"*
12 septembre 2012 - 10h16 - Posté par

Merci Brutus.

Cette participation fondamentale, que dis-je, décisive, à la critique, à l’en-commun, et au débat me va droit au cœur.

N’hésite pas à nous faire à nouveau partager tes fulgurances politiques. je m’en voudrais vraiment d’y faire obstacle. Quand tu publies, la lumière est.

Bisous,

La Louve


"Si nous voulons que tout reste comme c’est, il faut que tout change"*
12 septembre 2012 - 16h22 - Posté par

Les socialistes sont nuls ,c’est exact. Mais la majorité de gauche qui les élit est encore plus nulle. Il est vrai que le PCF a fait la carrière de Mitterrand dés 1965 et avec le programme commun a remis en selle un PS discrédité par son soutien aux guerres coloniales(vietnam et algérie et autres pays africains).Aujourd’hui il faut unir tous les révolutionnaires et briser toute alliance avec le PS qui défend la bourgeoisie avec plus d’intelligence que l’équipe Sarko.Sans cette décision il sera difficile d’unir tous les camarades de quelque chapelle que ce soit. Rompre avec le PS est une nécessité politique face à la crise du capitalisme qui s’accentue partout et qui ne peut que susciter des révolutions ou une guerre mondiale déjà en préparation aux USA-ISRAEL. Bombarder, après les élections Présidentielles américaines ,l’IRAN c’est ouvrir la voie à une guerre mondiale et même nucléaire tant les tensions et les drames humains seront source de haine et de divisions entre les peuples occidentaux et le reste du monde .

Les révolutionnaires , d’où qu’ils viennent, sont obligés de s’unir pour empêcher cette voie guerrière en préparation par les USA-ISRAEL avec l’accord et la complicité de l’Europe Capitaliste .
Il faut isoler le PS par une action sociale et anti-capitaliste permanente jusqu’à ce que le peuple fasse un choix révolutionnaire de changement de société par la force des choses puisque le capitalisme les entraîne dans la misère permanente.

Ce choix ne viendra pas tout seul,il faut en être conscient,mais le capitalisme est tellement malade qu’il ne peut survivre à moyen terme malgré les médecins bourgeois et sociaux-libéraux à son chevet. Les révolutionnaires dans le mouvement syndical et les partis politiques de la vraie gauche peuvent très bien entraîner le peuple vers une solution communiste pour changer en profondeur la société dans tous les domaines . Le PS isolé se désagrégera de lui-même dans cette situation révolutionnaire , quand à la bourgeoisie elle se réfugiera dans les iles des paradis fiscaux où elle mourra de faim car son argent ne vaudra plus rien .

Bernard SARTON,section d’Aubagne


"Si nous voulons que tout reste comme c’est, il faut que tout change"*
12 septembre 2012 - 18h12 - Posté par

Bernard, arrête de faire le perroquet. Je n’arrive même plus à trouver la patience de lire tes commentaires en entier tellement tu nous amuses depuis des années avec ton "PCF révolutionnaire". C’est trop.


"Si nous voulons que tout reste comme c’est, il faut que tout change"*
12 septembre 2012 - 22h41 - Posté par

Tant qu’on s’obstinera à vouloir combattre le Capitalisme et le Fascisme avec les mêmes armes, les mêmes règles, et sur le même terrain, que lui a choisies pour nous on ne débouchera jamais.

On a affaire à des tueurs de masse et ils exigent de nous de jouer à la bataille navale pour contrer leurs exactions ;

J’ignore quelle sera la "bonne "stratégie" à suivre pour sortir de ce merdier ni quel est le "bon" moyen. Et je ne sais pas si elle se trouvera un jour.

Mais je sais au moins deux choses :

1. Lorsqu’on l’aura trouvée, dans les 24 heures ça sera la guerre, la vraie, entre eux et nous.

Et je ne parle pas au sens figuré.

2. Si on ne trouve pas rapidement, bientôt y aura plus rien à trouver, et pour un très long moment.

Donc, chaque fois qu’on "invente" ou qu’on utilise un moyen d’action et qu’ils se contentent de laisser faire, ou de critiquer mollement, le "moyen" en question n’est certainement pas le bon.

Pas la peine d’insister, vaut mieux chercher, ou oser, autre chose.

Et au plus vite. Le temps presse.

Ca fait déja pas mal de temps que la Guerre des Classes, (Celle qui était censée ne plus exister, ni chez Hue, ni chez Dia, ), ((- : est passée de la Guerre de Tranchées, (Wait and See), à l’Action de Commando, (Action et Stupeur).

Et nos adversaires ont une bonne longueur d’avance dans l’application de la deuxième méthode.

Je viens de relire le nouveau bouquin de Castro et j’y ai pas trouvé de contradictions à ma vision du combat. Mais si j’avais relu Ho Chi Minh ça aurait probablement été pareil.

G.L.


"Si nous voulons que tout reste comme c’est, il faut que tout change"*
13 septembre 2012 - 14h48 - Posté par

L’anti-PCF ne fait pas avancer la révolution ...Mais je persiste et signe sur l’union de tous les révolutionnaires d’où qu’ils viennent ...Le perroquet a raison dans ce sens là. La Fête de l’Huma permet le débat sur tous les sujets . Rompre avec le PS est une nécessité politique pour ne pas entraver les luttes sociales actuelles et à venir ainsi que le processus révolutionnaire qui va survenir bientôt vu la crise du capitalisme catastrophique pour les peuples. Je confirme que le PCF est toujours révolutionnaire malgré quelques élus réformistes qui rejoindront le PS comme Robert HUE.

Bernard SARTON


"Si nous voulons que tout reste comme c’est, il faut que tout change"*
13 septembre 2012 - 15h23 - Posté par

Et bien si arrive un moment où ce que tu appelles l’anti-pcfisme ça fait avancer objectivement les consciences et donc la possibilité révolutionnaire
cf lénine c/ kautsky


"Si nous voulons que tout reste comme c’est, il faut que tout change"*
13 septembre 2012 - 17h44 - Posté par sam 82

je confirme que le PCF est toujours révolutionnaire .

certes il vaut mieux lire cela que d’être aveugle .quel optimisme béat ,mais peut être que tu es en train d’essayer de te convaincre toi même ,qu’il en est ainsi , le doute te taraudant de plus en plus , rien de plus normal devant l’évidence . quand au processus révolutionnaire qui va survenir de je ne sais ou , d abord avec quel contenu politique ? parce qu’il y a les mots , pour ma part j’ai toujours privilégié les contenus , idem d’ailleurs pour l’union de tous les révolutionnaires ,qu’est-ce qu’un révolutionnaire , on a tellement connu de révolutionnaires certifiés , qui finalement n’ont été que de vulgaires salopards , car historiquement on a déjà donné et pas qu’une fois . pour ma part je pense qu’il est temps de revenir aux fondamentaux de la lutte des classes , la conscience de classe n’a jamais été spontanée , ,aujourd’hui moins que jamais , sur le sujet il faut dire clairement que le PCF a mis du sien pour brouiller ces repères . alors avec quel outil politique regagner les consciences ? car le problème majeur est là . sur ce point c’est le vide sidéral . sam 82 .


"Si nous voulons que tout reste comme c’est, il faut que tout change"*
14 septembre 2012 - 09h05 - Posté par

L’anti-PCF ne fait pas avancer la révolution ...

C’est une question que je me pose depuis très longtemps...
Je n’ai pas de certitudes pour la réponse.

Chico


"Si nous voulons que tout reste comme c’est, il faut que tout change"*
16 septembre 2012 - 11h44 - Posté par A.C

Chère L.L,
Je ne t’étonnerai pas ..mais je ne partage pas ta conclusion

Traité ou pas, légalité ou pas, la bourgeoisie s’en fout. Voilà comment je conclurai ici. Si elle peut le signer, rapidement, ce traité, elle aimera autant, mais finalement,ça ne passe pas, ce n’est pas si grave. Pour elle.

Pour nous en revanche, que de temps perdu. Alors qu’il y a le feu dans notre maison.

Ce qui nous oppose c’est bien entendu,le nier serai idiot, la question de"nation" ou plutôt de ce que tu juges comme secondaire que je nomme "boulet de supranationalité".

Je ne reviens pas -surtout que je ne suis pas trop en état de rester assis(mon ami Hoareau prétend que c’est à force de mêtre fait enc..r par le"grand Frère rose, ce qui me prive ce matin de la co-animation du débat"Assises du Communisme" et de la bise à Mélenchon à la Courneuve

.... :) ..sur mon regard quant à la question Lutte des classes, souveraineté nationale, spécificité française à broyer, dispositifs de plus en plus travaillés par le K pour imposer d’"en haut" ,d’un espèce de repaire inatteignable cette "Europe" de la cooordination des politiques de" classe contre classe "

Je vois , dans le TSCG, une suite logique à la façon dont PS et droite onteu besoin de piétiner le NON français de 2005,
Je pense, contrairement à toi,que la bourgeoisie ne "se fout pas " qu’il soit signé ou pas, qu’elle sait que ce qui s’est initié dans le laboratoire grec en tant que recul terrible des conditions d’existence, doit maintenant passer à une généralisation dans cette zone géopolitique qui pose un problèéme sérieux au K, ,-notamment chez"nous" dans "notre maison -pour reprendre ton expression,car en deux trois ans, toute la poudre aux yeux d’un refuge social d’en commun européen , en a pris un coup, tant les faits sont tétus.

Je serai donc de tout ce qui isole Hollande et le tandem droite-Ps , de tout ce qui rassemble contre l’austérité programmée, y compris donc avec les manifestants du 30

Et , quitte à étonner, je me retrouve plus dans la déclaration du NPA que dans certaines prises de position (cf LAURENT et sa putain de demande pour que la France propose desEtats Généraux d’Europe et nia nia nia .. !

 :)
http://www.npa2009.org/content/30-s...

Or, loin de changer d’orientation politique, la Troïka (FMI, BCE et Commission européenne) profite de la déstabilisation créée par la crise des dettes souveraines de plusieurs États pour essayer de généraliser le sort de la population grecque  : c’est le sens du Traité européen sur la stabilité, la coordination et la gouvernance (TSCG), qui impose aux différents États un «  budget général […] équilibré ou en excédent  »
Hollande a décidé de faire voter ce traité par le Parlement à la fin du mois. Au-delà du spectacle médiatique quotidien, les députés de son parti et ceux de l’UMP montreront donc qu’ils sont à l’unisson pour son adoption.
Parce que nous refusons l’Europe libérale que l’on nous impose, parce que nous sommes solidaires des mobilisations passées et à venir partout en Europe – en Grèce, en Espagne (où une grève générale est appelée le 15 septembre contre la politique sociale et économique du gouvernement)… – parce que ce n’est pas aux populations de payer la crise, nous serons dans la rue pour une manifestation nationale le 30 septembre, au moment du débat parlementaire sur la question.

Voili voilou.

Sur ce point car sinon, je persite et signe ce que j’écrivais ici :

http://sanseprendrelechou.forumacti...

Bien amicalement..

A.C

sans ordi pour quelques jours, semble -til, ce qui reposera nos lecteurs !

.



"Si nous voulons que tout reste comme c’est, il faut que tout change"*
17 septembre 2012 - 11h21 - Posté par

hola amigo alain !

je rebondis sur ton comm mais je vais faire vite (je ferai plus développé plus tard)

tu fais erreur ce n’est pas l’antinationalisme qui me motive c’est comme vous tous, la quête du communisme et la construction révolutionnaire ;) on n’a juste pas les mêmes conceptions des voies à emprunter.

tout ceci, lutte contre le tscg euro etc, ce n’est que mascarade pour masquer la triste horrible et cruelle réalité : nous (communistes) sommes manifestement à ce jour incapables d’organiser et de mobiliser la classe ouvrière sur de vrais problèmes fondamentaux, comme le rapport capital/travail l’exploitation, le salaire ET le salariat, la propriété privée etc.

en euro ou en franc l’exploitation capitaliste est et reste là, et perdure et s’enracine. et la réalité c’est que, en franc, en euros ou en patates, nous communistes, sommes aujourd’hui absolument incapables d’assurer notre rôle historique, c’est ça la réalité.

avec ce tragique point de vue que d’autres, se couvrant de ce que nous avons laissé devenir des oripeaux, se drapent dans ce qui fut autrefois notre drapeau mais pour en faire des choses atroces et que tous les fascistes infiltrent ici et là bas, sous différentes couleurs, tous les mouvements populaires, de la grèce à la tunisie.

les capitalistes nous démollissent 50 fois par jour et nous n’arrivons pas à répliquer. les fascistes défilent dans les rues des grandes villes grecques et nous (communistes) sommes incapables de les arrêter. les capitalistes saccagent l’europe du sud depuis bientôt 100 ans et nous communistes sommes incapables de les arrêter.

je vois toutes ces gesticulations comme des convulsions de résidus moribonds d’autrefois grandes puissances prolétariennes et révolutionnaires qui ne veulent pas mourir mais qui pourtant devraient mourir (structurellement) car elles n’incarnent plus ce qu’elles sont supposées défendre. et pire, étant quasi exclusivement dans la revendication existentielle elles bouchent le paysage, elles bloquent la naissance du nouveau.

soyons raisonnables.

tout ce qui est dit sur le TSCG est vrai et archi vrai et il ne faudrait pas signer ce traité. oui c’est un tour de vis de plus dans le collier et la laisse, oui et mille fois oui. mais le père de tous les traités c’était maastricht nous le savons, là nous avons perdu une bataille décisive. on a bien vu l’épisode 2005/2008. nous n’avons eu aucun retour critique sur cette séquence. C’est bien dommage. ça nous aurait évité de perdre du temps aujourd’hui.

les capitalistes n’ont pas eu besoin de ce traité pour mettre à sac la Grèce, l’Espagne, le Portugal.

Les capitalistes n’ont besoin que d’une chose pour continuer leur besogne c’est que nous soyons à genoux.

et tant que nous sommes divisés sur des broutilles, et surtout, incapables de rassembler sur ce qui reste pour moi l’essentiel, le rapport d’exploitation, tant que nous sommes divisés, que nous menons des combats qui ne sont même plus d’arrière-garde tellement ils sont obsolètes, tant que nous participons aux jeux qu’ils nous imposent , comme des hamsters dans la cage, NOUS PERDONS ET ILS GAGNENT.

ce qui est amusant c’est que sur ce sujet du tscg (je ne dis pas que c’est ton cas en fait j’essaie plutôt d’apporter des éléments au débat qu tu ouvres plutôt que de te répondre réellement à toi, mais bon je pense que tu le sais nous sommes maintenant deux vieux sparing-partners comme on dit à la boxe, sur le sujet ;))) nombreux sont celles et ceux qui disaient il y a encore qq jours il faut écouter "le peuple" et qui ne cillent pas quand ils doivent constater que "le peuple" s’en FOUT complètement du TSCG. Le "peuple" il veut qu’on lui parle loyers, salaire, travail, chômage.

ET il a RAISON.

Les 12 % de révoltés ras le bolistes etc qui ont voté Merluchon à la présidentielle ne l’ont pas fait pour parler du TASCG et d’un référendum qui n’arrivera pas. A Bastille ce n’est pas cette bataille là qu’ils ont appelé de leur voeux.

Passons aux choses sérieuses, faut mordre là où y ’a la chair, jusqu à l’os ’ou la mère Le Pen et tout ce qui lui ressemble va nous planter un boxon dont on ne se remettra pas comme ça.)

Voilà le fond de ma pensée.

2012 n’est PAS/PLUS 2005 (encore mois, évidemment, 1992).

LL


"Si nous voulons que tout reste comme c’est, il faut que tout change"*
17 septembre 2012 - 11h35 - Posté par

j’ajoute ceci :

Il y a le FEU à la maison. Oui, nous sommes désormais dans l’urgence. Nous n’avons pas su nous en préserver mais il ne faut pas perdurer dans l’erreur.

Le VRAI POUVOIR est dans les usines et les bureaux. Là où la sueur et le temps se transforment en argent. C’est là qu’il faut couper le robinet. Ce sera difficile de spéculer sans pognon.

LL


"Si nous voulons que tout reste comme c’est, il faut que tout change"*
17 septembre 2012 - 12h04 - Posté par La Louve

les capitalistes n’ont pas eu besoin de ce traité pour mettre à sac la Grèce, l’Espagne, le Portugal et j’ajouterai : bien sur le TSCG leur rendra service bien sur cela met en place des mécanismes légaux nouveaux (mais je suis bien placée pour savoir ce qu’est une loi et ce qu’est la justice, c’est à dire avant tout, l’expression du pouvoir d une classe dominante) mais le niveau d’importance de ce traité dans la lutte de classes est surestimé par notre classe politique largement entendue.


"Si nous voulons que tout reste comme c’est, il faut que tout change"*
17 septembre 2012 - 13h09 - Posté par A.C

Mais le père de tous les traités c’était maastricht nous le savons,

non, L.L. je pense qu’il faut affiner nos analyses divergentes en terme de stratégie du K.
Visant à créer un espace ou la LDC soit entravée par un mécanisme d’intégration supra-nationale pour mettre en laisse plus solide les classes ouvrières des divers pays du continent européen, pour obtenir que les pouvoirs politiques acceptent de perdre des pans de souveraineté sur des questions clés de service public, drotis humains et sociaux avec harmonisation parle bas,

Et cela ça était décidé dès la fin de la guerre.Cela prend forme avec le Traité de ROME ..les fondations sont là !

Maastricht était "un plus" d’intégration avec notamment la BCE ,l"Euro etc..

Et leTCE, c’était-comme son copier coller de Lisbonne- la mise en forme de l’avant finalisation par Etats Unis d’Europe capitaliste, dans le consens droites-social démo.

Selon moi du moins..Mais on restera cette fois encore sur notre divergence.
Toi qui penses que la "bourgeoisie s’en fout"
Moi qui croit que la bourgeoisie a IMPERATIVEMENT besoin d’une pseudo" légalisation" pour mettre les politiques d’Austérité en bon ordre d’uniformisation

En ce qui me concerne du moins, cela n’enlève rien au"fondamentaux" de la LDC

C’est juste une réflexionqui prétend prendre en compte la façon dont l’adversaire met en place son dispositif cohérent de saccage de laSociété, et un souci de ne lâcher sur rien , de contrarier tout ce qui est face à nous.

Amitiés

A.C


"Si nous voulons que tout reste comme c’est, il faut que tout change"*
17 septembre 2012 - 13h30 - Posté par La Louve

Plus je relis le Manifeste du parti communiste et Le Capital (entre autre) plus je pense que cette analyse est erronée amigo. Mais comme tu dis, sur ce point là, où nous nous sommes déjà cent fois exprimés toi et moi, sur l’europe et la natio n(en gros) nous connaissons nos divergences par coeur et nous savons que nous ne varierons pas d’un iota ni toi ni moi ;)

Concentrons nous sur ce que nous n’avons pas encore abordé ensemble : qu est ce que cette bataille du tscg va apporter au prolétariat dans la situation actuelle ?


"Si nous voulons que tout reste comme c’est, il faut que tout change"*
17 septembre 2012 - 13h37 - Posté par La Louve

Je pense que c’est du temps perdu et que malheureusement nous sommes dans l’urgence.

"LE" levier pour les luttes et les mobilisations des prolétaires, c’est PSA. Cela me semble absolument une évidence.

Attention ça va aller vite, et on n’en aura pas d’autres comme celui ci avant un moment.

A ce sujet, le silence abyssal de la confédération nationale sur les "vrais sujets" selon moi, est absolument révélateur ET inadmissible.

Mais je n’en dirai pas plus ici.





Points de vue sur les Gilets jaunes
vendredi 18 - 16h35
de : jean 1
Yankees et son larbin français, effacent les preuves, de leur "implication terroriste" en syrie
vendredi 18 - 11h59
de : nazairien
"Gôôôche" démocratique et républicaine ou TRAHISON ?
vendredi 18 - 10h45
de : jean-marie Défossé
2 commentaires
Badgeophobie ou syndicalistophobie
jeudi 17 - 23h45
de : Christian DELARUE
Est-ce que oui ou non castaner va dégager ?
jeudi 17 - 20h22
de : jean 1
VERS LA BANLIEUE TOTALE
jeudi 17 - 14h12
de : Ernest London
Est ce la panique, en macronie ? Le gouvernement envisage de retarder la réforme des retraites (vidéo)
jeudi 17 - 12h49
de : nazairien
3 commentaires
Le Crédit Mutuel prépare une vague de licenciements massifs
jeudi 17 - 11h23
de : PDUROC
Suspicion délation répression ... et agressions impérialistes
jeudi 17 - 10h56
de : Chantal Mirail
Sous le voile, une femme !
jeudi 17 - 10h36
de : Chantal Mirail
2 commentaires
Sociale vigilance / C’est l’heure de l’mettre
jeudi 17 - 10h28
de : Hdm
Droit d’informer : Nous ne devons pas nous habituer aux intimidations, aux gardes à vue et aux poursuites judiciaires
jeudi 17 - 09h58
Barcelone : des manifestants indépendantistes affrontent les forces de l’ordre pour la troisième nuit consécutive (vidéo
jeudi 17 - 00h53
de : nazairien
1 commentaire
Une personne porte ici un signe religieux ostensible !
mercredi 16 - 22h29
de : Christian DELARUE
7 commentaires
La manifestation des pompiers dégénère : incidents et tensions (15 octobre 2019, Paris) (vidéo)
mercredi 16 - 16h24
de : nazairien
2 commentaires
Des scènes de guérilla urbaine dans le centre de Barcelone, après la condamnation des dirigeants séparatistes (vidéo)
mercredi 16 - 16h09
de : nazairien
1 commentaire
Retraites : la CGT, FO, Solidaires et la FSU appellent à la grève le 5 décembre
mercredi 16 - 07h54
1 commentaire
15 Octobre 1987 THOMAS SANKARA
mardi 15 - 17h29
de : CADTM
De qui se moque t on ? Les frais d’hébergement des députés à Paris vont être davantage remboursés
mardi 15 - 17h11
de : nazairien
2 commentaires
ZOMIA ou l’art de ne pas être gouverné
mardi 15 - 14h20
de : Ernest London
Grande Fête du livre de Noir et Rouge
lundi 14 - 23h10
de : Frank
Nucléaire : le danger qui nous menace s’accroît
lundi 14 - 23h03
de : pierre peguin
Emission - Sabotage de l’école – Un peuple éclairé serait-il incontrôlable ?
lundi 14 - 20h03
de : Emission - Polémix et La Voix Off
Rojava : « La révolution ne doit pas disparaître »
lundi 14 - 17h10
de : jean 1
1 commentaire
Pascale Locquin
lundi 14 - 15h45
de : locquin
Les "gilets jaunes, bleus, verts, oranges" dans le VIéme ar, pour la "défense des victimes de l’amiante
dimanche 13 - 14h17
de : nazairien
Le voile ... dévoile une fois de plus sa stratégie de dislocation des valeurs républicaines
dimanche 13 - 11h56
de : Jean-Marie Défossé
18 commentaires
Toulouse, les baqueux toujours aussi dérangés, les CRS sous "captagon" ? et les gedarmes veulent faire aussi bien (vidéo
dimanche 13 - 02h25
de : nazairien
Rencontre débat « L’anarchisme pour les nuls »
samedi 12 - 21h15
de : jean 1
Le crépuscule de l’OTAN.
samedi 12 - 20h56
de : L’iena rabbioso
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h18
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h14
N’abandonnons pas les Kurdes et les populations de Syrie - Tribune collective sur Libération
samedi 12 - 16h33
de : Christian DELARUE
3 commentaires
GAZ ET FLOUZE À TOUS LES ÉTAGES - C’est l’heure de l’mettre
vendredi 11 - 15h08
de : Hdm
Intervention turque en Syrie : la révolution politique du Rojava menacée de toute part
vendredi 11 - 08h12
23 commentaires
Rejetée
jeudi 10 - 15h28
de : jean 1
double face
jeudi 10 - 12h01
de : jean 1
1 commentaire
Appel à Manifestation samedi 12 octobre à Saint-Victor
mercredi 9 - 22h05
de : AMASSADA
Détruire le capitalisme avant qu’il ne nous détruise (à propos de Lubrizol)
mardi 8 - 23h50
de : nazairien
3 commentaires
On nous cache tout, on nous dit rien :Frais d’obseques des deputes et de toute leur famille payes par nos impots (vidéo)
mardi 8 - 23h05
de : nazairien

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

L'homme le plus heureux est celui qui fait le bonheur d'un plus grand nombre d'autres. Denis Diderot
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite