Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

CIA, tortures sans frontières


de : libération
jeudi 17 mars 2005 - 17h50 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire

Etats-unis La CIA, tortionnaire globe trotter

Soupçonné d’appartenir à Al-Qaeda, Khaled el-Masri aurait été enlevé en Macédoine et torturé en Afghanistan. Il raconte pour « Libération ».

Par Philippe GRANGEREAU

jeudi 17 mars 2005 (Liberation - 06:00)

Ulm (Allemagne) envoyé spécial

Aujourd’hui encore, Khaled el-Masri, simple vendeur de voitures dans la petite ville allemande d’Ulm, ignore pourquoi les services secrets américains l’ont kidnappé sur son lieu de vacances, mené pieds et poings liés dans un avion et jeté dans une geôle immonde en Afghanistan, où il a été traité « comme un animal », dit-il, pendant cinq mois. Avant d’être relâché sur un sentier de montagne du nord de l’Albanie. La CIA l’a-t-elle confondu avec un homonyme ­ Khalid al-Masri ­ recherché pour ses liens avec Al-Qaeda ? « En tout cas, je veux comprendre ce qui m’est arrivé », plaide calmement El-Masri, encore sous le choc. « Le fait est, dit son avocat, Manfred Gnjidic, que les Etats-Unis ne peuvent pas ainsi impunément violer les droits d’un citoyen allemand. Sa terrible histoire aurait pu arriver à n’importe qui. »

Tout a commencé fin 2003 par un voyage en bus d’Ulm à Skopje, capitale de la Macédoine, peu après Noël. Une dispute avec son épouse libanaise, avec laquelle il vit ainsi que ses quatre enfants dans peu de mètres carrés, le décide à « décompresser » en s’offrant un séjour en Macédoine. Il traverse sans encombre plusieurs pays, mais les gardes-frontières macédoniens l’appréhendent le 31 décembre 2003 au vu de son passeport (El-Masri, d’origine libanaise, qui vit en Allemagne depuis vingt ans, est naturalisé allemand depuis dix ans).

Tandis que le bus repart, El-Masri est mené dans un hôtel de Skopje. Il restera enfermé dans une chambre pendant vingt-trois jours, en compagnie de trois policiers en civil se relayant toutes les six heures. « Nous savons tout », lui dit-on. Les interrogatoires se succèdent, en anglais, qu’El-Masri parle mal. On le questionne sur la mosquée d’Ulm qu’il fréquente. Ce lieu de culte est soupçonné depuis longtemps par la police allemande de soutenir le terrorisme islamiste. « Dites que vous faites partie d’Al-Qaeda et nous vous renvoyons en Allemagne », lui proposent ses gardiens, qui l’accusent d’avoir « suivi un entraînement à Jalalabad, en Afghanistan », de posséder un faux passeport et d’être en réalité égyptien. Refus d’El-Masri, qui exige, en vain, de voir un agent consulaire allemand. « Vous n’êtes pas prisonnier ! », soutiennent les gardes, qui toutefois pointent un revolver sur lui lorsque le captif fait mine de quitter la pièce aux rideaux tirés. « Ils m’accompagnaient jusque dans les toilettes », se souvient El-Masri.

Couche-culotte, menottes et chaînes

Le 23e jour, les policiers macédoniens lui annoncent sa libération. « Ton cas n’est plus de notre ressort », lui dit-on. Il signe une décharge et est filmé par la police affirmant qu’il a été bien traité. Mais à peine met-il les pieds hors de l’hôtel que d’autres hommes se jettent sur lui, lui mettent la tête dans un sac, l’enfournent dans un 4 x 4 et le conduisent dans une pièce, semble-t-il près d’un aéroport puisque le bruit des avions est audible. « A peine entré, les coups ont commencé à pleuvoir. Mes habits ont été ôtés aux ciseaux et au cutter. Les coups ont redoublé quand j’ai voulu garder mon pantalon. » Les agresseurs tentent de lui introduire un objet dans l’anus, puis il est photographié nu. « Il y avait sept ou huit hommes cagoulés, tous vêtus de noir. » Habillé de force d’un survêtement, il est équipé d’une couche-culotte pour adulte, de menottes attachées à une ceinture, et de chaînes aux pieds. Boules Quies dans les oreilles, la tête dans un sac opaque, il est mené à une passerelle d’avion, monte une quinzaine de marches, est attaché au sol et aux parois de ce qui lui paraît être « un avion de ligne ». Ses ravisseurs lui injectent un soporifique et il reprend ses esprits quelque temps plus tard dans un coffre de voiture, avant d’être projeté sur le sol d’une cellule sans literie, minuscule et poussiéreuse. Dans un coin, une cuvette pour ses besoins. Les gardes sont vêtus d’un shalwar-kamiz et d’un pacol, tunique et couvre-chef afghans.

« Dans ce pays, il n’y a ni droits ni lois »

Il ne met pas longtemps à se rendre compte qu’il se trouve en Afghanistan, à Kaboul, près d’un aéroport fréquenté. Un homme aux cheveux gris d’une soixantaine d’années, qu’il suppose être un médecin américain, lui fait une prise de sang. « Tu sais où tu es... Dans ce pays, il n’y a ni droits ni lois, personne ne sait où tu es, et tout le monde se fout de ce qui peut t’arriver », lui crie d’emblée son interrogateur, un homme masqué qui parle arabe « avec un accent libanais », mais « capable de parler parfaitement anglais ».

Les premiers interrogatoires se déroulent avec la présence silencieuse de sept ou huit autres hommes masqués. Battu, projeté contre les murs de la salle d’interrogatoire, El-Masri est à nouveau accusé d’appartenir à Al-Qaeda, d’avoir fréquenté deux des pirates de l’air du 11 septembre 2001, Mohammed Atta et Ramzi Bin al-Shibh. Il nie tout et exige de contacter l’ambassade d’Allemagne. La prison, située en sous-sol, est « gérée par des Américains, qui ne cachent pas leur nationalité », explique-t-il. « Nous allons en référer à Washington », lui répondent-ils lorsqu’il décide, en mars 2004, de faire une grève de la faim avec les huit autres détenus, avec lesquels il parvient à échanger des messages. Il y a deux Pakistanais nés en Arabie Saoudite, un Pakistanais vivant aux Etats-Unis, un Yéménite résidant en Arabie Saoudite, deux Afghans et deux Tanzaniens. « Comme moi, tous avaient été kidnappés dans diverses régions du monde, dit El-Masri. Mais eux avaient été terriblement torturés dans une autre prison spéciale en Afghanistan, ce qui n’a pas été mon cas. Certains avaient été violés, d’autres suspendus au plafond des jours entiers, aspergés d’eau et exposés au froid hivernal, ou laissés des mois entiers dans des pièces avec une musique à fond en permanence. » La grève de la faim collective dure trente-cinq jours. « J’étais seul dans ma cellule vide, ou rien ne pouvait me détourner de la souffrance de la faim. Chaque heure me paraissait être un jour. Mais le pire pour moi, c’était de ne pas connaître la raison de ce qui m’arrivait. » Pour finir, ses geôliers le nourrissent de force avec un tube introduit par le nez, et il cesse sa grève de la faim. Les Américains lui promettent une libération prochaine. Sept de ses codétenus sont, eux, évacués dans un autre lieu de détention dans un camion-container ­ un moyen courant de transporter des prisonniers en Afghanistan. Depuis sa cellule, il aperçoit un bâtiment, et crie pour faire connaître sa présence. Les deux directeurs de la prison secrète, un Afghan et un Américain, viennent le sermonner dans sa cellule.

Son exigence répétée de voir un représentant allemand porte ses fruits puisqu’un jour apparaît « Sam », un Allemand qui refuse de dire s’il représente les autorités de Berlin. L’homme est amical, lui fait comprendre qu’il est là pour préparer sa libération. Celle-ci, dit-il, « peut prendre un certain temps car les Américains sont déterminés à ne pas laisser de traces de [ton] passage à Kaboul ». Pour cette raison, ajoute le mystérieux Allemand, son retour « doit se faire d’une manière compliquée ». Sam lui demande s’il parlera à la presse. « J’ai dit que non. J’avais trop peur qu’ils se débarrassent de moi. »

Relâché sur un sentier albanais

Une semaine plus tard, Sam lui explique qu’il ne mangera ni ne boira pendant 24 heures car il ne pourra faire ses besoins durant le voyage qui l’attend. El-Masri est à nouveau mené, les yeux bandés, dans un avion, en compagnie de Sam. A l’arrivée, un groupe d’hommes silencieux le conduit sept à huit heures durant dans un minibus. Son bandeau ôté, il découvre une forêt dans un paysage montagneux, et le groupe d’homme masqués qui l’accompagne. Son passeport, son argent et toutes ses possessions confisquées cinq mois plus tôt lui sont restitués. On lui fait signe de suivre un sentier, sur lequel il rencontre, 300 mètres plus loin, trois militaires albanais en uniforme qui l’attendent. Ils exigent son passeport. « Vous n’êtes pas en règle », lui disent-ils. El-Masri leur raconte son odyssée, accueillie par les rires de l’officier, anglophone : « Ne racontez pas cette histoire, personne ne vous croira. » Visiblement au courant de son jeûne forcé, les trois militaires lui remettent un paquet apparemment préparé pour lui contenant de la nourriture, puis le conduisent en voiture à nouveau pendant sept à huit heures à l’aéroport Mère Teresa de Tirana, l’aident à acheter un billet pour Francfort et le mettent dans l’avion. Son passeport, vu par Libération, est tamponné à la date du 29 mai 2004. De Francfort, le rescapé rejoint Ulm, où il découvre que sa femme, persuadée qu’il l’avait quittée pour une autre, est partie au Liban avec ses quatre enfants. Elle l’a aujourd’hui rejoint à Ulm.

Amnesty International tout comme la justice allemande prennent très au sérieux le cas de Khaled el-Masri, qui a porté plainte contre X. De nombreux éléments corroborent son récit, à commencer par les tampons sur son passeport et le témoignage du chauffeur du bus. L’hôtel de Skopje a été retrouvé par son avocat, ainsi que deux des compagnons de prison d’El-Masri, également relâchés par les Américains. « Nous avions tous appris par coeur les numéros de téléphone des uns et des autres, de manière à ce que si l’un d’entre nous sortait, il avertirait les familles des autres », explique El-Masri. Un laboratoire allemand, qui a analysé plusieurs cheveux d’El-Masri, a conclu que son régime alimentaire correspondait à la région géographique où il dit avoir été retenu, selon son avocat.



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> CIA, tortures sans frontières
31 mai 2005 - 12h13

ILS FAUT QUE LE MONDE ENTIER ET SURTOUT LES AMERCAINS SACHENT CE QUI FAIT LA CIA ET CERTAINS PAYS QUI COLLABORENT AVEC LES USA.POUR MOI BUCH EST ENTRAIN DE CREER DES MILLIONS DE TERRORISTES DANS LE MONDE.iMAGEZ CE QUI CES HOMMES ONT SUBI ?COMMENT VOULEZ VOUS QU’ILS PUISSENT VIVRE SANS SE SENTIR DEVINIR UNE BETE QUAND ILS VOYENT DES RICAINS.ON A TOUT FAIT POUR LES DETRUIRE.SI CELA LA DEMOCRATIE ALORS JE PREFERE VIVRE DANS UN PAYS OU§§§§§§§§§Merçi pour votre article et c’est pour ça qu’ils faut soutenir tous les journalistes dans le monde.Merçi






BOLIVIE Perspectives avant les élections du 18 octobre
lundi 21 - 19h16
de : allain graux
APPEL AU MOIS INTERNATIONAL D’ACTIONS POUR LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH
lundi 21 - 17h44
de : Jean Clément
COVID 19 : Cuba vient de mettre au point un vaccin !
lundi 21 - 16h40
de : joclaude
Représentation syndicale avec son badge (ou pas) et rien d’autre !
lundi 21 - 12h11
de : Christian Delarue
1 commentaire
SEXYPHOBIE AU MUSEE d’ORSAY
lundi 21 - 01h28
de : Christian Delarue
4 commentaires
Premiers de corvée, premiers oubliés ! Des sans-papiers marchent vers l’Élysée
dimanche 20 - 17h03
CHILI/VENEZUELA : une superbe historique, afin que nul n’en ignore !
dimanche 20 - 16h31
de : joclaude
CUBA : courrier au Canard Enchaîné
dimanche 20 - 16h12
de : joclaude
Amérique Latine : Démocratie contre blocus !
dimanche 20 - 15h19
de : joclaude
1 commentaire
Racket sur les retraités et les personnes en perte d’autonomie : le rapport Vachey
dimanche 20 - 15h04
de : joclaude
1 commentaire
Entre droit de critique du voile et nécessaire respect des personnes
samedi 19 - 23h25
de : Christian Delarue
2 commentaires
Le néocolonialisme d’ENGIE au Brésil
samedi 19 - 21h53
de : Mr Mondialisation
SEXYPHILIE anodine d’Instagram et SEXYPHOBIES agressives ailleurs
samedi 19 - 17h02
1 commentaire
journée internationale pour la paix : visio-conf. ce 18 septembre 2020
jeudi 17 - 23h32
Le désempuissantement populaire participe de la perte de démocratie.
jeudi 17 - 20h50
de : Christian Delarue
4 commentaires
Pourquoi beaucoup de salariés ont la tête ailleurs
jeudi 17 - 12h16
1 commentaire
Des papiers pour tous ! C’est l’heure de l’mettre
jeudi 17 - 08h17
de : Hdm
De la lutte des masques à la lutte des classes
jeudi 17 - 07h58
de : Bruno Guigue
2 commentaires
Si à 5 ans un gosse n’as pas eu au moins deux leucémies, c’est qu’il a raté sa vie
mercredi 16 - 23h29
de : Dr Seguelasse de Santé publique rance
SEPARATISME
mercredi 16 - 19h48
de : Nemo3637
5 commentaires
l’Etat providence... ! Pour qui ?
mercredi 16 - 16h41
de : joclaude
VENEZUELA : On ne nous dit pas tout !
mercredi 16 - 10h37
de : joclaude
1 commentaire
La nouvelle grenade de désencerclement reste une arme de guerre
lundi 14 - 07h23
1 commentaire
Les trois secteurs de résistance du peuple-classe
dimanche 13 - 14h47
de : Christian Delarue
1 commentaire
Le séisme idéologique est plus important que le virus lui-même
dimanche 13 - 05h35
de : Michaël Verbauwhede et Seppe De Meulder - Solidaire
4 commentaires
MRAP : Droit et "séparatisme islamique" (lettre ouverte)
samedi 12 - 16h29
de : Christian Delarue (mrap)
Le MRAP assure le Maire de Stains de sa solidarité
samedi 12 - 10h48
de : Christian Delarue (mrap)
Agression antisémite à Aubervilliers
samedi 12 - 10h43
de : Christian Delarue (MRAP)
Génération désenchantée
vendredi 11 - 22h11
de : paris lutte info
Oussama et CIA copains comme cochon
vendredi 11 - 21h56
de : globalResearch
quel "homme" de petite taille ce darmanin
vendredi 11 - 18h14
1 commentaire
Le moment paranoïaque (le déferlement totalitaire) face à la dialectique du maître et de l’esclave Par Ariane Bilheran,
vendredi 11 - 11h21
de : pierrot
2 commentaires
CHRONIQUES NOIR & ROUGE N° 2 Septembre 2020
mercredi 9 - 22h26
de : frank
ELEVES ET PROFS A L’ABANDON
mercredi 9 - 18h16
de : Nemo3637
Séance de déplacement collectif
mercredi 9 - 12h43
de : jean1
République et démocratie : dérives et instrumentalisations
mercredi 9 - 00h08
de : Christian Delarue (Fondation Copernic)
1 commentaire
Rentrée scolaire "bleu marine" !
dimanche 6 - 16h33
de : joclaude
Mali : une solution est-elle possible sans remise cause des règles du jeu ?
samedi 5 - 16h57
de : Eve76
Rentrée, plan de relance, luttes…
samedi 5 - 09h40
Regard marxiste sur la catastrophe écologique et perspectives - Chrismondial
samedi 5 - 08h38
de : Christian Delarue
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite