Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

La critique du fleuve, de l’arbre fruitier et de l’État
de : Vladimir Acosta
lundi 4 février 2013 - 19h50 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire

La conscience latino-américaine est une lame de fond. Tout ne fait que commencer. Ainsi, les vénézuéliens n’attendent pas la critique « de gauche » extérieure pour la produire eux-mêmes. Ils ont l’avantage de vivre la réalité, de la connaître, de la comprendre et de savoir ce que cache chaque pierre, depuis longtemps. Toute discussion sur l’avenir du processus révolutionnaire suscite ici un flot d’inquiétudes fébriles, d’analyses critiques, de propositions. La conviction majoritaire est que la révolution est le moyen de faire passer ces critiques dans le réel. « Canaliser un fleuve, greffer un arbre fruitier, instruire une personne, transformer un État, sont des exemples de la critique fructueuse et en même temps des exemples d’art » (Bertolt Brecht). 

L’historien Vladimir Acosta qui pense et parle depuis Bolivar, Rodriguez et Zamora (trois racines que le vénézuélien connaît mieux que Marx ou Lénine) avait été invité ce samedi 2 février à l’inauguration du nouveau cinéma « Aquiles Nazoa », l’ex-cinéma Urdaneta, dans l’ouest populaire de la capitale. Depuis un an se multiplient les récupérations de théâtres, de cinémas, hier encore aux mains des sectes et du commerce, souvent reconstruits moitié par le gouvernement, moitié par les conseils communaux. C’est de cette tribune, face au peuple, au vice-président de la république, au ministre de la culture et à d’autres dirigeants, lors d’un discours retransmis par les radio et télévision publiques, qu’Acosta a amplifié la critique que portent beaucoup de citoyens et que le président Chavez a souvent émise, énervé par la lenteur ou l’indifférence de certains fonctionnaires. Tous ceux qui ont vécu les manifestations populaires de janvier 2013 savent que le serment du peuple (« nous sommes tous Chávez ») avait un fond de « mais attention, ne nous trahissez pas, on vous tient à l’oeil ».

local/cache-vignettes/L251xH167/IMG_6293png-61c5-e357d.png

Acosta : « Nous avons une participation populaire mais elle est devenue passive. Ce n’est pas la même chose de mobiliser dans des marches et des défilés – qui ont été extraordinaires – que de fixer le peuple comme l’objectif. Nous devons discuter, critiquer, proposer des idées, des tâches, et agir sur elles. Il y a eu une certaine bureaucratisation qui n’est pas condamnable à priori, car tout ce qui surgit comme force spontanée, à mesure de son organisation, se bureaucratise, c’est normal. Le problème survient quand la bureaucratie commence à dépasser et à freiner l’essor du mouvement populaire, et il y a des indices de cela, il est important d’en tenir compte (applaudissements nourris). Et cela n’est pas le plus préoccupant car la bureaucratisation, l’arrogance et la corruption, nous les voyons, nous pouvons les combattre. Le plus préoccupant c’est ce qui ne se voit pas. Malgré toutes les statistiques qui montrent les avancées sociales extraordinaires, toute les politiques de solidarité, malgré tout ce que signifie le processus unitaire du continent sud-américain né en grande partie ici, nous sommes en train de glisser vers des positions plus modérées. Pourquoi ? Peut-être parce que Venezuela reste une exception et que le reste des nations, le monde qui nous entoure et qui exerce des pressions sur nous, reste de droite, reste dans sa quasi totalité néo-libéral.

« Nous, nous devons mettre nos discours en accord avec notre pratique, une révolution ne peut cesser d’être radicale, Chavez l’a dit très souvent, il s’agit d’aller à la racine. Notre objectif n’est pas un capitalisme d’État ni un « État de bien-être » qu’une déroute électorale suffirait à supprimer. L’objectif de notre révolution est de défaire le capitalisme et de marcher vers le socialisme. On a avancé mais peu, le rythme est lent. Le socialisme implique davantage que de changer des noms. Nous ne pouvons déguiser les choses mais travailler pour qu’elles soient vraiment socialistes. Ce qui signifie changer les relations sociales de production. »

Pour Acosta, il faut user des instruments qui permettent l’organisation populaire et révolutionnaire. Comme Jesse Chacón ou Manuel Vadell entre autres (1), Acosta critique le Parti Socialiste Unifié du Venezuela (Psuv), en l’exhortant à redéfinir ses critères sur la base de l’audace, et à surmonter les erreurs pour fortifier la démocratie interne du parti. Acosta reprend les mots du président Chávez : « Le pouvoir pour le peuple est la commune, sans elle il n’y aura ni démocratie, ni révolution, ni socialisme ». L’historien poursuit : « Sans le pouvoir populaire nous n’avancerons pas. Si Chavez est l’âme de ce processus, la participation et l’action du peuple en sont le muscle irremplaçable ». Acosta se réfère à deux textes fondamentaux selon lui : le plan socialiste sorti vainqueur des urnes du 6 octobre et le rappel à l’ordre adressé au gouvernement par le président pour son incapacité à construire le pouvoir communal. (2)

L’historien Vladmir Acosta.

Autre critique, déjà exprimée par d’autres intellectuels tels que Reinaldo Iturizza, Iraida Vargas, Luis Britto García… ou Hugo Chavez lorsqu’il a démis de ses fonctions le ministre Andrés Izarra : le modèle dominant du journalisme et de la télévision reste, au bout de quatorze ans, très en retard dans la construction d’une conscience, d’une formation, d’une transmission « de peuple à peuple ».

« Pour atteindre cette conscience il est nécessaire de travailler à travers la formation idéologique et politique. Nous devons faire en sorte que nos médias changent. Cesser de copier le modèle qu’ont imposé les États-Unis et apprendre à construire nos propres informations. Je suis frappé de voir que dans nos journaux télévisés on parle de tout et s’il reste une minute on parle de la culture. C’est un modèle états-unien, il faut donner plus de place à la culture populaire qui est en train de se développer au Venezuela ».

Dernier point : la disposition de lutter. »Nous avons payé la dette sociale mais cela ne peut être compris comme un assistanat ou comme un paternalisme. La manière de le faire sentir à celui qui reçoit une chose est de lui montrer ce que cette chose coûte à la société et à la révolution, et une fois qu’il comprendra que cette chose est une valeur qui a eu un coût, il pourra la défendre ».

“Modestement, en 200 ans d’indépendance, nous sommes en train d’achever l’oeuvre que Simón Bolívar n’a pu finir à cause de la trahison de l’oligarchie ». Et d’insister sur le fait que chaque pas doit être mûri.

« Avancer avec les lois déjà approuvées, sans nous affoler, parce que nous avons la majorité du peuple et une Force Armée Bolivarienne consciente et anti-impérialiste. Nous sommes majoritaires et nous ne pouvons pas permettre qu’une minorité puissante nous contrôle parce qu’elle contrôle les médias. Nous devons tous oeuvrer depuis nos espaces de travail, assumer les responsabilités qui nous incombent. Nous avons le leadership de Chávez, qui est fondamental mais qui ne suffit pas. Le président a appelé le peuple à « être Chávez ». Il l’a fait pour répartir les responsabilités. Que cette année soit victorieuse car nous ne pouvons perdre aucune bataille ».

Les habitants du secteur San Juan (Caracas) découvrent la nouvelle salle de cinéma (500 places) consruite par l’e gouvernement de Caracas et par le Ministère de la Culture.

Traduction de l’espagnol : Thierry Deronne

Notes :

(1) « Le meilleur livre d’un dirigeant est dans les yeux, la voix des citoyens », http://venezuelainfos.wordpress.com/2012/12/22/manuel-vadell-le-meilleur-livre-dun-dirigeant-est-dans-les-yeux-dans-la-voix-des-citoyens/

(2) Programme soumis par le président Chavez aux électeurs : http://venezuelainfos.files.wordpress.com/2012/10/programme-de-chavez-2013-2019-texte-integral1.pdf et critique de l’action gouvernementale par Chávez : http://venezuelainfos.wordpress.com/2012/10/21/le-president-chavez-exige-davancer-vers-une-communication-plus-profonde-et-plus-populaire-avec-les-travailleurs-depuis-les-usines/

URL de cet article : http://venezuelainfos.wordpress.com/2013/02/04/vladimir-acosta-la-critique-du-fleuve-de-larbre-fruitier-et-de-letat/



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
La critique du fleuve, de l’arbre fruitier et de l’État
4 février 2013 - 20h47 - Posté par Joannès

Je relève :

Nous sommes majoritaires et nous ne pouvons pas permettre qu’une minorité puissante nous contrôle parce qu’elle contrôle les médias.

Ces mêmes médias qui appelèrent au meurtre à la subversion lors des deux coups d’Etat avortés grâce à la vigilance du Peuple descendu dans la rue !

Je trouve que la Révolution fit preuve de beaucoup de clémence à l’égard de ces médias privés. Les coupables furent-ils seulement sévèrement punis ? Enfin ceux qui ont pu être arrêtés car quelques uns s’enfuirent comme des lâches aux Etats-Unis repère de tous les terroristes d’Etat dans le monde . Je rappelle chez nous l’arrestation des auteurs de la rébellion d’Alger à l’époque

Le Peuple Venezuelien va poursuivre la marche en avant de sa Révolution Bolivarienne dans la démocratie participative, vers le Socialisme qu’il décidera de vivre dans la justice sociale et la Solidarité .

Sa victoire est pour nous d’un grand réconfort moral . Elle nous apporte la preuve qu’il n’est pas vrai que le régime capitaliste soit l’idéal de l’Humanité . La seule valeur qu’il porte est celle du "fric" à tout prix ! On peut comprendre la furie médiatique mondiale à la solde du capitalisme contre la marche en avant du Venezuela avec les autres pays de l’ALBA. qui démontre la réalité bestiale du régime des nantis privilégiés ! Dans l’opposition ce pouvoir économique a cessé d’être démocrate, il conspire prêt à tout pour récupérer ses privilèges ! Le Peuple uni jamais ne sera vaincu !!!






HABITER CONTRE LA MÉTROPOLE
dimanche 25 - 19h04
de : Ernest London
G7 : Les opposants manifestent, (24 août 2019, Bayonne) les prétoriens protègent, la "racaille mondialiste (vidéo)
dimanche 25 - 11h39
de : nazairien
2 commentaires
La France n’a pas de leçons à donner à la Russie
vendredi 23 - 14h33
de : JO
2 commentaires
G7 : Biarritz occupée par l’état-major du néolibéralisme
jeudi 22 - 18h05
de : joclaude
1 commentaire
Nous accusons !
jeudi 22 - 17h07
Qu’a vraiment dit Vladimir Poutine sur les Gilets Jaunes à Brégançon ?
jeudi 22 - 16h58
de : JO
Urgences, femmes de chambre, travailleurs sans-papiers : trois grèves qui n’ont pas pris de vacances
jeudi 22 - 16h21
VENEZUELA : Témoignage sur la reconnaissance des droits des Indiens !
jeudi 22 - 11h50
de : JO
GILETS JAUNES :L’enquête sur la mort de Mme. Zineb Redouane à Marseille !
mercredi 21 - 19h37
de : joclaude
MANIFESTATION POUR EXIGER LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH
mercredi 21 - 17h51
de : Jean Clément
La "guerre en syrie, qui n’en finit pas de finir" : Les raids pro-Résistance de l’aviation russe
mercredi 21 - 17h25
de : nazairien
1 commentaire
Biarritz : Ville fermée.
mardi 20 - 21h39
de : L’iena rabbioso
Contre-G7 : la Confédération paysanne appelle à une forte mobilisation
mardi 20 - 16h16
de : jean 1
3 commentaires
À MES FRÈRES - Anthologies de textes poétiques et politiques
mardi 20 - 10h44
de : Ernest London
Féminisme : choisir un courant.
mardi 20 - 10h15
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Depuis le 8 Aout 2019 énième accident nucléaire Nionoska Russie
lundi 19 - 22h32
de : savoie antinucléaire ACDN Next-up
L’île aux enfants.
lundi 19 - 18h24
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Trump décrète un blocus total du VENEZUELA !
lundi 19 - 18h02
de : JOclaude
1 commentaire
Comité Chômeurs et Précaires CGT Strasbourg : Les nouveaux Esclaves !
lundi 19 - 16h23
de : JOclaude
Montpellier : 150 gilets jaunes font fermer le Polygone et un « village jaune » au rond point de Près d’Arènes.
lundi 19 - 16h06
de : jean 1
1 commentaire
ARGENTINE : le spectre d’un retour du péronisme fait plonger la Bourse !
lundi 19 - 15h53
de : joclaude
1 commentaire
Contre-sommet : « Ce G7 n’est pas un point d’arrivée, c’est un point de départ »
lundi 19 - 10h26
3 commentaires
Féminisme hypertextile et féminisme hypotextile
lundi 19 - 01h00
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Voiler sans tarder les jeunes filles de 2 à 12 ans ?
dimanche 18 - 22h09
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Suite des oeuvres des brutes de Macron ! Mes observations !
dimanche 18 - 21h25
de : JO
2 commentaires
Pudeur pour soi ou pudeur pour autrui.
dimanche 18 - 21h13
de : Christian DELARUE
5 commentaires
ADIEUX AU CAPITALISME Autonomie, société du bien être et multiplicité des mondes
dimanche 18 - 07h31
de : Ernest London
1 commentaire
G7EZ BLOKATU Deuxième communiqué/Bigarren agiria
samedi 17 - 12h06
de : g7blokatu
Théorie de la consience du monde ; aujourd’hui la Palestine
vendredi 16 - 22h54
de : Agence media palestine
ÇA GRÉSILLE DANS LE POTEAU - Histoires de la lutte contre la T.H.T Cotentin-Maine – 2005-2013
vendredi 16 - 11h04
de : Ernest London
Santé de la population : les connivences de l’aristocratie médicale avec le nucléaire, le pétrole, la téléphonie,...
jeudi 15 - 22h49
de : coordi sud-est
2 commentaires
Grèce. La chasse aux jeunes rebelles est ouverte.
mercredi 14 - 23h02
de : Ne vivons plus comme des esclaves - Yannis Youlountas
Tournesol OGM fauché dans l’Hérault
mercredi 14 - 22h44
de : faucheur de chimères
Chez Castagner le nucléaire
mardi 13 - 22h51
de : Intercollectif contre les projets nucléaires et imposés
G7 BLOKATU : Bloquons le G7 et son monde !
mardi 13 - 21h04
de : jean 1
Rassemblement de soutien aux mobilisations du 13 août au Brésil contre l’extrême droite de Bolsonaro
mardi 13 - 08h43
de : jean 1
1 commentaire
Quand Castaner diffusait une BD porno contre ses adversaires politiques
lundi 12 - 22h25
de : Les Crises
Selon l’IGPN
lundi 12 - 22h21
de : Chantal Mirail
1 commentaire
Bulletin du 8 aout 2019
lundi 12 - 22h17
de : CADTM
NathalieLoiseau dans ses oeuvres.
lundi 12 - 09h18
de : jean 1

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Les hommes sont comme les plantes, qui ne croissent jamais heureusement, si elles ne sont bien cultivées. Montesquieu
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite