Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite, commenter l'article...

VIOLENCES POLICIERES ET LIBERALISME

de : Patrick MIGNARD
dimanche 3 avril 2005 - 18h03 - Signaler aux modérateurs
5 commentaires
JPEG - 14 ko

de Patrick MIGNARD

Pas une seule semaine, voire plusieurs fois par semaine, sans que soient relatés des actes de violences policières à l’égard de citoyens-nes. Devant ces faits, des organisations aussi importantes et sérieuses que la LIGUE DES DROITS DE L’HOMME, le SYNDICAT DE LA MAGISTRATURE et le SYNDICATS DES AVOCATS DE FRANCE se sont sentis dans l’obligation d’organiser une riposte et d’alerter l’opinion publique et l’Etat.

Pourquoi de telles dérives aujourd’hui ?

UNE NOUVELLE DONNE POLITIQUE... ET SOCIALE

On assiste indubitablement à une limitation des pouvoirs économiques, politiques et sociaux de l’Etat-nation. Deux raisons expliquent cette situation :

  la mondialisation marchande qui se caractérise par l’interconnexion des marchés et par la même la tendance à rendre les frontières (zones à l’intérieur desquelles les Etats-nation peuvent exercer leurs compétences et autorités) obsolètes,
  le choix politique des Etats de, dans une conception libérale de l’économie, déréglementer les marchés (biens et services, capitaux, travail,...), autrement dit de supprimer peu à peu toute règle et contrôle.

Une telle situation ne peut que limiter les marges de manœuvres politiques et sociales des Etats qui s’en remettent, quant à l’organisation économique des échanges, aux seules lois du marché qu’ils décrètent « naturelles » et « capables d’autorégulation ».

On comprend dès lors que le rôle de l’Etat n’est plus l’intervention dans le fonctionnement de l’économie pour, par exemple, rétablir par son action des déséquilibres, mais qu’il se limite simplement au contrôle du respect des lois de la concurrence et désire assurer la paix sociale pour que les affaires (la valorisation du capital) puissent se faire sans problème.

Enfin, la situation de mondialisation marchande a largement exposé les économies des pays industriels développés à une concurrence qui aboutit inéluctablement à la disparition de secteurs entiers de l’économie (d’où licenciements massifs, déstructuration de villes et de régions), à un processus de délocalisations (d’où pertes d’emplois et gonflement du chômage), à des structurations génératrices elles aussi de licenciements, à une tendance généralisée à remettre en question les acquis sociaux (d’où une tension sociale qui s’accroît).

Même si l’Etat n’intervient plus ou a tendance à ne plus intervenir dans les processus économiques, il n’en demeure pas moins le garant de la cohérence et de la perpétuation du système marchand.

MARGES DE MANŒUVRES DE L’ETAT ...

Elles se réduisent, du moins sur le plan économique, comme une peau de chagrin. Outre le fait qu’une telle situation remet en question le concept même de « citoyenneté » (l’expression du citoyen au travers de l’Etat perd tout sens lorsque l’on fait exclusivement confiance aux lois du marché), le domaine d’intervention de l’Etat ne peut se situer que dans ses fonctions purement régaliennes et en particulier police et justice... voire militaire dans les cas extrêmes.

On comprend dés lors, pourquoi l’Etat-nation privilégie la répression au détriment de la prévention et de la négociation, pourquoi le « social » devient le parent pauvre de l’intervention de l’Etat. En fait, l’Etat à de moins en moins de choses à négocier (voir l’article « NEGOCIER, MAIS NEGOCIER QUOI ? »). Il s’est engagé, auprès des autres Etats, des organisations internationales (OMC,OCDE, FMI) à libéraliser l’économie, et vis-à-vis de l’Europe à respecter des critères qui ne peuvent qu’aggraver la situation sociale (les fameux critères de convergences).

L’Etat devient très concrètement le « gendarme » du système marchand. Il l’a toujours été mais cette fois ci il ne va pouvoir jouer que ce rôle.

...ET MONTEE DU MALAISE SOCIAL

Elle est certes la conséquence du fonctionnement du salariat (voir l’article « LOGIQUE MARCHANDE/LOGIQUE SOCIALE, FAUT CHOISIR ! »), qui s’est mondialisé, mais il n’y a plus ce qu’il y avait autrefois : l’intervention de l’Etat qui faisait en sorte que toute contestation, tout conflit, toute revendication, reste dans des limites acceptables pour le système, trouve une solution, certes conjonturelle, dans le cadre de ses compétences, le national. Aujourd’hui la montée du malaise social ne trouve plus les « garde fous » que plaçait l’Etat pour éviter l’aggravation de la situation.

Les privatisations, les restructurations, les délocalisations,... autrement dit la marchandisation généralisée de la vie économique et sociale entraîne des situations déstabilisantes, excluantes, appauvrissantes pour lesquelles l’Etat n’a aucune réponse... sinon des mesures superficielles qui ne règlent que très superficiellement les problèmes posés.

LA SOLUTION REPRESSIVE

Quand on veut maintenir une paix sociale, mais que l’on n’a pas les moyens et/ou la volonté politique de répondre aux revendications, il n’y a pas de mystère, la seule solution est la répression.

L’Etat s’est toujours doté d’un moyen de coercition, mais s’il a pu dans le passé n’en faire qu’un élément de son intervention, aujourd’hui Police et Justice sont en passe de devenir des moyens de « régulation » privilégiés (voir l’article « VERS UNE SOCIETE POLICIERE ? »)

Ceci explique la juridiciarisation quasi systématique des conflits. Ceci explique le gonflement démesuré des effectifs de police et son utilisation de plus en plus fréquente.

La police/gendarmerie est désormais devenue, non seulement un pilier (ce qu’elle a toujours été) de l’Etat mais le principal pilier compensant le recours à la négociation qui s’amenuise.

Les gestionnaires du système marchands savent ne rien devoir refuser aux forces de répression dont ils savent qu’ils vont en avoir de plus en plus besoin pour maintenir la cohésion de l’ordre marchand. Une telle situation ne peut être que génératrice de dérives graves dans le comportement de mercenaires qui n’ont jamais eu la réputation d’être respectueux des droits de l’homme... il suffit de voir leurs comportements à toutes les époques de l’Histoire (faut-il donner des exemples ?).

Dotés de pouvoirs et privilèges exorbitants (le droit exclusif de détenir et de dire la vérité) par rapport aux simples citoyens et systématiquement « couverts » par leur hiérarchie, les autorités politiques, la justice et leurs syndicats, ils forment un caste de plus en plus intouchable qui se permet, sous prétexte qu’ils se disent « républicains », ont un code de déontologie (sic) et qu’ils affichent dans leurs locaux la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme (re sic), tous les abus.

On ne peut évidemment pas exiger la perfection de la part d’êtres humains chargés de veiller à la paix sociale. Le problème c’est que cette « paix sociale » se fonde sur un système, le salariat, qui ne pose pas le respect de l’individu comme principe intangible... c’est le moins que l’on puisse dire (voir l’article « LA MARCHANDISE CONTRE LA CITOYENNETE »). Dans ces conditions, les pires dérives et abus sont possibles et même certains, surtout quand l’autorité supérieure est implicitement complice. C’est ce à quoi nous assistons aujourd’hui.

Le mythe de la « police/gendarmerie républicaine », mythe qui n’a aucun fondement sérieux, est gravement écorné. Dans sa forme dépouillée de ses oripeaux pseudo sociaux, le système marchand révèle ce qu’il est en réalité : un système fondé exclusivement sur l’instrumentalisation des individus et leur exclusion quand il n’en a plus besoin. C’est cette réalité brute et crue qui va désormais constituer sans fard la réalité de la société civile.

Doté d’un armement militaire de guerre civile, le système marchand s’est mis à l’abri de toute éventualité insurrectionnelle. Ce système, au fur et à mesure de l’aggravation de ses contradictions n’hésitera pas, comme tous les systèmes l’on fait dans l’Histoire, à utiliser tous les moyens pour survivre, y compris les pires.


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
> VOLENCES POLICIERES ET LIBERALISME
3 avril 2005 - 19h16

CQFD. Ah ce Patrick MIGNARD explique bien les choses au travers de tous ses articles sur Bellaciao et sans doute ailleurs. Et quel éveilleur de conscience.
Alors, que penser ? Se révolter, résister, s’insurectionner ? Démolir l’Etat et ses représentants les plus en cause dans cette répression ? Pratiquer la prise du pouvoir au sein même de l’état ?
Nous sommes à un moment crucial où il faudra réellement se déterminer. Je suis très dubitatif sur la possibilité d’une sortie non violente de ce grand conflit mondial. Néanmoins, j’ose penser que l’on peut sortir par le haut. Je viens de terminer la lecture du dernier opus de Thomas COUTROT (Capitalisme contre démocratie). Les pistes sont intéressantes. Pour une réappropriation de la démocratie à tous les niveaux (politique et bien entendu économique - dans l’entreprise et en dehors). Alors réformisme ou révolution ? Quand le vrai réformisme peut être révolutionnaire. Affaire à suivre.



> VOLENCES POLICIERES ET LIBERALISME
4 avril 2005 - 09h31 - Posté par

Au lieu de se gargariser de sophismes ("ce qui est revolutionnaire ce sont les reformes", "le un se divise en deux" etc), on peut aussi aller lire Loren Goldner, qui arrive a des conclusions comparables a beaucoup d’anars en partant d’un cadre d’analyse marxiste.

Texte de 1998 mais peu de choses ont change : http://home.earthlink.net/%7Elrgold...


> VOLENCES POLICIERES ET LIBERALISME
4 avril 2005 - 10h42 - Posté par

Mais qu’est ce que tu nous racontes ?....Tu te trompes, de texte, de site, de sujet !.... R.B


> VIOLENCES POLICIERES ET LIBERALISME
4 avril 2005 - 15h34

la première chose à faire déjà, cest d’aller voter non au référendum pour le traité qui veut parachever et verrouiller au niveau européen ce système si bien décrit par P. Mignard



OSER PENSER, OSER PARLER, OSER SE BATTRE, OSER VAINCRE !
4 avril 2005 - 22h41

Pour bien comprendre que, même "Doté d’un armement militaire de guerre civile", "le système marchand" N’EST PAS DU TOUT "à l’abri de toute éventualité insurrectionnelle",

Je vous invite à consulter cette page :

http://mai68.org/ag/78.htm







accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite
Une trahison indicible de la France
mercredi 28 avril
de Collectif Bellaciao
3 commentaires
28 avril 2021 : 7 réfugiés politiques italiens arrêtés à Paris : Enzo Calvitti, Giovanni Alimonti, Roberta Cappelli, Marina Petrella, Sergio Tornaghi, Giorgio Pietrostefani, Narciso Manenti, trois recherchaient Luigi Bergamin, Maurizio Di Marzio et Raffaele Ventura. Tous accusés d’actes de terrorisme dans les années 70 et 80. Macron heureux : "Je résolu ce problème comme l’Italie le demande depuis des années" Draghi heureux : "Le gouvernement se déclare satisfait de la (...)
Lire la suite