Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Les otages, Reporters Sans Frontières et l’US Army
de : Maxime Vivas
mercredi 6 avril 2005 - 21h04 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire
GIF - 1.2 ko

Au mois de décembre 2004, Mohammed Al Joundi, accompagnateur syrien des journalistes Christian Chesnot et Georges Malbrunot, les ex-otages français en Irak, a renoncé à déposer une plainte contre l’armée US pour mauvais traitements.

Le secrétaire général de Reporters Sans Frontières (RSF), Robert Ménard avait su l’en dissuader en déclarant : « Ce n’est pas une bonne idée. Ce serait contre-productif. Je comprends M. Al Joundi mais attendons qu’ils (les journalistes) soient libérés... »

Admettons. Même si l’on n’ose croire que l’irritation possible des Américains risquait d’empêcher l’heureuse issue. Ce sont des grands amis de la France, sauf erreur, et ils n’étaient nullement impliqués dans cette séquestration.

Cependant, la mansuétude constante dont bénéficient les USA dans les rapports de RSF paraît suspecte : alors que l’US Army s’est révélée le plus grand prédateur mondial de journalistes en 2004, le classement des pays respectueux de la presse établi par RSF place les USA en position honorable, loin devant d’autres pays où aucun journaliste n’a trouvé la mort.

Donc, Mohammed Al Joundi, retrouvé le 12 novembre 2004 par les militaires US et libéré le 17, a attendu le 4 janvier 2005 pour porter plainte à Paris contre l’armée américaine pour « mauvais traitements, tortures et menaces. »

Son avocat, Maître Vergès, raconte ce que son client a subi pendant 6 jours : « Découvert dans une maison abandonnée, il était à moitié nu, les pieds nus, on l’a conduit, menotté de force, dans un cantonnement où il a été passé à tabac, à coups de bottes. Il a expliqué qu’il était Syrien, réfugié en Irak. Puis il a été conduit en deux lieux différents, dont l’un dans la banlieue de Fallouja, où il a été interrogé à genoux. On lui demandait les adresses des personnes qui l’avaient enlevé et de celles qui l’avaient aidé. Ils l’ont menacé d’un pistolet. Il y a eu trois simulacres de mise à mort, le pistolet sur la tempe. A la fin, ce sont des civils qui l’ont interrogé, s’amusant à le faire souffrir avec notamment des décharges électriques. On lui a montré des photos de personnes recherchées, il n’en a reconnu aucune. Puis ils ont voulu le ramener à la maison où il avait été trouvé, mais ils ont renoncé à cause des combats. C’est alors qu’ils l’ont laissé partir. »

Bref, tandis que la France entière s’inquiétait pour lui et ses compagnons, les Américains l’ont gardé pendant des jours, torturé, puis lâché dans la rue, à la tombée de la nuit, en plein couvre-feu, le mettant en danger de mort. Mort qui aurait privé les autorités françaises d’informations peut-être précieuses. Du coup, ce comportement des Forces d’occupation s’ avérait attentatoire à la vie de nos deux compatriotes, un frein possible à leur libération. Comment ne pas déplorer cette attitude, inamicale envers la France et dangereuse pour les journalistes ?

Et pourquoi Robert Ménard, qui a su convaincre l’otage Syrien de ne pas porter plainte trop tôt, qui a oublié ensuite de l’encourager à le faire au moment opportun, ne publierait-il pas un communiqué adapté, du genre : Porter plainte est une bonne idée. Ce serait productif. Je comprends que M. Al Joundi ait attendu, mais maintenant que les otages sont libérés... » Mieux : ne faudrait-il pas que Robert Ménard (rendu, dit-il « fou de joie » par la libération des journalistes) demande, au nom de son association, des comptes à l’US Army pour avoir ainsi mis en danger le compagnon de captivité des deux otages, c’est-à-dire un témoin capital, porteur d’informations précises sur les ravisseurs ?

C’est probablement ce que ferait une ONG, une ONG non liée aux USA. Reporters Sans Frontières ne le fera pas. Il suffit de consulter son site Internet pour comprendre pourquoi et pour être éclairé sur son positionnement partisan.

Sous le titre « Deux meurtres et un mensonge », RSF revient sur la mort de deux journalistes (Taras Protsyuk de l’agence britannique Reuters et José Couso de la télévision espagnole Telecinco) à Bagdad le 8 avril 2003, tués par un tir de l’armée américaine sur l’hôtel Palestine, lieu où résidaient des dizaines des reporters couvrant la guerre. Le monde entier savait, au moment du tir, que cet hôtel était le QG des journalistes non « embedded ». RSF s’obstine à prétendre que les militaires US l’ignoraient et regrette cette erreur criminelle », cette « bavure » ou « erreur de jugement » qui constitue « l’élément essentiel à l’origine du drame. » Car les militaires tueurs n’avaient pas « été informés par leur propre hiérarchie de la présence de journalistes à l’hôtel Palestine. » Par suite, « Le tir contre ce bâtiment n’est donc pas un tir délibéré contre des journalistes ou la presse à Bagdad. » CQFD.

Et RSF s’interroge : « La question est de savoir pourquoi cette information a été retenue. Volontairement, par mépris, ou par négligence ? » Après avoir posé cette vraie question, RSF, comme effrayé de son audace, s’empresse de d ’écarter les deux premières hypothèses : « Il s’agit [...] d’une négligence criminelle » suivie (car les Américains n’ont pas tout dit aux enquêteurs de RSF sur les « négligences ») d’un « mensonge par omission. »

Le traitement de cette affaire par RSF est à ce point partial que la famille d’une des victimes (José Couso) lui a vertement adjoint l’an dernier de se dessaisir du dossier en dénonçant un parti pris qui dédouane les coupables.

Cette attitude de RSF, si manifestement contraire à la sécurité des journalistes, si outrageusement favorable à l’Armée des Etats-Unis (malgré quelques rodomontades, admonestations platoniques qui ne sont que diversions sans lesquelles la connivence serait trop visible) représente un réel danger pour la vie de ceux que l’association prétend défendre.

Au demeurant, la version soutenue mordicus, et contre toute vraisemblance, par Robert Ménard n’est pas exactement la version des Américains. D’ ailleurs, RSF, sauf à censurer ses amis d’outre-Atlantique (ce qui serait un comble) est obligé de rapporter leurs propos, lesquels mettent à mal la thèse fumeuse de l’erreur.

Le 28 février 2003, Ari Fleisher, porte-parole de la présidence américaine, s’exprimait ainsi sur la presse « non incorporée » : « Si les militaires disent quelque chose, je recommande vivement à tous les journalistes de s’y conformer. (...)
Et je pèse mes mots » A lire ces lignes, chacun entend bien la promesse de « bavures. ».

Et RSF de confesser, en pleine confusion mentale : « Cette position revenait à créer un double statut de journalistes : d’un côté les journalistes "embedded" intégrés aux forces américaines qui bénéficient de la considération et de la protection de l’armée américaine, de l’autre des journalistes à qui l’on conseille de quitter les lieux sous peine de voir leur présence ignorée. » Quiconque sait lire voit que, selon RSF, l’Armée US est capable de parler à des journalistes sans savoir qu’ils sont là. Interlocuteurs-ectoplasmes invisibles dans les viseurs !

En d’autres termes (dans le même rapport consultable sur son site), RSF s’acharne à accréditer l’incroyable version d’une erreur tout en reconnaissant, forcé dans cet aveu par les Américains, que les morts étaient programmées.

Tant d’incohérences, un tel alignement derrière les intérêts des USA en toutes circonstances suffisent à convaincre que l’association RSF ne se réjouit pas de la plainte déposée par le compagnon de captivité de Christian Chesnot et de Georges Malbrunot, qu’elle ne s’y associera en aucune manière.

Les journalistes de guerre qui tiennent à leur peau seraient donc inspirés de ne pas compter sur Robert Ménard. Quant aux autres, qui écrivent depuis leurs bureaux dans l’Hexagone, ils devraient s’inquiéter, en toute confraternité, pour ceux que leur journal envoie au front et demander des comptes à RSF dans leurs éditoriaux. Enfin, les rédacteurs en chef, les responsables des rubriques courrier, débats, rebonds, libre expression, point de vue vont sans doute s’empresser d’ouvrir leurs colonnes aux citoyens qui prétendent que l’information nécessite des journalistes vivants. Et qui s’alarment de la dérive par trop évidente d’une association qui porte (et qui galvaude) un si beau nom.

Car, derrière les spectaculaires gesticulations de Reporters Sans Frontières, derrière sa capacité à déployer des banderoles géantes portant des noms de journalistes, derrière ses montages de campagnes médiatico-émotionnelles puissamment relayées, l’ombre noire de son allégeance idéologique au plus puissant pays que le monde ait jamais connu enveloppe comme un linceul les corps raidis de journalistes mis en terre avec le droit des populations à connaître la vérité sur les crimes de guerre.



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Les otages étaient, et sont, détenus par les Américains !
6 avril 2005 - 22h32

Bonjour à toutes et à tous,

Sur les otages français et leurs guides et amis en Irak, vous pouvez tout d’abord lire le journal N°88 :

http://mai68.org/journal/N88/8septe...

où vous trouverez toutes les preuves comme quoi Chesnot, Malbrunot et Mohammed Al-Joundi étaient en fait détenus par les Américains.

Ensuite vous pourrez aussi lire le journal N°93 :

http://mai68.org/journal/N93/6mars2...

où, tout en ayant confirmation que le journal 88 disait vrai pour Chesnot, Malbrunot et Al-Joundi, vous aurez aussi la preuve que Florence Aubenas et son guide et ami Hussein Hanoun sont eux-aussi détenus par les Américains !

En indispensable complément, je vous invite à lire la très importante lettre ouverte des habitants de Fallujah à Kofi Annan où ils affirment que les Américains génocident les habitants de Falloujah au nom d’un faux prétexte qu’ils ont eux-mêmes fabriqué et qu’Al-Zarkaoui n’existe pas :

http://perso.cs3i.fr/do/ag/763.htm

Merci pour votre attention,
Meilleures salutations,
do
http://mai68.org






Urgence pour l’Hôpital ! Urgence totale des luttes sociales !
lundi 16 - 22h07
de : Lepotier
ACTE 44 des Gilets Jaunes : Les BRUTES de macron à l’oeuvre !
lundi 16 - 19h17
de : joclaude
Les "affaires" en régime macronien ! Vertueuse prédiction : Plus jamais ça ?
lundi 16 - 11h59
de : joclaude
Venezuela : les très gênantes photos de Guaidó en compagnie des narco-paramilitaires colombiens
lundi 16 - 10h45
de : Olivier Arendt
Les sous-traitants du nucléaire en grève le 18 septembre contre le dumping social
lundi 16 - 08h11
DÉCÈS D’UN TORTIONNAIRE EN ALGÉRIE.
dimanche 15 - 15h17
de : Transmis par Nuits de septembre 1965
Que la Terre nous sauve.
samedi 14 - 13h27
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Mesures Buzyn, c’est du Coluche : Dites nous ce dont vous avez besoin, nous vous dirons comment vous en passer (vidéo)
samedi 14 - 13h12
de : nazairien
1 commentaire
MANIFIESTA 2019 - C’est l’heure de l’mettre !
samedi 14 - 11h47
de : Hdm
Patrick Balkany, proche de Sarkozy, condamné à 4 ans de prison ferme et incarcéré (vidéo Verdi)
vendredi 13 - 16h16
de : nazairien
10 commentaires
Les corbeaux , les vautours en passe de disparaître ?
jeudi 12 - 20h12
de : joclaude
1 commentaire
Réaction de LFI après la diffusion des images de Quotidien sur le jour des perquisitions (video)
jeudi 12 - 12h38
de : LFI
40 minutes d’images cachées : le coup monté médiatico-judiciaire contre LFI (video)
jeudi 12 - 08h57
de : L’Ère du peuple
Je suis prêt ! « Et ainsi de suite… »
jeudi 12 - 08h44
de : Jean-Luc Mélenchon
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 - 08h41
de : Info’Com-CGT
Grèce : l’expérience autogestionnaire des Viome menacée
jeudi 12 - 08h04
Le Val-de-Marne, premier département de France à bannir le glyphosate
mercredi 11 - 09h40
de : Agnès Vives
2 commentaires
Perquisition chez Mélenchon... Un autre son de cloches (video)
mercredi 11 - 09h01
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 - 07h51
de : Roberto Ferrario
2 commentaires
Samedi 14 septembre 2019, les éditions Noir et Rouge présentent le second tome de La CNT dans la révolution espagnole de
mardi 10 - 22h09
de : Frank
UNE JUSTE COLÈRE - Interrompre la destruction du monde
mardi 10 - 13h55
de : Ernest London
1 commentaire
Le RN face à la destruction sociale
mardi 10 - 12h08
de : Christian DELARUE
3 commentaires
Toute la macronnerie : Menteuse ! La Révolution est permanente !
lundi 9 - 15h44
de : joclaude
4 commentaires
Gaspard Glanz (journaliste), à nouveau inquiété par la flicaille, ridiculise ces flics(quettes) (vidéo)
lundi 9 - 13h59
de : nazairien
Thales : petits meurtres entre amis, ou la politique des bâtons dans les roues
lundi 9 - 11h26
de : Bertrand F
Au moins 2000 gilets jaunes convergent à Montpellier pour leur rentrée
dimanche 8 - 15h42
2 commentaires
arret de la grêve de Petit Jean
samedi 7 - 12h32
de : promedic
"Opération Aéroport de Paris" : L’initiave citoyenne en action, dans le var (vidéo)
samedi 7 - 00h50
de : nazairien
Plan et marché à Cuba des années 1960 à aujourd’hui
vendredi 6 - 13h47
de : P. Del Castillo
2 commentaires
Les élucubrations de Stéphane Bern sur l’école au Moyen Âge
vendredi 6 - 11h09
de : Catherine Rideau-Kikuchi, Florian Besson
LA SOCIÉTÉ INDUSTRIELLE ET SON AVENIR
vendredi 6 - 06h41
de : Ernest London
2 commentaires
Rentrée catastrophe / C’est l’heure de l’mettre !
jeudi 5 - 22h19
de : Hdm
Grenelle des violences conjugales : le gouvernement répond aux féminicides par l’aumône
jeudi 5 - 16h51
1 commentaire
Yémen : les images rares d’une guerre qui embarrasse le gouvernement français (vidéo)
mercredi 4 - 23h15
de : Nazairien
2 commentaires
La société pharmaceutique Ferring impliquée dans un nouveau scandale ?
mercredi 4 - 16h13
de : Pharmawatch
Les empoisonneurs.
mercredi 4 - 15h17
de : L’iena rabbioso
Hypotextile : Soutien à Constance seins nus
mercredi 4 - 09h25
de : Christian DELARUE
Appel à la mobilisation contre l’OMC et les accords de libre-échange
mardi 3 - 21h27
de : via campesina
Christophe Prudhomme, porte-parole des médecins urgentistes : « Il faut arrêter de gérer l’hôpital comme une entreprise »
mardi 3 - 17h08
de : nazairien
1 commentaire
AFFAIRE BENALLA : suite et... !Pas fin ?
mardi 3 - 15h29
de : JO

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Notre tête est ronde pour permettre à la pensée de changer de direction. Francis Picabia
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite